L’opposition veut-elle pousser à un dialogue direct avec Gaïd-Salah ?

Présidentielle opposition
Les chefs de partis de l'opposition en réunion. PPAgency

Par R. Mahmoudi – Les partis de l’opposition ont exprimé à l’unisson leur rejet catégorique de l’appel réitéré, dimanche, par le chef de l’Etat intérimaire, Abdelkader Bensalah, pour un dialogue en vue de la préparation de la présidentielle du 4 juillet prochain.

Du MSP au FFS, au PT, à El-Adala d’Abdallah Djaballah, à Talaie El-Houriyet d’Ali Benflis, tous ont dénoncé, ce lundi, «une fuite en avant» du pouvoir ou une «énième provocation» contre le peuple, en récusant l’idée même de dialoguer avec des «personnages illégitimes et largement contestés par le peuple».

Au même moment, le président du MSP, Abderrazak Mokri, a fait une sortie pour le moins curieuse pour démentir, dans une déclaration téléphonique à la chaîne El-Bilad TV, des informations parues la veille dans certains médias selon lesquels la direction de son parti se serait réunie, ces derniers jours, avec les directions des partis de Benflis et de Djaballah pour mettre au point un projet d’entretien avec le commandement de l’armée au sujet des échéances politiques.

La réaction impulsive d’Abderrazak Mokri cache mal un sentiment de gêne chez ce leader islamiste qui a pourtant clairement accordé un blanc-seing au chef d’état-major de l’ANP, depuis le début des discours de Gaïd-Salah, et se dit satisfait de toutes les décisions prises jusque-là par l’état-major.

Dans sa déclaration rendue publique dimanche, le MSP a salué l’arrestation de Saïd Bouteflika, Mohamed Mediene et Bachir Tartag, qu’il a qualifiée d’«évolution qualitative importante» dans le processus de changement en cours. Il demande néanmoins au commandement de l’institution militaire, qui détient aujourd’hui les leviers du pouvoir, de satisfaire les autres revendications posées par le mouvement populaire concernant, notamment, le départ des «3B» et la mise en place d’une transition apaisée à travers des élections «libres et honnêtes».

De son côté, Abdallah Djaballah s’est félicité de l’arrestation du général Mediene, dit Toufik, qu’il a particulièrement diabolisé en le décrivant comme le fossoyeur de l’opposition et de la démocratie en Algérie. Facile à décoder, le message de Djaballah s’adresse clairement au «tombeur» de l’ex-patron du DRS.

R. M.

Comment (25)

    EL Che
    9 mai 2019 - 7 h 13 min

    il n y a pas d opposition en Algérie et c est la raison du pourrissement du pouvoir et de la deterioration de la situation du pays ……

    fadi
    8 mai 2019 - 3 h 35 min

    ces zigotos sangsues ne représentent que des allies du système ils devraient prendre leur retraite , ils sont dépassés par les événements et ceux qui veulent imposer taleb ibrahimi nous savons qu ils sont islamistes . aux jeunes la transition !

    8
    3
    Bof
    7 mai 2019 - 18 h 46 min

    Quand je vois ce barbu de DjabAllah et ce ex-serviteur de Bouteflika, directeur de campagne puis Directeur de Cabinet à la Présidence, je me dis que cette « opposition » ressemble étrangement à ses clônes FLN RND TAJ MSP…

    17
    2
    Digage!
    7 mai 2019 - 18 h 43 min

    Même pas un ptit discours de notre Gaid Bien Aimé en ce Mardi Saint ?
    Juste pour le s’hor svp ! on va s’ennuyer grave sinon.
    Vous n’allez pas déléguer votre Bensalah pour nous animer nos soirées svp !

    13
    1
    Tout les membres de l'ancien système DÉGAGÉES
    7 mai 2019 - 18 h 30 min

    Entièrement d’accord avec l’opposition.
    Tout les membres du pouvoirs sous le règne des Bouteflika y compris de l’opposition ne doivent plus faire parties de la construction de la nouvelle république.
    Faute de quoi nous revenons à la case départ.
    Alors Monsieur Gaïd Salah pourquoi vous entêtez vous à ne pas satisfaire le peuple sur ce point là
    Le risque est que toutes les réponses aux demandes des manifestations qui jusqu’à présent vous avez satisfait en joignant les actes à la parole.
    Le peuple algérien jusqu’aujourd’hui risque de se poser des questions et s’approprier des réponses qui ne seront forcément pas les bonnes.
    Et du coup faire basculer les manifestations vers l’inconnu.

    8
    5
      Essaid
      8 mai 2019 - 7 h 42 min

      Ne t’attends pas à des discours ,les premiers jours de Ramdhan. Il lui faut du temps pour démarrer. C’est le propre de Gaid ,pendant le jeûn. Mais leHirak doit persévérer. Sahha syemekom.

      3
      1
    Bouzorane
    7 mai 2019 - 11 h 25 min

    @Ayweel
    Bien dit!
    -Il faut dégager bensalah
    -nomination d’une présidence collégiale avec pouvoir de légiférer et prendre les mesures suivantes :
    -Remplacer le chef d’état major par un jeune compétent et Nationaliste
    -Nomination d’un gouvernement
    -Dissoudre le parlement et le sénat
    -Dissoudre tous les partis politiques
    -Accorder des agréments à des nouveaux partis, avec comme seul critère d’agrément : ne pas être de tendance internationaliste (ni arabo-islamisme, ni nord-africanisme ni baathisme,ni ni…).
    – les partis connus pour leur accointance avec l’étranger (france, maroc, turquie, pays du golf, egypte..) seront définitivement interdits.
    -ceux qui veulent mettre l’Algérie sous tutelle, quelle que soit cette tutelle (arabo-islamisme ou berbèro-nord-africanisme) seront interdits. Défendre la berbérité de l’Algérie, oui, à condition de le faire dans un cadre strictement National et Nationaliste. Idem pour l’islam, nous sommes tous musulmans et la religiosité doit etre encadrer par le Nationalisme.
    Pas de fanatisme religieux, pas de fanatisme racial… et surtout surtout pas d’internationalisme!!
    En revanche, le Nationalisme Algérianiste peut se permettre et a le doit et même l’obligation d’être fanatique, extrémiste, radical, primaire!

    31
    24
      Finesse-Aures
      7 mai 2019 - 13 h 50 min

      Rejetons massivement ces partis d’opposition et renouvelons leurs dirigeants, indispensable pour un renouveau démocratique en Algérie Il y a lieu de ne pas perdre de vue que la vie partisane légale, en vue de la compétition pour le pouvoir, circule dans leurs corps et leur tête à une vitesse V, ils attendent la moindre occasion pour se positionner en premiers, non ils ne doivent pas dialoguer avec l’institution miliaire, car eux même sont rejetés et discrédités par le Hirak, le Général Gaid Salah devrait dialoguer verticalement et directement avec le mouvement populaire qui au coeur de la contestation et non avec ces partis de pacotille, ils ne représentent plus le peuple, manipulés, utilisés et remodelés pour la pérennisation du système de Bouteflika, ils n’ont jamais été un organe de médiation, juste enregistrer et valider les décisions du système,, ils n’ont t aucun contre pouvoir, aucun programme de société, ils se réunissent juste pour tester leurs capacités politiques entre eux, en espérant un hold up politique pour arriver au pouvoir et mettre au pilori leur adversaires, Si vous souhaitez que le combat pacifique du hirak, soutenu par des millions d’algériens décroche la victoire sans appel sur la vie depuis 1962; il est impérativement de les discréditer et les déclarer Over game !!! de Grâce vous n’allez me dire que MOKRI, DJABALLAH ET BENFLIS sont l’avenir de l’Algérie !!! Soyons sérieux, il s’agit de la survie de l’Algérie !!!!

      24
      4
      Bouzorane
      7 mai 2019 - 13 h 53 min

      La première mesure de la présidence collégiale sera donc de remplacer gaid salah par un chef d’état major jeune compétent et Nationaliste
      Et la première mesure que devra prendre ce nouveau chef d’état major sera de changer le nom humiliant du sous marin Algérien ignominieusement baptisé « akram pacha » !!…

      18
      11
    SAHRAOUI B
    7 mai 2019 - 11 h 00 min

    QUELLE OPPOSITION ! LE PEUPLE ALGÉRIEN NE VEUT PAS DE CETTE OPPOSITION QUI A PROFITE DU SYSTÈME MAFIEUX DE BOUTEFLIKA ET ELLE A CAUTIONNE TOUTE LES FRAUDES ÉLECTORALES DE CE SYSTÈME ET ELLE S’EST NOURRI MÊME FINANCIÈREMENT DE CE SYSTÈME ET DE L’ARGENT SALE DE CE SYSTÈME

    COMMENTAIRE RÉDIGÉ PAR LE POLITOLOGUE SAHRAOUI BOUALEM

    47
    4
      Soyons Logiques
      7 mai 2019 - 13 h 41 min

      @SharaouiB
      Bien dit Mr Sahraoui.
      Tous les partis d’opposition et plus particulièment les partis islamistes ont toujours joué l’opportunisme,cautionné ce sytème et pliant toujours dans la direction du vent.Et ils continuent à présent à vouloir se positionner comme representant du HIRAK.Système et partis d’opposition sont un tout qu’il faut éradiquer.D’autant que le système et ces partis fantoches continuent à ignorer,mépriser les figures émergentes du HIRAK (Bouchachi,Assoul,Sofiane Djillali,Tabou,Bouraoui,Ait Larbi..).N’oublions pas que c’est Gheridi qui allumé l’étincelle du Hirak apres avoir défié Gaid Salah en lui adressant une lettre ouverte.
      SoyonsVigilants et patients,la mobilisation ne doit en aucun cas faiblir jusqu’à ce qu’ils partent tous.l’avenir de nos enfants et petits enfants en dépend.Abandonner la mobilisation serait d’abandonner nos enfants aux mains d’un système encore plus virulent inféodé à la France et aux émirats.
      Une pensée à notre faune saharienne (Gazelles,Outardes,Fennecs ..) sensée ètre protégée qui est massacrée par les mains des prédateurs prervers émiraties et sous la protection d’une brigade de gendarmerie.Et cela ne se passe qu’en Algérie.

      22
      1
    karimdz
    7 mai 2019 - 10 h 49 min

    Il faut que l opposition évolue aussi on a pratiquement les mêmes têtes.

    Par contre un dialogue directe représentants du hirak avec le General Gaid plus des personnes qualifiées et des technocrates cela me semble judicieux.

    18
    14
    Ayweel
    7 mai 2019 - 9 h 55 min

    On a jamais eu d’opposition au sens propre du terme politique, mais on a eu et on aura toujours une boîte de transmission mécanique à plusieurs rapports que le système utilise comme moyen de contrôle de la masse populaire. Donc, en fonction de la route, de son état et des conditions météorologiques, le système choisira le rapport de vitesse approprié. Tous ces chefs de partis ne sont en fait que des fonctionnaires au service du système. Il est temps que le peuple exige non seulement le départ du système mais aussi la dissolution de tous ces gargotiers boulimiques. Donc un vendredi antisysteme et antipartis s’impose. Avec un seul mot d’ordre, système de voleurs partez et prenez avec vous vos 60 partis.

    27
    2
      Anonyme
      7 mai 2019 - 11 h 01 min

      Nous demandons à l’opposition traditionnelle, qui elle même rejetée par le peuple de partir, nous ne voulons pas de ces pseudo partis d’opposition de partager le pouvoir avec le futur gouvernement sain, propre dont la fibre est intrinsèquement liée seulement aux intérêts de la nation algérienne et nullement à ceux des individus ces partis d’opposition n’ont ni un programme économique ni un programme sociétal, ils croassent à longueur de journée pour justifier leurs salaires, nous voulons un vrai contre pouvoir, des personnes bien charpentées intellectuellement et moralement, plus proches et représentatifs du peuple algérien dans sa grande et riche diversité, qu’ils DÉGAGENT pour toujours, discrédités par leur connivence, par leur inaction flagrante! Out Forever !!!!!

      15
      2
    AMIROUCHE
    7 mai 2019 - 9 h 44 min

    Tous les partis DOIVENT ABSOLUMENT être dissous. La SEULE et UNIQUE négociation DOIT se faire l’armée et nos JEUNES représentants du hirak. Un point c’est tout et point barre.
    Qu’ont-ils fait TOUS ses « partis » à la manque depuis les vingt dernières années du bouteflikisme…? RIEN ! Sinon que de se goiffrer et de profiter à outrance des avantages matériels et sociaux pour eux et leurs famille ! Mais pour l’ALGÉRIE, ils n’ont absolument RIEN FAIT !!!
    Alors, oust ! Barra… DÉGAGEEEEEZZZZZZZ !!!!!!!!!!
    ON N’A PLUS ENVIE DE REVOIR VOS SALES TRONCHES….. VOUS ÊTES LE PASSÉ ! LAISSEZ L’AVENIR SE CONSTRUIRE PAR NOS JEUNES, YA DINE ERRAB !!!!!

    32
    6
    SIDNA RAMADHAN
    7 mai 2019 - 9 h 28 min

    ON EST SENSÉ ETRE DES GENS PLUS OU MOINS ÉCLAIRES, mais a moins de lire des agents en service, je constate que beaucoup pensent encore que Gaid répond aux voeux du hirak. Que ni ni mes amis, il n’a pas bougé d’un iota.
    Tous les gens foutus en taule étaient ses ennemis, même si ils étaient aussi ennemi de la nation. La première raison prime pour lui, cependant.
    Il a soutenu ce système depuis toujours malgré les antagonismes internes, et maintenant que le hirak lui donne l’occasion de régler ses comptes il y va à fond, on exploitant nos demandes légitimes mais là ou ça l’arrange.
    Toute nos demandes se résume en réalité àau départ du système et 2ème république et pour celà, il fait tout pour nous bloquer. QU’EST CE QUI L’EMPÊCHE DE NOUS LAISSER ALLER VERS LA 2ème REPUBLIQUE ???
    IL SUFFIT DE REPONDRE A NOTRE DEMANDE D’ENLEVER SES B ET DE PERMETTRE L’ORGANISATION DE LA TRANSITION, POINT BARRE.
    Les solutions techniques, il y en a à la pelle. On peut désigner nos représentants en une semaine max.
    AYA, CHICHE YA EL GAID, OPTE POUR HOUSN EL KHATIMA.
    On sait que ça n’arrange pas beaucoup de votre entourage et que les grandes puissances et les roitelets arabes (hacha naamat rabi) font aussi pression sur vous, mais no probleme le peuple sera avec vous, alors foncez et faite honneur à votre sang chaoui.
    DE TOUTE FACON, TON ELECTION ORGANISEE PAR LA ISSABA, TU PEUT L’OUBLIER !!!!

    26
    2
    FAR WEST
    7 mai 2019 - 9 h 18 min

    Mr Gaid Salah ne veut pas donner le pouvoir aux civils, ni à une opposition n’est pas choisie par l’armée

    23
    4
    bilel
    7 mai 2019 - 9 h 12 min

    Makri est un specialiste de l’entrisme. Il guette la moindre breche pour penetrer dans le corps et l’affecter. Heureusement les rangs du Hirak sont soudés. Aussi il ne doit rien faire sans l’ordre du Hirak.

    24
    2
    saad odhar
    7 mai 2019 - 9 h 01 min

    il vaut mieux s’adresser au bon Dieu qu’à ses saints.
    discuter directement avec les emirats arabes unis.

    15
    20
    Zaatar
    7 mai 2019 - 8 h 50 min

    Chacun dans la « bande » a un prix. Les trois derniers valent 11 vendredi. Ceux avant eux ont valu moins chacun selon le cas. Le grand chef de la bande finira par s’arrêter lui même au bout peut être de 15 ou 16 vendredi. Il va falloir juste continuer et ne pas s’arrêter. Un arrêt risque de remettre le décompte à zéro .

    29
    8
      Zaatar
      7 mai 2019 - 11 h 49 min

      Vous l’aurez deviné, ce post n’est pas de Zaatar. Zaatar n’écrit pas ce genre d’ineptie.

      6
      4
      Zaatar
      7 mai 2019 - 15 h 58 min

      Ce n’est pas Zaatar parce que moi Zaatar j’ai plutôt l’esprit au débat, au développement des idées, aux échanges cordiaux essentiellement avec mes amis Abou Stroff et Karamazov. Nos échanges flirtent souvent avec la science, le cosmos, les galaxies, l’infiniment petit, les forces de la nature, les particules élémentaires, le ions, les muons, les quarks, les hadrons, les leptons…etc. Est généralement associé à nos débats des caricatures, écrites ou rapportées, des proverbes du terroir, des chansons aussi, des poèmes, et surtout l’argumentation et la compréhension de l’idee de l’autre même si elle diffère de votre avis. C’est pour cette raison que je ne suis pas ce Zaatar à deux sous qui parle de bande, de prix et de vendredi sans aucune assise et dénué de tout sens. Mes amis avec qui j’échange sauront de toute les façons reconnaître mes posts.

      5
      5
    Anonyme
    7 mai 2019 - 8 h 42 min

    Opposition vous dites! Ils sont tous des opportunistes et des traître qui veulent prendre avantage de notre révolution.. une bande de malfaiteurs qui veulent faire ce qu ont fait les autres depuis 62. Dégagez on veut plus de vous banded charlatans.

    20
    3
    Essaid
    7 mai 2019 - 8 h 08 min

    Comment peut-on évoquer « l’opposition » ou les « partis de l’opposition » quand ces « responsables » sont incapables de catalyser les rancœurs et appeler à une manifestation, qu’ils organiserait et encadrerait. Leur problème de zaïmisme est atavique ,et demeure viscéral. La révolution de novembre ,n’a pu être déclenchée que grâce à des algériens ,qui ont mis de côté leurs divergences ,et écarté Hadj Messali -malgré son poids à l’époque- en raison de son attentisme et sa pusillanimité. Cette opposition ne représente rien ni personne. Gaid Salah a bien compris cela et a invité le Hirak à s’organiser pour débattre officiellement. Gardons l’esprit éveillé et les yeux bien ouverts.

    30
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.