Vote : entre le «j’ai décidé» de Bensalah et le «souhaitable» de Gaïd-Salah

complots pouvoir
Abdelkader Bensalah et Gaïd-Salah. PPAgency

Par Abdelkader S. – Le chef de l’Etat intérimaire a informé l’opinion publique que la décision de fixer la date de l’élection présidentielle au 12 décembre était la sienne, et ce dans le cadre des pouvoirs que [lui] confère la Constitution. Auparavant, le vice-ministre dans le gouvernement Bedoui affirmait, à partir d’une caserne, qu’il serait «souhaitable» que le corps électoral soit convoqué le 12 septembre, le général Gaïd-Salah enveloppant ainsi son injonction dans une formule atténuée.

Bensalah a donc exécuté les ordres du chef d’état-major de l’ANP, laissant le soin à ce dernier de faire connaître avant lui toutes les décisions politiques prises dans le cercle fermé des Tagarins avant d’être transmises à El-Mouradia aux fins de «maquillage» législatif et d’être rendues publiques par le président de l’Etat, désormais rétrogradé à la fonction de «porte-parole» du commandement de l’armée sans prérogative aucune.

La mascarade électorale que le pouvoir s’apprête à mettre à exécution a le mérite de révéler au grand jour la persistance des pratiques burlesques du système Bouteflika. Les images de la mise en place de la commission électorale, ce dimanche, ont ravivé celles du vote unanime à main levée des membres de la commission, dont la réunion était présidée par un jeunot proche de Rachid Nekkaz, allant jusqu’à voter en faveur du président de cette instance croupion avant même que le président de séance en annonce le nom.

La démarche de Gaïd-Salah est la même depuis sa «décision» de faire appliquer l’article 102, qui allait destituer le président Bouteflika et conduire son frère et de nombreux ministres et hommes d’affaires proches du cercle présidentiel en prison. A cette différence près que le président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaïz, avait fait valoir son statut hiérarchiquement supérieur à celui du vice-ministre et refusé de se plier à l’exigence du chef de l’armée. L’ancien conseiller de Bouteflika démissionnera alors de son poste une fois que le chef de l’Etat «déchu» aura présenté la sienne.

Depuis, aucune institution civile ne s’est opposée aux desiderata du chef d’état-major qui avait procédé, entretemps, à une purge au sein de toutes les instances afin de s’assurer leur loyauté au moment de la mise en œuvre de sa feuille de route dont il s’avère qu’elle était prête bien avant la démission de l’ancien Président. Preuve en est la rapidité et la régularité avec lesquelles un grand nombre de hauts fonctionnaires civils et militaires ont été remplacés.

A. S. 

Comment (23)

    Anonyme
    18 septembre 2019 - 8 h 22 min

    si ces fous mahbouls reste au pouvoir , je renonce a ma nationalité pour pouvoir préserver ma liberté et mes droits dans un pays étranger ,

    Anonimaoui
    17 septembre 2019 - 18 h 01 min

    L’image que donne Bensalah au monde entier est pitoyable. Un homme âgé et très souffrant réduit à exécuter des ordres émanant d’un subordonné à qui il n’ose dire non. Un un moment il faut dire non même au prix de sa liberté, voire de sa vie car ici il ne s’agit pas d’une partie de domino entre vieux mais bel et bien de l’avenir d’un peuple.

    Fettou
    17 septembre 2019 - 9 h 22 min

    Bonjour :
    il faudra peut-être inverser les deux phrase .
    Car c’est Gaïd qui décide et Salah qui exécute.

    2
    1
    dakman
    17 septembre 2019 - 7 h 33 min

    regardez moi ces hommes de kromagnon pour qui se prennent ils ???? et l autre lâ sans ses galants c est juste un gros bouffon

    2
    2
    Girouette19
    16 septembre 2019 - 19 h 50 min

    Je me demande juste comment se comporte bensalah devant ses enfants … Est-ce qu’il a le courage de dire: j’ai exercé mon pouvoir ou bien j’ai eu des ordres d’en haut. Quand on est une girouette, quand on sait qu’on ne mérite pas notre poste de responsabilité, quand on a conscience des mœurs de notre progéniture, on fait tout pour s’accrocher au pouvoir quitte à devenir quadrupède devant les hommes en uniforme. Bensalah, tu vas rentrer dans la poubelle de l’histoire, cela est plus que certain.

    107
    2
    57
    16 septembre 2019 - 19 h 48 min

    CE N EST PAS POSSIBLE ON VIT UN CAUCHEMAR , C EST KIM JONG-UN C EST CEAUSESCU C EST STALINE CE N EST PAS ALGÉRIEN

    8
    3
    Metek
    16 septembre 2019 - 18 h 41 min

    OULACH EL VOTE OULACH !!!…. A BAS LA JUNTE MILITAIRE !!!… ZERO GININAR EN POLITIQUE !!!… OULACH ESMAH OULACH !!!
    j’invite tout les Algériens et toutes les Algériennes a RESISTER Par exemple :
    En faisant un bruit d’enfer partout en Algerie ( klaxons, tapages avec des mehraz, des casseroles, des poeles…etc… meme a partir de chez soi ) chaque jour a 20h00 heure de l’annonce des  » berzidanetielles bessif  » du sergent Garcia.
    When to free Tahya el Dzayer… Gloire et paix éternelles a tout nos martyrs de tout les temps

    6
    1
    Debza Kadiya
    16 septembre 2019 - 15 h 55 min

    le pharaon : je souhaite que les élections se tiennent le plus tôt possible.
    le serviteur zélé : oui maitre, à votre guise maitre, qu’il soit ainsi maitre selon votre volonté maitre.
    le serviteur zélé réunit les autres serviteurs zélés.
    le serviteur zélé : je décide que nous organiserons les élections dans les plus brefs délais, même si nous ne sommes pas encore prêts, mais ça doit se tenir dans les délais que notre pharaon souhaite, nous ne devons pas lui gâcher sa fête, qu’elle soit grandiose à son image, qu’elle soit inoubliable et immortalisée dans nos consciences à tout jamais. Nous voterons même en ressuscitant les morts comme d’habitude, nous voterons en utilisant nos plusieurs cartes de vote selon nos plusieurs adresses de résidence car chacun de nous possède au moins 5 habitations au minimum à travers toute la propriété de notre pharaon, car nous sommes la majorité avec un taux de participation de 380% et ces « cherdhama » sont une minorité qui se compte sur les bouts des doigts, selon notre pharaon bien vénéré.
    les serviteurs zélés : Hourrah, qu’il soit ainsi, louange au pharaon le bien guidé qui veille sur ses propres affaires et nous lui appartenons et à bas ces « cherdhama » ces maudits, ces égarés de la voie que notre pharaon bien vénéré a bien tracé.
    L’histoire nous a enseigné que ces « cherdhama » ont eu raison de pharaon et qu’à travers les siécles pharaon sera toujours vaincu.
    Que la terre tremble là où le pharaon et ses serviteurs zélés se trouvent.

    13
    3
    Mounir Sari
    16 septembre 2019 - 15 h 02 min

    Le 15 septembre 2019 l’histoire retiendra que Gaid Salah a opéré un passage en force pour organiser ses élections qui lui tiennent tant à coeur dans les temps et les délais impartis comme il l’a déclaré quelques temps auparavant au nez et à la barbe du hirak.Le petit soldat Bensalah s’est exécuté illico presto et sans ménagement à convoquer le corps électoral comme l’a souhaité son maître Gaid Salah le 15 septembre et pas avant, ni après cette date.Ajoutez à cela qu’aucune mesure d’apaisement n’est prise en compte.Le gouvernement Bedoui est toujours là, les détenus politiques croupissent toujours en prison, aucune ouverture du champ politique et du champ mediatique ne pointe à l’horizon.Que du contraire le pouvoir détenu par Gaid Salah a fait appel à des anciennes figures du Bouteflikisme, je citerai entre autres Karim Younes, Chorfi, Zeghmati et bientôt le candidat de l’armée Ali Benflis.Karim Younes a déclaré que si le pouvoir n’opte pas pour des mesures d’apaisement, il jetterait l’éponge et tout le monde constate qu’il a remis son rapport avec zéro mesure d’apaisement sans bouger de son strapontin.Ce sont toujours les mêmes opportunistes qui ont applaudi Bouteflika pendant 20 ans, qui applaudissent Gaid Salah aujourd’hui.Tous les ingrédients sont réunis pour que les élections du mois décembre seront boycottées par notre peuple….

    8
    4
    Felfel Har
    16 septembre 2019 - 14 h 56 min

    Je ne suis nullement impressionné par la décision de BenGaïdSalah. Ils auraient dû choisir une meilleure date, car un regard rapide sur le calendrier révèle que ce sera la veille d’un vendredi 13, avec une pleine lune à la clé, et que ce jour est propice à l’apparition d’une envoyée de Dieu, la Vierge Guadaloupe, vénérée et célébrée au Mexique. Nous portera -t-elle bonheur?
    Pas de panique! Ce sera le jour de la défaite de la dictature, un enterrement joyeux!

    15
    4
    Soldat Schweik
    16 septembre 2019 - 11 h 37 min

    Le maitre-despote GININAR a la tete de la JUNTE militaire mafieuse, sanguinaire et predatrice a parle et souhaite
    Les khemassines-caniches-toutous-marionettes se mettent au garde a vous et executent a la lettre.
    Ceci est tout benef pour notre revolution pacifique dans la mesure ou c’est la premiere fois que le pouvoir reel issu du putch de l’armée des planques des frontieres a l’independance a ete force a se mettre sur le devant et devoiler sa veritable face cachee au peuple et a la face du monde entier, a savoir que nous sommes dans une veritable dictature a sa tete une JUNTE MILITAIRE laquelle jusque la s’abritait derriere des facades civiles fontoches.
    Le 2iem point positif est que ca a permis une vraie decantation parmi les supposees  » classe politique et societe civile  » et a contraint tout ce beau monde a choisir son camps et es veritables intentions : Qui est qui? Qui fait quoi? Qui est avec le peuple et sa volonte? Qui est avec JUNTE ?
    Les masques sont tombés, tout va se jouer ici et maintenant comme en novembre 54 qui a libéré la terre sans avoir pu liberer l’individu :
    Soit on decide de reprendre notre destin en main tous et toutes ensemble main dans la main pour parachever l’oeuvre de nos valeureux martyrs en nous debarassant de regime militaire mafieux.
    Soit on abdique et on donne raison a M Benabi qui parlait de notre a aptitude naturelle a la soumission , ce qui est une ineptie selon moi et notre histoire millenaire.
    ON NE LACHE RIEN !!!… YET’NEHAW GA3 … TET’HASBOU GA3
    When to free Tahya el DZayer… Gloire et paix eternelles a tout nos Martyrs de tout les temps

    12
    4
      Rabah
      16 septembre 2019 - 15 h 19 min

      Et parmi tous ces khommas et chiyates a apparu cet energumene appelé benflouss qui veut mourir pour devenir berzidane ! Quel rigolo, Quelle honte et quel visage de lievre et de lache !

      11
      2
    Anonyme
    16 septembre 2019 - 11 h 09 min

    Ça sent mauvais. J’ai bien peur pour l’Algérie.
    La crise est très mal gérée.

    14
    3
    Vangelis
    16 septembre 2019 - 11 h 04 min

    Comme attendu, le prétendu chef de l’état, s’est couché devant l’injonction de l’E.M de l’armée.

    Pourtant, la Constitution lui confère un rôle de dégommer par exemple le porte-parole de l’E.M de son siège de vice ministre et de le mettre à la retraite d’office, outre qu’il peut le traduire ainsi que tout l’état major devant les juges pour son immixtion dans la chose politique qui interdit à l’armée de s’y immiscer.

    Mais là, je rêve, car le concerné aime trop son strapontin à El Mouradia pour s’opposer à son maître du moment et qui plus est on est en Algérie, où les miettes distribuées sont des appâts de choix pour des hommes et des femmes sans voix, sans voie et sans dignité.

    Le régime a fait de beaucoup d’algériens des larves qui n’osent pas se révolter et il n’est que de se rappeler de la période dite noire des islamistes pour s’en convaincre. Heureusement que le réveil, bien que tardif, de cette révolution dite du sourire, est là pour éveiller les consciences et donner un coup de balai à tous ces pontes qui se remplacent à tour de rôle, non pas pour le bien du pays mais bien pour leurs seuls intérêts et ceux de leurs proches.

    13
    4
      Farida
      16 septembre 2019 - 15 h 16 min

      « Pourtant, la Constitution lui confère un rôle de dégommer par exemple le porte-parole de l’E.M de son siège de vice ministre et de le mettre à la retraite d’office, outre qu’il peut le traduire ainsi que tout l’état major devant les juges pour son immixtion dans la chose politique qui interdit à l’armée de s’y immiscer. » – il aurait pu mourir en paix et en homme qui aurait pu DELIVRE son pays des monstres.. Mais etre un homme est difficile dans les cercles des chiyates et des corrompus tous venus de l’est marocain.

      14
      3
    ABOU NOUASS
    16 septembre 2019 - 11 h 01 min

    Rien qu’à voir la tête de ces loustics, on devine facilement qu’ils n’ont pas la conscience tranquille et qu’ils
    réfléchissent bcp à leur devenir pressant et celui de leur familles.

    Sinon comment expliquer la présence encore de ce mourant Bensalah en service ?

    On devine aussi que rien que d’entendre la voix de son maître Garcia, il a les choquottes.

    Gardons espoir , le bout du tunnel est proche.

    9
    4
      Mouloud F
      16 septembre 2019 - 16 h 15 min

      C’est vrai ! S’ils voulaient appliquer la constitution, le Chef d’Etat par intérim a le droit de virer tous les ministres et vices ministres d’autant plus qu’il est supposé être le Ministre de la Défense. C’est le véritable droit constitutionnel que Mmle Benabou devrait relire , elle et son panier a crabes.

      7
      1
    Anonyme
    16 septembre 2019 - 9 h 59 min

    le systeme illégitime pour se régénerer évoque depuis le 22 fev, la constitution,alors qu’ils ne l’ont jamais respectée,ils prennent des décisions comme si le peuple n’éxistait pas ….. !! de quel droit MR HAPPY,fidele soutien de boutef,décide a la place du peuple,??,de quel droit ceux qui ont ruiné le pays,se présentent comme les sauveurs de ce pays,détenant toutes les solutions,alors qu’ils sont les principaux responsables de la situation dans laquelle, ils ont mis le pays !! ,,? en vérité,ils considérent le peuple comme un peuple mineur,et il comptent comme a chaque fois ,sur une partie de la population,en reconnaissance du ventre ,pour remplir les urnes ,sauf que ces gens par leur geste,ils hypotéquent l’avenir du pays,mais aussi,celui de leurs enfants,!!!

    17
    7
    Abdel
    16 septembre 2019 - 9 h 44 min

    pauvre Algerie, pauvre Peuple Algerien, te revoilà aux mains des mêmes bandits avec une autre façade…

    20
    6
    Vérité
    16 septembre 2019 - 9 h 25 min

    Le sort de l’état Algérien est aux mains de deux étrangers le Marocain qui obéi au Tunisien, quand au peuple il n’a pas le droit de s’exprimer librement, c’est pour quand notre vraie indépendance

    17
    8
    Brahms
    16 septembre 2019 - 9 h 24 min

    Gaïd essaie de faire tenir la maison (Algérie) mais il sait très bien que la corruption a trouée tout le système algérien. C’est du gruyère l’Algérie, les souris passent partout, elles s’amusent. Faîtes un tour dans les commerces, aucun vendeur ne vous remettra une facture en bonne et due forme pour l’achat que vous y effectuerez. Aucune déclaration fiscale donc comment voulez vous construire un pays ? Blanchiment d’argent dans les rues (Port Saïd). Tout le monde fait comme il veut. Des réformes s’imposent en urgence pour sortir le pays de la crise avec un chèque pour chaque citoyen de plus de 21 ans de 1 000 000 de dinars.

    13
    4
    Mounir Sari
    16 septembre 2019 - 8 h 48 min

    Pas d’élections ya El Gaid, ya el khayen!!!!

    13
    9
    le niveau
    16 septembre 2019 - 8 h 09 min

    celui qui a trahie sa patrie leve la main …
    qui a saboter le pays le harki ou le traitre ?

    12
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.