Répression, arrestations, inondations : un Hirak sous le signe de la colère

Etudiants arrestations
A toutes les répressions du pouvoir, une seule réponse ; la résistance. D. R.

Par Mohamed K.Sur les réseaux sociaux, les appels à manifester pour ce vendredi ont revêtu un cachet plus fort et plus tendu, pour au moins deux raisons : le défi qui a été lancé aux manifestants par le chef d’état-major de l’ANP de maintenir ses échéances électorales et l’incarcération brutale d’une des figures les plus emblématiques du mouvement de protestation, Karim Tabbou.

Ces deux raisons avaient brusquement mis fin à des espoirs nés de l’acquittement, cette semaine, d’un manifestant arrêté depuis plusieurs semaines à Annaba pour avoir brandi un drapeau amazigh et aussi des rumeurs sur le départ «imminent» du Premier ministre, Noureddine Bedoui.

A l’approche de la date-butoir fixée par l’homme fort du pouvoir pour convoquer le corps électoral en vue de l’organisation de l’élection présidentielle dans les délais réglementaires, c’est-à-dire dans les trois mois qui suivent, les animateurs du mouvement savent que le temps presse pour redoubler de mobilisation et tenter de dépasser les niveaux atteints par les manifestations des vendredis précédents. Car seule une très forte participation citoyenne peut, selon eux, faire contrepoids aux desseins du pouvoir, qui mise justement sur l’essoufflement ou la division du mouvement pour faire son «passage en force». C’est pourquoi, il faut s’attendre à ce que les manifestants reprennent en force le slogan rituel : «Non aux élections avec les issabâte !» et exigent la libération des détenus.

Autre facteur, venu par surprise celui-là, qui va encore galvaniser les foules ce vendredi, ce sont les inondations terrifiantes, heureusement sans victimes selon un communiqué de la wilaya d’Alger, qui ont frappé la capitale jeudi soir. Des vidéos largement partagées sur Facebook montrent une ville quasi sinistrée et des citoyens en colère contre les autorités.

A la rue Didouche-Mourad, en plein cœur de la capitale, un jeune en furie pointe du doigt le maire d’Alger, Abdelhakim Bettache, et n’omet pas de demander à tous les hommes du pouvoir de «dégager» : «Yetnahaw gaâ !» s’écrie-t-il l’air révolté.

M. K.

Comment (14)

    Zaatar
    13 septembre 2019 - 18 h 13 min

    Je ne sais pas, mais il semble que les choses sont on ne peut plus clair…le pouvoir ne partira pas de cette façon. Il faut être vraiment naïf pour croire que la poursuite des manifestations va faire déguerpir le pouvoir. Il n y a qu’une seule façon, voire deux, pour faire tomber ce pouvoir. La première je n’en parlerai pas car tout le monde veut l’éviter et ça se comprend…quoique il faut savoir ce qu’on veut….la seconde plus légère et il s’agit d’une désobéissance civile générale..ici j’entends bien que tout dans le pays doit s’arrêter. Il n y aura que les institutions du pouvoir qui resteront actives mais ne dureront pas. Autrement dit Grève générale partout dans tous les secteurs productifs…le pouvoir tombera comme un fruit mûr après quelques semaines voire quelques mois. Il faut pouvoir tenir pour tout le monde aussi. Et s’attendre à une véritable débâcle par la suite.

    13
    20
      Azduz
      14 septembre 2019 - 4 h 18 min

      Droit de véto Zaatar. « le pouvoir tombera comme un fruit pourri. » au lieu de « mûr », puisqu’on est y.

      3
      2
      Ziri Warsenis
      14 septembre 2019 - 6 h 14 min

      @ Zaatar
      Il ne faut pas désespérer ya kho. Sardjane Garcia, on l’a dit, est en train de paniquer, le compte à rebours à lui et ses autres gininars voleurs est déclenché. Il ne savent tellement plus quoi faire face à la détermination du peuple qu’il tire ses pétards mouillés de vieux ladron gâteux dans n’importe quelle direction, il n’effraie même plus les souris, c’est vous dire. Sinon que sait-il faire d’autre ? Juste du T’choukir d’un proxénète de vieux mémés décorées comme des arbres de Noël, dixit J. Brel. Si jamais il s’aventure à donner l’ordre de tirer sur le peuple, Mabrouk 3lih le TPI. Cela étant dit, maintenant, lui et son gang il ne leur reste que les dérives autoritaires, les faux procès, l’arbitraire, l’injustice , l’intimidation et tout le répertoire du baltaguisme lâche. C’est tout ce qu’ils savent faire, c’est tout ce qu’il ont toujours su faire. Sortir les gonflettes de barbouzes, les escadrons de centurions, les canons à eau et bientôt les balles en caoutchouc? Ont-ils jamais brillé par l’intelligence, l’esprit, le pragmatisme et le sens des responsabilités ? Que nenni ! Quinze ans que le Sardjane National bou Casrounates (et il en traine quelques-unes assez clinquantes merci) a couvert tous les détrousseurs du clan du petit Nabot-Léon qui est revenu tel un spectre assouvir sa vengeance, qui a détruit les potentialités et dévasté les ressources du pays. Quinze ans de larbinisme gluant à participer à la curie et aujourd’hui il se découvre des aptitudes de justicier, lui qui a drainé à sa suite le Drabki, voleur de grand chemin, le Djedaĩ du FLN-RBNB frelaté : le brigand Djemai et la clique de trafiquants de Tébessa avec leur capo Guerboussi. N’oublions jamais le meurtre du regretté journaliste Beliardouh qui avait eu le courage de dénoncer les scabreuses affaires de cette région. Wella vous avez oublié le meurtre de Beliardouh? Et le meurtre du wali de Annaba Mohamed Sendid, victime de qui ? Et le meurtre de Mohamed Tamalt ? Et celui du Dr Fekhar ? S’il avait un angström de dignité il ne s’en prendrait pas à un Monsieur comme Lakhdar Bouregaa, un vrai révolutionnaire contrairement aux planqués d’Oujda et de Ghardimaou comme lui. Par dessus toute cette cata, la souveraineté nationale a été bradée aux pingouins du Golfe hachakoum, incluant des fleurons industriels et économiques ! Et cet ignare dit qu’il va accompagner les demandes du peuple ! karitha kbira ! Wallah ghir 3adjayeb !

      7
      3
    Zaatar
    13 septembre 2019 - 13 h 24 min

    Finalement, si je comprend bien, d’ici là fin de l’année on reviendra comme on était avant le 22 février 2019 avec juste les acteurs qui auront changés et un nouveau metteur en scène…ma foi.

    15
    15
      Anonyme
      13 septembre 2019 - 19 h 28 min

      D’Ici la fin de l’année le peuple Algérien sera toujours vent debout et unis contre ce système putride .Les arrestations arbitraire des figures de la contestation ne vont en rien entamer le moral des Algériens qui quoiqu’on veuille nous faire croire par les armées de Doubab qui sévissent sur la toile sont plus déterminé que jamais .Pampers Gaid essaye de discréditer ceux qui résistent. Ils tentent d’obliger par ses discours comminatoire ,le peuple Algérien à acquiescer sans barguigner son cirque de la présidentielle . Ils les poussent en marge de la société. Il les effacent de l’histoire officielle. Il leur refuse les symboles du statut. Il utilise ces serviles et escrocs de ministre pour décrire les Algériens comme déraisonnables et utopistes.L’Idéologie du béotien Gaid se résume à un ballon de baudruche .

      33
      5
    3atef
    13 septembre 2019 - 9 h 22 min

    Il a bon dos le RÉSIDENT de COURBEVOIE dans le 92400 et NOUS avions raison de le dire dès le début qu’il était l’obligé de GS (Sergent Garcia)!! OUI KHAOUTI Karim Younès pour ne pas le nommer et son panel à 3 francs 6 sous et ce rapport aux RELENTS de cachir ficelé en 2 temps, 3 mouvements…Et la question SENTENCIEUSE à mister panel complétement PANÉ dans la farine du régime (ENGRAISSEMENT)…QUID de TES ENGAGEMENTS
    1- non rétribution de ton pané panel
    2- relaxation de tous les détenus d’opinions
    3- levée des barrages (Alger citadelle)
    4- dialogue sincère et objectif à l’exclusion de tous ceux qui ont trempé FEL MA3MA3A
    5- se limiter au rôle de MÉDIATEUR du panel pané…
    AUX YEUX des 42 MILLIONS de KARIM TABOU que NOUS SOMMES tu n’est qu’un INSIGNIFIANT commis de ce systeme MORIBOND…
    ELMEJD à NOS CHOUHADAS ,aux PEUPLE ALGÉRIEN qui a BRISÉ le MUR de la PEUR
    L’ESSENTIEL est sans cesse menacé par l’insignifiant (René Char)

    24
    12
      Lghoul
      13 septembre 2019 - 11 h 59 min

      Une remarque importante sur ce machin qui se fait appeler « panel » ou plutôt groupe de clowns: Le critère de recrutement est le suivant: Dire a haute voix: J’aime la dictature et l’idôtrie et hop on a un job « d’expert » sur le champ pour décider sur le déstin de l’Algérie et 42 millions de ses citoyens ! Une femme inconnue s’est faite recruter – sans connaitre ce qu’elle sait faire dans la vie juste – en criant devant des caméras « j’aime la dictature » – Alors la conclusion de ce « panel » et des pieds nickelés qui font bouger les ficelles est: Quand finalement auront ils honte ou pourront ils se regarder devant le miroir – car ils sont ridicules – ?

      19
      9
        @Ghoul
        13 septembre 2019 - 12 h 48 min

        Si on remarque bien,le systeme Gaid est en train d’appliquer à la lettre la feuille de route de Bouteflika:Qui dit:
        Prolongement de six mois du 4ieme mandat au bout desquels sea organisée une conférence nationale inclusive.’A la place de cette conférence ,Gaid salah aprè 6 mois depuis fevrier a creé le fameux panel.
        De plus.combien meme ce panel organiserait des elections propres et honnète (selon les termes du systeme),le dernier mot reviendra au conseil constitutionnel (sous le controle du système) qui validera ou invalidera les résultats du vote.
        Vous en conviendrez que si les resultats ne sont pas en faveur du systeme,il y aura certainement rejet.C’est la raison pour laquelle est presente dans le Panel,mde la constitutionnalise Fatiha BENABBOU.
        Si élections il y aura,les Algériens voteront pour un seul candidat,celui du système.Cette situation ne se produit que dans un système dictatorial.Car avec toutes les arrestations et les intimidations envers le Hirak,les figures populaires,historiques,on comprend les desseins du système:imposer son president.
        Ghediri,Tabou etc.. qui peuvent se presenter comme des rivaux de taille au candidat systeme sont en prison!!!!!!!!!!!

        11
        9
          Lghoul
          13 septembre 2019 - 13 h 47 min

          En effet, tout est clair que le pays s’achemine de force vers une dictature sans nom si les patriotes de ce grand pays laisseront faire et fermeront les yeux. Si on laisse faire, il arrivera un jour ou la police ira visiter des maisons qui n’ont pas mis le cadre du nouveau pharaon sur tous le murs des maisons pour mettre le chef de famille en prison. Donc immediatement on voit comment ce pays vaincra le chômage, l’ennui et la misère dans le futur car toutes les richesses vont provenir de deux débouchés principales: La police et la construction de prisons. Le recrutement des policiers se fera par centaines de milliers, puis par millions et la construction de prisons dans toutes les villes et chaque village, même les plus reculés se fera par milliers (le plan quinquennal des mosquées étant cloturé apres avoir fini la fameuse grande qui a coûté les yeux de la tête au pays) . On ne voit que trop bien comment le pays deviendra prospère, heureux, dynamique et bon a y vivre. Alors si on ne dit pas « bonjour sidi » la tête baissée – C’est la prison sans jugement et sans savoir pour combien de temps on y demeurera puisqu’il n’yaura ni jugement et ni explication. Des gens seront oubliés pour 30, 40 voir 50 ans puisque c’est le pharaon qui est la justice, la loi, la constitution et le pays même.

          9
          8
    Debza Kadiya
    13 septembre 2019 - 9 h 19 min

    Selon l’article 7 de la constituion algerienne modifiée en 2016.
    Art. 7. — Le peuple est la source de tout pouvoir.
    La souveraineté nationale appartient exclusivement au peuple.

    Je souligne surtout le deuxieme paragraphe qui est important et depuis 22 fevrier tout le monde l’ignore : « La souveraineté nationale appartient exclusivement au peuple. » Il faut se concentrer, c’est très important, nous verrons ça plus bas.

    Et l’article concernant l’armée :
    Art. 28. — La consolidation et le développement du potentiel de défense de la Nation s’organisent autour de l’Armée Nationale Populaire.
    L’Armée Nationale Populaire a pour mission permanente la sauvegarde de l’indépendance nationale et la défense de la souveraineté nationale.
    Elle est chargée d’assurer la défense de l’unité et de l’intégrité territoriale du pays, ainsi que la protection de son espace terrestre, de son espace aérien et des différentes zones de son domaine maritime.

    Dans cet article 28 : Il faut lire que l’ANP a un role limité uniquement à la defense, ni un role dans la politique, ni un role économique, ni aucun role et l’ANP a pour mission permanente la sauvegarde de l’indépendance nationale et la défense de la souveraineté nationale.
    Ici c’est mentionné la souveraineté nationale qui a été definie dans l’article 7 : La souveraineté nationale appartient exclusivement au peuple selon la constitution.
    Donc l’ANP est au service du peuple et a le devoir de le protéger mais pas d’être son tuteur ou mettre le peuple sous sa tutelle car selon l’Article 7 Le peuple est la source de tout pouvoir.
    Donc de ce fait, le général qui parle depuis ses casernes est hors la loi et porte gravement ATTEINTE à la souveraineté nationale et a usurpé le role du peuple qui est la source de tout pouvoir et decide à la place du peuple.
    Donc le role de ce general est anticonstitutionnel

    Il faut rappaler à gaid salah tous les mardis et tous les vendredis qu’il porte atteinte au morale de la souveraineté nationale.

    24
    9
      3atef
      13 septembre 2019 - 10 h 21 min

      cher DEBZA ya AKHI!
      Nous (PEUPLE ALGÉRIEN) avons affaire à de SIMPLE petits ESPRITS…les textes pour eux c’est du kifkif la même chose… pas plus tard qu’hier soir
      sur une chaine du PAF un des membres du panel pané et parrain du triturage de la loi fondamentale en faveur du 3 eme mandat pour boutef dans le DÉNI ABSOLU annonçait des chiffres hallucinants concernant le nombres d’Algériens en faveur de la présidentielle decretée par le sergent garcia…la reponse sera donnée aujourd’hui aux 4 coins de notre pats

      17
      10
    ABOU NOUASS
    13 septembre 2019 - 7 h 59 min

    Mr Sergent Garcia fera ses élections avec ses généraux, ses chiyyatines, ses harkis et ses baltaguias.
    Ils iront voté ensemble, et rentreront chez eux , contents de leur devoir accompli.

    Mais ils oublient que tous regards des citoyens de toutes les nations seront braqués sur l’Algérie !!!!

    Hi hi hi, quel drôle de théâtre ils verront , ce jour là !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    On voit bien que son Q.I est celui d’un enfant gâté et il ignore que le résultat de ses caprices sera terrible à constater après les élections. La risée du monde le suivra jusqu’à son dernier souffle.

    Le peuple , cette jeunesse de l’espoir sera son pire cauchemar.

    21
    11
      Anonyme
      13 septembre 2019 - 8 h 24 min

      Je rajouterai qu’après ces élections fantoches qui auront lieu avec 1% de la population on aura un autre Bensalah qui ne sera pas reconnu par le peuple. Donc retour à la case départ!!!

      20
      14
    Ali-Vison
    13 septembre 2019 - 7 h 22 min

    Je me demande pourquoi dans les autres pays non Arabes, ils trouvent toujours une solution à leurs problèmes sauf chez nous et chez nos frères qui croient en Dieu et le jugement dernier, est-ce que nos civils ne sont pas à la hauteur pour dirigé une république, pourtant ailleurs ils sont considéré comme les meilleurs même dans des pays très civilisé, nos vrais décideurs sont ils vraiment Algérien, est-ce nous sommes vraiment indépendants, si c’est Oui alors pourquoi ont emprisonne des citoyens qui défend leurs idées

    24
    12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.