Pétrole : Chevron renonce au rachat d’Anadarko et cède la victoire à Occidental Petroleum

Anadarko Chevron
Michael Wirth, PDG de Chevron. D. R.

La major pétrolière américaine Chevron a annoncé, jeudi dans un communiqué, qu’elle n’allait pas faire une contre-offre pour racheter Anadarko, cédant la victoire à son concurrent, Occidental Petroleum, qui devrait reprendre le groupe pétrolier américain.

Le groupe Chevron a indiqué qu’aux termes de l’accord de fusion avec Anadarko Petroleum, il ne fera pas de contre-offre supérieure à celle d’Occidental. «Gagner dans n’importe quel environnement ne signifie pas gagner à tout prix. La discipline en matière de coûts et de capital a toujours de l’importance», a déclaré le PDG de Chevron, Michael Wirth, cité dans le communiqué.

«Nous n’allons pas diluer nos rendements, ni réduire la valeur pour nos actionnaires dans le seul but de conclure un accord», a-t-il ajouté. Anadarko devrait verser un milliard de dollars à la major américaine au titre des frais d’annulation de l’accord de rachat. Anadarko qui détient d’importants actifs en Algérie et Chevron étaient parvenus, le 12 avril dernier, à un accord définitif pour le rachat de toutes les actions en circulation du groupe Anadarko pour 33 milliards de dollars, soit 65 dollars par action.

De son côté, Occidental Petroleum a proposé une offre de 57 milliards de dollars qui a ouvert la porte à une guerre d’enchères entre les deux groupes américains pendant plusieurs jours. Occidental Petroleum a également signé un accord de 8,8 milliards de dollars avec le français Total pour lui céder les actifs d’Anadrko en Algérie, Ghana, Mozambique et Afrique du Sud dans l’éventualité d’un succès de l’offre en cours. Avec le retrait de Chevron, Total devrait reprendre tous les actifs d’Anadarko en Afrique.

Selon de nombreux analystes américains, le groupe Chevron demeure malgré son offre inférieure le mieux disposé pour reprendre Anadarko. Les activités du deuxième plus grand groupe pétrolier américain après ExxonMobil correspondent mieux au portefeuille d’Anadarko. La major américaine peut facilement absorber une telle acquisition, s’accordent à dire les mêmes analystes. Présent au Mozambique où il opère un méga projet de GNL, Anadarko détient également d’importants actifs en Algérie où il figure comme le plus grand producteur de brut parmi les partenaires de Sonatrach. Anadarko avait annoncé en mars qu’il souhaitait reconduire ses contrats de production en Algérie et y renforcer son activité.

Le groupe qui produit près de 260 000 barils/jour avait demandé l’extension de tous ses contrats d’exploitation d’hydrocarbures en Algérie. Le premier contrat portant sur le champ Hassi Berkine (HBNS) où le groupe exploite les blocs 404 et 208 arrive à échéance en 2023.

Le groupe exploite également en partenariat avec Sonatrach le gisement El-Merk à Illizi qui représente l’une des plus grandes découvertes de brut réalisées en Algérie ces dernières années avec des réserves estimées à 1,2 milliard de barils de pétrole et de condensat.

R. E.

Comment (10)

    Anonyme
    12 mai 2019 - 5 h 16 min

    Quoique profane dans le monde du petrole , mais j’ai le préssentiment que tout à été étudié à Harvard pour que les cadres américains qui s’occupent de ce domaine ne se feront jamais de concurence pour mieux gruger leurs naïfs partenaires étrangers trés peu formés et pas assez responsables dans des pays où la responsabilité est trés diluée.

    monpays
    11 mai 2019 - 10 h 14 min

    soyons honnete et loyaux envers notre pays, c’est la conditions unique pour preserver nos interets chez nous et ailleurs, comme font les autres.
    Quand est ce que nous commencerons tous à aimer et travaille rpour notre pays sincerement.Ya allah aouna ou allamna, amin.

    Anonyme
    11 mai 2019 - 3 h 37 min

    L’état doit faire valoir son droit de préemption et empêcher par tous les moyens Total d’acquérir totalement ou en partie Anadarko. Il faut empêcher par tous les moyens l’entrée de Total, qui est comme Lafarge, un instrument politique très dangereux de la France officielle. C’est le traître marocain Bouteflika qui nous a créé ce grave problème.

    7
    3
    Anonyme
    10 mai 2019 - 22 h 27 min

    L’état policier français actionnaire dans le capital de Total de Patrick Pouyanné
    Passe à l’offensive géo stratégique énergétique en Algérie, après avoir renforcé ses positions
    En Libye déchirée, en Angola, au Nigeria, au Gabon , et en Cote d’Ivoire acquis, et protégés
    Le protégé Total de l’état policier français cherche à racheter – politiquement – tout les interets pétroliers étrangers américains, et autres , en Algérie
    Les stratèges politiques, économiques, financiers, militaires, sécuritaires français préparent des plans
    Pour le retour de l’influence, et de la domination française sur les nouvelles institutions étatiques algériennes, l’économie, les finances, et le secteur sensible et névralgique qu’est l’énergie
    Et l’affaiblissement indirecte, discrète, et secrète de Sonatrach
    (Sonatrach est déjà affaiblie par l’instabilité de ses cadres, des luttes intestines de clans , et groupes d’interets politico-économiques,
    Mais aussi Sonatrach victime de charges financières supplémentaires, et insupportables sociales, et sportives
    Comme le financement inutile, et à pertes d’associations sportives , pétroliers d’Alger,, de Bougie, ?!,…..
    Ainsi que les 80 milliards, annuellement, alloués au M.P.A aux performances au dessous de la moyenne
    Pour ne pas dire nulles,
    Espérance de Tunis, et Widad de Casablanca, clubs très performants, en finale des champions d’Afrique Ne sont pas financés, et sponsorisés par des sociétés pétrolières, comme le MPA avec Sonatrach, et l’USMA avec Sonelgaz
    Le Zamalek égyptien, et le Nahda de Berkane rifain du Maroc clubs très performants
    En finale de la Coupe de la CAF
    Ne sont pas aussi financés par des sociétés pétrolières comme le fait Sonatrach avec le MPA
    La Sonatrach doit entamer des réformes, et des restructurations profondes, radicales, et totales
    Pour redresser sa situation, et lutter contre les charges qui paralysent, et alourdissent
    Sa gestion bureaucratique, et lourde

    5
    3
      benchikh
      11 mai 2019 - 22 h 59 min

      malheureusement Sonatrach après 60 ans de la création de cette entreprise pétrolière n’a pas des vrais cadres pour remplacer une simple compagnie Américaine comme Anadarko.C’est bizarre !!! l’Algérie est prisonnière par sa bureaucratie qui est une barrière à la Française contre toute évolution .Et TOTAL en profite.

      2
      1
    RAYES EL BAHRIYA
    10 mai 2019 - 15 h 10 min

    Occidental Petroleum complice du maroc israel et france dans la colonisation du sahara occidental
    *sonatrach est complice de la colonisation du sahara occidental
    bensalah abdelkader execute le plan du makhzen ; trahissant dans le dos le peuple sahraoui…

    7
    9
    Anonyme
    10 mai 2019 - 0 h 49 min

    Et là, pas de droit de préemption ?
    La france revient en Algérie par la grande porte, déjà premier fournisseur de toute sa camelote, lafarge hier, total aujourd’hui, jamais les intérêts de la france n’ont été aussi bien gardés, il faut dire qu’ici elle a bien travaillé, la dgse est très bien implantée pour faire le boulot avec des agents à tous les niveaux pour accompagner sa mission.
    On ne peut qu’applaudir la prouesse, de 1962 à nos jours la france défend admirablement bien ses intérêts en Algérie grâce à des traîtres bien dressés d’ici.

    15
    7
    Felfel Har
    10 mai 2019 - 0 h 37 min

    Je suis totalement satisfait que Total n’ait pas réussi à rafler la part d’Anadarko. Sonatrach doit absolument veiller à ne pas « mettre tous ses oeufs dans le même panier », elle doit s’astreindre à diversifier au maximum ses partenaires étrangers, car certains peuvent s’avérer encombrants, voire dangereux pour notre politique énergétique.
    Encore une fois, il est temps de réactiver le Conseil Supérieur de l’Énergie que Bouteflika, pour des raisons maintenant évidentes, a anesthésié, presque euthanasié. Ne laissons pas le DG de Sonatrach affronter seul les multinationales du pétrole qui peuvent se faire menaçantes!

    13
    12
      anonyme
      10 mai 2019 - 9 h 23 min

      vous etes completement accoter de la plaque reliser le texte ;occidental petrolium va ceder a total les actifs d anadarko en algerie , ghana, Mozambique et afrique du sud pour 8,8 milliards de dollars
      mama Franca est toujours la .

      17
      2
        Felfel Har
        10 mai 2019 - 13 h 49 min

        @Anonyme
        Je suis totalement à côté de la plaque; j’ai simplement mal lu le dit passage. Sonatrach et le ministère de l’Énergie devraient s’interposer et, au besoin, exercer nos droits de préemption car Total est le cheval de Troie, l’oeil et l’oreille de l’Élysée.
        Salutations!

        4
        7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.