Slimane Zeghidour : «Le pouvoir algérien fait preuve de dénégation»

Gaïd Zeghidour
Slimane Zeghidour. D. R.

Par Karim B. – Le journaliste et écrivain franco-algérien Slimane Zeghidour a affirmé que «pour la première fois, c’est le peuple qui reprend l’initiative pour gérer, traduire et célébrer à sa propre manière la guerre d’indépendance». «Le mot qui résume cela, c’est le message envoyé par le vétéran de la guerre d’indépendance, le commandant Lakhdar Bouregâa, qui est en prison à 86 ans, et qui a dit ma génération a libéré le territoire, à vous de libérer la patrie 

S’exprimant sur la chaîne publique française TV5, il a estimé que les mots d’ordre des manifestations en Algérie, à savoir libération et indépendance, sont «symboliquement très lourds parce que le 1er Novembre est une date culte et c’est l’occasion où, d’habitude, c’est le pouvoir en place qui sort ses grandes batteries dans sa rhétorique nationaliste, en mettant en exergue le rôle de l’armée dans la libération du pays, l’armée libératrice, poitrine, cœur battant de la nation».

L’auteur de L’Algérie en couleurs n’a pas caché son pessimisme quant à l’issue de la crise politique, née de l’entêtement du pouvoir illégitime à perpétuer le système rejeté par le peuple. «Les données de base disent qu’il n’y a aucune sortie possible satisfaisante de la crise en Algérie parce que, pour la première fois, l’armée s’avance, gouverne sans masque.» «La décision d’organiser les élections le 12 décembre, a-t-il expliqué, a été imposée par l’armé, donc un recul sur cette décision serait un désaveu pour le chef d’état-major qui confinerait au suicide politique.» «De plus, a-t-il ajouté, ce serait la troisième annulation d’un scrutin présidentiel. Tout ça en quelques mois. Peu de gens survivraient à un tel désaveu.» «Si les présidentielles ont lieu et que donc l’armée a obtenu son élection, ce serait une victoire, mais quelle victoire pour une armée de vaincre son propre peuple qu’elle est chargée en principe de défendre ?» s’est-il interrogé.

«Je dis qu’il n’y a pas de solution heureuse parce que la population, les gens qui manifestent ne veulent pas de ces élections, l’armée les veut, ce qui veut dire que jamais les positions n’ont été aussi irréconciliables. On ne voit pas qui va reculer, c’est cette impasse qui est lourde de danger», a insisté le chercheur spécialiste du monde arabe, qui n’a pas manqué de mettre en avant «l’attitude du régime» qui «laisse vraiment perplexe». «Quand on regarde la télévision de l’Etat chaque soir, il n’y a aucune image sur les manifestations. Par contre, on nous montre des radios-trottoir qui totalisent sept ou huit personnes chaque soir pour dire qu’ils sont pour les élections. Le pouvoir fait preuve de dénégation», a-t-il conclu.

K. B.  

Comment (20)

    K
    5 novembre 2019 - 10 h 33 min

    Ceci dit ! Franco-Algérien ça n’existe pas. On est Français en France et Algérien en Algérie . Mais Franco-Algérien nulle part. En Algérie on ne vous reconnait pas votre francéité et en France vous êtes Français ipicitou. Jamais les deux à la fois !

    Dites tout de suite que c’est pour l’excommunier et on l’aura compris.
    Mais que font si Qeddour et Y.B ?

    3
    3
      Anonyme
      5 novembre 2019 - 15 h 25 min

      @ K
      Ton commentaire n’a rien a avoir avec l’article, hors sujet.
      Ce francais ou algérien a un opinion personnel et point final. il faut lire l’article du debut jusqu’a la fin et après commenter sur le sujet et non sur l’écrivain.

    Felfel Har
    4 novembre 2019 - 17 h 32 min

    A quoi faut-il s’attendre quand ceux qui nous gouvernent n’ont pas l’étoffe pour gérer une petite épicerie? Il faut nécessairement avoir de la jugeote, de l’intelligence et du savoir-faire pour être capable de trouver des solutions viables et acceptables, novatrices et efficaces pour nous sortir de l’ornière. Il va sans dire que les indûs-occupants des institutions du pays n’ont pas ces qualités et aptitudes. Sinon comment expliquer qu’on ressort du même marigot les recalés, les incompétents, les déchets du régime (en espérant des miracles) au lieu de puiser dans ce vivier de jeunes qui ne manquent ni de compétence ni de respectabilité?
    Le pouvoir n’a aucune vision de l’avenir, il gouverne sans compas ni boussole, sans notion de gestion des affaires publiques et sans connaissances des perspectives qui s’offrent au pays. Il va encore nous proposer des ministres incultes à la culture, des injustes à la justice, des marchands ambulants au commerce, des bricoleurs à l’industrie, etc. Il les aura bien choisis car ils sont ausssi incompétents et corrompus que lui.
    Dans son oeuvre Candide, Voltaire remarquait pertinemment ceci: « Il faut bien que les hommes aient corrompu la nature, car il ne sont point nés loups, ils le sont devenus ». GS n’est plus le leader éclairé qu’il croit être, c’est le loup alpha qui mène sa meute à la curée. Il ne sait pas toutefois que c’est lui que des chasseurs avisés ont en ligne de mire.

    36
    2
      Lghoul
      5 novembre 2019 - 12 h 57 min

      « Il faut nécessairement avoir de la jugeote, de l’intelligence et du savoir-faire pour être capable de trouver des solutions viables et acceptables, novatrices et efficaces pour nous sortir de l’ornière. » La seule jugeote qu’ils ont et le seul travail qu’il font est de tendre des pièges contre le peuple. Depuis quand, ont ils considéré le peuple comme partie prenante de l’Algérie si ce n’est le mater, le mépriser, l’endetter avec des augmentations directes et indrects d’impôts et surtout l’emprisonner pour un oui et un nom. Alors comment appelleront nous ce type de « gouvernance » si ce n’est pire que le colonialisme sauvage ?

      2
      1
    abdel 1
    4 novembre 2019 - 15 h 47 min

    on l’a toujours dit ici a maintes reprises,le pouvoir algerien est autiste,mais ce qui est vrai,il ne tolère pas, que le peuple puisse donner son avis sur la gestion du pays,je dirais meme que ce systeme s’est approprié le pays,pour ne pas dire privatiser; ! par ailleurs,ce journaliste trés compétent sur beaucoup de sujets politiques,mais a l’instar des autres médias français,il n’aborde que rarement le mouvement en cours actuellement en algerie ,!

    51
    4
    lhadi
    4 novembre 2019 - 15 h 02 min

    Comment pouvons-nous démêler l’écheveau de la diagonale du fou si l’intelligence intelligente s’entremêle avec l’intelligence bête, si le juste s’entrechoque avec l’injuste si la racine insensée fait la raison prisonnière ?

    Hypertrophiés dans leur confortable division, des récipiendaires de l’absurde camouflent leur totale ignorance parce qu’ils n’ont absolument aucune idée à faire valoir dans le pandémonium algérien voulu et entretenu par des Erostrates des temps modernes qui considèrent l’Algérie adamantine comme leur latifundium.

    Egarés qu’ils sont par des foucades, ils doivent être ramenés dans le giron de la « famille algérienne » afin de construire un Etat fort, une république solide, une Algérie apaisée, moderne, fraternelle et conquerante dans ce monde de globalisation politiquement et économiquement injuste.

    Fraternellement lhadi

    ([email protected])

    6
    52
      Momo
      4 novembre 2019 - 22 h 40 min

      Intelligence intelligente et intelligence bête c’est un peu comme le savon qui savonne et le savon qui ne savonne pas.
      Wallah avec toi, le verbe devient muet et le silence gronde.
      Peux-tu nous dire dans qu’elle faculté tu as étudié tous ces beaux concepts? Ça vaut le détour si ce n’est pas trop cher.
      Tiens il m’en vient une dans la même veine: la mousse qui mousse et la mousse qui ne mousse pas! Sacré pantin!

      10
      1
      Lghoul
      5 novembre 2019 - 10 h 51 min

      Lghoul
      4 novembre 2019 – 22 h 38 min
      @Lhadi – Il y a des oiseaux de toutes les couleurs qui jouent aux dominos au souk du coin. Et voila que Da Meziane arrive au cafe « mort ». Il voit la belle chabha qui lui tend un
      verre de lait. Je ne sorts pas du sujet car je vous envoie mes pensees fraternelles maconiques qui sont expertes en taillage des grosses pierres et de grosses têtes.

      2
      2
    TOLGA - ZAÂTCHA
    4 novembre 2019 - 11 h 44 min

    NON ! Mr. Slimane Zeghidour. Le pouvoir ne fait pas preuve de « dénégation » mais d’AUTISME. La nuance est grande. Choisissez bien vos mots et votre syntaxe. Ce pouvoir est totalement enfermé dans sa bulle. Il est hors temps et hors champs.

    40
    7
    Zombretto
    4 novembre 2019 - 11 h 03 min

    J’ai beaucoup de respect pour Zeghidour, mais j’espère qu’il se trompe. Le fait est que nous sommes dans une situation inédite dans l’histoire, donc on ne peut pas se baser sur l’exemple d’un autre pays qui ait connu les mêmes événements. C’est le seul exemple d’une armée qui possède un pays au lieu d’un pays qui possède une armée, parce que c’est la seule armée qui a sa propre source de revenus, les hydrocarbures. Et c’est la seule armée dans cette situation qui fait face à la resistance pacifique de la vaste majorité de sa population.
    Ce qui me donne un espoir que Zeghidour se trompe est la composition populaire de l’armée algérienne. Les soldats, les officiers et sous-officiers dans leur quasi-totalité sont des enfants du peuple. Les seuls qui sont « détachés » de leur ancrage populaire par des décennies de pouvoir sont les hauts-gradés. Si jamais Gaïd donne l’ordre d’attaquer le peuple, il y aura des désertions en masse et la débandade de son armée. Il finira lynché comme Ceausescu. Mais il est bien possible qu’on n’en arrivera pas là car il se fera probablement sauter par des hommes de sont état-major pour éviter le chaos. Il se peut que je rêve, mais c’est ainsi que je vois les choses.

    50
    8
      Lghoul
      4 novembre 2019 - 22 h 38 min

      Il y a des oiseaux de toutes les couleurs qui jouent aux dominos au souk du coin. Et voila que Da Meziane arrive au cafe « mort ». Il voit la belle chabha qui lui tend un
      verre de lait. Je ne sorts pas du sujet car je vous envoie mes pensees fraternelles maconiques qui sont expertes en taillage des grosses pierres et de grosses tetes.

      2
      1
        Zombretto
        5 novembre 2019 - 9 h 54 min

        Une fois dans le temps de zikenni, j’ai reçu comme cadeau un stylo, mais alors un stylo pas comme les autres, attanssiou balak: si tu dévisses un des bouts il contient plusieurs petits tourne-vis; si tu pousses une fois il y a une petite torche qui s’allume; tu dévisses l’autre bout et tu y trouves un petit canif, une boussole, du fil et une aiguille, de l’aspirine, une boussole, un hameçon et du fil de pêche, une petite loupe, des allumettes, un aimant, des ciseaux, une lime, un tire-bouchon et bien d’autres petites choses très utiles. Seul problème: ils ont oublié de mettre de quoi écrire dans ce stylo. C’est un stylo qui fait tout sauf la fonction principale, quasi-unique d’un stylo, celle d’écrire un commentaire qui puisse être compris.

        4
        1
          Lghoul
          5 novembre 2019 - 10 h 49 min

          @Zombretto – Wallah mon post est déstiné a ce type qui s’appelle « Lhadi » – Je ne comprends pas comment ils se retrouve sous ton nom.

          2
          1
    k
    4 novembre 2019 - 11 h 00 min

    En résumé Slimane Zeghidour ,un d e nos observateurs éloignés les plus avisés n’ a à rajouter à notre marasme que sa perplexité.
    Si le Pouvoir persiste dans son jusqu’au-boutisme, si Le Hirak s’entête on n’est pas sorti ce la m… Qu’il nous dit. Comme si nous autres nous avions dit autre chose depuis le début du mouvement.

    Même si nous autres, avec toute la modestie qui nous caractérise, avions clairement expliqué qu’une société qui se shoote à la rente et à la religion est non seulement incapable de produire les conditions de son dépassement , mais au contraire au cas où elle le tenterait elle ne produirait que des monstres.

    En partant de ce postulat il n’est pas utile d’être un génie comme nous autres ( Zaatar, Abou Stroff et ma modeste personne ) pour savoir que quel que soit la posture des uns et des autres il n’en sortira rien de bon et qu’au mieux nous prolongerions le statu quo jusqu’en 1929 .

    ?

    8
    15
      Zombretto
      5 novembre 2019 - 12 h 52 min

      @Lghoul: Safirienne, c’est ce que je me disais justement.

      2
      1
    Anonyme
    4 novembre 2019 - 10 h 47 min

    Je connais Slimane Zeghidour depuis son livre « La vie quotidienne à la Mecque de Mahomet à nos jour » que j’ai lu il y a une trentaine d’années. C’est un fin connaisseur de la politique et de l’histoire de l’Algérie. Un intellectuel comme lui ne peut être qu’avec son peuple et contre la dictature

    19
    7
    57 ans d abus
    4 novembre 2019 - 9 h 48 min

    3askumi Slimane je ne te connait pas ,ce que tu dit est vrai mais tu devrais lire les commentaires des citoyens il y a souvent des argument plus convainquant que ta théorie

    9
    14
      Che Ghevara
      4 novembre 2019 - 11 h 23 min

      Slimane Zeghidour, né en septembre 1953 à Eraguene, est un écrivain, chercheur et journaliste franco-algérien. Spécialiste du monde arabe, de l’Amérique latine, de la Russie et de l’Asie centrale. Il a également suivi sur le terrain l’essor des courants fondamentalistes des trois religions abrahamiques. Wikipédia, (Qui est à la portée du monde entier).

      Moi aussi je te connais pas, peux-tu nous dire ton background et peux-tu aussi nous démontrer qu’un argument prime sur une théorie ? ( Toutes les sciences et les mathématiques sont à revoir ???)

      PS : Que veut dire « 3askumi » ? C’est dans quelle langue ?

      13
      8
        Anonyme
        4 novembre 2019 - 14 h 10 min

        « PS : Que veut dire « 3askumi » ? C’est dans quelle langue ? » – C’est dans la langue des nouveaux algériens, ceux qui ont pris la nationalité par défaut ou par « mesquinerie frangine » – Ceux qui pompent nos ressources chez eux en faisant de l’Algérie, juste leur base.

        3
        10
          Che Ghevara
          4 novembre 2019 - 15 h 35 min

          @Anonyme – 4 novembre 2019 – 14 h 10 min – bonjour mon frère.

          Merci pour ta réponse et tes informations, mais je suis toujours à demi satisfait, j’ai la langue l’origine de ce mot mais toujours pas sa signification.

          Ecrire le nom d’un renommé chercheur Algérien en France, Zeghidour Slimane en « je ne sais pas quoi » Slimane, c’est un peu fort. (A mois que je ne comprend pas le sens)
          Le faire passer pour illustre inconnu, là !!! Je Coinche ou je Goinche (comme disent les Algériens).

          9
          5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.