L’incarcération d’Ahmed Ouyahia fait la Une de la presse internationale

Ou regain
La chute des hommes de l'ex-président de la République continue avec la mise sous mandat de dépôt d'Ouyahia. D. R.

Par R. Mahmoudi L’intérêt pour l’Algérie a connu ce mercredi un regain suite à l’annonce de la mise en détention provisoire de l’ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia. Cette information, les images et les vidéos montrant son transfert du siège de la Cour suprême vers la prison d’El-Harrach ont occupé la Une de nombreux journaux et médias internationaux qui parlent d’un des événements les plus marquants du changement en cours en Algérie.

La presse moyen-orientale est, comme à son habitude, à l’affût du moindre soubresaut de la vie politique algérienne. Dans son compte-rendu de cette journée si riche en rebondissements, le quotidien pro-qatari Al-Araby Al-Jadid relève que le placement d’Ahmed Ouyahia sous mandat de dépôt est «une première en Algérie depuis son indépendance». «La décision de placer Ahmed Ouyahia en détention provisoire, rapporte le correspondant de ce quotidien, a été agréablement accueillie par l’ensemble des Algériens qui s’attendaient à cette décision à l’encontre de l’un des responsables les plus impopulaires du pays.»

Le quotidien Al-Charq Al-Awsat ouvrait également avec une dépêche de son édition électronique, se contentant de rapporter l’information, en attendant des comptes rendus plus fouillés sur le sujet. Pour l’agence Reuters (édition arabe), qui couvre de moins en moins souvent les événements en Algérie, l’incarcération d’Ahmed Ouyahia est un fait incontournable dans le processus de changement actuel, en relevant qu’avec Ouyahia c’est «la plus haute personnalité qui est mise en détention depuis le début des manifestations populaires».

Le site de France 24 consacre sa Une de mardi dernier à l’annonce de l’incarcération de l’ex-Premier ministre algérien, agrémentée de quelques commentaires et rappels de la longue série d’arrestations d’anciens responsables et d’hommes d’affaires.

Moins loquace sur le sujet, la presse écrite parisienne se contente de reprendre la dépêche de l’AFP, avec des titres différents. Le Monde parle de «purge qui touche les hommes de Bouteflika». Fidèle à sa ligne, l’hebdomadaire Le Point écrit à ce sujet que «certains observateurs craignent que ces enquêtes servent le double objectif d’offrir des ‘’têtes’’ à la contestation – qui qualifie depuis le 22 février les dirigeants algériens de ‘’gangs’’ de ‘’voleurs’’ ayant ‘’pillé le pays’’ – tout en favorisant une purge dans le cadre de luttes de clans au sommet».

Plus «sensibilisé» sur la situation en Algérie, Jeune Afrique note que «c’est la première fois qu’un Premier ministre algérien fait l’objet d’une incarcération pour des délits économiques». Brossant un portrait peu reluisant d’Ahmed Ouyahia, cet hebdomadaire met en relief son «impopularité» en raison de politiques d’austérité conduites au milieu des années 1990 et sa réputation d’«homme de basses besognes» qu’il assumait.

R. M.

Comment (77)

    compris
    15 juin 2019 - 11 h 09 min

    Bof l’Occident essaye une technique de division que la France nous a déjà fait par médias et associations…
    Genre c’est un kabyle donc c’est injuste …yaw faqou ! on est Algériens Unis ya fafa !
    Par contre pour l’Afrique Ils n’insistent pas sur l’aide à la contraception etc par crainte de nous voir contrôler la démographie et ne plus leur payer les vaccins…Ils ne font qu’orienter le continent pour leurs propres INTERETS ! oui oui on le sait, mais alors quand agirons-nous? Virons les complices placés au commandements par l’ancien colonisateur, esclavagiste, saboteur.

    2
    1
    Vraijustice
    14 juin 2019 - 23 h 05 min

    Je suis pas sur qu’il et incarcéré ainsi que tout les autres ou sont les images on a vue des véhicules mais pas qui si trouve a l’intérieur il faut pas ce faire berner encore et encore le peuple a le droit de voir si vraiment ils sont incarcéré ou pas et cela doit ce faire en forçant la porte de la prison ou nous donner les clefs !!!

    4
    4
      B.M
      17 juin 2019 - 12 h 31 min

      @Vraijustice…
      Un écho des cafés : « Qui sait s’il n’y avait pas juste Un Âne dans le fourgon cellulaire… ». Après tout, Les Cafés sont intelligents ! Car E.N.A est l’anagramme de ÂNE sans la chapeau, chapeau à la Justice si c’est vrai, sachant que dans notre culture il y a cette « histoire » du fils qui dit au père : « Papa, je mens et on me croit! »… Réponse du père : « Il viendra le jour où tu diras la vérité et on ne te croira pas »… En 1974, vu les besoins en cadres de notre état, E.N.A recrutait sans concours, le bac suffisait, etc. Le « pauvre » Ouyahia pensa que l’E.N.A lui ouvrirait les clefs d’El Mouradia, pas de El Herrache, il s’est trompé, errare humanum est ! Finir en Âne, c’est le destin de certains Enarques : Donc !

    Anonyme
    14 juin 2019 - 14 h 54 min

    Attention, la Mafia Politico-Financière, son son système corrompu-sécuritaire secret,
    Ainsi que leurs réseaux secrets, d’amis, de clients, de clans, d’opportunistes, d’affairistes véreux
    Ne sont pas encore tombés, ils résistent encore dans les administrations bureaucratiques centrales
    Dans les BANQUES, dans le COMMERCE EXTERIEUR de L’IMPORT-IMPORT, dans les DOUANES
    Dans les Wilayas, dans les Dairas, et dans les A.P.C
    Sources de tout les fraudes, les trafics, les faux, les évasions fiscales, et les fuites de capitaux,
    En milliards de Dollar, à l’étranger
    Ils ont saigné, et vidé l’économie, les finances (les banques), les contribuables du FISC
    Le commerce extérieur de l’IMPORT-IMPORT, et les domaines des FONCIERS AGRICOLES
    Le Peuple algérien doit etre toujours mobilisé, prudent, solidaire, uni, et vigilant, pour nettoyer le pays
    La Justice doit etre mobilisée, pour assainir, et réformer le pays, ses institutions, et son économie-finances
    L’A.N.P doit veiller, et aider, pacifiquement, aux processus des changements démocratiques, et pacifiques

    18
    2
    jokerpic
    14 juin 2019 - 14 h 26 min

    Je disais haut et fort que cet Homme a enrichis les banques étrangères en instaurant le credoc a 2 milliards de dollars de frais ( inutile ) par an .Du jamais vu dans aucun pays .sure qu’il touchais une commission pour ca !!

    10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.