Affaire Kamel-Eddine Fekhar : les enquêteurs arrivent à Ghardaïa

enquêteurs
Kamel-Eddine Fekhar. D. R.

Par Mounir Serrai – Les enquêteurs dépêchés par le ministère de la Justice à Ghardaïa afin de faire la lumière sur les circonstances de la mort de Kamel-Eddine Fekhar arrivent dans la vallée du M’zab. Ces enquêteurs doivent  interroger des responsables des structures judiciaires, le wali et les responsables de la prison où a été incarcéré ce militant des droits de l’Homme, décédé le 28 mai à l’âge de 54 ans.

Leur séjour risque d’être long, dans un contexte tendu, surtout qu’ils doivent mener une «enquête approfondie». Beaucoup est attendu de cette enquête surtout que l’avocat du défunt Fekhar, Salah Dabouz, avait parlé d’une «mort programmée».

Le ministère de la Justice, qui tente de contenir la colère que pourrait provoquer le décès de Kamel-Eddine Fekhar, a affirmé jeudi dans un communiqué avoir ordonné «une enquête approfondie pour éclaircir  les circonstances» de sa mort. Il a informé l’opinion publique avoir instruit ses  services concernés de diligenter une enquête approfondie sur les circonstances  du décès de ce militant des droits de l’Homme. Le ministère semble ainsi répondre favorablement aux appels lancés par des partis et des ONG pour faire la lumière sur les circonstances de la mort de Fekhar. Parmi les partis qui ont exigé une enquête, le FFS, ainsi que la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme, qui a également demandé que la vérité soit faite sur cette affaire.

Les obsèques du défunt Kamel-Eddine Fekhar auront lieu demain au cimetière El-Alia, à Alger, conformément à son vœu, a indiqué son avocat.

M. S.

Comment (21)

    Honte à ce pouvoir (aib alicoum)
    2 juin 2019 - 15 h 43 min

    On vient d’apprendre que l’ancien ministre de la Justice l’un des piliers du système Bouteflika, Tayeb Louh, fera l’objet de poursuites judiciaires pour « homicide volontaire. » pour sa responsabilité dans la mort abjecte du journaliste algérien Mohamed Tamalt le 11 décembre à l’hôpital de Bab El-Oued, détenu à la prison d’El-Harrach lui reprochant de ne pas être intervenu au moment où le défunt Mohamed Tamalt observait une grève de la faim.
    Aussi, il en est de même pour l’activiste Kamel-Eddine Fekhar à qui la justice a ordonné l’ouverture d’une enquête sur les circonstances de son décès incarcéré pour «complot contre la sûreté de l’Etat», qui avait entamé une grève de la faim en prison, et qui n’avait pas à recourir à ce moyen de lutte, si l’institution judiciaire avait mis en premier, le principe de la présomption d’innocence.
    En effet, la justice doit ouvrir une information judiciaire pour comprendre les motivations du juge qui a décidé de son incarcération en violation des droits constitutionnels (le principe de la présomption d’innocence) car en Algérie la liberté provisoire et le contrôle judiciaire sont la règle, tandis que la détention provisoire est l’exception.
    Honte à ce pouvoir (aib alikoum)

    3
    1
    Dartagnan!
    1 juin 2019 - 23 h 25 min

    J’ aimerais que AP m’éclaire sur le fait que pour certains commentaires, qui ne plaisent pas forcément, les pouces favorables ou défavorables sont soient bloqués ou manipulés. Cela ne peut que fausser l’appréciation de l’opinion algérienne. Est ce le but recherché?
    Des robots électroniques, envoyés par des Martiens « décideurs », dont la mission est de tout chambouler seraient certainement à l’oeuvre.

    Anonyme
    1 juin 2019 - 23 h 15 min

    Monsieur c’est honteux pour toi de porter une telle accusation sur Kamel Fekhar.Ca se voit que tu écoutes la télévision Ennahar, c’est pourquoi tu ne peux pas juger mieux.Tu juges que Kamel Fekhar est séparatiste? Lui qui est médecin et en plus un militant des droits de l’homme, crois tu qu’il pourra être séparatiste, comme l’avait rapporté la chaîne de télévision poubelle Ennahar?Tu reprends d’une manière Pavlovienne le discours d’El-Issaba. Fekhar dérange parce qu’il avait vu de ses propres yeux ceux qui étaient derrière les événements de Ghardaia. Il les reconnaissait.Ce sont ces mêmes qui l’ont emprisonné et qui ont causé sa mort par la suite

    6
    5
    Bof
    1 juin 2019 - 18 h 02 min

    L’inspecteur Mergou mène l’enquête.
    Pendant que son chef Bedoui fait des tours autour de la Qaaba aux frais de la princesse. ..

    5
    5
    Amazighkan
    1 juin 2019 - 14 h 59 min

    La « justice aux ordres » s’est empressé de jeter feu Fekhar et Aouf en prison en détention provisoire dans des cellules de moins de 2 m² qui comprend également un WC turque. Le Wali de Ghardaïa, le procureur et le juge d’instruction doivent arrêtés et mis au cachot dans les mêmes conditions en attendant que l’enquête aboutisse. Ces pourritures ne comprendront leur bêtises et leur hogra que le jour où ils y goûteront.

    7
    5
    Anonimaoui
    1 juin 2019 - 9 h 37 min

    Avec ce système autiste les Algériens sont informés justice de la création de commissions d’enquête puis plus rien aucune suite. Suite à l’accident d’avion militaire à Boufarik, avec un bilan très lourd en vies humaines, une commission d’enquête a bien été créée mais silence radio, rien n’a filtré à ce jour. C’est le sort réservé à toutes ces commissions pansement.

    10
    5
    M.S
    1 juin 2019 - 9 h 36 min

    Il s’agit d’un assassinat politique pure et simple.Fekhar est mort pour ses opinions politiques parce qu’il est démocrate!!!!

    12
    10
    SaidZ
    1 juin 2019 - 6 h 00 min

    Chez-nous quand on installe une commission d’enquête…… c’est pour enterrer l’affaire. Comment peut-on parler d’enquête quand on ramasse même des vieilles venues marcher pacifiquement !? comment les croire quand on sait que des militants comme Dr.Fekhar sont en ce moment en prison pour avoir critiqué objectivement fakhamatou? pour avoir dénoncé le 5e mandat, lequel déjà fait partie de l’histoire!?

    14
    9
    Marcus Leo
    1 juin 2019 - 3 h 36 min

    Nous savons qui a tué Monsieur Fekhar c’est l’injustice, le mensonge et le mépris point besoin d’enquête pour cela. Paix à son âme et sincères condoléances à sa famille.

    13
    10
    anonyme
    1 juin 2019 - 3 h 36 min

    il n’y a ni lumiere ni sidi zekri à faire

    13
    5
    Les harkis du 21 ème siècle sont parmi nous.
    1 juin 2019 - 0 h 06 min

    Ce militant de la conspirations contre les algériens et contre la stabilité de l’Algérie et tombé dans son propre piège.
    Personne ne pleurera un séparatiste un diviseur un régionalistes toujours les mêmes.
    YEN A MARRE.

    14
    24
      MELLO
      1 juin 2019 - 16 h 52 min

      Les harkis de 2019 sont parmi les lecteurs de AP.
      Point d’explications sur le Docteur Fekhar, militant democrate des droits de l’homme mort dans les geôles du pouvoir.

      9
      7
      Yes
      2 juin 2019 - 5 h 10 min

      Les harkis du 21 eme.. Ils sont chez toi,connus des algériens : c ton ex ministre des moudjahidine chérif abbés installé à Lyon ,c ton bouteflika qui a passé 3 mois aux invalides et au val de grâce ,c saadani qui a détourné des milliards pour acheter résidence à Paris, saadani qui a été président de l’apn hachakoum,qui a été sg de ton FLN usurpé par tes nouveaux harkis.

    EL KHOU
    31 mai 2019 - 23 h 46 min

    Me Salah DEBOUZ a accusé nommément le wali de Ghardaia et le procureur général près la cour de Ghardaia. C’est dans cette direction que l’enquête doit être menée d’une manière très sérieuse avec la collaboration étroite de Me Salah DEBOUZ. Ce dernier a été d’une telle clarté qu’il ne fait aucun doute que leur responsabilité pénale est entièrement engagée dans ce drame . Dans l’intérêt d’une enquête objective et impartiale, ces deux individus doivent être suspendus immédiatement de leurs fonctions qu’ils ont souillées en attendant les résultats de l’enquête. Le gouvernement doit comprendre que les pratiques hideuses d’une époque révolue doivent être bannies à tout jamais pour laisser place à la loi et au droit en général.

    16
    7
    Soldat Schweik
    31 mai 2019 - 20 h 00 min

    A3la barakete ellah wa a3la slamt’houm ya sidi
    ils ont du venir de mars a bord d’une navette spatiale qui a eu a affronter de terribles tempetes spatiales, ce qui explique leur retard bien entendu et ca a donné le temps a l’administration de la prison de ghardaia de preparer leurs séjours dans des conditions qui soient dignes de leur rang en donnant un bon coup de refresh sur la scene du CRIME.
    Bien entendu, le peuple est assuré d’avoir un rapport impartial qui dira toute la verité, rien que la verité sur cet ASSASSINAT … euh pardon pardon toute ce  » suicide » zelkete lissane yal khawa ;), de plus il sera rendu publique en prime time sur ennahar tv, el yatima wa mouchtakatiha, echourouk… etc… et tout cela en l’an de grace 2222 el mouwafik …. stop et fin
    That’s all folks

    9
    8
    Mokrane Djouadi
    31 mai 2019 - 19 h 58 min

    J’espère que cette enquête judiciaire sera menée avec tout le sérieux et l’objectivité qui lui sont nécessaires pour qu’elle puisse aboutir: les algériens souffrent déjà assez et ne méritent aucunement de mourir en prison.
    Je saisis cette opportunité pour présenter les condoléances, à sa famille, de la part d’un algérien très affecté par la perte de ce grand homme, qui a consacré sa vie à servir les bonnes causes et l’Algérie.
    Je suis certain que les algériens de manière générale lui rendront hommage et accompagneront sa famille dans sa douleur et, se souviendront du sacrifice de cet homme de valeur.

    Fils aîné du Commandant de l’ALN, DJOUADI Abderrahmane,du village d’Arous, tombé au Champ de l’Honneur en 1957.

    9
    6
    wal
    31 mai 2019 - 19 h 57 min

    « …..Ces enquêteurs doivent interroger des responsables des structures judiciaires, le wali et les responsables de la prison où a été incarcéré ce militant des droits de l’Homme…. » Ceux-là même qui…….Incorrigible régime.

    9
    6
      Lghoul
      1 juin 2019 - 7 h 28 min

      « L’enquete » doit d’abord commencer
      par questionner en premier ceux qui l’ont arrete pour ses idees.Sinon le resultat irreversible est que ses enfants n’ont plus de pere et que sa femme est devenue veuve.
      Et ceux qui croulent encore en prison parce qu’ils etaient contre le 5ie mandat, donc comme la majeur partie du peuple?

      9
      5
    Observateur
    31 mai 2019 - 19 h 38 min

    C’est la bonne démarche, si il y avait action criminelle dans ce dossier, le ou les responsables doivent être traduit en justice. Il y a des forces nuisibles (les pseudo démocrates gauchistes) qui veulent exploiter cette mort à des fins politiques contre l’Algérie. Les gauchistes anarchistes nihilistes (RCD, FFS, PT ) travaillent d’arrache pied pour créer le chaos en Algérie. Ils sont contre la tenue des élections, parce que ils savent bien qu’ils seront perdant… C’est le secret que nos « gauchiste pseudo démocrate représentants autoproclamés du peuple » veulent le cacher..

    9
    15
      Anonyme
      1 juin 2019 - 14 h 16 min

      Juste une petite question : Est-ce que tu veux dire que les tenants du pouvoir actuel, et ceux qui les ont précédé, sont, quant à eux, les «représentants du peuple» ?

      2
      2
    Bof
    31 mai 2019 - 19 h 24 min

    Pas besoin de commission d’enquête si on avait une justice indépendante. C’est la justice qui doit enquêter sur ce Crime et pas des fonctionnaires venus d’Alger pour rédiger un rapport qui sera enfermé dans un tirroir. Comme tous les rapports des commissions d’enquêtes précédentes.

    14
    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.