FLN contre FLN : Bouchareb et Djemaï se livrent une guerre de survie

Bouchareb Djemaï
Mouad Bouchareb. D. R.

Par Saïd N. – Retournement spectaculaire à l’Assemblée populaire nationale. Quelques heures après l’annonce faite par les membres du bureau de retirer leur confiance au président, Mouad Bouchareb, en lui demandant de démissionner «immédiatement», un communiqué de cette institution a démenti formellement avoir convoqué une réunion de son bureau, en rappelant que celui-ci, conformément à son règlement intérieur et notamment à ses deux articles 9 et 18, ne peut se tenir que sur convocation de son président et sous sa présidence.

Aussi, le communiqué indique-t-il que le bureau de l’APN tient ses réunions et rend ses décisions en présence d’une majorité de ses membres, ce qui n’est pas, selon les auteurs du communiqué, le cas de la réunion tenue ce dimanche. Et d’ajouter que les décisions prises officiellement ne peuvent être annulées par une réunion qui ne remplit pas toutes les conditions légales, et en présence de membres dont les postes ont été déclaré vacants et remplacés par d’autres députés suivant les procédures constitutionnelles et réglementaires en vigueur.

Les rédacteurs du communiqué, qui porte l’empreinte de son président, accusent les membres du bureau qui s’étaient réunis en son absence de «menacer la stabilité et la cohésion» de l’institution législative et de vouloir en ternir la réputation aux yeux de l’opinion publique.

Ne s’avouant pas vaincu, le président de l’APN tente de revenir, en invitant «tout le monde à faire preuve d’un sens de responsabilité pour clôturer la session parlementaire du printemps».

Pour rappel, les membres du bureau avaient justifié leur retrait de confiance au président de l’APN par les développements que connaît le pays. Dans leur déclaration, ils avaient souligné qu’en raison de son rejet par le groupe parlementaire de son propre parti, le FLN, Mouad Bouchareb est devenu un facteur de blocage de l’APN. Le FLN a justifié son appel à la démission de Mouad Bouchareb par le «mouvement populaire exigeant le départ des symboles du régime».

S. N.

Comment (12)

    ben
    3 juillet 2019 - 7 h 58 min

    FLN AU MUSÉE ET SES DIRIGEANTS AU PLACARD.
    BIENTÔT ON VA BANNIR SES TROIS LETTRES DE L’ALPHABET FFFFFFF_ LLLLLLL_NNNNNNNN

    Anonyme
    1 juillet 2019 - 19 h 56 min

    C est l ‘ homme qui portait le cadre de Bouteflika pour le 5 eme mandat ..donc il sait qu il est cuit quelque part mais il fait de la résistance de lâches .

    aghyoul
    1 juillet 2019 - 18 h 37 min

    Avec el Iassaba on vivra el moussiba
    ca fait mal au coeur de voir un pays detruit par une bande de voyous

    Bof
    1 juillet 2019 - 17 h 21 min

    La lutte féroce pour la place de chiyate attitré de Gaid Salah.
    Le FLN ne sait faire que ça, se battre pour occuper la 1ere place de chiyate.
    Après Gaid Salah, ils se battront pour servir son remplaçant.
    Et ainsi de suite.

    11
    Med
    1 juillet 2019 - 14 h 24 min

    2 voyous a la tete du FLN de BenMhidi, Zighout, Ali la pointe, Chaabani, Boubnider, Didouche et Hassiba?? C’est grave. Le peuple a donner sa réponse. Le FLN de 54 – 62 au musée et le FLN de 62-present dans la poubelle de l’histoire. Qu’attend Gaid Salah et l’ANP pour mettre Bouchareb et le trabenditist Djemai a El Harrach? ALN ( Armée de liberation national) a libérer l’Algérie et devenu ANP. Le FLN(Front de liberation national) ??? L’Algérie est libre. Le FLN au musée le premier Novembre 2019 In Chaa Allah. Allah yarham a Chouhadas.

    16
    Mouloud
    1 juillet 2019 - 11 h 24 min

    Une fois les elections tenues..et un president elu..l apn..le senat..seront obligatoirement nettoyes..les partis du systeme seront dissous.le sigle fln range dans la case histoire..et nul membre de ces partis de la catastrophe ne sera autorise a creer un parti politique.ceci s applique aux partis islamistes..ce n est pas le role de l armee de gommer ces truands mais celui du president de la republique..laissez les braire..c est la fin des haricots!

    24
    2
    Anonyme
    1 juillet 2019 - 10 h 39 min

    TOUS DES ARRIVISTES ET DES OPPORTUNISTES À-PLAT-VENTRISTES, EUX ET LEUR PARTI USURPATEUR, sans aucun lien avec les novembristes.
    ALLAH LA IRAKAB FASS ALLA HRAOUA.

    18
    Si le Chef d'Etat Major était Si Fort ....
    1 juillet 2019 - 8 h 53 min

    Si le Chef d’Etat Major était Si Fort comme on le dit et le vrai décideur, il aurait mis fin à cette comédie de l’APN. Non? A travers ces 2 individus que sont Bourareb et Djamai, ceux sont bien 2 clans qui s’affrontent; Alors pourquoi l’option de dégager Bouchareb est si difficile si on comme on le dit, Djamai serait le poulain de GS. Si certains ont des éclairages à partager, ils sont les bienvenues ! La situation me semble bien confuse mais surtout très opaque avec une guerre des clans toujours d’actualités et des donneurs d’ordres invisibles tapis dans l’ombre.

    23
    2
      Anonyme
      1 juillet 2019 - 22 h 56 min

      Parce que c est simplement du pipi de chat pour l état major de l ANP et son chef mais pas la vindicte populaire , c est ca plutôt qui les préoccupent en ce moment le mouvement contestataire et l armée ne vire pas ce type au même titre que Ben Sallah parce qu’ elle pourra e faire qd bon lui semble mais elle sait qu ils sont la pour prendre les coups et faire le jeu de certains en attendant mais pour éviter ca il faut nous organiser et demander une date butoir pour les élections sinon chez les arabes ou chez nous en Algérie l le provisoire deviens du définitif et ca profitera tjrs aux mêmes d autres qu’ ils leur ressemblent ou fils de … donc le même système alors il faut s organiser et trouver des candidats algérien(nes) intègres et reconnues de tous au plus vite .

    elfahem
    1 juillet 2019 - 8 h 10 min

    « ……..vouloir en ternir la réputation aux yeux de l’opinion publique »
    Quel culot, quelle mauvaise foi, quelle pourriture, le peuple a raison de vouloir les degager tous

    25
    1
      zoréta
      1 juillet 2019 - 12 h 42 min

      Voilà ce qui se passe quand des voyous arrivent à se « placer » dans des institutions de l’Etat !

      18
      Anonyme
      2 juillet 2019 - 10 h 59 min

      Ce bouchareb N as pas froid au yeux, jusqu’au bout… Il terminera comme les corrupteurs mais ça il sont arrivé à un niveau d’aveuglement que nous les gens lambda n’arrive pas à comprendre car ils vivent dans un monde parallèle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.