Apprenons !

election_tunisie
La Tunisie, un exemple pour le monde arabe en matière de démocratie. D. R.

Par Saïd N. Nos voisins de l’Est sont en train de faire de grands pas en avant dans la démocratisation de leur pays, malgré la crise économique qui étreint le pays et la menace terroriste qui le guette. Au moment où des observateurs internationaux, échaudés par les expériences des pays voisins comme l’Algérie, prédisaient une transition chaotique après la mort du président Béji Caid Essebsi, les Tunisiens ont surpris tout le monde, d’abord en gardant le cap sur l’alternance démocratique au pouvoir mais, surtout, en présentant à la prochaine élection présidentielle des candidats dont le profil nous laisse tout simplement jaloux, nous qui peinons à entamer une transition digne de ce nom, quatre mois après la démission de l’ancien chef de l’Etat.

Deux belles leçons se dégagent de cette nouvelle expérience tunisienne. La première est la candidature, décomplexée et dépassionnée, d’un ministre de la Défense de l’actuel gouvernement, Abdelkrim Zbidi, un civil soutenu par le parti au pouvoir Nidaa Tounes. Il aura à confronter, entre autres, son chef de gouvernement, Youssef Chahed, soutenu, lui, par son parti, Tahya Tounes.

Cette posture paraît totalement improbable en Algérie où le poste de vice-ministre de la Défense est occupé par le chef de l’armée, lequel dicte sa politique à tout le gouvernement.

La deuxième leçon concerne la candidature, déposée à la dernière minute, du vice-président du mouvement islamiste Ennahda, le très éclairé Abdelfattah Mourou. On peut conjecturer longuement sur le choix tactique de cet homme, à la place du leader du mouvement, le fondamentaliste Rached Ghanouchi, mais c’est un choix qui marque une évolution historique chez les islamistes tunisiens qui auraient finalement compris qu’ils n’ont aucun intérêt à s’aligner sur la politique néfaste des Frères musulmans, ni à reproduire le modèle déjà éprouvé en Egypte et dans d’autres pays de la région, avec les résultats catastrophiques que l’on connaît.

C’est aussi un bel exemple dont doivent s’inspirer nos islamistes qui n’arrivent pas à se défaire de leur dogmatisme religieux et idéologique et qui semblent incapables de s’émanciper.

S. N.           

Comment (29)

    emmayna
    8 août 2019 - 20 h 54 min

    Mais arrêtez de croire aux sornettes que la Fronce diffuse ! tout d’un coup hop-là c’est au tour de la Tunisie d’être démocratique, on nous inonde de photos de femmes et de nouvelles futiles…pour nous convaincre de l’impossible!
    C’est la même chose pour ce qui est du Makhzou, pays prospère économiquement, le plus développé, le plus moderne et j’en passe! vous connaissez la réalité du terrain !
    A part les avenue des grandes villes, appartenant et réservées aux touristes, il n’y a que désolation!
    Maintenant si vous vous attendez à ce qu’ils vous montrent des photos négatives, on peut toujours rêver!
    Arrêtons aussi de sous-estimer notre pays, nous sommes les mieux lottis croyez-moi en bouffe ou autre chose! ya babaaaa !

    11
    4
    Socrate
    8 août 2019 - 19 h 18 min

    La Tunisie a la chance de ne pas avoir une armée surpuissante et qui dirige en sous-main le pays. De plus, ce « petit » pays a toujours été en avance sur les autres pays « arabes » de la région et cela depuis au moins 2 siècles.

    5
    8
    Anonyme
    8 août 2019 - 14 h 40 min

    Vous savez très bien que pour l’algérien, rien n’est meilleur exemple que l’Algérie, les autres ne sont qu’instigateurs d’un complot visant à soumettre l’Algérie.

    6
    11
      karimdz
      8 août 2019 - 16 h 19 min

      Soit pas jaloux… les algériens font la règle.

      10
      5
    Anonyme
    8 août 2019 - 8 h 29 min

    On apprend aussi de ceux à qui on apprend.
    On apprend de nos enfants aussi.

    6
    1
    zaama
    7 août 2019 - 19 h 53 min

    Technique de Franse : Une belle photo de costume made in Parris, une belle nana attirante, des beau slogans mensongers et Hop, on te vend un pays comme étant démocratisé ! que du vent ! de la manipulation!
    Afghanistan, Syrie, Libye etc etc on nous présente un cliché repoussant qui signifie : pas démocratique!
    Ils ont des services qui s’occupent à te donner un sentiment subliminal sur certains pays…
    Franchement pour un occidental, qu’y a t-il de bon à vouloir visiter tonisi ou miarok sans tourisme au vrai sens du mot! c’est pour vous dire la force de leurs médias-pub influences. Jordanie, Egypte,Israël/Palestine, Babylone OK!
    Q’un Algérien aille en Tunisie car ne cherchant pas la découverte mais plutôt l’évasion loin des siens ça passe! car notre instruction, ma femme, maman etc me bouderaient si je m’aventurais à leur faire visiter un musée, un lac ornitho ou une cathédrale…
    Si le Tourisme c’est Hôtel/cafétearia une semaine ailleurs bon ben bonne aventure en ne se mouillant que les pieds à la plage, rose longue oblige !
    En plus avec toute une smala et des moyens hum hum on ne peut parler de séjour touristique au sens propre du terme !

    13
    5
    karimdz
    7 août 2019 - 19 h 23 min

    La révolution tunisienne pour rafraîchir la mémoire de certains à été enfanté dans la violence, qui plus est, date de plusieurs années.

    La situation social sécuritaire économique s est dégradée en Tunisie.

    La révolution algérienne est naissante pacifique, l État est stable. Les deux parties hirak et ANP se rapprochent et on s achemine vers une sortie de crise par le dialogue.

    Finalement qui a appris de l autre, la réponse evidente, c est la Tunisie qui s inspire de notre revolution.

    21
    7
    Sahih
    7 août 2019 - 19 h 13 min

    Le tourisme des pays Arabes surtout Maghrebins leur a appris au moins une chose : TENDRE LA MAIN !
    NON désolé Aucune démocratie possible dans les pays dits Arabes ! Analysez si cela vous chante…
    Entre-nous et sans aucune forme de jalousie ou de médisance: qu’y y a t-il à visiter au Naroc et e Tounizi ?
    C’est un tourisme de masse à revenus faibles qui s’y croient en prenant l’avion pour dire on a été à l’étranger…Bravooo !
    Un marché vaste avec des fumées de grillades, des bric a brac d’artisanat jetés une fois rentrés au pays, une sensation d’être plus aisé que les autochtones…voilà Mr et Mme Martinz sont heureux d’être tombés dans le piège de médias-vendeurs !
    Au moyen orient il y a à visiter franchement ! En Algérie aussi c’est énorme mais dommage le clan a tout fait pour nous isoler.

    11
    5
    MELLO
    7 août 2019 - 17 h 44 min

    Monsieur Said N. , vous avez bien dit «  Apprenons » , et c’est bien dit , car , on ne sait , finalement ,rien du tout. On croit savoir , mais au fond , il nous manque beaucoup a apprendre et surtout pour connaitre. Comme disait l’autre , il nous manque 99 pour faire 100.

    10
    10
    Elephant Man
    7 août 2019 - 17 h 09 min

    Vous comparez l’incomparable.
    Votre analyse est totalement biaisée.
    Ensuite, si pour vous révolution de jasmin printemps arabe est synonyme de « démocratie » soit qu’à cela ne tienne.
    La récente virée israélienne en Tunisie est effectivement un signe tangible de « démocratie », les récents attentats aussi.
    Enfin, nombreux sont les Tunisiens qui pleurent Ben Ali.

    17
    10
      Anonyme
      7 août 2019 - 17 h 51 min

      Ould Abbas sors de ce pseudo !!

      7
      6
        anonyme 123
        7 août 2019 - 20 h 16 min

        Netanyahou sort de ce corps

        12
        5
    Algérienne-DZ
    7 août 2019 - 15 h 53 min

    La décennie noire a tué ou a fait fuir nos intellectuels, Le bouteflikisme a charlatanisé ou isolé le reste.
    Nos universités ont été délaissées et se sont transformées en crèche pour adultes.
    L’Algérie vit une impasse et aucun intellectuel n’a eu une révélation d’une feuille de route plausible, pour sortir le pays de la crise.
    Le vide s’est installé en Algérie… Nous avons passé 20 ans à cultiver BELHAMAR.

    15
    5
      Algérien
      8 août 2019 - 12 h 14 min

      On peut dire aussi que nous avons cultiver depuis 62 Belhamar.
      Le dernier guignol que nous avons eu comme président n’a fait qu’accentuer le phénomène, mais pour dire la réalité, les pseudos intellectuels n’ont pa attendu boutef pour s’en fuir, a proprement parlé, je doute que nous soyons réellement nationaliste et patriotique, c’est juste la façade comme avec les drapeau lorsque l’on gagne un match mais ça s’arrête là.
      L’autoproclamé président actuel nous réserve une belle dictature comme jamais vu ailleurs en mettant même des généraux et des manifestants pacifiques en prison.
      On a fait tomber une puce de la présidence pour avoir un dinosaure à sa place, je pense que vous devait comprendre ce que je veux dire

      3
      1
    Al Maz
    7 août 2019 - 14 h 24 min

    Ouaouh…la démocratie oulala que ce mot devenu Sabah El Kheir dans la bouche de tout le monde et, qui se joue des peuples au profit des tenants du pouvoir. Croyiez-vous que la Tunisie est démocratique parceque 2 manifestants ou manifestantes battent le pavé depuis quelques temps, allez-y sur place et posez la question à la petite population qui…de l’époque de Ben Ali ou des « démocrates » de pacotilles sont les mieux et vous aurez la réponse à vos réponses de suivistes.

    9
    6
    ABOU NOUASS
    7 août 2019 - 13 h 19 min

    Si De Gaulle n’avait pas cautionné la prise du pouvoir par cette fantoche armée des frontières basée à OUJDA et habillée de tenues fraichement confectionnées dans les ateliers de l’armée de fafa, de même qu’il a cautionnné l’ élimination physique de Khider puis de Krim Belkacem et tant d’autres opposants à Boumediène , nous n’en serions pas là à pleurer sur notre sort , car nous avions des hommes ou des HOMMES visionnaires à souhait et nous serions maintenant la première puissance d’Afrique et du moyen orient, tant démocratiquement, financièrement que militairement.

    Le clan d’OUjda a bien préparé le coup grâce à l’interconnexion dont Boutef ‘ a été le porteur d’eau .

    Donc nous n’avons de leçon à recevoir de personne , car qui n’aspire pas à vivre libre, circuler libre et avoir un job à la hauteur de ses compétences sans avoir à courber l’échine devant ces généraux enrobés?

    Grand bien leur fasse à nos frères tunisiens et nous aurons In Ch’Allah nous montrerons une autre face de l’Algérie dès lors que ces vautours au long cou dégarni seraient mis à leur tour au cachot

    12
    4
    oulala
    7 août 2019 - 10 h 48 min

    C’est la France qui fait miroiter cela ! c’est passager croyez-moi !
    Depuis 1957 dites-vous ! et résultat? pays pauvre comme le reste de l’Afrique.
    Leur seul gagne-pain c’était de favoriser le tourisme pour que les feujs ne se sentent pas isolés…
    Depuis quelques mois au moins dans les médias de fafa on ne parle et montre que la femme en tounisie…après avoir mis le feu dans toute l’Afrique avec l’aide des nantis du golf et du makhzou.
    Jamais le colonistauer ne laissera un pays Africain prospérer, mais réveillez-vous donc!
    Par contre les flatterie et vitrines mediatiques bidon fakes ils en servent au petits peuples.
    C’est nous qui au lieu de lancer notre pays on va enrichir la seoudyte, les voisins pas reconnaissants…
    Aidons nos filles, soeurs, femmes à se débarrasser du voile et tout ira pour le mieux!
    Mais quand on croit à la menace de « yom al quiyama » brandie par les « Oulémas » SVP (gros rires)! On ne mérite que le décin à l’image de tout les pays croyants au sornettes !

    17
    8
      RBOBA
      9 août 2019 - 21 h 43 min

      Tout à fait d’accord avec les commentaires qui temporisent l’image « positive » que la Tunisie essaie de donner d’elle-même, voire que des journalistes, Algériens ou non donnent d’elle. Comme je l’ai écrit plus loin, la Tunisie ne produisait pas grand-chose à part du tourisme de masse, servait de plate-forme pour les dépannages des prestataires d’internet, par téléphone, confectionnait les vêtements y compris de prêt-à-porter de luxe, des grandes marques européennes, et pour un taux horaire dérisoire : ce qui n’empêchait pas le prix à l’achat en occident de ces mêmes vêtements d’être aussi chers. Par ailleurs, depuis quelques temps et sans que les « élites » algériennes ne réagissent, les Tunisiens s’accaparent le patrimoine culturel, historique, voire antique, de l’Algérie, cf. la Kahéna, Saint-Augustin, certains vont même jusqu’à dire que la Tour Eiffel a été construite avec du fer provenant de chez eux ! Quid de Miliana et de Zaccar ! Sans parler du vin Sidi Brahim, vendu dans les magasins Carrefour, en France, comme un vin de l’Atlas Tunisien ! Ceci dit, ce n’est pas le meilleur, alors on peut bien le leur laisser. Alors, oui, il serait temps que les Algériens réagissent, en commençant par exemple, par passer leur vacances dans leur pays, de le visiter, il est immense et plein de richesses. Faut-il donc que ce soit toujours les Etrangers (Arthus Bertrand, l’Algérie vue du ciel et une émission de France 3, intitulée Thalassa) qui le leur rappelent ! C’est une amie Libanaise, qui m’avait informée qu’une émission passait sur France 3 consacrée à l’Algérie. C’est cette même amie, âgée, qui m’a dit l’autre jour, que si elle était plus jeune, elle s’installerait en Algérie. Ce pays lui rappelle le sien, avec cette même énergie, un peuple dynamique, provenant de différentes civilisations et qui doit en être fier ! Cessons donc de regarder toujours ailleurs. J’ai entendu des Algériens me dirent qu’ils allaient en Tunisie, parce que là-bas, au moins, les plages étaient propres ! La plage se salit-elle toute seule ? Les vagues qui sortent de la mer, sortent-elles déjà couvertes d’immondices ? Non ! C’est donc aux Algériens de respecter leur pays, leur nature, leur ville, de nettoyer quand ils salissent, de ramasser leur sac d’ordures avant de quitter les lieux. Ce qui ce fait partout. On préfère donc fuir, ailleurs, comme si on était pas responsable.

    Abou Stroff
    7 août 2019 - 9 h 49 min

    si nous enlevons à NOS islamistes, leur discours saillant sur le sexe, en général et la femme, en particulier, ils deviendront complètement aphones.
    en effet, que proposeraient ils d’original si on leur supprimait leur seul fond de commerce?

    25
    4
      Karamazov
      7 août 2019 - 10 h 36 min

      « Saillant », oui !

      3
      7
      Anonyme
      7 août 2019 - 12 h 13 min

      Nos islamistes sans leurs 72 vierges et zawadj al mout3a n’ont rien à proposer de concret.

      21
      4
    Anonyme
    7 août 2019 - 9 h 41 min

    Comparé à l’Algérie,la Tunisie a la superficie d’une wilaya algérienne mais nous donne des leçons de démocratie. Comme quoi le dicton : « kamcha an’hal khir mène chkara dabène » [une poignée d’abeille vaut mieux qu’un sac de mouches] dit vrai.

    19
    11
      Anti khafafich
      8 août 2019 - 21 h 34 min

      Les algériens ont commencé leur révolutions bien avant tes tunisiens à la harissa harra. Fin du siècle dernier par exemple , on était les premiers à nous soulever contre les conséquences du nouvel ordre mondial qui se dessinait juste après la chute du bloc soviétique c est à dire 90. Au début de ce siècle, ce sont aussi les algériens qui ont commencé à donner la grande leçon de civisme après les houles déferlantes du terrorisme mondialiste c est à dire cette année. Au final t’es tunisiens ont beaucoup appris de nous,
      Notre GRAND PROBLÈME c est que l algérien à la mémoire courte et se SOUS-ESTIME TOUT le temps y compris l auteur de cet article.

      3
      4
    MELLO
    7 août 2019 - 9 h 24 min

    Je ne sais pas si on peut apprendre . L’école Algérienne nous a appris a ne rien apprendre , ni a comprendre. Le seul moteur qui nous meuve c’est la violence descriptive , verbale et autre accusation. Bourguiba était un moderniste , avocat de l’ecole Francaise, il mit fin a la monarchie tunisienne en 1957. Son premier projet était la reforme de l’éducation. Le peuple tunisien ne cesse de cotoyer les touristes du monde entier , il a appris et quand on apprend on avance.
    Chez nous , on apprend pas et on se croie des genies.

    20
    8
    Karamazov
    7 août 2019 - 8 h 44 min

    « C’est aussi un bel exemple dont doivent s’inspirer nos islamistes qui n’arrivent pas à se défaire de leur dogmatisme religieux et idéologique et qui semblent incapables de s’émanciper ».

    Iben moua je préfère qu’ils ne s’en inspirent pas du tout ! Un tango même roqiè au champagne reste un tango !

    19
    7
      RBOBA
      8 août 2019 - 15 h 43 min

      LA Tunisie a eu Bourguiba et le parti Destourien, fondé à 50% par un Algérien, Mofdi Zacharia, l’auteur de l’hymne algérien pour les paroles, la musique ayant été composée par un Egyptien. Suivre l’exemple de la Tunisie ? Où en est la Tunisie à l’heure actuelle : plus de tourisme, seuls les Algériens s’y rendent et ne sont pas mieux considérés pour autant, plus d’industrie, y compris, occidentales (confection et autres). Cet avocat qui se présente sous les traits d’un modéré, n’est rien d’autre qu’un avatar des frérots. Cessons donc de regarder ailleurs !

      2
      4
    Anonyme
    7 août 2019 - 8 h 37 min

    En Tunisie l’armée ne s’est jamais accaparée le pouvoir comme chez nous.

    16
    5
      Anonyme
      7 août 2019 - 20 h 18 min

      Je suis heureux pour la Tunisie, plus il y aura de paix sur la voie de la tranquillité et plus tout le monde y gagnera.
      La Tunisie n’a pas de pétrole et de gaz, elle a donc moins à craindre de la prédation étrangère et de la corruption interne.

      3
      6
    Batata44dz
    7 août 2019 - 8 h 11 min

    tout simplement l’Algerie est devenue une nation clochardise ……il est imperatif de juger le parrain oujdi

    22
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.