Poudre de lait : les laiteries privées réclament une répartition équitable des quotas

lait
Le lait subventionné est soumis aux quotas. New Press

Plusieurs laiteries privées connaissent des difficultés d’approvisionnement en poudre de lait, subventionnée par l’Etat, a indiqué lundi à l’APS le président de la Confédération des industriels et producteurs algériens (CIPA), Abdelwahab Ziani, appelant à une répartition «équitable» des quotas entre public et privé.

«Nous subissons une discrimination en matière d’acquisition de poudre de lait subventionnée par l’Etat. Les unités de production du secteur public bénéficient de quantités qui leur permettent de fonctionner en H24, tandis que plusieurs laiteries privées n’ont que l’équivalent de deux ou trois heures de production de lait en sachet par jour», a déploré M. Ziani.

Djelfa : insuffisance et spéculation sur les prix

Une insuffisance en lait pasteurisé conditionné en sachets est actuellement enregistrée dans la wilaya de Djelfa, conjuguée à une spéculation sur les prix de ce produit en ces premiers jours du Ramadhan, a constaté l’APS. Le sachet de lait pasteurisé est actuellement écoulé pour un prix allant de 35 à 40  au niveau d’un nombre de commerces et d’étals de vente à la sauvette du centre ville de Djelfa. Cette situation est à l’origine d’un grand mécontentement des citoyens tant à l’égard de ces prix que de la pénurie de cette denrée vitale. Ils (citoyens) remettent en cause l’efficience du contrôle assuré par les services de la wilaya concernés, notamment par la lutte contre les vendeurs occasionnels, dont l’objectif durant ce mois sacré est d’amasser le plus d’argent possible aux dépens des citoyens.

D’aucuns s’interrogent sur l’importante disponibilité de produits dérivés du lait (fromages, lait caillé et autres), avant d’expliquer ce fait par l’importante marge bénéficiaire qu’ils assurent aux commerçants, à l’opposé du lait en sachet dont le prix est soutenu par l’Etat.

La wilaya de Djelfa compte deux unités de production de lait pasteurisé en sachets, l’une au chef-lieu de wilaya et l’autre dans la zone industrielle de Aïn Oussera (100 km de Djelfa), couvrant  une importante part des besoins de la région en la matière.

R. N.

Comment (2)

    Zaatar
    14 mai 2019 - 9 h 04 min

    Comme d’habitude, bientôt on connaîtra la crise du lait…histoire de détourner un peu l’attention du peuple et l’occuper à chercher à trouver du lait.

    Vroum Vroum 😤..
    14 mai 2019 - 7 h 47 min

    Algérie achète le lait en poudre a l’étranger…car on manque de lait !!!… a croire que les Vaches du monde pour qui j’ai du respect , ont lancé un Embargo sur l’Algérie , refusent de vivre en Algérie et produire sufisament de Lait , mais on trouve des centaines de milliers de Vaches dans d’autres pays en Europe , Brésil , Argentine , Canada , Usa , Turquie….sauf en Algérie qui manque de lait …?? ..Les Vaches n’aiment pas l’Algérie !!… ou alors un problème Algero-Algerien incapables d’importer des Milliers de Vaches ou créer des Élevages ou s’en occuper , manque de Paysans qui ont fuit vers les villes , vidés les campagnes , y’a un gros problème au point d’importer du lait en poudre…on importe tout ??.. du lait ?

    3
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.