Selon Al-Araby : le pouvoir mise sur un diplomate pour renforcer les «lièvres»

Chergui diplomate
Le diplomate Smaïl Chergui. D. R.

Par Kamel M. – Selon Al-Araby Al-Jadid, qui aborde la question algérienne sous la plume de son correspondant à Alger, le pouvoir miserait sur un diplomate pour renforcer l’équipe de candidats qui devront prendre part à la présidentielle imposée par l’armée.

Quatre pions ont été avancés jusque-là qui animeront une élection voulue par le chef d’état-major, qui tente ainsi un passage en force face au refus de millions de citoyens de se rendre aux urnes tant que les symboles du système Bouteflika sont toujours aux commandes.

Annoncés depuis longtemps, Ali Benflis et Abdelmadjid Tebboune ont été rejoints par le secrétaire général par intérim du RND, Azzedine Mihoubi, qui sera suivi, susurre-t-on, par l’ancien secrétaire général du FLN et ex-chef du gouvernement sous Bouteflika, Abdelaziz Belkhadem. Or, le pouvoir souffre d’un lourd handicap, en ce que le personnel politique sur lequel il a jeté son dévolu, s’il répond aux critères de la loyauté sans faille aux tenants du pouvoir du moment, n’en est pas moins défavorisé par son passé marqué par sa soumission à Bouteflika qu’il a longtemps servi, quand bien même au moins trois de ces lièvres – Tebboune, Belkhadem et Benflis – se targueraient d’avoir été écartés pour s’être «opposés» à lui.

C’est désormais dans le gisement des affaires étrangères que le pourvoir a décidé de puiser des éléments pour donner à l’élection rejetée par la rue un semblant de distance par rapport à la sphère politique par trop marquée par son allégeance au régime «déchu».

Après donc le futur ambassadeur d’Algérie à Paris, Abdallah Baâli, qui s’est affiché aux côtés du candidat Abdelmadjid Tebboune, le journal arabe croit savoir, à ce propos, que Smaïl Chergui aurait été approché pour se préparer à entrer en lice dans une course factice au résultat connu d’avance.

En effet, l’élection présidentielle du 12 décembre sera marquée par un boycott massif et le Président qui en sortira sera de fait rejeté par la majorité du peuple qui lui aura ainsi ôté toute légitimité. Aussi, quel que soit le nom de celui qui succédera à Bouteflika, il ne fera que perpétuer une crise politique dont les conséquences commencent à poindre aussi bien sur le plan économique que géostratégique, les relents d’une ingérence étrangère commençant sérieusement à se faire sentir.

K. M.

Comment (32)

    Azoulero
    30 septembre 2019 - 22 h 49 min

    Quelle honte!!!!!
    Tu viens d’un pays qui s’appelle la berberie ???
    Tu es vraiment sans vergogne, va soutenir tes frères les chleh alors, ils sont berbère comme toi donc plus proche de toi que tes compatriotes de Oran ou Biskra.
    L’Algérie est arabo-berbère et cela depuis plus de mille ans, tu peux réécrire ton histoire dans ta tête si tu veux mais c’est pas ce qui la rendra réelle.
    Personne ne peux se dire complètement berbère en Algérie de la même manière que personne ne peux se dire complètement arabe.
    Tu est peux être descendant d’un Arabe Berberisé ou d’un berbère arabisé.
    On commence juste à en voire le bout que toi tu veux nous diviser.
    Par avec tes frères sépharades dans ta vraie patrie si tu veux un autre pays et laisse nous en paix.

    6
    11
      Arab baisee
      1 octobre 2019 - 6 h 37 min

      Savez-vous au moins que vous êtes entrain d’insulter votre propre religion en confirmant que son but est d’arabiser les nations au lieu de révéler le message qu’elle véhicule? Je suis créé par le même Dieu qui a créé l’humanité avec plusieurs langues, la question que je me pose , est-ce que le Dieu des musulmans à regretté d’avoir créé les autres langues pour décider de les arabiser? A-t-il menti à mes ancêtres d’avant l’islam? Je renie en long et en large toute religion qui viendra m’enlever la langue avec laquelle j’ai tété et la langue que j’ai prononcée en premier.

      10
      10
        azul
        1 octobre 2019 - 8 h 55 min

        La moquerie est pire que la dureté, et la dureté plus nuisible que la négligence.

        3
        1
      azul
      1 octobre 2019 - 8 h 50 min

      @anymone
      La moquerie est le langage du mépris, et l’une des manières dont il se fait le mieux entendre : elle attaque l’homme dans son dernier retranchement, qui est l’opinion qu’il a de lui-même.

      4
      1
      azul
      1 octobre 2019 - 8 h 56 min

      La moquerie est une bassesse, c’est la revanche d’un esprit étroit.
      il est ton pseudo d origine Anonyme?

      5
      1
      BENJAMIN
      1 octobre 2019 - 9 h 03 min

      @ AZOULERO OU ANONYME
      Ce qui encourage le moqueur, c’est qu’il commence par un succès : la punition vient plus tard

      4
      1
    Zaatar
    30 septembre 2019 - 21 h 42 min

    Apparemment pour bon nombre les carottes sont cuites….et pourtant, je ne suis pas devin et la prémonition n’est pas mon dada.

    1
    4
    Brahms
    30 septembre 2019 - 20 h 27 min

    Ce sont les financiers qui dirigent le monde. Regardez BlackRock qui gère 6000 milliards de dollars d’actifs (52eme avenue à New York). Votre système (dinar – argent parallèle) doit changer.

    3
    6
    KHEDDAM
    30 septembre 2019 - 17 h 30 min

    Tout ce branle-bas de combat de ce général de pacotille, auto-proclamé et qui assure l’intérim de la présidence de la République et qui s’octroie tous les pouvoirs, veut imposer aux algériens un pion qu’il pourra déplacer sur l’échiquier politique et aussi et surtout sauver sa tête. Il sait que le peuple algérien lui demandera des comptes si un candidat est choisi et élu par les électeurs. Il n’y a qu’à voir tous les déplacements qu’il fait dans les régions militaires, pour s’assurer du soutien des hauts gradés, et pour comprendre qu’il a peur. Tout ceci n’est qu’une mascarade, de la poudre aux yeux pour tenter d’enfumer la population. Mais nos concitoyens se sont réveillés après un long sommeil et sont debout contre vents et marées pour revendiquer leur légitimité. Tahia El Djazair. RED1

    52
    8
    Lghoul
    30 septembre 2019 - 14 h 34 min

    Quelle ironie du sort ! Pendant que le monde bouge, innove, invente, élimine la douleur et se développe a la vitesse de la lumière, nous, de notre coin, on passe notre temps a deviner qui est le prochain vieillard candidat a la présidence de la honte ou ce qu’il faudrait « lire entre les lignes » du discours donné par le pharaon dans une caserne. Et tout cela après quoi ? Après avoir passé 20 ans en essayant de percer le mystère des devinettes de boutef, ould abbas,sellal, ouyahia, le drebki et belkhadem. en fin de compte, la plupart de ce beau monde est en prison pour corruption – Donc nous avions nous perdu20 ans pour ce travail de « décodage » puisque tout est du khorti. Le problème est que le capitaine « chaachou » voudrait se charger de la suite et voudrait nous « synchroniser » sur de nouveaux messages a partir des casernes pour faire retourner le temps et passer un demi siècle dans le vide, le mystère, les devinettes, la libération des détenus, les discours sur « la main d’Allah », les traitres, les hizb de la planète mars et encore plus si affinités en aplaventrisme, il y a. Alors comment quelqu’un qui a juste 1 neuronne pourra encore OSER nous parler de ces gens, de leur système ou de leurs tentacules qui ne peuvent plus se cacher sous terre ? Est ce qu’ils voient que le cachet rouge de la corruption, de la honte et des mensonges est gravé sur leur front ou nous prennent ils encore pour des cons ? Si j’étais a leur place, la première chose que je ferai avec tout l’argent que j’ai détourné est de trouver une bonne clinique ésthétique pour changer mon visage ainsi que mon apparence corporelle (Cette dernière sera un vrai casse-tête pour tliba). Le debki doit faire une ablation du visage pour cause de rides profondes touchant l’os. Ou est il en fait ? A neuilly ou a casablanca ou il a des « interêts économiques », le drapeau algérien écidemment sur les épaules et le sigle du FLN épinglé sur le coeur ? Sincèrement, le cirque Ammar du nationalisme ne donnera pas un meilleur spéctacle que la dictature du fait accompli en Algérie.

    68
    7
    Mona
    30 septembre 2019 - 13 h 53 min

    On a pas un pays de rechange comme eux on devrais se battre pacifiquement jusqu’a la victoire .cinq generations q ils ont sacrifier depuis l’independance pr rester au pouvoir ca devrais arreter on a marre .le sang de nos heros hommes et femmes qui nous ont arracher l’independance coule aussi ds nos veins a nous la victoire.

    42
    8
    Rayes Al Bahriyat
    30 septembre 2019 - 12 h 26 min

    PueNez…
    Il a une gueule de sanguinaire suceur de
    Sang…
    Il n’a rien de l’Algerien …ce vampire …!
    Ya latif

    45
    13
      Lghoul
      30 septembre 2019 - 14 h 45 min

      Quand des gens ont ce qu’on appelle « des yeux de poisson », on ne sait pas s’ils rient, s’ils pleurent ou sont tristes ou gais. Le seule problème est que le poisson est bon a manger et c’est pour cette raison qu’ils se mangent entre eux car ils se confondent a cette espèce aquatique. Le pharaon est de cette catégorie: Jamais il rit, jamais il pleure. Il se cache simplement derriere un masque au sens propre et figuré. Alors sincérement, qu’attendre d’humain, de doux ou de bon de gens pareils ? Absolument rien.

      40
      3
    No pasarán
    30 septembre 2019 - 11 h 29 min

    Le chef de l´Issaba (sergent Garcia) se croit trés malin, il veut sauver l´Algerie avec du rechauffé trés fade de surcroît, ça ne passera jamais, tous á la poubelle. Abat la dictature militaire… No pasarán!!!

    56
    10
      @Gaid
      30 septembre 2019 - 13 h 52 min

      Le systeme continue à prendre les algériens pour des attardés.Il emprisonne toutes les personnalités qui ont acquis une popularité auprès du hirak (Ghediri,Bourogha,Tabou,Boumala etc..) suceptibles de remporter la donne aux élections,mais ouvre la voie à du rechauffé,à des larbins de Bouteflika qu’il soutient.
      Qui financera la campagne de ces larbins,et à qui pourraient-ils s’adresser pour défendre leur programme(en fait celui de Bouteflika..).N’oublions pas que Tebboune a juré par Dieu publiquement,qu’il appliquerait le programme de Bouteflika quoiqu’il arrive.
      Toujours est-il que élection ou pas,le HIRAK sera le seul juge des résultats.Les élections à la sauce Gaid ne fera qu’aggraver la crise politique.
      Le Hirak n’a pas battu le pavé depuis le 22 fervrier pour se retrouver à la case départ et qui,plus est ,avec des figures honnies par le peuple.

      46
      10
    Anonyme
    30 septembre 2019 - 11 h 11 min

    @Lghoul

    Oui vous avez raison et je vous rejoins en tous points sur cet écrit d’une rare honnêteté intellectuelle et totalement désintéressé :
    C’était mieux sous Bouteflika qui n’a jamais mis personne en prison et qui pendant 20 ans à fait de l’Algérie un exemple mondial de développement et de démocratie où seules les compétences étaient reconnues.
    Oui vous avez raison GS a fait pire en 7 mois que Bouteflika en 20 ans…On doit libérer Tewfik Kouninef et consorts…

    J’espère de tout cœur que le peuple algérien vous rendra ce souci de justice et d’équité dont vous êtes devenus le porte drapeau…Le j’irai a besoin d’honnêteté intellectuelle désintéressée comme la vôtre…

    9
    36
      Lghoul
      30 septembre 2019 - 15 h 43 min

      Je m’excuse si je suis mal compris. C’est un peu d’humour noir qui s’est glissé – Nous avons que des comparatifs de médiocrité – que nous avions tous acquis de notre cher fakhamatouhoum. Mais souvenez vous: Boutef était choisi parce qu’il était le « moins mauvais ». Dans certains quartiers le terme « mauvais » a des différents échelons. Par exemple: Mauvais c’est la moyenne a peine acceptable, plus mauvais c’est le pire donc inacceptable, et moins mauvais c’est acceptable dans notre culture. Si on suit cette logique, notre cher pharaon serait classé dans quelle catégorie alors ? Très très ou trop très très mauvais ? A méditer.

      49
      3
    Zombretto
    30 septembre 2019 - 11 h 06 min

    S’il n’était pas un imbécile, Gaïd Salah se rendrait compte que les élections ne changeront rien. Si le vote a lieu, quel que soit celui qui en ressort soit-disant vainqueur, il sera contesté par la vaste majorité du peuple. Au lieu de manifester contre Bedoui et Bensalah le peuple manifestera contre Benflis, Tebboune, Mihoubi ou Boukhnouna, c’est tout, rien de changé.
    S’il n’était pas un imbécile, il saurait qu’il ne peut pas tromper les algériens, et s’il pousse à tout prix une élection afin de donner aux autres pays du monde l’apparence d’un gouvernement élu démocratiquement, il devrait savoir qu’il ne peut tromper aucun d’eux non plus, même pas l’Arabie Saoudite ou le Qatar.

    40
    9
    Lghoul
    30 septembre 2019 - 10 h 46 min

    Dans quel pays au monde le pouvoir voudrait voler et détourner des éléction sans le peuple BESSIF ? C’est quoi tout ce « bihwassou » (El herba tesslek) – tu tournes la tête a gauche et hop ton portefeuille est parti. C’est quoi toute cette SMATA ? Et il a le culot de nous ulcerer avec des vieux du FLN/RND dont les chefs sont tous en prison pour vol, detournements et corruption !!! C’est incroyable mais vrai.

    69
    7
    HOUMTY
    30 septembre 2019 - 10 h 14 min

    SALAM L’KHAW….. Ils sont en train de tué L’ALGERIE et sont PEUPLE a feux doux… on commence a frolé le point de non retour et ce jour là L’ ALGERIE va sembremé dans le néant ( b’3ed échar )… VIVE LA MÉRE PATRIE L’ALGERIE, et VIVE notre glorieuse A.N.P sans le traître de gaid salah..

    27
    21
      azul
      30 septembre 2019 - 13 h 49 min

      @ houmty
      tes salutations tu les transmettra à tes freres en Arabie

      15
      7
      Anonyme
      30 septembre 2019 - 14 h 16 min

      Tu as oublié ton « vive la RASD et le polisario »

      13
      14
        azul
        30 septembre 2019 - 18 h 02 min

        tu te trompe,je ne suis pas marocain,je suis pure souche kabyle
        donc, je soutien que les berbères, rien que les berbères

        13
        16
          @azul
          30 septembre 2019 - 22 h 58 min

          Les berberistes sont aussi dangereux pour l’Algérie que les orientalistes.

          2
          6
    Lghoul
    30 septembre 2019 - 9 h 56 min

    Voila comment le sergent garcia combat la issaba: Il nous propose de voter sans un lapse de temps sur: Benflis, belkhadem, mihoubi et un autre issabi sorti de quelque part. Pourquoi ne pas simplement faire revenir Abdelaziz Bouteflika, meme comme un légume ou son tombeau dans le futur ? Lui au moins, a la limite, il ne jette personne en prison pour un mot ou un regard mal placé tant qu’ils le laissent faire tranquillement son business de détournements avec ses amis et frangins.
    Donc le vendredi prochain le peuple doit scander: « Vive la issaba », « vive la prison »  » vive les kidnapping », « les vieux sont notre avenir malgré qu’on a 70% de jeunes » – sinon on serait apparemment devenus des « traitres », des « hizb franca » et des « chawermas ». Un terme trop sophisitiqué pour mon gout.

    76
    10
    Merzouk M
    30 septembre 2019 - 9 h 10 min

    Si on prend en compte tous les obligés du régime, à savoir les militaires et leurs familles, les policiers, gendarmes et leurs familles, le personnel de l’administration et leur famille, la pseudo famille révolutionnaire et tous les ayants droits, on peut facilement trouvé de quoi faire une belle ZERDA le 12 décembre et vendre au monde une belle et pacifique élection présidentielle, et s’ils vous plait, ne me dites pas que le socle composant le pouvoir n’irai pas voter, car cela va de sa survie, tous les faux moudjahidine, tous les faux ayants droits, tous ceux qui ont des privilèges indus ne vont pas lâcher prise comme ça d’un seul coup de baguette magique en faisant appel à leur amour pour la patrie, certes une partie importante sort chaque semaine dans la rue, il y a une autre actuellement silencieuse le moment fera entendre un autre son de cloche, depuis le début, le régime était cohérent dans sa démarche, il avance ses pions dans l’échiquier de façon coordonné et une certaine logique interne, le peuple doit faire le choix, s’il se dit je reste à la maison le 12 décembre je ne vote pas et le vendredi 13 je sors manifesté, c’est perdu d’avance, car le président «élu» donnera les ordres et sonnera la fin de la récré, le peuple doit prendre le taureau par les cornes et bloqué le processus, empêché les meetings, empêché l’administration de mettre en place l’élection, le jour J le peuple doit bloquer les urnes, une épreuve de force sera inévitable, dans le cas contraire, miser sur le pacifisme et une éventuelle réaction de l’occident qui souhaiterais voire l’Algérie devenir enfin un pays respecté et respectable ou fait bon vivre, c’est être crétin et stupide, l’occident en particulier et le monde en général y compris nos chère voisin aimerais avoir à faire à un pouvoir illégitime donc faible, qui cédera à leurs intérêts.

    107
    13
      Momo
      30 septembre 2019 - 10 h 17 min

      100% d’accord. Si on n’y met pas les bouchées doubles maintenant, il serait inapproprié de pleurnicher le 13 déc ou alors de vrais affrontements avec les forces de l’ordre auront lieu car le pouvoir arguera d’une légalité constitutionnelle acquise par les urnes et aura la légitimité de défendre la loi et l’ordre, aujourd’hui, les arguments légaux sont du côté du peuple : présidée illégitime, gouvernement illégitime et constitution illégitime. ….Tout doit se passer avant le 12 déc, sinon il n’y a plus rien à faire pour ce pays.

      99
      8
      Anonyme
      30 septembre 2019 - 11 h 24 min

      @Merzouk et @ Momo je ne suis pas d’accord avec vous. Un président élu par 5 ou 10% de la population ne sera jamais légitime. Boutef au 4ème mandat avec tous les milliards des oligarques n’a pas pu faire plus de 18% de participation. On continuera à manifester dès le 13 décembre. Aucun ministre ne fera un déplacement sans se faire expulser et insulter. Cette élection ne changera rien même si elle a lieu. On les aura à l’usure

      10
      10
    Omar Khayyam
    30 septembre 2019 - 9 h 04 min

    gaied salah PAPI 4ème primaire, qui fait de la résistance, son message est claire comme de l’eau de roche: » PAS QUESTION QUE LE PEUPLE ALGÉRIEN PRENNE LE POUVOIR, ou c’est moi ou j’installe un administrateur ONUSIEN (parrainé par l’OTAN évidemment!!) Mais Papi AHMED IGNORE qu’il commet une grosse BOURDE, il oublie que nous sommes 42 millions de CHAOUIS, KEBAYLIS, 3ARDBIS, MZABIS, TERGUIS, SAHRAOUIS…UN FRONT INTÉRIEUR QUE NULLE FORCE N’ARRIVERA à BOUT DE SA LUTTE UNITAIRE PACIFIQUE pour la DIGNITÉ et la SOUVERAINETÉ…
    EL MEJD à NOS CHOUHADAS et au peuple ALGÉRIEN

    64
    9
    ABOU NOUASS
    30 septembre 2019 - 8 h 42 min

    On rappelle à la rescousse un grand crocodile , qui , non content de toucher 3 ou 4 salaires pharaoniques , et pas des moindre, va réclamer , pour rendre service aux copains ,un autre salaire .

    Cet insatiable personnage, sans foi , va toute honte bue , nous seriner les bienfaits de cet état major et tutti et quanti . Les bouffons vont applaudir , Gaid et son candidat vont faire la roue, et lui va retourner dans ses pénates, le travail accompli d’un honorable citoyen fidèle à son pays.

    Voici donc le visage idyllique d’une Algérie saine qu’on voudrait nous offrir.

    Nous n’accepterons jamais ce scénario tragi – comique .

    59
    10
    Anonyme
    30 septembre 2019 - 8 h 25 min

    Ce qui est marrant avec ces abrutis du pouvoir, c’est qu’ils pensent que, plus il y aura de candidats, plus l’élection sera « démocratique » !!! c’est bien la preuve qu’ils ne savent même pas ce que c’est. Dans la plus part des pays démocratiques cela se joue en général entre 2 ou 3 candidats, mais bien sûr de camps différents. Mettre 99 candidats d’un même camp est complètement débile!!! Et ils croient tromper la communauté internationale avec ces faux candidats!!

    39
    8
    57
    30 septembre 2019 - 8 h 22 min

    les candidats a la présidence sous l égide de caid se font automatiquement ennemie du peuple c est d office comme dans la coré du nord ,cuba maroc et autres dictatures

    35
    13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.