Les premiers signes d’un fiasco annoncé : vers l’annulation de l’élection

Charfi présidentielle
Mohamed Charfi. PPAgency

Par Kamel M. – Deux signes au moins préludent une annulation probable de l’élection présidentielle imposée par Gaïd-Salah. Le rejet massif de ce qui est considéré par une majorité de citoyens comme une nouvelle supercherie électorale, sous la conduite des symboles du système Bouteflika, semble avoir déstabilisé le pouvoir qui n’aura pas d’autre choix que d’annuler, encore une fois, cette échéance à haut risque.

D’abord, l’instance mise en place pour organiser et superviser ces élections n’a pas réussi à constituer ses bureaux à travers l’ensemble du territoire national, alors que la date limite de la mise à jour des listes électorales a été dépassée. Cette aberration – qui est loin d’être la seule –, si elle dénote le bricolage d’un pouvoir aux abois qui s’accroche à la présidentielle quoi qu’il lui en coûte pour maintenir le statu quo, fait que c’est à l’administration, c’est-à-dire au ministère de l’Intérieur qu’a été échue cette mission. L’instance présidée par Mohamed Charfi a, dès lors, failli à ses engagements en n’ayant pas été capable d’assumer cette première tâche qui, normalement, relève de ses prérogatives exclusives.

En appelant les jeunes du Mouvement populaire de contestation à surveiller les urnes, l’ancien ministre de la Justice admettait déjà qu’il n’a ni les moyens ni la capacité de remplir le rôle pour lequel il a été coopté à la tête d’un organe croupion. Il avoue même à demi-mot qu’il n’existe aucune volonté politique de garantir une élection transparente et honnête.

Autre signe qui conforte l’éventualité d’une annulation de l’élection du 12 décembre, l’impossibilité, jusqu’à présent, pour tous les candidats de réunir le nombre nécessaire de signatures pour pouvoir se porter candidat à la présidentielle. Cette affirmation émanant d’un proche du cercle des décideurs actuels, il n’est pas exclu qu’une campagne commence à se mettre en place pour, comme pour le retour à l’endettement extérieur, préparer l’opinion publique à cette volte-face d’un Gaïd-Salah mégalomane et peu habitué à se déjuger.

Ce faisceau d’indices confirme à la fois une précipitation qui trahit une volonté pernicieuse de mettre les Algériens devant le fait accompli, à des fins jusque-là inavouées, et une difficulté manifeste à se défaire des réflexes ataviques par un pouvoir qui feint de vouloir changer le système dont il est pourtant l’émanation et l’incarnation.

K. M.

Comment (16)

    Karima
    9 octobre 2019 - 13 h 41 min

    Effectivement il a tampon sur le front qui est, pense t il, un passeport pour le mensonge camoufflé.
    C’est une bonne indication pour faire attention a tous ces gens. FAKOU.

    38
    2
    CHAOUI-BAHBOUH
    9 octobre 2019 - 5 h 37 min

    Une simple comparaison, comment dans les toutes petites communes et sur l’ensemble du pays des A.P.C, sont issues des fraudes et de la corruption aux mains de la mafia qui contaminent le pays aux quartes coins, chaque ville et village sont aux mains des mafias locales et tribales, et je constate qu’une minorité fait main basse sur le pays, et nous voulons que la démocratie sera établie dans le pays, il faut reprendre du bas vers le haut pour concrétiser ce noble soulèvement et le réussir de façon dignement et rendre au pays et à son peuple le mérite de son noble soulèvement du 22 février 2018, quand en regarde le pays d’en bas de la petite commune aux grandes villes, la corruption suit son cour le plus normale, comment les Présidents des A.P.C, se comportent comme ce Dictateur de CAÏD BACHAGHA L’MSALAH= Balai des Emirats ARABO-TAYHOUDITES, sans manche ni cervelle, commencez à nettoyer d’en bas pour finir en haut cette lessive de Monsieur propre au sommet, si cela se réalise le clan des Généraux disparaîtra à jamais et le peuple retrouvera sa liberté et sa dignité le mal est à la base !!!

    54
    4
      WATANI WATANI
      9 octobre 2019 - 7 h 19 min

      Les escaliers se balaient de haut en bas, et le serpent on lui coupe sa tête pour qu’il ne se régénère pas. Tant que la justice n’est pas indépendante, tant que l’assemblée nationale n’est pas librement élue, tant que les journalistes ne font pas leur travail librement, je ne pense pas que qu’il y aurait changement. L’être humain est corrupteur depuis la naissance, on commence à être manipulateur dès la petite enfance et tant qu’il n’y aura pas des lois strictes pour tout le monde et que nul sera au dessus de la loi, il y aura jamais un changement.

      61
      2
    Anonyme
    8 octobre 2019 - 17 h 26 min

    Parlons-en du panel téléguidé par les responsables de l’armée. Cela s’est fait dans la panique «sauvons les meubles se disent ils» Il faut anesthésier le Hirak, sans fournir le protoxyde d’azote .Après 57 ans de magouilles, de mensonges, de tromperies et de marionnettistes… anesthésier le peuple « bal hadra» (avec la parole),ce temps est révolu a jamais. Ils vous restent qu’a pliez vos bagages et prendre une retraite dorée dans le pays de votre choix…
    Je parierais que les personnes choisies pour le Panel n’y croyaient même pas. Je ne pense pas que ça soit des écervelés bien au contraire.
    Ils ont joué le jeu du pouvoir en péril et aux abois pour ne pas attirer ses foudres…le calcul est binaire et simple pour eux : si on réussi à anesthésier le Hirak on reçoit un beau chèque
    Si on échoue ont reçoit un beau chèque. Dans les deux cas.
    Les dindons de la farce dans tout ça, c’est les honnêtes citoyens qui continuent encore à croire à ces fossoyeurs du pouvoir.
    Pas de vote le 12-12-19.
    Leur sac à surprises s’assèche de jour en jour, la seule issue qui leur reste, remettre les clés du pays à des civils élus de façon légitime.
    Ils ont le droit de négocier leur départ, du moment qu’ils n’interfèrent plus de façon malveillante comme le général Sissi et sa clique…

    Nous du Hirak nous vaincrons et nous instituerons une vraie démocratie, c’est le salut du pays. Pour mémoire :
    (nous comme peuples de l’Algérie nous avons vécu toutes les expériences du monde : la colonisation, le vol de l’or de la régence d’Alger, l’expropriation de nos terres, les enfumages, les cranent d’Algériens sont encore dans leur musé, les 2 guerres mondiales, les assassinats après la fin de la 2ie guerre ,la guerre de libération, le coup de balai à la France coloniale, l’usurpation du pouvoir par une clique de planqués Marocain, les brimades subies par nos frères et sœurs en terres étrangères , les assassinats de 1988,le terrorisme islamiste, les assassinats de 2001 en Kabylie, Bouteflika et sont clan de virus affamés pour le 5e mandat alors qu’il avait de la difficulté a bougé et j’en passe .Les survivants des planqués veulent continuer a êtres nos maîtres avec droit de vie et de mort et d’emprisonnent et continuer a faire les chikours uniquement parce qu’ils ont des armes…des complices a l’étranger etc.
    La chose qui pourra laver ces affronts que nous avons subis: c’est la démocratie qui est notre salut a tous, soyons unis contre vent et marée, il faut garder le cap « Yatnahaw gah» pas de pitié pour ces S…

    La 2ie république pour bientôt, seul et unique salut pour nous tous, et le pays. Je me répète il faut absolument garder le cap .Ils ne faut pas qu’ils réussissent à nous désunir. Alors les disciples de Machiavel échoueront.

    77
    12
    Hamid
    8 octobre 2019 - 15 h 38 min

    Ils sont malades car ils croient qu’il vont vaincre 42 millions d’algériens qui travaillent sans relache 24 heures sur 24 pour obtenir leur libération totale de ces voleurs.

    60
    9
    Lghoul
    8 octobre 2019 - 14 h 58 min

    Quand je vois tout ce beau monde avec un tampon sur le front, un signe qu’ils disent bien la vérité je pense au voleur qui crie « au voleur ». Celui qui croit en Dieu ou qui fait la prière n’a pas besoin de faire une publicité visible a l’oeil nu. En plus, figurez vous sont origine politique ! Un vétéran du FLN. Donc immediatement on peut naturellement croire a tout ce qu’il va nous raconter.

    70
    8
    Lghoul
    8 octobre 2019 - 14 h 29 min

    Pourquoi perdent ils leur temps ? Sont ils aveugles ? Sont ils sourds ? Cette fois ils ont affaire a des citoyens unis et décidés d’arracher leur vraie indépendance des mains des corrompus et des charlatans dont les seules fonctions sont les detournements camoufflés par l’idôlatrie du prophète du moment. Vlus avez du culot de croire que le peuple vous lachera après 57 ans d’oppression et de mépris. Ce que beaucoup ne comprennent pas est que plis ils persistent, plus ils perdent du temps au pays et plus le peuple devindra intraitable sur tous les crimes commis contre le peuple. Mais la culture khoroto de certains est de ne réaliser qu’ils sont dans un gouffre que quand il est trop tard. Je ne prierai pas Dieu de vous aider car vous ne méritez aucune aide divine.

    50
    8
    Felfel Har
    8 octobre 2019 - 13 h 36 min

    La recette miracle que leur a vendue Karim Younès et son panel, en dépit de l’opposition du Hirak, s’avère impossible à mettre en oeuvre sans l’adhésion totale du peuple. Nous avons perdu tout ce temps à faire du démarchage, en vain. Au pied du mûr, GS et son EM doivent admettre leur échec et envisager leur retrait définitif de la scène politique pour laisser les civils gérer une période transitoire en vue de sortir le pays de la crise.
    La Constitution peut être suspendue pendant un moment et les affaires courantes du gouvernement peuvent être gérées par un Haut Conseil d’État assisté par de nouveaux ministres non inféodés à l’ancien régime. Une fois la maison Algérie remise en ordre avec un nouvel acte fondateur, les élections pourront se tenir pour parachever le systême et les structures politiques que les citoyens auront choisis.
    Ne trouvez-vous pas bizarre ce silence qu’observent les ténors du panel au sujet des mesures d’apaisement préalables, de la chute du gouvernement Bédoui?

    67
    9
    Anonyme
    8 octobre 2019 - 13 h 18 min

    Le message du Hirak est clair et net et est répété 2 à 3 fois par semaine au moins:ces éléctions n’auront pas lieu le 12 décembre avec ce pouvoir maffieux.Il faut faire une transition politique pour entrer dans une nouvelle ère réellement démocratique.Mohamed Charfi,l’ANIE, wella Amar Bouzouar n’y changeront rien.

    60
    10
    Omar Khayyam
    8 octobre 2019 - 13 h 03 min

    Mohamed Charfi.VOUS N’ÊTES pas un légaliste qui respecte la VOLONTÉ DU PEUPLE et encore moins un RÉPUBLICAIN… PIÈTRE COMMIS voué sur ordre à la transgression des principes les plus basiques de la du libre arbitre Vous n’êtes que le produit d’un systeme autiste ignorant qui se maintient par le DÉNI et la violence… et de 57 ans de mystification de l’histoire…

    58
    10
    Momo
    8 octobre 2019 - 12 h 29 min

    C’est ce que j’ai écrit dans un post précédent. Pour faire une histoire courte:les candidats ‘poids’ lourds sont tous les enfants de Bouteflika.
    Tebboune était son premier ministre même si ce n’était que pour trois mois. Ce véreux notoire versait dans l’obséquiosité la plus vile pendant son limogeage alors qu’il quittait le perron du siège du gouvernement sous l’oeil Malicieux de ouyahia le renard. Benflis était son directeur de campagne en 1999 et son premier ministre en 2000.
    Mihoubi était son ministre de la culture et son thuriféraire en chef. Il écrivait des poèmes à sa gloire. Maintenant que Bouteflika est en disgrâce il s’est mis à l’écriture d’un scénario à la gloire de Gaid. Les autres postulants ont tous été soudoyés par Gaid pour faire le nombre . La commission indépendante est sous la coupe de l’administration. Ce sont des faits Et cette élection n’aura pas lieu insha Allah

    73
    9
    Elephant Man
    8 octobre 2019 - 10 h 44 min

    Je réitère qu’attend Monsieur Ramtane LAMAMRA ce VRAI PATRIOTE dont l’intégrité et les compétences ne sont pas à démontrer, lui qui a sillonné la planète entière toujours avec brio et dernièrement à Madagascar où crise politique sans précédent, pour gérer une sortie de crise et organiser les élections présidentielles et se présenter par là même à l’élection présidentielle.

    60
    87
      Lyes Oukane
      8 octobre 2019 - 17 h 10 min

      @ Elephant Man . Il est très apprécié par Lavrov et John Kerry ,c’est clair qu’avec de telles sommités dans son carnet d’adresses on ne peut que le jalouser en Algérie .

      Les Boutef le détestent ,Sellal ,notre sergent Garcia ,Erdogan et momo le dealer voisin le craignent comme la peste .

      Au dernière nouvelle ,il était membre du Haut Comité Consultatif à l’ONU en charge de la médiation Internationale .

      A un moment ,on aurait voulu l’envoyer comme ambassadeur à Paris ( pour s’en débarrasser ? ) mais les frenchy firent la grimace  » pas assez flexible à leurs goûts « .

      9
      28
    57
    8 octobre 2019 - 10 h 00 min

    pour moi ce n était pas difficile a deviner tout ce qui va l encontre de la volonté du peuplé est éliminer d avance

    52
    14
      Belkacem
      8 octobre 2019 - 13 h 29 min

      Bonjour, bien dis concernant l ‘ancien ministre lamamra c’ était un très bon ministre très instruit voilà ce qu’il faut pour l’algérie des gens comme ça et ce n’est même pas la peine de dire il était ministre au temps de bouteflika alors il est comme les autres non pas du tout c’c’est un très bon ministre alors reflechissez.

      8
      34
    azul
    8 octobre 2019 - 8 h 57 min

    annuler ou pas ça chargera rien pour les marcheurs,on continuera toujours

    59
    29

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.