Des journalistes appellent à une réunion pour sauver l’honneur de la profession

Mouvement journalistes
Lors d'une manifestation de journalistes à la Place de la Liberté de la presse. PPAgency

Par Mohamed K. Des journalistes de la presse écrite nationale se sont relayé un appel à une grande rencontre des professionnels du métier pour voir comment organiser une meilleure défense du droit à l’information.

Certains proposent une première réunion à la maison de la presse Tahar-Djaout qui regrouperait tous ceux qui se soucient de la situation actuelle en matière de liberté d’expression et de presse en Algérie. L’idée continue à faire son chemin, puisque de nombreux confrères adhèrent au projet et commencent déjà à échanger des informations et des propositions concrètes pour les faire aboutir le plus rapidement possible.

Cet appel à un sursaut émancipateur de la profession est largement justifié par la recrudescence de la répression contre les libertés publiques, couplée à l’accentuation de la censure dans les différentes rédactions des organes de presse et sur les plateaux de télévision, tous secteurs confondus.

Il s’agit surtout de sensibiliser les journalistes qui travaillent dans les médias où la censure devient insoutenable, notamment par rapport au Mouvement de contestation populaire. Une censure qui empêche tout simplement ces journalistes de faire le travail et de couvrir les événements marquants en toute objectivité. Car, il faut savoir que, dans la quasi-totalité des quotidiens d’information publics ou parapublics, des directives verbales interdisent depuis quelques mois aux journalistes et autres correspondants locaux de rendre compte des manifestations populaires contre le système qui ont lieu chaque vendredi.

La raison est que les manifestants scandent partout des slogans hostiles au chef du commandement de l’armée, montré comme le principal obstacle à l’accomplissement de la révolution citoyenne et au changement souhaité du système politique.

M. K.

Comment (11)

    Momo
    16 octobre 2019 - 19 h 29 min

    Feu El hachemi Guerouabi rahimahou Allah disait dans une de ses chansons célèbres que les fans de chaabi connaissent bien ‘’ al aardh idha tkassar ma tanfaaou djbira’.
    Ainsi, il suffirait d’une réunion pour laver l’honneur perdu de cette profession qui a tant tant marché dans les combines des dictateurs .
    Messieurs les ‘journaleux‘, pour reprendre une expression consacrée du grand Voltaire, s’il vous reste un peu de dignité, jetez vos cartes de presse aux orties!
    ….

    13
    1
    Anonyme
    16 octobre 2019 - 14 h 15 min

    https://www.youtube.com/watch?v=_3twzFnHlYk
    voila ce que a declare le nouveau president Tunisien Kais Saied en 2013 …qui peut s appliquer chez nous en Algerie….c est la solution

    2
    6
      mez
      16 octobre 2019 - 16 h 36 min

      Alors trêve de plaisanterie, occupons nous de notre pays !

      8
      1
      Anonyme
      17 octobre 2019 - 5 h 30 min

      S inspirer du savoir de la societe civile de nos freres Tunisiens et pourquoi pas…?? Mieux suivre les methodes qui ont prouve leur reussite….en gands de velour…sinon Combien faut il attendre encore…???? il faudra faire le choix de la desobeissance totale et la greve generale….il n y a plus d esperer une solution avec cette mafia qui prend tout un peuple en otage….Notre armee ne tirera pas sur le peuple Algerien qui ne demande que son droit a la liberte et la vie dans de meilleures conditions . Nos richesses sont dilapidees et extorquees par des minables corrompus jusqu a la moelle,qui ont confisque le pouvoir et l exercent sans foi ni loi …ras le bol de ces voyous malfrats,traitres a la nation Algerienne….oui il faut le dire c est la verite….Combien devrons nous encore patienter…il y a des limites a tout…..Tahya AL JAZAIER

      12
      1
    Felfel Har
    16 octobre 2019 - 13 h 51 min

    Les journalistes, au sens large, peuvent se réunir autant de fois qu’ils veulent, celà n’empêchera pas certaines brebis galeuses de retrouver leurs veules et viles pratiques de la brosse à reluire, du lèche-bottes pour encenser les puissants et les riches du moment.
    Ces derniers n’ont peut-être rien d’autre à faire valoir que leur propension à ramper et faire des courbettes. Ils trahissent les canons du journalisme (dont le devoir d’informer objectivement, le devoir de vérité), leurs confrères, pas aussi dociles, et leur concitoyens qu’ils continuent d’arroser de fake news et de mensonges pour faire dérailler leur titanesque projet de déboulonner un systême obsolète et inique, corrompu et corrupteur, qui n’arrange qu’une mafia. Ils ont tourné le dos à leur mission essentielle pour se faire propagandistes dans la pure tradition de Goebbels.
    Que gagnent-ils en se couvrant de honte, en versant dans la félonie, en couvrant des criminels notoires et en enjolivant les effets d’une catastrophe imminente pour servir une caste qui est convaincue que le simulacre de l’euphorie finira par créer l’euphorie. NEVER! MOUSTAHIL! IMPOSSIBLE!

    41
    8
    La Gestion des priorités
    16 octobre 2019 - 12 h 51 min

    Avant de sauver votre l’honneur de votre profession, sauvez d’abord votre peau.
    Avec ce débile « Général sans armée », le journaliste intègre sera une race en voie de disparition.
    Mais n’ayez aucune crainte tout le pays est derrière vous.

    8
    8
    ABOU NOUASS
    16 octobre 2019 - 9 h 41 min

    Allez-y , avec un peu de courage, vous chasserez votre peur et vous n’en serez que grandis !

    Ne soyez plus comme certains journaleux aussi bonimenteurs que leur maître Kaid salah, tels ceux du
    quotidien  » l’Expression qui lèchent et relèchent les pieds de ce grabataire avec une roublardise consumée,tant et si bien que leurs écrits ou éditoriaux font rire car d’aucuns des algériens ne pourraient gober leurs salades .

    La vérité commence déjà à briser cette carcasse un peu usée.

    43
    9
      @AbouNouass
      16 octobre 2019 - 13 h 34 min

      Cela fait un bon bout de temps ,bien avant le 22FEVRIER,du temps où bouteflika etait à son summum que je ne lis plus les journalistes chiyatines sans vergogne du journal l’expression.
      C’est une grande initiative de la part des journalistes intègres que le système met dans le mème panier que leur autres confrères chiyatines et ennemis de leur pays.
      Cette initiative louable doit ètre suivies par d’autres de la part des hommes de loi
      (Avocats,juges..) qui légalisent qui de facon éhontée les abus de Gaid salah,en brisant ,entre autre l’avenir des jeunes qui ne demandent que leur droit.
      Cette initiative louable doit ètre suivie également par les députés de l’APN,qui est illégitime.Tous les partis qui se disent de l’opposition Rcd,FFS,DjilDjadid,MSP,Ennahdha,ceux du mouvement démocratique devraient exhorter leurs élus à demissionner de l’assemblée nationale,sinon,comment peuvent-ils se targuer d’ètre de l’opposition à travers seulement des déclarations,alors que leur députés à l’APN votent des lois scelerates emanant d’un pouvoir illégitime.
      à mon avis,ce qui fera plier le régime dictatorial,ce seront les défections au niveau de l’APN,du journalisme et de la justice.
      LES SLOGANS DU VENDREDI DEVRONT ALLER DANS CE SENS.

      41
      8
    Objectif ou subjectif
    16 octobre 2019 - 9 h 22 min

    Je peut être + ou – Indulgent avec toutes les fonctions qu’exerce un humain sauf pour les fautes d’un juge ou d’un journaliste.
    Je pourrai être clément avec un voleur mais jamais je ne pardonnerai au juge qui le déclare sciemment innocent et au journaliste qui couvre ou travesti le délit.

    45
    8
    La vie ou la mort
    16 octobre 2019 - 8 h 45 min

    Après le pouvoir exécutif, législatif et judiciaire, les moyens de communication sont le 4eme pouvoir qui peut servir de contre-pouvoir face aux trois premiers incarnant l’État.
    On dit aussi : « Qui détient l’information détient le pouvoir ».

    Messieurs les journalistes à l’instar des autres professions indépendantes, vous étés aujourd’hui à la croisée des chemins : EXISTER ou DISPARAITRE.

    A vous de jouer, la balle est dans votre camp, il n’y aura que du bénef pour vous et votre pays.

    49
    10
    ABOU NOUASS
    16 octobre 2019 - 7 h 26 min

    Evacuez cette peur et reprenez votre dignité, vos enfants ne seront que fiers de vous.

    L’histoire retiendra cette révolte et même ce pouvoir agonisant apprendra à ses dépens de quoi est capable ce peuple qui ne courbe jamais l’échine.

    Vous exercez un noble métier, alors à vos plumes !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    53
    10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.