Des citoyens d’une ville française refusent qu’une rue soit appelée Bigeard

torture Bigeard
Le général de triste mémoire Marcel Bigeard. D. R.

Par Houari A. – Des citoyens ont écrit au maire de Dreux, une ville située à l’ouest de Paris, en France, pour lui demander de revenir sur sa décision de donner le nom du général Marcel Bigeard à une rue. Selon le journal L’Echo républicain qui rapporte l’information, cette décision avait été prise par le Conseil municipal le 27 juin 2019, mais l’Union franco-algérienne a réagi.

«Gérard Hamel se serait bien passé d’une polémique. Le maire LR de Dreux craignait qu’elle naisse dans les rangs du Conseil municipal du 27 juin 2019. Mais, c’est finalement du monde associatif qu’elle arrive», écrit le quotidien, en notant que «lorsque Gérard Hamel a proposé de baptiser une rue du nom du général Marcel Bigeard, personne n’a bronché. La délibération n’a suscité aucun débat et elle a été votée à l’unanimité».

Le journal rappelle qu’une ex-conseillère municipale s’était opposée à cette décision, estimant que «le nom des rues structure l’imaginaire d’une ville» et s’interrogeant, non sans ironie : «N’y a-t-il donc personne  à Dreux pour alimenter un imaginaire collectif, positif, rassembleur et porteur d’avenir ?» Pour l’Union franco-algérienne, une association locale présidée par Ali Tadjerouni, «la désignation d’une rue au nom de Marcel Bigeard, connu pour ses tortures durant la guerre d’Algérie, ne va pas dans le sens du travail de mémoire effectué ces dernières années sur le passé colonial de la France en Algérie et qui doit aboutir à un traité d’amitié entre la France et l’Algérie». «Ce choix ne va pas dans le sens de l’apaisement des mémoires, surtout dans une ville avec une composante importante impactée par la guerre d’Algérie et le passé colonial de la France», a ajouté le président de cette association, toujours selon L’Echo républicain.

Mais le maire semble décidé à maintenir cette décision née d’une demande faite par l’association des parachutistes, un corps que dirigeait le général Bigeard de triste mémoire qui déclarait que «la torture est un mal nécessaire».

H. A.

 

Comment (16)

    Moh
    3 octobre 2019 - 0 h 28 min

    C’est un minable.

    1
    2
    Felfel Har
    2 octobre 2019 - 22 h 52 min

    N’est-elle pas laide cette France qui réhabilite des collabos comme Pétain et honore des bouchers sanguinaires, des tortionnaires impénitents comme Bigeard? Pourquoi alors ne pas baptiser une rue au nom de Maurice Papon? Au nom de Aussaresses, de Jean Marie Lepen, des chefs de l’OAS et du « quarteron de généraux en retraite » félons, puisque ceux qui les ont précédés dans les massacres d’Algériens, ont leur nom reconnus à chaque coin de rue: Saint Arnaud, Marengo, Lamoricière, Lavigerie etc. (puisque la liste est longue) tous décorés et parés de titres et de gloire après avoir massacré des civils désarmés au nom de la France, patrie des droits de l’Homme « en mission civilisatrice » en Algérie. Quels bobards!
    Dommage que nous n’ayions pas érigé un tribunal populaire comme celui de Nuremberg pour juger ces meurtriers, pires que les nazis!
    La bien-pensante France ne se gêne pas pour traiter d’autres leaders de criminels de guerre et elle oublie de dérouler les films de son histoire coloniale et impériale et de se regarder dans une glace par peur de voir son vrai visage. Elle a honte de son passé, mais elle affiche son arrogance, attitude machiavélique par excellence.
    Nous ne sommes pas amnésiques, nous n’avons pas oublié et nous tenons à ce que la vérité se sache par les générations futures de chaque côté de la mer et au delà.

    9
    8
    TOLGA - ZAÂTCHA
    2 octobre 2019 - 20 h 40 min

    Les Juifs ont poursuivi à travers le monde entier, jusqu’en Argentine pour le cas Eichman qu’ils ont même ramené en Israel pour LE JUGER !!! Çà, c’est des HOMMES ! Des VRAIS !!! Pour VENGER et HONORER leurs morts !

    Nous, nous n’avons pas fait la même chose pour Bigeard et Massu pour les ramener à Alger et les juger alors qu’ils ont massacré et assassiné des dizaines de milliers d’Algériens et d’Algériennes durant notre GLORIEUSE RÉVOLUTION !!!

    Rien que pour cela, ON NE MÉRITE AUCUN RESPECT DE LA PART DE NOS CHOUHADAS AL ABRAR QUI NOUS JUGERONT AD VITAM AETERNAM… QU’ILS NOUS PARDONNENT !!!

    ALLAH YERHAM CHOUHADS !!!

    TAHIYA AL DJAZAYER !!!

    10
    7
    Djurdjura
    2 octobre 2019 - 16 h 32 min

    Il faut le rappeler que ce sinistre son nom est lié à une méthode de faire la guerre, plus barbare même les nazis ne se le permettaient pas , on l’appelle « crevette Bigeard » quand des personnes auraient été exécutées en étant jetées depuis un hélicoptère en mer Méditerranée, les pieds coulés dans une bassine de ciment, pendant la bataille d’Alger en 1957 (parmi les 3000 disparus seulement lors de la bataille d’Alger).

    Moi personnellement je me contrefiche royalement que la France baptise ses rues et ses avenues de criminels de guerre, je vis pas dans ce pays et ça me regarde pas. La vrai problème qui m’importune c’est comment sortir notre pays de cette « bigeardisation » du pouvoir algérien qui nous empoisonne la vie depuis 62,

    7
    3
    Mhand
    2 octobre 2019 - 15 h 37 min

    Ils appellent une rue bigeard ou pinocio ou ce qu’ils veulent, cela ne devrait pas nous concerner, ce qui nous préoccupe en ce moment est de nous débarrasser de la bande, avec leur chef le voyou et le parain gaid salah, une fois que tout cela est fait, nous pouvons ouvrir les vrais livres d’histoire, pour savoir qui était qui pendant la lutte.

    19
    5
    Anonyme
    2 octobre 2019 - 13 h 42 min

    « Des citoyens d’une ville française refusent qu’une rue soit appelée Bigeard » c’est des harkis français.

    5
    15
    Anonyme
    2 octobre 2019 - 9 h 12 min

    Et la rue d’en face…
    Faut la renommée
    Boulevard des
     » Collabos Français  »
    pure souche.

    Et la rue d’en haut…
    Avenue du Dr. Gobbels.

    Et celle juste à coté…
    Impasse Bigeard
    Le Boucher de la Bataille
    d’Alger.

    25
    14
    57
    2 octobre 2019 - 9 h 03 min

    même les assassins les criminelles et les tortionnaires on droit a leurs heures de gloire ,dans le présent, quant les victimes c est des algériens

    24
    12
      Rayes Al Bahriyat
      2 octobre 2019 - 12 h 21 min

      Si nos chouhada auraient su de
      Ce qu il en ai advenu de leur pays
      Algerie ils se seraient sorties de leur
      Tombes…
      Les traitres ont ruiner ce pays qui
      Avait mene une guerre anti coloniale
      Sans communes comparaisons dans
      L’histoire des peuples et des nations.
      Allah yarham Achouhada.

      25
      7
    K.rym
    2 octobre 2019 - 8 h 59 min

    Il faut faite des rues en Algerie au nom de Hitler c est pas compliquer !!!

    25
    17
    Elephant Man
    2 octobre 2019 - 8 h 56 min

    Hidalgo l’utrasioniste (qui voulait débaptiser la rue Alain pour « antisémitisme ») a baptisé une Place de Jérusalem à Paris cet été.
    Après Bigeard, j’attends donc prochainement en toute logique une place du III Reich à Paris en hommage à la Wehrmacht.
    Et surtout que les néonazis soient libres de fêter Hitler comme bon leur semble.
    Un musée d’Hitler en Allemagne serait de bon aloi, sachant que les crânes de nos chouhadas Allah Yarhmou sont exposés fièrement en France au musée tel des trophées.

    22
    27
    ABOU NOUASS
    2 octobre 2019 - 7 h 51 min

    Le devoir de mémoire , on le sait maintenant, ne sera jamais réclamé par le pouvoir et les faux généraux en place. Il y a un nombre incommensurable de casseroles à découvrir dans ces archives et ce sera une bombe qui va faire des ravages dans l’entourage et à travers tout le pays , à ces traitres, délateurs, fils de caïds , de bachaghas, de commis d’état, d’ex-maires , de militaires sous drapeau français, de faux colonels, commandants, harkis et moudjaheds du 19 mars sans compter les expropriations des terres agricoles et autres immobiliers mal acquis.

    Bref un séisme à l’échelle 99 de Reuters .

    Quant à Bigeard , ces caciques de l’Algérie française arrivent toujours à remuer le couteau dans la plaie et les porteurs de la bonne parole sont en retrait pour ne pas s’attirer les foudres des habitués des plateaux de TV connus pour être acquis à cette engeance qui rejette tout ce qui est algérien.

    Qu’ils nomment à leur guise les rues de leur pays.

    La marmite bout encore , et ces indûs occupants auront à passer à la caisse incessamment !!!!

    15
    10
    [email protected]
    2 octobre 2019 - 7 h 26 min

    Ça s’appelle de l’ingérence dans la décision d’un pays souverain, la France appelle sa rue même Hitler ou Gaid Saleh , cela ne nous regarde pas , on est pas à Bab el Oeud que je sache !!!
    chacun chez soi, et les moutons seront bien gardés.

    60
    17
      Naturalisé
      2 octobre 2019 - 9 h 01 min

      Où tu es un naturalisé qui n’a aucun rapport avec l’histoire de la Révolution ou tu es un descendant de harki, je pencherai pour la première hypothèse.

      10
      43
    Brahms
    2 octobre 2019 - 7 h 01 min

    Ce … a violé des femmes avec ses troupes et son copain Jean Marie Le Pen à (Staouéli) tandis que le Général de Gaulle a carrément balancé la bombe atomique dans le désert de Reggane en Algérie faisant d’innombrables victimes. Il serait temps de sortir les archives au lieu de tout camoufler, de tout cacher. Laissez donc les citoyens découvrirent leurs crimes.

    21
    18
      harissa
      2 octobre 2019 - 8 h 19 min

      Un bel exemple d’ingérence ,si en France on dénonçait le nom d’une rue attribuée à X ou Y en Algérie on hurlerait à l’ingérence ,que chacun est maître chez soi etc ,mais là pas de problèmes ,la France baptise ses noms de rues comme elle l’entend . Pour les archives beaucoup en Algérie préfèrent qu’elles ne sortent jamais car le passé ne se résout pas au manichéisme ,tout blanc ou tout noir ,beaucoup seraient éclaboussés par des archives compromettantes .

      47
      15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.