Le ministre de la Défense burkinabé critique la France sur sa lutte contre le terrorisme au Sahel 

Sahel
Quel bilan pour l'opération Barkhane du G5 Sahel ? D. R.

Dans un entretien accordé au média sud-africain Mail & Guardian, diffusé le 4 juin dernier, le ministre burkinabè de la Défense, Moumina Sheriff Sy, a estimé que l’opération Barkhane initiée en août 2014 par la France, avec ses ressources technologiques et militaires d’environ 4 500 hommes, aurait dû venir à bout des groupes djihadistes qui évoluent dans la région du Sahel.

«Ils ont peut-être 4 000 hommes dans la région, ils ont toutes les ressources militaires et technologiques, je suis donc surpris qu’ils n’aient pas été en mesure d’éradiquer ces groupe de terroristes. Il nous semble que, s’ils le voulaient vraiment, ils auraient pu les battre. Ont-ils un autre agenda», s’est interrogé Sheriff Sy, dont les propos semblent témoigner d’une perte de confiance dans la France.

Par ailleurs, le ministre a exprimé des doutes sur les chances de réussite de la mission de lutte contre le terrorisme dévolue à la force conjointe du G5 Sahel.  Officiellement lancée en juillet 2017, avec l’appui de la France, la force conjointe du G5 Sahel se compose de soldats issus de cinq pays que sont le Tchad, le Mali, le Niger, la Mauritanie, et le Burkina Faso. L’opérationnalisation de cette force censée rassembler, en pleine capacité 5( 000 hommes) est loin d’être effective. Cela en raison notamment du financement et du matériel attendu des partenaires internationaux qui tarde à arriver.

De plus, la force a enregistré un sérieux revers lors de l’attaque, le 29 juin 2018. Une attaque de son quartier général à Sévaré, dans le centre du Mali, qui avait occasionné trois morts et d’importants dégâts matériels.

R. I.

Comment (8)

    Romain
    6 juillet 2019 - 7 h 27 min

    Les soldats français font du tourisme et toujours en train de manger. Les maliens n’ont pas compris la raison de leur présence.

    Vroum Vroum 😤..
    29 juin 2019 - 0 h 53 min

    Les Terroristes au Sahel sont armés par ceux censé les combattre !.. Le Pouvoir Français , Usa , Gb , Maroc , Erdogan Turquie Frères islamiste , Qatari , Saouds Wahabisme…Le Terrorisme ne s’est jamais si bien porté que depuis que ces États Criminelles ont dit le combattre !…J’ai tout dit .

    Anonyme
    24 juin 2019 - 20 h 04 min

    C’est la seule guerre que peut se permettre la France, une guerre low cost. Personne n’a forcé ces 5 pays à jouer le jeu de la France comme on dit « li3koudha biddih ihlha bisnanou », que les africains se démerdent maintenant.

    8
    1
    kad
    24 juin 2019 - 15 h 06 min

    je suis consterné d’apprendre qu’il y a encore des africains qui font confiance à la France, mais pour sûr que la France n’est en Afrique et particulièrement au Sahel uniquement pour ses intérêts. En effet, nous avons tous en mémoire la précipitation de la France à s’investir dans la contrée en soudoyant quelques dirigeants africains, pour faire accroire qu’elle a été appelée à la rescousse. Il ne faut point être clerc pour éventer les véritables desseins qui sont en premier lieu, la mise sous son contrôle des ressources énergétiques stratégiques tel l’uranium du Niger et notamment le rapprochement stratégique des champs pétrolifères de l’Algérie. Accessoirement, La France cherche à établir le contact avec les terroristes qu’elle subventionne plus ou moins ouvertement, dans le but de les maintenir sous sa main pour pouvoir les utiliser à des fin de déstabilisation de quelques pays gênants. J’en veux pour preuve la manière trop facile de délier la bourse pour subvenir aux besoins des terroristes. Nos voisins se laissent entuber par leurs dirigeants véreux qui eux mêmes se laissent acheter par la France sous le fallacieux prétexte de les sauver des terroristes. Africains rêvez… rêvez réveillez-vous bon sang!

    15
    4
    harissa
    24 juin 2019 - 14 h 45 min

    Et lui le ministre de la défense Sheriff Sy que fait -il de son armée ? Il parle ,il critique comme ses voisins mais quel est le résultat de leurs actions ,si demain le groupe de G5 quittait la région leurs armées et leurs gouvernement s’écrouleraient comme des châteaux de cartes sous le souffle du vent .

    9
    11
    Tin-Hinane
    24 juin 2019 - 13 h 31 min

    « je suis donc surpris qu’ils n’aient pas été en mesure d’éradiquer ces groupe terroristes » dit le ministre burkinabé, nous pas tellement car le monde entier (sauf le G5 apparemment) sait que la france n’est pas au Sahel pour combattre le terrorisme mais pour créer des terroristes, voilà ce que fait l’armée française depuis maintenant 7 ans, voilà à quoi elle utilise ses ressources militaires et technologiques. Compte tenu de ce que cette armée a obtenu on peut dire que ses ressources sont limitées. Je ne comprends pas comment les pays du G5 ne s’en rendent pas compte c’est tellement évident. Cela fait maintenant 7 ans que cette comédie dure ne serait il pas temps d’y mettre fin? cette affaire n’a rien apporté aux africains sinon des troubles, des morts pour rien, la misère bref que des problèmes. Comment peut on être soumis à ce point, au point de soutenir les mensonges et les intentions de meurtre de la france, mashallah!

    17
    4
      Elephant Man
      24 juin 2019 - 23 h 56 min

      @Tin-Hinane
      Excellent commentaire. Je rejoute hamdoullah le pays ne fait pas partie du G5 Sahel.
      Les DAECHistes qaïdistes et cie de Syrie sont déposés par leurs maîtres outre Libye et Somalie dans le triangle Mali Burkina-Faso Niger.

      4
      2
        Anonyme
        25 juin 2019 - 10 h 35 min

        Déposés, guidés, protégés, armés…il y a même des familles de daechistes qui vont rentrer en Europe…pour se refaire une santé ! l’ONU le demande !!!

        4
        1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.