Commerce extérieur : qui sont les clients de l’Algérie et qui sont ses fournisseurs ?

port Algérie
La liste des fournisseurs de l'Algérie n'a pas changé. New Press

Les partenaires commerciaux de l’Algérie, durant les quatre premiers mois de 2019, notamment les cinq premiers clients du pays ont représenté près de 58% des exportations algériennes, rapporte l’APS.

A ce titre, l’Italie maintient sa place de principal client avec 2,395 MDS USD, soit près de 18% des exportations algériennes globales, suivie de la France avec 1,717 MD USD (12,89%), l’Espagne avec 1,677 millions USD (12,58%), les Etats-Unis avec 1,017 MD USD (7,63%) et la Turquie avec 918,86 millions (6,9%).

En ce qui concerne les principaux fournisseurs de l’Algérie, les cinq premiers ont représenté 51,53% durant les quatre mois de 2019.

Les cinq principaux fournisseurs de l’Algérie sont : la Chine, qui maintient toujours sa première place avec 2,963 MDS USD (19,53% des importations globales algériennes), suivie de la France avec 1,493 MD USD (9,84%), de l’Espagne avec 1,130 MD USD (7,45%), de l’Allemagne avec 1,118 millions USD (7,37%) et l’Italie avec 1,113 MD USD (7,34%).

R. E.

Comment (14)

    Barbe rousse
    14 juin 2019 - 19 h 27 min

    « MA KINE WHALO !!! » 😉

    AMMI ROUCHE
    4 juin 2019 - 0 h 06 min

    Les russes ne nous fournissent rien? On n’arrête pas de dire qu’on a à cheté des missiles, des avions de guerre, des systèmes de défense S..machin… est-ce que cela est gratuit? Aussi, vous ne dites pas c’est quoi que nous fournissent les arabes wahhabites! Combien de fatwas du moyen âge nous ont-ils expédiés, combien de femmes l’Algérie leur a fournis pour leurs marchands de la mort un peu partout dans le monde?

    91
    2
    karimdz
    3 juin 2019 - 11 h 43 min

    La diversification de nos clients et fournisseurs est primordial et stratégique. Nous devons assurer nos sources d’approvisionnements à un prix compétitif et de bonne qualité, mais aussi multiplier notre clientèle pour ne pas dépendre d’un seul client qui pour une raison ou un autre, ne renouvellerait plus son contrat.

    Il est abbérant comme le font remarquer des compatriotes dans leurs interventions, que notre pays importe encore du blé en quantité, alors que notre agriculture a fait des progrès immenses et que nous sommes meme en surproduction sur certains produits. Et cette histoire de coût de service exhorbitante de 15 milliards de dollars, je sais pas si le chiffre est exact, mais c’est inadmissible. Il va falloir procéder à de de profonds changements dans la gestion et la restructuration des entreprises publiques.

    Le nouveau gouvernement devra s atteler à ce travail pour rendre nos entreprises plus compétitives et éviter surtout le gachis des milliards de dollars qui servent les entreprises en occident alors que presque tout pourrait être produit et proposé sur place, chez nous.

    3
    4
      Belaid Djamel
      10 juin 2019 - 15 h 50 min

      Si Karim, vous écrivez « Il est abbérant comme le font remarquer des compatriotes dans leurs interventions, que notre pays importe encore du blé en quantité, alors que notre agriculture a fait des progrès immenses ». Il ne faut pas oublier que la population augmente et qu’une partie des terres est utilisée pour produire de l’orge que nous donnons aux moutons, vaches et poules. L’Algérien de 2019 veut manger de la viande… QUELLES SOLUTIONS?
      -Libérer les énergies paysannes. Contrairement aux pays développés, actuellement en Algérie, il n’y a pas de loi sur la location des terres agricoles. Conséquences: beaucoup de céréaliers sont dans l’informel et ne bénéficient pas du soutien de l’Etat.
      -Créer des CCLS privées à côté des CCLS actuelles qui ne sont que des antennes administratives de l’OAIC. Que des paysans achètent des parts sociales et gérent des budgets en recrutant leurs techniciens et directeur.
      -Développer la contractualisations: les moulins privés doivent avoir un service d’appui à la production.
      -Autoriser des moulins paysans (avec les mêmes avantages financiers que ceux des gros moulins privés). Cela afin de rendre encore plus rémunérateur la production de blé.
      -Sur le plan technique, encourager à outrance le non labour avec semis direct seule solution valable sous notre climat. Pour cela rendre disponible le semoir Boudour fabriqué à Sidi Bel Abbès.

    Felfel Har
    2 juin 2019 - 12 h 38 min

    Ce qui choque, c’est que nous ayons importé (en catimini) autant de blé français alors que nous enregistrions une récolte record. La presse française souligne que ces exportations vers l’Algérie ont sauvé la saison de nombreux céréaliers français. Cette presse a raison d’enfoncer le clou et de nous faire un pied de nez. Merci au lobby de l’OAIC!
    N’étions-nous pas censés diversifier nos importations de céréales en achetant ailleurs qu’en France? Ne cherche-t-on pas en fait à perpétuer notre dépendance de ce pays qui ne cesse d’interférer dans nos affaires internes et de saboter nos efforts de développement? Ce genre de cadeau est inadmissible par les temps qui courent.
    Les responsables algériens chargés de négocier ces contrats doivent désormais se départir de cette mentalité de colonisés car ils courent le risque de se voir jugés pour crimes économiques. De la même manière, ceux qui ont pour responsabilité de mettre en place une politique cohérente de développement de l’agriculture doivent cesser de considérer que les importations sont plus profitables au pays que la production nationale. Ils ont pour mission sacrée de concrétiser l’indépendance alimentaire pour nous mettre à l’abri de toute forme de chantage.

    23
    6
      Belaid Djamel
      10 juin 2019 - 15 h 57 min

      Si Felfel, moi ce qui me choque, c’est que l’OAIC ne demande pas à ses partenaires français la possibilité de formation de nos céréaliers, techniciens et agents des silos. Il y a des organismes comme les grandes coopératives françaises (groupe Avril, …), il y a l’ONG FERT et le CIRAD. Exigeons de l’OAIC que les commandes stipulent une formation de nos concitoyens impliqués dans la filière blé.
      Autre chose: le fellah Algérien vend sont blé à l’OAIC qui le rétrocède à un moulin privé qui produit de la valeur ajoutée en transformant ce grain en semoule puis en pâtes alimentaires. Nos CCLS et tout groupement de céréaliers dûment constitué en GIE devraient avoir les mêmes avantages financiers et fiscaux que les grands moulins privés. Ainsi, on répartirait mieux la valeur ajoutée et les fellahs auraient droit à plus d’arbeh en fin de campagne agricole.

    Importation de services ?!!!
    2 juin 2019 - 11 h 38 min

    Il ne faut pas oublier que ces chiffres ne concernent que la balance commerciale stricto sensu , c’est à dire les échanges de biens seulement ! Si on inclue les importations de services, la structure des importations va complètement changée ! Il faut que les citoyens algériens sachent que chaque année en plus des importations de biens, l’Algérie importe en moyenne 15 milliards de dollars de services (études, assistance,transfert de bénéfice etc.. etc..) concentré surtout chez Sonatrah , Sonelgaz et le secteur des travaux publics !

    Sonatrach est l’entreprise la plus gourmande en services (la plus grande part) . Contrairement à ce qu’on raconte à savoir qu’avec ses cadres, ses ingénieurs cette entreprise se suffit à elle-même et sans l’appui et apport de l’étranger par l’assistance technique interposé est complètement faux . Sonatrach sans ces « services » peut s’effondrer en quelques années. Les cadres de l’entreprise l’aveu eux-même ! Et dire que Sonatrach est née en 1963 mais qu’elle reste en 2019 (56 ans après) prisonnière ,du manque flagrant de compétences internes et tributaire de l’assistance étrangère. Oui 56 ans ya el khaoua depuis que Sonatrach existe et on n’a pas été capable de former des ingénieurs,des techniciens, des managers compétents en nombre suffisants.Eh oui !!!

    24
    4
    Anonyme
    2 juin 2019 - 5 h 57 min

    C’est notre système mafieux, rentier, prédateur, et surtout bureaucratique lourd, socialiste, et corrompu
    Qui a rendu le peuple asservi, et fainéant, sans initiatives, sans travail, sans imaginations, sans unité
    Sans respects des valeurs, des personnes, et de leurs rangs ?!,…
    Le système bureaucratique socialiste, sécuritaire et corrompu, qui a détruit notre Agriculture, nos plaines
    Envahies par le béton, et le batiment sauvages, et les indus qui n’ont rien avoir, avec la terre,
    Et l’agriculture déracinés viennent pour transformer d’autres en déracinés, sur leurs propres terres
    Nos élevages,notre Artisanat, nos relations traditionnelles, basées sur le travail, l’entre aide, et le respect
    Des valeurs ont disparus, par une politique socialiste bureaucratique utopique égalitaire, démagogique,
    Et populiste stérile

    17
    4
    A miss tmourth
    1 juin 2019 - 20 h 37 min

    Ceux qui nous chantent la Chine et la Russie à tue tête en ont pour leurs grades.
    La Chine et la Russie ne nous achètent rien et croyez moi, ils ne nous achèteront rien à l’avenir.
    Si comme le préconisent certains, on remplace le blé Français par le blé Russe, on s’oppose à la transaction de Total et Crystal, l’Europe ne restera pas les bras croisés et nous le fera payer cher. Les Chinois et Russes ne leveront pas le petit doigt.

    23
    18
      vendre du vent !
      2 juin 2019 - 13 h 54 min

      Waouh, ya kho @ miss Tmourt, tu oublies que l’Algérie ne produit et n’exporte rien d’autre que des hydrocarbures ! Que vont faire les Russes et les Chinois avec ton pétrole, ils en ont en abondance ! Si tu vendais à la rigueur du vent , peut-être qu’au moins là ils vont faire l’effort d’en acheter !

      7
      11
        harissa
        2 juin 2019 - 16 h 19 min

        Avant de répondre et avant d »écrire n’importe quoi il suffit de se renseigner ce n’est guère difficile ,la Chine est le premier importateur de pétrole au monde ,cela c’est juste un chiffre réel et vérifiable .Actuellement la Chine importe 8,4 millions de barils de pétrole brut par jour ,mais l’ami fidèle chinois n’importe pas de pétrole algérien .

        15
        2
    le niveau
    1 juin 2019 - 20 h 01 min

    des clients de 2 centimes non merci …AU DIABLE
    l’asie sera un client potenciel pour l’algerie et dans tout les domaines
    mais bon avec ignorants au pouvoir,se pouvoir va trainer l’algerie dans un big problemes
    L’ASIE

    7
    10
    Anonyme
    1 juin 2019 - 20 h 00 min

    qu’on nous donnes plus de details sur les importations. je me demande ce qu’on importe de la chine et de la france?

    13
    2
    harissa
    1 juin 2019 - 19 h 18 min

    La Chine n’apparaît pas dans la liste des principaux clients de l’Algérie si toutefois ellle importe quelque chose ,mais par contre c’est le premier fournisseur de l’ Algérie ,cela ne doit pas être ce que l’on nomme échanges gagnant – gagnant . Mais ils vendent des produits de haute qualité et il vaut mieux commercer avec les amis chinois et russe c’est plus équitable que le commerce avec les occidentaux ,Vive le made in China !

    15
    16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.