FFS : «La légitimité populaire est au-dessus de la légalité constitutionnelle»

Manif FFS
La légitimité revient au peuple. PPAgency

Par Mounir Serraï – Le FFS estime qu’il n’y a aucune autre légitimité au-dessus de celle du peuple. «La légitimité populaire est au-dessus de la légalité constitutionnelle et seul le recours au peuple pour fonder la légitimité démocratique et l’Etat de droit est en mesure de sortir notre pays de la crise. Le peuple est la source de tous les pouvoirs. Il est le socle de la démocratie», affirme le parti dans la résolution politique de son conseil national. Pour le FFS, il y a deux options possibles : soit l’enlisement dans la lutte du pouvoir pour le pouvoir et la consécration de l’alternance clanique qui aboutira à la reproduction de la dictature et ses maux, soit le retour à la légitimité populaire et la construction de l’alternative démocratique.

«Une grande nation comme la nôtre doit se référer constamment à son histoire et évoquer sans cesse ses expériences passées et les sacrifices consentis par des générations entières de martyrs pour trouver une issue à la crise actuelle», souligne le plus vieux parti de l’opposition, insistant sur «ce passage inévitable» qui  doit s’organiser dans le cadre d’une transition politique, économique et sociale à la hauteur des fondements du 1er Novembre 54 et des principes du Congrès de la Soummam.

«Sur le plan pratique, il s’agit d’œuvrer à amorcer un processus constituant et un nouveau contrat politique et social qui aboutira à l’édification d’une deuxième République et d’un Etat de droit», ajoute le conseil national du FFS qui réaffirme «la nécessité de l’élection d’une Assemblée nationale constituante qui est un impératif de stabilité politique et un prélude qui marquera le retour à la légitimité populaire».

«L’Assemblée nationale constituante constitue une échéance incontournable pour sortir du provisoire et des incohérences politique et juridique et rendre irréversible la démocratie», explique ce parti, qui rappelle que «dix-huit semaines après le début de ce mouvement révolutionnaire, nous assistons à un éveil et une détermination sans égale des masses populaires pour la reconquête de leur dignité et de leur droit à l’autodétermination».

«Face à cela, incapable d’imaginer ou ne voulant pas d’une solution politique à la crise, les décideurs se réfugient derrière la légalité constitutionnelle et, au mieux, tentent d’accréditer l’idée que l’élection d’un nouveau Président réglera tous les problèmes du pays. Cette démarche n’est qu’une tentative de recomposition clanique visant à pérenniser un système finissant, rejeté par tout un peuple», soutient-il, considérant que «les multiples dossiers épineux de corruption n’ont fait que révéler la nature de ce système qui a structuré l’Etat en organisation mafieuse. Le mérite du 22 février est déjà dans la mise à nu des secrets de l’omerta».

Pour le FFS, «seul un Etat de droit issu de ce socle constitutionnel incontesté et incontestable et qui aura comme base la démocratie politique, le pluralisme, l’égalité homme-femme, les libertés individuelles et collectives, l’indépendance de la justice, la séparation des pouvoirs dans le cadre d’un état civil, pourra réconcilier l’Etat et la société, renforcer la cohésion nationale et faire renaître la confiance indispensable à l’édification d’une nation libre et épanouie».

M. S.

Comment (15)

    REALITE
    23 juin 2019 - 13 h 19 min

    LE PEUPLE DONNE SA REPONSE CHAQUE VENDREDI ET A UNE ENIEME FOIS DIT CE QU’IL PENSE. ALORS ARRÊTEZ VOTRE CHITTA CELA NE CHANGE PAS LA REALITE.
    MARANACHE HABSINE KUL DJEMAA KHARDJINE, JUSQU’A CE QUE LA VOLONTE DU PEUPLE PRIME.
    LE PEUPLE EST LA SOURCE DE TOUTE LEGITIMITE, IL EST AU DESSUS DES LOIS ET DES HOMMES, PUISQUE C’EST LUI QUI LEUR CONFÈRE TOUTE LEGITIMITE DANS LE TEMPS ET DANS L’ESPACE.
    LES CHIATINES NE RENDENT MEME PAS SERVICE A LEUR IDOLE, ET ILS SONT FAUTIF DES DEBOIRES DE BOUTEFLIKA. IL PENSAIT LE PAUVRE QUE SA POLITIQUE ETAIT BONNE ET QUE CHAAB IMOUT ALLIH.

    zaatchi
    23 juin 2019 - 10 h 00 min

    Tiens….! N est ce pas la constituante depuis 1962

    1
    1
    Zaatar
    23 juin 2019 - 5 h 32 min

    « La légitimité populaire est au dessus de l’égalité constitutionnelle ». Ah bon? Moi j’ai toujours cru, et c’est en cours de démonstration encore, que : Axiome 1; H’mida a toujours raison; Axiome 2; si H’mida n’a pas raison appliquer l’axiome 1.

    5
    3
    Le FFS et le RCD vous êtes vomis par le peuple.
    22 juin 2019 - 23 h 13 min

    Nous sommes tous avec GAÏD SALAH et l’armée.
    Le FFS et le RCD vous n’êtes rien que des conspirateurs comploteurs avec des pays étrangers pour dépecé l’Algérie et affamés le peuple algérien.
    Nous vous jurons que jamais nous vous laisserons reprendre le pouvoir.
    Par n’importe quelle moyen , comme nous l’avons fait pour chasser les différents colonisateurs qui ont martyriser les algériens durant tout ces siècles.
    Plutôt mourir que de vivre comme des vermines rampants .
    Nous rejoignons l’armée et le chef d’état major GAÏD SALAH qui est le seul à être écouté par le peuple et le restera jusqu’au bout du bout.

    8
    7
      Anonyme
      23 juin 2019 - 6 h 57 min

      Parle en ton nom pas au nom de tous. Gaid salah vient d’interdire l’emblème Amazigh pour hisser celui arabislamique. Entre les deux qu’il faut choisir, le ffs et gaid sont pour le drapeau turco-francais

      2
      7
        ECHAAB
        23 juin 2019 - 13 h 08 min

        @ Anonyme hier 23:13 et d’aujourd’hui 6:57
        Vous êtes tous les 2 les 2 faces d’une même pièce trouée et c’est tous les 2 et vos pareils qui sont vomis par le peuple.
        Je suis quasi-certains que vous faîtes parties des doubabs electroniques utilisé par la issaba pour casser note HIRAK. Mais vous êtes battus d’avance et serez jugés par l’histoire et par Dieu comme des traitres à la nation, TOUT COMME SERA TOUTE PERSONNE QUI SE DRESSE CONTRE LE PEUPLE, à commencer par ceux qui gouvernent.
        L’armée, c’est les enfants du peuple, ses dirigeants c’est un autre histoire, le pouvoir enivre et pour l’instant ils n’ont pas encore dessaoulé. On attend toujours un geste mais malheureusement on ne voit que des dribbles. On espère se tromper.
        Quant au chiate eli imedah les puissants du moment et certainement boutef il y a quelques semaines, ila radjel il descend dans la rue et imadah; il aura la réponse taa FAKHAMATOUHOU ECHAAB.

    co5
    22 juin 2019 - 22 h 49 min

    « le recours au peuple » pour qu’il aille aux urnes, pour élire un président et son programme,pour le moment les candidats libres (personnalités ???) et les partis n’ont d’élus que des « dinosaures » et pas de programmes pouvant satisfaire le peuple algérien,
    pour une fois seule l’armée LE GRAND PARTI DU PEUPLE peut offrir un candidat avec un programme pouvant construire l’ALGERIE DU FUTUR.Car on perd du temps et de l’argent.

    4
    4
    Nasser
    22 juin 2019 - 22 h 26 min

    Et que faut-il faire pour s’assurer cette « légitimité populaire »?
    …A notre avis le « vote » et non l’avis des partis!
    L’avis de tous les partis réunis ne peut être considéré « légitimité populaire » !!!

    5
    2
    ZORO
    22 juin 2019 - 21 h 45 min

    VIVE L ANP VIVE GAID SALAH kaher el forchita…
    ZORO….Z…..

    3
    4
    Anonyme
    22 juin 2019 - 21 h 32 min

    Les valeurs vraies ne sont pas dans la constitutionette, qui est plus une Opa panarabislamique sur le pays. Ce que le Ffs avait cautionné des décennies durant avec son adhésion à la logique des quotas.

    3
    2
    Karim
    22 juin 2019 - 19 h 24 min

    Discours bien dangereux surtout que la légitimité populaire est un bien grand mot quand elle ne peut être quantifiée donc sérieusement analysable.
    Maintenant si le FFS parle de minorité bruyante qui a ses propres revendications ou / et son agenda, effectivement tout est permis.
    Voilà comment une historique mobilisation populaire contre le 5ème mandat et pour la chute d’un clan s’est transformée en tout et surtout n’importe quoi et est en train d’être récupérée.
    Mais je suis sûr que de nouveau l’Algérienne et l’Algérien sauront réagir à tout ce flou imposé.

    4
    1
    Zombretto
    22 juin 2019 - 19 h 09 min

    Vous pensez que Gaïd Salah et le pouvoir se soucient de la légitimité ? Ils s’en battent l’œil épérdument. Garder le pouvoir est tout ce qui les intéresse, légitime ou pas.

    4
    4
    MELLO
    22 juin 2019 - 18 h 10 min

    Le FFS relance , fortement ,ses activités politiques tels que recommandées par ses statuts. L’opposition n’est vraiment pas une simple sinécure face a tant de dépravation du pouvoir, soutenue par une incapacité politique sociale au moindre … cachir.
    Effectivement , la légitimité populaire est au dessus de la légalité constitutionnelle , ce que Gaid Salah ne comprend pas.

    10
    16
      Patriote
      22 juin 2019 - 23 h 04 min

      @MELLO
      22 juin 2019 – 18 h 10 min

      shab el cachir sont partis avec les Ouyahia fakakir rab dzayer et autres
      Maintenant on a affaire à shab el fourchita

      2
      3
    Patriote
    22 juin 2019 - 16 h 58 min

    La légitimité de « SHAB EL FOURCHITA »
    C’est ainsi que se résume pour vous la légitimité

    18
    14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.