Risques

Gaïd adresse
Le général-major Gaïd-Salah. D. R.

Par R. Mahmoudi Dans la troisième partie de son adresse hebdomadaire, le chef d’état-major de l’ANP a tenté de rassurer l’opinion publique mais plus particulièrement ses détracteurs qui le soupçonnaient de nourrir des ambitions présidentielles et de se préparer à calquer le modèle égyptien en la matière pour devenir une sorte de Sissi algérien.

Gaïd-Salah a été, ce mercredi, pour une fois très clair sur son engagement personnel, en disant que tout ce qui l’intéresse, lui et l’institution qu’il représente, c’est d’aider le pays à traverser cette mauvaise passe. Cela dit, au sujet de l’élection présidentielle et, plus globalement, de l’avenir politique du pays, il est resté toujours aussi vague, indécis et, pour ainsi dire, peu rassurant.

Après son sermon adressé à la classe politique, à laquelle il reproche son «inertie» et son «déphasage» face au bouillonnement que connaît le pays, il ne dit pas – ou ne veut pas dire – ce qui peut, selon lui, aider à sortir de l’impasse actuelle, en dehors de cette élection prévue le 4 juillet prochain et dont tout le monde sait qu’elle est quasiment impossible à tous points de vue.

Va-t-il attendre jusqu’à cette date, c’est-dire un moins et demi, pour abattre ses cartes et dévoiler éventuellement «un plan B», à supposer qu’il en ait un ? Un mois et demi, c’est loin alors qu’il y a un besoin urgent d’apaiser les esprits qu’on sent de plus en plus chauffés par des discours virulents, justifiés ou non, faisant désormais du général Gaïd-Salah la nouvelle «cible» des manifestants, et qui peuvent, à la longue, alimenter des animosités fatales envers l’armée.

R. M.

Comment (30)

    Citoyen
    24 mai 2019 - 23 h 19 min

    Mr le generale en chef ecouter le peuple avant que tous devienne kaotique vous navez plus le choix le peuple manifeste son envie d’independance totale avec une politique de partage nationnal et des gouvernands honnette.
    Le moment et venue de tourner la page de votre 1er republique de gzchis total.
    Aussi Mr le generale en chef n’oublier pas sue vous avez bien profiter de ce system napoleoniste a la bouteflicat,le peuple aussi vous prie de prendre votre retraite bien merite 15 ans de service suppreme ca doit etre fatiguant.
    Il faut aussi rajeunir nos generaux qui doivent etre depasser par la nouvelle technologie de guerre a distance.
    Si vous aimer votre pays et son peuple l’histoire vous le rendra le moment et venu que les Algeriens et Algeriennes retrouvent leurs dignité de vivre en paix.

    1
    3
    Patriote
    24 mai 2019 - 11 h 14 min

    Notre armée qui n’arrête pas de nous dire qu’elle soutient le peuple depuis le 22 Février courant doit passer à l’étape suivante en établissant une liste de personnes compétentes meme de la diaspora comme elle connaît le CV et le pedigree de chaque Algérien pour gérer cette période de transition en mettant sur la touche les 2B comme le souhaite le peuple . Le peuple aura le loisir de choisir des personnes de cette liste. En agissant de sorte , elle coupera l’herbe sous les pieds à tous ces opportunistes à la solde des officines nocives à notre patrie . Il est temps d’avancer pour établir une Algerie avec une vraie démocratie . Vive l’Algerie et son Armée et service de sécurité qui nous permettent d’accomplir ce transition d’une manière pacifique et avec un civisme qui etonne le monde entier

    5
    3
    Said ourari
    24 mai 2019 - 9 h 36 min

    Bonjour
    C est simple : il faudrait qu un journaliste aille au ministere de la defense et organise une c.de presse avec mr le v.ministre et la on en saura plus et finis les speculations

    3
    3
    Zaatar
    24 mai 2019 - 6 h 55 min

    Voilà les choses sont on ne peut plus claires maintenant. Comme lors d’un vol Alger – Paris à bord d’un avion d’air peut-être , vous entendez l’hôtesse annoncer l’entame de la descente vers l’aéroport de Paris -Orly. Là, nous entamons a bord de notre pays sous le commandement de Gaid Salah, notre descente et retour vers les années de plombs que nous atteindrons très probablement dans très peu de temps. Sauf turbulences atroces en cours de descente provoquées par le Hirak qui conduira le commandant à faire demi tour.

    6
    8
    Antisioniste
    23 mai 2019 - 23 h 35 min

    Son Excellence le Peuple Algérien, est d’accord pour le respect de la constitution, et puisque vous y insister alors vous devez reconnaitre que vous êtes ses employés, et qu’il est le patron comme le stipule les articles 7 et 8 de cette même constitution, par conséquence c’est lui le vrai maitre à qui vous devez allégeance loyauté et obéissance. Osé me dire le contraire si vous le pouvez, sinon appliquer ses exigences légitimes claire et limpide que la constitution appuie clairement. Wake up

    6
    7
      Zaatar
      24 mai 2019 - 4 h 02 min

      Antisioniste bonjour,
      Imaginez quelqu’un qui dispose d’une manne providentielle que tout le monde aurait pu s’en approprier également. Est ce que cette personne va partager avec les autres parce que altruiste? Est ce qu’il va se dire les autres en ont besoin moi pas et donc va la remettre aux autres? Ou bien est ce qu’il va tout faire pour la garder quid a éliminer tout ceux qui la lui réclame?

      6
      6
        Antisioniste
        24 mai 2019 - 16 h 05 min

        Bonjour Zaatar
        Ya khouya tu enfonce une porte ouverte, on sait qu’on est dans un contexte comique qui va durer encore une quarantaine de jours, après ça, il est évident qu’on va directement vers la loi martial comme je l’ai déjà dit, et pour moi le hirak doit non seulement se préparer a cette éventualité qui se profile de jour en jour, mais surtout s’y adapter intelligemment et toujours pacifiquement.

        3
        1
          Zaatar
          25 mai 2019 - 4 h 43 min

          Bjr Antisioniste,
          Le recours a loi martiale justement est à double tranchant. H’mida est très habile et on le voit depuis le début, en fait on le voit depuis 62. Sauf que cette fois ci il n’a jamais été confronté à une problématique pareille. J’ai la nette impression que nos généraux sont déboussolés d’une certaine façon. Quoi qu’ils entreprennent, ils ont peur que ça se retourne contre eux. D’où un statu quo qu’on entretient en attendant de trouver la solution, celle qui aide à H’mida bien sûr et qui bousille le peuple. Le 4 juillet en fait partie, car tout le monde sait que personne n’ira voter.

    MELLO
    23 mai 2019 - 22 h 35 min

    Le discours politique est nettement différent du discours militaire, autant l’un dissuasif autant l’autre est directif et ordonnateur. Si le Chef d’État …. Major veut avoir des ambitions politiques, mrahba bih. Mais en sa qualité actuelle , son discours ne conviant pas. Avant qu’il ne soit trop tard , c’est à dire avant le 9 Juillet, Gaid Salah se doit de prendre le toreau par les cornes et inviter , je dis bien inviter des personnalités politiques ayant accompagné le mouvement populaire pour leur ouvrir la voie d’une Direction collégiale qui se chargera de préparer l’ élection présidentielle démocratiquement. Les risques c’est vouloir , à tout prix, organiser des élections comme prévu au 4 Juillet, or c’est quasiment impossible.

    6
    5
    Ammi Mourad
    23 mai 2019 - 22 h 23 min

    Voici le Plan de Gaid:

    Oreille sourde j’usqu’au 04/07

    Le peuple bloque les Bureaux de vote, ni les magistrats ni les élus ne marchent dans la mascarade ,

    Arrêt du processus électoral,
    Gaid décrète l’etat D’Urgence,
    Il se voit propulsé à la tête d’un HCE, Avec des présidentielles sans date,

    La nouvelle IISSABA se Régénère à l’Ombre des Nouveaux Dictateurs,

    14
    15
    Bof
    23 mai 2019 - 21 h 17 min

    Gaid Salah découvre l’ivresse du Pouvoir absolu. Il a longtemps observé Bouteflika à l’ombre et maintenant il veut en profiter. Il fait joujou avec la justice, il arrête qui il veut et relâche qui il veut. Quand il sera fatigué de jouer avec la justice, il trouvera un autre passe-temps. On aura fait l’équivalent de 5 fois le tour du monde en marches. Et il sera toujours là pour nous féliciter et nous encourager à marcher de manière plus ordonnées, car il n’aime pas trop les marches anarchiques, les pieds et les bras qui dépassent, les tenues pas très règlementaires des marcheurs et leurs slogans trop subversifs.

    12
    12
    Blida
    23 mai 2019 - 18 h 21 min

    Quand finira-t-on par dire clairement que GS est le noeud du problème ? il en est même l’incarnation !
    qui croira que la justice militaire ou civile s’est réveillée d’elle même ?

    Difficile d’oublier qu’il a été, jusqu’à il y a quelques semaines, le protecteur du régime duquel il essaie de se dissocier aujourd’hui ?

    À quand de jeunes officiers supérieurs nés après l’indépendance et propres ?

    23
    23
    La fable à Gaïd...
    23 mai 2019 - 12 h 51 min

    …Il veut être sûr de gagner son marathon avec le peuple. Peut s’en faut de bafouer toutes les règles du
    Fair play. Pour lui, comme dans la fable de la Fontaine « Le lièvre et la tortue » sa moralité est :
    Rien ne sert de courir, il faut partir à point (en rusant). Je suggère au Hirak de lui faire une réception « cacher » à son arrivée solitaire pour contempler le spectacle de son 1/4 d’heure de gloire.

    21
    21
    Abou Litik
    23 mai 2019 - 12 h 35 min

     « Gaïd-Salah ne dit pas ce qui peut aider à sortir de l’impasse actuelle en dehors de cette élection prévue le 4 juillet et dont tout le monde sait qu’elle est quasi impossible à tous points de vue. »

    Et pour cause ! Soit il n’en sait pas plus que nous, soit il ne se passera rien.
    Ma parole on considère que seuls deux acteurs sont action dans ce qui se passe : le Hirak et le Général et qu’il n’ y a qu’un moment dans cette histoire qui conditionne tout : les élections.

    La vérité c’est que le Hirak n’est qu’une enfumade qui masque la réalité sociale . Et le général que l’Etat apparent.

    On extrapole partir des processions du vendredi des dou3ates et des slogans on oublie que dans la société réelle ce sont d’autres qui s’appliquent  : Tidjara chtara , echart hallal . Macha allah, Hasbouna Allâh wa Ni3ma al-Wakîl

    Dans le paysage politique rien ne se perd, rien ne se crée , rien ,ne se transforme

    La réalité c’est que toutes les vielles structures sont là , le FLN , les organisations, les associations héritières, l’oligarchie , la nomenklatura. Tout ce beau monde plus vindicatif et arrogant que jamais .

    J’ajoute à cela que les rapports de force ne sont pas changés.

    On fait une analyse à partir des slogans d’un mouvement qui jusque-là n’a rien trouvé en lui-même pour se déclencher mais qui a attendu qu’un bug dans le système enraille la mécanique pour se lancer.
    Même si on constate que jusque-là dans la pratique rien ne change, au contraire on profite pour se renforcer et s’adapter à la nouvelle donne . à part quelques ajustements tout est à sa place plus rivé que jamais.

    Mais on veut nous faire croire que la vérité est dans la théologie qui accompagne tous les mouvements messianiques de ce genre.

    En vérité tout le monde n’entrave que pouic à ce qui se trame , personne ne sera nous dire ce qui se passera après le 4 juillet .

    Moua je subodore qu’après ce carnaval tout sera remis à sa place avec quelques ravalements de façades et on repartira comme avant.

    14
    14
      Zaatar
      23 mai 2019 - 13 h 09 min

      Gaid a ressuscité le régime. Le FLN et TAJ ont devancé les autres. S’est joint le reste parmi eux le RND et le parti de Benyounes. Les ex partis de la présidentielle sont en ordre de bataille. Ce qui se passera après le 4 juillet? effectivement rien. Tout redeviendra comme avant.

      15
      15
    lhadi
    23 mai 2019 - 9 h 54 min

    Il est quasiment certains d’aboutir à l’affirmation de l’existence d’un courant anarchiste qui veut verrouiller toute possibilité d’accession au pouvoir par la voie des élections libres, transparentes et démocratiques. Cela avec pour corollaire de cristalliser la polarisation de la tension et des mécontentements populaires contre le système en multipliant les possibilités d’une prise de pouvoir par le chaos.

    Le besoin d’une élection présidentielle se faisant de plus en plus pressant, l’armée, dans sa posture républicaine qui fait honneur à notre démocratie, se doit de défricher le chemin d’un avenir collectif.

    Fraternellement lhadi
    [email protected]

    25
    25
      Zaatar
      23 mai 2019 - 18 h 07 min

      Le jeu de l’ANP est plus Clair que l’eau de Roche. L’armée fait et défait les présidents chez nous depuis 62. Elle nous dit en ce moment par son chef d’état-major interposé que ce n’est pas maintenant que cela va changer. Elle précise bien, tapez vous la tête contre le mur si vous n’êtes pas contents. Ca sera comme cela et pas autrement.

      16
      15
    Sid
    23 mai 2019 - 9 h 41 min

    Il n’a peut être pas d’ambition présidentielle, mais il a sans doute une volonté de statu quo lui permettant de garder son poste et ses privilèges en espérant que la tempête finisse par passer…Mais non ya Si Hmed, la tempête ne s’arrêtera pas avant de t’emporter avec. Toufik, Said et Tartag ont besoin d’un quatrième joueur de domino pour le long séjour qui les attend…

    30
    30
      Zaatar
      23 mai 2019 - 10 h 16 min

      Il a levé le doute sur son ambition présidentielle. Il n’en a pas qu’il dit c’est noté. Qu’il lève le doute sur le reste. Qu’il n’est pas impliqué lui ou sa famille dans des affaires de corruptions. Qu’il n’est pas en train de remettre le régime en selle par cet entêtement à tenir des élections présidentielles. Peut être qu’on le croira…

      25
      26
        Sid
        23 mai 2019 - 11 h 08 min

        Je pense qu’en réalité il n’a aucune envie d’organiser des élections, il sait pertinemment qu’elles n’auront pas lieux, mais il joue le jeu afin de gagner du temps. Au lieu d’entamer tout de suite une démarche sérieuse de sortie de crise, Boutef étant officiellement parti depuis près de deux mois, il préfère attendre le 04 juillet…trois mois de plus au pouvoir sont toujours les bienvenus!

        C’est une fuite en avant en réalté!…

        21
        22
          Zaatar
          23 mai 2019 - 11 h 25 min

          Si vous voulez mon avis, j’ai des doutes sur tout ce qui se passe. Et que tout ces ballets, mises en scènes, va et vient aux tribunaux, discours à l’emporte pièce n’est que du cinéma sous le plus grand chapiteau de la Paramount.

          19
          19
    Norebi
    23 mai 2019 - 8 h 47 min

    Un assainissement total du système mafieux, voilà ce que demande le peuple , la suite est entre les mains de la justic.

    79
    8
    Marre d'eux
    23 mai 2019 - 8 h 23 min

    Le général Al Sissi est très bien nourri grâce à l’argent du peuple qu’il combat de toutes ses forces actuellement en évitant d’accéder à ses revendications!!!!

    19
    19
    Antisioniste
    23 mai 2019 - 6 h 46 min

    Il est inutile de faire des analyses et se faire une crampe neuronale, ce n’est pas une bonne idée en ce qui concerne le blabla d’el Gaidator, car le niveau est plus bas que le ras des pâquerettes sans parler du fait que le peuple et lui vivent dans des mondes parallèle diffèrent.
    Ses laudateurs paraissent légions avec leurs multiples flagorneries ainsi que leurs affirmations oiseuses répéter. Dans quelques heures ils vont avoir la réponse de la part de son Excellence le Peuple Algérien.

    29
    29
    Zaatar
    23 mai 2019 - 4 h 16 min

    Plus notre General parle, et plus on affine la compréhension de ses idées et surtout de sa stratégie. Mais surtout, on arrive à être de plus en plus objectif dans nos analyses et cerner un peu plus la problématique actuelle à laquelle le pays est confronté. Gaid Salah sans aucun doute possible est l’homme fort du moment de part le poste qu’il occupe. J’ai ironisé sur un autre film sur la hiérarchie et le sens des ordres entre le président intérimaire et ministre de la défense d’une part et le chef d’état-major vice ministre de la défense d’autre part, mais les choses sont claires. Le donneur d’ordre c’est Gaid Salah. Ensuite on est tous d’accord qu’il faut nettoyer le pays. C’est une donnée incontournable. Mais cependant non prioritaire. Première erreur de notre Ami général. La seconde erreur de notre ami général est d’avoir considéré ce Hirak comme une divergence de points de vue entre la société et les dirigeants du pays et qu’il suffit d’instaurer un dialogue pour résoudre la problématique. Il pense en même temps que des ennemis du pays étrangers peut-être profitent de la situation pour déstabiliser le pays en s’infiltrant dans le mouvement. Alors qu’en fait ce n’est point une divergence de points de vue mais une réelle révolution populaire Pacifique qui voudrait formater le système politique et changer la façon de gouverner le pays. Enfin, dernière erreur de notre ami général, et de mon avis c’est la plus grave, c’est de ne pas avoir saisi le sens de « yetnahaw ga3 « . Notre ami général a compris que le peuple veut tout formater, faire dégager tous les cadres de l’état de toutes les institutions. D’où la panique dans la tête. El khel3a hakmatou parceque s’il ne reste plus personne il n y aura que lui et donc panique a bord. Enfin, et dans le même ordre d’idées, je pense que ami général est limité. Car comment suggérer un dialogue entre élites et compétences politiques du pays alors que ces derniers justement ont quasiment tous été formatés par le système. Ce sont ceux la les corrompus, les traîtres ceux qui ont ruinés le pays et que le peuple demande à ce que yetnahaw ga3. Par contre, les cadres de l’état et des institutions, personne ne leur reproche quoi que ce soit et ce sont eux d’ailleurs qui assurent le fonctionnement en ce moment du pays.
    Par conséquent, j’en tire une seule conclusion. On a une révolte populaire en bonne et due forme dont les revendications sont claires. On a un homme fort sur le terrain qui peut régler l’affaire en un tour trois quart juste en répondant à l’attente du peuple. De deux choses l’une pour notre homme fort. Soit il n’a rien compris à ce qui se passe et que ses conseillers qui l’accompagnent sont aussi nuls que lui et il faudra s’attendre au pire, soit lui-même a des choses à cacher car certainement concerné dans la purge exigé par le peuple et cela finira par être dévoilé.

    37
    38
      Droits Humains
      23 mai 2019 - 6 h 07 min

      On dirait que vous avez été formé directement dans les laboratoires de l’OTAN.
      Vous écrivez :
      « On a une révolte populaire en bonne et due forme dont les revendications sont claires ».
      Mettez sur la table ces revendications, chiche et SVP sans populisme si vous en êtes capable.
      Vous ne lisez apparemment que la presse coloniale, et vous voulez nous faire croire que l’Algérie est une planète isolée des enjeux géostratégiques.
      En politique, il n y a pas de hasard.

      39
      38
        Anonyme
        23 mai 2019 - 8 h 23 min

        Pas besoin d’avoir un diplôme de l’OTAN ou du Mossad pour comprendre les revendications du peuple :

        1 – yetnahaw ga3 : les symboles de l’ancien régime doivent dégager. Le gouvernement, le président fantôme, le sénat, parlement etc…
        2- Klitou leblad ya serraqines : TOUS les gangs doivent être arrêtés, et pas seulement Rebrab ou Kouninef, tout le reste doit suivre ( les ministres qui ont signé des crédits, les directeurs de banque qui ont donné des crédits, les trabendistes qui ont siphonné les caisses, Les Tliba et autres gangs proches de Gaid Salah aussi..)
        3- Dawla Madanya Machi Caserna : Les militaires à la caserne, les civils au Pouvoir.
        4- Djazair Hourra Dimoqratia : on organisera les élections quand tout le monde sera libre de mener sa campagne électorale en toute égalité et sous le contrôle d’une commission indépendante et souveraine.

        45
        46
        Elephant Man
        23 mai 2019 - 9 h 47 min

        @Droits Humains
        Complètement d’accord. Ce qui explique piur faire court pourquoi le lobby anti Gaïd Salah tient tant à s’écarter de la voie constitutionnelle qui conduirait le pays dans un vide politique et constitutionnel et mettrait l’armée en difficulté puisque directement confrontée au peuple et donc le chaos tant souhaité par les ennemis de l’Algérie.

        23
        24
      Abu Stifaille
      23 mai 2019 - 7 h 58 min

      @ Zaatar
      Votre double language vous a trahi…
      Je vous cite:

      « Notre ami général a compris que le peuple veut tout formater, faire dégager tous les cadres de l’état de toutes les institutions. »

      Quelques lignes plus-bas:

       » le peuple demande à ce que yetnahaw ga3. Par contre, les cadres de l’état et des institutions, personne ne leur reproche quoi que ce soit et ce sont eux d’ailleurs qui assurent le fonctionnement en ce moment du pays. »

      25
      25
        Zaatar
        23 mai 2019 - 8 h 41 min

        Ah mais je suis bien lu. tant mieux.
        L’ami Abou stifaille, parler de double langage est une peu précipité. J’ai effectivement écrit les deux assertions, mais relisez les contextes. Vous conviendrez alors que dans le premier,  » Notre ami général a compris que le peuple veut tout formater, faire dégager tous les cadres de l’état de toutes les institutions. », je sous entend que le général ne comprend rien, que c’est un nullard (je ne pouvais pas l’écrire ainsi, c’est trop désobligeant vous conviendrez), qu’il comprend de travers. Dans la seconde « le peuple demande à ce que yetnahaw ga3. Par contre, les cadres de l’état et des institutions, personne ne leur reproche quoi que ce soit et ce sont eux d’ailleurs qui assurent le fonctionnement en ce moment du pays; » vous oubliez la suite. Les cadres des institutions sont épargnés par le peuple, mais ce que le peuple demande « yernahaw ga3 » c’est les cadres et dirigeants politiques. relisez ce que j’ai écrit et vous le retrouverez l’ami Abou stifaille. j’allais écrire a3djouza hakmet sarrek…mais j’ai retiré. Saha Ramdanek.

        16
        16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.