Pourquoi le PAD ne doit pas emprunter la posture du régime politique autoritaire

assises PAD
Assises du PAD au siège du RCD à Alger. D. R.

Par Youcef Benzatat – Le Pacte de l’alternative démocratique (PAD) vient d’adopter sa charte dans laquelle la culture serait divisée en deux sous-cultures principales. La culture arabe et amazighe, dont le reste n’est qu’une diversité culturelle y afférente. Notamment dans son alinéa où il pose la condition de «l’égalité des langues et cultures arabe et amazighe ainsi que le respect et la promotion de la diversité culturelle y afférente». Pour le reste des alinéas qui composent cette charte, il n’y a rien de nouveau qui ne soit pas déjà inscrit dans la Constitution, excepté leur mise en pratique, y compris le sort des militants politiques actifs, par leur arrestation et leur emprisonnement arbitraire.

Cette conception de la culture pose d’emblée le problème des frontières entre les composantes de cette diversité culturelle. Encore qu’il faille au préalable identifier la substance et le corps de ces cultures afin de tracer leurs frontières en tant que barrières qui permettront de les isoler dans des ghettos respectifs, où la population aura le choix d’appartenir à l’une ou à l’autre de ces cultures et donc d’être d’un côté ou de l’autre de la frontière qui les sépare et de la barrière qui les empêchera d’accomplir des échanges pour préserver leur pureté réciproque afin de neutraliser toute éventualité d’acculturation.

Par culture arabe et culture amazighe, le PAD semble reprendre à son compte le clivage opéré par le sens commun populaire qui entend généralement la différence entre une culture propre à une population s’exprimant en langue populaire dâridja et une population amazighophone. Ce sont là les signes prédominants qui les différencient dans la conscience populaire. Le PAD semble s’approprier ce clivage du sens commun populaire pour en faire les fondements de sa politique culturelle.

Alors que cette différenciation se heurte à l’hétérogénéité au sein même de chaque segment de cette double culture. La culture arabe n’est arabe que par la pratique religieuse qui s’effectue dans la langue arabe, alors que le reste de la communication entre ses membres recourt à la dâridja, un syncrétisme de toutes les langues des différents peuples ayant séjourné un moment ou un autre sur le territoire national durant l’histoire, en un peu plus de 2 000 ans, que la langue autochtone, tamazight, avait absorbées et sur la base desquelles elle n’a cessé de se restructurer. Ce qui fait que la dâridja n’a jamais cessé de se recréer et de s’adapter aux nouvelles situations linguistiques. La dâridja est une langue nationale que l’on parle indifféremment sur tout le territoire national, de quelque région du pays que nous soyons issus La pratique religieuse connaît la même distribution territoriale avec plus ou moins d’assiduité d’une région à une autre. Mais cette hétérogénéité n’est pas prise en compte généralement par le sens commun qui a tendance à la schématisation jusqu’à la caricature pour combler son besoin psycho-politique d’un «nous» en mesure d’assurer une sécurité psychologique aux membres du groupe.

L’originalité de cette charte réside dans son défaut, celui de considérer un patrimoine comme signe de différentiation culturelle entre les membres d’une nation en devenir. Alors qu’une transition révolutionnaire est, par essence, le passage d’une société traditionnelle vers une société moderne, dans laquelle la citoyenneté se définit sur la base de valeurs universellement partagées et la culture sur une transculturalité ouverte à une acculturation indéfinie. Le PAD plaide, dans ce cas, à travers sa charte, pour une transition pour une société prise entre les plis d’une césure culturelle fantasmée aux conséquences néfastes.

Le PAD est dans son droit démocratique de proposition d’un tel projet de société. Mais de là à l’exprimer au nom du Mouvement populaire révolutionnaire du 22 Février, c’est aller vite en besogne en empruntant la posture du régime politique autoritaire et totalitaire que ce même Mouvement populaire révolutionnaire s’est engagé à disqualifier.

Y. B.

 

Comment (27)

    lhadi
    29 janvier 2020 - 5 h 49 min

    J’invite les membres du pacte de l’alternative démocratique à revisiter la constitution algérienne avant de se lancer dans des propositions qui rentrent dans le cadre du jeu de miroir de la société spectacle.

    La constitution algérienne est la règle la plus élevée de l’ordre juridique de notre pays. Elle est la loi suprême de l’Etat à laquelle tous les gouvernants et les gouvernés doivent jurer loyauté, fidélité et respect.

    La longévité d’une constitution est la synovie d’un Etat fort, d’une république solide.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected]à

    4
    9
      Souk-Ahras
      29 janvier 2020 - 9 h 29 min

      @Lhadi bonjour,

      « J’invite les membres du pacte de l’alternative démocratique à revisiter la constitution algérienne avant de se lancer dans des propositions qui rentrent dans le cadre du jeu de miroir de la société spectacle. »

      Sachant que notre constitution a été mise en conformité à la charte des nations unies en 1996 dont l’Algérie a paraphé l’ensemble des dispositions pour faire « plus royaliste que le roi le plus démocrate » (vous m’aurez compris) ; sachant aussi qu’elle a été « bidouillée » à dessein par l’ex président-cadre à la même époque, c’est-à-dire en 1996.
      Cette constitution dite de 1996 n’est qu’un copié-collé de la constitution de la RF, pour ne pas l’épeler. Elle est donc sensée être complète dans sa législation.
      Cependant, certaines dispositions conventionnelles (articles) d’origine, touchant très précisément les libertés fondamentales d’expression, d’association, de représentation, ne cadraient pas dans la conception sultanesque du déjà puissant et machiavélique émir de la RADP qui « dépensait » sans compter ; l’émir étant par définition propriétaire du sol, du sou-sol, et de l’espace aérien de sa…..propriété. N’avait-il pas autorisé le massacre de certaines espèce animales par les richissimes bédouins dont il se voulait l’avatar ?
      L’émir fit donc « amender » et encadrer ces dispositions par des lois d’ordre purement juridique qui ont pour effet de limiter ou d’annuler dans certains cas leur application légale. Ceci explique tous les dépassements commis par le système boutéflikien jusqu’à nos jours.

      Il est important de signaler qu’une constitution se doit d’être transcrite et amendée par des légistes, et non par des juristes techniciens du droit. La constitution n’a aucun rapport avec le droit positif (loi) car c’est une suite de conventions légiférées, et lorsqu’on évoque la convention, on entend approbation préalable.

      Tebboune a commis deux transgression illégales, donc illégitimes, en ordonnant la révision de la constitution, encore une, par un panel de juristes techniciens du droit, sans avoir au préalable dissous les deux chambres. Nous abordons ainsi le chapitre du changement dans la continuité

      16
      3
    à l'attention de tonton Benzatat !
    28 janvier 2020 - 22 h 51 min

    Tonton Youcef Benzatat s’échine à trouver des poux dans la tête d’un chauve ! On te dis, ya tonton, ne te fatigue pas, car il est impossible d’en trouver !

    13
    4
    Anonyme1
    28 janvier 2020 - 22 h 08 min

    Après lès banous hillal qui ont divisé le peuple avec leurs idéologies importer ,voila les banous François qui passent plus de temps chez lui que dans leurs propres maisons et ils sont que quelques hommes et une femme dont ile représentent que 5%du peuple veulent prendre le pouvoir sans lès urnes et finir la vente que les issabistes ont signé les accords avec les enfants de jacques benêt.

    7
    1
    Anonyme
    28 janvier 2020 - 21 h 08 min

    Je n’aime pas soulever ce problème qui accentue la division entre Algériens.Mais le problème kabyle a été crée de toutes pièces par les tenants du pouvoir qui consiste à ne pas louper toute occasion de singulariser la Kabylie.Ces gens font une fixation sur la Kabylie,alors que cette région n’a rien de particulier à part sa langue peut être.Quand à sa culture elle n’est pas très différente de celle des autres régions si on regarde bien.J’ai remarqué aussi que les Kabyles s’assimilent facilement et parlent l’arabe dialectal tandis que les arabophones même vivants en Kabylie ne font pas souvent l’effort de l’apprendre.La Kabylie est une richesse inestimable pour l’Algérie démocratique que nous voulons construire et en marginalisant cette région,c’est l’Algérie qu’on veut amputer.

    33
    3
      Algerien libre.
      28 janvier 2020 - 21 h 52 min

      Cesse de dire n’importe quoi, les kabyles sont lès mieux gâter de tout lès Algériens ,ils ont eu une bonne et gratuite éducation,ils occupent dès postes clés dans le gouvernement ,ils sont dans le secteur privé , beaucoup d’entre eux sont riches ,le problème dès kabyles c’est le complexe d’infériorité envers les français et tout ce que ces derniers font et disent ont raison.non khou le problème est dans vos têtes ,nous sommes un peuple amazigh et arabe ,on est pas haineux.

      3
      31
        Anonyme
        29 janvier 2020 - 8 h 34 min

        @Algerien Libre.28 janvier 2020 – 21 h 52 min,et voilà,dés que toi et tes semblables êtes à court d’arguments,vous nous sortez le spectre de la France pour faire diversion avec votre fourberie légendaire.Notre Histoire tourmentée faite d’invasions diverses a fait qu’il y a des Algériens qui préfèrent l’Europe dont beaucoup de non-Kabyles (beaucoup plus que ce que vous prétendez) et d’autres qui préfèrent le Moyen Orient dont beaucoup de Kabyles aussi.Ne tentez pas de singulariser le Kabyle comme l’on fait tous les dictateurs que toute l’Algérie a subi depuis notre indépendance.

        26
        1
    Rak
    28 janvier 2020 - 20 h 46 min

    Mr YB sort du bois avec son « hebheb » qui lui sert de plume, il ne manque juste que l’eternel critique de KD dans son article pour l’authentifier, c’est tres bon signe pour l’avenir de cette intiative politique du PAD car l’auteur est comme une boussole qui indique le sud.

    39
    4
    Ashtough
    28 janvier 2020 - 20 h 26 min

    Personne n’est à la hauteur de dirigé une nation comme la nôtre à part notre excellence le président Tebboune, dans cinq ans nous serons cent fois mieux qu’aujourd’hui, faites confiance Mr Tebboune et son parti de Moudjahidine de première heure

    3
    27
    La Figue de Barbarie
    28 janvier 2020 - 14 h 49 min

    ….
    Une censure méritée est une noblesse et aristocratie, quand elle ne porte pas atteinte mensongèrement ou avec vulgarité.
    Une censure arbitraire parce qu’elle dérange ou ne correspond pas son inspiration est une bassesse.

    Par ailleurs, depuis la nomination d’un abus au sommet de l’outrance d’El Mouradia on est plus aux étages du bel immeuble d’AP qu’occupent CERTAINS de ses journalistes, mais au sous-sol où résident les calculs abjects du pouvoir.

    17
    6
    Elephant Man
    28 janvier 2020 - 14 h 11 min

    Au milieu de tout leur baratin c’est effectivement cette volonté de sécesSIONISME qui attire l’attention et nous savons tous À Qui Profite Le Crime…
    Comme pour le citoyen lambda c’était la priorité en lieu et place d’une économie organisée et dynamique favorisant l’investissement dans la ressource humaine, l’absence de pauvreté (cf. la Chine > 700 millions de chinois sortis de la pauvreté et objectif 0 pauvre dans les 2 prochains plans quinquennaux…), etc etc …
    L’Algérie est une et indivisible, composée de plusieurs régions chacune avec les spécificités culinaires leur patois leur folklore…et qui fait toute sa richesse.
    Je reviens encore à Ahmed Bensaada il est impossible que l’Algérie ne soit pas la cible des « exportateurs de la démocratie ».

    9
    60
      Anonyme
      28 janvier 2020 - 17 h 14 min

      @Elephant Man Faites le ménage dans vos idées et revenez nous voir…

      39
      7
    Anonyme
    28 janvier 2020 - 13 h 11 min

    Comme dit le dicton : dans le cochon tout est bon…et le PAD en sait quelque chose…

    8
    40
    Winna
    28 janvier 2020 - 11 h 44 min

    Dans les années 70 quand les kabyles posaient la question de la langue populaire, les autres répondaient que ce n’etait pas le moment et que « nous avons d’autres chats à fouetter comme construire des hopitaux, la pomme de terre, la courgette, les mosquées et patati et patata… ». Aujourd’hui, rien n’a changé. La haine du « kabyle » reste intacte. Ce que cet article voulait dire en verité est que le mot « tamazight » doit disparaitre parce qu’il cache un autre, le mot « kabyle » plus insupportable encore. En résumé, toute la problematique culturelle algerienne actuelle tourne autour du simple mot « kabyle ». Certains fantasment d’une epuration culturelle etd’une invention du desert. Je prefere la langue kabyle à la langue tamazight. Tamazight est une création du systeme algerien uniquement pour faire disparaitre, avec le temps, le kabyle. Vivement un referendum linguistique. Là, nous verrons qui aime quoi. Et fad’ma atsaaqel argaz-iz.

    62
    19
      Amazigh
      28 janvier 2020 - 12 h 58 min

      « …La haine du « kabyle » reste intacte… » (!?). Vous faites dans le MENSONGE PUR et l’esbroufe. Je suis KABYLE et JAMAIS je n’ai senti une quelconque « haine » de la part de mes autres frères Algériens. C’est plutôt, NOUS, les Kabyles qui sommes complexés face à nos autres frères Algériens. NOUS, Kabyles avons toujours un COMPLEXE d’infériorité face aux autres populations Algériens, c’est connu. Nous n’avons JAMAIS VOULU nous adapter et nous intégrer aux autres populations de l’Algérie. Nous avons TOUJOURS et de TOUT TEMPS vécu en reclus dans notre société de façon CLANIQUE, RÉGIONALISTE voire même RACISTE et il faut le dire franchement.
      NOUS SOMMES LES ÉTERNELS COMPLEXÉS DE L’ALGÉRIE…
      On occupe des postes de ministres, de premier ministres, de directeurs d’entreprises, de directeurs centraux dans les entreprises, de très hautes fonctions au sein de l’armée, d’ambassadeurs, de chefs d’entreprises et le cas patent de REBRAB est là pour le justifier pleinement. Mais NON ! On est JAMAIS SATISFAITS !!! Parce qu’on a un EGO sur dimensionné…
      Arrêtons de nous plaindre et de faire toujours dans LA VICTIMISATION… Nous sommes des HYPOCRITES PROFESSIONNELS !!!

      25
      111
        Le Temps
        28 janvier 2020 - 17 h 45 min

        Bravo tu es le seul a avoir de la lucidité..

        14
        63
          Haut Niveau
          28 janvier 2020 - 20 h 03 min

          @Le Temps = @Amazigh (même personne dans le style d’écriture).
          En définitif le temps me donne raison tu viens d’afficher involontairement ta vraie carte d’identité.
          Le Temps à jouer contre toi, cachiriste, mais je te plains en voulant inverser les rôle.
          (…)

          45
          6
        Anonyme
        28 janvier 2020 - 20 h 19 min

        @Amazigh mon cher faux kabyle je t’informe déjà qu’en 1965 ou 66, je marchais avec un ami à la rue Baba Azzoune en parlant avec notre langue maternelle ancestrale le Kabyle. Un policier avec un accent qui diffère de l’algérois, nous interdisant de parler une langue de barbares (pas berbères) et bien sure je suis désolé de détruire tes mensonges en t’empêchant de tenter encore une fois le division.

        31
        4
        Anonyme
        28 janvier 2020 - 20 h 38 min

        @Amazigh
        Comment ?
        « … On occupe des postes de ministres, de premier ministres, de directeurs d’entreprises, de directeurs centraux dans les entreprises, de très hautes fonctions au sein de l’armée, d’ambassadeurs, de chefs d’entreprises et le cas patent de REBRAB … »
        D’après tes écrits et,
        On souffre du complexe d’infériorité (???).
        J’aurai admis peut-être l’inverse !!!

        Jalousie quand tu nous tiens !!!

        54
        4
    Le RCD est un parti pollueur
    28 janvier 2020 - 11 h 34 min

    Ce parti devrait disparaitre naturellement par les urnes lors des prochaines élections. Il est toujours dans les thématiques qui divisent au lieu de rassembler. On sait tous pour qu’elle chapelle il est le porte-voix. Je persiste et signe qu’un parti micro scopique pseudo démocrate qui à autant accès aux médias, est du fait que ces sponsors sont très puissants au sein du pays (on devine qui!). Pour rappel, les députés n’ont toujours pas démissionnes du parlement alors qu’ils revendiquent être hors système. Mais faux, ils ont des élus partout, dans tout les rouages de l’Etat. Ce parti a été créé par la volonté de la police politique. Il fait parti du système donc du passé et du passif. Comme il a dit lui  » Y tenahaw gah! ».

    16
    82
      Karim68
      28 janvier 2020 - 15 h 13 min

      Vous usez de la devise du Hirak  » Y tenahaw gah! » alors que j’imagine vous ne participez même pas aux marches du Hirak les vendredis. Vous serez plus crédible si vous avez le courage de défendre clairement la junte et la issaba au pouvoir qui a brimé le Peuple Algérien. Ce dernier son problème c’est la issaba et ses suppôts et non le RCD ! Fakou!!

      44
      4
      Anonyme
      28 janvier 2020 - 21 h 42 min

      Bien sur quand on cultive l’absurdité même dans les têtes de jeunes enfants…à l’école,on inverse volontier les rôles.Le RCD est un parti d’avant garde tourné vers l’avenir et la modernité.L’avenir donnera raison à ses initiateurs.Certes il ne faut pas renier son passé,mais il ne faut pas arrêter la marche du temps qui avance inéluctablement mais jamais ne recule.Quand aux inventeurs de la machine à remonter le temps,la seule chose qu’ils ont inventé,le petit pois chiche à la place du cerveau y est pour beaucoup.

      1
      1
      Anonyme
      28 janvier 2020 - 23 h 11 min

      C’est bien ! Bonne analyse ! Alors qu’est ce qu’on doit dire des microscopiques Parti de Naima Salhi et les satellites du pouvoir ? du FLN Tawan, RND … Faisons le bilan moral et surtout financier en toute objectivité.

      PS : Je ne suis ni pour ni contre le RCD.

      14
      2
    Le Temps
    28 janvier 2020 - 10 h 29 min

    Ils se sont réunis pour parler « Culture » »??? ou reprendre des voeux pieux?? je l avais deja dit cette initiative pourra déboucher quand on formulera des exigences claires,les moyens et mécanismes de les suivre sur le terrain..les delais d éxecution…….A titre d exemple exiger L indépendance de la justice c est BIEN mais en déssiner les contours avec des mecanismes de surveillances claires a savoir;;; Nomination des MAGISTRATS et sur quelle base..leur roulement sur les cours de justices a travers le Pays..l éléction de leur represntants…ect ect ect…………Réactiver la Cour des Comptes et publier un Audit et ses comptes rendues ….Dissoudre ces centaines de Commissions et d organismes Bidons tel les holdings et autres fonds de participation…libérer le champ syndical et publier les résultats des éléctions de toutes les sections …..

    4
    36
      Haut Niveau
      28 janvier 2020 - 21 h 11 min

      @Le Temps
      Je remarque que tout ce que tu cites à titre d’exemple sont les tares des cachiristes et de la Issaba alors pourquoi tu tires toujours sur tout ce qui s’oppose à TON Tebboune.
      Retour ton fusil sur les vrais coupables, tu ne rendras que justice au peuple.

      Tirer sur l’ambulance !!! Sans commentaires.

      28
      1
    Vérité
    28 janvier 2020 - 10 h 13 min

    Pourquoi complique t-on la situation où elle est déjà assez compliquée,a mon avis il faut viré en priorité les traîtres corrompus qui tiennent le pouvoir depuis l’indépendance aussitôt confisquée, organisé des élections libres et transparente et que le meilleur gagne, avec son programme et son équipe, ont peut pas être à contre courant des vœux et souhaits de la population qui souffre depuis 1830

    8
    4
    Karim68
    28 janvier 2020 - 9 h 47 min

    Vous allez vite dans la besogne …. Ca fait des mois que vous reprochez à l’opposition de ne pas apporter au Hirak la couche politique et voila que vous jetez de la suspicion alors qu’ils essayent malgré les nombreuses entraves et repression qui s’abat sur eux : militants emprisonnés, encerclement du siège régional du RCD chaque vendredi, attaque du carré du RCD par des bombes lacrymogènes et kidnapping de 4 militants du RCD vendredi dernier (je signale pas un mot sur ça de AP),refus de salle au PAD pour ces assises sous pretexte qu’il y a un mariage de prévu dans cette salle (heureusement le RCD a mis à disposition son siège national à ElBiar). Je pense pas qu’il faudra renforcer les rangs la presse qu’on pensait démocratique mais qui fait dans la contre révolution (TSA, Le Soir d’Algérie,…)

    46
    13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.