FFS : «Nul ne peut arrêter un peuple dans sa marche vers la liberté»

Belahcel FFS
Hakim Belahcel, premier secrétaire national du FFS. PPAgency

Par Mounir Serraï Le FFS considère que la forte mobilisation des Algériens durant ce 40e vendredi de marche prouve que le pouvoir est totalement isolé et que «nul ne peut arrêter la marche du peuple vers la liberté».

«Le rejet massif de la mascarade électorale sur l’ensemble du territoire national confirme l’aspiration du peuple algérien à un changement du  système et non à un changement dans le système, tel que voulu par le pouvoir réel, appuyé dans sa démarche par ses relais politiques et médiatiques», souligne ce plus vieux parti de l’opposition qui décrit un régime «pris de panique», qui «ne trouve de réponse à la mobilisation pacifique et unitaire que la répression et l’arbitraire ».

Pour le FFS, «l’arrestation de nombreux militants et manifestants, la traduction de beaucoup d’entre eux devant une justice aux ordres confirment encore une fois la nature autoritaire et totalitaire du pouvoir».

«La répression touche toutes les couches de la société, des cyber-activistes, des enseignants, alors que des journalistes sont censurés et d’autres sanctionnés pour avoir exercé leur mission d’assurer une information juste et objective», souligne le FFS qui s’interroge : « A qui profite de cette dictature ?»

Le FFS affirme qu’il reste mobilisé et réaffirme son engagement à poursuivre son combat aux côtés des citoyens qui se battent, qui luttent, qui militent pour une Algérie libre et démocratique. Il réitère son exigence de la libération de tous les détenus politiques. Il dénonce toutes les formes de violence, d’arbitraire, d’autoritarisme et de répression qui doivent cesser à jamais. Comme il se solidarise avec les journalistes qui refusent de se plier au diktat et à la loi de l’omerta.

«Seule une véritable transition démocratique permettra au pays de sortir de l’impasse, à travers un processus constituant souverain et l’avènement de la deuxième République», conclut le parti du défunt Hocine Aït Ahmed.

M. S.

Comment (5)

    WATANI WATANI
    22 novembre 2019 - 20 h 26 min

    @la direction du FFS, s’il vous reste encore un minimum de respect pour DDA LHO que Dieu ait son âme, et à son combat éternel contre le pouvoir militaire, SORTEZ de L’APN car toutes les lois qui seront votées par le parlement illégitime après le 9 juillet sont des lois auxquelles vous aurez participé.

    96
    5
    KADOUR.
    22 novembre 2019 - 17 h 48 min

    PAR RESPECT A FEU AÏT AHMED, NOUS CONTINUERONS A TOUJOURS DONNER DU CRÉDIT ET DE LA CONSIDÉRATION AU PARTI F.F.S.
    ALLAH YERRAHMAK YA DDA L’HOCINE !!!
    TOLGA

    18
    9
    Kamel Mokrani
    22 novembre 2019 - 17 h 21 min

    … «nul ne peut arrêter la marche du peuple vers la liberté», oui ok … et merci le hirak. Mais vous les partis politiques dits de l’alternative démocratique quand est-ce que vous allez arrêtez de palabré entre vous dans des réunions interminables (çà dure depuis 9 mois) pour ne rien dire sauf des généralités ? Qu’est-ce que vous attendez pour être plus concret au côté du hirak pour qu’il ne s’essouffle pas tout seul de ces merveilleuses marches ? Hein, allez dîtes-nous !

    Vous êtes incapable de transcrire et signer une feuille de route consensuelle pour donner une perspective au hirak et vous oser, parler commenter ! Je vous le dis franchement, moi j’en ai marre de vous après avoir été déçu aussi par ce qu’on appelle les « forces du changement » des Benflis, Makri, Djaballah, Jij Jadid anc Co. C’est maintenant vous qui me décevez, pardon de vous le dire aussi crûment.

    20
    17
    ABOU NOUASS
    22 novembre 2019 - 17 h 05 min

    Mais bon sang, que font ces syndiqués de tous bords ?

    Qu’ attendent-ils pour bloquer les stations de forage, les aéroports, les mairies, les ports , etc.. au moins deux fois par semaine et progressivement ?

    C’est l’unique issue pour arrêter ces scandaleuses élections et démontrer à Gaid qu’il est vomi et banni à jamais tout comme ses acolytes .

    48
    12
      Ennemi de la nation
      22 novembre 2019 - 18 h 53 min

      Abou chourayra,bien sur tu vis bien au chaud ce n’est pas toi qui va crevé de faim.

      1
      40

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.