Saâd Bouokba aurait été interpellé : la répression s’étend aux journalistes

presse Bouokba
Saâd Bouokba entouré par des manifestants. D. R.

Par Abdelkader S. – Le chroniqueur et membre du mouvement Mouwatana Saâd Bouokba aurait été arrêté par les services de Gaïd-Salah. A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous n’avons pas encore de confirmation, mais les nouvelles sur de précédentes arrestations s’étant avérées exactes, il est fort probable que le journaliste de renom ait effectivement été «enlevé» par le pouvoir de la même façon que ses prédécesseurs.

Auparavant, deux journalistes du quotidien arabophone El-Khabar avaient été entendus par la gendarmerie. Selon un des deux journalistes, le procureur de Sidi M’hamed devrait les convoquer dans un second temps pour des écrits publiés dans les colonnes du journal en question. Ceci, au moment où le journaliste et militant Fodhil Boumala croupit en prison depuis trois jours, en raison de ses positions antisystème et de ses déclarations contre l’octogénaire chef d’état-major de l’armée.

La presse a été muselée par les tenants du pouvoir actuel. Les chaînes de télévision privées sont sommées de suivre les instructions qui leur parviennent du ministre de la Défense, dont la dernière a consisté à faire un blackout total sur les manifestations populaires qui exigent le départ des symboles du régime Bouteflika, à leur tête le général Gaïd-Salah. Les journaux, aux abois, sont tenus de rester dans les rangs ; faute de quoi, ils seraient privés de la publicité institutionnelle que leur distribue l’agence étatique Anep. Quant aux sites opposés au régime, ils sont carrément censurés.

Face à ces graves atteintes à la liberté de la presse, l’absence d’un syndicat réellement représentatif fragilise la corporation et rend les journalistes vulnérables. Aucun des deux ou trois syndicats existants n’a, en effet, dénoncé les intimidations dont sont victimes les journalistes, la mise au pas des médias ou encore la censure imposée à plusieurs journaux électroniques.

Saâd Bouokba est considéré comme un des plus anciens et des plus influents chroniqueurs en Algérie. Ses écrits incisifs très lus lui valent d’être inquiété par le pouvoir auquel il s’oppose depuis de longues années. Véritable boîte noire, ce journaliste chevronné détient de nombreux secrets sur les pratiques obscures des arcanes de l’establishment.

A. S.

Comment (13)

    Le Conditionnel...
    22 septembre 2019 - 22 h 02 min

    Ah ce conditionnel…! Alors, c’est « aurait été » ou « a été » arrêté » ?

    icialG
    22 septembre 2019 - 5 h 00 min

    ON se croirai chez momo faut pas contrarier sa majesté caid d autan plus que les services administrative secret ou pas était au service du peuple et non d un individus aussi général soit il et qui en dépits de tout sort des rangs et je comprend mieux pourquoi il était presser de se débarrasser des boutef mais sa duperie n a pas fonctionner il faut qu il se rende a l évidence c est fini d ailleurs il commence a fléchir et perd de son autorité chaque jour d avantage tout s écroule autour de lui il ne le sait pas encore jusqu au jour ou il croira que le ciel lui tombe sur la tête

    4
    5
    Société général / BNP
    21 septembre 2019 - 20 h 39 min

    SCOOP !!!! Faite attention les banques Francaise installés en maître en Algérie donne vos donnés personnel au Maroc, faite passer le message ! Une enquête doit être fait sur d’autre domaine également.

    3
    17
      Anonyme
      21 septembre 2019 - 22 h 28 min

      Vous sortez cette information de votre chapeau ? Je sais que les Gaïd-Salah vous endorment avec leur propagande anti-française depuis 1962 pour que vous pensiez qu’ils sont des protecteurs mais quand même, vous allez loin là.

      14
      3
    Ziri Warsenis
    21 septembre 2019 - 15 h 02 min

    La journée où Sardjane Garcia tombera et sera projeté au sol, il y aura une secousse tellurique qui affolera tous les sismographes de la planète. Les plaques tectoniques célèbreront la chute de la maudite dictature d… et des faux galonnés. Ga3 I dji n’harkoum y’a l’heggarine.

    22
    7
    Néant
    21 septembre 2019 - 13 h 50 min

    Certains hommes avec un cerveau limité ne dépasse pas celui d’un moineau,lorsqu’ils prennent le pouvoir deviennent inconscient et dangereuse, Qu-es-que on a fait au Bon Dieu pour avoir autant de traîtres et de Harkis chez nous

    30
    6
    Anonyme
    21 septembre 2019 - 13 h 46 min

    Dans un pays prison à ciel ouvert, où l’opinion est regimentee la voix des JUSTES BÂILLONNÉE s’élève parfois, quand l’âme populaire est atteinte, un grand vent de protestations. Cela n’est d’abord qu’un soupir, un murmure, une voix isolée. Puis, cela grandit, s’épand et se RÉPAND avec une force et une rapidité incroyables, pour atteindre la puissance incalculable de l’ouragan. A semblable tornade, il est inutile que les hommes en FACTION cherchent à s’opposer. Il faut plier ou se briser. C’est alors que ce gouvernement par le peuple, ATTEINT son plein effet.
    EL MAJD à nos CHOUHADAS et au PEUPLE ALGÉRIEN

    15
    9
    mokrane
    21 septembre 2019 - 11 h 45 min

    Je tenais ici à rendre hommage à AP, à la direction, à l’ équipe d’ édition, aux contributeurs d’ articles et à Nezzar pour leur courage, leur abnégation et leur insoumission face à la dictature qui, face aux menaces de gaid salah de s’ en prendre à AP ( l’ un des meilleurs sites d’ informations qui avait failli fermer sous la pression de la 3issaba), de s’ en prendre aux biens direct de nezzar, ont continué leur combat pour la liberté d’ expression, d’ information et qui, tout comme les manifestants injustement arrêtés pour la revendication de la libertéet de leur droit, ont subit et subissent encore les affres du joug de ce système de fond colonial, liberticide, tyrannique et corrompu. En engagement semblable à celui de Kabylie, d’ Alger et à de nombreuses autres régions qui, elles aussi y ont payée le prix fort. Gaid salah avait menacé nezzar et AP de s’ en prendre à ses biens s’ il ne fermé pas AP. Malgré les menaces, nezzar à continué son combat sachant qu’ il pouvait perdre gros. Nous n’ oublierons pas que cette vaillante position a fait payer le prix de son engagement, que cet engagement à coûté à AP la censure de son journal en Algérie mais aussi et surtout que cet engagement a coûté la fin des activités de Nezzar ( SLC), qui part sa position d’ insoumis, d’ homme libre ( Amazigh dans toute sa splendeur) a mis en péril et a sacrifié sa société qui faisait office de souveraineté National et de bien être pour les Algériens sachant pertinemment que sa société était visée. AP, vous subissez aujourd’ hui encore l’ immonde censure qui ne pourra que vous honorer dans un futur proche. Vous êtes à l’ image de ce peuple qui secoue en ce moment même la planète entière, fier, libre et honorable dont la magnitude en fait trembler plus d’ un. Je tenais à le rappeler et à vous rendre ce vibrant hommage le plus solennel.

    28
    15
    abdel 1
    21 septembre 2019 - 10 h 17 min

    apres les chefs de partis, les anciens resistants, viendra le tour des ecrivains, des artistes etc, etc,,???? c,est comme ca que commence une dictature harde !

    23
    5
    Le caporal
    21 septembre 2019 - 9 h 41 min

    La junte militaire instauré par le caporal si El Kaid montre ses muscles on emprisonnant la voix de la liberté

    44
    10
    azul
    21 septembre 2019 - 9 h 29 min

    Avec le recul, je me rends compte qu’une arrestation est une expérience merveilleusement libératrice – elle vous libère de la terreur de vous faire arrêter.

    44
    4
    57
    21 septembre 2019 - 8 h 46 min

    chaque jour gaid nous enfonce d avantage dans la dictature jusqu’a ce qu on se trouve tous en Corée du nord

    36
    10
      Anonyme
      21 septembre 2019 - 15 h 45 min

      Nuance la Corée du Nord certes une dictature mais très développée et non corrompus, pas le cas du pays des Gaid et des corrompus sans screpule

      15
      7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.