Les avocats de Toufik, Tartag et Saïd pessimistes : vers un procès expéditif

Tartag procès
Le général Bachir Tartag. D. R.

Par Mohamed K. – La première audience du procès des détenus de la prison de Blida : Saïd Bouteflika, le général Mohamed Mediene dit Toufik, le général Bachir Tartag et Louiza Honoune, poursuivis pour «complot contre l’autorité de l’Etat» et «atteinte à l’autorité du commandement d’une formation militaire» s’est achevée lundi et devrait se poursuivre ce mardi, selon Me Fraouk Ksentini, membre du collectif de la défense.

Lors de cette première audience, seul Saïd Bouteflika a été entendu – encore pour seulement une demi-heure –, le général Tartag ayant refusé de comparaître, selon son avocat qui n’en explique pas les raisons.

Le collectif d’avocats a essayé d’obtenir un ajournement du procès pour des raisons de santé, mais en vain. Des médecins chargés sur place de consulter les trois autres accusés auraient établi le jour même que l’état de santé des trois prévenus ne les empêchait pas d’assister au procès. D’entrée, le juge a prévenu que ceux qui se refuseraient à assister, comme c’est le cas du général Tartag, ou à rester jusqu’à la fin de l’audience, comme c’est le cas de Saïd Bouteflika, seront jugés comme étant présents.

Il est clair que ces méthodes expéditives laissent peu de marge aux avocats pour espérer un procès équitable. Dans ses déclarations à la presse à la sortie du tribunal militaire de Blida, Me Farouk Ksentini ne se fait pas trop d’illusions sur l’issue du procès, en prédisant que le verdict sera rendu, au plus tard, jeudi prochain.

Il faut dire que l’absence du public et de la presse à ce procès, présenté comme le plus important depuis l’affaire Boumaârafi, du nom de l’assassin du président Mohamed Boudiaf en 1992, montre toute l’opacité qui enveloppe cette affaire.

L’annonce d’une retransmission en direct à la télévision, relayée à grande échelle sur les réseaux sociaux, s’est avérée être de la poudre aux yeux.

M. K. 

Comment (18)

    Brahms
    25 septembre 2019 - 6 h 54 min

    Beaucoup d’avocats se plaignent pour vice de forme mais il faut voir les faits qui lui sont reprochés. Il avait pris la (grosse tête) ce Mr Tartag, il prenait les citoyens pour des poupées de chiffons faisant tout et n’importe quoi car faisant parti de la sécurité. Le problème algérien vient :

    – Du Wahhabisme Saoudien qui prospère en Algérie (Secte),
    – Des Frères musulmans égyptiens qui prospère en Algérie (Secte),
    – Des agents d’exécution de la France qui pillent les richesses de l’Algérie (Harki et vendu),
    – Du laissez – aller des citoyens et des citoyennes qui ne savent pas surveiller leur pays ou défendre les intérêts de leur pays dans chaque wilaya.

    Par exemple, si vous avez un Maire qui ne fait rien au bout de 06 mois ou 1 an cela veut dire que dans 05, 10 ou 20 ans, il ne fera toujours rien donc ce Maire sera à dégager le plus rapidement via un comité de citoyens en utilisant une procédure judiciaire (un référé au Tribunal) pour incompétence.

    5
    1
    Ali-Vison
    24 septembre 2019 - 14 h 33 min

    L’impossible n’est pas Algérien, des hauts gradé censaient protéger le pays , le pille, le trahi, le brade, d’où vient ils ces horribles personnage, ont ils un moral, une conscience, une fierté, un cerveau comme tout être humain, personnellement je ne le crois pas, se sont des sauvages, des rapaces, des bon à rien, et même des sous hommes

    18
    4
    Quiconque
    24 septembre 2019 - 14 h 11 min

    Tartag, Toufiq et Said ne sont pas des enfants de choeur. Celui qui les a embastillés, le brutal et ignare sergent Garcia n’en est pas un non plus. Un adage africain dit: lorsque deux éléphants se battent c’est l’herbe qui est écrasée.

    Cependant, tout être humain a droit à un procès équitable quel que soit le degré de monstruosité de son crime. Par ailleurs, comme la justice est censée être rendue au nom du peuple, le procès doit être public car comme disent les juristes de la Common Law: Justice must be done and seen to be done.

    10
    5
    THA
    24 septembre 2019 - 13 h 55 min

    A ce procès il manque beaucoup de monde, en particulier le principal énergumène qui a tout organisé et tout commandité et ce depuis 1999. Pourquoi ne pas l’avoir interpellé? Fait-il peur à ceux qui lui succèdent?
    Si tel est le cas alors effectivement que l’on devra s’attendre à un avenir incertain et surtout sans avoir diagnostiqué le mal et les causes de ce mal.
    Aussi et surtout cela voudrait dire que l’on effacerait tout et que l’on recommencerait. Non, il faut l’interpeller et qu’il réponde de ces actes pourquoi un 3*, un 4* mandat et désir d’un 5*. Comment ont-ils manipulé la constitution et falsifié les élections précédentes etc…
    Il ne reste pas moins qu’une Question est à se posée, Qui juge qui?
    Ils sont tous de la même trempe, ils sont tous sortis du même moule. Seul le Peuple qui a souffert et souffre encore devrait être le seul juge. D’ailleurs par les marches du vendredi et du mardi démontrent que le Peuple et la jeunesse n’accepte pas le principe du «efface tout et recommence», mais veut une Justice digne de ce nom!!!

    11
    5
    Anonimaoui
    24 septembre 2019 - 11 h 02 min

    Toute personne humaine a droit à un procès équitable si elle est accusée d’un crime ou d’un délit. Seulement ces mêmes personnages au plus fort de leur puissance ont tous contribué à l’instauration durable en Algérie d’un climat d’injustice et de non respect des droits des simples citoyens. Ils ont privatisé l’État et toutes ses institutions particulièrement la justice. C’est à cette même justice qu’ils ont affaire maintenant. Ils ne doivent pas se plaindre, c’est le résultat de leur passage au sommet du pouvoir illégitime depuis 1962.

    14
    5
    Anonyme
    24 septembre 2019 - 10 h 57 min

    On a presque l’impression à lire l’article et certains commentaires ( dont on retrouve la trace dans d’autres sujets…) qu’il y a une déception à juger ces fossoyeurs de l’Algérie..C’est marrant…pendant 20 ans tout le monde rampait, et là on trouve des personnes dubitatives sur ce procès O combien nécessaire et indispensable…

    15
    14
      Anonyme
      24 septembre 2019 - 11 h 53 min

      On a juste l’impression que les lecteurs ne croient pas à la justice de Gaid. Il veut les condamner vite fait à huis clos sans aucun temoin…fakou!!! On aimerait bien les écouter se déchirer entre eux c’est ça qu’on veut!!! Je suis sûr que si Toufik témoigne, GS prendra le 1er avion vers les émirats…

      24
      8
    Abou Stroff
    24 septembre 2019 - 10 h 49 min

    je pense que ce « procès » n’intéresse guère l’algérien lambda.
    en effet, quand la « commission » représentant les cinq familles de la mafia américaine décide de changer de parrain, le parrain du moment est en général liquidé et un nouveau parrain prend sa place. les mafiosi de terrain et les américains lambda ne sont concernés ni de près, ni de loin par le choix du nouveau parrain.
    de la même manière, la marabunta qui nous gouverne et dont la structure est similaire à la mafia américaine est en train de mettre en place sa nouvelle commission (par la « liquidation » de mafiosi en disgrâce) et de préparer le terrain au nouveau parrain que nous serons amenés à « élire » en décembre.
    moralité de l’histoire: en décembre les algériens lambda  » =éliront » un nouveau président qui s’attellera à consolider les bases du système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation et chacun vaquera à ses occupations (le rentier accumulera des richesses et ses clients, c’est à dire les tubes digestifs ambulants qui forment la majorité de la société algérienne, reformeront des queues pour recevoir des miettes de rente).

    9
    6
    Nora
    24 septembre 2019 - 10 h 21 min

    Combien de cadres-lampistes ont-ils envoyė en prison? Eux, les vėritables coupables, circulaient avec gardes du corps, de minables escrocs, en costard, ayant clochardisė la nation, dėtruit toutes les valeurs de la sociėtė, à tous les niveaux et dans toutes les directions.
    Voyous qu’ils sont, ont ‘voyourisė’ tout sur le passage ‘oumazal’, siphonnė toutes les recettes qui rentrent, corrompu tout sur leurs passages, dėtruit l’ėcôle, poussė les jeunes soit à la ‘hargua’ soit vers des mosquės-salafisėes dans chaque tournant. ‘Halkou lebled’, ont fait pleurer des mères par leur justice de nuit et aux orders; celle qu’ils subissent actuellement, ‘chah fihoum’ Ksentini en sait quelque chose, doit la boucler comme il l’avait fait du temps de la ‘charretta’ pour sauver son pain beurrė le s…. ‘A wah’ leurs mėfaits sont innombrables, alors pour ma part, pas de temps à perdre mais bien construire vite une guillotine! Pour tous, et commencer de 62!

    11
    7
    Anonyme
    24 septembre 2019 - 9 h 52 min

    Quelque soit la sentence, On va les rejuger un jour avec l’autre moitié de la bande qui est toujours au pouvoir!!!

    28
    5
    Merzouk M
    24 septembre 2019 - 9 h 47 min

    Aucun humain barbare et criminel soit-il ne mérite l’humiliation, il n’y a pas plus dangereux et destructeur qu’un Homme humilié, c’est une très bonne chose pour tous nous les algériens que nous sommes de se rappeler que la justice et le pivot d’un pays puissant qui peut prétendre à un avenir meilleur, que nous devons garder en mémoire que quelque soit le patron, il doit être avant tout juste et loyal avec les siens, l’essence même des grands Hommes, si nous voulons construire réellement notre pays, toutefois et d’une certaine manière, c’est une bonne leçon d’humilité pour tous que les puissants d’hier subissent l’injustice des puissants d’aujourd’hui, qui aura pu penser une seconde qu’un jour RAB DJAIR soit traîné comme un vulgaire voyou devant les caméras du monde, il n’y a pas meilleure démonstration que de subir dans sa dignité et sa chair l’injustice que l’on à fait subir aux autres des décennies durant, «Pour qu’on ne puisse pas abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir» disait Montesquieu dans l’esprit des lois.
    .

    6
    8
    Anonyme
    24 septembre 2019 - 9 h 26 min

    Ahahahaha!! Il ne veut pas que le procès soit retransmis car il a peur qu’ils dévoilent tous ses secrets. Ils ont de quoi le carboniser car ils le connaissent depuis 15 ans au moins. Ils sont capables de restituer sa vie au jour le jour en donnant même le menu de ses différents repas!! Concernant les raisons du refus de Tartag et Toufik c’est principalement parcequ’ils ont demandé une confrontation avec Zeroual qui leur a été refusée!!

    25
    5
    Anonyme
    24 septembre 2019 - 9 h 13 min

    Quand ils étaient au pouvoir ils ont fait la même chose….la roue tourne…à eux de subir ce qu ils ont fait subir aux autres…mais je regrette qu il n y est pas Abdelaziz Bouteflika avec eux, leur chef de bande….
    Ces messieurs voulaient jouer la comédie mais comme ils ont vu qu ils n étaient pas filmés ils ont renoncé et se sont retirés de la cour…
    On aurait quand même souhaiter entendre leurs arguments….la partie qui gouverne aujourd’hui ne perd rien pour attendre….

    10
    3
    Patriote
    24 septembre 2019 - 8 h 02 min

    LA POTENCE

    8
    6
      Anonyme
      24 septembre 2019 - 10 h 09 min

      Pas de potence car on a besoin de savoir beaucoup de choses encore en particulier sur l’autre moitié de la bande qui est encore au pouvoir!!!

      22
      5
    5/5
    24 septembre 2019 - 7 h 42 min

    Quelle sentence mérité-ils ces monstres, ces traîtres, ces criminels, ces destructeurs, combien de victimes, ont ils causés à un peuple innocent, combien de citoyens ont été poussé à l’exode, ils ont détruit tout un pays et ses quarante millions d’habitants, à part l’enfer éternel aucune sentence qui peut soulagé tout un peuple

    17
    3
    Brahms
    24 septembre 2019 - 7 h 39 min

    10 à 20 ans de cachot pour complot contre l’Etat, le peuple et les institutions. C’est le tarif, avocat ou pas d’avocat. Regardez la situation économique, financières ainsi que les infrastructures du pays. Tout a été abandonné, on s’amuse avec le pays, aucune gestion derrière, aucune maintenance, aucun contrôle, c’est en réalité, une république de copains, on cache pour son copain qui a volé, menti ou + encore.

    18
    5
    57
    24 septembre 2019 - 7 h 32 min

    BOHH ce sera a juste titre et mérite c est la justice de l un des leurs qui les juge qu ils se débrouillent avec ça c est kif kif a une vengeance nous ça nous convient dans la mesure ou la peine et égale au délit c est a dire minimum perpète

    12
    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.