9e vendredi de manifestations : les Algériens toujours déterminés et mobilisés

Algériens
Ce vendredi à Alger. PPAgency

Par Hani Abdi − Rien ne semble décourager les Algériens, qui continuent, pour le neuvième vendredi de suite, à manifester pour le départ de tous les symboles du système Bouteflika.

Malgré les barrages dressés sur les grands axes routiers menant vers la capitale filtrant les automobilistes, Alger a été, comme d’habitude, noire de monde. Bien que le tunnel des Facultés, près de la place Audin, ait été fermé par les policiers pour des raisons sécuritaires, les manifestants ont massivement investi les rues et quartiers adjacents. De la place du 1er-Mai jusqu’au front de mer en passant par la Grande-Poste, les boulevards Pasteur, Mohamed-V et Didouche-Mourad, la capitale a été à nouveau au rendez-vous de cette grande mobilisation nationale.

Le départ de Tayeb Belaïz et son remplacement par Kamel Fenniche constitue pour les manifestants un non-événement. Pour eux, il faut qu’ils partent tous. Les manifestants réclament le départ des trois autres «B», Bedoui, Bensalah et Bouchareb. Ils exigent également le jugement de tous ceux qui ont participé à la dilapidation des richesses du pays.

La mobilisation a été également au rendez-vous à travers l’ensemble du territoire national. A Oran, les manifestants, très nombreux, ont observé une minute de silence à la mémoire des 128 victimes des événements du Printemps noir de 2001. Le drapeau amazigh a été fortement présent dans les marches à travers le pays, à la veille de la célébration du double anniversaire des Printemps noir et berbère, qui correspond au 20 avril de chaque année.

Les Algériens expriment ainsi clairement leur rejet du gouvernement actuel, du chef de l’Etat par intérim et de toutes leurs démarches visant la transition. «Qu’ils partent tous, nous leur faisons pas confiance. 20 ans barakat», lisait-on sur une banderole géante. Les slogans ont également porté sur la justice, la démocratie et l’égalité entre les deux sexes. Les femmes, les vieux et les enfants ont été nombreux dans ces manifestations, par lesquelles les Algériens affichent leur détermination à poursuivre leur mobilisation jusqu’au départ de tous les symboles du système Bouteflika.

H.A.

Comment (7)

    icialG
    20 avril 2019 - 12 h 25 min

    Y A UN TRUC QUI M ÉCHAPPE LES MANIFESTANTS NE VEULENT PAS D UN MEMBRE DU CLAN DE L ARMEE NE CONNAISSENT LES CANDIDATS INTÈGRES ET NE COMPREND ENCORE MOINS QU ILS N ACCEPTENT PAS DES MAGISTRATS POUR LA TRANSITION POURTANT LA SEULE INSTITUTION COMPÉTENTE CAPABLE DE GÉRER LES ELECTIONS ILS NE S AGIT PAS D UNE PERSONNE QUI ÉVENTUELLEMENT QUI SERAI TENTE DE RÉCUPÉRER LA MANIF
    LE SEUL ORGANISME QUI EST NORMALEMENT AU DESSUS DE TOUS » » DÉPUTÉS MINISTRES PRÉSIDENT ARMÉE TOUTE ADMINISTRATION ET DE LUI MÊME «  » » comme dans tous les pays libre ou la justice est garante de la démocratie J AI PENSAIS QUE CEUX QUI SONT CONTRE LA JUSTICE ON PEUT ETRE QUELQUE CHOSE A CACHER

    Anonyme
    19 avril 2019 - 20 h 19 min

    J ai fait une rétrospective de notre peuple pdt 50 ans avec un pote kabyle d enfance et on a regardé ca ensemble et ensuite on a mis les deux mois qui viennent de s écouler en Algerie ,on s est regardé en meme temps comme de la télépathie on s est compris on a pleuré de rire ! Il faut etre algerien pour comprendre et se marré comme on viens de le faire et pourtant je suis a l opposé en Algerie de chez lui en Kabylie mais on s est compris comme des frères !

    lhadi
    19 avril 2019 - 20 h 05 min

    L’histoire de notre pays a prouvé que tout le malheur de l’Algérie vient de ces aventuriers qui ont piétiné les principes fondateurs de l’Etat algérien.

    Tout citoyen qui piétine la loi fondamentale de la République, que tout peuple souverain se donne, ne peut avoir l’âme d’un démocrate.

    C’est un comploteur ; un putschiste !!!

    Selon la constitution algérienne, le Président de la république est le chef des armées. Il est le garant de la constitution. Par définition, l’institution militaire est garante de la constitution.

    Bien que je sois pour la primauté du politique sur le militaire, la situation actuelle du pays exige, selon les prérogatives constitutionnelles, que le chef des armées reste droit dans ses bottes malgré l’usure des semelles des milliers de manifestants qui font partie du peuple mais qui ne sont pas le peuple.

    Le Louis XIV algérien a été détrôné !!!

    Aux urnes citoyens !!!

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    6
    7
    Droits Humains
    19 avril 2019 - 18 h 17 min

    La patience n’est pas la règle chez les citoyens matraqués par des médias à la solde des néoconservateurs. Ceux qui organisent et confectionnant les slogans « Système » « Dégage » « Tous » sont des professionnels de la manipulation.
    * Système dégage : nous le définir pour que l’on puisse l’identifier. Et par la même occasion, il serait judicieux qu’ils nous mettent sous les yeux le « système » qu’ils nous proposent, à moins que, à moins que …. la dictature est sous le manteau et la burka.
    * Dégage » dès qu’une personne est proposée, on entend de partout les cris des loups du dégagisme. Une façon de créer l’instabilité et faire durer la crise, avec en ligne de mire le « chaos ».
    * Tous » sans savoir qui est le tous, au point où certains appellent même au départ du peuple. J’ai vu des slogans du type : algériens DEGAGE ».
    Nous sommes dans une des plus grave crise de notre histoire, jamais égalée dans aucun état au monde; Le travail des OTPOR, de la NED, du Likoud, des colons a bien fonctionné. S’autodétruire avec joie et sourire.
    Et avec ça, nous ne sommes pas manipulés, non, non, non…
    Allez, une bonne guerre, on va se liquider entre nous, c’est plus simple, on a pas besoin de la France coloniale pour commettre des crimes.

    17
    24
    Chaoui Ou Zien
    19 avril 2019 - 18 h 11 min

    Ces manifestations pacifiques font l’admiration de tous les pays y compris le pays lointain ou je vis. Merci chers compatriotes. Ma crainte cependant est que ce clan maudit est en train de faire pourrir la situation esperant que le ramadan qui se pointe ferait ce qu’ils n’ont pu faire: calmer l’ardeur et la determination des algeriens. Ils (ou/et ceux qui veulent saborder notre revolution tranquille) pourraient aussi plus facilement causer des echafourees vu notre caractere nerveux, tres a fleur de peau durant le ramadan; leur donnant ainsi l’occasion de faire des interventions plus musclees.

    12
    4
    Hamalaoui
    19 avril 2019 - 17 h 52 min

    Ce 9 ième vendredi se caractérise par son adaptation au rejet du plan de division proposer par bensalah et ses conseils issus du clan Bouteflika. Le pouvoir en place à échoué face à la détermination la mobilisation et le civisme des manifestants issus de toutes les couches du peuple et tous les âges. Dégage c’est dégage. C’est valable pour le sourds les MUETS les aveugles les vendus aux puissances étrangères et les puissances étrangère particulièrement la France qui doit accueillir ses agents de renseignements et les taupes démasqués et en difficultes en Algérie

    19
    3
    SaidZ
    19 avril 2019 - 17 h 31 min

    le niveau du simple citoyen dépasse de loin celui des décideurs. ce sont des gens nés avant la honte!

    21
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.