Quand Ferhat Abbas «expliquait» la crise algérienne actuelle il y a 40 ans

Ferhat Abbas
La référence à l'histoire confirme les origines lointaines de la crise. PPAgency

Par Abdelkader S. – Il serait faux de croire que la crise politique profonde que traverse l’Algérie en ce moment soit née du cinquième mandat avorté de Bouteflika et du coup d’Etat déguisé de Gaïd Salah. Ses origines sont bien plus anciennes et sont antérieures même à l’indépendance.

Dans une interview qu’il avait accordée à la chaîne publique française Antenne 2 en octobre 1980, le premier président de l’Assemblée constituante, Ferhat Abbas, rappelait comment il avait été «placé à la tête du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) en septembre 1956 sans le demander, parce que les anciens dirigeants qui avaient provoqué l’insurrection n’étaient pas d’accord entre eux».

«Ces dissensions, c’était un grand drame. En réalité, la Guerre d’Algérie, c’est le paysan, c’est l’ALN qui l’a faite. Les chefs, surtout lorsqu’ils avaient quitté l’intérieur, ne pouvaient rien. Le combat était mené par les chefs qui étaient à la tête des Wilayas (historiques, ndlr). D’ailleurs, notre mission à l’extérieur, la mienne en particulier, consistait à trouver de l’argent, des armes et faire de l’information et de la propagande», avait souligné Ferhat Abbas.

L’auteur de L’indépendance confisquée a expliqué qu’il avait quitté sa fonction parce que, avait-il averti, «la Constitution qu’on prépare au peuple algérien est une Constitution totalitaire». Et de confier : «J’ai été arrêté par les Français et par les Algériens, c’est à croire qu’on a toujours tort d’avoir raison». «Si les circonstances étaient tout autres, peut-être que ma thèse aurait prévalu, mais les impondérables dépendent de Dieu et ne dépendent pas des hommes», regrettait Ferhat Abbas, en indiquant que «l’heure des modérés n’a jamais sonné» en Algérie et qu’il ne savait pas s’il «elle sonnerait un jour».

«J’étais partisan que l’Algérie devait avoir une province musulmane et que la culture française nous permettait de coexister avec le christianisme et du judaïsme et d’échapper à l’héritage du Moyen-âge, des Croisades, des luttes religieuses. Ma lutte a consisté à concilier les trois religions monothéistes et de faire coexister les races diverses en Algérie à la condition de respecter l’islam», avait soutenu Ferhat Abbas, convaincu que «la Guerre d’Algérie n’aurait jamais dû avoir lieu». «L’Algérie aurait eu une indépendance multiraciale. Les Français d’Algérie étaient déjà des Algériens au même titre que nous», avait-il expliqué, en ajoutant que «les Pieds noirs auraient pu rester en Algérie après 1962 mais je ne pardonnerai jamais à l’OAS d’avoir existé».

«L’Algérie est un pays à construire [car] il reste beaucoup de choses à faire», constatait, enfin, Ferhat Abbas, il y a quarante ans de cela.

A. S.

Comment (28)

    K. DZ
    5 janvier 2020 - 16 h 28 min

    C’est à croire que Ferhat Abbas n’a pas lu l’histoire de la colonisation de SON Pays, il y aurait appris que cela c’était fait par le sang, le viol, l’extermination, les enfumades, la terre brûlée, la dépossession, la torture, les exécutions sommaires et j’en passe. De quel droit aurait-il pu parler au nom de ces millions de victimes ? S’il voulait être pacifiste c’était son affaire, mais qu’il eut tenté de mettre sur le même niveau de responsabilité historique bourreau et victime c’est aller trop loin. Le mal de l’Algerie c’est la confiscation de son indépendance au peuple par ceux qui n’ont pas fait la guerre de libération. Point barre

    Anonyme
    5 janvier 2020 - 13 h 30 min

    Ce n’est pas parce ue Ferhat Abbas dit quelque chose que c’est forcément sensé !
    Non ! « Les Français d’Algérie étaient (PAS) déjà des Algériens au même titre que nous», c’étaient des colonisateurs et peu ont été choqué du manque de droit des algériens de souche.
    Non ! «Les Pieds noirs (N’)auraient (PAS)pu rester en Algérie après 1962 » Des dominateurs qui sont partis de leur propre chef alors que le FLN historique était clair dans le fait qu’ils pouvaient rester s’ils le voulaient et qu’il n’y aurait aucune vengeance contre eux et que l’Algérie serait pour tous. Dans les faits, les pieds-noirs conscients de comment ils traitaient les « indigènes » ont eu peur que ces derniers et ne se vengent.
    L’OAS est aussi fondé de pieds-noirs dont l’un des plus célèbres à Constantine : Enrico Macias !!!
    Ferhat Abbas est respectable mais dit aussi des erreurs de taille comme : « j’ai été partout dans ce pays et je ń’ai vu nulle part que l’Algérie existait ».
    Le problème de Abbas c’est qu’il fait partie de ces élites, francophones ou arabisantes, qui minorent le fait algérien et idéalise la langue et la société étrangère à laquelle ils s’identifient.
    Ferhat Abbas que Dieu ait son âme est un colonisé mental. Il n’était pas libre mentalement dans le sens où il n’assumait pas fièrement son algérianité puisqu’elle n’existait pas pour lui.
    Donc comme « expliquateur » de la crise algérienne on peut vraiment mieux trouver. Désolé de ne pas suivre un grand homme quand celui-ci dit des co….ries.
    Pitié ! Ce qui n’a encore jamais été réalisé c’est l’Algérie algérienne et ce n’est pas quelques pieds-noirs lettrés qui nous auraient aidé. Ceux qui aideront ce pays, ce sont les algériens de chair et d’ame et de fidélité, ceux qui n’accepteront jamais aucune soumission et qui voudront que l’algérien soit heureux chez lui et non à chercher l’assentiment des étrangers qui ĺ’ont soit colonisé, soit qui profite de ses richesses. Ferhat Abbas s’est trompé.

      Dahman
      5 janvier 2020 - 18 h 04 min

      @ Anonyme
      ta parole ne vaut rien du tout ,manipulateur.

        Anonyme
        6 janvier 2020 - 5 h 52 min

        Donnez vos arguments, car je suis prêt à changer d’avis si vos arguments sont imparables. Je vous attends.

    Vérité
    4 janvier 2020 - 20 h 20 min

    Prenons l’exemple du Vietnam le pays qui a la même histoire que nous, il eu son indépendance seulement en 1975 il a subit plus de dégâts que nous est il va beaucoup mieux que nous, certainement il avait moins de traîtres dans ses rangs

    chaoui40
    4 janvier 2020 - 19 h 35 min

    « L’Algérie aurait eu une indépendance multiraciale. Les Français d’Algérie étaient déjà des Algériens au même titre que nous  »
    Sauf que les Algériens d’Algérie n’ont jamais été des Français d’Algérie ! Nous étions des « Indigènes », sauf pour les traîtres notables et notoires.
    Abbès et Messali ne voulaient pas vivre LIBRES … mais un genou à terre devant le colon.

      Akvaly Dz
      5 janvier 2020 - 6 h 15 min

      [email protected]
      « Nous étions des « Indigènes », sauf pour les traîtres notables et notoires. »
      C’est plus complexe ou plutôt moins simple que cela! Les Algériens de souches (indigènes) étaient sous le statut juridique de droit musulman, de ce fait nous étions français musulman, sauf pour ceux qui renoncaient a être sous le statut juridique musulman, ils avaient de ce fait la nationalité francaise! L’arnaque est dans ce statut d’indigénat, dont les « notables » sont ont général ceux qui justement nous administrateurs juridiques « musulmans » est avaient le statut de français musulmans.
      L’islam, dont les chefs ou notables ce sont servis pour garantir un rang élevé et avoir un inscendant sur le reste de la population avec un statut supérieur, une vie bien plus confortable. Ces notables sous la bannière de l’islam, qui pour eux étaient une nation la « oumma ». Et c’est sous la juridiction islamique, qui leurs procuraient des avantages notables à eux et leurs familles, ont toujours collaborés avec les envahisseurs, qu’ils soient arabes, turques ou français! Et l’Emir Abdelkader l’ami de la France, étaient lui à l’époque ou il guerroyé les Français, inféodés au sultan du Maroc a qui il a prêté allégeance, avait aussi signé un traité de tafna avec le général Bugeaud ou il reconnaissait les forces armées impériales de la France. Et quand vint sa réédition il fut promener en France (détenus avec sa famille et ses serviteurs) dans des châteaux avant que l’empereur lui octroi une rente a vie ainsi qu’a ces descendants, en Syrie. Le mouvement des oulémas ne chercher pas une indépendance en tant que tel mais quelque choses qui serait plus proche d’un régime de l’apartheid ou Français et musulman vivraient sur un même sol, mais séparé par les régimes qui les gouvernes! Bref, l’islam est aussi un soucis dans l’Algérie indépendante, afin de mieux divisé la population! Ils ont manipulé les algériens en utilisant l’islam comme religion d’état, alors qu’un état n’est pas une personne, mais une structure administratif et ne peut avoir de religion! Ils ont aussi utilisé l’arabe comme langue officiel et national de l’état! L’islam doit aujourd’hui retrourné a une une place totalement privé ou chacun des citoyen algérien est libre ou pas d’être musulman ou d’une autre confession ou athée!

      chaoui40
      5 janvier 2020 - 8 h 27 min

      A voir les pouces vers le bas, je me rends compte que je suis sur « Algériefrançaise » plutôt que sur Alégriepatriotique ! Ou que beaucoup refusent encore la Vérité historique. Sans la lutte armée, sans le « terrorisme » du FLN, nous serions encore des colonisés. C’est la lutte armée qui nous a libérés. La liberté de tout un peuple a fait des victimes collatérales, mais il y a un prix à payer pour tout. Abbes ne voulait pas être libre, il voulait juste vivre … C’est différent.

        Anonyme
        5 janvier 2020 - 10 h 10 min

        En bon démocrate, tu devrais être humble et accepter la sentence populaire.

      Anonyme
      5 janvier 2020 - 13 h 39 min

      Les pouces bas sont :
      .- soit des incultes (Ferhat Abbas n’était pas nationaliste, ni patriote, mais convaincu de l’importance de la France).
      – soit des suiveurs (ils entendent un grand nom et ils suivent sans savoir ce que ce grand nom a dit ou fait).

      Ben M’Hidi lui savait que l’Algérie existait, Ferhat Abbas ne l’a jamais rencontré l’Algérie. Ferhat Abbas était francisé jusque dans son mariage, c’est un homme colonisé mentalement, il a fait des études certes, mais concernant l’Algérie il était frappé du syndrome de Stockholm. Il adulait le pays qui a causé le malheur de nos familles et qui nous collent aux baskets comme une punaise insatiable. La France est un problème pour nous et nous devons jamais oublié qu’elle a prouvé par mille fois son coté vicieux et elle ne changera jamais. Je suis pour l’abandon de la langue française dans quelques décennies, pour qu’on en finisse avec ce pays, ses liens nuisibles, l’air irrespirable dès que l’on a affaire avec elle. La France est un problème et il faut tout faire pour l’Algérie ne lui accorde plus aucun contrat. La clé est un boycott massif de tous les produits français en Algérie. Ce pays n’a apporté que du malheur à notre population.

        Anonyme
        6 janvier 2020 - 5 h 54 min

        Algérie Patriotique est envahi par des trolls. Au moins cela nous permet de le voir et de réagir. On attend vos arguments messieurs l’armée de trolls pro-Algérie française.

    Le Chant Des Cygnes
    4 janvier 2020 - 13 h 54 min

    Messali est l’un des pères du nationalisme Algérien. Mais malheureusement l’histoire de l’Algérie à été tellement falsifiée est réécrite au gré des convenances des dirigeants, aujourd’hui les seuls Moudjahid qui ont libérés notre patrie ne sont que Benbella ,Bouteflika et Gaïd et quelques autres, tous les autres sont ignorés.
    Pour réconcilier le peuple avec son pays, une des conditions nécessaires est la réappropriation de notre vraie histoire.

      Anonyme
      4 janvier 2020 - 23 h 03 min

      Alors commence par raconter la vraie Histoire du nationalisme algérien au lieu de nous vendre Messali Hadj parce qu’il avait beaucoup de soutiens en kabylie…
      Commence donc par ne pas falsifier l’histoire et reviens ensuite jouer à l’intello…

        Le Chant des Cygnes
        5 janvier 2020 - 8 h 41 min

        A Anonyme,
        Jusqu’a preuve du contraire, on ne se connaît pas, on n’a jamais gardé des chèvres ou des vaches ensemble?
        Je trouve votre façon de m’interpeller assez cavalière, et je ressens un manque de tact et même d’éducation assez criant.
        Nous sommes sur un forum, nous exposons nos idées, nos ressentis, nos convictions, cela ne fait nullement des vérités ou des paroles d’évangiles, ce n’est que ce que nous nous croyons.
        Alors venir comme un cheveu sur la soupe avec un ton accusateur et véhément, merci très peu pour moi.
        Quant à l’histoire chacun connaît celle qu’il veut, de nos jours tout le monde est patriote même si il n’es Algérien que depuis quelques années.
        Je serai très reconnaissant à AP de publier ma réponse.

        Djamel
        5 janvier 2020 - 8 h 41 min

        Le problème des Kabyles, ils ont dépassé leurs différents pour l’intérêt de l’Algérie, L’Algérie avant tous. C’est la raison qui a fait immerge Messali le devant de la senne.
        Le nationalisme Kabyle a défendre la Nation et plus que démontre durant la révolution puis après, quant a l’histoire les historien non rien fait pour éclairé tous le monde sur les exactions et la spoliation de la nation, car après l’indépendance les gens qui ont gouverne ce pays étaient tous de mercenaire.

    Ali El Vérité
    4 janvier 2020 - 13 h 36 min

    Pas besoins de sortir d’une grande école pour analyser ceux qui se passe dans les pays dirigés par des Arabes en particulier l’Algérie,certes pour détruire ils sont champions toute catégorie,mais pour construire JIB RABBI,très souvent ils ont pas le temps,voyages,méchouis,placement d’argent a l’étranger,pourquoi se cassé la tète tout les Arabes sont promis d’une place aux Paradis très bien chauffé amèn

    Oumeri mohand
    4 janvier 2020 - 11 h 35 min

    Je ne savais pas, avec le respect que je lui dois, que ce monsieur avait des dons de voyance. Tout est bon pour alimenter les polémiques et créer de l’instabilité en Algérie. Il serait encore vivant et au pouvoir, on l’aurait allumé comme tout le monde, bon ou mauvais soit il. Fut il Umar ibn alkhatab, qu’allah l’agrée. Pauvre Algérie. C’est le moins que l’on puisse dire.

      Vendredire
      4 janvier 2020 - 13 h 41 min

      Ferhat Abbas Allah yarahmou serait Umar Ibn alkhattab? Astaghfar moulak ya akhi.
      Ferhat est un homme politique respectable mais question nationalisme on peut passer. Voici ce qu’il disait le 23 février 1936 dans le journal l’entente:
      “Si j’avais découvert la nation algérienne je serais nationaliste et je ne rougirais pas comme d’un crime. Les hommes morts pour l’idéal patriotique sont journellement honorés et respectés. Ma vie ne vaut pas plus que la leur. Et cependant je ne mourrai pas pour la patrie algérienne parce que cette patrie n’existe pas. Je ne l’ai pas découverte. J’ai interrogé les vivants et les morts; j’ai visité les cimetières : personne ne m’en a parlé. On ne bâtit pas sur du vent.[…] Nous avons, une fois pour toutes, écarté les nuées et les chimères pour lier définitivement notre avenir à celui de l’œuvre française dans ce pays.”
      Je ne pense pas que Umar Radiya Allahu Anhou aurait eu des pensées aussi rétrogrades quoique je voue un grand respect à l’intellectuel qu’était Ferhat Abbas mais question nationalisme, il n’était pas Ben M »hidi. Voilà ce qu’il disait le 23 février 1936 dans la revue l’Entente:
      “Si j’avais découvert la nation algérienne je serais nationaliste et je ne rougirais pas comme d’un crime. Les hommes morts pour l’idéal patriotique sont journellement honorés et respectés. Ma vie ne vaut pas plus que la leur. Et cependant je ne mourrai pas pour la patrie algérienne parce que cette patrie n’existe pas. Je ne l’ai pas découverte. J’ai interrogé les vivants et les morts; j’ai visité les cimetières : personne ne m’en a parlé. On ne bâtit pas sur du vent.[…] Nous avons, une fois pour toutes, écarté les nuées et les chimères pour lier définitivement notre avenir à celui de l’œuvre française dans ce pays.”

      Il est inquiétant de constater que notre niveau de connaissances historiques est lamentable. Ce qui a pour conséquence d’anoblir le laid et d’enlaidir le noble et, in fine, de nous mettre dans le pétrin dans lequel nous sommes présentement et dont nous peinons à nous en départir.
      Tchaktchouka kbira

        Vendredire
        4 janvier 2020 - 16 h 47 min

        La citation de Feu Ferhat Abbas a été copiée involontairement 2 fois dans le commentaire précédent. Mes excuses.

        kamel el jijelli
        4 janvier 2020 - 18 h 48 min

        Michael Parkinson a demandé une fois à Mohamed Ali « Boxer » alors dans la quarantaine, de ses remarques raciales qu’il avait faites envers les blancs quand il avait la vingtaine. Ali a déclaré: « Un homme qui pense dans la quarantaine de la même manière quand il était dans la vingtaine a perdu vingt ans de sa vie » donc mon frere en juge pas une personne de se quel a dit en 1932

          Vendredire
          4 janvier 2020 - 22 h 28 min

          Je suis tout à faire d’accord avec toi. Il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis. Et puis Ferhat Abbas n’est pas un surhomme. Il peut s’être trompé comme tout le monde. A t-il fait acte de repentance depuis 1932? Si oui je retire immédiatement ce que j’ai dit à propos de son nationalisme mais d’après mes lectures, et j’en ai fait quelques unes sur la guerre de libération nationale, je ne suis pas tombé sur un tel acte de contrition en ce qui le concerne. Wa Allahu Aalam . Le problème, quand on est un homme politique, c’est que les mots dès qu’ils sont prononcés sont inscrits soit à l’actif soit au passif de celui qui les prononce. Vous tapez sur Google Search Ferhat Abbas et vous avez immédiatement cette citation qui ressort en premier. C’est ce que la mémoire retient le plus.
          Sinon, le bonhomme est brillant! Allah yarahmou

    Anonyme
    4 janvier 2020 - 10 h 14 min

    Mais, feu Ferhat Abbes allah yerahmou, a été à l’école, et loin! ( Un indigène, pharmacien en 1932 sous un joug colonial des plus abominable au monde, est un véritable exploit personnel en soi même!). D’où sa morale, son esprit rationnel et surtout son ANTICIPATION des choses. C’est ce qui a fait défaut à tous les dirigeants harragas( venus d’au-delà les frontières) de ce pays depuis son indépendance confisquée.

    Anonyme
    4 janvier 2020 - 9 h 54 min

    « . ..mais les impondérables dépendent de Dieu et ne dépendent pas des hommes»,

    En voilà une citation qui doit chatouiller les islamophobes francophile et laicard qui viennent souvent ici pour dire au peuple algérien ( jaloux de sa religiosité ) quel sera son destin et les modalités de celui ci en fonction du Hirak.
    Un Hirak qui d’ailleurs est maltraité par ces mêmes personnes ( et bien d’autres encore ) qui veulent en faire leur bras armée à coups de y a qu’à ! Faut que ! Et d inquisition grotesque
    Et tout cela DEPUIS L’ÉTRANGER.

    L’histoire se répète et on retrouve la même racaille qui veut se servir les premiers sur le sacrifice des sincères et sur le dos de la bête aussi…

    Je fais le serment qu’aucun opportuniste de cet acabit déjà dénoncé par Abbas, n’aura mon consentement et celui de millions d algériens ! On fera contre ces pseudo démocrates qui cachent de grands dictateurs, un nouvel Hirak et plus encore !

      Haut Niveau
      4 janvier 2020 - 11 h 41 min

      Si les impondérables dépendent de Dieu et ne dépendent pas des hommes alors pourquoi ne pas admettre l’existence les « islamophobes francophiles et laicards, racaille, opportuniste de cet acabit, inquisition grotesque, pseudo démocrates qui cachent de grands dictateurs … « .
      Il faut de tout pour faire un monde alors, considérez-vous comme supérieur au créateur ou simple égocentriste ?
      Les insultes non jamais résolus les problèmes, elles ne sont que le reflet de l’image de celui qui les profère.
      F. Abbes les a dénoncé certes, mais avec élégance sans manque de respect ni écarts de langage.

      Vendredire
      5 janvier 2020 - 1 h 19 min

      Franchement si tu es croyant cours vite faire une tawba nassouha. Le prophète (QssL) parlant de l’hypocrite dit de ce dernier qu’il possède une ou plusieurs de ces 4 caractéristiques:
      Quand on lui fait confiance, il trahit
      Quand il parle, il ment
      Quand Il s’engage, il se parjure
      quand il se dispute, il devient féroce.

      Le hadith au complet en langue arabe.
      عن عبدالله بن عمرو رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : أربعٌ من كن فيه كان منافقًا خالصًا ، ومن كانت فيه خَصْلةٌ منهن كانت فيه خَصْلَةٌ من النفاقِ حتى يدعَها: إذا اؤتُمِنَ خانَ ، وإذا حدَّثَ كذبَ ، وإذا عاهدَ غَدرَ ، وإذا خاصمَ فجرَ
      (رواه البخاري في صحيحه رقم ٣٤ و مسلم في صحيحه رقم ٥٨)

        Anonyme
        5 janvier 2020 - 10 h 49 min

        Cher petit Vendredire, je suis totalement insensible à teq injonctions qui font ta reputation sur ce forum.
        Tu as pris l’habitude de dicter aux gens ce qu’ils doivent faire selon TON regard totalement infesté et infecté par un petit ego de frustré…Je suis le contraire systématique et systématisé de tes injonctions dont tu innondes le forum quand tu parles du peuple algérien et du Hirak…depuis la France !! Tu es ce qu’il ne faut surtout pas suivre ou écouter..Je ne suis pas un de tes élèves et je ne vis pas en France d’ailleurs où les gens comme toi arrivent toujours à coups d esbrouffes à se faire passer pour des intello…
        Enfin ta proximité avec les mangeurs de sangliers te fait souvent perdre le sens de la mesure…Non…décidément non…Tu es pire que ce que tu dénonces grossièrement…

        Hallal
        5 janvier 2020 - 10 h 55 min

        Bonjour Vendredire

        Traité quelqu’un d’hypocrite fait de toi l’hypocrite…Tu ne connais rien aux préceptes nobles de l’islam malgré te tentative idiote de masquer cette ignardise par un verset en langue arabe…Ce genre de diversion est souvent l’apanage de grands immatures frustrés…
        Tu défends des mangeurs de sangliers et tu veut la jouer à l’envers avec un Hadith du Prophète Muhammed QSSL?
        Comment appelle t on déjà ce genre d’attitude détestable ?

          Vendredire
          5 janvier 2020 - 16 h 38 min

          Si tu étais musulman tu saurais que ce n’est pas un verset mais un Hadith sahih.
          Mais bon insulte moi en t’aidant de toute ton ignorance crasse.
          Bon nombre de ceux qui se disent musulmans sont de piètres hypocrites. Un kabyle quand il est musulman, il ne triche pas.
          Allez faire un tour dans une mosquée de Tizi ou de Bedjaia, vous verrez des kabyles discrets pieux Simples et honnêtes. Ça vous fera changer les idées et peut être vous ne zoomerez plus sur les mangeurs de sanglier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.