Arrestation du candidat Nabil Karoui en Tunisie : le syndrome algérien

Tunisie Karoui
L’homme d’affaires tunisien Nabil Karoui. D. R.

Par Saïd N. L’arrestation spectaculaire de l’homme d’affaires et candidat à l’élection présidentielle en Tunisie Nabil Karoui vient dévoiler l’extrême fragilité de l’unique modèle démocratique dans la région du Maghreb et démonter, ainsi, l’image tant vantée par les médias européens d’une Tunisie affranchie des apesanteurs de l’ancien système, hérité de l’ex-président Zine El-Abidine Ben Ali.

Plutôt que de poursuivre le processus de démocratisation, entamé il y a huit ans, les Tunisiens semblent tentés par une régression à l’algérienne. En inculpant, puis incarcérant un opérateur économique de premier plan qui a tant contribué à la modernisation et à la libéralisation, notamment, du champ médiatique tunisien, avec la chaîne de télévision qu’il a créée, Nessma TV, et qui, par son punch et son activisme politique, a réussi à faire concurrence à la fois aux apparatchiks de l’ancien régime, recyclés en partie dans le parti aujourd’hui au pouvoir, Nidaa Tounes, et aux islamistes du mouvement Ennahdha qui mènent leur offensive pour revenir aux commandes du pays.

Après ce coup de force sans précédent contre la démocratie en Tunisie, les observateurs internationaux sont nombreux à redouter une chasse aux sorcières qui, comme en Algérie, sacrifiera des adversaires politiques sur l’autel de la lutte anticorruption et restaurera, pour ce faire, une justice aux ordres et ramènera le pays en arrière. Car, au-delà des griefs qui sont retenus contre l’homme d’affaires Nabil Karoui, le but recherché par l’arrestation et l’incarcération de cet homme d’affaires en pleine campagne électorale est de frapper les esprits et, en même temps, de mettre en garde ses partisans, regroupés dans le parti Qalb Tounes, contre toute tentative de soulèvement, en instaurant un climat de terreur.

Exactement comme en Algérie où les décideurs, sous prétexte de la lutte contre la corruption et la dilapidation des deniers publics, ont peu à peu installé un régime dictatorial.

S. N.

Comment (6)

    Lahouaria
    24 août 2019 - 19 h 16 min

    C’est la fin du Monde en Afrique, l’Europe et l’Amérique sont en train de chasser les habitants d’Algérie, Maroc, Tunisie et Libye, l’AMTL en Afrique du Nord va appartenir au Américains, Européens et pauvres de nous, on sera dispersé comme des métisse dans chaque Continent où, on tissera des liens avec d’autres musulmans arabo-berbères, c’est pour cela que les politiques sont incarcérés, c’est pour affaiblir un pays, bientôt nos politiques vont devenir fous en Prison, d’autres vont fuir de l’autre coté des rives.
    J’espère que ce cauchemar n’arrivera jamais que je raconte des bêtises
    Rabi Yesterna et Yester bladi

    8
    12
    Anonyme
    24 août 2019 - 15 h 16 min

    Une démocratie gérée par Qatar et la France, pour maintenir les charlatans de la religion.
    Qatar veut son Candidat. Comment qu’il s’appelle déjà ce valet tunisien de Qatar et d’Erdogan.

    15
    3
    JASMIN
    24 août 2019 - 8 h 32 min

    Le mot démocratie est un terme abstrait qui a berné les tunisiens , qu’ils en subissent les conséquences , depuis 2011
    cette soit disant démocratie , c’est vendue au Qatar , aux $ionistes , aux américains , et devenue l’antre du terrorisme
    avec ses envois du parti de ghanouchi de terroristes hommes et femmes pour le jihad nikah si c’est ça la démocratie tant
    révée en trompant les esprits savonnés a l’Harissa n’évoluent pas on constate que la Dictature endormie
    reprend ses droits malgré les momies qui s’effacent a la surface du Globe ,.
    A écouter les tunisiens dire on la fait , ho! ceci en pédalant dans tous les sens et ces les vieux réflexes sont toujours là !
    Le premier président , sera un homme de paille du Qatar, et son premier ministre le FMI .
    Ce petit pays doit donner des Sueurs froides a certains royaumes arabes quand meme , ou les élections n’existent pas
    et que certains monarques médiévaux considèrent leurs sujets comme des esclaves jusqu’a se faire baiser la main a
    genoux et ce en 2019 c’est pourquoi le mot démocratie est devenu un terme péjoratif usuel et qui se mijaute a toutes les sauces !!
    On voit que la révolution du Jasmin a fait beaucoup de mécontents pas que des heureux !

    35
    4
      Anonyme
      27 août 2019 - 21 h 16 min

      C’était bien mieux sous Benali n’est-ce pas avec son quota de tortures, d’emprisonnements sans jugement, de corruption à tous les étages, en particulier au niveau des Trabelsi et de la tribu.
      Facile de condamner les autres ou même de moquer la démocratie quand de notre coté nous ne sommes pas capable de tourner la page boutéflikienne.
      Mais naturellement que le terme de démocratie s’applique différemment suivant les situations et les cultures des peuples. La Tunisie est le seul pays musulman d’Afrique du Nord qui a entamé un véritable processus démocratique malgré d’énormes problèmes économiques à résoudre, car elle, elle n’a pas la manne du pétrole ni du gaz pour soutenir ses finances.
      L’homme d’affaires tunisien Nabil Karoui est soupçonné d’avoir transféré illégalement de grosses sommes d’argent à l’étranger. Cela ne vous rappelle pas des faits similaires qui se sont passés chez nous. A-t-il sa place à la tête de l’état tunisien?
      N’avons-nous pas fait de même avec certains de nos hommes politiques que nos autorités n’ont pas hésité à mettre en détention préventive?

    ABOU NOUASS
    24 août 2019 - 8 h 03 min

    Il fallait s’y attendre à ce scénario car ce fut trop beau pour être vrai, ce semblant de démocratisation très vite plébiscitée par les médias européens et encensée avec coups médiatiques depuis plus de trois ans maintenant.

    Il fallait s’y attendre , bien sûr , car ce n’était que par la grâce de Beji Essebci porté aux nues , respecté aussi par les tunisiens et fort de ses alliés occidentaux, que ce petit état a tenu le coup depuis 2011.

    Monsieur Nabil Karoui s’est aussi trop empressé de se déclarer candidat à la magistrature suprême , le parti Ennahda étant entré dans la danse avec force .

    15
    4
    Tenez bon de le savoir
    24 août 2019 - 7 h 49 min

    …. tout ce qui brille n’est pas de l’OR notamment chez les arabes et africains.

    19
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.