Le chef d’état-major de l’ANP lance-t-il des messages codés à Taleb Ibrahimi ?

Ahmed-Taleb Ibrahimi
L'ancien ministre des Affaires étrangères Ahmed-Taleb Ibrahimi. D. R.

Par R. Mahmoudi – Des médias se réclamant du nouveau pouvoir, donc bien inspirés, sont revenus ce week-end avec insistance sur un scénario qui avait été envisagé, un moment, au début des manifestations populaires contre le système et qui ne semblait pas séduire beaucoup de monde : celui d’une transition dirigée par l’ex-ministre des Affaires étrangères sous Chadli Bendjedid et candidat à la présidentielle de 1999, Ahmed-Taleb Ibrahimi.

Cela se passe étrangement au moment où le pouvoir, incarné aujourd’hui par le chef d’état-major de l’ANP, réaffirme son engagement à accompagner une solution constitutionnelle à la crise que traverse le pays, à travers les élections présidentielles du 4 juillet, et tente, vaille que vaille, de convaincre la classe politique d’adhérer à sa démarche.

«Depuis le début du mouvement populaire, le nom d’Ahmed-Taleb Ibrahimi figurait toujours parmi les candidats les plus pressentis pour jouer un rôle politique pendant la période de transition», écrit un quotidien acquis à la ligne politique du chef d’état-major, avant d’ajouter : «Il est à remarquer que le portrait du fils de cheikh Bachir Ibrahimi a été fortement brandi par les manifestants à travers les wilayas du pays ce vendredi. Aussi, est-il devenu la personnalité nationale la plus populaire sur les réseaux sociaux et la plus pressentie pour conduire la période à venir». Pour l’auteur de cet article, si le choix d’une transition politique risque a priori de se heurter à l’attachement de l’institution militaire au processus électoral, Taleb Ibrahimi pourrait éventuellement être adoubé par la classe politique pour mener des réformes pendant une année et annoncer ensuite des présidentielles anticipées.

Un autre quotidien du même bord évoque une «présence remarquée» des slogans appelant à la désignation d’Ahmed Taleb Ibrahimi, avec Ahmed Benbitour, à la tête d’une instance de transition qui sera chargée d’organiser les prochaines élections présidentielles à la place de «3B», rejetés par le peuple.

Si les deux médias appuient leur discours par des images montrant réellement quelques banderoles portées par des manifestants chantant la gloire d’Ahmed-Taleb Ibrahimi, rien n’indique que c’est le choix de la majorité. Nul ne peut estimer son audience réelle, en dehors des milieux conservateurs. Mieux encore, l’homme, aujourd’hui âgé de 87 ans, est quasiment absent des débats actuels et, à l’exception d’une brève intervention, ne fait aucun commentaire sur les événements qui se déroulent depuis plus de deux mois.

R. M.

Comment (124)

    Alatriste
    6 mai 2019 - 1 h 47 min

    L’ancien ministre des Affaires étrangères, Ahmed Taleb Ibrahimi : une veille relique crypto-islamiste exhumée des abysses des catacombes du système. Décidément, on n’est pas sortis de l’auberge !

    3
    3
    SAXO
    5 mai 2019 - 17 h 43 min

    Avec Taleb Ibrahimi on est sûr d’avoir affaire à un honnête et intègre de la vielle génération qui va ouvrir la voie à un jeune intègre de la nouvelle génération. Ne ratons pas cette occasion .

    10
    8
    ZORO
    5 mai 2019 - 10 h 29 min

    A MELLO
    Tu vois Mello que ZORO Ton frere de terre n oserait jamais dire de toi ce qu avance ce FRERE DE SANG.
    SIGNEZORO. ..Z….

    1
    4
      MELLO
      5 mai 2019 - 21 h 35 min

      La subtilité est parfois narquoise , lorsqu’on se fie à son frère , qu’il soit de « terre » ou de sang. Comprendre par là que tout se discute avec apaisement.

      Anonyme
      5 mai 2019 - 23 h 36 min

      @ZORO
      5 mai 2019 – 10 h 29 min

      Pourquoi ya zoro tu leur fais la courbette ces derniers temps?????

    Zaatar
    5 mai 2019 - 9 h 18 min

    je ne sais pas si notre cher Abou Stroff (que je salue) sera du même avis, mais je m’attend après le 4 juillet à une nuit des longs couteaux…

    4
    4
    Soldat Schweik
    5 mai 2019 - 9 h 14 min

    Du slogan phare de la revolution citoyenne sorti spontanément de la bouche d’un jeune anonyme :  » yetnehaw ga3″, d’aucuns veulent le pervertir et le transformer en :  » iyredj3ou ga3″
    Les masquent tombent et les vestes se retournent a la vitesse de la lumiere ces jous-ci
     » La revolution est pensée, preparée par des cerveaux… faite et executée par des tremeraires… les laches et les planqués en profitent »… c’est l’histoire qui se repete
    N’oublions jamais le 19 mars 1962 et tout ce qui s’en est suivi et dont nous patissons jusqu’à ce jour
    Place a la jeunesse et au sang neuf…. NON NON et NON! au recyclage de tout les woudjouh el char du passé
    When to free tahya el DZaier

    11
    3
      Zaatar
      5 mai 2019 - 9 h 20 min

      les petits éclairs du genre sont nécessaires je suis d’accord…

      3
      2
    Zaatar
    5 mai 2019 - 9 h 05 min

    On se rend bien compte qu’on n’est pas sorti de l’auberge… on va formater oui, ok, mais la suite va être péniblement compliquée… pour certains on a El Ibrahimi et Benbitour, pour d’autres on a Bouchachi et Bouhired, pour d’autres encore on ne voudra pas se séparer de Bouchareb et de Bensalah ainsi que de Bedoui, il y a le reste aussi qui scandent Sofiane Djilali et ait larbi sans oublier les adeptes de Mokri et compagnie voilés . On verra bien…

    9
    2
      Abou Langi
      5 mai 2019 - 10 h 33 min

      Te souviens tu de ce qu’on disait à propos de ce à quoi pouvait accoucher la situation ? Je te disais que la situation m’a tout l’air d’une grossesse nerveus ou d’une aérophagie sinon, vu la radio très brumeuse la grossesse serait tératogène et il faut s’attendre à une espèce de Rosemary’s baby. Des bellaredj siamois sur un chameau qui tiendraient à la fois de Taleb Ibrahimi, de Hamrouche, De Zoubida Assoul, De Bouchachi, et du Dindou.

      Quand je te disais qu’on est dans la m …

      4
      3
    Anonyme
    5 mai 2019 - 7 h 40 min

    On ne fait pas une omelette avec des œufs dures.

    5
    3
    Bônois
    5 mai 2019 - 6 h 58 min

    Vu le nombre de pouces vers le bas, et à l’inverse de Bouteflika, je crois que Gaid s’est mis à la bataille du net.

    6
    2
    Hamid
    5 mai 2019 - 4 h 51 min

    It was the eleventh Friday to continue to protest peacefully against the stubborn old mules who still refuse to budge and use tactics to keep the dirty game at pace.What we , the people, understand is that they have a psychic problem associated with their own excessive anachronisms .Their standoff shows that their heart has never been in loving Algeria.I can’t wait long to see them go .Tahia Eldzair as always !

    3
    2
    Der
    5 mai 2019 - 4 h 30 min

    Moi je n aime pas ahmed benbitour .C un FMIste.et il est proche du moyen orient

    8
    5
    Thomson
    5 mai 2019 - 2 h 38 min

    @arabe jamaiskabyle Moi je suis kabyle et je suis fier de l’être contrairement à toi qui ne sais même pas si tu es arabe ou chaoui.Shame in you!!!!

    8
    7
    Mme CH
    4 mai 2019 - 23 h 58 min

    Les noms de Zeroual, Bouchachi et de Djamila Bouhired ont aussi été cités……!!! Si la majorité s’entend sur certains noms, alors où est le problème…??? On sait que les requins-tigres, les Aras bleus et les manchots nourris au fromage puant seont toujours là pour nager dans les eaux troubles…ensuite ils viendront nous fredonner le refrain de la démocratie…leur démocrassie à sens unique…!

    Quant à Bouchachi, il ne veut pas griller ses cartes puisqu’il voudrait peut être se présenter comme candidat aux élections présidentielles…..S’il est bon on votera pour lui même s’il était du FFS, où est le problème…!

    8
    11
      Anonyme
      5 mai 2019 - 5 h 41 min

      Je vous conseille de prendre vos renseignements sur Bouchachi.
      Jamais je ne voudrais à la tête du pays d’un Président de la Laddh financée par les Américains et d’un militant du Parti de  » Qui tue qui ? ». Et d’un personnage dénoncé par Hocine Zahouane lui même pour être en relation avec le Département D’État américain, je vous laisse faire vos recherches.
      Ce personnage très controversé en tant que droit de l’hommiste forcément aux ordres de Soros and co se chargera dans les plus brefs délais de faire envahir notre pays par toute la Subsaharie et de donner tous les droits possibles et imaginables à nos envahisseurs.

      10
      7
        MELLO
        5 mai 2019 - 21 h 38 min

        A mon tour de vous diriger sur les qualités humaines de ce grand homme.

          Anonyme
          6 mai 2019 - 16 h 28 min

          Cher ami, l’enfer est pavé de bonnes intentions et la politique et les bons sentiments ne font pas bon ménage. Par exemple, la  » pitié dangereuse » peut nous amener à faire montre d’une grande bonté envers des pauvres diables en état de dénuement et de désespoir absolus, on est humain, n’est-il pas ?
          Oui mais voilà, le cœur a ses raisons que la raison ne connait pas et en fin de compte, à force de pitié et de bonté c’est comme ça qu’on se retrouve avec un million, deux millions d’intrus qui font la loi chez vous, est ce bien raisonnable ?
          Moi j’estime que nous n’avons pas à faire à quiconque le cadeau de notre territoire si chèrement défendu. Simple exemple.
          Quant à Bouchouchi, comme je l’ai dis, il sent le soufre et pas sur ses intentions futures mais sur son comportement passé.
          C’est ma plus grande crainte dans l’éventail des présidentiables connus sur le marché : tout droit de l’hommiste élu Président de l’Algérie fera le malheur de cette nation par le simple fait de se soumettre servilement aux ONG mondialistes chargées de dissoudre les peuples par invasions étrangères dument organisées.

        Mme CH
        6 mai 2019 - 0 h 40 min

        Merci Anonyme 5 mai 2019 – 5 h 41 min, pour cette mise au point, mais j’ai bien dit: « s’il est bon on votera pour lui.. » alors s’il n’est pas bon on votera pour un autre…!

        Ramadhan Moubarek!

      Zaatar
      5 mai 2019 - 22 h 09 min

      Finalement, ils ont tous été cités, el ibrahimi, bouchachi, benbitour, zeroual, et tous les autres. On a même entendu « alayha Nahya oya alayha namout »… on n’a donc que l’embarras du choix grâce à Gaid. La vie est belle n’est ce pas?

        Mme CH
        6 mai 2019 - 0 h 43 min

        Hé oui, cher Zaatar, tous ceux que vous avez cité sont des Algériens…on doit faire avec et c’est la majorité qui tranche…..c’est ça la démocratie…non ??? Peut être qu’on votera pour Zaatar s’il est Algérien et si son programme est intéressant….!

    anonyme
    4 mai 2019 - 22 h 29 min

    Décidément ces bandits nés dans les années ne communiquent qu’entre eux depuis leusr naissances le monde a vu une infinité de guerres (la 1ere et la deuxième guerre mondiale ,la guerre d’Indochine ,la guerre d’Algérie ,la guerre des six jours celle du Kippour et j’en passe etc…) et ne veulent pas passer le flambeau aux jeunes plus branchés sur les nouvelles technologies et ils envoient des messages à Tabel Ibrahimi 86 ans comme Ladhar Brahimi .Apparemment nous sommes le seul pays au monde composé de plus de 2/3 de jeunes de moins de 35 ans mais gouverné par la gériatrie.

    10
    4
    Arezki HAMOUDI
    4 mai 2019 - 21 h 52 min

    Ah bon ! … Parmi toutes les nouvelles générations qui font la fierté de l’Algérie dont certains et pas des moindres font aussi le bonheur de tous les pays du monde par leur savoir marginalisé chez eux… Tout ce qu’on trouve à nous proposé c’est ce bonhomme de la préhistoire qui dont les faits est aussi responsable de la décrépitude et de la déchéance qu’endure le pays !…

    15
    4
    Un rejeton Fière
    4 mai 2019 - 21 h 50 min

    taleb ibrahimi est un homme respectable ,avec benbitour pour une periode de transition ,seulement il y’a des personnes qui l’aime pas ,parce qu’il n’est pas caporal fafa ,ces rejetons de fafa panique,quand ils voit u. Autentique nationaliste —————————————————————————————————- ces gens la que vous appelez les rejetons de fafa ils ont donner leur meilleurs enfants par milliers , ils ont participer par milliers – a la guerre de staouali avec dey hocine en 1930, la bataille de blida avec ben zamoum en aout 1930 , ils ont combattu avec ahmed bey de constantine avec 20 milles comatant , ils ont donner le résistant el mokrani ,cheikh hadad , lala n’soumer, ils ont combattu avec cheikh boubeghla en kabylie , ils combattu avec l’emir abdelkader , ils ete parmi les fondateur de ENA avec messali ,ils ete les plus nombreux au PPA , ils ete 3 parmi les 6 Historique , ils ont donner 18 colonel a l’armée de libération national , leur rejeton a signé la declaration de indépendance nationale . qui es le rejeton de fafa

    9
    8
    Bouzorane
    4 mai 2019 - 21 h 50 min

    @Arabe Jamékab
    Puisque tu parles des chouis et étant moi-même chaoui, je t’invite à lire l’article ci-dessous :
    Comment la France coloniale arabisa les chaouis
    L’empereur Napoléon III confia un jour à Bismarck son rêve de faire de la méditerranée « un lac français ». Ce dessein se concrétisa lorsqu’il a soutenu la Compagnie universelle de Suez en 1859, contre l’Angleterre et la Turquie et en 1860 lorsqu’il envoya une expédition contre les Druzes au secours des chrétiens du Mont-Liban et de Damas. Il découvrit, écrit l’historien Daniel Rivet, que, d’Alger à Bagdad, quinze millions d’”Arabes” vivent sous le joug ottoman : il y a là une nationalité potentielle dont il pourrait hâter la formation. En 1861, il confie à Pélissier, un de ses proches : «l’Algérie a dévié de sa voie naturelle du jour où on l’a appelée une colonie … parce que notre possession d’Afrique n’est pas une colonie ordinaire, mais un royaume arabe » [1].

    Les bureaux arabes
    Pour concrétiser son rêve , Napoléon III créa les Bureaux arabes en 1844. Ces dernier sont composés d’officiers, secondés par des médecins, des khodja (secrétaires algériens) et des chaouchs (plantons), et épaulés par des pelotons de spahis à cheval et de supplétifs à pied. Leur mission est d’abord de renseignement : “Avoir, pour ainsi dire, la main sur le pouls des tribus” (note du ministère de la Guerre, 1857). Mais le rôle principal de ces bureaux arabes fut l’application des dispositions des deux sénatus-consultes. Le premier fut promulgué le 22 avril 1863 et le deuxième le 14 juillet 1865. Le sénatus-consulte stipule, en plus de l’établissement de la propriété individuelle et la délimitation des biens des tribus, l’introduction du droit musulman chez des populations dont la vie en société a été régie jusqu’ au là par le droit coutumier berbère et ses Tajmaɛt. En 1920, Henri BASSET, écrit que ces qanouns étaient suivies, dans l’Aurès il y a un demi-siècle encore, et « c’est l’administration française qui, par le malheureux sénatus-consulte de 1865, a imposé le droit musulman aux Aurasiens » [2].
    Emile MASQUERAY décrit mieux l’impact qu’a eu l’application du sénatus-consulte sur l’organisation sociale des chaouis : « La conquête française modifia l’organisation barbare de l’Aourâs tout entier, par secousses et sans règles fixes. On réunit des groupes autrefois hostiles pour composer les Amâmra ou les Aoulâd-‘Abdi actuels ; d’autre part, on laissa subsister sans y rien changer d’anciennes oppositions en quelque sorte nationales, les Aoulâd-Daoud, les Ou-Djâna, les Beni-Bou-Slîmân. On désira donner une loi aux Aurasiens, et la loi qu’on choisit fut précisément la loi musulmane dont ils s’étaient défaits : c’est bien nous, en effet, qui leur avons imposé des qâdis en 1866. « Quand on voulut se mettre en relations suivies avec eux, on ne leur parla que la langue religieuse du Qor’ân, au lieu de leur parler leur langue indigène. Ils avaient de petits saints locaux inoffensifs à la façon des saints d’Espagne ou d’Italie : on s’en effraya, on leur fit la guerre, et, centralisant ainsi par ignorance à notre grand détriment, on poussa leurs dévots vers les confréries des Khouân. Il ne serait pas excessif de dire que nous avons islamisé l’Aourâs. «En outre, on ne s’occupa, faute d’argent, ni d’y tracer des routes, ni d’y créer des marchés et des écoles, ce puissant instrument de civilisation » [3].
    « La France nous a Bénis » Lorsque les bureaux arabes entreprirent de délimiter les territoires des tribus et créer les douars, ils ont tout simplement ignoré l’onomastique locale. A l’aide des Khoudja , ces lettrés arabophones qui ont déjà servi les bey de Constantine , les bureaux arabes modifièrent presque la totalité de la toponymie chaouie . Dans l’onomastique chaouie le mot Aïth évoque la notion de la filiation ou l’appartenance. Il signifie « les enfants de … » ou « originaires de …. ». Les bureaux arabes en firent Ouled ou Béni, ainsi , les Aïth Daoud devinrent les Ouled Daoud, les Aïth Bomuslimane , des Beni Bouslimane etc. Le masculin singulier de Aïth est U ou Ug (lorsque le mot qui le suit commence par une voyelle). Il devint « Ben » : Ug Zelmadh est devenu Ben Zelmat. La forme féminine de U\Ug est « Ult » . On en fit «Bent ». Le rouleau compresseur de l’arabisation n’épargna point la toponymie. Pour établir les premières cartes militaires, les officiers géomètres remplacèrent par des termes arabes tous les mots chaouis . Ghil devient Draa, Imi/Foum , Akhannaq/Khengat , p. ex. Thakhannaqeth devient Khengat sidi nadji , Adhrar/Djebel , ighzar ou Suf/ Oued , ainsi ighzar amellal est devenu Oued Labiod , et Ighzar amoqran : Oued El Arabe ! (sic). Le mot Thizi a été remplacé partout par un terme équivoque Thenia ( théniat) , ainsi Thizi n lɛabadh est devenu Théniat el Abad . Les bureaux arabes ont sévit également dans le reste de l’Algérie, et nous ont laissé Beni Yenni, Beni Douala, Beni M’likeche en Kabylie. Héritage que le fondateur de l’académie berbère, Mohand Arab Bessaoud, moqua avec cette boutade : « La France nous a Beni ! ». Les travaux des bureaux arabes n’ont jamais été contesté, mieux, l’administration coloniale ainsi que les scientifiques français ont repris cette terminologie pour la léguer au jeune État algérien. Lequel, poussé par l’idéologie baâthiste adopté au lendemain de l’indépendance, poursuivra cette politique d’arabisation et de déformation de l’onomastique amazighe.
    [1] Daniel Rivet, Le rêve arabe de Napoléon III, paru dans le n°140 de la revue L’Histoire de janvier 1991. [2] Henri BASSET, Essai sur la Littérature des berbères. [3] Emile MASQUERAY, Note concernant les Aoulad-Daoud du mont Aurès (Aourâs). [4] Mohand Arab Bessaoud, Des Petites Gens pour une grande cause. L’histoire de l’Académie berbère (2000).
    Copyright (C) http://www.facebook.com/Inumiden . Read more at : http://www.inumiden.com/comment-la-france-coloniale-arabisa-les-chaouis/ .

    13
    8
    tikjda
    4 mai 2019 - 19 h 46 min

    En usant du mensonge, de la religion, de l’arabisation et de la falsification de l’histoire on peut toujours considérer la majorité comme minorité ou l’inverse.Quand le mensonge règne en maître absolu et que l’ignorance est imposée comme règle, on ne peut pas juger autrement.

    9
    4
    Nasser
    4 mai 2019 - 19 h 22 min

    Il n’y a pas de « message codé » de l’Armée!
    Le média qui a publié ne représente que lui-même!
    C’est de la tromperie doublée de diversion!

    5
    4
    Nasser
    4 mai 2019 - 19 h 02 min

    De la pure propagande et de la pure manipulation!
    Les manifestants depuis le début du « Hirak » n’ont jamais lancé des slogans favorables ni à Taleb Ibrahimi ni à Benbitour , jamais !! Ni même à Bouchachi inconnu du grand public!
    Ce n’est qu’au cours de 2/3 derniers vendredis que quelques pancartes ( à Alger) de ces deux personnages sont apparues furtivement ….le temps d’une photo ou vidéo!
    Certains médias manipulateurs les ont publié à répétition pour les faire passer pour une revendication populaire dominante!
    C’est absolument Faux!

    6
    1
    Mohamed
    4 mai 2019 - 18 h 57 min

    Pour ta gouverné Bouchachi n’a rien de kabyle, saches aussi que son ex. parti le FFS à compté et compte des dizaines de milliers de militants non kabyle et au 4 coins d’Algérie. Dieu merci les algériens ne sont pas raciste comme toi. Tout comme moi, kabyle, qui supporte le MCA et vote islamiste (FIS, puis HAMS).
    Pour moi, il est préférable qu’aucun candidat n’est une étiquette ou aie participé au pouvoir.
    Pour Bouchachi et autres figures du hirak je souhaiterai les voir dans la 2ème phase car ceux qui presideront la transition ne pourront pas se porter candidat.

    5
    5
      Anonyme
      5 mai 2019 - 5 h 47 min

      Je suis Kabyle et je ne suis pas au FFS pour la simple raison que pour moi ce parti est composé de traitres à la Nation qui non seulement se sont acoquinés avec les Islamistes pendant les années de sang mais sont des immigrationnistes forcenés qui rêvent de voir l’Algérie envahie par leurs  » frères africains ».

      6
      7
        MELLO
        5 mai 2019 - 21 h 58 min

        Je ne suis pas Kabyle, je suis Amazigh et habitant du quartier des volcans et des tsunamis qu’est Bab El Oued. Je suis supporter de la JSK , sans renier une partie de moi du Mouloudia , mais pas de Ghrib. Je suis militant du FFS et fier de l’etre. Je ne suis pas ce que tu considérés comme traître de la Nation . Je tiens à te rappeler que feu Hocine Ait Ahmed fut l’un des artisans de la révolution contre le colonialisme. Jamais Hocine Ait Ahmed ne pouvais laisser un intrus s’attaquer à son patriotisme.

          Anonyme
          6 mai 2019 - 17 h 01 min

          Cher ami, je ne parle pas du glorieux FFS historique, je parle des neo FFS qui sont prêts à livrer le pays à l’immigration massive subsaharienne, pour moi c’est une ligne rouge infranchissable.
          Tout immigrationniste, tout mouvement, association aux ordres des ONG mondialistes pro migrant est par définition un traitre à la Nation, le plus souvent émargeant au râtelier amerloque. Il faut vraiment avoir la haine de son peuple pour vouloir lui imposer bessif des millions d’étrangers qui se comportent en pays conquis.
          Souvenons-nous- en au moment de mettre notre bulletin dans l’urne. Pro ou anti immigration massive dans la ligne politique d’un parti, pour moi c’est une condition sine qua non.
          Au plaisir de vous lire.

          1
          1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.