Bouteflika, Haddad, Hollande, Valls : Djouhri fait de nouvelles révélations

Alexandre Djouhri
Alexandre Djouhri. D. R.

Par Kamel M. – Ce n’est pas par hasard qu’Alexandre Djouhri a choisi de se confier à un média algérien. Cet homme d’affaires, qui défend les intérêts de l’Algérie à l’étranger à sa façon, semble avoir jugé nécessaire de s’exprimer sur son affaire qui, en apparence, semble ne concerner que la France qui le réclame et la Grande-Bretagne qui le détient, mais qui, quelque part, implique l’Algérie indirectement en raison de ses liens avec Ali Haddad, aujourd’hui en prison.

Beaucoup a été dit et écrit sur ce Franco-algérien qui vivait entre la France, la Grande-Bretagne et la Suisse avant d’être assigné à résidence à Londres jusqu’à ce que les juges britanniques eussent pris la décision de le remettre à la justice française qu’il accuse d’avoir monté une cabale contre lui. A nos confrères du Soir d’Algérie à qui il a accordé une interview «quelques heures avant d’être délivré à la France», Alexandre Djouhri revient sur le système Bouteflika qu’il qualifie de «forteresse», sur son ami Ali Haddad qu’il dit avoir accompagné à Djibouti pour «construire un pipe» et sur l’affaire Sarkozy dans laquelle, «pour des raisons politiques», certains milieux ont «voulu le faire mentir» en accusant [à tort] l’ancien chef de l’Etat français.

Interviewé par le politologue algérien Naoufel Brahimi El-Mili, Alexandre Djouhri affirme qu’il serait «heureux» de se rendre en Algérie «le plus vite possible», en regrettant qu’il ait été empêché de se rendre aux funérailles de sa sœur. «Je vais découvrir une Algérie différente», a-t-il dit en confiant que l’élection d’Abdelmadjid Tebboune «[lui] va parfaitement».

Le très médiatisé homme d’affaires franco-algérien affirme qu’il n’a «jamais eu d’activité industrielle ou économique», en Algérie, avant de préciser : «J’ai fait toutefois une seule exception à titre amical, j’ai accompagné Ali Haddad à Djibouti en vue de construire un pipe, de Djibouti à Addis-Abeba, Ali Haddad n’était pas en mesure de réaliser ce projet car son usine de pipes n’était pas en capacité de production. Il s’agissait d’aider une connaissance algérienne à intervenir sur un marché prometteur africain, mais je n’ai jamais fait d’affaires en Algérie.»

Démentant détenir un passeport diplomatique, Alexandre Djouhri assure qu’il n’a «aucun lien avec un réseau du pouvoir algérien», en expliquant que «le système de Bouteflika n’était pas tissé en réseau mais plutôt bâti en forteresse». C’était pour lui, a-t-il confié, «un monde étranger en raison de son lien énorme avec le gouvernement de Hollande et de Valls» qui «en sous-main, faisaient la pluie et le beau temps en Algérie». Il estime que l’Etat algérien qui «n’a pas fait un geste» pour le soutenir ou, à tout le moins «rassurer» sa famille, l’a «symboliquement déchu» de sa nationalité, «alors qu’à Londres, j’étais enchaîné vingt-quatre heures sur vingt-quatre, pendant dix-huit jours, subissant un traitement défini par les droits de l’Homme comme cruel et inhumain», s’est-il indigné.

Questionné sur l’affaire pour laquelle il est jugé en France, celui qui se dit résolu à «repartir à l’attaque à mille pour cent», a indiqué que celle-ci est une «sinistre blague» et un «colossal mensonge», en soulignant que le mandat d’arrêt européen lancé contre lui est un «inventaire à la Prévert, un château de cartes» qui, bien que n’ayant «aucune valeur juridique», sera quand même poursuivi. Alexandre Djouhri accuse un «réseau politico-financier tricolore» d’avoir mis les Anglais sous pression pour «faire semblant de croire au sérieux de la poursuite».

Au sujet de l’affaire du financement libyen impliquant l’ancien président français de droite, Nicolas Sarkozy, Alexandre Djouhri affirme qu’[on] lui a «mis sur le dos un transfert de 500 000 dollars pour Claude Guéant». «Une histoire de villa dans laquelle je ne suis pas partie, des commissions sur une vente d’Airbus pourtant limpide», a-t-il objecté, en pointant des juges qui «finissent par croire à leur propre roman». «Je suis victime d’un traquenard judiciaire, il fallait que je sois torturé», a-t-il ironisé, en expliquant que les juges voulaient le faire mentir «comme ils l’ont fait avec Takieddine», parce qu’«il fallait, pour des raisons politiques, que j’accuse Sarkozy, alors que je n’ai joué aucun rôle dans ce supposé financement».

Alexandre Djouhri qualifie son extradition à Paris de «kidnapping judiciaire», accusant un «petit gang de pirates de l’économie qui entendent gagner de l’agent en faisant chanter des capitaines d’industrie».

K. M.

Comment (37)

    Anonyme
    9 février 2020 - 9 h 11 min

    La question est comment un petit truand de Sarcelles recruté lors d’une rixe à main armée, par pasqua, est devenu un actionnaire de areva à hauteur de 8% ÷.alliances avec la mafia russe puisque sin fils à épousé la fille d un oligarchie russe.
    El wahiyou !!!!miracle divin……ou la cour des miracles….

    Anonyme
    3 février 2020 - 15 h 58 min

    Faut sauver Sarko, on s’est jamais, tout en embuscade qu’il est, il pourrait se présenter aux futures élections présidentielles et si il gagne ben, enfin vous comprenez, ce serait tout bien pour Monsieur Alexandre.

    Ali
    3 février 2020 - 11 h 32 min

    Pour protester contre les Français, il a décidé de faire le Ramadan

      Réponse
      3 février 2020 - 18 h 25 min

      Le sujet n’a rien a voir avec la religion ni les Arabes ni les Berbère.

        Ali
        3 février 2020 - 20 h 35 min

        réponse,tu sort de quelle jungle,je fais allusion a sa gève de la faim;pourquoi tu te sens visé,es-tu le seul Arabe sur ce site

    Selecto
    3 février 2020 - 10 h 04 min

    Il vient d’entamer une grève de la faims ce matin.

    Amascha-Hô
    3 février 2020 - 9 h 43 min

    Le 21 mai 2008, monsieur Alexandre vend via des structures offshore par son équipe de pieds nickelés dite ‘coffre-fort’, une villa au fond souverain libyen (LAP) dirigé par Bachir Saleh pour 10 millions d’euros alors qu’elle est évaluée à 4,4 millions. La justice française cherche à savoir si ces montages financiers ont servi à transférer en France des fonds libyens destinés à la campagne de Nicolas Sarkozy. Avec ce qu’il a fait en Algérie comme manigances au profit d’intérêts occultes et autres atteintes à l’économie nationale, Ahmed Djouhri en a suffisamment à charge de quoi l’envoyer faire de très longues parties de yam avec son pote Hamid Melzi.

    Rien qu’avec ces affaires transnationales ayant la singularité d’être produites par la décennie noire – pour laquelle sera dédié un livre document de mille page au format A4-, si notre justice se libère enfin du joug colonial qui l’étreint et se relève de là où les Belaîz, les Louh et autres Benhachem l’ont séquestrée sur deux décennies, l’Algérie saura -et elle est bien placée pour- discréditer cette fausse justice internationale partiale qui privilégie les intérêts des multinationales adossées aux gouvernements dont ils tirent leurs puissances, à l’intérêt général tous peuples confondus.

    Le Hirak de 1954 nous fût confisqué en 1962. Il nous revient en 1988 pour nous être volé de nouveau par la même entité coloniale. Voilà qu’il nous réapparait de nouveau en 2019… Vous n’avez aucun droit à l’échec Monsieur Tebboune.

    Bien à vous. ck

    Zaatar
    3 février 2020 - 5 h 31 min

    Quand est ce que l’on se mettra dans le crâne que la nature humaine est ainsi faite? Que l’homme n’a qu’une seule quête dans sa vie celle d’être dans le meilleure environnement possible, en ayant accès à tous les plaisirs possibles. C’est ce qui est inscrit dans ses gènes et c’est valable pour tous les êtres vivants. L’homme étant l’être le plus évolué developpe forcément plus d’aptitudes que le reste des espèces vivantes. Son environnement ainsi façonné fait qu’un individu quelconque tente de s’y adapter dans les meilleures conditions possibles. Aussi, actuellement, au gré des conditions qui s’imposent à tous, chacun voudrait « réussir sa vie » de la meilleure des façons possible. Et cela passe par l’argent car il est la source de tout épanouissement et de procuration de tous les plaisirs. Peu importe la situation sociale, le rang, l’appartenance communautaire, la religion…etc, instinctivement c’est ce qui est recherché. Alors on use de tout ce qui est a disposition a différents degré. C’est ce que l’on constate chez nous en exemple ou tout le monde cherche son compte. Mais c’est pareil partout ailleurs, il n y a que les règles qui auront changé mais pas les états d’esprits.

      Lghoul
      3 février 2020 - 9 h 21 min

      Si les principes, la décence sont finis et sont remplacés par le mercenariat et l’égoisme a outrance a cause de la « nature humaine », pourquoi avoir dans ce cas, une carte d’identité, un passeport ou une nationalité ? On doit quand même s’identifier a quelque chose, n’est ce pas ? Seulement pour cela, je comprend.

      Réponse
      3 février 2020 - 9 h 25 min

      Une manière de dédouaner les escrocs de Bouteflika et justifier l’injustifiable.

      Dans notre histoire nous avons des exemples d’hommes qui ont abandonné le confort pour la dignité comme par exemple Mustapha Benboulaid qui était un homme aisé qui a vendu tout ses biens pour financer les Révolution et mourir au maquis, il n’était pas le seul.

      Anonyme
      4 février 2020 - 11 h 30 min

      parle pour toi

    Anonyme
    2 février 2020 - 21 h 57 min

    Et si Jouhri était poursuivi par le Mali ou le Niger, j’aurais aimé savoir si l’Algérie aurait réagi ? C’est sûr quand c’est la France qui le fait c’est motus et bouche cousue, ni vu ni connu….

    Expresscommentaire
    2 février 2020 - 19 h 19 min

    Il et même pas honnête jusqu’au bout son Ami Sarko qu’il protège va le sortir du cachot maintenant

    Reseau
    2 février 2020 - 17 h 53 min

    Pourquoi on a plus d’escrocs et de corrompus en Algérie que dans le reste du monde,es-que c’est un virus propre a l’Algérie ou c’est transmis par les colons ou des Bouteflika

    Anonyme
    2 février 2020 - 17 h 22 min

    Ah les commentaires ! Chacun y va avec son gros couteau, qui va s’adjuger le coup de grâce ! Les libanais ont reçu à bras ouvert leur fugitif de compatriote
    oui celui qui a fuit ya pas longtemps la justice ou « l’injustice » (selon lui) nippone ! Eux les libanais le soutiennent et le protège et se garde de dire du mal de lui, peut importe son ce qu’on lui reproche, car ils savent que tôt ou tard il le leur rendra ou au moins ils ont gagné à se dire on ne lâche pas un compatriote aux aboie !
    Nous c’est différents on lâche pour un oui ou pour un non ! Ah celui là n’est pas assez algérien, il est binational, Ah celui là c’est truand, l’autre est un traître on a entendu dire qu’il a pris un café avec bhl, ah cet autre est encore pire on Soupçonne (on est pas encore sûr) qu’il s’est carement rendu en Israël….UN autre peut décrocher la lune pour l’Algérie mais si par malheur il tient un discours qu’on jugerait ou même qu’on soupçonnerait pas assez (
    pas contre où anti mais juste pas assez) propalestinien, et ben tout est remet en cause et devient un traître à abattre,… Etc etc
    Après on s’étonne pourquoi nos hommes et femmes (qui ont percé à étranger , scientifique, industriel, écrivains,…) par leur propres moyens) ne font rien pour leur bled
    d’origine. On passe notre à leur cracher dessus et traiter de tous les noms et qu’on pas besoin d’eux et après paradoxalement on veut qu’ils se sacrifient bien et âme pour la patrie….
    Et le pire on se comporte tous comme les gardien du temple de la vertu alors que la réalité esr tout autre, qu’on acumule toutes les tares du monde, corruption, gabegie, népotisme, insalubrite (environnementale etm mentale)…
    C’est pas demain la veille que nous cobstruiron une
    nation digne de son nom (peu importe sa nature démocrate, laïque ou islamique) solidaire et où chacun y trouve sa place et se sentira respecté et protégé et pour laquelle il aura envie de se donner Corp et âme !

      Réponse
      2 février 2020 - 20 h 45 min

      Il n’ y a aucune comparaison entre les deux car le Libanais n’a jamais volé son pays au contraire c’est un grand investisseur, chaque année il faisait des dont aux université et donnait des bourses aux étudiants modestes.

      A travers ton délire c’est un Chakib Khelil et sa bande que visait, ton message ne passera pas.

      C’est vrais que les Libanais sont des escrocs mais ils ont une qualité c’est qu’ils n’escroquent jamais leur pays.

        rboba
        2 février 2020 - 23 h 54 min

        Le Libanais n’a jamais volé son pays écrivez-vous, au contraire etc…… Mais son père, faisait le trafic de diamants et a été convaincu dans l’assassinat d’un prêtre pour cette même raison, ce dernier se montrant trop gourmand ! Et Carlos Ghosn n’est pas non plus blanc-bleu : il s’est servi dans les caisses de Renault pour son mariage dispendieux, ses déplacements. Pour l’histoire du père (trafic de diamants et assassinat d’un prêtre) , je vous renvoie à René Naba, lui-même Libanais et journaliste/politologue.

          Réponse
          3 février 2020 - 9 h 27 min

          Ok mais les caisses de Renault ne son pas le Trésor public libanais.

    Anonyme
    2 février 2020 - 15 h 45 min

    Il a pris la nationalité française ,he bien qu’il assume, tous ce qui l’on fait finissent par le regretter , quand on veux manger dans deux assiettes a la fois on fini par s’étouffer, si il lui reste un peu de dignité qu’il fournisse les noms de tous ces algériens qui ont trahi leur pays.

      Rachid
      2 février 2020 - 20 h 51 min

      Il y a des Algériens qui n’ont que la nationalité algérienne et font pareil ou pire que lui.

      La double nationalité ne détermine pas notre comportement il y a même des binationaux qui sont plus nationaliste algériens que les premiers.

    Ali
    2 février 2020 - 15 h 37 min

    Meskine tout le monde est contre lui même ses propres amis de Sarkozy à Bouteflika et même nos corrompus dirigeants, sa me rappelle les pickpopeckt du métro de Paris, ce n’est jamais de leurs faute, j’ai trouvé le porte monnaie par terre

    Anonyme
    2 février 2020 - 14 h 48 min

    Le 14 juin 2000, Jacques Chirac appelle à bâtir une relation apaisée et ambitieuse entre la France et l’Algérie lors d’une réception offerte à son ‘ami’ Abdelaziz Bouteflika;

    Le lendemain, c’est l’’ami’ devant l’Assemblée française qui évoque la nécessité de sortir des oubliettes du non-dit de la guerre d’Algérie, et le soir, lors d’un dîner-débat, il affirme que l’Algérie veut entretenir des relations extraordinaires, non banales, avec la France.
    C’était la première visite officielle en France depuis celle de Chadli Bendjedid en 1983 ;

    Le surlendemain, A. Bouteflika se rend à Verdun pour honorer la mémoire des Algériens morts pour la France lors de la première guerre mondiale ;

    Le 17, A. Bouteflika revient sur Alger au terme de sa visite les bagages pas tout à fait vide puisqu’il y avait monsieur Alexandre qui avait pour mission spéciale d’organiser, d’une certaine façon, les années de la France en Algérie. Ce dernier aimait claironner dans les restaurants et le mille et une nuits du Sheraton club des Pins, sa proximité avec Larbi Belkheir. On s’est croisé depuis, au club Athéna, à la piscine –intérieure et extérieure- et à la plage de l’hôtel sur plusieurs années.

      Anonyme
      2 février 2020 - 18 h 05 min

      Alexandre Djouhri servait aussi d’intermédiaire entre la France et la Libye à travers sa relation avec le chef de cabinet de Kadhafi, Bachir Saleh, une relation qui débute en 2004, sous Jacques Chirac, en faveur des contrats de vente d’Airbus et de missiles à la Lybie et qui sera portée à son point culminant après l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007, qui fera de monsieur Alexandre, grâce à Claude Guéant avec qui il a fait connaissance en 2006, l’interlocuteur direct entre la Lybie et la France.

        Ziad Takieddine
        2 février 2020 - 18 h 16 min

        J’accuse Jacques Chirac et Dominique de Villepin, à l’Elysée, et leurs hommes, le diplomate Maurice Gourdault-Montagne et, notamment, un homme de l’ombre, Alexandre Djouhri, d’avoir, par leurs agissements, fait que la France passe aujourd’hui pour un des pays les plus corrompus au monde.

          Anonyme
          2 février 2020 - 18 h 56 min

          Pour la petite histoire, cela c’est passé le jour même où un certain Philippe Douste-Blazy lançait sur radio J –radio communautaire juive- : « Je ferai une remarque concernant les propos de M. Bouteflika sur la France [génocide de l’identité, Constantine, 16 avril 2006] ; je vois qu’il apprécie les médecins français, je vois qu’il apprécie la médecine française, je vois qu’il apprécie les hôpitaux français », alors que se tenait à quelques encablures, une réunion de cape et d’épée entre Gourdault, Squarcini, Guéant, Sarkozy et Djouhri pour trouver un terrain d’entente entre les chiraquiens et les sarkozystes quelques mois avant les présidentielles de 2007.

    Anonyme
    2 février 2020 - 13 h 08 min

    Cet ancien truand veut nous faire pleurer!!!
    Il ne dira jamais la vérité car il fait partie de la maffia internationale…
    Pas besoin d accuser qu Hollande et Valls, nous on veut le nom des traîtres algériens qui travaillaient avec eux et qui leur ont demandé de soutenir le 3 eme,4 eme et 5 eme mandat de Bouteflika !!!!

      Lghoul
      2 février 2020 - 16 h 46 min

      Exact; il represente l’interface de la mafia internationale. Les tentacules de la franc-maconnerie n’ont ni nationalite et ni religion. Soutenir le mort vivant boutef pour des mandats ou l’analphabete qudrulingue haddad pour des affaires en afrique n’a pas besoin de schema pour comprendre les enjeux.

    Elephant Man
    2 février 2020 - 12 h 34 min

    Si j’ai bien comprendre le franciSS la racaille Sarkozy est blanc comme neige….même un gosse de 3 piges n’avalerait pas cette couleuvre…. C’est uniquement Claude Guéant déjà condamné c’est pratique comme alibi pour le sarko….la bande de malfrats de la racaille Sarkozy Claude Guéant et cie…et sa mafia juive de françafrique à Neuilly n’a rien d’une nouveauté et Djouhri il en connaît un rayon….les réseaux Pasqua/ Foccard ont été réactifs pour faire payer sa caution à l’UK par la Banque d’Algérie ..
    Derrière la racaille Sarkozy et flamby plane l’ombre d’un ancien de l’OAS Benoît Puga maintenu en poste par flamby …ces politiques des éternelles victimes tous blanc comme neige ! Cette françaFRIC….

      Monsieur X
      2 février 2020 - 14 h 58 min

      Commentaire sans nuance donc sans intérêt mais qui fait un amalgame d’une stupidité incroyable.

        Elephant Man
        2 février 2020 - 18 h 42 min

        @SCHMILBLICK
        Vos propos n’engagent que vous et à bien y regarder vous siéent à merveille.
        « N’EST STUPIDE QUE LA STUPIDITÉ » FORREST GUMP
        Quels sont vos arguments pour contredire la RÉALITÉ DES FAITS….vous n’en avez aucun as USUAL SUSPECTS
        Be seeing you 😉

    khalti hlima
    2 février 2020 - 12 h 21 min

    On s’en fout de lui…

      le cervau
      2 février 2020 - 15 h 02 min

      meme si tu t’enfou de lui …eux ils ne lacherons jamais l’algerie tant qu’il ya la richessent dans se pays
      il ne nous lacherons pas et les franc-masson n’ont plus

    Précision
    2 février 2020 - 12 h 16 min

    Les pipelines c’estait pour Said Bouteflika avec lequel il était en contact et non pas pour Haddad qui n’était qu’une couverture.

    Anonyme
    2 février 2020 - 12 h 04 min

    Je souhaite beaucoup de courage a son avocat, je conseillerai à Djouhri d’en prendre une dizaine car la tâche est rude…

    Question
    2 février 2020 - 12 h 03 min

    Avec quel argent ton ami Haddad voulait construite des pipes en Afrique ?

    Vérité
    2 février 2020 - 11 h 56 min

    Lorsque la bonne étoile brille sûr certaines personnes, argent influence, corruption yachts, gloire et puissance, ils disent le monde est parfait, et quand cette brillante étoile, s’éteindre on accuse ce monde de tout les noms, comme par hasard toutes vos fréquentations sont louches très souvent se sont des bandits, des voyous aux cols blanc de Zarkosy à Bouteflika, sans oublier le généreux défunt Kaddafi, vous avez sali l’image d’une Algérie en décomposition avancée causés par vos amis Haddad Chakib Bouchouareb Said Bouteflika Saidani Tliba Ghoul Belkcir Zoukh Hamel et les autres, la justice Française n’est pas la justice aux enchères Algérienne, conclusion dis moi ce que tu fréquente et je te dirais qui es-tu

    Le Chant Des Cygnes
    2 février 2020 - 11 h 48 min

    Bientôt on va acheter des mouchoirs pour pleurer sur cet escroc en col blanc. Lui et Takiedine ont mangé à tous les râteliers, et aujourd’hui ils sont devenus des colombes bien blanche !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.