Bensalah procède à un mouvement partiel dans le corps des walis

AEK walis
Abdelkader Bensalah. New Press

Le chef de l’Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, a opéré à une série de changements, lundi soir, dont des limogeages, des mutations et des nominations de nouveaux walis dans plusieurs wilayas, dont Alger.

Ainsi, Bensalah a mis fin aux fonctions du wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, remplacé par Abdelkhalek Sayouda. Ce dernier occupait auparavant les fonctions de DRAG des wilayas d’Oran, puis d’Annaba, avant d’être promu au poste de secrétaire général de la wilaya de Constantine, puis wali de Batna.

Dans le cadre du même mouvement, le chef de l’Etat a nommé Bradai Abdelkader wali de Laghouat, Bouzegza Lounes wali de Batna, Belkateb Mohamed wali de Sétif, Yahyatene Yahya wali de Boumerdès et, enfin, Harfoiuche Araar wali de Tarf.

R. M.

Comment (11)

    chaabi
    24 avril 2019 - 18 h 15 min

    ce pseudo président non reconnu obeit à said bouteflika avec cette nomination de wali le systeme espere manipuler les élections à sa guise ils ne savent pas qu’il n’y aura pas d’élections avec eux ! Tetnahaye gaa !

    6
    2
    elbior
    24 avril 2019 - 8 h 17 min

    on s’en f…..des changements de wali qui n’apporteront rien au peuple, on s’en f….. de tout ce que le pouvoir en place de bensalah et consort peut essayer d’apporter comme changement, on s’en f….de tout ce que ce système pourri jusqu’à l’os essaie de perdurer dans le temps et essaie de gagner du temps,on s’en fout de tout leur bricolage et leur rafistolage,on s’en fout de toutes les initiative de changement par ce système,on s’en f…..de leur programme électoral et de la date de ces élections sous leur contrôle et soumise au contrôle du ministère de l’intérieur issu du système révoqué par le peuple et le HIRAK,on s’en fout de tout et de tous……..CE QUE PEUPLE VEUT C’EST LA VOIX DE LA RUE,LA VOIX DU HIRAK PROCLAME SUR TOUT LES FRONTS DE LA SOCIÉTÉ QUI NE DÉSIRE ET NE VEUT QU’UNE CHOSE:LE CHANGEMENT PUR ET SIMPLE DU SYSTÈME TRAFICOTE PAR BOUTEFLIKA ET SON ENTOURAGE:NI BENSALAH NI BEDOUI NI FEINCHE OU » FINISH « NI LEURS INSTITUTIONS MAFIEUSES;MR GAID SALAH ET LA GLORIEUSE ANP DOIVENT ÊTRE A L’AVANT GARDE DE TOUT LE PROJET ÉDICTÉ PAR LA VOIX POPULAIRE.VIVE LE PEUPLE ALGÉRIEN ,VIVE LA GLORIEUSE ARME NATIONALE POPULAIRE GLOIRE ÉTERNELLE A NOS VALEUREUX MARTYRS;

    2
    1
      BENAZZOUZ
      25 avril 2019 - 10 h 09 min

      Le pays risque de partir dans le KO !!
      svp laisser ce président faire l’intérim il est là pour 90 jours.

      1
      2
    UMERI
    23 avril 2019 - 14 h 06 min

    Mr Bensalah est un intérimaire, chargé de superviser la période de transition et organiser l’élection présidentielle, dans un délai de 90 jours, il n’a aucune prérogative de procéder un mouvement des walis. Mais comme c’est un paravent, il obéit au doigt et a l’œil, à ceux qui l’ont imposé a ce poste, pour pérenniser le système. Même pour les affaires de corruption, la justice étant sous les ordres du nouveau maître d’Alger, elle ne fera que compliquer la situation déjà trop tendue. Les algériens, dans leur majorité veulent la transparence dans une justice indépendante, ou chaque citoyen arrêté, doit bénéficier de la présomption d’innocence et non pas jeté en pâture à la vindicte populaire. Ors cette justice ne verra le jours, qu’après l’élection d’un président démocratiquement élu et non parachuté par les hommes forts du Système et un gouvernement , composé d’ hommes politiques intègres et engagés pour la reconstruction du pays. Ce qui se passe actuellement s’apparente à un règlement de compte, doublé d’un anti régionalisme grave, ce qui n’augure rien de bon pour l’avenir de notre pays.

    12
    1
    GUENTAS
    23 avril 2019 - 12 h 23 min

    Autant l’intérimaire que ses protégés cha3b leurs dit TNAHAW GA3!!

    11
    1
    maori
    23 avril 2019 - 9 h 10 min

    Est-il là pour nommer
    et dénommer des DG , wali et autres ou bien pour assurer un interim et préparer des élections présidentielles? en a t’il le droit? n’est-il pas entrain de miner le terrain, même si les gens dénommés le méritent? quel héritage lui et les sbires qui sont avec vont-ils laisser? Que devient said bouteflika? est-il toujours « conseiller  » à la présidence? si oui pourquoi ne le dégomme t’il pas et le foutre en taule avec ceux qu’on est entrain d’y mettre?…..!

    12
    1
    El pueblo
    22 avril 2019 - 23 h 42 min

    c’est tjrs le même refrain

    6
    1
    BenyellesAhmed Chafik
    22 avril 2019 - 23 h 27 min

    Limoger les Walis, limoger les PDG ou limoger Tous les maires. cela ne changera en rien les revendications du Peuple. Le Peuple veut le changement du systeme, et ce qui font le systeme sont TOUS ceux qui etaient des acteurs du regime Bouteflika, Le FLN, Le RND, le MPA, le TAJ certaines Televisiosn privees,leCommandant de la gendarmerie, le chef de la Police, certains Magistrats, certains commis de l’Etat et Tout ceux qui ont accumule des Fortunes ILLEGALEMENT TOUS, de Ali Haddad a Baha Edine Tliba en passant par Amar Saadani et Sidi Said. Oui si cela se fera et se concretisera, on croira au changement. Mais a l’heure actuelle il n y a aucun changement. Il ya juste un maquillage de facade. Le peuple n’est pas dupe

    11
    2
    Anonyme
    22 avril 2019 - 23 h 23 min

    Je croyais qu’il n’avait pas autant de pouvoir. c’est ce que j’avais compris lors de sa nomination.

    20
    1
      LES ANONYMES
      23 avril 2019 - 6 h 24 min

      Il n’a pas autant de pouvoir, mais il s’arroge tous les pouvoirs.

      23
      3
      Hamlaoui
      23 avril 2019 - 8 h 07 min

      Que prévoir la loi, si les Limoges et les nouveaux promus refusent d’appliquer les décision de ben sal h.? Le jusqu’auboutisme des mafieux du système continue en innovant. Sorties sur le terrains des ministres de badaoui malgré l’humiliation de hamam des manifestants, la conférence de ben sal . Le peuple a dit gaa c’est gaa . Les têtes de vipères sont les premières visees. Le corps de la vipère sans tête sera inovensif . Mieux vaut s’ endebarasser, la momie des residus de boutef peuvent prendre le bateau pour rejoindre leur employeur Macron, comme l’ont pris leurs prédécesseurs lesharkis et les colons francais

      8
      4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.