Maître Bouchachi énumère les atteintes à la loi par les magistrats aux ordres

avocat Bouchachi
Maître Mustapha Bouchachi. PPAgency

Par Mounir Serraï L’avocat et défenseur des droits de l’Homme Mustapha Bouchachi énumère de nombreuses anomalies et atteintes flagrantes au code de procédure pénale dans le traitement des affaires des manifestants et militants politiques arrêtés au cours de ces trois derniers mois.

Commentant les dernières arrestations de militants de l’association RAJ, Me Bouchachi précise qu’ils ont été arrêtés alors qu’ils se trouvaient dans une cafétéria en train de manger. Il relève que leur arrestation a été faite par des «individus en civil» et qu’ils n’ont même été autorisés à appeler leurs proches et familles. Pourtant, la loi est claire, affirme-t-il. «Toute personne arrêtée a le droit d’appeler, dès son arrestation, un membre de sa famille ou un proche», précise-t-il. Me Bouchachi ne s’arrête pas là. Il souligne également que toutes les accusations pour lesquelles ont été mises sous mandat de dépôt les personnes arrêtées ne nécessitent pas d’enquête. Selon lui, tous les manifestants et militants politiques arrêtés depuis le 21 juin dernier devaient bénéficier, normalement, de la comparution directe, puisqu’ils sont poursuivis pour port de drapeau, attroupement ou publication sur leurs pages Facebook.

Me Bouchachi estime que les arrestations étaient bien ciblées et qu’elles visaient des jeunes présents dans le Hirak. Ces arrestations ont également touché des militants politiques connus, relève-t-il, tout en soulignant que dans ces arrestations ni la forme ni le fond n’ont été respectés.

Maître Bouchachi ne comprend pas l’accusation d’attroupement alors que des centaines de milliers de personnes manifestent tous les vendredis et mardis pacifiquement depuis des mois. D’ailleurs, plusieurs autres tribunaux à travers le pays ont fini par relâcher les manifestants arrêtés pour le port du drapeau amazigh ou pour avoir exprimé une opinion politique. Il y a donc, selon lui, une exception qu’est Alger.

Me Bouchachi ne voit là donc aucun fondement juridique quant à la détention provisoire de ces détenus. Une détention qui perdure depuis plusieurs mois.

M. S.

Comment (14)

    Elephant Man
    26 octobre 2019 - 21 h 53 min

    Que Mustapha Bouchachi nous explique pendant sa présidence de LADDH 2007 à 2012 son financement par la NED à hauteur de 37 000$ (en 2010) …..

    WATANI WATANI
    9 octobre 2019 - 7 h 33 min

    Les avocats devront donner les noms des procureurs et juges qui obéissent aux ordres du téléphone au lieu de la loi. Ils font peur au peuple, alors la peur devra changer de camp.

    2
    2
    Kahina-DZ
    8 octobre 2019 - 15 h 48 min

    M. Bouchachi,

    Avec tous mes respects à votre fonction, permettez-moi de vous dire que j’ai du mal à vous faire confiance.
    Je ne peux vous l’expliquer…mais je me dis que, peut-être, c’est dû au fait que je ne vous ai jamais entendu défendre l’Algérie… Pour moi, Défendre l’Algérie est un baromètre qui m’aide à évaluer un homme politique sincère.

    Allez commencez vos insultes !!!

    64
    85
      @Kahina-DZ
      8 octobre 2019 - 19 h 25 min

      . J’ai du mal à comprendre votre commentaire.Ne vous suffit-il pas que Maitre Bouchachi se démène pour défendre les jeunes détenus ,les détenus politiques et dénonce publiquement les dérives de la justice aux ordres.A-il défendu les ex-ministres e oligarques incarcérés à ElHarrach..
      Defendre les enfants de l’Algérie n’est pas défendre notre Patrie.
      Mais je vous comprends,car le système nous tellement roulés dans la farine que nous ne croyons plus à rien que nous nous méfions de tout le monde ,mème parfois des membres proches.

      41
      5
      Anonyme
      8 octobre 2019 - 22 h 54 min

      Personne ne va vous insulter, comme dit le proverbe tout ce qui est excessif est insignifiant!! Ce proverbe vaut quand-même mille insultes…

      25
      3
      Azerzour idurar
      8 octobre 2019 - 23 h 29 min

      Hhhhhh. Tu leur a donné le feu vert. Il est la star du moment. Tant que l’algérien ne s’affranchit pas de la tutelle politique, il y’aura toujours un prophète ou un illuminé qui viendra prendre la décision à sa place

      1
      10
        Anonyme
        9 octobre 2019 - 6 h 36 min

        Tu es plutôt un ouchen qu’un azerzour! Ton discours bien sur est désintéressé, sans aucune référence politique. Tu ne travailles pour personne c’est ça?? Tous discours ou position politique te met forcément dans un clan, ne l’oublie pas…

        9
        1
      Momo
      9 octobre 2019 - 14 h 23 min

      Pour toi défendre l’Algerie c’est voler l’Algerie. Gaid défend bien l’Algérie dans ses discours à la noix pendant que lui et ses fils vident les coffres. Bouchachi ne voudrait pas de toi même pour lui repriser ses chaussettes.
      Dhoubaba …!

      19
      4
      Elephant Man
      26 octobre 2019 - 23 h 49 min

      @Kahina-DZ
      Il a été à la présidence de la LADDH et a été financé par la NED (National Endowment For Democracy à l’origine des révolutions colorées printemps arabes..) en 2010 à hauteur de 37000$.

    Lghoul
    8 octobre 2019 - 13 h 02 min

    Comme Maitre Bouchari l’a bien souligné: « On convoque les corrompus ensuite on leur envoie des voitures confortables et de la protection pour les ramemer gentiment a la justice, pendant que des patriotes qui n’ont ni fait de mal a une mouche, ni volé quoi que ce soit, sont carrement enlevés dans les café, dans les rues et chez eux ». On comprend alors pourquoi les « candidats-crocodiles » que le pharaon voudrait nous faire avaler BESSIF sont les chiyates du FLN/RND, c’est a dire de la issaba d’origine. Cela explique donc pourquoi cette pseudo justice n’a que le nom. Une justice privée qui s’applique a certains mais pas a d’autres et selon les humeurs et les interêts de la junte diactatoriale.

    29
    9
      El car El hamra
      8 octobre 2019 - 20 h 06 min

      Hadouk sont les mêmes jeunes qui ont donné leurs dos à l’hymne national au Stade du 5 juillet ,lès ignorants ils sont manipulés de partout, j’espère qu’ils seront relâchés et que la justice lès jugeront juste comme idiots.

      3
      10
    Anonyme
    8 octobre 2019 - 12 h 08 min

    Leur ex ministre de la justice est déjà en prison.Ce sera bientot le tour de tout ceux qui aplliquent des jugements hors-la-loi.

    38
    8
    Anonyme
    8 octobre 2019 - 10 h 27 min

    je me répète ,,,COMMENT OUI COMMENT PEUT ON FAIRE CONFIANCE AUX MAGISTRATS QUI SONT SENSÉ NOUS PROTÉGER ET NOUS GARANTIR NOS LIBERTÉS NOS DROITS ET GARANTIR NOTRE DÉMOCRATIE QUI SONT AUJOURD’HUI AU SERVICE D UN PLUS GRAND VOLEUR DU PAYS
    POUR NE PAS CONTRARIER SA S.M ET DE CRANTE DE SE TROUVER EN DÉTENTION car trop fragile trop délicats la prison ils n aiment pas° PARMI LEURS FRÈRES IL PRÉFÈRENT ENVOYER DES CENTAINES D INNOCENTS » » demain vous vous trouverez a la merci du peuple caid ne sera pas toujours la » »
    VOUS JUGEZ MAL VOUS JUGEZ A TORD VOUS SEREZ JUGER ET LA PEINE SERA A LA HAUTEUR DU SERMON QUE VOUS AVEZ TRAHIS,,,,,,,,LA JUSTICE SERA IMPITOYABLE CAR CE QUE VOUS FAITE EST IMPARDONNABLE QUE LE « TOUT PUISSANT » VOUS PARDONNE LE PEUPLE NE PARDONNERA PAS LES INCRÉDULES

    25
    10
    Ommar Khayyam
    8 octobre 2019 - 8 h 40 min

    L’UNS de CEUX que l’ALGERIE a enfanté de MEILLEURS tant du point de vue PROBITÉ, MORALE, VERTUS d’humilité, d’empathie, que D’INTELLIGENCE d’esprit de vison et de perspective/prospective…UNS de ceux que la phase actuelle que traverse notre pays, QUI pourraient aider à transiter du tunnel des ténèbres vers la lumière
    elmejd à nos CHOUHADAS et au peuple ALGÉRIEN

    43
    28

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.