Ikhlef Bouaichi : «Nous assistons à des attaques en règle contre le FFS»

Ikhlef Bouaichi
Réunion du présidium du FFS. D. R.

Par Mounir Serraï − Le coordinateur du comité d’éthique du FFS, Ikhlef Bouaiche, qui a occupé, du vivant de Hocine Aït Ahmed, le poste de premier secrétaire du parti, réagit à la situation de crise qui secoue actuellement le plus vieux parti de l’opposition.

«Durant cette période charnière, depuis 5 mois de mobilisation du peuple pour un changement pacifique et démocratique, nous assistons à des attaques en règle contre notre parti. Cette magnifique révolution nationale avec les mots d’ordre du FFS est le résultat de 56 ans de lutte. Nous savons que le pouvoir n’oubliera jamais le combat sans relâche de notre feu président Hocine Aït Ahmed avec plusieurs générations de vaillants militantes et de militants. Etant le porte-voix des couches déshéritées, avant-garde des luttes pour les droits de l’Homme, pour les libertés démocratiques et pour l’identité nationale, nous assistons à de terribles représailles de la dictature», soutient d’emblée M. Bouaichi. «Face à la mobilisation citoyenne, le pouvoir chancelant organise la diversion et la confusion», regrette-t-il, estimant que les militants du FFS savent que «seules les élections dans un congrès statutaire, souverain, légitime et démocratique sont à même de procéder à des changements de fond». Il appelle ainsi «la conscience de chaque militante et chaque militant afin de mettre un terme à cette grave dérive dont seul le FFS et le combat pour la démocratie sont perdants au profit de la dictature».

«Contrairement aux appels aux divisions, nous appelons au rassemblement de tous les militants. Le pays a besoin d’un FFS uni et fort. L’histoire jugera les actes de chaque militante et militant», insiste M. Bouaichi, soulignant que le FFS a toujours été «un parti rassembleur, de dialogue et de compromis, fondements de la démocratie». Pour lui, les divisions que connaît actuellement le parti «ne peuvent être inspirées que de l’intérieur du système totalitaire»

«Ainsi, nous, membres du comité d’éthique, appelons les militants à resserrer les rangs, à redoubler de vigilance, de continuer à militer pacifiquement au sein des structures légales et légitimes de notre parti et de rassembler nos énergies afin de peser encore plus sur la scène politique nationale», poursuit-il, rappelant que «plusieurs générations de militantes et de militants ont tout sacrifié, y compris leur vie pour certains, afin de créer ou de préserver le FFS, depuis 1963». «Malgré les différents coups de boutoir de la dictature durant des décennies pour le normaliser, si non le faire exploser, les militants ont su résister à toutes les menaces, les répressions et les privations», relève M. Bouaichi. Sa déclaration intervient quelques jours après la nomination d’un nouveau premier secrétaire du FFS, qui n’est pas reconnu par l’aile Ali Laskri.

M. S.

Comment (6)

    MELLO
    26 juin 2019 - 15 h 11 min

    Aujourd’hui , revient un certain Matoub Lounes , lachement assassiné par ….
    Son dernier Album n’était pas du gout de certains qui s’agrippaient au pouvoir.
    Quant a Hocine Ait Ahmed , il avait fait cette déclaration :
    «  Je suis révulsé par ce meutre abominable . On a supprimé un homme emblématique , un homme de conviction , on a endeuilli toute une famille et toute une région. Le meilleur hommage a lui rendre , doit être PACIFIQUE ET NON VIOLENT. Un hommage digne , parce que Matoub Lounes était un homme de dignité. Matoub Lounes n’avait jamais peur , ni des islamistes , ni du pouvoir.
    En l’exécutant , on voulait toucher de plein coeur la région . Quant a l’identité de ses assassins , vous savez tous la difficulté en Algérie de les identifier.
    La fondation d’une deuxieme République apparait ainsi comme l’unique perspective de sortie de crise. Aujoud’hui la balle est du coté des forces démocratiques et de tous les citoyens jaloux de leur liberté. Pour que l’Etat soit de nouveau l’ incarnation des rêves de toute une jeunesse, de tout un peuple et le garant de la defense de ses intérêts , il s’agit d’être clair sur les combats a mener , en citoyens pacifiques et en hommes integres qui ne lachent rien de leurs droits.

    2
    1
      FFS le parti spécifiquement et uniquement kabyles
      26 juin 2019 - 19 h 15 min

      M. Bouaichi, soulignant que le FFS a toujours été «un parti rassembleur de Kabyles .

    Quelle blague
    25 juin 2019 - 23 h 55 min

    Le FFS qui croit qu’il est à l’origine du hirak. mdr

    8
    6
    Patriote
    25 juin 2019 - 23 h 07 min

    AH ils sont rassembleurs ces FFSistes
    Écoutez ce qu’a dit un jour leur zaim Ait Ahmed: Ne mariez pas vos filles avec les arabes, mais il vous est permiis de se marier avec les filles arabes, achetez des terrains hors kabylie
    Plus raciste que ça je n’en connais pas à part sion

    8
    9
      MELLO
      26 juin 2019 - 10 h 24 min

      C’est de la méchanceté gratuite, Jamais , au grand jamais Ait Ahmed ne prononcerais ce genre d’ignominies, Lui l’infatigable patriote ALGERIEN jusqu’a son dernier souffle.

      6
      7
    MELLO
    25 juin 2019 - 19 h 42 min

    Un proche de hocine Ait Ahmed , avait dit du FFS :
    – Au FFS , nous sommes des passeurs , pas des buteurs-ceci en langage footballistique. Aider a comprendre , sans prétendre donner ou détenir des solutions, pour que d’autres en puissent, éventuellement, profiter et marquer des buts.
    C’est la devise au FFS qui a formé une élite politique . Hocine Ait Ahmed avait veillé a cette formation politique a contrario du pouvoir qui travaille dans la dépolitisation et la deculturation , jusqu’a la déshumanisation de l’Algerien.

    8
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.