La revue El-Djeïch dénonce des «voix» qui défendent «des agendas douteux»

El-Djeïch
L'armée visée par des "complots". New Press

Par Mounir Serraï − Dans sa dernière livraison, la revue El-Djeïch a consacré son éditorial à la situation politique du pays. «Notre pays traverse une crise que certains parmi ceux qui ont vendu leur conscience, qui n’en ont cure de l’intérêt supérieur du pays et qui vont même jusqu’à tramer des complots contre la patrie, voudraient voir perdurer en rejetant toutes les solutions disponibles et possibles, à même de permettre à notre pays de surmonter cette épreuve, et donc de couper la route aux aventuristes qui concoctent des plans et projettent de les exécuter à tous les échelons, dans le but d’entraîner le pays vers l’anarchie et le chaos», lit-on d’emblée.

«Durant ses marches pacifiques, le peuple algérien qui a exprimé sans aucune ambiguïté ses revendications légitimes qui portent dans l’ensemble sur l’avènement d’une Algérie nouvelle, a fait montre d’une grande conscience de l’importance des défis et du caractère sensible de la conjoncture que traverse notre pays, tout comme il est au fait de la nature abjecte du plan que certaines parties voudraient mettre à exécution par procuration pour certains parrains désormais connus de tous», poursuit-on.

L’édito d’El-Djeïch estime que «nul n’ignore que les exécutants de ce plan machiavélique, ceux qui leur ont confié cette tâche et ceux qui gravitent dans leur giron, ont attendu, durant toutes les années passées, la moindre occasion pour le mettre à exécution en ayant recours à diverses voies et moyens».

«Après que le peuple algérien les ait démasqués et rejetés fermement et définitivement, ils ont fait de certains canaux d’information connus et des réseaux sociaux un moyen pour tenter de réaliser des agendas douteux, en menant des campagnes méthodiques autant que tendancieuses dans le but d’abuser l’opinion publique pour distiller leurs mensonges et leurs élucubrations dans une vaine tentative de porter atteinte au lien existentiel et étroit qui unit le peuple à son armée, d’ébranler sa cohésion et la confiance mutuelle qui les anime», relève encore l’éditorialiste, pour lequel «il n’est pas surprenant de voir que ce sont les mêmes voix qui avaient sollicité l’intervention de l’armée dans le champ politique durant les précédentes décennies qui tentent aujourd’hui, sournoisement, de l’entraîner sur cette voie en cette étape cruciale».

Leur tentative se fait par «des voies multiples dont la plus courante est de faire pression, à travers des « messages ouverts », « débats », « avis » et « points de vue » publiés dans les colonnes de certains médias, appelant à une période de transition calquée à leur mesure, durant laquelle ils se conduiront comme il leur plaira et feront passer leurs projets et les agendas de leurs parrains qui vouent à l’Algérie et à son peuple une haine et une rancœur infinies».

L’éditorialiste d’El-Djeïch rappelle les déclarations du vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’ANP, le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd-Salah, lors de la visite de travail et d’inspection qu’il a effectuée dernièrement dans la 5e Région militaire, relatives au démantèlement en cours «des bombes à retardement dont le peuple algérien connaît pertinemment qui les a semées dans toutes les institutions de l’Etat, et que cette crise, dont nous n’avions guère besoin, a été inventée dans le but de semer les graines de la déstabilisation en Algérie, en créant un environnement propice au vide constitutionnel».

«Ces individus, qui ont intentionnellement causé cette crise, sont ceux-là mêmes qui tentent aujourd’hui d’infiltrer les marches, brandissant des slogans suspects et tendancieux qui incitent à entraver toutes les initiatives constructives permettant le dénouement de la crise. Ils ont ainsi démontré qu’ils sont l’ennemi du peuple, lequel sait pertinemment comment mettre en échec, en compagnie de son armée, ces complots et mener le pays vers un havre de paix», soutient El-Djeïch.

M. S.

Comment (38)

    Un classique !
    10 mai 2019 - 1 h 42 min

    Il y à les traitres de l’intérieur + extérieur !!!

    LOGIQUE
    10 mai 2019 - 1 h 40 min

    Si il arrive quoi que ce soit en Algérie on connait déja quels pays qui y seront responsable en plus des traitres !

    Mus
    9 mai 2019 - 19 h 22 min

    Après un octogénaire en civil, c’est le tour d’un autre en tenue militaire de régenter le pays à sa manière. Une fois Bouteflika parti, et son clan démantelé, il ne reste à l’armée de retourner à la caserne et aux frontières comme le stipule la Constitution. La politique aux politiciens et la justice indépendante aux magistrats et avocats et le monde sera meilleur. Pourquoi cet élan salvateur nommé Hirak devrait il s’éteindre au prix de la dictature que le peuple a vaincue le 22 février? On veut être des citoyens normaux dans un pays normal, sans plus. Est-ce trop demander aux « décideurs » d’aujourd’hui? Et l’amour du pays?

    Anonyme
    9 mai 2019 - 11 h 32 min

    Tous ceux qui sont contre Gaïd Salah et contre l’ANP et donc contre l’Algérie sont:
    – Des trolls (vilipendés)
    – Déserteurs animés par l’esprit mesquin de vengeance (Harkis)
    – Des abrutis
    – Des séparatistes
    – Des suiveurs
    – Des calculateurs froids et sans vergogne
    – Intérêts personnels: argent ou petite gloire

    9
    72
      Reponse à l'anonyme
      9 mai 2019 - 17 h 27 min

      Désolé si je ne peux partager le contenu de votre commentaire:
      1/ Gaid Salah, malgré le poste important qu’il occupe, en ce moment de l’histoire de notre pays, n’est pas l’Algérie.
      Bien au contraire, il devrait être au service dudit pays et de son peuple.
      2/ L’ANP, avec tout le respect qu’elle puisse susciter en tant Institution, ne peut prétendre à être considérée comme étant l’Algérie.
      On peut dire sans risque de se tromper qu’elle ne peut être considérée que comme un outil, bien qu’il soit important, au service de sa patrie.
      Par ailleurs, je ne peux être en accord avec les qualificatifs d’une dureté extrême utilisés à l’endroit de citoyens algériens que vous ne pouvez pas connaitre pour tirer de telles conclusions et verdicts.
      La question qui peut venir à l’esprit, ces citoyens objet de votre ire méritent ils tant de méchancetés et d’anathèmes, alors qu’ils n’expriment que leurs idées et pensées lesquelles ne sont pas en adéquation avec les votre, si heureusement d’ailleurs.
      En conclusion, il s’agira de savoir quel est l’abruti vous même ou ces citoyens lesquels, à mon humble avis, sont loin de mériter un tel qualificatif.
      Parce que ces citoyens que vous n’hésitez à vilipender et à vouer aux gémonies ne méritent que du respect du fait que leurs interventions et actions n’ont qu’un seul objectif c’est de servir le mouvement citoyen et leur pays
      en tentant d’inciter leur armée l’ANP a adopté une position honorable et juste qui consiste à accompagner le peuple algérien dans ses revendications.
      Ce qui est demandé à lANP c’est de se positionner en faveur de l’Algérie de Djamila Bouhired et de la Jeunesse algérienne.

      73
      1
      Zaatar
      9 mai 2019 - 23 h 23 min

      En premier lieu, l’ANP et Gaid Salah sont deux entités distinctes. On peut très bien-être avec l’une et pas avec l’autre. Gaid Salah n’est pas l’ANP et l’ANP n’est pas Gaid Salah. Ensuite, si tu regardes bien les slogans et les banderoles des derniers vendredi, tu remarqueras que les manifestants sont avec l’ANP et pas avec Gaid Salah sur lesquels des slogans hostiles sont criés style Gaid dégage. Enfin, l’algerie c’est surtout le peuple et c’est celui la qui sort dans les rues crier que Gaid n’est pas avec lui car Bensalah et Bedoui sont toujours en place.

    Le Képi
    9 mai 2019 - 11 h 04 min

    Le temps du képi est révolu. SI le képi veut bien donner un coup de pouce durant cette période d’incertitude, il ne peut être que le bienvenu, dans le cas contraire il devrait sagement rejoindre les caserne et laisser au peuple toute la latitude de prendre son destin en mains.
    Le képi n’a pas toujours été du bon coté. Il est temps qu’il accompagne son peuple s’il le souhaite.
    Sinon tous les subterfuges et échappatoires qu’il peut évoquer en vue de se maintenir et de faire durer le régime en place dûment rejeté par la quasi majorité de notre peuple sont déjà connus et utilisés par le passé et de ce fait sont voués à l’échec.
    L’Algérie a beaucoup souffert de la domination de la tenue Kaki et du Képi pour accepter une république ou un pouvoir dirigés par ces derniers;
    L’Algérie de demain devrait être confiée entre les mains du peuple algérien souverain.

    37
    5
    Erh
    9 mai 2019 - 10 h 16 min

    Mainant que la France soutient indirectement gaid salah en disant qu’ elle espérer que les élection se déroule dans de bonne condition Gaid doit dégager immédiatement il veut prendre le pouvoir coûté q coûté demain inchallah le peuple lui rendez la reponse

    13
    6
    Faffa
    9 mai 2019 - 6 h 05 min

    Pour répondre à ce anonyme « IZOURENE », j’aimerais porter à sa connaissance qu’en Algérie il n’y a pas de Faffa mais de simples algériens qui peuvent avoir des idées différentes: c’est leur droit des plus légitimes.
    Le Commandement militaire qui s’exprime par la voix de la revue »El djeich » devrait être explicite s’il veut montrer du doigt des traîtres s’ils en existent.
    Les Algériens par le biais du mouvement populaire sont très claires et limpides dans leurs revendications: ils demandent une réelle prise en main du pouvoir et de sa destinée, vers une Algérie autre que celle là.

    Il revient au Commandement militaire de vouloir l’accompagner ou pas dans cette voie.

    17
    2
    Blakel
    9 mai 2019 - 4 h 50 min

    Gaïd Salah veut-il siffler la fin de la récréation ?
    Il se débarasse de quelques membres du clan Bouteflika, pour nous berner, et sauver le système.
    Il discrédite toute les figures de l’opposition, par l’intermédiaire de ses médias, et de ses baltaguias.
    Il ne cède pas sur l’essentiel : la fin du système, et surtout il a profité du mouvement de contestation, pour se renforcer en éliminant tous ceux qui le génaient à l’intérieur du système (clan Mediene), ou à l’extérieur (Rebrab). Aujourd’hui il concentre tous les pouvoirs. Il n’y a plus de vraie présidence, il a récupéré la partie des services de renseignements qui lui échappaient encore (DSS), et les médias lourds sont à son service. Les autres pouvoirs (Parlement et Justice) sont toujours aux ordres.
    Bref, il a obtenu ce qu’il voulait, il n’y a plus de raison de manifester, et il faut suivre son plan, me semble-t-il, d’après lui.

    31
    3
      Vroum Vroum 😤..
      9 mai 2019 - 9 h 08 min

      @Blakwel…tu as raison , et je n’ai toujours pas accepté qu’on touche au Général Mediene ou Tartague , c’est humilier le DRS et faire plaisir aux Islamistes Frères Musulman qui voulaient depuis longtemps la Tête du Général Mediene , et Gaid Sallah Chef d’État Major l’a fait ???..

      47
      6
    ZAWAL OU F'HAL
    9 mai 2019 - 4 h 14 min

    JUSQU’À LA MORT AVEC L’A.N.P…. QUE VOUS LE VOULEZ OU NON !!! ET PAS DE MAK…acques m’hennistes, bien sûr. Condition, sine qua none… bien évidemment.

    8
    25
    Anonimaoui
    9 mai 2019 - 3 h 32 min

    Les responsables de cette situation catastrophique dangereuse pour le devenir du pays sont ceux qui ont, toute honte bue, maintenu comme président un homme presque mort pendant un quatrième mandat et comble de l’ignominie ces mêmes traîtres à la nation ont tout fait pour offrir à un fantôme un cinquième quinquennat. Ce sont ces traîtres que la revue el djeich devait montrer du doigt dès que l’on a imposé au peuple un cadre ou juste une photo pour présider aux destinées d’un pays de 40 millions d’âmes au 21 ème siècle et dans un environnement international hostile. Pendant toute cette période cette revue se contentait de défendre Bouteflika et de lui répéter son allégeance totale. Dans tout ça le perdant c’est le peuple qui a été trahi par des irresponsables devenus subitement des donneurs de leçons.

    19
    1
      Anonyme
      9 mai 2019 - 11 h 45 min

      Bien dit !!! Yatik Saha….maintenant on nous parle de complots c est quoi ces complots si ce n est que l armée veut à tout prix rester au pouvoir et décider ,comme depuis 1962 ,à la place du peuple…
      Derrière chaque affairiste il y a un militaire…..voilà ce qu ils ne veulent pas perdre…

    lhadi
    9 mai 2019 - 1 h 26 min

    Il y a une inquiétante réalité que les myopes, tête penchée sur l’entêtement, ont tendance à oublier, pour ne pas dire à mettre sous le tapis : l’existence d’un ennemi intérieur qui obère toute chance de développement d’un Etat fort, d’une république solide, d’une Algérie apaisée dans toute sa diversité, moderne et conquérante dans ce monde de globalisation politiquement et économiquement injuste.

    La responsabilité qui habite tous ceux qui aiment le pays plus que leurs parents impose de ne pas succomber aux appels des sirènes de la division.

    Le pays est en dépôt de bilan. Il a besoin, sans plus attendre, d’un commandant en chef prophète des temps modernes, d’un Prométhée des temps modernes qui préside dans le respect de la voie tracée par la loi fondamentale de la république, d’un chef du gouvernement qui gouverne avec toutes les prérogatives que lui octroie la constitution et enfin un Parlement, affranchi de toutes compromissions, qui contrôle l’action gouvernementale et légifère.

    L’intérêt du pays invite mes compatriotes à suivre le chemin de la sagesse qui exprime davantage l’idéal de notre république : celui d’une cohésion nationale et sociale renforcée, d’une vie politique modernisée, d’une Algérie apaisée et respectueuse des engagements de chacun.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    17
    9
    Vroum Vroum 😤..
    9 mai 2019 - 0 h 00 min

    Mais pourquoi toutes ces bizarreries , l’équation est très simple , la Gouvernance et projets économiques , intérieurs aux élites issues du Peuple sortis du Hirak , Président, Gouvernement et tout ce qui est Politique Étrangère et défense reste dans le domaine ANP qui a en charge la sécurité du Pays avec un garde fou général qui est le ministère de la Justice /Cour de Comptes pour donner le LA . .Alors resumons ..Tout ce qui concerne Politique Étrangère et défense reste dans le domaine ANP /Services Sécurité…et la Gouvernance du Pays /Gestion Développement revient aux Élites sorties du Hirak et désignées par celui-ci . .Voilà c’est simple .

    Vangelis
    8 mai 2019 - 23 h 04 min

    Franchement cette  » revue  » qui la lit ? Seuls seraient intéressés les soldats de l’ANP a qui on formate le cerveau et qu’on oblige à acheter ou à la lire.

    On entend parler de ses articles plus proches de la langue de bois et de ceux d’El Moudjahid, dans le même registre, que de l’information claire, nette et précise. Le sans affabulation est inconnu de ces organes dont les écrivaillons broutent sur le dos des algériens et croient que leurs insipides articles éclaireraient ces derniers.

    Tous deux organes du régime, ils restent figés dans l’objectif de l’endormissement des citoyens. Peine perdue !

    Ce régime cherche des noises aux manifestants alors qu’il sait que ces derniers sont tous les algériens qui en ont marre de lui, de ses pratiques, de sa mentalité rétrograde, de son inertie, de son manque de l’honneur et de la dignité dont l’ex se gargarisait à qui voulait l’entendre.

    23
    4
    MELLO
    8 mai 2019 - 21 h 29 min

    Une fois de plus et comme de coutume , la revue de l’État major nous parle sournoisement et dans un langage des années de plomb. L’introduction de l’armée dans le champ politique devient de plus en plus alambiquée et sans issue. Si l’État major veut s’insérer dans le droit constitutionnel, alors l’armée doit se tenir loin du débat politique. Les marches enclenchée depuis le 22 Février sont très claires dans leurs revendications : SYSTÈME DÉGAGE.
    Comment une institution qui a assisté passivement à la destruction et à la dilapidation de l’Algérie durant des années ( 20 ans) puisse , aujourd’hui , intervenir sur un terrain propriété du seul peuple. Seul le peuple peut décider de sa façon de gérer le pays.
    Aller vers une élection présidentielle avec la même constitution , celle de bouteflika, c’est offrir des prérogatives sans limite au nouveau président . Une période de transition avec une assemblée constituante qui désignera un collège présidentiel sera la meilleure voie.

    20
    5
    dzl G ri
    8 mai 2019 - 19 h 41 min

    le seul agent qui fout la m… et qui cherche par tout les moyens a s accaparer du pouvoir et enfoncer le pays dans la dictature n est d autre que gaïd ,Quand se le dise et se le répète a part la casquette il n est rien du tout

    14
    6
    Abu Stifaille
    8 mai 2019 - 19 h 40 min

    Je ne sais pas pour vous mais,moi,quand je lis cette prose,je me pose une question :C’est moi qui suis un imbécile ou quoi?
    Car,en fait,après lecture,je n’ai toujours rien compris de plus qu’avant.Rien n’est clair dans cet éditorial.
    Je lis :
    « certains parmi ceux…etc… »c’est qui ces « certains » ??
    « qui concoctent des plans…etc » quels plans ?
    « tout comme il (le peuple)est au fait de la nature abjecte du plan que certaines parties voudraient mettre à exécution par procuration pour certains parrains désormais connus de tous » quel plan ?Quelles parties ?Qui sont ces parrains,etc…
    Je peux continuer comme cela pendant longtemps.
    Je ne sais pas pour vous mais,moi,ces messages codés où on peut comprendre tout et son contraire me fatiguent.
    Soyez clair,bon sang !!!
    Et si ces « messages » ne sont en réalité pas destiné au peuple mais aux interessés qui devrait se reconnaitre,je ne vois pas l’utilité de nous en faire part

    17
    2
    Anonyme
    8 mai 2019 - 19 h 38 min

    C’est Gaïd Salah et la clique de généraux qui deviennent de plus en plus suspectes à vouloir maintenir contre toute logique des personnes refusées par le peuple. Les Algériens ne sucent pas leur pouce; gare au retour de manivelle.
    Et ce n’ai pas en faisant main basse sur les chaines publiques qui sont devenus des organes de propagande d’une clique de généraux que les choses changerons. Ces chaines sont la honte de ce pays. S’ils avaient un minimum de bon sens ces journalistes devraient démissionner en masse plutôt que de subir une telle infamie. La récupération en cours par la junte ne doit pas passer

    16
    4
    Bônois
    8 mai 2019 - 19 h 19 min

    C’est du réchauffé! Un peuple qui demande à prendre en main sa destinée, à vouloir être dirigé par des citoyens intègres et compétents, et voilà qu’on lui sort cette vieille rengaine. Je l’ai répété à maintes reprises, les Gaïds n’ont jamais été du côté du peuple.

    17
    4
    IhAWhAW
    8 mai 2019 - 18 h 48 min

    Le désespoir de Gaid Salah étalé noir sur blanc. Un article qui n’a ni tête ni queue !!! On devine que Ahmed Gaid Salah ne veut que la fuite en avant dans son propre intérêt et des résidus de la 3issaba qui veut se régénérer pour perpétuer sa domination sur le pouvoir et tout ce qui va avec ; en somme une copie conforme du vécu quotidien des Algériens depuis un certain mois d’ Avril 1999 avec des têtes qui seront toujours derrière le rideau.

    36
    15
    Soldat Schweik
    8 mai 2019 - 18 h 42 min

    La Junte militaire des gininars, a sa tete le plus vieux soldat du monde … et tliba, nous dit dans un message codé sorti tout droit du siecle dernier des colonnes de la de la « Pravda » : Ehna iymoute kaci et dezou m’3ahoum
    Le peuple PACIFIQUE vous repond par deux slogans populaires sortis de la bouche de jeunes anonymes et qui sonnent commes de cinglantes gifles a vos oreilles d’autistes aveugles :
    1. « H’na n’3arfoukoum, entouma ma t’3erfounach » tout deconnectés de la realité que vous etes
    2. Tetnehaw ga3 c’est ga3 !
    Et lekhbar iydjibouh etwala ce n’est qu’une question de temps ! Ulach smah oulach !

    34
    15
      CHAOUI
      8 mai 2019 - 21 h 47 min

      La contre-attaque menée par la mafia politico-financière reprend les mêmes thèmes d’il y a une vingtaine d’années :- « le soldat le plus vieux du monde » (Fake news en son temps)
      -« Ulach smah oulach » (slogan haineux contre la population uniquement algérienne et manipulation de la masse pour des intérêts qui ne sont pas la leur » (où es tu Lounes?). Et…vogue la galère. Que dieu guide les pas du grand militaire nationaliste Gaid Salah vers l’élimination de la perfide secte apatride.

      5
      17
        Anonyme
        9 mai 2019 - 3 h 43 min

        Comme toujours, il faut pour défendre la maffia au pouvoir, l’intervention habituelle du faux chaoui de service.
        Parle en ton nom, tu ne représente pas les vrais chaouis.

        12
        1
    La main de l’étranger cède la place…
    8 mai 2019 - 18 h 11 min

    La main de l’étranger cède-t-elle vraiment la place à l’ennemi intérieur . Cela ne rappelle-t-il pas tout de go l’aventure, populairement connue, du « Clou de Djeha », ce malin aux milles et une ruse… Les gens l’on prise depuis la nuit des temps comme exemple lorsqu’on s’habitue à utiliser de faibles arguments pour atteindre l’objectif tracé.

    29
    4
    Felfel Har
    8 mai 2019 - 17 h 01 min

    Pour être crédible à mes yeux, cet éditorial gagnerait à être repris dans la forme comme dans le fond. En l’absence de faits réels, donc vérifiables et citant des personnes bien identifiées et nommées, l’article en question est une pure affabulation, un thème de science fiction.
    Aucun des canons du journalisme moderne n’est respecté: une affirmation de la vérité n’est pas une démonstration tant qu’elle n’est pas étayée par des preuves tangibles. Cet article prend alors la forme de propagande à la gloire de Gaïd Salah qui, sur plus de 40 millions d’âmes, est le SEUL à vouloir le bien du pays et du peuple, un Zorro non masqué, un Superman made in Bladi.
    « Fool me once shame on you, fool me twice, shame on me! (trompe-moi une fois, honte à toi, trompe-moi une deuxième fois, honte à moi!)

    28
    4
      Lghoul
      9 mai 2019 - 1 h 56 min

      Le language du FLN a travers el moudjahid des annees
      70 se reproduit encore en 2019. Ils ne partent
      jamais en retraite.

      11
    Amiahmed
    8 mai 2019 - 16 h 26 min

    On peut tromper un groupe pas 20 millions de nos citoyens, un train pour avancer a besoin d’une locomotive, le groupe de personnes vus comme meneurs, représentent la locomotive, c,est comme dans l’armée, il y. a les troupes et il y a la locomotive, les chefs ou les meneurs de troupe, il ne faut surtout pas diviser le peuple de ses meneurs comme le faisait la France du temps de la colonisation. En Algérie, il y a un seul peuple, l’armée, le peuple et ses guides ou meneurs

    26
    3
      Lghoul
      8 mai 2019 - 17 h 21 min

      Maintenant c’est au tour « d’el djeich » d’essayer une autre diversion et les menaces. La seule question que je poserai a ce redacteur est: Comment et pourquoi
      sommes nous arrives a cette situation ? Nous ne sommes plus en 62 et nous pouvons nous prendre en charge contre cette « main de l’etranger ».

      33
      2
    Antisioniste
    8 mai 2019 - 16 h 23 min

    Nommez les, c’est ça la transparence.

    32
    2
    Abou Stroff
    8 mai 2019 - 16 h 14 min

    je pense que l’éditorialiste d' »el djeich » n’ a pas compris que les années 70, c’était avant, et, que maintenant, au 21ème siècle, ce genre de « littérature » est totalement obsolète, carrément ridicule et parfaitement insipide.
    en effet, si des preuves ou un faisceau de circonstances suggèrent que des comploteurs agissent de telle sorte à ce que l’Algérie, en tant qu’Etat et Nation soit menacée, alors, il est impératif de saisir la justice pour régler le problème. autrement l’éditorialiste en question devrait se taire pour ne pas se ridiculiser et ridiculiser la seule institution dont l’aura demeure encore intacte auprès des algériens lambda.

    48
    3
    L'aubergiste
    8 mai 2019 - 15 h 34 min

    Apparemment l’aubergiste nous dit que les portes sont déjà fermées.

    39
    6
      Le Tavernier
      8 mai 2019 - 16 h 28 min

      Un message TRÈS CLAIR, NET et….. PRÈCIS. Donc, avis aux opportunistes.
      A JOUER TROP AVEC LE FEU QU’ON FINIT PAR SE BRÛLER…

      18
      37
        Bouzorane
        8 mai 2019 - 17 h 52 min

        En effet, à force de jouer avec le feu, gaid salah va se brûler les ailes

        34
        13
          Izourène
          8 mai 2019 - 20 h 10 min

          Je ne crois pas que Aâmi Salah GAÏD va se brûler les ailes et encore moins les doigts.
          Il se bat contre les traîtres qui défendent le parti de Faffa. Alors, comme de bien entendu, les enfants de la france et de tel-aviv font tout pour l’abattre… avec l’aide des traîtres en place dèjà en Algérie. Il les fait chier… c’est compréhensible.

          9
          17
          Bouzorane
          9 mai 2019 - 9 h 05 min

          @Izourène,
          Et pourtant, il a envoyé nos militaires défilés sur les champs élysées!!
          Et il s’est réuni avec bouteflika dans une chambre d’hôpital militaire à paris!!
          Et tu dis qu’il combat la france!!??
          moi je le trouve au contraire très docile et ne combat rien du tout, sauf pour ses intérêts personnels bien sur

          6
          1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.