Le Tunisien Marzouki s’acharne encore contre l’Algérie à partir du Maroc

Marzouki Tunisie Maroc
L'ancien président tunisien Moncef Marzouki. D. R.

Par Tarek B. – En visite au Maroc dans le cadre d’une activité partisane à l’occasion de laquelle il a été également reçu en audience par le roi Mohammed VI, l’ancien président tunisien Moncef Marzouki a cru bon de déballer ses platitudes bouffies de ressentiments contre l’Algérie sur les raisons du blocage de l’intégration maghrébine. S’exprimant à un média étranger, l’ex-chef d’Etat tunisien a utilisé les espoirs suscités par la transition politique en Algérie comme «cheval de Troie» pour donner une seconde vie à son agenda pro-marocain, qu’il a échoué à appliquer durant son séjour expéditif et plutôt insignifiant au palais de Carthage.

Ce n’est pas la première fois que l’ex-président tunisien fait preuve d’ingratitude à l’encontre de l’Algérie. Son empressement à commenter la situation interne algérienne est un indicateur de l’ampleur de son ressentiment et de ses frustrations.

Toutefois, la virulence de cette nouvelle sortie médiatique atteint le summum de l’ingratitude puisqu’elle émane d’un homme politique ayant pourtant occupé une fonction présidentielle qui lui avait permis d’être un témoin privilégié des efforts algériens en vue d’accompagner la transition démocratique en Tunisie, au moment où ses partenaires traditionnels lui tournaient dos, y compris le Maroc qui s’attelait assidûment à récupérer les parts de marchés perdues par un concurrent traditionnel.

L’homme à la mémoire courte oublie qu’au moment où la Tunisie était en pleine tourmente économique, l’Algérie était un des rares pays à lui octroyer une aide financière d’un montant global évalué à quelque 500 millions de dollars.

Au plan politique, l’implication diplomatique d’Alger, au plus haut sommet de l’Etat, a été couronnée par un chiffre record jamais atteint dans des relations bilatérales avec aucun autre pays de 30 visites de haut rang échangées rien qu’en une seule année. Aussi, au moment où la Tunisie commençait à faire face à la menace terroriste et au phénomène du retour des combattants étrangers, l’Algérie a renforcé la coopération militaire et sécuritaire pour pallier, entre autres, le manque de moyens en la matière dont pâtit ce pays frère qui, à un certain moment, n’était plus en mesure de payer les soldes de ses personnels de sécurité.

Au plan humain, le chiffre record de presque deux millions de touristes algériens se rendant annuellement en Tunisie atteste de la force des liens de solidarité agissante qu’éprouve le peuple algérien lorsque son voisin de l’Est fait face à des difficultés en matière d’afflux et de fréquentation touristiques.

L’amnésie sélective de Marzouki face à ces multiples marques de sollicitude de la part de l’Algérie, gouvernement et peuple, n’est pas innocente. Loin s’en faut. En fait, elle exprime le ressentiment profond de l’ancien président tunisien qui croit pouvoir, en lançant quelques compliments frelatés en direction du hirak, se jouer de l’opinion publique algérienne pour se venger de deux «affronts» imputés injustement à l’Algérie.

Tout d’abord, au plan interne tunisien, Moncef Marzouki n’a pas digéré sa cuisante défaite lors de l’élection présidentielle de 2014 face à l’actuel chef d’Etat, Béji Caïd Essebsi, qui aurait, selon lui, reçu le soutien actif de la part du gouvernement algérien.

Ainsi, celui qui se voyait incarner le visage de la Tunisie nouvelle ne peut admettre une défaite aussi nette lors de la toute première élection au suffrage universel depuis la «révolution du Jasmin», dont le mythe exclusiviste est battu en brèche par les espoirs autrement plus prometteurs de la révolution tranquille qui est en cours en Algérie.

Ensuite, au plan maghrébin, l’ancien locataire du palais de Carthage a gardé une dent bien dure contre l’Algérie qui lui a signifié une fin de non-recevoir à son initiative de médiation entre le Maroc et son voisin de l’Est, qu’il espérait mener rondement au service du royaume de Mohammed VI dont il est d’ailleurs un sujet bien reconnaissant.

Une sorte d’«occupation pour combler le vide de sa fonction», avait alors ironisé l’ancien porte-parole du MAE algérien, qui avait qualifié, au passage, cette offre de «pure vue de l’esprit puisque tous les canaux sont ouverts» entre les deux pays. Celui qui a vigoureusement joué une partition marocaine, allant même à appeler de ses vœux le «retour » du Maroc à l’Union africaine, a également gardé un mauvais souvenir de la mise au placard de ses fantasques «cinq libertés», conçues pour revigorer l’UMA, mais qui, en fait, visaient à mettre à profit le contexte post «printemps arabe» pour dessiner une chimère de «nouvel ordre maghrébin», à la mesure des intérêts mercantilistes étroits de son pays natal et de ceux de son pays d’adoption.

Là aussi, Marzouki oublie, dans son ingratitude crasse envers l’Algérie, que c’est au Maroc qu’incombe l’échec de la tenue du 7e Sommet maghrébin qu’il avait appelé de ses vœux en 2012. Il ne recevra de son monarque (dont il se considère un sujet) qu’un bref déplacement officiel à Tunis qui, comble de l’ironie, est la première et unique visite bilatérale effectuée dans un pays maghrébin depuis l’intronisation de Mohammed VI en 1999.

Les fanfaronnades de l’ancien président tunisien, décidément en mal d’inspiration pour se remettre en selle dans la perspective de la prochaine élection présidentielle en Tunisie, ne résistent pas au tamis de la vérité objective qu’il a sacrifiée pour le compte d’une marocanité de rechange dont rien ne garantit qu’elle lui procurera une quelconque utilité politique dans son pays de naissance.

T. B.

Comment (88)

    DZLander
    28 juin 2019 - 17 h 55 min

    En vérité il n’est rien se plus qu’un amuseur de foire qui veut bien, de temps à autre, se rappeler au « bon » souvenir des Algériens.

    1
    2
    Felfel Har
    28 juin 2019 - 17 h 04 min

    Faut-il prendre au sérieux les propos débiles, insensés et futiles d’un saltimbanque à la solde de tout ce que cette terre comprend comme infâmes traîtres à leur peuple et pays, j’ai nommé la brochette de pays arabes soumis au sionisme mondial?
    Marzouki est un clown grotesque et servile, un pitre, un pantin écervelé, une marionnette, un fou, amuseur de rois. Que ne ferait-il pas pour se faire remarquer: se prosterner, ramper, japper et faire le beau pour plaire à ses maîtres?
    Ignorons donc ses frasques, ses élucubrations, ses turpitudes, elles ne nous font aucun effet sauf celui de le plaindre pour toute la peine qu’il se donne pour gagner sa vie sur notre dos! En vain.

    5
    3
      Gazzar
      1 juillet 2019 - 9 h 56 min

      vous parlez d’infamie, de trahison et de je ne sais encore quelle sornettes. C’est fou que la vérité est difficile à accepter…. Le vrai peuple d’Algérie se bat quotidiennement contre l’injustice, la répression, la corruption et l’arbitraire de ces militaires qui ont usurpé le pouvoir par la force et la ruse afin d’assurer la continuité, l’impunité de cette mafia et de ces criminels, cette ISSABA qui a gangréné tout le pays.
      Marzouki était Président de Tunisie et de par sa fonction, il était au fait de la diplomatie et de ses arcanes et tout ce qu’il révèle n’est un secret pour personne (…) Ouyahia, Sellal, Said et toute la clique de malfrats n’avait que cette carte du complot à agiter pour se servir dans les caisses du semblant Etat aux abois et à la dérive. Ils sont tous en prison…
      Hier, vous que je soupçonne d’être Algériens, étiez du côté de cette mafia que vous défendiez bec et ongle, aujourd’hui vous cirez les pompes de Gaid salah. Les vrais traitres et complotistes contre le peuple algérien (…) Pour vous, les Algériens sont des idiots qui se laissent mener par le bout du nez et qui ne comprennent rien, même pas leurs intérêts et les raisons qui les font sortir. Aujourd’hui, les meilleurs d’entre nous sont exposés à la répression de vos maîtres militaires, à l’image de Gaid qui n’est même pas en mesure de lire correctement un discours et veut gouverner un pays ? Non si c’est ça que vous voulez pour l’Algérie on vous dit merci, on en a soupé depuis 1962.
      Aujourd’hui encore on veut nous servir la même soupe : on accuse Bouragaa pour outrage et démoralisation de l’armée, c’est un GAG!!! toute l’armée, l’ANP cette machine à gagner des guerres et à faire trembler les tout puissants et toute la région se trouve soudain démoralisée parce qu’un simple citoyen désarmé a balbutié quelques mots. On a tout simplement affaire à des marioles de la politique que vous êtes en train de cautionner sans vergogne comme vous l’avez fait avec les anciens dirigeants.
      Les vrais criminels sont toujours en liberté.

      5
      2
    Hachim
    28 juin 2019 - 15 h 51 min

    J’ai une seule chose à vous dire
    Pas de parti pris je suis Algérien et fière de l’être
    Avant de descendre mr Marzouki
    Il faut réfléchir et analyser ces positions et ces interventions qui nous sont pas en faveur de l’État Algérienne et ça politique qui soutiennent les dictateurs et actionne la contre révolution qu’esT a subtilisé la révolution du jasmin
    Tout le monde sait que l’État dictatorial Algérien ne tolère pas une démocratie à ces portes le président SEBSSI est un ancien du régime mafieux de ben Ali et la majorité de cette vermine qui détient le pouvoir c’ Des anciens corrompus donc de ce fait me marzouki à raison leurs révolutions est confisquée et il ne souhaite pas que ça se fasse chez nous je parle du bien pour notre peuple Algérien donc si on veut réussir notre mutation il faut déraciner le mal qui c’est gangrené c’ Non un Sissi ou un sebssi aux commandes et nos sacrifices partiront en fumée ( j’ai posté plusieurs interventions mais hélas j’ai jamais vu une sur votre site !?)

    10
    37
      -DZ
      28 juin 2019 - 17 h 39 min

      Tu te prends pour un intelligent ??

      C’est ton marzouki qui a confisqué la victoire au peuple tunisien. Avec l’aide de ses maitres.
      DEGAGE D’ICI.

      4
      5
    Kahina-DZ
    28 juin 2019 - 15 h 21 min

    Comme il n’a pas le courage de s’indigner contre la trahison de la cause palestinienne , ce petit Marzouki s’en prend à l’Algérie.
    Au lieu d’Aboyer contre l’Algérie, Marzouki ferait mieux de d’aboyer contre ses maitres qui sont en train de vendre les palestinien pour 50 Milliards….
    C’est le vrai visage des islamistes. La trahison.

    2
    4
      Damoh
      1 juillet 2019 - 13 h 11 min

      Kahina-DZ
      28 juin 2019 – 15 h 21 min
      A chaque fois que quelqu’un critique le gouvernement,fait Une remarque sur l’équipe cadette de volley-ball du quartier ou se plaint des rigueurs de l’hiver,on nous sort Falastine. Alors qu’on est plus opprimés qu’eux. C’est tout juste si on me la met pas dans le lit de force.

    Hamid
    28 juin 2019 - 11 h 46 min

    I am not capable of hate but it’s just a feeling of dislike and repulsion of this man , I don’t know why , it just happens I can’t stand him .I see him as a clown playing the fool in political opportunism .He commends no respect from me , his political art is not appreciated for .I ask him to stop needling in our internal affairs abroad .I finally advise him when he returns to Tunis to get a new job because he is a total failure .I recommend this one : sit on a corner street , get your collected used tins , fill them with harissa to sell and shut your big mouth ..He’s warned : Algeria is a redline to cross.Tahia ElDzair as always always !

    15
    5
    HOUMTY
    28 juin 2019 - 10 h 08 min

    SALAM L’KHAWA…. De l’ingratitude ! Pas étonnant….. VIVE LA MÉRE PATRIE L’ ALGERIE et notre glorieuse A.N.P

    21
    4
    Thebest
    28 juin 2019 - 8 h 45 min

    Mais merzouki est d’origine marocaine. Que les tunisiens se posent la question pourquoi DAESH qui est géré par les sionistes et que tous les criminels de cette sinistre organisation sont marocains, s’attaque à la Tunisie à la veille des départs en vacances en Europe ? Pourquoi DAESH ne frappe jamais le maroc, toujours sous prétexte que les autorités marocaines sont les seules au monde à déjouer les attentats du DAESH et pourquoi la Tunisie ? La réponse est toute simple : le Maroc veut attirer le maximum de touristes bas de gamme vers le Maroc qui est soi disant selon la presse française aux ordres un pays sûr. DAESH = Maroc= Israël

    27
    14
      Moskosdz
      28 juin 2019 - 11 h 00 min

      @Thebest//8 h 45 min//effectivement,ton hypothèse est juste.

      12
      7
    Vroum Vroum 😤..
    28 juin 2019 - 0 h 37 min

    Comme Super Marzouki n’a nul part ou aller , ne lui reste que le Maroc Mohamed 06 qui lui n’a que Saouds Wahabisme et l’aile de la France pour exister…donc Marzouki est dans une fin de parcours que l’on peut nommer voie de Garage …

    20
    10
    pomme
    27 juin 2019 - 22 h 46 min

    N’accordez pas plus d’importance à cet échevelé de Marzouki..un crève la faim qui mange dans tous les râteliers.Quand je pense que ce type a occupé le palais de Carthage…Les tunisiens sont tombés bien bas en acceptant cette marionnette sortie du ruisseau par J.Lang.

    21
    9
    RAUS AUX CHIENS
    27 juin 2019 - 22 h 46 min

    Le chien aboie est la caravane passe,comment puisse commenté les propos d’un mangeur de chiens;méprisez le,c’est la meilleure solution

    20
    7
    Anonyme
    27 juin 2019 - 22 h 06 min

    bravo.bonne analyse .c’est la pure verite

    18
    13
    Syphax de Siga
    27 juin 2019 - 21 h 41 min

    « Les Etats n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts », De Gaulle l’a dit, et c’est bien connu de tous.
    « L’Algérie n’a pas d’amis, elles n’a que des traitres ». Ça, c’est moi qui le dis. Et je le mets entre guillemets.

    28
    8
      Zak
      1 juillet 2019 - 9 h 00 min

      Tu m’a finis hhhhh, elle est pas mal du tout je valide

    Anonyme
    27 juin 2019 - 21 h 05 min

    Et dire qu’il était président.
    Il joue à la girouette.
    Pauvre Tunisie qui avait une marionnette comme président.

    19
    8
    Anonyme
    27 juin 2019 - 20 h 34 min

    C’est normal qu’il prenne fait et cause pour le Maroc ! Son père s’est exilé au Maroc et marié avec une marocaine et il a donc des frères et soeurs marocains !

    26
    7
    DZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZ
    27 juin 2019 - 20 h 23 min

    Marzouki a vendu son pays et il affiche l’ ambition de vendre l’Algérie…

    NON à votre grand makhreb au visage des vampires… Que chacun s’occupe de sa marmite

    29
    10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.