Impasse politique : les islamistes tendent la perche au pouvoir

Mokri
Abderrazak Mokri. New Press

Par R. Mahmoudi – En réponse à l’appel renouvelé du chef d’état-major de l’ANP pour l’ouverture d’un dialogue politique en vue de sortir de la crise, des partis islamistes ont réaffirmé leur disponibilité à prendre part à un dialogue «sincère» et «élargi», sans poser aucune condition préalable.

C’est le vœu que formule le MSP dans un communiqué rendu public mercredi, en souhaitant que «des institutions crédibles», allusion à l’institution militaire, accompagnent ce processus. Le parti d’Abderrazak Mokri estime même que c’est la meilleure voie pour aboutir à une solution «consensuelle» à la crise politique qui secoue le pays, qui doit passer par la satisfaction des revendications portées par le mouvement de contestation populaire.

S’inspirant des discours du chef d’état-major appelant à la préservation de l’unité nationale, le MSP dénonce dans son communiqué «tous les appels à la division et à l’escalade, susceptibles de menacer l’unité nationale».

Même attitude affichée par le porte-parole du Front pour la justice et le développement (FJD), Lakhdar Benkhellaf, qui, lui, a salué la réaction du chef d’état-major de l’ANP aux propositions de l’opposition représentée par l’Alliance des forces de changement, tout en suggérant un report de l’élection présidentielle.

Dans une déclaration au quotidien arabophone El-Bilad, le porte-parole du parti d’Abdellah Djaballah propose un report de six mois pour permettre l’ouverture d’un large dialogue devant réunir des représentants de l’institution militaire, de la société civile, du «hirak» (mouvement de contestation populaire) et des partis de l’opposition, excluant de fait les partis traditionnellement loyaux au pouvoir.

R. M.

Comment (29)

    Anonyme
    3 mai 2019 - 8 h 24 min

    Essaie de récupérer le HARAK,
    Game over.
    Hop passant de l’autre côté.
    Opportuniste à ciel ouvert

    Anonyme
    3 mai 2019 - 7 h 28 min

    Opportunistes et traître de la nation..

    Logique
    3 mai 2019 - 5 h 56 min

    Tant que les wahabites et leurs frères Sionistes n’y sont pas !

    dahou
    3 mai 2019 - 0 h 42 min

    …c’est la maladie de Crohn de la politique……

    Vostaf
    2 mai 2019 - 21 h 01 min

    Le cancer de l’Algérie.

    13
    MELLO
    2 mai 2019 - 20 h 38 min

    Les islamistes, un lourd fardeau pour la démocratisation de l’Algérie. Déjà , en 1991 , ces mêmes islamistes avaient donner toutes les garanties au regime d’assoir davantage leur hegemonie. L’occasion à été bien saisie par les tenants de ce pouvoir pour se ressourcer et donner ,par la suite, un coup de grâce à cette democratie. Aujourd’hui , les partisans de l’exclusion de pans entiers de la société veulent changer de cap en demandant le dialogue . Mais dialoguer avec qui ?

    Kenza
    2 mai 2019 - 18 h 56 min

    C’est plutôt le pouvoir qui tend la perche aux islamistes pour diviser le mouvement populaire…à chaque crise, ils nous sortent le croque-mitaine pour que le peuple retourne chez-lui et se rendorme.

    7
    1
    Anonyme
    2 mai 2019 - 17 h 50 min

    il ne faut jamais leur faire confiance .ils reagissent en fonction des forces sur le terrain .ils ont toujours yne idee derriere la tete.iks n’affichent pas leurs sentiments .ils sont aux aguets et attendent leur chance

    14
      Finesse-Aurès
      2 mai 2019 - 21 h 49 min

      Une question qui me taraude l’esprit, si la deuxième République verrait le jour ayant pour socle une renaissance absolue et si on serait amené à réviser la constitution conçue et révisée par des vrais patriotes, nous devrions interdire la politisation des partis islamistes et la spiritualisation de nos politiques, car ces partis islamistes agrées par un système incompétent et calculateur ont généré que la chaos et la décadence du mode de vie des nos compatriotes, ils exploitent la moindre occasion aussi minime soit-elle pour s’immiscer de façon stérile et obsolète dans le jeu politique, je ne leur accorde aucun crédit et notamment ce Monsieur Mokri avec une fleur cueillie fraichement dans les jardins de son maitre Erdogan essayant d’adoucir son image d’islamiste modéré et démocrate. Verdict : L’Algérie ne peut être gouvernée que par des patriotes démocrates, forts et laïcs.

      9
      3
    Abou Stroff
    2 mai 2019 - 15 h 24 min

    j’ai toujours défendu la thèse selon laquelle la marabunta qui nous gouverne et la vermine islamiste ne sont que deux fractions d’un même pôle (le pôle des rentiers du système) et l’une justifie l’existence de l’autre.
    en effet il n’y a aucune contradiction antagonique entre la marabunta qui nous gouverne et dont le parrain du moment était kouider el mali et la vermine islamiste. car, la marabunta et la vermine sont le produit direct d’un système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation et se reproduisent uniquement grâce à la distribution de la rente. en termes simples, les conflits entre les deux fractions d’un même pôle émergent uniquement lorsque la distribution de la rente ne semble pas équitable à l’une des fractions. c’est ainsi que la décennie dite noire s’est terminée (après la mort de 200000 quidams qui, pour la plupart, n’étaient concernés, ni de près, ni de loin par le « conflit ») par une redistribution des cartes qui a permis à la vermine islamiste de recevoir une plus grande part de rente. ainsi, la marabunta (orpheline, pour le moment, après la mise à l’écart de son parrain kouider) siphonne une partie de la rente grâce à des détournements de deniers publics et aux marchés publics (contrats de gré à gré, par exemple, n’est ce pas si ali el goudrone?) tandis que la vermine islamiste récupère une partie de la rente grâce à son quasi-monopole sur le commerce formel et informel.
    moralité de l’histoire: il n’y a que les niais qui croient que la marabunta qui nous gouverne et la vermine islamiste ont des intérêts opposées. en ce sens mokri ne fait que confirmer mes propos sur la convergence d’intérêts des deux fractions

    26
    5
      permutation sur le titre de l'article … sans changer son sens
      2 mai 2019 - 19 h 52 min

      C’est si vrai que même l’ordre d’apparition des deux acteurs cités dans le titre de l’article peut être permuté sans risque de changer son sens

    Anonyme
    2 mai 2019 - 14 h 33 min

    Tous les partis qui se déclarent « démocrates » n’ont pas de culture d’opposition. C’est des suivistes!
    Ils sont très faibles car vivant du mensonge ,de la manipulation et des « qotas »
    Les partis dits « islamistes » les devancent de loin dans la stratégie et la tactique.
    Ils finiront par avoir le pouvoir par les urnes à ce train!

    5
    29
      Anonyme
      2 mai 2019 - 15 h 35 min

      Non monsieur
      Les islamistes font semblant de jouer le jeu de la démocratie pour avoir le pouvoir. Politique de caméléon vipère.
      Les démocrates sont naifs de croire que en Algérie le jeu est démocrate.

      35
      3
    B.M
    2 mai 2019 - 14 h 03 min

    le peuple est la vedette, il est musulman, et n’a pas besoin de ces gens là, ces gens là sont des non musulmans, juste des parasites, YAOU FAKOU, ya Mokri prends une bêche et produis de l’alimentaire, ta langue, tes roses, gardes les pour ta femme !

    30
    3
    DYHIA-DZ
    2 mai 2019 - 12 h 37 min

    Les islamistes sont comme des rats qui regardent le fromage de loin et n’attendent que le moment où la lumière soit atteinte pour qu’ils aillent le manger. Les islamistes ont volé la victoire du peuple en Égypte et en Tunisie, …Et ils ont contribué à la destruction de l’Irak, la Syrie et la Libye….Et ils voudront faire la même chose en Algérie.
    N’oublions jamais que ces islamistes ont les mêmes gourous qui leurs donnent la feuille de route à suivre.

    Dites-nous, SVP, que fait le ministre algérien des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, en Arabie Saoudite.

    43
    2
    Anonyme
    2 mai 2019 - 12 h 24 min

    Les islamistes est la carte des maffieux. Ils sont capables de donner le pouvoir aux islamistes pour sauver leur peau. Restons prudents.

    39
    3
      kenza
      2 mai 2019 - 14 h 52 min

      Le système nous a déjà fait le coup avec le FIS: Vous ne voulez plus du FLN ? vous aurez le FIS. Autrement dit, la peste ou le choléra.

      26
      2
    Kahina-DZ
    2 mai 2019 - 12 h 21 min

    On voit bien que les islamistes n’ont aucun pouvoir et aucun contrôle sur les manifestations. Trahir la révolution du peuple est la seule voie qui leur reste pour accéder au Kourssi ou avoir leur part du marché.
    Et puis, il faut avoir le courage de dire que ces islamistes sont au service d’un clan. Mokri a bien accepté d’être le lièvre pour le 5eme mandat…Il a même rencontré Said Bouteflika et a joué le porte parole…toute la presse a bordé le sujet de la rencontre.
    Que ces islamistes restent à l’écart, car ils n’ont pas les mêmes objectifs que le peuple Algérien.

    45
    3
    Anonyme
    2 mai 2019 - 11 h 59 min

    ILS AVAIENT UNE CHANCE DE SE REFAIRE UNE VIRGINITÉ, MAIS LA TENTATION DE LA TRAHISON EST PLUS FORTE.
    ET CA SE DIT MUSULMAN.

    25
    5
    Numi
    2 mai 2019 - 11 h 01 min

    Malin comme des singes ces islamistes.
    Les autres parties ou force devrait malheureusement prendre l’exemple pour sortir de cette crise.
    Dialoguer, être force de proposition et proposer une alternative juste et équilibré, loins de l’islam politique et instrumentalisé.
    Le gouvernement en place est provisoire et des élections se feront dans tous les cas.
    Plutôt que de semer la division et tout rejeter en bloc les anciens parties et nouveaux devrait commencer à s’assoir sur une table avec ce gouvernement provisoire , travailler pour proposer un projet aux algériens qui répondrait à leurs satisfactions pour éviter un MSP au pouvoir et la catastrophe.
    Surtout qu’il rêve d’ouvrir Les frontières ouest !

    39
    6
    khalilsadek
    2 mai 2019 - 10 h 45 min

    C’est des fin stratèges, ils sautent sur l’occasion aprés la débâcle du FLN et RND, ils savent pertinament s’il y’aura élection leurs chance et plus grande en ce moment difficile pour kidnapper les aspirations du peuple comme en 91 les hypoctrites.

    33
    3
    akildar
    2 mai 2019 - 10 h 21 min

    ne souillez pas l’islam.L’islam n’accepte aucun parti surtout celui qui a fait le plus de mal à notre patrie(le FIS) Ses responsables doivent être jugés pour tout les crimes qu’ils ont causés.Celui qui fait de la politique ne doit pas e, bouclier l’islam.L’islam est la religion chez notre seigneur alors respectons-la.

    41
    2
      Anonyme
      2 mai 2019 - 11 h 38 min

      L’islam Algérien on est d’accord pas celui des bédouins salafistes qu’on soit clair !

      27
      2
    Anonyme
    2 mai 2019 - 10 h 04 min

    Il est clair que face à un mouvement qu’ils ne contrôlent pas et qui ne leur est pas très favorable, les islamistes préfèrent la prendre de court par la solution d’élections dans un délai rapproché.
    L’état de droit est un préalable à la démocratie mais la réciproque n’est pas vrai. Or la base même de l’état de droit, c’est la constitution. Le premier acte d’une nouvelle république est donc dans la mise en place rapidement des amendements à la constitution qui permette d’aller de l’avant et non les élections. Il faut que mouvement désigne les membres d’une assemblé constituante. Le président de la république ainsi que les membres du gouvernement pour la période transitoire (Qu’il faudra sans doute prolonger de quelques mois) ne doivent pas constituer un obstacle, Autant suivre la demande du peuple.
    La méthode pour y arriver tout en restant dans le cadre de la constitution actuel est assez simple:
    1-Le président désigne un nouveau conseil constitutionnel avec plusieurs membres présidentiables pour la phase transitoire. (1 semaine)
    2-Le conseil constitutionnel élit son président en accord avec la demande populaire (1 semaine)
    3-Le président démissionne et cède sa place au nouveau président du conseil pour une durée de deux ans,
    4- Le nouveau président désigne un nouveau chef du gouvernement chargé de mettre en place dans un délai réduit d’un nouveau gouvernement. (1 semaine)
    5- Le président convoque une assemblée constituante (Le hirak pour chaque wilaya désignant ses délégués ; C’est la partie la plus délicate)
    6- Dans l’intervalle (2ans) le nouveau aura à charge de revoir le processus électoral afin de le rendre transparent et crédible.

    45
    2
    Abdel
    2 mai 2019 - 9 h 39 min

    Salam. les pays où il y a une démocratie comme la Suisse, l’Allemagne, la Belgique et les USA sont des états communautaires et non laïcs comme la france où la franc maçonnerie a le pouvoir. Je souhaiterais â notre pays un etat ommunautaires ou toutes les religions sont respectés comme du temps du Prophete Mohamef (SAAWS) et des 4 kalifs (RAA).

    7
    17
    Bon ramadan à tous !
    2 mai 2019 - 9 h 08 min

    L’Islamisme à bon dos ! L’Algérie sera toujour un pays Musulman et certainement pas un pays de débauche, de drogué ou d’Alcolique et encore moin sous l’arnaque de la laïcité qui ouvrira à toute les tendancs satanique pour le nouvel ordre mondial ! Les annés 90 ce sont plusieurs pays qui ont manipulés et organisés le terrorisme en Algérie et ailleurs comme vous le savez. Bientôt à force de créer de l’amalgame on risquerait de séparer l’Islam de l’état comme en France ou des Sataniques y gouvernent en ayant pris le soin de hoter le Christianisme de l’état Francais sous l’arnaque de la loi 1905 dont j’invite urgeament les Francais de l’annuler fortement car la société Francaise et depuis peu méconnaissable comme vous pouvez également l’observer…

    7
    25
    Si KADDOUR
    2 mai 2019 - 7 h 47 min

    Je ne connais pas un parti qui défend vraiment l’islam, c’est des partis dites musulman juste pour berné et manipuler une population croyante à 99 %, le vrai musulman ne ment pas né triche pas, ne collabore pas avec l’ennemi de l’islam et les musulmans, n’accepte pas les cadeaux empoisonnés, et surtout pas la corruption, est ce n’est pas le cas de nos faux musulmans, il suffit de voir comment ils se comportent ceux qui sont réfugiés en Europe pour une carte de séjour ils ont vendus famille et honneur sans parler de la religion, y’a pas si longtemps étaient les amis intime de Bouteflika et le système mafieux

    42
    1
    kadour ben flen
    2 mai 2019 - 7 h 44 min

    dialoguer avec qui ?? Ankara peut être
    Je ne suis pas robot je suis Kadour ben flen ,,OK?

    55
    1
    Anonyme
    2 mai 2019 - 7 h 24 min

    Le msp est un parti d opportunistes qui vendront leur âme pour un siège strapontin au pouvoir. Pas de respect à ces gens là…bande de zarnazia.

    55
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.