Les médias du pouvoir commencent à «lâcher» le général finissant Gaïd-Salah

Mouv médias
Les médias du pouvoir tournent casaque. PPAgency

Par Abdelkader S. – Les médias qui étaient aux ordres du chef d’état-major de l’armée commencent à amorcer un virage à 180° après la «disparition» de l’homme fort du régime des radars. Interdits de couvrir les manifestations qui réclament le départ immédiat et sans condition des symboles du régime, à leur tête l’octogénaire général Ahmed Gaïd-Salah, ces journaux et leurs chaînes de télévision reviennent discrètement à «l’orthodoxie» et recommencent à évoquer le Hirak sans en déformer les slogans.

Après avoir mobilisé tous les moyens en leur possession pour assurer la couverture la plus large possible au mouvement de contestation populaire avant la chute de l’ancien président de la République, ces médias de propagande ont reçu l’ordre strict de ne plus diffuser les images des marches du vendredi, dès lors que les millions de manifestants qui battent le pavé depuis le 22 février dernier ont orienté leurs revendications vers les symboles du système Bouteflika, et plus particulièrement le général Ahmed Gaïd-Salah vilipendé et montré du doigt comme celui qui couvre le clan et s’emploie à perpétuer le régime Bouteflika.

Les médias aux ordres ont poussé l’outrecuidance jusqu’à déformer les slogans des manifestants, qu’ils transformaient au gré des exigences de l’état-major de l’armée dont ils reçoivent les ordres de façon directe. Ainsi, lisait-on dans ces journaux, les Algériens «remerciaient le commandement de l’armée d’accompagner le Mouvement populaire», «savaient gré au chef d’état-major de mener une lutte sans merci contre la corruption», «souhaitaient le changement sous la conduite éclairée du général Gaïd-Salah» et «réclamaient des élections présidentielles au plus tôt».

Dans leur couverture du 34e vendredi des manifestations qui a drainé des millions de citoyens, toujours aussi résolus à faire tomber le régime incarné par l’absent Gaïd-Salah, il est désormais question de revendications réclamant le «départ des symboles du système Bouteflika toujours au pouvoir». Est-ce un signe que Gaïd-Salah a été définitivement lâché par l’état-major de l’armée et que son remplacement n’est qu’une question de temps ou ces médias s’empressent-ils de changer de veste avant qu’il ne soit trop tard ? Mais n’est-il pas déjà trop tard ?

A. S.

Comment (31)

    Fefel Har
    13 octobre 2019 - 17 h 01 min

    Il est tout à fait légitime de dénoncer cette presse aux ordres qui foulent à ses pieds les principes sacro-saints du journalisme pour verser dans la propagande la plus abjecte au service d’une caste de prédateurs. Leur crédo n’est plus de révéler la vérité, mais d’encenser certains malfrats ayant pris en otage les institutions du pays et de répandre de fausses informations (des mensonges) pour tromper l’opinion publique et lui mettre des bâtons dans les roues dans sa marche vers la liberté, la dignité, la souveraineté, la justice, le progrès.
    Cette presse-là ne serait-elle pas complice du gang qui pille le pays, qui trahit les idéaux de justice et d’indépendance de novembre, qui tente de maintenir le peuple sous un régime dictatorial et qui s’efforce de faire barrage à son émancipation? Ne se serait-elle pas fourvoyée dans une énième trahison contre la nation?
    Les mêmes plumitifs qui brillaient par des articles tissant des lauriers à l’imposteur Bouteflika sont encore à la manoeuvre en encensant la Issaba II. C’est à croire que l’indésirable Bouteflika est toujours aux commandes et qu’il gère encore derrière l’écran de fumée qu’est le gouvernement Bédoui (donc GS et l’EM) la technique chère à Obama, « to lead from behind ». Je n’exclus pas cette hypothèse aussi saugrenue soit-elle de prime abord.

    24
    1
    Laouilaoui ya hamlaoui
    13 octobre 2019 - 7 h 14 min

    « PATIENCE ET LONGUEUR DE TEMPS FONT PLUS QUE FORCE .NI QUE RAGE ! »

    CES DERNIERS REJETONS DU POUVOIR NE SONT NI PLUS NI MOINS QU’UNE FORCE DE TRAITRES OCCUPANTE ET NE DOIVENT PAS être Autorisés à TYRANISER ET Persécuter LE PEUPLE Algérien, qui a plié la plus grande puissance coloniale française !!!
    Le titre est une référence directe au slogan « la valise, la prison où l’exile »
    qui se trouvait déjà dans des tracts du Parti du peuple algérien diffusés dans des boîtes aux lettres
    À Constantine au printemps 1946.
    77 ans déjà, n’est ce n’est pas GAÏD M’SALLAHS = BALAI à BROSSE qui imposera !
    Nous ne sommes pas les minis boites du golf arabo-tayhoudites

    DEGAGEZ TOUS, direction à la poubelle de l’histoire !!!

    27
    3
    Anonyme
    13 octobre 2019 - 0 h 02 min

    Ce pouvoir continue son travail de sape il vient de signer un important contrat avec les émirats pour l importation de lait en poudre!!!
    Depuis quand les émirats ont des vaches laitières !!!!
    Depuis quand ils sont devenus un pays producteur de lait?
    Peut être que je suis en retard d informations mais c est la première fois que je vois que les émirats sont une puissance agricole!!!;

    46
    5
    Amin99
    12 octobre 2019 - 18 h 10 min

    Le successeur du général Gaïd-Salah devra écouter et respecter ce peuple qui a montré tant de patience et de maturité depuis le début du mouvement populaire.
    Ce peuple veut faire ses propres choix, il souhaite choisir lui même ses représentants, il sait ce qu’il veut et il le fait savoir, il est capable du meilleur et il l’a démontré, il faut lui faire confiance.

    Les institutions étatiques ont le devoir et l’obligation de se mettre au service du peuple et l’accompagner dans ce processus de changement sans entraver ses choix.
    Le temps est venu pour que l’Algérie prenne son envol grâce à ses cadres compétents et intègres.
    Le reveil du peuple est une chance pour redonner a ce pays la place qu’il mérite.

    A bon entendeur

    21
    9
    Zombretto
    12 octobre 2019 - 17 h 41 min

    J’ai parcouru les titres des unes des journaux ce matin, et l’Expression avait ce titre: « Des officines tentent en vain d’entraver le processus electoral » !!… Vingt millions d’algériens (c’est à dire presque tous les adultes) qui manifestent leur ras-le-bol chaque vendredi sont donc devenus des « officines » !!
    Pourquoi pas des « officines étrangères » tant que vous y êtes, messieurs de l’Expression ??

    49
    9
      Aldjazairi
      13 octobre 2019 - 19 h 00 min

      Désolé mais vous avez commis un impair …vis à vis des professionnels du journalisme : « l Expression «  ne peut être qualifié de Journal …..c est peut être une feuille de Choux pour rester poli . Quand ces scribouillards tournent leur vestes avant que l encre exprimant leur asservissement au maître du moment ne sèche , que reste t il a espérer ? ….

      12
      1
    Anonimaoui
    12 octobre 2019 - 16 h 14 min

    Ce ne sont pas des médias mais des organes de propagande et de désinformation, y compris l’unique et ses clones et les journaux publiques, qui se mettent automatiquement et systématiquement au service exclusif des tenants du pouvoir pourvu qu’ils soient illégitimes , anti peuple et anti nationaux. Ce … doit absolument disparaitre du paysage audiovisuel algérien dès l’indépendance politique acquise.

    41
    8
    Samy
    12 octobre 2019 - 14 h 15 min

    Le Général GS n’est qu’un détail,mais où est-il passé?Cette absence est inquiétante car au paravent il parlait presque tous les jours de la semaine.La situation en Algérie est préoccupante et il serait bénéfique pour le pays que le mouvement citoyen et l’ANP discutent pour trouver une solution à cette crise qui n’a que trop duré.Il y a plein d’Algériens compétents,patriotes et honnêtes civils et militaires qui peuvent redresser ce grand pays qui dort assommé par des futilités.Mettons-nous autour d’une table et trouvons une solution juste et équitable en mettant nos égos de côté dans l’intérêt suprême de notre pays.Que l’intérêt suprême de la Nation l’emporte sur les petits calculs des uns et des autres.Réveillons-nous la maison brûle!!!

    26
    8
    Debza Kadiya
    12 octobre 2019 - 14 h 14 min

    Si le peuple algérien s’est fait dupé par les traitres en 1962 qui étaient pour la France et ont retourné leurs vestes comme quoi ils étaient pour la révolution et pour l’indépendance, cette fois ci, grâce aux archives de l’Internet stockés dans les Clouds partout et à travers le monde, ces écrits publiés sur leurs sites soit avec un nom de domaine ou avec un sous domaine, ou publiés sur un blog, publié sur Facebook, YouTube, Dailymotion, etc… ces écrits seront archivés et stockés, même si leurs auteurs suppriment à volonté ce qu’ils avaient publiés sur leurs sites car ils sont proprietaires seulement de leurs sites et de son contenu mais pas propriétaires des archives, ces écrits restent archivés en toute sécurité pour des longues années sur des serveurs de stockage en plusieurs copies éparpillées à travers le monde, car dès que quelqu’un publie quelque chose sur Internet, il ne devient plus propriétaire de ce contenu car ce contenu tombera dans le domaine public, même si une personne demandera un regard sur ces archives, il recevra seulement une copie mais les originaux restent toujours en sécurité.
    Ces … de la presse et leurs techniciens qui ont aussi une part de responsabilité et les dhoubab seront vite démasqués, car le peuple Algériens cette fois ci ne se fera pas dupé comme l’ont été nos ainés.

    35
    7
    C le début de la Fin
    12 octobre 2019 - 13 h 23 min

    @ Khlass : Je partage ton avis. Il faut juste préciser que ce qui , aujourd’hui , permet de mettre complètement à nu ces journalistes véreux et les complices du régime ce sont les Réseaux Sociaux qui n’existaient pas avant.
    Leur position devient donc de plus en plus intenable avec ces millions de manifestants dans la rue chaque Mardi et Vendredi et vus par le Monde entier , en plus des scandales, des révélations et des témoignages gênants qui sortent régulièrement sur le Web.

    Aujourd’hui , n’importe qui peut , grâce à Internet et à son téléphone portable avec caméra, devenir un journaliste et informer en quelques secondes le Monde entier de ce qui passe dans notre pays

    Il est évident que si ces nouveaux modes de communication n’existaient pas , il y aurait eu dès le 22 Février une répression féroce contre les manifestants et bon nombre d’entre eux seraient aujourd’hui très probablement portés disparus.

    A ce jour, nous sommes encore dans le même système, une sorte de 4ème Mandat de Bouteflika prolongé, avec Bensalah, Bedoui et GS toujours au pouvoir. Notre assemblée nationale est toujours composée des mêmes parlementaires aux ordres et pour leur immense majorité tous corrompus et illégitimes.

    Pour moi, nous sommes dans les dernières semaines de survie du système et pour certains complices du système ( journalistes et autres) les choses risquent sérieusement de se compliquer.

    42
    8
    Anonyme
    12 octobre 2019 - 12 h 14 min

    Ce pseudo général pourri a été éxploité à fond par les tenants du système,car ils savent que c’est un ignorant dans tous les domaines,sauf la brutalité qui est son point faible,d’où leur choix.C’est évident qu’il le balance maintenant car il n’est plus d’aucune utilité.Il est devenu carrément encombrant ,puisqu’il est loin d’etre Monsieur Propre,comme il le prétend à tout bout de champs.En supposant qu’il soit vraiment en chute libre,attendons nous à une autre mauvaise surprise que va nous sortir ce pouvoir maffieux,car il en a plein les poches.La stratégie étant toujours la pérennisation du système instauré depuis l’indépendance de l’Algérie.

    34
    12
    choix
    12 octobre 2019 - 11 h 42 min

    comment dire pour ses pseudo journaleux , c’est leur choix et ce choix pensaient ‘ils gagnant s’avere perdant a moyen terme , la question a poser est celle ci que feront nous de ses demi traitre a la botte ? doit ont les traiter comme l’ont été les harkis apres l’independance ? ou leur fermer toutes portes de l’avenir , c’est delicat car dans toute democratie naissante il y a les commis des regimes dictatoriaux qui se fondront dans le decor et on trouvera meme parmis eux des zelés qui soutiendront les libertés plus que ne le ferais un vrais manifestant de la 1ere heure , le traitement a leur donner je crois c’est en les ignorants , ne plus les regarder ne plus les citer couper toute ressource natiopnale pub et soutient financier et leur presse mourra a petit feu papier ou TV ils finiront dans la poubelle de l’histoire chourouk tv, annahar tv ,la presse aux ordres el moudjahid, l’expression , aps et toute la presse parasite gravitant autour , comptez bien ils tres peux nombreux aux service du peuple , et ceci ils s’en mordrant les doigts le jour J qui est proche.

    32
    8
      Anonyme
      12 octobre 2019 - 17 h 17 min

      Non, il faut qu ils paient , ils ont choisis le mauvais camp, il faut passer à la caisse.
      Il faudra les interdire de travailler dans les médias et les journaux et faire payer des dommages et intérêts par exemple aux personnes arrêtées injustement, aux plus zélés comme le bac à chiottes de en ahah, chourouk, canal Algérie et l ente en général et un tas d autres larbins.
      Cela servira de leçons aux futurs journalistes, dirigeants des médias.Une sort de jurisprudence de l éthique du travailleur dans le monde des médias afin que les médias deviennent un vrai contre pouvoir dans l état de droit moderne que le peuple réclame.

      34
      7
    Soldat Schweik
    12 octobre 2019 - 11 h 20 min

    Ces journalopes-journaliers ont été toujours ainsi comme des pensionnaires de maisons closes exercant le metier le plus vieux du monde.
    Ils se vendent au maitre du moment, ces khemassines low cost el mounbatihine n’ont aucune dignité.
    Vive la revolution citoyenne qui a fait tomber bien des masques !!!
    La victoire est proche et l’heure de rendre des comptes sonnera pour tout le monde et personne ne pourra bruler ou dechirer les archives comme en 1962, vive YouTube et facebook !!!

    54
    8
    Zombretto
    12 octobre 2019 - 10 h 29 min

    Ce Régime tient encore debout pour le moment, mais il s’écroulera tout d’un coup au bout d’un certain temps. Quand on casse un rocher avec une masse, on peut donner vingt ou trente coups de toutes ses forces sans que la roche montre la moindre fissure. Et puis au trentième ou quarantième ou cinquantième coup elle éclate finalement en deux ou plusieurs morceaux. Si quelqu’un avait dit en 1985 ou 1986 que l’URSS allait s’écrouler dans trois ou quatre ans, il aurait été pris pour un fou. Et pourtant c’est arrivé. Le « Régime » algérien n’est pas plus invincible que l’ex-URSS.
    Le vrai problème est ce qui se passera après. Tous les espoirs et tous les doutes sont permis.

    46
    9
    Momo
    12 octobre 2019 - 10 h 26 min

    Il faudra en venir un jour à traiter la question de cette presse Inféodée au régime et constituée uniquement de plumitifs mercenaires . Non seulement il faut interdire des titres comme même El moudjahid , El Djeich, l’expression, etc ainsi que toutes les chaînes de télévision sans exception mais il faudra également retirer pour de bon leurs cartes de presse à ces énergumènes pour que jamais plus ils ne se mettront au service d’un autre dictateur. Il est indécent de gagner sa croute en ne faisant que débiter des mensonges pour tromper l’opinion publique et la garder dans un état d’asservissement permanent. Il est anormal pour un pays normalement constitué d’avoir un 4e pouvoir qui est de fait le vrai porte-parole du gouvernement..

    80
    44
      Anonyme
      12 octobre 2019 - 16 h 13 min

      Nous aurons juste le journal de momo.

      8
      33
        Momo
        12 octobre 2019 - 16 h 53 min

        Non, tu auras plusieurs journaux faits par de vrais journalistes.
        Parmi eux, il y aura le journal de Momo. Je te ferai un abonnement gratuit de 3 ans pour que tu apprennes à lire les bonnes choses.

        31
        10
          Anonyme
          12 octobre 2019 - 17 h 35 min

          3 ans gratuits, pas mal.
          On attend ce journal de moumou.

          3
          27
    Abou Ligam
    12 octobre 2019 - 10 h 20 min

    Pour l’heure on n’en sait encore rien pour se réjouir et combien même cela s’avérerait ce ne sera que feu de paille et diversion.

    On vous l’ a dit et répété mille fois : Gaid Salah n’est pas une carte majeure dans les mains de H’mida sinon il ne l’aurait jamais envoyé au charbon pour l’user jusqu’à la corde. Tout cela n’est que diversion le temps de réaccorder les violons. Il y a encore Bédoui et Bensalah à défausser pour tromper l’adversaire sans parler de tout l’arsenal dont H’mida a le secret.

    29
    6
    Ain Boucif
    12 octobre 2019 - 9 h 34 min

    Eh oui ! Messieurs de certains médias , quand on crache sur le ciel ça vous revient sur la g…

    38
    7
      Ain Boucif
      12 octobre 2019 - 11 h 40 min

      … je rectifie courtoisement mon écrit :
      « Eh oui ! Messieurs de certains médias , quand on crache sur le ciel ça vous revient sur votre visage. »

      20
      7
    Larbi
    12 octobre 2019 - 9 h 27 min

    Pourquoi Messieurs Bourega Tabbou Belarbi Samira et beaucoup d´autres n´ont pas de famille non c´est un probleme de principe et pas de peur de la pauvrete azul salam.

    21
    8
    Anonyme
    12 octobre 2019 - 9 h 21 min

    « ….. ou ces médias s’empressent-ils de changer de veste avant qu’il ne soit trop tard ? »c’est plutôt cette option qui serait la plus crédible .Les fidèles plumiers et portes crachoirs des reliques du satrape Boutef et farouche défenseur de l’inculte Général savent pertinemment que le peuple Algérien ne leur épargnera plus rien .Ils auront beau exciper de leur bonne fois tout ces bouffons de foire, ces prévaricateurs ,ces félons qui ont cautionnés cette nomenclature mafieuse qui a détourné en 20 ans 1350 milliard de dollar en décimant des pans entier de l’économie du pays devenue exsangue ,ils devront tous coute que coute et sans aucune exception payer sans leur accorder la moindre circonstance atténuante .

    54
    6
      Lyes Oukane
      12 octobre 2019 - 12 h 10 min

      @ Anonyme 9h21 . Il faut ,bien sûr ,ne pas mettre tous les journalistes algériens dans le même panier .

      Le 27 février 2019 des journalistes algériens ( presse écrite ,audio et télévisuelle ,rédaction comme présentateurs ou techniciens ) avaient manifesté devant les sièges de leurs entreprises pour dénoncer la manipulation de leur hiérarchie et la censure qu’ils subissaient au quotidien .

      Le directeur général de EPTV ,monsieur Toufik Kheladi avait été démis de ses fonctions le 25 mars 2019. Il fut remplacé par un zélé de la pire espèce , monsieur Lotfi Cheriet . Ce dernier était ,en 2009 , à la direction de la communication de la campagne présidentielle de Boutesrika . En 2014 il soutenait ,encore , la candidature de Boutef .

      Souvenons-nous de madame Nadia Madassi ,présentatrice du JT sur Canal Algérie qui démissionna de son poste début mars 2019 ,écoeurée par le texte flatteur pour le régime qu’on lui avait donné à lire …

      30
      8
    ABOU NOUASS
    12 octobre 2019 - 9 h 03 min

    Quelle honte, quelle indignité et quelle bassesse que tous ces journaleux devront porter comme un fardeau à l’avenir !!!!

    Comment vont-ils regarder devant les yeux ce peuple qu’ils ont ignoré 8 mois durant.

     » Il est déjà trop tard » ! Dixit le chanteur Frédérique François.

    43
    7
    Khlass
    12 octobre 2019 - 9 h 00 min

    C’est très difficile pour un journaliste comme pour un simple citoyen de s’exprimer librement ( même avec le plus respect) dans une dictature car ces personnes vont subir des pressions diverses ( risque de perdre son emploi , son salaire, son outil de travail , risque de voir sa vie salie, risque de voir sa famille réprimée etc…) sans compter le risque d’être condamné et emprisonné à tord par une justice aux ordres.

    En revanche ce régime récompensait gracieusement en devises ceux qui mentaient en faisant l’éloge ou la propagande pour un système dont ils savaient pertinemment tous qu’il était pourri.
    Ce système a ainsi corrompu des universitaires, des artistes, des journalistes, des entrepreneurs, des fonctionnaires , de prétendus élus, des magistrats etc….

    C’est de cette façon que ce régime a pu perdurer durant des décennies obligeant des masses de gens au silence complice ou à l’exil forcé et, on voit tous aujourd’hui que toute cette mascarade est entrain de mener tout le pays et ses 42 millions d’habitants vers la faillite.

    30
    11
    Syphax de Siga
    12 octobre 2019 - 8 h 57 min

    « Mais n’est-il pas déjà trop tard ? »
    Il est vraiment trop tard. Aucun de ces médias n’a eu la décence de respecter le Hirak, Pire, il ne leur a jamais demandé de le soutenir alors qu’en principe c’est une chose qui va de soi :la défense de la démocratie, l’indépendance et le changement radical du système. Mais malheureusement pour eux, ils ont comme qui dirait craché par terre, et comme on ne peut pas ramasser son crachat, ils doivent assumer.

    38
    8
    Amazighkan
    12 octobre 2019 - 8 h 52 min

    Qui a trahit trahira la vague vous emportera bientôt et vous allez rejoindre votre véritable place : les « zigous » .

    42
    6
    57
    12 octobre 2019 - 8 h 34 min

    c est le début de la fin des fins

    27
    11
    Zaatar
    12 octobre 2019 - 8 h 16 min

    Qu’on comprenne bien, c’est le général Gaid Salah qui est finissant et pas le système et le pouvoir qui lui se porte à merveille malgré tous les coups de boutoir qu’il a reçu.

    34
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.