Le panel apporte la preuve que le pouvoir restera après la présidentielle

panel présidentielle
Karim Younès. PPAgency

Par Mohamed K. – Comme annoncé par Algeriepatriotique, le panel a finalisé la rédaction d’un avant-projet pour la mise en place d’une instance chargée de l’organisation des élections qui a pour mission de «superviser» la prochaine élection présidentielle contestée par les citoyens. Mais pas que.

Le document, qui présente cette instance comme une «autorité nationale chargée d’organiser et de surveiller les élections, permanente et indépendante, exerçant ses fonctions et jouissant d’une indépendance administrative et financière», révèle, en fait, que le pouvoir ne compte pas abdiquer et qu’il a en tête de se maintenir au-delà de l’échéance qu’il a fixée unilatéralement. En effet, le document précise que cette autorité imposée de fait aura comme attributions «d’organiser, de gérer, de superviser et de surveiller les élections présidentielles, législatives et municipales ainsi que les référendums» et ce, «depuis l’inscription sur les listes électorales jusqu’à l’annonce des résultats préliminaires, en passant par toutes les opérations liées à la préparation du processus électoral, la réception des dossiers de candidature et l’organisation de la campagne électorale, l’arbitrage dans les conflits et les opérations de dépouillement des bulletins de vote».

On apprend aussi que cette instance a la garantie d’être «couverte» par les services de sécurité avec lesquels elle «coordonne» la «protection des élections». Une menace à peine déguisée qui trahit un aveu des architectes de cette démarche hasardeuse qu’elle est effectivement rejetée par le peuple contrairement à ce qu’affirme le chef d’état-major dans ses discours considérés comme «déphasés» et «irraisonnables» par les citoyens.

Vraisemblablement gêné par cette approche qui s’inscrit à long terme, Ali Benflis, le candidat potentiel à la présidentielle voulue par le chef d’état-major selon son calendrier et ses conditions propres, préconise que cette autorité soit chargée «exclusivement» de la prochaine élection et que sa mission prenne fin au terme de l’échéance présidentielle. Le président de Talaie El-Houriyet a-t-il été piégé par le pouvoir ? Cela semble être le cas au vu de cette sortie du panel qui va mettre le feu aux poudres, au lendemain d’un nouveau discours provocateur de l’homme fort du régime qui montre chaque jour un peu plus que le système pour l’éradication duquel des millions d’Algériens manifestent depuis six mois n’est pas près de lâcher les commandes.

M. K.

Comment (23)

    Vroum Vroum 😤..
    5 septembre 2019 - 23 h 41 min

    Il va de soit , dans la logique de « la prise  » du Pouvoir par l’Equipe Gaid Sallah de se maintenir coûte que coûte , sinon la stratégie de prise de pouvoir n’aurait plus de sens , car cela c’est fait dans une confrontation obligé dans un fuel où seul le Pouvoir du poste donne â celui qui l’occupe l’avantage , le poste de Chef d’État Major a fait le reste..Bouteflika neutralisé a laissé un boulevard au pretendant qui a fait le ménage selon les besoins imediats qui assuraient une certaine sécurité pour la suite.. ce qui implique le maintient du Pouvoir , car le lâcher revient à annuler et abattre les barrières de sécurité que celui-ci procure .. un protection et ne pas finir à El Harrache . .Donc l’idéal pour le ou les tenants du Pouvoir c’est un « Président  » potiche , une simple vitrine légale, mais pas plus …bon ça c’est le fond du tiroir , mais l’obstacle véritablement est le Peuple Hirak , qui lui semble être le vrais Pouvoir , le seul à décider . . Mon analyse me dit que Gaid Sallah va lâcher du leste , sans oublier d’assurer ces arriérés pour une sortie sur la pointe des.pieds , une sorte d’assurance vie dans le sens politique du terme . . Lâcher le Pouvoir mais dans de « bonnes » mains . . Gaid Sallah veut partir mais à sa façon , en toute sécurité , car il c’est fait beaucoup d’ennemis . . Pour mon analyse Gaid Sallah et son Équipe ne représentent que l’autorité mais le vrais Pouvoir c’est le Peuple Hirak qui l’a . . Au bon vouloir du Peuple . .

    3
    2
    COQ MAURICE
    5 septembre 2019 - 18 h 29 min

    Monsieur Younes et son panel c’est l’histoire du COQ MAURICE;il chante il réveil les feignants et les paresseux et meme la loi est avec lui;mais aux prochaines fètes de noel prochain il sera sacrifié,sauve toi avant qu’il soit trop tard espèce de commis de soumis

    8
    2
    Inisi
    5 septembre 2019 - 17 h 53 min

    Ad tettwaksen wiwen deffir n wayeṭ: Seg Σmara „BenYumes“ alammi d Karim „Yumes“.
    A sut tabruṣt!

    You will all be dismissed and brought to justice!
    Ihr werdet alle ausgeschlossen und zu Rechenschaft gezogen sein!
    Vous serez tous révoqués et jugés pour vos actes !

    Tetneḥaw geε : waḥed b waḥed !

    6
    6
    Anonyme
    5 septembre 2019 - 17 h 44 min

    tout au plus il peut forcer les troupes a voter sous la contrainte et menace de sanction ou bourrer les urnes comme d habitude mais moi il peut toujours courir pas question que je laisse cet abruti se jouer de ma liberté et mes droits
    j ai l impression qu il ne réalise pas que son époque révolu obsolète que la dictature n a plus sa place chez nous et même ailleurs je pense que s il accroche c est pas pour des raisons personnels la politique n est qu un prétexte
    Chose sur !! c est qu il n osera pas demander a l armer d intervenir sur le conseil de ses amis saoudiens qataris et occidentaux qui rêvent de rivières de sang algérien ,,,que le TOUT PUISSANT nous préserve des résidus

    4
    4
    Zaatar
    5 septembre 2019 - 15 h 06 min

    Ah on est bien étonné. On n’en revient pas. Ca alors !!!! Le pouvoir va encore rester après la présidentielle. Mais ce n’est pas possible….
    Comme si on nous restons ébahis en apprenant la nouvelle. Le secret de polichinelle. C’est écrit dans tous les ouvrages algériens…ce pouvoir ne voudra en aucun cas céder sa place à un autre…on l’a dit dans tous les sens.

    3
    5
      Farida
      6 septembre 2019 - 10 h 52 min

      Tu l’as dit ou pas et ca ne veut rien dire pour le peuple: Nous on le dit aussi et le REPETE: On ne QUITTERA JAMAIS la rue jusqu’a ce cette issaba parte.

      6
      1
        Zaatar
        6 septembre 2019 - 19 h 11 min

        Il doit y avoir un problème de connexion neuronale. Je crois qu’on ne parle pas du même sujet.

        1
        2
    Anonyme
    5 septembre 2019 - 14 h 52 min

    bal djedkoum tetnahaw 45 mio d’habitants sont plus fort que ali baba et ces 4000 voleurs

    5
    4
    Lghoul
    5 septembre 2019 - 13 h 56 min

    Une question: Quand GS s’adresse aux militaires dans des casernes, pensent ils par hasard qu’il s’adresse au peuple et qu’il a oublié qu’une caserne n’est pas l’Algérie ? Pour moi tout ce qu’il lit sur une feuille de papier est adressé a quelques militaires mais jamais au peuple. Alors ce n’est pas a nous, le peuple, de faire des suppositions et des extrapolations a qui il s’adresse directement ou indirectement. S’il veut parler au peuple, qu’il mette un costume cravate et qu’il viennent en directe a la TV nous parler de ce qu’il veut sans jamais lire une feuille de papier.
    Mais penser qu’il apelle le peuple a « des élections » a parti d’une caserne, c’est comme appeler un sourd a un rendez-vous.

    7
    2
    Felfel Har
    5 septembre 2019 - 13 h 55 min

    Il est maintenant clairement établi que cette fumisterie, appelée « panel », n’a été mise en place que pour servir d’alibi à GS. Son seul mandat ne consistait en fait qu’à déblayer le terrain pour l’organisation d’hypothétiques d’élections pour sauver la face du clone de Bouteflika. Les problèmes urgents et importants du pays peuvent attendre.
    GS a tout faux, le peuple ne votera pas et personne ne l’obligera à le faire. Il aura du mal à faire avaler aux partenaires de l’Algérie que son canasson, celui qui sortirait des urnes, aura la légitimité de parler au nom des Algériens et d’agir en leur nom.
    Faisons front en refusant son ultimatum!

    9
    3
    SUS AUX TRAITRES
    5 septembre 2019 - 13 h 37 min

    Les vrais traitres se font montrer en douce. Des voyoux qui ont pris le pays en otage. Le pays nous appelle. Jamais je m’arreterai de marcher chaque vendredi et chaque mardu jusqu’a ce que tous ces khobatahs disparaissent de nos vues. Ils ne sont pas fatigués ? Le peuple sera doublement en SUPER FORME !!! DAZ M3aaHOUM ! MESMAR DJEHA !

    9
    2
    Vangelis
    5 septembre 2019 - 11 h 40 min

    Ouled lehram !

    Ils s’accrochent comme des morpions au pays qu’ils veulent être la source de leur enrichissement personnel.

    Ils ont profité de la volonté des citoyens de se débarrasser de la clique de l’ex fakhamatouhoum en se rangeant derrière eux, seulement en apparence, pour mieux flouer le peuple qui a pourtant tant souffert des promesses non tenues.

    Ils se sont alors  » débarrassés  » de quelques concurrents en les jetant au cachot parce que visiblement le gâteau est devenu trop petit à partager entre ces voraces et non pas pour agréer les revendications des millions de manifestants.

    Maintenant, ils menacent une nouvelle fois les algériens d’accepter leurs conditions inacceptables.

    Et puis, que-ce que c’est que cette foutaise dénommée panel ? Elle n’a ni queue ni tête.

    Le Larousse dit :

    * Échantillon permanent de population, interrogé régulièrement dans le cadre d’une enquête, d’un sondage, d’une étude de marché.
    * Réunion informelle de spécialistes pour discuter d’un problème en présence d’auditeurs qui ne peuvent participer à la discussion.

    Il ne s’agit donc pas d’un échantillon de la population et encore moins de spécialistes à discuter avec la présence de personnes qui ne peuvent donner leurs avis.

    Encore du bricolage pour faire croire qu’ils sont capables d’études de marchés prenant les algériens pour des crétins qui vont accepter leurs diktats.

    Enfin, pourquoi faire confiance à ce Karim Younes qui a fait partie du régime et qui sous le règne de fakhamatouhoum a non seulement occupé le poste de président de l’APN mais qui plus est était aussi secrétaire d’état. Il sert ses maîtres du moment comme il en a l’habitude. Les algériens ne peuvent rien attendre d’un homme du sérail.

     » On ne résout pas les problèmes avec ceux qui les ont créés !  » A. Einstein

    43
    4
      Lghoul
      5 septembre 2019 - 14 h 11 min

      Une preuve que c’est du n’importe quoi est qu’ils ont recruté une femme sur le champ, une fois qu’elle a affirmé a la TV qu’elle « soutient la dictature ». Donc on voit clairement que les improvisateurs profesionnels ne peuvent vivre et agir que dans l’improvisation. Y a de l’argent a gogo a jeter par les fenetres et ils improvisent du n’importe quoi. De toute maniere ils « peuvent payer » si can ne marche pas – et c’est ainsi que le pays et ses projets sont « gérés » depuis 1999 en particulier.

      2
      2
      @Vangelis
      5 septembre 2019 - 14 h 20 min

      Et cet avant-projet sera evidemment discuté et voté par l’APN du système qui est totalement illégitime!!!.
      C’est de la provocation pure et simple.Mais le peuple ne donnera jamais cette occasion de décréter l’etat d’urgence.
      Il restera pacifique jusqu’à « TETNAHAW GA3« 
      QUI AIME L’ALGERIE SORTIRA LE VENDREDI

      26
      5
    (ⵣ)
    5 septembre 2019 - 11 h 35 min

    vous étés pas obliger de nous dire ce que nous savons
    on serait pas dans cette situation actuelle si non
    si vous avez du nouveau dites le nous,si non partez!

    15
    3
    BEN
    5 septembre 2019 - 10 h 54 min

    LE PANEL DOIT SUIVRE LE MÈME CHEMIN QUE GAID SALAH .
    LA POUBELLE LA POUBELLE LA POUBELLE

    35
    3
    tayeb el djillali
    5 septembre 2019 - 10 h 43 min

    Honte éternelle à toi maudit KDS , le peuple se souviendrait de ta lâcheté ya rkhis

    22
    4
    ABOU NOUASS
    5 septembre 2019 - 10 h 20 min

    Et Boum !!!!!!! la bombe a implosé sous la casquette de ce général dont les casseroles lourdes se dévoilent au fil des jours.
    Ainsi donc , le planning diabolique de ces généraux en verve, ont bien décidé (comme tout le monde sait d’ailleurs) de confisquer le pouvoir et l’indépendance .

    Ces ex- sergents ou adjudants post-indépendance qui n’ont pas tiré une seule cartouche durant la révolution menée par de vrais hommes dont certains sont morts au combat et d’autres dans les géoles, se sont cantonnés à Oujda derrière le commandement de Boumediène qui recevait les ordres d’ailleurs, attendant le moment propice pour marcher sur Alger comme l’ont aussi fait certains faux moudjahids qu’on avait surnommé  » shab 19 mars « .

    C’est donc la suite de l’épisode qu’ils veulent nous imposer pour les années à venir.

    Nous ne nous laisserons jamais entourlouper cette fois-ci , ya si el gaid !!!!!!!!!!!!!!!!
    HAB OULA KRAH !!!

    32
    5
    H'mida
    5 septembre 2019 - 9 h 22 min

    Plus besoin d’aller voter, le candidat du système mafieux sera élu à écrasante majorité, et monsieur Younes aura un poste de premier ministre et le président c’est le Général Tebboune et l’affaire Khalifa Bank

    30
    4
    Réseau 16
    5 septembre 2019 - 9 h 12 min

    Le panel de Mr Younes c’est une coquille vide ou presque, car ce monsieur n’est pas a la hauteur, c’est un commis du pouvoir où il doit appliquer à la lettre les consignes du Mr Général, les clans ne veulent pas libérer le pays, ni le démocratisé par crainte d’aller à la résidence pour corrompus d’El Harrach

    25
    3
    57
    5 septembre 2019 - 8 h 31 min

    ça ressemble a une déclaration de guerre au peuple algérien par les résidus des sous merdes mais je pense que l armer et la police sont avec le peuple je m en douté un peu qu il y avait un complot avec benblis qui a mon avis devrait se retiréer avant de s engager dans une course perdue d avance et dans le cas présent faut être du coté du peuple ou de coté de gaid y a pas d autres choix
    Que le TOUT PUISSANT nous protège des généraux et des résidus goulu amine

    17
    6
    2ème république
    5 septembre 2019 - 8 h 02 min

    Ce n’est pas Benflis le candidat de GS mais Abdelmadjid Tebboune. Après le 15 sept et la convocation du corps électoral, il réapparaîtra. Il va falloir acheter de nouvelles chaussures car il va falloir encore marcher pour lui faire comprendre qu’il ne peut plus imposer qui que ce soit. S’il organise quand même ces élections (Ce qui m’étonnerait), le nouveau président ne sera pas reconnu et restera caché comme Bensalah. Sans le soutien du peuple rien ne sera possible « Win trouh y’a qatel ‘rouh »!!

    33
    4
    Lghoul
    5 septembre 2019 - 7 h 53 min

    Ils peuvent meme organiser leurs éléctions dans les casernes puisque le pharaon ne parle que dans les casernes en ne s’adressant jamais directement au peuple qui vit dans une Algérie avec et en meme temps sans chef d’état. Si le peuple algérien et ses 40 millions, c’est a dire le vrai éléctorat, est ignoré, ils pourront par la suite importer un autre peuple moyennannt des ch’karas remplies de devises comme a leur habitude. Le seul probleme qui se posera par la suite est de trouver quel peuple qui fera marcher le pays. Importer des chinois, des emiratis, des chameaux ? Qui sait ? Ces gens cont capables de tout. Entre temps les vendredis et mardis continuent.

    22
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.