Les étudiants toujours mobilisés et refusent le retour du «pouvoir militaire»

Marche étudiants
La hiwar mâa el-issabat (pas de dialogue avec les gangs). PPAgency

Par Mounir Serraï – Ni la fête de l’Aïd ni les grandes vacances n’ont impacté la 25e marche des étudiants qui poursuivent avec le même engagement et la même détermination leur combat pour une nouvelle Algérie, démocratique et moderne.

Ils étaient des milliers à battre le pavé à travers les villes estudiantines du pays pour exprimer en chœur leur rejet du «pouvoir militaire» et leur exigence d’une transition pour une refondation de l’Etat et l’instauration d’un véritable système démocratique consacrant l’alternance au pouvoir. A Alger comme à Oran, Constantine, Tizi Ouzou, Bouira, Annaba, Béjaïa, Boumerdès, les étudiants ont impressionné par leur niveau de mobilisation mais, aussi, d’organisation.

Ils ont scandé des slogans réclamant un Etat civil et non militaire, une Algérie libre et démocratique, une justice indépendante, une transition démocratique, une presse libre… Les étudiants se sont élevés contre ce qu’ils ont qualifié de simulacre de dialogue et dénoncé vivement le panel de médiation conduit par Karim Younès.

«Echaâb youridou istiqlal (le peuple veut l’indépendance)», «Samidoune, samidoune, el-houkm el-askari rafidhoune (nous résistons, nous résistons, pouvoir militaire nous rejetons)», «La hiwar mâa el-issabat (pas de dialogue avec les gangs)», «Karim Younès à la poubelle»… sont autant de slogans entonnés par les étudiants à Alger et à travers d’autres villes du pays.

«Rien ne nous arrêtera. Nous continuerons jusqu’à la victoire finale. Il n’est plus question d’accepter les tentatives maquillées de recyclage de ce système politique qui a maintenu le pays dans le sous-développement depuis 1962», lance un étudiant à la Faculté centrale, très actif dans le mouvement estudiantin depuis le début du hirak le 22 février.

«Nous ne sommes pas sortis pour chasser du pouvoir des personnes ni pour mettre quelques symboles du système en prison mais, plutôt, pour déraciner ce système et pour fonder un véritable Etat algérien démocratique, moderne et basé sur le droit, la justice et la transparence. Nous nous rentrerons pas chez nous avant d’enterrer ce système archaïque, producteur de corruption, d’obscurantisme et de comportements déviationnistes», affirme un autre qui annonce dans ce sillage la tenue d’une première réunion nationale de toutes les dynamiques du mouvement estudiantin pour mettre en place une feuille de route de sortie de crise.

M. S.

Comment (8)

    Ali 6
    14 août 2019 - 15 h 24 min

    Les Militaires ne sont pas fait pour diriger un pays,ni gouverné un peuple,les Militaires sont fait pour défendre le pays et sa population lorsqu’ils ne pas des traîtres

    57
    14 août 2019 - 8 h 47 min

    la décision du peuple est irrévocable sans appel et sans condition,, les soldats dans les casernes ,c est la loi das les pays démocratique le soldat au pouvoir c est la dictature d office ,,,dans sa devise « république algérienne démocratique et populaire » n a jamais étés respecter justement a cause des généraux qui couvait un feu de paille,, 57 ans et pas un jour ou un seul citoyen s est senti libre jusqu’au 22 février 2019
    si cela ne tenait qu a moi j inscriras cette date sur un grosse pierre blanche de 19 tonne que je mettrais devant la grande poste

    7
    2
    Vroum Vroum 😤..
    13 août 2019 - 22 h 48 min

    Il faudrait déjà savoir qui est le Président de la République Algérienne , soit Mr Bensallah ou Mr Gaid Sallah ??.. Mr Gaid Sallah est seulement Vice Ministre , alors que Mr Bensallah est Président , mais dans les fait c’est le Vice Ministre qui commande et dirige !.. .Alors dans ces conditions faudrait commencer par mettre de l’ordre En Haut et remettre Mr Gaid Sallah Vice Ministre à sa place !!! . Car être en même temps Président et Vice Ministre et Chef d’État Major à la fois ça fait pas sérieux !!.. alors comment peut-on trouver un travail à Mr Bensallah , si quelqu’un a du piston pour un travail à Mr Bensallah sera le bien venu !!.. Et oui Mr Gaid Sallah a tout rafler !! .. il veut tout commander , on est embêté pour Mr Bensallah qui a perdu son Travail , on peut toujours demander aux Étudiants s’ils ne recherche pas un Surveillant , un poste pour Mr Bensallah !!..
    Je crains un Burn-ut , surmenage pour Mr Gaid Sallah qui à 82 ans occupe 3 postes à la fois . . Bon pour Mr Bensallah c’est réglé , on l’a casé à l’université comme Surveillant . . Mais on se fait du soucis pour Super Gaid Sallah , qui se découvre Président, Vice Ministre et Chef d’État Major à la Fois !!.. incroyable !! à 82 ans !!.. même moi j’y arriverai pas , trop de travail … C’est pas étonnant que depuis 6 mois , ça bloque !!.. La charge de travail pour Mr Gaid Sallah est énorme ,, c’est trop pour lui !! ..incroyable , à 82 ans !!!.. un record , un bourreau de travail !!.. Attention au Burn’ut !!!! .

    5
    7
    MELLO
    13 août 2019 - 19 h 48 min

    Puisque nos étudiants maintiennent ce hirak , pour exiger le depart de tout le système , j’ai pris soin de leurs choisir quelques citation:
    – une gouvernance qui joue d’arrogance , gagne en déchéance.
    – Celui qui se croit dominateur , a cause de sa gouvernance , face a autrui , est esclave sans le savoir.
    – Qui se risque dans une gouvernance hétéroclite , périclite sa cohérence dans le multirisque.
    – Ce qui est réel dans la gouvernance , c’est l’après gouvernance.
    – Etre dans toute l’histoire de la démocratie est mieux que cinq années de gouvernance.
    – Le citoyen n’est pas un consommateur , c’est un producteur d’idées , de convictions , d’engagement et de solidarité.
    – Resistance et obéissance , voila deux vertus du citoyen . Par obéissance , il assure l’ordre et par resistance il assure la liberté.
    Et en conclusion , la civilisation démocratique est entièrement fondée sur l’exactitude de l’information . Si le citoyen n’est pas correctement informé , le vote ne veut rien dire. Comprendra celui qui comprendra.

    4
    10
    TAYEB EL DJILLALI
    13 août 2019 - 19 h 07 min

    Les etudiants ont compris les desseins et but non avoue du gaid garcia.Jaloux ,haineux ,raciste envers les 14 millions de kabyles il a mis en retraite la creme des generaux intellectuels;la preuve meme bouregaa n a pas echappe a sa haine viscerale,les celebres generaux benhaddid et ghediri croupissent en prison pour le fait d avoir donne un avis;BOUREGAA EST PLUS GRADE QUE LUI DURANT LA GUERRE DE LIBERATION A UNE DIFFERENCE DE 3 ANNEES D AGE NOTRE SERGENT GARCIA ETAIT DJOUNDI AU MAQUIS AVEC AUCUN FAITS D ARMES .IL ETAIT AVEC BOUMEDIENNE ET N A JAMAIS TIRE LA MOINDRE BALLE ET IL SE DIT MOUDJAHID ET MUSULMAN LUI QUI ;;;;; IL S EN PREND A L ILLUSTRE GENERAL NEZZAR PAR JALOUSIE ET DU FAIT QUE NEZZAR A ETE LE PREMIER A HURLER SA COLERE CONTRE LA MISE EN PRISON DES .PORTEURS DE L EMBLEME AMAZIGH. EL GAID MONTRE SES MUSCLES A BISKRA A EL ASNAM ALGER ET JAMAIS AUX AURES OU KABYLIE OU TOUTE LA POPULATION EXHIBE DES MILLIERS DE DRAPEAUX. NOUS DEVRIONS IMITER LA POPULATION DE HONG KONG OU POLONAISE SOUS LA FÉRUE DU CÉLÈBRE LECH WALESA . HONTE A TOI VIEILLARD HONTE A TES FILS IMPLIQUES DANS DES AFFAIRES SCABREUSES A ANNABA EN COMPAGNIE DE TON BEAU FILS ET TLIBA …TLIBA LA POPULATION D ANNABA FINIRAIT PAR TE LYNCHER VIEUX SÉNILE ILLETTRÉE . TON SORT SERAIT SEMBLABLE A SADDAM HUSSEIN ….VIVE LA DEMOCRATIE GLOIRE A NOS MARTYRS DE L ALN ET GLOIRE AU MOUDJAHID BOUREGAA ET AUX JEUNES PORTEURS DE L EMBLEME HISTORIQUE D AFRIQUE DU NORD DES CANARIES ET DU MALI BURKINA FASSO NIGER ET EGYPTIENS

    6
    10
    Anonyme
    13 août 2019 - 17 h 52 min

    Normal et d’ailleurs qui veut d’un régime gouverné à la Pinochet !

    29
    8
    SaidZ
    13 août 2019 - 17 h 20 min

    Respect à ceux et celles qui se battent pacifiquement pour déraciner ce système mafieux et ennemi de l’algérie. vive une nouvelle algérie démocratique et populaire. gloires à martyrs d’hier et d’aujourd’hui.

    15
    8
    Karamazov
    13 août 2019 - 16 h 57 min

    « Les étudiants toujours mobilisés et refusent le « retour » » du «pouvoir militaire» .

    A bou, le retour ? parce qu’il est parti ? Ou alors il s’agit du départ ?

    8
    12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.