Les magistrats piégés par le pouvoir et lâchés par le peuple désormais seuls

juges mouvement de grève
Les juges sont désormais face à eux-mêmes. PPAgency

Par Nabil D. – Les magistrats ont fait preuve de naïveté vis-à-vis du pouvoir exécutif, qui les ligote, et d’égoïsme envers la majorité populaire qui les avait soutenus dans leur première action inédite contre le régime en place. Résultat : le nouveau mouvement de grève annoncé par les juges a été accueilli avec circonspection, quand ce n’est pas avec mépris, par les centaines de milliers d’internautes déçus par l’attitude pusillanime et intéressée de ceux dont ils attendaient qu’ils se rallient à la cause et aident ainsi à accélérer la chute des résidus du système Bouteflika.

Le pouvoir qui avait senti le danger a, dans un premier temps, tenté de recourir à la manière forte mais l’intervention musclée de la gendarmerie à la cour d’Oran avait suscité une vague d’indignation sans précédent qui allait créer une fusion entre le Hirak et la justice. Le pouvoir allait, s’il n’avait pas fait machine arrière, perdre un de ses principaux piliers, avec les médias soumis et les services de sécurité régentés, dans sa lutte pour sa survie.

Privilégiant la carotte au bâton, l’état-major de l’armée a, alors, par le biais de Belkacem Zeghmati, le ministre de la Justice aux ordres du vice-ministre de la Défense, opté pour la dissuasion par l’intéressement matériel, en promettant aux juges grévistes des augmentations salariales. Le Syndicat national des magistrats avait accepté l’offre sans aucune hésitation et mis fin au débrayage dans le jour qui avait suivi.

Peu rompus à la politique, les magistrats se sont fait avoir comme des bleus par le pouvoir exécutif dont ils ont toujours été les exécutants obéissants, faisant fi des lois de la République et piétinant les principes fondamentaux de la justice, au premier rang desquels leur liberté garantie par la Constitution. Le rejet des recours introduits par les magistrats par le Conseil supérieur de la magistrature a «réveillé» les juges, qui ont compris qu’ils ont cédé au chant des sirènes ingénument et que leur seule planche de salut est désormais une revendication plus prononcée de leur indépendance.

Mais il est trop tard, relèvent de nombreux observateurs, car ils ont perdu l’appui du peuple qui les a définitivement relégués au rang de supplétifs du régime et qui les fustige au même titre que les résidus du système Bouteflika dont il exige le départ immédiat et sans conditions.

N. D.

Comment (39)

    icialG
    29 novembre 2019 - 9 h 12 min

    UNE petite remarque , c est les magistrat qui ont lâcher le peuple ,c est juste un retour de flamme , en espérant qu ils ont tirer des leçons de leur erreur ,est il possible que le peuple accorde une place aux intègres

    Omar Khayyam
    28 novembre 2019 - 9 h 18 min

    Dear ALL quoi dire de ce corps « dé-constitué » de la magistrature chez NOUS…Qu’a-t-il ( ce corps) de magistrature , de judiciaire si ce n’est une suprême INJURE à cette prestigieuse et noble VOCATION au service des justiciables lambdas que NOUS sommes vous et moi…ET pourtant à y réfléchir notre PAYS avait eu la PRÉTENTION d’incarner cette justice au service des plus HUMBLES, des LAISSÉS pour COMPTE après 132 ans d’ESCLAVAGISME colonial DIRECT et 57 ans d’ASSERVICEMENT néocolonial ABJECT …Et pourtant des HOMMES et FEMMES,bien de chez NOUS dans toutes leurs diversités ( spirituelle, ethnique, politique, socioprofessionnelle) avaient pris l’INITIATIVE de prendre leur DESTIN en MAIN pour RENDRE au PAYS ce qui lui appartient: SA SOUVERAINETÉ et au PEUPLE sa DIGNITÉ…NOUS avions vécu un LAPS de temps L’ILLUSION d’une justice ÉMANCIPATRICE qui n’était dans les faits qu’une MISE au PAS de la société Algérienne au profit d’un IDÉALISME PERVERS et LIBERTICIDE qui a sacrifié 2 GÉNÉRATIONS, mis à SAC le PAYS son ÉCONOMIE et par la même HYPOTHÉQUER l’avenir des generations FUTURES…PEUT-ON CONCEVOIR au jour d’aujourd’hui CETTE NOBLE MISSION et DEVOIR de se mettre à L’OUVRAGE pour l’ÉDIFICATION d’une SOCIETE/ETAT qui CONSACRE LE DROIT HUMAIN comme PRINCIPE CARDINAL…à L’IMPOSSIBLE NUL N’EST TENU et j’ajoute CENT FOIS SUR LE METIER REMETTEZ VOTRE OUVRAGE!
    Elmejd à nos CHOUHADAS et au peuple SOUVERAIN

    21
    4
    Brahms
    28 novembre 2019 - 6 h 50 min

    Tous ces magistrats faussaires ne pensaient qu’à leur petit confort, ma promotion, mes indices, mes primes et mon salaire laissant les délinquants financiers s’amusaient avec le pays. L’affaire Khalifa avec une perte sèche de 05 milliards d’euros sonnait déjà la carence fautive de la justice algérienne et auraient du les alerter, mais non, ils se sont dits, tout va bien. Par conséquent, la ficelle est un peu grosse pour venir maintenant manifester.
    Tous ces magistrats devraient être licenciés pour incompétence professionnelle.
    .

    33
    4
    Anonyme
    28 novembre 2019 - 6 h 36 min

    Tous ces soit disons magistrats sont entrain de punir des citoyens qui se battent pour les libérer de leurs misères.

    35
    4
    zoubir fontaine fraich
    27 novembre 2019 - 23 h 26 min

    1/3 monde quand tu nous tiens , on a beau etre juge ,avocat ou économiste …..,si vous etes doté d’une mentalité sous developpée , et raisonnez en tiers mondiste,,votre intélligence et vos compétences ne sont d’aucune utilité à l’humanité , faute de bon jugement .
    En Algerie ,nous sommes à des années lumière , en matière de justice ,comparés aux justices occidentales , qui vont jusqu’a invalider des loi , et renverser des décisions ,qu’elles jugent descrinimatoires ou inconstitutionnelles . pour résumer nos juges manquent de jugement , juges de couscous .

    36
    4
    Vangelis
    27 novembre 2019 - 22 h 54 min

    Il y a bien longtemps que les algériens ont lâché les juges. Et pour cause, ces citoyens ont vu et revu jusqu’à la nausée comment était rendu la  » justice  » celle qui est rendue selon que vous soyez riche ou misérable. Ils condamnaient des voleurs de portables à la prison mais mettaient sous le tapis les voleurs de millions non pas de dinars mais bien en $ et autre €.

    Lors de leur dernière prétendue grève, ils ont obtenu le pardon et le soutien du peuple mais l’ont à nouveau trahi en signant une levée de grève pour quelques dinars.

    Maintenant, effectivement, les citoyens ne doivent plus leur accorder quelque crédit qu’il soit. Et parmi eux, des magistrats du genre de ceux de Sidi M’hamed qui mettent à tour de bras des citoyens en prison, brisant leur vie sur des motifs illégaux et tirés par les cheveux, visiblement dictés par l’E.M qui use et abuse de son  » atteinte à l’armée  » ou encore  » attroupements  » doivent être mis dans la même charrette du yetna7aw ga3.

    38
    4
    Témoin
    27 novembre 2019 - 19 h 10 min

    Quatre vingt quinze 95% de nos magistrats sont des corrompus et ce n’est pas un secret pour toute la population Algérienne,mon témoignage j’ai demander d’etre reçu par un président d’un tribunal de l’Est Algérien pour une affaire de terrain qui m’appartient est un député voulait la spolie avec l’aide de son ami …,et lors de la rencontre le président de ce tribunal;ma demander de l’argent en présence de sa secrétaire,cela veut que ces pratiques sont devenus normal,je connais un jeune magistrat avec une année de travail,il a put acheter un chalet qui coute plus de deux milliards de dinars et une voiture de marque Seat toute neuve;ça rapporte plus que la Sonatrach

    42
    8
    mokrane
    27 novembre 2019 - 17 h 42 min

    « Les magistrats piégés par le pouvoir et lâchés par le peuple désormais seuls » c’ est le prix de l’ ignominie et de l’ infamie ! Que ces profiteurs et opportunistes sans honneur ni dignité crèvent seul dans leur bassesse immonde !! Ils ont vendu et bradé le soutien que le hirak leur avait apporté pour une poignée de dinar counar ! Le hirak ne sera plus là pour les soutenir !! On ne joue pas avec la dignité d’ un peuple. Qu’ ils dégagent !!

    45
    11
      Algerien
      27 novembre 2019 - 22 h 54 min

      Svp ,ne parlez au nom du peuple et du hirak.les vrais patriotes Algeriens sont ceux qui ont celebrer en france et au bled la qualification des verts pour la coupe d’Afrique.el hadith kyass!…

      1
      5
    Felfel Har
    27 novembre 2019 - 17 h 39 min

    Qu’ils se mettent à chanter la chanson populaire de G. Bécaud « ♫Et maintenant,♪ que vais-je faire….♫ » En acceptant le deal puant avec le diable, ils se sont coupés du peuple, ils se sont désolidarisés de ceux qui se battent pour entre autres redonner à la Justice ses lettres de noblesse, son indépendance.
    Qu’ils se rappellent aussi la morale de la fable de la Cigale et la Fourmi: « … vous chantiez? Eh bien dansez maintenant! »

    44
    10
    Bibi
    27 novembre 2019 - 16 h 59 min

    Ces magistrats n’ont de magistrats que le nom.
    Tous ou la quasi totalité sont pourris et jamais ils n’ont rendus la justice sans prébendes
    Aujourd’hui ils veulent juste un peu plus de cachir et le dernier Iphone 11.
    De la justice ils s’en fichent comme de l’an 40

    45
    13
    benchikh
    27 novembre 2019 - 16 h 26 min

    notre système juridique est kidnappé par les faux avocats et les faux magistrats ,ils ressemblent au courant électrique il bouge vers le plus(l’innocent) puis vers le moins(le coupable) au plus offrant et ça donne du courant (Dinars) Ils sont prêts à tout pour vivre confortablement, et s’en foutent de la justice c’est leurs derniers soucis. C’est la réalité d’une justice entre amis(clan) .

    44
    14
    Oprimé
    27 novembre 2019 - 14 h 39 min

    Honte à vous espèces de magistrats corrompus,Bouteflika et son clan d’oujda ils vous va très bien;faites sure mesure pour vous.Vous avez détruit toutes une nation et ses modestes citoyens,vous avez opter pour l’argent haram et les affaires louches,combien de crimes et d’injustices sur votre conscience de moineaux,une chose est sure vous l’emporterez pas avec vous dans vos tombes,la vie n’est pas éternelle et vous serez jugé et condamné sévèrement par le plus puissant, celui qui n’aime pas ni le FLN ni RND, ni le FIS,et surtout pas Bouteflika et son clan mafieux y compris des ripoux hauts gradés

    48
    14
    Liberté
    27 novembre 2019 - 14 h 38 min

    Le jour où les magistrats étaient en difficulté, le peuple tout entier s’est mis à leurs côtés. Ils ont comme même cédé suite à des promesses et ont rejoint le régime. Maintenant qu’ils ont compris qu’ils ont été piégé par le pouvoir, ils doivent subir les conséquences, quant au peuple il continue sa lutte pour la liberté.

    40
    14
    Rani zaafane
    27 novembre 2019 - 14 h 06 min

    Les magistrats se foutent du mouvement poupulaire,ils savent pertinemment que le rôle qu’ils sont appelés à jouer dans cette période est primordial pour le système, alors ils profitent de l’occasion pour faire du chantage au pouvoir qu’ils savent fragile donc prêt à mettre la main dans la poche ,exactement comme font les enseignants ou les autres qui mettent en avant leurs revendications syndicales aux dépens des revendications de tout un peuple!.

    44
    15
    anonyme
    27 novembre 2019 - 14 h 02 min

    il fallait dire les malfrats au lieu de magistrats

    45
    14
    Anonyme
    27 novembre 2019 - 13 h 54 min

    Idji n’harkoum!! Les 3/4 de ces escrocs vont devoir rendre des comptes

    45
    14
    Anonyme
    27 novembre 2019 - 13 h 47 min

    C est pour ça qu il faut continuer notre combat jusqu’à la victoire si on tombe le régime va broyer le peuple…il ne faut pas faire confiance aux paroles mielleuses de leurs candidats qui seront comme des toutous une fois élu…

    46
    14
    Tar Lehmam
    27 novembre 2019 - 13 h 38 min

    Utiliser et s’appuyer sur le HIRAK pour augmenter sa paye et garder sa bonne place… cela s’appelle de l’opportunisme, de la lâcheté et de l’immoralité messieurs les juges ! Le HIRAK a besoin de gens convaincus et courageux. J’ai bien peur que vous ayez rater le train de la liberté !

    50
    14
    Hi hi hi hi hi hi hi
    27 novembre 2019 - 12 h 18 min

    Entre les deux mon coeur balance !!
    Les Girouettes !!
    Assis entre deux chaises !!
    Je t’aime moi non plus !!

    44
    15
    Momo
    27 novembre 2019 - 11 h 50 min

    Il ne faut surtout pas que le peuple se solidarise avec le syndicat de la magistrature car c’est un repaire de bandidos en robes. Les magistrats honnêtes doivent faire leur travail honnêtement et rejoindre le hirak. C’est leur seule planche de salut.
    Cette histoire nous révèle une chose importante que nous devons tous avoir en tête. Si le hirak échoue, ils vont faire de nous des esclaves au sens propre du mot.
    Aux magistrats. Ils ont dit : voici un peu d’argent, rejoignez vos lieux d’affectation et faites vos recours au conseil supérieur de la magistrature qui est la voie normale. les magistrats ont cru que le ministre Zegmati s’est rangé et ils ont surtout cru que le conseil de la magistrature était de leur bord car il n’avait pas été consulté lors du processus de mutation mais seulement avisé en fin de processus. Le CSM avait même dénoncé le fait qu’il ait été écarté par Zegmati.
    Le syndicat de la magistrature a fait benoîtement confiance au CSM . Ce dernier fut soudoyé par le ministre Zegmati qui n’apparaît plus comme le mauvais élève. Et c’est à travers le CSM que le pouvoir a sévi contre les magistrats.
    Ainsi va l’Algerie.
    Si on revient au hirak, Une fois le nouveau président ‘élu’, il fera ce que ses prédécesseurs ont toujours fait. Peut être même pire. Et on nous dira c’est le président que les algériens ont élu. Le pouvoir n’y est pour rien. Au pire, ils l’enlèveront et on continuera de tourner au rond.
    Yal khawa plus que quelques jours et on verra insha Allah le bout du tunnel. Parlons-en autour de nous avec nos familles, nos amis pour convaincre les récalcitrants du bien fondé du hirak car il y va de l’avenir de nos enfants et de ce pays. In n’a pas le droit de rater ce moment historique

    59
    17
      Zaatar
      27 novembre 2019 - 17 h 28 min

      Si le hirak échoue? Vous envisagez cette possibilité ? Je pensais que pour vous il était nul question d’une marche arrière..a moins que vous ayez d’autres infos.

      6
      14
        Momo
        27 novembre 2019 - 18 h 58 min

        Si tu savais lire tu aurais compris exactement l’inverse. Je vais te donner un exemple plus à ta portée:si je dis à mon enfant couvre toi bien avant de sortir . Si tu ne te couvres pas tu vas tomber malade. Est ce que je lui dis qu’il va être malade?

        19
        10
          Zaatar
          27 novembre 2019 - 19 h 54 min

          Non tu lui dis couvre toi bien avant de sortir un point c’est tout. Ce n’est que s’il pose la question pourquoi, que tu lui diras parce qu’il fait froid dehors et que par conséquent on doit se couvrir….l’enveloppe a circonstances doit être identique, …

          8
          10
          Momo
          27 novembre 2019 - 20 h 57 min

          Wallah hadi M’Liha.
          Le Hirak ne me pose pas de question. Il ne peut pas. Le hirak a déjà mis sa doudoune car il sait que le temps est mauvais. Il n’a pas attendu que je le lui demande.
          Je lui rappelle simplement qu’il ne faut
          pas qu’il retire sa doudoune s’il ne veut pas servir d’exutoire au courroux de la iissaba 2.
          ….

          12
          6
          Zaatar
          28 novembre 2019 - 5 h 33 min

          T’as bien compris alors que l’enveloppe de circonstances ne sont pas les mêmes pour le cas qui nous intéresse et pour l’exemple que tu donnes. Autrement dit, pour le hirak qui ne te posera pas de questions, tu as suppose dans ton assertion le cas de l’échec pour prévoir une autre solution. Ce qui n’est pas le cas dans ton exemple pour signifier qu’il ca grelotter, car il aura peut-être compris juste en lui recommandant de se couvrir. Et si ce n’est pas le cas alors il pose la question pourquoi. Par conséquent ton raisonnement tient compte de l’éventualité de l’échec du hirak, auquel cas tu envisages, toujours dans ton raisonnement, une conséquence pour éclairer ceux qui te lisent pour ce cas de figure.

          1
          6
    57
    27 novembre 2019 - 11 h 39 min

    Que mes posts en témoignent je suis le premier a classer la justice au sommet de la ( chaîne alimentaire) par erreur de jugement sur ses représentants en pensent qu il y en a au moins quelques un intègres qui roulent avec des vrais diplômes mais n empêchera que personne n est au dessus de la loi même si elle est bafouer pas des individus ( je ne trouve pas d adjectif pour les désignés) sinon des rats d égouts
    Restons objectif ,serrez les rangs l union fait la force les résidus on 99.99% les pieds dans l abîme
    dans l immédiat un seul mot d ordre, la 2 ême RDP ,vive nous vive notre beau pays

    36
    27
    CHAOUI-BAHBOUH
    27 novembre 2019 - 10 h 53 min

    Vous êtes seuls paceque l’injustice a ete légalisée par votre boulimie et des traitres pour l’Argent sans plus, vous aves piétiné toutes les Loi, et avoir imposé aux Algeriens un chantage de peurs et de menaces, vous voila devant le reveil de ce dernier, et vous avez été les pires des corrompus, au monde, vous avez introduit les loups dans la bergerie, vous etes les pires ennemis de votre peuple y compris de vos familles la liste de vos maniguances et très, très longue sans fin malheur à vous bande de ctretins !!!

    46
    17
    Ali El Vérité
    27 novembre 2019 - 10 h 28 min

    Les magistrats où les affaires ce négociers dans les bars et les grands restaurants, où le coupable est toujours le plus modeste et le plus faible citoyen qui offre moins a ces bourreaux en blouses noir, ni cœur, ni conscience, à eux mêmes ils ont détruit une grosse partie de la république, une république sans une vraie justice c’est une république Bananiere et rien d’autres honte à vous et vos chefs qui vous ont nommé à cette fonction

    44
    18
    🌼 Gagner pour tout perdre
    27 novembre 2019 - 9 h 33 min

    Dans un village, cohabitaient à l’époque les autochtones et les colons. Un jeune « indigène » était subjugué par la vie de ces étrangers, il décide de s’intégrer à cette communauté en les fréquentant, s’habiller comme eux etc … Mais il sentit une discrimination, il décide alors d’aller plus loin en se convertissant à leur religion.
    Il se rend à l’église, rencontre le « Père Blanc » et l’informe de son projet. Après mûre réflexion ce dernier lui répond : « Mon fils, l’Islam tu viens de le quitter et le Christianisme te refuse »

    NB : Histoire vraie.

    35
    24
      benchikh
      27 novembre 2019 - 16 h 49 min

      @gagner pour tout perdre,
      on change pas un corps vivant par un corps vide de vie et la preuve ils colonisent les autres peuples à cause d’un complexe d’infériorité .

      29
    chaoui40
    27 novembre 2019 - 9 h 31 min

    Les magistrats, c’est quoi ? Des personnes qui font exécuter des lois votées par des politiques. Donc, des subalternes des politiques. Or, ce sont ces politiques qui volent et pillent notre pays. Je vous laisse donc la conclusion de ce syllogisme !

    36
    29
    Zu spät !
    27 novembre 2019 - 9 h 17 min

    « Quand on a craché par terre, il est trop tard, on ne peut plus le ramasser même pour nettoyer » disait mon vieux voisin, Si Tahar, aujourd’hui décédé, allah yerhamou.

    46
    16
    Djomballo
    27 novembre 2019 - 8 h 52 min

    Ce serait une erreur monumentale de soutenir la colonne vertébrale de la mafia.
    Car, de la mafia, ces domestiqués en font parti, si quelqu’un est capable de me
    montrer un magistrat (e) non corrompu qu’il le fasse, la démonstration est toute
    faite par le nombre de condamnations qui sont prononcées à l’encontre de jeunes
    manifestants pacifistes.

    49
    17
    ABOU NOUASS
    27 novembre 2019 - 8 h 48 min

    Voilà comment ont toujours été traités les renégats qui trahissent et leur pays et le peuple.
    Ils se retrouvent pris entre l’enclume et le marteau de G.S , lui même traître qui va finir de la même façon que
    tous ceux qui ont maltraité leurs concitoyens.

    La raison finit toujours par l’emporter et ces juges qui seront honnis par le peuple finiront dans l’oubli et le déshonneur.

    51
    17
    Mounir Sari
    27 novembre 2019 - 8 h 43 min

    Les magistrats aux ordres du dictateur sanguinaires Gaid Salah et corrompus jusqu’à la moelle n’ont eu que ce qu’ils méritaient.Le hirak les a libérés en cassant les chaînes mais ils ont préféré troquer leur liberté en vendant leur honneur pour une poignée de Dinars!!!!

    53
    20
      Rani zaafane
      27 novembre 2019 - 14 h 02 min

      Les magistrats se foutent du mouvement poupulaire,ils savent pertinemment que le rôle qu’ils sont appelés à jouer dans cette période est primordial pour le système, alors ils profitent de l’occasion pour faire du chantage au pouvoir qu’ils savent fragils donc prêt à mettre la main dans la poche ,exactement comme font les enseignants ou les autres qui mettent en avant leurs revendications syndicales aux dépens des revendications de tout un peuple!.

      32
      13
    Ali-Vison
    27 novembre 2019 - 8 h 41 min

    C’est un gros mot d’appeler ces corrompus injuste des magistrats, un vrai magistrat il est essue de bonne famille craignant Dieu tout puissant et l’injustice faites aux personnes, avec une conscience de l’homme parfait pas celui de l’homme d’argent et les affaires, ces magistrats sont rares dans les pays Arabo musulmans, où le Paradis leur appartient

    51
    17
    Lghoul
    27 novembre 2019 - 8 h 37 min

    Ce que certains citoyens ne comprennent pas est que tout ce qui vient de ce pouvoir issu d’un système espiègle de stratagèmes, n’est que piège après piège. C’est leur spécialité. Ils ne peuvent rien faire d’autre car ils ont tous fait l’école de machiavel et du mensonge. Pour le reste, ils peuvent toujours promettre la californie, la suisse et la suède; on peut toujours attendre. En conclusion: Un voleur ne peut pas voler un voleur. Une leçon pour tous ceux et celles qui se font attirer par des miettes de circonstances et surtout des miettes qui ne vont plus durer car le pays est au fond du gouffre. Une fois les miettes finies, tu n’as plus que le mur a taper dessus. On dirait que personne ne pense au long terme du pays !!! Un pays de droit ou tout le monde a le minimum et ou tout se fait dans la transparence et la loi; ou le citoyen et les institutions connaissent leurs droits et ses devoirs.et ou ou tout est clair pour tout le monde. Y’en a marre des chalatans a la mentalité bédouine.

    52
    16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.