Les étudiants rejettent les élections et exigent le départ de Gaïd-Salah

étudiants manifestations
Les manifestants exigent le départ de Gaïd-Salah. PPAgency

Les étudiants reviennent en force dans la protestation contre le système en ce 28e mardi de marche. De la place des Martyrs à place Audin, les étudiants, toujours bien organisés, rejettent les élections auxquelles appelle le chef d’état-major de l’ANP et invite ce dernier et tous les autres symboles du système à partir. Très nombreux, les étudiants, rejoints par les citoyens, ont exprimé leur soif de voir l’avènement d’un nouveau système politique démocratique.

C’est aux cris de «tahya el-djazaïr» (vive l’Algérie) qu’ils ont entamé leur marche. Les étudiants ont beaucoup insisté sur la période de transition comme unique solution viable pour en finir avec le système actuel. Avec la même verve, la même détermination, les étudiants ont signifié leur rejet des injonctions du chef d’état-major de l’ANP qui s’acharne à vouloir organiser des élections avant la fin de l’année. «Les étudiants s’engagent, système dégage !», «kolna tetnahaw gaâ !» (on a dit que vous alliez tous dégager), «dawla madania machi askariya» (un Etat civil et non militaire), ont-ils scandé. «Sahafa hora, adala moustakila» (presse libre, justice indépendante), «ça y est, c’est bon, echaâb président», «salimou, salimou solta lechaâb» (remettez le pouvoir au peuple), «mada 7, 8» (articles 7 et 8), «libérez les détenus !», «ya Gaïd, enta haggar» (Gaïd, tu es un despote), «ya s’hab el-kaskrot makache el-vote (mangeurs à tous les râteliers, il n’y aura pas de vote), sont également des slogans scandés par les étudiants qui font preuve de leur grande conscience politique, refusant toute option qui permettrait au système de se régénérer.

Outre Alger, les étudiants ont également manifesté dans toutes les autres villes du pays qui disposent de campus universitaires, à l’instar d’Oran, Constantine, Annaba, Sétif, Tlemcen, Tizi Ouzou Bouira, de Boumerdès, Béjaïa, etc., avec la même détermination et les mêmes slogans.

Les étudiants marquent par leur forte mobilisation aujourd’hui le grand retour des manifestations contre le système. Cela augure des manifestations massives ce vendredi.

M. S.

Comment (7)

    57
    4 septembre 2019 - 8 h 05 min

    c est moi le chef je vous ordonne de voter démocratiquement
    il n a rien compris il vit encore dans son exoplanète qui n a rien a voir avec les nouvelles générations très évoluées il n impressionne personne avec grands discours a la castro dicté par ses secrétaires avec les chouhada la révolution ext ext dont il fait son fond de commerce
    mais le peuple ne veut rien de ce je ne sais quoi qu il se casse

    2
    2
    ABOU NOUASS
    4 septembre 2019 - 6 h 59 min

    Ces slogans explicites démontrent la cohérences des revendications de notre jeunesse qui réclame un changement radical, à la base.
    C’est lisible, simple , mais cet entêté , véreux, essaie de s’accrocher aux rênes du pouvoir tombé en disgrâce.

    En regardant El gaïd hier lire son allocution faite d’invectives et d’impératifs, j’ai compris que ce personnage n’a vraiment rien à voir avec ni avec le pouvoir ni avec ce brave peuple.
    C’est la désolation , cet état major !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    5
    4
    THA
    3 septembre 2019 - 21 h 39 min

    Cette précipitation nous insiste à penser, et certainement, que quelqu’un cherche à protéger les siens et ses intérêts. Malheureusement personne ne peut rien faire contre le temps qui passe et il en est passé beaucoup quand on a soufflé quelques 80 bougies! Le Peuple algérien, notamment sa Jeunesse, peut seulement vous garantir à ces individus que la justice du Peuple n’épargnera aucune personne (et ni leurs ayants droit ) gradée ou non, qui l’a trompé et veut encore le tromper depuis le 19 mars 1962! Time is over!!!! Le temps est écoulé!!!
    Jeunes algériennes et algériens le Futur est entre vos mains et réfléchissez à qui donner votre Destin (vote)!

    5
    3
    C'est parce qu'ils ont échoué...
    3 septembre 2019 - 20 h 29 min

    …qu’ils veulent à tous prix cacher le soleil avec un tamis !
    Leur réussite dépend de l’échec du peuple. Ils ne se rendent pas compte de la réalité. Ils n’ont jamais connu le chômage, ni ce que c’est qu’un Harraga et encore moins la misère que subit le petit peuple !
    Dans leurs forteresses même la guerre il la sous-traiteront !

    4
    3
    57
    3 septembre 2019 - 19 h 15 min

    dans la balance 40 millions d un coté 1 gaid despote de l autre de quel coté ça va basculer????
    D ou les hauts officiers doivent partir a retraite a l age de 63 ans et/ou au poids de 95 kilos

    7
    4
    TNT
    3 septembre 2019 - 14 h 13 min

    Non aux élections truqués, non à la poursuite de la politique des bandes mafieux, non à la présentation aux élections des partis dirigés par d’ex Harkis et collabos le FLN RND Taj Mpa et d’autres, ça suffit cinquante sept ans de souffrance et d’injustice, que les militaires s’enchargent de la sécurité du pays et ne pas s’occupaient de la politique, un pouvoir aux plus compétents, notre pays est en richesse et aussi en homme compétent, Messieurs les décideurs vous avez échoué sur tout les domaines

    31
    9
      Anonyme
      3 septembre 2019 - 16 h 02 min

      Sans compter les traitres islamistes qui sont en ambuscade, pour s’imposer de force dans la politique. les islamistes sont responsables de chaos causé durant le décennie noire, ils sont venus à la rescousse du régime, et grâce à eux le régime mafieux est toujours en place. Tous les partis islamistes doivent aussi dégager, ou expurger leur parti de toutes références religieuses dans le but de tromper le peuple et s’accaparer l’électorat au nom de l’islam.

      6
      3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.