Djamila Bouhired dément sa participation au panel de médiation

dialogue Bouhired
La moudjahida Djamila Bouhired. PPAgency

L’icône de la Guerre de libération nationale, la moudjahida Djamila Bouhired, rend public un démenti dans lequel elle affirme n’avoir jamais été contactée pour faire partie du panel des treize personnalités nationales proposé par le Forum national du changement pour conduire la médiation de sortie de crise.

«J’ai appris avec stupéfaction que mon nom figurait sur une liste de personnes chargées d’organiser un dialogue entre le pouvoir et le mouvement populaire», souligne cette icône de la Révolution, précisant que «personne n’a demandé mon avis et je n’ai donné mon accord à personne».

Djamila Bouhired poursuit en assurant qu’elle ne pouvait en aucun cas «faire partie d’un groupe de personnes dont certaines ont servi le pouvoir». «Alors que des patriotes sont jetés en prison pour délit d’opinion, dont un officier de l’ALN, le frère Lakhdar Bouregaâ, il ne peut y avoir de dialogue avec ceux qui nous menacent et nous accusent de trahison», souligne-t-elle, réaffirmant sa solidarité «avec le peuple en lutte pour son émancipation citoyenne, dans la liberté, la dignité et la démocratie».

Ce démenti intervient au moment où une confusion règne sur cette initiative de proposition d’une liste de personnalités nationales pour mener la médiation et le dialogue pour une sortie de crise. En plus de Djamila Bouhired, d’autres noms ont été donnés. Il s’agit de l’ancien ministre des Affaires étrangères Ahmed Taleb-Ibrahimi, des deux anciens chefs de gouvernement Mouloud Hamrouche et Mokdad Sifi, de l’ancien président de l’Assemblée populaire nationale (APN) Karim Younes, de l’avocat Mustapha Bouchachi, de la constitutionnaliste Fatiha Benabou, du sociologue Nacer Djabi, de l’économiste Smail Lalmas, du syndicaliste Ilyes Merabet, de la militante associative Nafissa Hireche, des militantes des droits de l’Homme Aïcha Zinai et Islam Benaya.

M. S.

Comment (30)

    Felfel Har
    18 juillet 2019 - 19 h 43 min

    Djamila Bouhired a compris la manipulation de cette instance que le Hirak n’a pas expressément désignée. De quelle légitimité peut se prévaloir Mr. Arar pour former cette équipe de négociateurs au nom du peuple alors que ce dernier ne leur reconnaît aucune autorité? L’inclusion de quelques dinosaures ayant fait partie des différents régimes arbitraires précédents n’augure rien de bon pour le jeune peuple, statistiquement majoritaire.
    Cette équipe est un DUD (Dead Upon Delivery) ce missile qui est mal parti dès son allumage.
    « Passons au choses sérieuses », Hachemi Souami dixit!

    8
    2
    Chaoui Ou Zien
    18 juillet 2019 - 15 h 25 min

    Contrairemend a certains et quite a deplaire a beaucoup, je ne peux oublier que cette grande moudjahida (fait que je ne lui deni aucunement d’ailleurs) a fait des pieds et des mains avec l’accord tacite de Medienne pour mettre bouteflika a El Mouradia. Le resultat on le connait tous. Des centaines de milliards de dollars dilapidees mais pire que cela une occasion en or ratee (et qui ne se presentera peut etre plus) pour sortir definitivement notre malheureux pays du sous developement. On fait tous des fautes et elle ne remontera dans mon estime que le jour ou elle reconnaitra publiquement son erreur. En attendant qu’elle ne se mele plus dans les affaires de “Selmya” et la deuxieme republique avec l’aide se Dieu.

    6
    11
      Anonyme
      19 juillet 2019 - 9 h 57 min

      J’ai comme l’impression que tu confonds Zohra Drif avec Djamila Bouhired qui a tout le temps gardé ses distances avec le régime mafieux algérien.

    Anonyme
    18 juillet 2019 - 14 h 53 min

    Taleb Ibrahimi est un taliban en costume et cravate. Hamrouche portait le parapluie du dictateur islamo-baathiste Boumediene le maître d’oeuvre de tous nos malheurs.

    22
    9
      Anonyme
      19 juillet 2019 - 8 h 24 min

      Tout ça est vrai mais vous êtes un peu dur!
      Mais ils peuvent se racheter en faisant un travail utile pour l’avenir du pays.
      Il ne faut écarter que les fassidines , par exemple machisidi said qui s’apprête à mettre les voiles avec sa famille et son pactole, par exemple bedoui trafiquant notoire et n’oublions qu’il a ordonné de tabasser les médecins.
      Chose jamais vue ailleurs, même hitler et les SS respectaient les médecins!
      Le pays où on tabasse les médecins, où on emprisonne les vrais moudjahidines est voué aux gémonies !!
      Il faut que ces gens fassent acte de contrition et expient leurs fautes pour le salut du pays.

      4
      2
    Kahina-DZ
    18 juillet 2019 - 14 h 31 min

    L’odeur du Bouteflikisme persiste.
    La politique de l’arnaque continue

    22
    6
    Me Djamila Bouhired est une icône pas plus, elle doit le rester !
    18 juillet 2019 - 12 h 34 min

    Me Djamila Bouhired n’a pas sa place dans la négociation d’un compromis. Elle est une icône de la révolution et doit le rester. Elle est la caution du Hirak et doit le rester mais est la valeur ajoutée qu’elle peut apporter pour le futur de l’Algérie. Je pense que techniquement, elle est très limité.a bon entendeur salut.

    13
    8
    Pr Nadji Khaoua
    18 juillet 2019 - 12 h 19 min

    Le système politique agonisant croit qu’il peut continuer à dominer en usant des mêmes ficelles qu’avant.
    Il croit qu’ainsi au moins il gagne du temps pour domestiquer ensuite orienter la société vers la direction qui lui permet de continuer à dominer et à monopoliser les choix d’évolution de ce pays.
    C’est ainsi qu’il joue perdant à tous les coups.
    Car, intégrer bien, Mesdames et Messieurs les décideurs que depuis Kherrata, Khenchela et le 22 février 2019, l’essentiel ne sera plus comme avant.
    Par exemple vous ne gagnerez pas, ni par lassitude ni par naïveté, ni par désinformation l’accord de la majorité d’entre nous, en jetant des noms en pâture sans l’accord de fond de chacune et de chacun des concernés.
    Seul une pratique politique saine de consultation préalable et d’accord express de chaque personnalité, sur une feuille de route précise, offrant les garanties nécessaires, peut ouvrir l’horizon vers une sortie réelle de crise.
    J’ajoute que les retards mis dans le déclenchement du travail de l’appareil judiciaire contre les véreux et les faussement dit « entrepreneurs » et faussement dit « élus », en fait des mafioso et corrompus certains d’une certaine notoriété dans certaines Wilayas comme Annaba, l’incompréhension de certaines opérations et déclarations nationales dans le secteur de l’enseignement supérieur, le retard mis dans le changement de ses principaux décideurs au niveau des Universités, laissent beaucoup d’incompréhension et de scepticisme sur une réelle volonté politique de sortie de crise.
    Comme si le système politique décadent ne veux pas lâcher prise, au détriment de l’Algérie.

    Pr Nadji Khaoua
    Annaba.

    12
    11
    No comment
    18 juillet 2019 - 10 h 14 min

    Put… ! qu’est-ce qu’il y a comme doubabjis ! Ils sont bien payés, c’est sûr. Quelle conscience maléfique, quels coups de langues bien appliqués, quelle haine de leur peuple, quelle assiduité, quelle constance dans l’art d’inoculer le fiel, quelle bonheur de faire du mal, quel hypocrisie de faire croire qu’il font ça pour le pays, alors que c’est pour AGS en contrat CDI. Aucun algérien de cœur n’écrirait comme vous, et donc automatiquement tout ce qui contre le Hirak, est l’oeuvre démoniaque des doubabjis. Donc on ne s’en fait pas. C’est tout juste si on constate que malheureusement vous polluez AP. C’est tout. C’est dommage que tant de caniches vous puissent trouver facilement refuge dans ce journal.

    8
    13
    Le-monologue-des-Dons-Diègue
    18 juillet 2019 - 9 h 12 min

    En fin de compte, ces réunions pleines de zèle et de patriotisme tenues par des « personnalités nationales » connues surtout pour avoir fricoté avec le système, vont implicitement ou explicitement défendre les couleurs de leur trio AGS-BB-NB . Ouala ! Ouala ! Qui a dit que c’était un dialogue? Y a t-il un seul « manifestant du Hirak? Y a-t-il un seul étudiant? Y a pas de dialogue, allez circulez, y a rien à voir ! Cette réunion n’est pas incitateur à un DIALOGUE entre deux parties antagonistes, mais à un MONOLOGUE intra-système. Djamila Bouhired a bien vu cela. Bravo, Madame.

    19
    8
    Mimi
    18 juillet 2019 - 8 h 45 min

    Ah monsieur les droits de l’homme qui se fait démasquer . Tant que je n’ai pas vu Zoubida Assoul celle qui n’a peur de personne et qui a commencé le hirak faisant parti d’un groupe de sages, je ne croirais personne. Mme Assoul est juriste et ne se fait manipuler par personne. Alors messieurs vous n’avez pas le quitus.

    22
    14
    ABOU NOUASS
    18 juillet 2019 - 8 h 40 min

    SIFI , HAMROUCHE , EL-IBRAHIMI , le trident du diable !!!!!!!!!!!!!!
    Ils furent les serpillières de tous les généraux qui se sont succédé auprès d’El-Mouradia.
    Hamrouche a ouvert la porte aux islamistes tandis que lui a pris la porte de sortie .
    Quant aux 2 autres, ils n’ont jamais eu ne serait-ce un micron de dignité envers eux-mêmes et encore moins envers le peuple/

    OUSTE d’ici, le peuple vous vomit.

    27
    9
    Zina
    18 juillet 2019 - 8 h 38 min

    Djamila Bouhired devrait rester une icône de la révolution. Une sorte de mythe. Pas plus. Elle a fait son devoir en son temps mais depuis, elle ne s’était plus distinguée par une quelconque intervention sauf lorsqu’elle a poussé un cri de désarroi pour être convenablement prise en charge en France en vue d’une intervention chirurgicale qui lui fût accordée. Non, bien sûr, sans avoir mis en avant son statut de Moudjahida que personne ne lui renie d’ailleurs. Ceci étant, et nonobstant son âge, quelle est son expérience, politique ou autre, susceptible d’être mise à contribution dans le cadre d’un éventuel panel.de médiation qui se doit d’être sérieux pour sortir le pays de l’impasse qui n’a que trop duré ? Soyons réalistes et objectifs !

    17
    17
      Anonyme
      18 juillet 2019 - 11 h 37 min

      Attention, la consommation excessive du cachir peut nuire à la santé.

      18
      10
        Zina
        19 juillet 2019 - 7 h 33 min

        Je n’ai pas très bien compris votre « trait d’humour » ! Je n’ai jamais été une « cachiriste ». Cheers !

        2
        2
      Anonyme
      18 juillet 2019 - 14 h 46 min

      Le jambon est mieux que la cachir harr.

      4
      4
    Kenza
    18 juillet 2019 - 8 h 02 min

    Du fait de la seule présence de cette grande dame sur la liste, ça m’avait rassurée sur la bonne foi de ceux qui sont à l’origine de cette initiative. Maintenant que Mme Bouhired dément, ça enlève toute crédibilité à cette médiation…en tout cas, c’est mal parti et c’est dommage !
    Parfois, j’ai l’impression que du côté de ceux qui aujourd’hui détiennent le pouvoir, tout est fait pour qu’un dialogue qui répond aux revendications claires du hirak ne puisse pas avoir lieu. Le système fait semblant d’être à l’écoute du peuple, initie un dialogue selon ses normes et , sciemment, fait en sorte qu’il soit refusé par le peuple. Ainsi, au yeux du monde, le système aura montré sa bonne volonté mais c’est du côté du hirak que ça coince. Donc, il arrivera un moment où, du côté du pouvoir, il serait légitime de prendre une décision radicale pour sortir de la crise: Etat de siège !
    L’armée, sous le prétexte de sauver le pays, prend ses responsabilités. Bonnes gens rentrez chez-vous ! Rendormez-vous….votre révolution ce n’est pas pour aujourd’hui !

    17
    7
    Lghoul
    18 juillet 2019 - 7 h 26 min

    Pourquoi ont ils peur du peuple ? Et pourtant il exprime ses voeux et ses souhaits dans le calme et la paix chaque vendredi et chaque mardi ?
    Ah ce peuple la n’est que bon pour etre roué de coups et etre arrêté. Comment pourra-ton négliger et ignorer 30 millions de citoyens qui sortent dans la rue chaque vendredi ?

    21
    10
    Lghoul
    18 juillet 2019 - 7 h 18 min

    Un grand BRAVO Madame Bouhired. Tant qu’il y a des femmes et des hommes, le pays ne sombrera jamais. Des fois on se demande pourquoi on n’a pas encore coulé. C’est justement parce qu’il y a encore des gens de ce calibres, qui aiment leur pays et qui travaillent sans relache derrière les coulisses pour que le bateau Algérie ne coule pas. Depuis 1999 leur nombre a diminué car beaucoup sont découragés et d’autres sont chassés a l’étranger . Mais a partir de 2019, le futur état de droit et de transparence fera tout pour que leur nombre augmente en appelant tout algrién de revenir travailler chez lui et pour le peuple auquel il appartient.

    27
    14
    Lghoul
    18 juillet 2019 - 7 h 09 min

    Au lieu d’être franc, direct et transparent, on ne cesse de jouer aux ruses et aux manigances derrière les coulisses. Ils ont d’abord commencé avec Rahabi et compagnie et maintenant avec Karim Younes « and friends ». Jamais ils ne feront quelque chose sans arrières pensées et jamais le peuple ne croira a tout ce qui viendra de cette issaba. Isaaba c’est synonyme de ruse, de contre pieds et de décéption pour se maintenir au pouvoir et s’adonner a la corruption organisée a grande échelle. Ce cancer, cette culture empoisonnée et ces pratiques diaboliques doivent disparaitre de notre futur état de droit. La nouvelle constitution, qui sera au dessus de tous et toutes doit tenir compte de ce poison.

    20
    17
    LA GRANDE ARNAQUE
    18 juillet 2019 - 3 h 41 min

    À voir les moyens logistiques déployés pour que ce forum ait lieu dans une salle luxueuse d’un grand hôtel, à voir que ce Mountada possède déjà une griffe, il y a anguille sur roche. Pour avoir la possibilité de posséder une griffe ou cachet, il faudra se constituer en entreprise individuelle, ou association ou institution agréée et reconnue par la loi. Comment expliquer que ce mountada qui sonne l’arnaque ait eu cette possibilité en un temps record alors que l’autre aile opposée n’a pas eu droit à une salle pour être confiné dans le siège du RCD. Pourquoi le FFS a eu du mal à avoir une salle pour son conseil national qui s’est tenue grâce à la mise en sa disposition d’une salle du MDS? Tout commence à être claire maintenant: Gaid Salah a choisi de tourner le dos aux démocrates et aux citoyens qui ont choisi de lutter contre l’instauration d’une république islamique en Algérie, pour aller s’allier avec les traîtres de la nation qui ont fait reculer l’Algérie de 40 ans en arrière. Je pleure tous les militaires, tous corps confondus et les civils qui ont laissé leurs vies pour rien. Et pourtant, ils recevaient des ordres d’un certain CFT AGS à un moment donné. Khaled Nezzar, notre célèbre général a raison finalement! que le peuple sache qui est avec lui et qui est contre maintenant!

    45
    12
      3atef
      18 juillet 2019 - 7 h 51 min

      Depuis le 22 février 2019 Nous disons et écrivons CLAIREMENT (il n y a que les sourds et les atteints de cécité QUI CONTINUENT à FAIRE MINE DE…) NI TREILLIS NI KAMIS nous LA voulons et L’ALGÉRIE sera (n’en déplaise à AGS et tous CEUX qui l’ont PRÉCÉDÉS!!!) UN ÉTAT DE DROIT UNE RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE où les RÈGLES ET LOIS qui régulent la VIE des ALGÉRIENS seront l’émanation du peuple POINT BARRE
      Signé: l’eleveur de caribou du fon fond de sa toundra

      18
      9
    Anonyme
    18 juillet 2019 - 3 h 06 min

    Taleb Ibrahimi va parler au nom des Qataris ou des émiratis.
    On est pas sortis des trahisons.

    BRAVO À LA GRANDE MOUDJAHIDA

    37
    10
    Elle est manipulée vers les mauvais choix.
    18 juillet 2019 - 1 h 24 min

    Ce serait tout à son honneur et à son avantage d’accepter de participer à une solution dans l’intérêt de son pays et son peuple.
    Mais autour d’elle , il doit y avoir tellement de présence nocives et malodorantes qui lui renverse le cerveau pour qu’elle n’y aille pas.
    À son âge elle a du mal à distinguer qui est qui !!! et qui fait quoi !!!.
    Mais la vérité triomphera sur les menteurs.

    12
    43
      2ème république
      18 juillet 2019 - 6 h 22 min

      @Elle est manipulée. Tout ce qu’elle dit c’est le bon sens même. Pas de dialogue tant que le dictateur n’a pas libéré les prisonniers politiques, et pas de dialogue avec les taupes du régime comme Ibrahimi et Hamrouche

      35
      12
      Lyes Oukane
      18 juillet 2019 - 10 h 09 min

      @ Elle Est Manipulée … à son âge elle a du mal à distinguer !

      C’est vrai que madame Djamila Bouhired à 84 ans mais tu feins d’oublier que Taleb Ibrahimi en a 87 et que Gaid Salah vient de fêter ses 79 printemps en janvier dernier .

      Regarde la photo de l’article . Madame Bouhired se pavane dans les rues d’Alger quand elle veut , toujours le sourire aux lèvres et sous les applaudissements de la population .La classe !
      Où qu’elle aille dans le pays elle sera reçue de la même façon . Ose dire le contraire .

      A contrario, les deux autres se barricadent qui dans une caserne qui sous les jupons feutrés de maman Dz .Un chef d’état major qui a peur de son peuple , very big hchouma .
      On ne peut tomber aussi bas que GS . Le peuple l’a dégradé plus bas que ne l’aurait fait un tribunal militaire . Le pied !

      A apprendre par cœur . La vérité est dans la rue quand la manipulation se mijote en catimini . Jamais le contraire .

      23
      7
    Anonyme
    18 juillet 2019 - 1 h 04 min

    Juste la présence de Taleb Ibrahimi rend cette initiative douteuse.

    37
    14
    Antisioniste
    17 juillet 2019 - 22 h 36 min

    La moudjahida Djamila Bouhired, une icône et une grande Dame avec laquelle je suis entièrement d’accord.
    Veuillez accepter mes hommages et mon profond respect Madame Djamila Bouhired

    34
    11
    UMERI
    17 juillet 2019 - 22 h 10 min

    Nos hommages, Mme Bouhired,vous êtes une vraie combattante, qui n’a pas dévié d’un iota de la ligne tracée par nos martyrs et les vrais moudjahidin.Vous avez entièrement raison, il n’y aura pas de dialogue, avec ceux qui emprisonne,des hommes, des femmes, des enfants pour délits d’opinion. Ils ont osé incarcérer le Commandant Bouregàa, que la France coloniale, n’a pus le faire.Idem pour Mme Louiza Hanoune, une battante, qui n’a fait qu’ exprimer son opinion sur la légitimité du Hirak a marcher pacifiquement. Sans oublier le courageux général Belhadid, qui a dénoncé la collusion entre Saïd et Gaid, durant le règne de Bouteflika.

    26
    12
    faqo
    17 juillet 2019 - 21 h 55 min

    ils veulent les obliger bessif à participer à leur grande arnaque.
    ça marche pas !

    32
    12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.