Les Forces de l’alternative démocratique dénoncent le bellicisme de Gaïd-Salah

Gaïd-Salah mépris mensonges
Gaïd-Salah insulte l'intelligence des Algériens, PPAgency

Par Mounir Serraï Les Forces de l’alternative démocratique, réunies en urgence le 18 septembre au siège du Parti des travailleurs, mettent en garde contre les développements politiques en cours «qui vont à l’encontre de la démocratie et qui risquent de pousser le pays vers la dislocation, susceptible de provoquer l’ingérence étrangère».

«Après les arrestations et emprisonnements arbitraires qui ont touché des responsables politiques et des dizaines de citoyens et la remise en cause des droits fondamentaux (liberté de manifestation, de réunion, d’organisation, de presse, d’opinion…), le vice-ministre de la Défense, qui a multiplié les discours belliqueux, vient de franchir un nouveau pas en interdisant, par un simple discours, aux Algériennes et aux Algériens d’exercer un droit fondamental arraché de hautes luttes et inscrit dans la Constitution, celui de circuler librement sur tout le territoire national», dénoncent ces forces politiques qui considèrent que «cette mesure anticonstitutionnelle et antidémocratique risque d’ouvrir la voie à tous les dérapages car instituant autour de la capitale un état de siège qui ne dit pas son nom».

Les Forces de l’alternative démocratique estiment que «ces mesures autoritaires prises par un pouvoir de fait, illégitime et rejeté par l’immense majorité du peuple, sont annoncées au lendemain de la convocation de l’élection présidentielle, rejetée par les millions d’Algériennes et d’Algériens qui n’ont cessé de l’exprimer pacifiquement depuis des mois».

Militant pour une période de transition, les Forces de l’alternative démocratique qui ont déjà considéré, comme la majorité du peuple, que la solution ne réside pas dans l’organisation de présidentielles, synonymes du maintien du système en place, dénoncent «la volonté de passage en force du pouvoir et appellent les Algériennes et Algériens à maintenir leur mobilisation jusqu’à satisfaction de leurs aspirations légitimes».

«Les mesures répressives, les pratiques liberticides, l’instrumentalisation de la justice et la mise au pas de toutes les institutions de l’Etat par le pouvoir en place dans l’objectif de sauvegarder le système conduisent le pays vers une impasse aux risques dramatiques pour la nation», ajoutent ces forces qui rappellent leurs exigences de levée de toutes les entraves à l’exercice des libertés démocratiques, de libération de tous les détenus politiques et d’opinion et leur attachement au «processus constituant souverain à même de permettre au peuple algérien de choisir souverainement et librement la nature des institutions à mettre en place».

M. S.

Comment (16)

    Zaatar
    20 septembre 2019 - 5 h 55 min

    Bienvenue à tous dans le monde du réel. J’ai lu les commentaires, et j’ai compris qu’on vient à peine à revenir dans la réalité.

    57
    19 septembre 2019 - 19 h 43 min

    gaid serait capable de mettre le pays a feu et a sang sans même se rendre compte

    5
    3
    Anonyme
    19 septembre 2019 - 17 h 06 min

    Analogie avec notre pouvoir illégitime :
    Les rongeurs souterrains ont cela de particulier, ils creusent sous terre des terriers avec des galeries afin de fuirent le cas ou ils feraient face a des prédateurs pour rester vivants (réflexe de survit oblige).
    Dans le cas qui nous concerne tous, comme Algérien, ce pouvoir creuse une galerie ou issue de secours sous nos pieds pour la fuite en avant, afin de rester vivant .Je nomme cette galerie de secours; «galerie des élections bidon pour leurrer le Hirak et le monde extérieur».Depuis quand ce pouvoir à t-il respecter les constitutions creusent, écrites sur mesure par certains larbins du pouvoir…
    Afin d’empêcher le pouvoir illégitime de continuer à faire les chouakers armés au pays comme il le fait depuis 57 ans et de perpétuer ce comportement de chouakers armés. Il faut leur boucher la «galerie des élections bidons pour leurrer le Hirak et le monde extérieur» le privé d’oxygène et détruire leur terrier afin de bâtir une démocratie au pays, en plus ce pouvoir illégitime n’a pas a lui seul le monopole de défendre le pays. Le résultat de leur «gouverne politique comme marionnettistes» est une catastrophe. Il a pousser l’audace et le toupet à garder un «président» totalement diminuer comme vitrine pour continuer a faire ses basses manœuvres au vu et au su du monde entier sans aucun humanisme ou pitié, pour ensuite venir jouez les sauveurs, pas des Algériens ,mais de ses privilèges de chikour. Dégagez vous nous avez salis, les gens qui font affaire avec vous, c’est pour le fric des Algériens, que vous avez monopolisés en le distribuant à tort et à travers pour fermer des gueules …«57 années de gâchis», ce que retiendrons de vous les générations futures avec vos noms, vous hypothéquez même la vie de vos survivants, réfléchissez…
    La 2ie république est en marche, le pouvoir est coincé sans élection, il finira par jeté l’éponge et disparaitra…

    7
    4
    Felfel Har
    19 septembre 2019 - 13 h 41 min

    GS joue son va-tout, car son scénario, écrit par l’.. Karim Younès, ne séduit ni ne satisfait personne. Il se rend compte que malgré les assurances (les pièges et les attrappes-nigauds) du panel et d’autres personnalités (sont-elles à la hauteur ou crédibles?) appelées à la rescousse, le peuple continue de dire NON aux élections présidentielles avec le gouvernement actuel, composé de croquignols installés par Bouteflika pour assurer l’arrière-garde du Clan et surtout aux injonctions de GS qui ne cache plus ses ambitions de marcher sur les pas de Sissi (ce dernier commence à avoir quelques ennuis puisque le peuple égyptien se réveille de sa léthargie).
    Si l’armée obéissait à ses injonctions, elle porterait une lourde responsabilité dans la suite des événements. GS ne cesse de clamer avoir connaissance de complots venant de l’étranger (sans jamais fournir de preuve), mais c’est lui qui met le pays en danger d’internationalisation du conflit. Drame cornélien pour nos officiers: se soumettre ou se démettre. Nous allons vers de mauvais jours et le hirak n’y est pour rien.

    15
    3
    FELLAG
    19 septembre 2019 - 11 h 13 min

    Le peuple est très naif;sinon comment puisse croire à une personne juste quelques jours après le soulèvement du HIRAK,menaçait les manifestants;et puis quelques jours il devient membre on l’est soutenant,quelques mois après rebelote encore plus menaçant que par le passer,cela veut dire ce n’est pas lui qui dirige,il est juste une marionnette de grandes puissances Russo – Arabes du golfe,il n’a rien de patriote lorsqu’on menace le peuple c’est de la trahison,comme ses ex chefs Bouteflika

    14
    3
    Anonyme
    19 septembre 2019 - 11 h 13 min

    si gaid a l avantage c est grâce à ceux qui on donner l impression d envahir la seine politique en brandissant les drapeaux amazigh au delà de la mesure t même certains on superposer le drapeau national se qui a donner des inquiétudes aux non amazigh d ou la réaction des résidus ,,,il y a eu des erreurs de part et d autres ,,, mais certains risque de nous coûter notre liberté parce que il y a beaucoup qui on donne raison a gaid ce qui va finir juste par un changement de régime mais pas de système
    et A Dieu vat

    4
    18
      Anonyme aussi
      19 septembre 2019 - 16 h 06 min

      Au moins l’embleme amazigh represente notre terroir. Et ceux qui ont brandi le drapeau palestinien, qu’est ce que tu en dis? Celui la est peut etre plus hallal dans ton cerveau fassone par l’arabo baathisme?

      9
      4
    ABOU NOUASS
    19 septembre 2019 - 10 h 46 min

    Ce gros général ignore certainement dans quel monde il est,.
    Il veut paralyser le pays en interdisant la lire circulation des citoyens dans un pays souverain, que je sache.

    Il va falloir aller le déloger de sa p… de caserne où il se terre comme un rat.

    Il est dérangé et la paranoia de l’étranger n’est qu’une posture personnelle pour verrouiller le pays, les médias, la libre expression et la libre circulation, alors que la main de l’étranger c’est lui qui l’utilise si bien .

    Ces vieux refrains du système sont caducs et le peuple n’est pas dupe.
    De toute façon, nous ne lâcherons rien et ce va-t-en guerre d’opérette finira bien, comme les autres , à
    El-Harrach.

    Nous devons désinfecter ce pays de toutes saletés qui ont souillé l’Algérie.

    16
    2
    Mounir Sari
    19 septembre 2019 - 7 h 48 min

    l’heure est grave, même très grave.La dernière trouvaille de Gaid Salah est d’interdire l’entrée d’Alger aux manifestants des autres wilayas.Le but recherché est d’interdire carrément les marches du vendredi et d’ instaurer un état d’urgence.Il fixe la date de la convocation du corps électoral, la date des élections, décide des noms des personnes à mettre en prison à tel point qu’il y a plus de manifestants en prison aujourd’hui que de corrompus.Lors des prochaines élections, comme aucun citoyen n’ira voter, il désignera un président fantoche à la place de 40 millions d’Algériens.Gaid Salah est un SS, un Hitler en puissance, il faut le neutraliser avant qu’il ne soit trop tard.Le peuple a très soif de liberté et de démocratie mais pas de la dictature militaire….

    27
    3
    Brahms
    19 septembre 2019 - 7 h 33 min

    BlaBla – BlaBli mais aucun résultat. Tout le monde attend que l’autre se mette au travail mais l’autre fait semblant de travailler donc rien n’avance. On fait du surplace voir on régresse.
    C’est tout le système économique qu’il faut changer, il faut remplacer le logiciel sinon, on coure tous à la catastrophe. Les anciennes méthodes sont finies et tous les voleurs doivent rendre l’argent.
    Les représentants du FMi et la Banque Mondiale vont bientôt venir et avec eux, il n’ y a pas de rigolade.
    Supprimez le marché parallèle de la devise au plus vite avec obligation de changer avec une Banque sous peine d’amende ou de sanction afin de sauver le pays sinon on ira tout droit vers le surendettement.

    34
    24
      Anonyme
      19 septembre 2019 - 8 h 31 min

      Vous vous êtes trompé d’article…

      18
      9
      Elephant Man
      19 septembre 2019 - 10 h 50 min

      @Brahms
      Que le FMI rembourse sa dette à l’Algérie à savoir les 5 milliards de dollars prêtés par Bouteflika.
      Ensuite qu’il se casse loin très très loin.

      15
      19
        shalom
        19 septembre 2019 - 12 h 03 min

        A elephant
        avant de juger le FMI on va d abord juger bouteflika(voleur)détourné des milliards aux algériens

        18
        1
      Anonyme
      19 septembre 2019 - 12 h 02 min

      Le problème ce n’est pas le FMI,car le FMI est déjà passé par là et on est toujours vivant.Le vrai problème c’est cette bande de maffieux qui nous gouverne et qui veulent bouffer le peu qui reste de notre pays.Ils doivent partir pour que de vrais dirigeants honnêtes puissent gérer ce pays convenablement.Le seul moyen que nous pouvons utiliser pour les chasser pour l’instant c’est de marcher pacifiquement 2 fois par semaine.Mais çà ,ça les dérange au point d’interdire les déplacements vers la capitale et d’envoyer en prison des personnes qui n’ont fait qu’exprimer leurs droits légitimes.Et vous croyez que c’est de la rigolade?

      9
      3
    Anonyme
    19 septembre 2019 - 7 h 30 min

    Bientôt le couvre feu, les laisser-passer pour changer de ville!! Bienvenue au nouveau général Bigeard!!!

    32
    8
      Anonyme
      19 septembre 2019 - 12 h 10 min

      @Elephant Man. Si le FMI doit nous rembourser quelque chose, je préfère qu’ils attendent un peu, le temps qu’on finisse « le ménage » sinon ils risquent de se les mettre dans la poche parceque la bande à Gaid est toujours là !!

      14
      6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.