Après une journée de grève : reprise du travail aujourd’hui à l’Etusa

bus Etablissement
Fin de la grève à l’Etusa. D. R.

Les travailleurs de l’Etablissement de transport urbain et suburbain d’Alger (Etusa) reprendront mardi le travail «normalement» après la journée de débrayage observée lundi, a-t-on appris auprès de l’Etablissement.

«Suite à une réunion entre les représentants du partenaire social et le secrétaire général du ministère des Travaux publics et des Transports, il a été convenu de mettre fin à la grève», a indiqué à l’APS le chargé de communication à l’Etusa, Abbas Ahcene.

Le syndicaliste responsable du dossier de transport des étudiants, Khamari Lamine, a confirmé également que les travailleurs avaient décidé la reprise de leurs activités normalement après un accord avec la tutelle qui s’est engagée à appliquer la Convention collective, signée récemment, soulignant que la revendication principale était l’augmentation des salaires.

Par ailleurs, le chargé de communication de l’Etusa a assuré que celle-ci «continuera à assurer le service de transport des étudiants à Alger-est de façon ordinaire», et ce après l’arrêt de quelque 300 bus en raison de la grève des conducteurs liés au ministère de l’Enseignement supérieur par une convention datant de 2009, sachant que l’Etusa assure uniquement le transport des étudiants d’Alger-est.

Décrié par de nombreux citoyens, et plus particulièrement les étudiants, dont beaucoup sont en période d’examen, le débrayage de l’Etusa a coïncidé avec l’arrêt des bus de transport des étudiants appartenant à l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout, placé en détention provisoire dans le cadre d’affaires d’obtention d’indus privilèges.

Cependant, une source du ministère de l’Enseignement supérieur a affirmé que les bus appartenant à Tahkout reprendront leurs activités normalement à partir de mardi, car étant tenus conformément au cahier des charges de garantir le service public.

R. N.

Comment (6)

    Anonyme
    12 juin 2019 - 8 h 32 min

    Le système des transports est gravement malade en Algérie.Ca va des taxis brousse même en plein coeur de la capitale aux bus-cercueils sales et dangereux.Regardez ces bus de l’ETUSA qui roulent au mazout en pleine ville et en pleine canicule.C’est une honte pour une capitale de ne pas avoir un système de transport régulier,en bon état et non polluant.A part la petite ligne de métro et un peu moins le tramways,les transports sont défaillants dans la capitale et sa banlieue.A l’incompétence d’un personnel mal formé s’ajoute un matériel désuet et insuffisant.Les privés c’est encore pire avec leurs véhicules déglingués,sales,qui entassent les voyageurs comme du bétail et qui encaissent l’argent sans vous remettre de ticket même si vous le réclamez avec insistance.C’est vous dire l’état de délabrement de ce secteur névralgique dans l’économie d’un pays et présentement livré aux prédateurs et aux corrompus sans foi ni loi vu l’absence de l’Etat occupé à fouetter d’autres chats et en abandonnant l’essentiel de sa mission de service public.

    2
    1
    Anonyme
    11 juin 2019 - 13 h 19 min

    Comment a t on pu confie tout le transport des étudiants à un seul homme?Un monopole de fait …
    Ces oligarques qui ont voulu à tout prix maintenir un invalide à la présidence ont perdu , et tant mieux, grâce au réveil du peuple..
    Ils ont été aveuglés par leur puissance chimérique basée sur les réseaux et la rapine..
    Ce Tahkout qui s est enrichi miraculeusement depuis les années 1990 (depuis Reghaia ,fief important des terroristes) n était il pas par hasard un membre du FIS et du GIA qui rackettait et volait les pauvres citoyens ?

    13
    3
      anonyme
      11 juin 2019 - 14 h 46 min

      @Anonyme
      11 juin 2019 – 13 h 19 min

      Cette gréve c’était pour revalorisation de salaire et non pour l’affaire de Tahkout
      Chacun veut dépecer le pays à sa manière
      Il faut lire l’article

      6
      4
        Anonyme
        11 juin 2019 - 21 h 17 min

        Je ne parlais pas des salariés qui ont le droit de faire la grève mais de leur patron qui a obtenu le monopole du transport des étudiants!!!
        Ce n est pas normal….

        3
        1
    anonyme
    11 juin 2019 - 7 h 39 min

    Un pays pris en otage
    à chacun son chantage

    9
    2
      yacine
      11 juin 2019 - 11 h 21 min

      Vous avez raison ; mais a la guerre comme a la guerre .

      7
      3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.