L’échec de Kamel Daoud devant sa tentative de mystification du Hirak

48e vend Hirak
48e vendredi de manifestation à Alger-Centre. PPAgency

Par Youcef Benzatat – L’objectif du Hirak algérien n’est pas différent de celui des mouvements populaires des pays dominés par des régimes corrompus et soumis au diktat du néocolonialisme sous ses différentes formes et, principalement, par le biais de ses multinationales et leurs appuis politiques, notamment en Amérique du Sud, en Asie et en Afrique. C’est aussi le même combat que mènent les mouvements populaires en Europe contre des régimes soumis au diktat d’une mondialisation orientée au profit d’un capitalisme sauvage contre la justice sociale, notamment en France avec les Gilets jaunes.

Pour lutter contre la percée et la convergence de ces mouvements révolutionnaires, l’oligarchie mondiale dispose, outre des armées dissuasives, de tout un arsenal de médias puissants et d’institutions attrape-nigauds chargés d’accomplir cette abjecte besogne. Le magazine Le Point, connu pour être l’un de ces médias relais de cette conspiration mondiale contre les peuples, a trouvé en Kamel Daoud le levier idéal par lequel frapper d’ostracisme le Hirak algérien. En effet, Kamel Daoud a été choisi par ces relais comme l’Algérien idéal pour mener à bien cette mission périlleuse dont l’objectif serait de faire débat et d’influencer négativement les militants du Hirak. Sa naïveté juvénile, caractérisée par l’intellectualisation approximative et non maîtrisée, voire dévoyée de problèmes qui affectent profondément le progrès et l’émancipation de la société algérienne, doublée de sa cupidité et conjuguée à sa notoriété, était, pour eux, un gage de bonne réussite de la mission qui lui a été confiée, celle de livrer une lecture du Hirak algérien erronée, mystificatrice et pervertissant sa lutte antinéocolonialiste.

La naïveté juvénile, la cupidité et le dévoiement de l’intellectualisation de problèmes profonds qui affectent le progrès et l’émancipation que connaît l’Algérie ne sont pas propres à Kamel Daoud, d’ailleurs, et à l’Algérie en particulier. Beaucoup de journalistes, écrivains, intellectuels, algériens ou appartenant à d’autres pays, en sont victimes. A se demander comment beaucoup d’entre eux parviennent à capter le dévolu des institutions littéraires attrape-nigauds. Ce sont, en fait, la récompense d’un travail acharné pour modeler la figure idéale du candidat recherché.

Dans le cas de Kamel Daoud, il fallait faire «sa guerre à la guerre d’Algérie» en réhabilitant Albert Camus comme Algérien à part entière, contrairement au pied-noir adepte de l’Algérie française comme il se définit lui-même. Naïveté ou calcul ciblant l’attrape-nigaud ? Consciemment ou non, il réhabilite la colonisation tout en tournant en ridicules les maquisards qui ont sacrifié leur vie pour leur idéal de justice, de liberté et de dignité dans «sa guerre à la guerre d’Algérie», allant jusqu’à induire implicitement la délégitimation de la décolonisation. Fait frappant, il passe sous silence toute la cruauté de la barbarie coloniale.

Dans le sillage de Frantz Fanon, Rachid Boudjedra qualifie pathologiquement cette naïveté juvénile chez Kamel Daoud de «complexe du colonisé» et pour l’intellectualisation approximative et non maîtrisée des problèmes profonds qui affectent le progrès et l’émancipation que connaît l’Algérie. Il les attribue à la caricature et aux clichés véhiculés par le discours du colonisateur sur l’histoire et la culture du colonisé.

Le magazine Le Point a trouvé donc chez Kamel Daoud une prédisposition idéale pour anéantir le sens du combat que mène le Hirak algérien et sa convergence avec les mouvements populaires ailleurs dans le monde. Il titre, sous sa plume, «Où en est le rêve algérien ?» suivi du sous-titre sous une forme performative : «Comment le soulèvement populaire du 22 février 2019 a-t-il pu échouer ?» La forme performative du sous-titre ne laisse aucun espace au doute sur l’échec du Hirak, même si, plus loin, il temporise en mettant l’échec entre parenthèses par sa suspension au provisoire. Mais le recours à la forme performative dans l’énonciation initiale a déjà provoqué le choc psychologique vers l’acceptation de l’échec. Toute la lecture du texte sera conditionnée par l’échec du Hirak et même en se reprenant après coup dans un tweet, le coup est déjà tiré, la balle ne peut plus revenir à sa position initiale.

Cet échec, selon lui, repose essentiellement sur la problématique dans laquelle il excelle le mieux et qui fait le bonheur de ses mécènes rétributeurs, celle de la négation et, au mieux, de la minoration de la lutte contre l’injustice sociale internationale, autrefois sous la forme coloniale et aujourd’hui néocoloniale.

Alors que le Hirak n’a cessé de dénoncer la loi sur les hydrocarbures imposée par le pouvoir au détriment de la souveraineté économique nationale et la complicité des appuis politiques des multinationales bénéficiaires, Kamel Daoud va pervertir cette dénonciation en une dérive culpabilisatrice, dirigée «obsessionnellement» vers l’ancienne puissance coloniale comme source de tous les maux qui affectent la société algérienne. Le Hirak, selon lui, aurait donc dévié de son objectif de démocratiser la vie politique pour se tourner «obsessionnellement» vers la France pour régler le passif colonial. C’est à cette dérive donc qu’il attribue cet échec.

En fait, le rejet massif de la loi sur les hydrocarbures, illustré par de nombreuses manifestations dans les grandes villes algériennes, s’inscrit naturellement dans la continuité de la voie de l’émancipation que le peuple algérien a tracée depuis le 1er Novembre 1954. Le colonialisme vaincu, il lui faudra à présent affronter le néocolonialisme qui instrumentalise les pouvoirs faibles des ex-colonisés pour perpétuer le pillage des richesses et maintenir les peuples dominés dans un sous-développement généralisé et permanent.

Les pouvoirs faibles, ce sont les décideurs illégitimes qui exercent le pouvoir par la violence, en confisquant la souveraineté législatrice à leur peuple. Ils deviennent ainsi vulnérables à l’instrumentalisation par les néocolonialistes qui les soumettent au chantage de brader les richesses de leur pays contre un soutien complice pour les aider à se maintenir au pouvoir. Ce n’est pas par hasard que la loi sur les hydrocarbures a été adoptée dans la précipitation aux moments forts du Hirak. Quels que soient les arguments avancés par les experts du régime en termes d’urgence : la préoccupation devant les besoins de consommation d’énergie de plus en plus importants, la nécessité de la prospection pour de nouveaux gisements pour faire face au tarissement des gisements existants, la préservation des parts de marché déjà acquises et menacées par la concurrence. Tous ces arguments ne peuvent justifier la nécessité de recourir aux plus grands groupes pétroliers internationaux au détriment du développement des potentialités nationales, industrielles et humaines. Encore moins de justifier l’exploitation du gaz de schiste, reconnu comme un danger public sur de très vastes zones d’habitation où il sera exploité. Si la lutte du peuple pour recouvrer sa souveraineté législatrice est une nécessité pour son émancipation politique de la dictature, elle est indissociable de sa lutte pour la souveraineté nationale, dans le sens qu’elle lui sert de levier pour lutter contre les visées néocolonialistes. Notamment par le rejet de cette loi sur les hydrocarbures qui ne peut bénéficier qu’à leurs convoitises des ressources énergétiques nationales et subsidiairement alimenter les réseaux de corruption des pouvoirs faibles au détriment du développement national.

La génération du 22 Février est en train de tracer à son tour une marche historique pour son émancipation de la domination néocolonialiste.

Pour faire cohérent et soutenir son élocution performative de «l’échec» du Hirak, Kamel Daoud n’hésite pas à reprendre à son compte une gigantesque manipulation du pouvoir, celle de montrer que le peuple à travers sa mobilisation dans le Hirak a définitivement abdiqué devant le régime en pleurant la mort du dictateur Ahmed Gaïd-Salah lors de ses funérailles.

En fait, les funérailles de celui qui incarnait le système ont été organisées et présentées par les médias publics et privés, à sa solde, sur la base d’un grossier mensonge. Près d’un millier de bus avaient transporté de l’intérieur du pays des dizaines de milliers de personnes vulnérables pour venir constituer devant les caméras une impression de foule accompagnant le cortège mortuaire, en contrepartie d’une modeste somme d’argent. Le pire est que les propagandistes ne s’étaient même pas préoccupés d’organiser leur retour dans leurs villes et villages. Pour la plupart de ces personnes déplacées à Alger, qui n’avaient jamais mis les pieds à Alger, elles se sont retrouvées abandonnées à elles-mêmes, errant dans les différentes banlieues d’Alger, hagardes et sans aucun repère pour s’orienter devant une population médusée. Pour donner également une impression de foule massée aux portes du cimetière d’El-Alia où la dépouille devait être enterrée, des milliers de jeunes soldats ont été mobilisés et transportés à cet endroit. Et pour rendre le mensonge encore plus grossier, les techniciens des laboratoires de la fabrication de l’image en ont rajouté une couche, en retouchant après coup les images filmées pour grossir encore l’image de la foule et donner une impression au spectateur d’une immense foule accompagnant le cortège funéraire jusqu’à la mise à terre du défunt. L’objectif était de rehausser le sentiment d’adhésion du peuple aux actions menées par cet homme et au pouvoir qu’il représentait devant l’opinion nationale et internationale, sachant que les images de cet enterrement avaient fait le tour du monde.

La levée de boucliers des intellectuels, des journalistes, des écrivains, des militants du Hirak ou des simples citoyens s’exprimant sur les réseaux sociaux, autrefois aveuglés par la consécration internationale de Kamel Daoud par ces attrape-nigauds, pour dénoncer cette dérive outrancière contre l’intelligence du peuple algérien dans sa lutte contre tous les obstacles qui se dressent sur son chemin pour prendre en main son destin, vient de lui infliger ainsi qu’à ses mécènes une défaite et un échec dont ils ne pourront plus se relever, et de revenir encore une autre fois se frotter à ce peuple dont la résistance à l’injustice et aux convoitises de sa souveraineté remonte à plus de deux mille ans d’antécédents.

Y. B.

 

Comment (58)

    Yacine
    20 janvier 2020 - 13 h 37 min

    Je ne pense pas une seconde , que Kamel Daoud ait eu l’intention de mystifier le mouvement populaire ou de lui porter atteinte de quelque manière que ce soit .
    Bien au contraire , c’est la persistance du pouvoir à demeurer sourd aux revendications du peuple en continuant ses pratiques , ses abus de toutes sortes qui inquiète Kamel Daoud et exprime à sa manière sa crainte de voir le pouvoir défaire la révolution du peuple et la tuer dans l’œuf !
    Il a exprimé un point de vue qui pourrait paraître alarmiste pour les plus optimistes d’entre nous .
    N’oublions pas que Kamel Daoud est un écrivain, et de ce fait il fait parler sa sensibilité et sa subjectivité et surtout sa déception après 11mois de révolution permanente !
    Moi je dis à notre écrivain que le pouvoir qui a mis 60 ans à mailler toute la société et à y rendre ses tentacules pour gangréner et paralyser ses ressorts et ses leviers ne peut pas être dégagé en une année ! Tant que les Algériens sont en éveil, ils finiront par triompher , c’est juste une question de temps , et le temps joué pour le peuple !

    Youcef Benzatat
    19 janvier 2020 - 19 h 33 min

    Kamel Daoud sur les traces de Khalida Toumi

    Par Youcef Benzatat

    Lorsqu’un écrivain soutient le gigantesque mensonge des faux funérailles du chef d’état-major Gaïd Salah, après être disparu durant de longs mois, juste après le début de la répression qui c’était abattu sur les courageux militants du Hirak, Tabbou, Boumala et tous les autres, pour se cacher et se préserver et venir après coup légitimer la dictature pour acheter sa libre circulation entre les deux rives, voir faire un appel du pied pour intégrer le gouvernement, parce qu’il croit que le pouvoir a déjà gagné le bras de fer avec le peuple et que le Hirak vie ses derniers vendredis, comme l’avait cru autrefois avant lui Khalida Messaoudi, devenue Toumi, alors que beaucoup de militants sont exilés à l’étranger et ne peuvent plus rentrer dans leur pays sous peine d’être immédiatement arrêtés aux frontières, y compris moi-même, cela va de soit que cet écrivain est un corrompu et dépourvu de toute dignité.

    Lorsqu’un journaliste et écrivain Algérien accuse les militants qui dénoncent les crimes commis par l’état criminel israélien d’antisémites, ce qui est totalement faux, surtout dans un contexte où les défenseurs de cet état criminel ont le monopole sur la distribution des bons points aux écrivains, il va de soit que cet écrivain est cupide et dépourvu de toute dignité.

    Le Hirak a libéré le peuple de la peur et de la résignation. Aujourd’hui il dénonce haut et fort sur la place publique tous les malheurs qui le frappent depuis notre indépendance. La corruption, la fraude, le bradage de la souveraineté économique nationale, la confiscation de la souveraineté populaire et tous les mensonges par lesquels ils sont accomplis et couverts. Notre devoir de citoyens est de dénoncer à notre niveau et avec nos moyens tous ceux qui y participent et je considère que Kamel Daoud comme beaucoup d’autres écrivains comme étant des corrompus et des nuisibles à l’émancipation de notre peuple par leur influence sur la conscience collective. Je l’assume et le déclame haut et fort. Si certains considèrent que ces écrivains sont anticonformistes et travaillent au contraire pour l’émancipation de la société, qu’ils le pensent, mais ce n’est pas notre point de vue et ce n’est pas de cette manière que nous entendons l’émancipation. Notre émancipation est indissociable de l’émancipation de l’humanité entière et les Palestiniens sont une humanité qui subit l’injustice la plus barbare de notre époque et nous devons les soutenir, indépendamment que l’on soit musulmans, juifs, ou athées. Militer pour l’émancipation du peuple Algérien c’est aussi s’engager courageusement et sans concessions avec le Hirak pour mettre fin à la privation du peuple de tous ses droits politiques et dénoncer le pouvoir illégitime sans ambiguïtés, au lieu de tergiverser pour au final le légitimer.
    Y.B.

    5
    3
      Zaatar
      20 janvier 2020 - 5 h 35 min

      YB, vous en avez fait un film. KD aurait soutenu le mensonge des fausses funérailles de AGS, se serait caché et disparu juste après le début de la répression pour venir par la suite légitimer la dictature, pour circuler librement entre les deux rives, et espérer même faire partie du gouvernement….ya khouya mayna. Mr Benzatat vous devriez travailler aux services des renseignements, madame soleil devrait aller se r’habiller….n’est ce pas. Vous vous êtes connecté directement au réseau de neurones de KD, et ce n’est pas n’importe lequel qui peut réaliser cette prouesse.

      3
      3
      Anonyme
      21 janvier 2020 - 12 h 49 min

      @Youcef Benzaatat , on y est. Votre animosité, voire votre haine et détestation de Kamel Daoud provient du fait qu’il ne partagerait pas vos positions concernant la question palestinienne . Je n’ai pas connaissance des positions de Kamel Daoud sur ce sujet , mais il me semble cohérent de soutenir le combat du peuple palestinien et dénoncer l’anti sémitisme . L’un , n’empêche pas l’autre ! Sur un autre plan , je ne supporte pas cet tendance à présenter le peuple algérien comme le réceptacle ou l’entité qui serait dans l’obligation dé soutenir tous les combats de l’inhumanité sous peine d’invalidation de ses combats et des aspirations !!
      Je suis désolé, mais le peuple algérien a tout donné à tout le monde sans en avoir reçu le centième de ce qu’il a donné ! Il est temps pour le peuple algérien , et il l’a bien compris d’ailleurs de s’occuper d’abord de ses propres affaires et mettre de l’ordre dans sa maison avant de voir ce qui se passe chez l’ami ou le voisin ! Car un peuple mal en point chez lui ne peut être d’aucune utilité pour les autres , hormis les gesticulations stériles et son instrumentalisation à outrance pour des desseins souvent cachés !!

    kRARROUBI
    19 janvier 2020 - 13 h 32 min

    il m’est arrivé de lire une seule de vos contributions et j’en avais fini ; voyons celle consacrée à Kamel Daoud, ma curiosité me décida à jeter un coup d’oeil, et, voilà que vous parlez de la cupidité de ce dernier. Je n’ai jamais accepté le recours à l’insulte et autres insinuations méprisantes comme argument de défense ou antithèse.
    Croire que vous êtes  » innocence et vérité  » et vous permettre, en lieu et place d’apporter une contradiction saine et contributive à l’expression des idées, d’aller de vos insinuations malsaines à l’encontre d’ individus qui n’ont fait qu’exprimer leur point de vue, fait de vous au contraire un être irrespectueux et malsain.
    Revenons à ce sujet polémique : N’en déplaise aux êtres en mal de gloriole ; le mouvement ( HIRAK ) pour le comprendre il faut revenir à la période d’avant cinq octobre 1988. A cette époque une scission à l’intérieur du parti du FLN ( à ne pas confondre avec le mouvement national de libération ) n’ayant pas abouti … la solution ne peut être que le soulèvement de la population …la main invisible ayant perdu le contrôle, la suite …on l’a connue.
    Conclusion : le HIRAK n’est qu’un mouvement hétéroclite, n’allons pas loin. Son seul salut, s’il y a volonté, c’est de s’organiser à partir des villages, des quartiers ; créer des comités qui désignent leurs représentants…

    3
    6
    Zaatar
    19 janvier 2020 - 8 h 06 min

    Lorsque l’on disait que le hirak n’ira pas loin, on avait mille et une raisons de le dire. Et elles sont toutes issues de constats, de l’observation, des informations puisées du terrain de la vie quotidienne de notre société. Une de ces raisons est le tmanchir, tegti3, bla sebba, sans raisons, juste parce que celui qu’on découpe a voulu dire des choses, qu’elles soient justes ou fausses peu importe, on doit le découper car ces choses ne cadrent pas avec nos idées. Alors on s’en prend à sa personne. Avec tous les autres constats qui continuent de se faire, vous pensez vraiment que le hirak a une chance? Gageons que des que le pouvoir aura décidé de donner la fin de la récréation ça sera fait dans tous premiers moments qui suivront sa décision et tout le monde rentrera chez lui.

    3
    5
    - KD de mes soucis ou Cadet de mes soucis
    18 janvier 2020 - 20 h 31 min

    KD dans son article n’a pas fait l’autopsie du Hirak mais un constat suivant son angle de vue. A première lecture effectivement il choque mais à tête reposée on constate qu’il interpelle notre for intérieur de l’efficience de ce mouvement dans la durée et non dans son essence. Ce qui n’est pas un reproche au sens jugement mais un fait au sens observation.
    Je lui reproche, peut-être, le moment de l’apparition de l’article ou une phrase anodine peut blesser une sensibilité ou un idée peut être surévaluée en la sortant du contexte de l’auteur. En un mot, sans tourner autour du pot, on a besoin, sans être hypocrite, d’un maximum de soutiens et d’encouragements.
    Mais, Kamel est Kamel, il est anticonformiste jusqu’aux bouts des ongles et ce n’est pas aujourd’hui qu’il renoncera, rien que pour faire plaisir. Sa franchise honnête mais éventuellement maladroite ne diminue en rien de ses mérites intellectuels et à celles du Hirak .
    A nous de nous adapter à ses pensées même en contradiction avec nos points de vue, sinon il faut zapper et non à lui de se travestir intellectuellement pour être dans les  » bonnes grâces ».
    Peut-on lui reprocher de dire SA vérité ? Certainement pas, cela est valable pour être humain rectiligne.

    11
    9
      Anonyme
      19 janvier 2020 - 0 h 08 min

      « A nous de nous adapter à ses pensées même en contradiction avec nos points de vue »

      Vous êtes KD ?

      Prochaine étape : notre vérité, nous ne pourrons pas la dire ?

      Votre KD est un monsieur qui se cherche, son adolescence dure, même pas un anti-conformiste, cela se saurait sinon.

      5
      1
        - KD De Mes Soucis Ou Cadet De Mes Soucis
        19 janvier 2020 - 11 h 02 min

        Anonyme – 19 janvier 2020 – 0 h 08 min.
        Merci pour votre réponse qui sincèrement échappe à ma compréhension. Cependant, je viens juste porter à votre connaissance que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam, KD, seulement à travers ses œuvres et ses apparitions dans les TV, en particulier, un interview en compagnie de Michel Onfray, où il a confirmé sa classe et son étoffe en plus de son sourire angélique.
        Donc, comme vous le remarqueriez aussi, « Votre KD » n’est pas uniquement le mien mais la propriété du patrimoine culturel mondial (Monument) et patrimoine Algérien de la culture universelle.
        Fraternellement.

        Signé : Apulée de Madaure

        2
        3
          Anonyme
          19 janvier 2020 - 12 h 14 min

          KD un monument mondial ? Bof.

          4
          2
    SOYOUZ
    18 janvier 2020 - 20 h 29 min

    Le mépris du peuple est une vraie maladie chez bcp d’intellectuels et de responsables en Algérie, KD , Ait Ali et tant d’autres en font partie…..je suis un simple Algérien qui aimerait devenir citoyen dans son patrie, je tiens à rendre hommages à Mr Didouche Mourad en ce jour d’anniversaire de son martyrs qui disait en parlant de son engagement à la révolution  » si un jour on mourrait, soyez fidèles en rendant honneur à nos mémoires » que ça te plaise ou pas Mr KD, le peuple l’a fait en chansons, si tu considères que c’est folklorique, que dire de ton folklore au point toi qui a perdu la mémoire!!!!

    11
    3
      - Rectif
      18 janvier 2020 - 22 h 38 min

      Le raccourci que tu fais entre une métaphore « Folklorique » et un manque de respect à l’un de nos héros national par KD est INACCEPTABLE.

      2
      1
    Elephant Man
    18 janvier 2020 - 19 h 32 min

    Je cite les travaux de recherche d’Ahmed Bensaada : « Dès le début des manifestations les noms des personnes susceptibles de « guider le destin du pays » ont inondé le cyberespace. Les uns avançaient un pion, les autres un autre comme s’il s’agissait de voter pour un candidat de téléréalité. Aucun programme présenté, …, ni aucun embryon d’agenda politique…..Et pourquoi ne pas proposer un gouvernement clés en main pendant qu’on y est ? C’est ce qui a été avancé par le CIVIC dans le journal el watan ….Quand on connaît l’engagement de ce journal pour la « printanisation » des pays arabes……
    Sur cette même liste apparaît un nom porté aux nues par tous les génies du cyberespace : M. Mustapha Bouchachi. Inconnu du grand public il y a quelques semaines le voilà catapulté aux plus hautes fonctions d’un état en devenir……..
    Dans ce gouvernement fictif, le portefeuille de la Culture et des Arts revient à nul autre que l’écrivain Kamel Daoud…celui-là même qui … er ne cesse d’encenser les manifestants…. N’avait-il pas affirmé que « le monde dit « arabe » est le poids mort du reste de l’humanité » ? Et de quelle culture va-t-il être le défenseur et le promoteur ? Celle qui dénigrait naguère ?
    Ces trois personnes mentionnées précédemment ne sont évidemment pas les seules dont les noms et les vidéos sillonnent le cyberespace, bien au contraire. …. ».

    5
    8
      Anonyme
      19 janvier 2020 - 7 h 34 min

      Bouchachi inconnu du grand public?? Vous parlez peut être de la communauté de grenoble parceque ici en algerie on le connaissait. Il avait fait la une de la plus part des journaux car c’était le premier député à démissionner de l’APN,. Il a été aussi président de la ligue de défense des droits de l’homme. Il fallait lire nos journaux pour le savoir pas le Dauphiné Libéré…

      3
      2
        Elephant Man
        19 janvier 2020 - 9 h 41 min

        @SCHMILBLICK trolls franchouillards sionistes makhnaz et cie BLA BLA
        La RÉALITÉ des faits ça vous dérange….
        Apprenez à lire le français comprendre encore faut-il avoir un cerveau fonctionnel et SAIN.
        SO
        BE SEEING YOU 😉

        2
        5
          Anonyme
          19 janvier 2020 - 12 h 17 min

          Votre français est bof ou beauf.

          2
          1
    Souk-Ahras
    18 janvier 2020 - 18 h 16 min

    J’ai eu à apprécier et même à applaudir KD pour certaines de ses chroniques décapantes sur des sujets pourtant étiquetés comme étant tabous. Mais aujourd’hui, il y a des questionnements qui surgissent quant à la vision qu’il porte sur les événements qui prévalent dans notre pays, et sur l’opportunité d’un tel « papier » dans les colonnes d’un journal dont on connaît les obédiences mondialistes financières hégémoniques.
    Avant d’aller plus loin, il m’est essentiel de préciser en préambule que KD dispose du droit infrangible et inaliénable d’exprimer son point de vue sur tout et n’importe quoi. Partant de ce principe, je revendique ce même droit pour dire ce que je pense de son article dans le respect de l’intégrité de sa personne morale.
    Ceci dit :
    Après une bonne dizaine de lectures concentrées et assidues de son article, il en ressort qu’il s’agit, tout au plus, d’un bon compte rendu littéralisé, un genre de rapport détaillée, stylisé, dans lequel s’entassent pêle-mêle colonisation, néocolonisation, islamisme, hydrocarbures, Ben Badis, ruralité, Rachid Nekkaz, martyre, traître, moujahed, œdipe… Où figurent en grand nombre inexactitudes et redondances à caractère asymptotique. J’en suis tristement surpris je l’avoue.
    Cependant, aucune trace d’analyse intellectuellement structurée n’apparaît dans ce texte divisé en cinq chapitres, ni une moindre opinion sur la réalité Hirakienne et ses effets pourtant palpables.
    Par contre, on notera certaines déclarations aux couleurs du hiatus, comme :
    « Le Hirak avait réussi à faire basculer sa victoire dans l’impasse »
    « Le régime avait su transformer sa défaite en épopée »
    « Le régime a gagné provisoirement »
    « Le Hirak a échoué provisoirement »
    Ma première impression est, ceci n’engageant que moi-même, que KD, livre une description, relativement exacte, de l’état des lieux en tant que spectateur « non concerné » par les revendications populaires clamées depuis bientôt un an.
    Ma deuxième impression est qu’on peut comparer son article à celui que pourrait rédiger un « observateur » se tenant dans une grotte sombre éloignée du champ de bataille auquel il tourne le dos et dont il ne perçoit que des « sons ».
    KD est tout simplement méconnaissable dans ce papier.

    8
    8
      Zombretto
      18 janvier 2020 - 19 h 24 min

      Souk Ahras : J’ai envoyé un autre commentaire dans lequel je disais ma réprobation des injures utilisées par Y.B. contre K.D. J’ai dit qu’il aurait pu dire les mêmes choses sans sombrer dans les insultes vulgaires. Par ton commentaire, tu viens de lui montrer comment.

      3
      4
        Souk-Ahras
        19 janvier 2020 - 8 h 16 min

        Zombretto bonjour,
        Je n’ai pas l’âme moralisatrice, je m’en suis de tous temps défendu, et je ne prends fait et cause ni pour l’un ni pour l’autre.
        Soyons honnêtes avec nous mêmes et envers les deux protagonistes , et gardons, par les temps qui courent, notre lucidité aux aguets.
        Je pense en toute modestie, cela n’engageant bien évidemment que moi-même, que YB a transcrit sa colère contre l’injustice flagrante commise par KD qui, malheureusement pour lui, ou peut-être pas si c’est assumé, a franchi aisément, avec une condescendance marquée, le seuil de la retenue aussi bien morale qu’intellectuelle, en traitant de « folklorique » cet énorme cri de douleur sorti du plus profond des entrailles de la grande majorité du peuple algérien opprimé par tant d’années de hoggra et de mépris. Le Hirak bienfaiteur et libérateur dont le caractère universel est affirmé est né de ça ; essayons de ne pas l’oublier.

    Chicago 92.
    18 janvier 2020 - 17 h 15 min

    Depuis lès événements du 11 septembre 2001 beaucoup d’experts en islam et dès écrivain comme ce … KD qui n’ont jamais ouvert un holly Quaran ont apparut et ont vendu dès millions de livres devenus riches et célèbres .pour ce qui est de la france sa haine envers l’islam ,les musulmans et lès arabes avait commencé au début dès années 80 contre les maghrébins et lès filles qui portaient le foulard.si le monde est juste les(…..)dès zemmours ,daoud et certains khobzistes ne seront recrutés même pas comme nettoyeurs dès toilettes!..

    8
    5
      Toc
      18 janvier 2020 - 22 h 08 min

      @Chicago 92. Et ceux qui ont ouvert le holly Quaran ont apparut et ont vendu des millions de livres, devenus riches et célèbres tel que Tarik Ramadan, est-ce haram de les embaucher comme nettoyeurs de toilettes ?

    Zaatar
    18 janvier 2020 - 14 h 31 min

    On ne va pas polémiquer grandement. D’ailkeurs YB sait qu’est ce que je vais écrire avant même que je ne l’écrive. Et ce que je vais écrire c’est ceci. Dans toutes les affaires où YB implique KD, ce dernier a toujours eu bon dos. On attend alors la prochaine, puisque maintenant la cause de l’inefficacité du hirak c’est Kamel Daoud.

    16
    23
      @ZAATAR
      18 janvier 2020 - 15 h 55 min

      Bravo, cher compatriote Zaatar.Vous avez tout dit.Ce n’est pas la 1ere fois que ce Mr Benzatat descend en flammes Kamel Daoud.Où était ce Monsieur Benzatat lorsque Kamal Daoud ,au plus fort du règne de Bouteflika écrivait des chroniques enflammées contre Bouteflika.Où était Ce Monsieur Benzatat,lorsque le pouvoir jetait en pature KD aux islamistes corrompus et opportunistes,tels que Hamadache qui lan`ca une fetwa contre lui.Où était Ce Benzazat lorsque la tombe du Feu Père de KD fut profanée.a-t-il tenté d’expliquer ou de comprendre la chasse aux sorcieres dont il fut victime de la part du systeme,tout comme les opposants de la premiere heure à Bouteflika comme Hicham Aboud,Benchicou pour ne citer que ceux-là.
      Benzatat ,tout comme le système qui est encore en place,tente d’isoler le Hirak en salissant les intellectuels,les penseurs qui seraient suceptibles de lui redonner un second souffle,lui montrer d’autres avenues,le corriger.
      Le Hirak qui doit se tourner vers l’algérie profonde se doit avoir absolument avoir son Abane Ramdane,son BenM’hidi,son Didouche afin qu’il sorte de ce cocon folklorique d’où l’a enfermé le systeme et ceux qui pronent l’indépendance du hirak de tout leader ou representant.

      16
      21
      Anonyme
      18 janvier 2020 - 18 h 30 min

      @zaatar un romancier n’est pas le mieux placé pour parler politique.

      10
      9
    Anonyme1
    18 janvier 2020 - 14 h 05 min

    Vous l’avez rendu une personne importante,c’est le soulmane rashdi Algérien son gagne pain c’est écrire pour faire mal à certains et faire plaisir aux maîtres.il est aimé que par lès mehennistes,saadidistes et lès servants de fafa.

    8
    26
    Abou Stroff
    18 janvier 2020 - 13 h 53 min

    je pense que y.b. ne vit pas en algérie et peut, dès lors, se permettre de construire des châteaux en espagne sans avoir à en supporter le coût.
    ceci dit, je pense que, comme tous les intellos de salon qui prennent leurs divagations pour de la haute voltige théorique, y. b. ne comprend pas que « pour connaître le goût d’une poire, il faut la transformer en la goûtant. » (M. Z. D)
    en effet, contrairement à y. b. qui s’attache aux apparences, je pense que le hirak n’est qu’une révolte indiquant le ras le bol d’une partie de la populace face à la privatisation du pouvoir politique par des couches rentières (dont bouteflika a représenté caricaturalement le leadership) et que cette révolte est et ne peut être qu’un feu de paille (un pierre ne se transforme pas en poussin même si elle reçoit la même quantité de chaleur qu’un oeuf..
    car, comme je le répète depuis des lustres, le système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation ne génère pas et ne peut pas générer les conditions de son dépassement, la contestation du mode de fonctionnement ne pouvant guère dépasser des séances de défoulement collectif (les parades du vendredi et du mardi), l’émeute ou l’érection de barricades en travers des routes.
    enfin, il me parait tout à fait ridicule d’accuser k. d. de quoi que ce soit. c’est un auteur qui donne son point de vue sur un sujet, et jusqu’à preuve, je ne pense pas que k. d. soit assez puissant pour dévoyer le hirak du chemin qui lui a tracé…………………………… y. b.

    12
    24
    Anonyme
    18 janvier 2020 - 13 h 43 min

    Bien répondu, merci de la part d anonymement 8h01.
    Bien résumé.

    ... mettre ma main au feu !!
    18 janvier 2020 - 13 h 35 min

    Je suis prêt à mettre ma main au feu que certains qui critiquent et insultent ici sur Algérie Patriotique Kamel Daoudd n’ont même pas lu son article, mais il le font juste parce que K.D a d’abord critiqué le système poltique algérien et son pouvoir militaire, mais surtout parce qu’il a toujours critiqué aussi l’islam politique, le fanatisme musulman, l’extrémisme islamiste , … qui n’a rien à voir avec l’ISLAM.

    28
    12
    Abdel kader
    18 janvier 2020 - 13 h 31 min

    Ils sont nombreux à venir en France
    Ils veulent tuer la bête de l’intérieur

    3
    5
    Mon conseil
    18 janvier 2020 - 13 h 19 min

    Moi je pense qu’avant de tomber dessus sur Kamel Daoud d’une manière hâtive, à mon avis il vaut mieux que Kamel Daoud apporte à l’opinion publique algérienne des éclaircissements et des précisions sur sa pensée ! çà ne sert à rien de commencer à lui crier dessus …. « haro sur le baudet » !

    L’article de Benzatat comme la réaction de certains intellectuels et journaliste, sont très utiles car çà sert à l’interpeller pour nous expliquer d’une manière précise, claire et transparente ce qu’il a voulu faire passer comme message et cette fois ci sans user de sa plume de romancier ou de chroniqueur afin pour nous dire de quoi il s’agit vraiment ! La balle est dans son camp et après si il ne réagi pas dans les jours qui viennent, on peut continuer à lui taper dessus sans problème ! çà ne sert à rien de commencer dès maintenant alors que je suis presque certains qu’il existe certains internautes qui le critique alors qu’ils n’ont pas lu (de leur propre yeux pour se faire leur propre idée), cet article que seuls les abonnés ou ceux qui achète le Point dans un kiosque peuvent le faire ! PS : Je ne défends nullement la chapelle de K.D je ne suis pas son avocat.

    21
    5
    Nezzar kebaili
    18 janvier 2020 - 12 h 10 min

    Tres surpris de voir attacher au tant d importance à l article de Daoud qui se voit comme Zemmour donner son avis sur le Hirac ou sur l Algerie
    Pour ce qui me concerne seul notre mépris suffit . Nous n avons pas besoin de leur avis et il n est point besoin d epiloguer sur la lutte des classes , de la mondialisation ou de la décolonisation. Car quel que soit le résultat du Hirac , notre lutte est sans ambiguïté pour changer ce qui se passe chez nous

    10
    5
    Karamazov
    18 janvier 2020 - 12 h 06 min

    Hahaha !!!!

    Eh oui ! C’est KD l’origine de l’échec du Hirak. Pour ceux qui ne l’aurait pas compris. Oui KD , tout seul a fait échoué le Hirak . Malgré toute la bonne volonté de YB , KN, MK , Addi.
    Enfin tout seul pas tout à fait il s’est fait aidé kamim par Sansal. Oui Sansal , y’a pas de raison que KD morfle tout seul.

    Jipalta de finir mon commentaire . Je rev

    17
    22
      Farida
      18 janvier 2020 - 13 h 14 min

      Le Hirak n’est pas mort …. Meme ton seigneur parle du Hirak. Mais c’est bon de vivre dans l’espoir.

      12
      6
        Karamazov
        18 janvier 2020 - 18 h 24 min

        Qui « mon seigneur » ? L’astre solaire ? Mais je ne l’admire pas beaucoup, Madame .

        3
        6
      Karim
      18 janvier 2020 - 13 h 29 min

      presse pour un poste ou ine miette ?

      2
      4
      Zombretto
      18 janvier 2020 - 19 h 23 min

      @Karamazov : Tu ne savais pas que c’était (ou serait) la faute à K.D. si le hirak échoue ? D’un côté ce n’est pas vraiment sa faute, du moins pas à lui tout seul, car il y a aussi Karamazov, Zaatar, et Abou Stroff. Ah, si seulement ces quatre-là ne mettaient pas des bâtons dans les roues du Hirak !!

      3
      2
    Injuste
    18 janvier 2020 - 11 h 56 min

    Un Harki né Harki et il resterait Harki toute son existence, Mr Daouad à des nombreux amis au sein de nos Harkis dirigeants, j’appelle Harki les nouveaux Harkis BAC plus, pour les autres c’est à l’histoire et Dieu de les jugés, vu la situation que nous subissons où on peut savoir lequel le Harki où le vrai Moudjahid, des Moudjahid qui tuent leurs propres compagnons de lutte qui violent les femmes des citoyens cela n’ont rien de Moudjahid, les vrais Moudjahid en majorité sont morts et les restant ils vivent dans l’anonymat

    11
    16
    Abdel kader 2 chez nous
    18 janvier 2020 - 11 h 53 min

    L’échec ou le succès
    Ça sent le pouvoir
    Il n’est pas un représentant des Algériens
    Son opignon vaut ce qu’elle vaut
    Si elle fait pas l’intérêt des Algériens
    D’où le titre
    La conclusion est dans le titre

    4
    7
    Rachid
    18 janvier 2020 - 11 h 52 min

    Qu’attendre de KAMAL DAVID ? I a rejoint ses amis et ses freres sur leurs plateaux de TV. Une Algerie libre, democratique et independente fait peur aux dictateurs arabes esclaves d’israel. Elle fait aussi peur aux harkis qui sont sur le point d’etre rehabilites par leur amis harkis sur place a alger.

    8
    13
    A l'attention de Kamel Daoud !
    18 janvier 2020 - 11 h 21 min

    On aimerait bien que Kamel Daoud fasse une contribution ici même sur Algérie patriotique (par exemple) en guise de réponse à ce que dit Benzatat pour se défendre ou expliciter le vrai sens de sa pensée, de son article ! D’ailleurs s’il n’a rien à se reprocher, si il pense que certains observateurs, certains intellectuels, certains journalistes ont déformé ses propos qu’il donne alors des interviews, qu’il se montre sur les forums, sur les médias électroniques algériens pour donner plus éclaircissements à ses commentaires publiés sur le journal le point ! Il est connu pour être provocateur en utilisant des figures de style innombrables,des métaphores, des procédés de langage propre à lui etc.. etc..mais là on lui lance un défi pour s’expliquer !

    18
    3
    Lghoul
    18 janvier 2020 - 11 h 17 min

    KD avait mon respect. Je l’ai meme rencontre au cafe literraire de Bouzeguene en aout 2017.
    Depuis cette interview il a perdu tout mon respect. Il demontre tout simplement qu’il manque de maturite et qu’il est inconscient de ce qui se passe sur le terrain. Je peux meme avancer qu’ils l’ont carremment ACHETE. Il a mordu a l’appat du gain, oublie ses objectifs et a sombre dans sa prochaine desintegration certaine car il est brule en Algerie et meme en france. Il ne remplira plus jamais de salles et personne n’achetera ses livres. Il a commis un suicide intellectuel car a la limite, il aurait pu rester neutre. On n’attaque pas un mouvement et une revolution, des citoyens qui sortent en millions depuis 48 semaines pour liberer le pays de malfrats et de mafiosos. Son jeune age et son manque d’experience pour se proteger des hyenes-sirenes d’un systeme corrompu et malefique l’ont trahi. Je pense qu’il est fini en Algerie. Il a tout simplement signe sa condemnation a mort. Bonne ridance.

    9
    13
      Anonyme
      19 janvier 2020 - 10 h 47 min

      Bien entendu, vous avez lu entièrement l’article de KD paru dans le journal « le point ». Comme d’ailleurs tous ceux qui le fustige à partir des commentaires de YB.

      Ce qui vous permet de témoigner que cet écrivain a été « acheté », qu’il a mordu à « l’appât du gain ». Sans apporter la moindre preuve de ce que vous affirmez. Donc pas de doute, pour vous, KD est un malhonnête. Bon, c’est votre opinion et je la respecte.

      Non seulement il est malhonnête pour vous, mais en plus, de par son « manque de maturité », de par son « inconscience à appréhender » la situation politique, il a commis son « suicide intellectuel » ! Il ne serait donc pas à la hauteur de sa notoriété et se dirige vers «sa prochaine desintegration». Cet écrivain et journaliste en même temps n’est plus crédible, il est fini pour toujours en Algérie. Et même chez fafa, c’est tout dire. Bon, il serait à classer dans la catégorie des gens ignares qui ne comprennent rien. Pour ne pas dire une grossièreté.

      Enfin, « il a tout simplement signé sa condemnation a mort ». Rien que ça ? Parce que d’après vous, prodiguer un avis, que vous n’avez pas lu je le répète, sur le hirak vous permets d’écrire de tels propos. Mais qui êtes-vous donc pour dire « qu’on n’attaque pas un mouvement et une revolution, des citoyens qui sortent en millions depuis 48 semaines pour liberer le pays de malfrats et de mafiosos »? Au fait a-t-il « attaqué » le hirak, en avez-vous la preuve ? Et depuis quand le hirak est une « révolution »? Tebboune gouverne toujours.

      Quand j’ai eu lu votre tweet la célèbre phrase de Tahar Djaout, journaliste, poète et romancier algérien, tué par les islamistes en 1993, m’est revenu à l’esprit. Et la voici : « Le silence, c’est la mort. Si tu te tais, tu meurs. Si tu parles, tu meurs. Alors parle et meurs ! »

      KD a le droit de dire ce qu’il pense du hirak autant que vous et moi. Mais si le hirak pour vous c’est condamner à mort toute personne qui émet un jugement à son encontre, il semble que vous n’avez pas du tout appréhendé les fondements de ce mouvement. Votre argumentation trahit la pensée spécifique de l’ère bouteflikienne : on sous-entend ; on insinue ; on humilie ; on méprise ; on condamne…

      Il faut que vous sachiez que l’on peut être pour ce mouvement de révolte mais que nous avons le droit et le devoir de dire et d’écrire ce que nous en pensons, en toute liberté, en toute indépendance et en tout bonne foi, en positif ou en négatif. Sinon, nous revenons au système antérieur et ne parlons plus de liberté ni d’état de droit.

      Depuis 48 semaines, nous ne sortons pas seulement pour nous libérer de la corruption, mais surtout pour libérer les consciences et retrouver notre dignité.

      Pour ma part, je n’ai jamais rencontré KD. Par contre j’ai apprécié beaucoup ses articles dans le combat contre le système bouteflika et lu tous ses livres. C’est un journaliste-écrivain qui honore notre pays.

      3
      1
    Zombretto
    18 janvier 2020 - 11 h 03 min

    Y.B. ferait mieux de méditer la sentence de Ghandi : l’injure dégrade celui qui la profère, pas celui qu’elle vise. Franchement, les mots comme « cupide » « naïveté juvénile » « intellectualisation approximative et non maîtrisée » lancés sur Kamel Daoud me font vomir. Je ne sais pas ce que Kamel Daoud a dit ou n’a pas dit sur le hirak, et franchement je m’en balance, car ce n’est pas lui qui va faire réussir ou échouer ce mouvement. Il ne fait que donner son opinion, et personne n’a le droit de l’insulter pour ça ou de le lui interdire.
    Y.B. aurait pu dire les mêmes choses mais … sans verser dans les insultes indignes d’un intellectuel ou pseudo-intellectuel.

    12
    12
    Sansylo
    18 janvier 2020 - 9 h 17 min

    Il y a des individus qui ne mordent pas la main qui les nourrit.
    Kamel Daoud a eu le gîte et le couvert en France et maintenant le salaire , pour peu qu’il continue dans le
    déni de la bonne cause de la Révolution .

    J’ai même l’impression que la disparition du dictateur sanguinaire AGS l’a beaucoup troublé, tant il déprime ces derniers jours, selon certains de son entourage.

    Il distille par dosettes son venin sur cette jeunesse qui a pensé qu’il allait être le défenseur du peuple à travers sa plume , mais sa mission est tout autre au grand dam de tous ceux qui sortent dans la rue.

    L’histoire sera toujours là pour le rappeler aux générations futures.

    20
    11
    Djazaïri
    18 janvier 2020 - 8 h 50 min

    Merci YB pour cette contribution qui sera, j’espère, lue par l’intéressé. Entièrement d’accord quand tu parles « d’intellectualisation approximative et non maîtrisée ». Cela devrait l’inciter à plus de rigueur quand il s’agit de porter des jugements. Quand la plus part des analystes politiques et sociologues s’expriment avec beaucoup de prudence sur le devenir du Hirak, Daoud fonce à la manière d’un « je sais tout » qui déçoit.

    22
    13
    Abdel kader 2 chez nous
    18 janvier 2020 - 8 h 45 min

    L’Algerien il t’insulte aujourd’hui
    Demain il te défend
    Il faut le suivre sinon on les comprend plus

    2
    5
    Abdel kader 2 chez nous
    18 janvier 2020 - 8 h 41 min

    Il puissant silencieux
    Non c pas le Ter
    Le Peuple Algérien

    Abdel kader 2 chez nous
    18 janvier 2020 - 8 h 34 min

    Attrape Nigaud
    Le Hirak exprime ce que la société Algérienne
    Les intellectuels en attente d’un dénouement prennent pas position ?
    …..
    D’autres l’en déjà enterré
    Mais cette fois ci c’est les citoyens qui donnent les idées Directrices
    Il veut faire douter
    C’est lui qui va douter

    5
    5
    Reseau 16
    18 janvier 2020 - 8 h 31 min

    Comme par hasard les personnes aimant se réfugiés en France se sont des girouettes et des Caméléon confirmé,Mr Daoud est de la éthnie que Messieurs,Saidani,Bouchouareb,Bouteflika,certains hauts gradés et pour un logement a Paris ils offrent femmes et enfants sans parlé de patrie,c’est des personnes au sang froid de laches et de crocodiles

    13
    8
    Anonyme
    18 janvier 2020 - 8 h 17 min

    Kamel d’août, comme sensual, comme si Faouzi sont des larbins, des arabes de services entre les mains des sionistes et des néocolonialistes en France pour faire de la désinformation, bref des harkis pur jus à la sauce du monde d’aujourd’hui.
    Il n’y arien à attendre de ces …!!!

    12
    9
      Anonyme
      18 janvier 2020 - 8 h 44 min

      Kamel daoud, sensal et sifaoui

      14
      6
        ALI
        18 janvier 2020 - 12 h 42 min

        tout les trois ce sont des nouveaux Harkis BAC plus,dans la vie existent deux hommes différent un pour défendre la patrie et l’autre pour profité après,sa dépend de l’éducation et aussi d’un sang de lion ou de crocodile,a chaqu’un ses valeurs et principes

        4
        2
    Anonyme
    18 janvier 2020 - 8 h 11 min

    Bel article qui déconstruit la désinformation véhiculée par ce torchon le point.
    Sachez qu’en France, les médias mainstream et le point, l express, Le Nouvel Obs, Marianne, Le Figaro, liberation etc… sont des torchons soit sionistes avérés soit sionistes lénifiants et rampants!
    Ils sont là pour casser tout velléité d’émancipation.
    Il faut que les neoc…, les sionistes et les adeptes du capitalisme sauvage maintiennent le couvercle , la chape sur les peuples de la planète.
    Tous ces médias sont discrédités et ne vivent que de subventions étatiques ordonnées par le lobby sioniste et ses inféodés.
    Les gens cherchent les infos alternatives sur le net maintenant.
    En France, il y a 2 journaux un peu dignes, ce sont le canard enchaine pour dénoncer les incuries Franco franchouillardes et le monde diplomatique qui lui est beaucoup plus sérieux avec des articles de fond.Malheureusement, le monde diplomatique …. n’ose pas dire la vérité sur la tragédie algérienne!
    Le reste de la presse et quasiment toutes les télés sont bonnes pour la fosse à purin sur le modèle … de fox news.
    De la désinformation et plus le mensonge est gros et répété , plus il arrive chez les pauvres diables.
    Triste monde dans lequel on vit et encore plus triste la pauvre Algérie martyrisée par des c… , des idiots qui la mènent à sa perte.

    8
    9
      Anonyme
      18 janvier 2020 - 10 h 24 min

      On n’est pas obligé de lire la presse de fafa qui d’ailleurs s’adresse en premier lieu aux français.
      Mais qu’en est-il de la presse de notre pays? Quel regard porte-t-elle sur le hirak?

      9
      4
        Lghoul
        18 janvier 2020 - 11 h 25 min

        La presse de ton pays est soit prise en otage et myselee ou un organe de propagande du pouvoir.

        5
        2
        Anonyme
        18 janvier 2020 - 13 h 45 min

        Le monde diplomatique est à vocation mondiale et non franchouillard!
        Renseignez vous bien avant de balancer des inepties.

        2
        3
          Merouch
          18 janvier 2020 - 14 h 42 min

          Vous avez tous vocation à être et rester anonymes, le courage de se donner une identité (même sur le net) n’est pas votre for intérieur. On ne sait donc pas à qui vous répondez !
          Un Anonyme qui répond à un Anonyme !!! . Ridicule.
          Votre commentaire porte sur la « vocation mondiale » du Monde diplomatique, d’accord. Mais quel internaute à mentionné que ce journal était franchouillard ? Je ne trouve pas, personnellement, de passage où cela est dit. J’en conclus que vous lisez rapidement et que vous passez trop rapidement à l’invective.

          3
          3
    Anonyme
    18 janvier 2020 - 8 h 01 min

    Bel article qui déconstruit la désinformation véhiculée par ce torchon le point.
    Sachez qu’en France, les médias mainstream et le point, l express, Le Nouvel Obs, Marianne, Le Figaro, liberation etc… sont des torchons soit sionistes avérés soit sionistes lénifiants et rampants!
    Ils sont pour casser tout velléité d’émancipation.
    Il faut que les neocons, les sionistes et les adeptes du capitalisme sauvage maintiennent le couvercle , la chape sur les peuples de la planète.
    Tous ces médias sont discrédités et ne vivent que de subventions étatiques ordonnés par le lobby sioniste et ses infeodes.
    Les gens cherchent les infos alternatives sur le net maintenant.
    En France, il y a 2 journaux un peu digne, ce sont le canard enchaine pour dénoncer les incuries Franco franchouillardes et le monde diplomatique qui lui est beaucoup plus serieux avec des articles de fond.Malheureusement, le monde di0lomatique qui a été aidé par le pouvoir algérien dans le temps, n’ose pas dire la vérité sur la tragédie algérienne!
    Le reste de la presse et quasiment toutes les télés sont bonne pour la fosse à purin sur le modèle merduque de fix news.
    De la désinformation et plus le mensonge est gris et répété , plus il arrive chez les pauvres diables.
    Triste monde dans lequel on vit et encore plus triste la pauvre Algérie martyrisée par des cobs , des idiots qui la mènent à sa perte.

    16
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.