L’envoi de soldats supplémentaires au Mali suscite des interrogations en France

MAC France
Lors d'une visite du président Emmanuel Macron aux soldats au Mali. D. R.

Par De Paris, Mrizek Sahraoui – La France vient d’envoyer 600 militaires supplémentaires au Mali, en renfort aux 4 500 déjà présents sur place dans le cadre de l’opération Barkhane. Ce nouvel appui au dispositif des forces militaires françaises opérant au Sahel, sur lequel le gouvernement n’a pas beaucoup communiqué et qui n’a pas manqué de faire réagir la classe politique, résultat des orientations du sommet de Pau, tenu en janvier avec les pays du G5 Sahel, intervient au moment où le conflit s’enlise et les critiques fusent, surtout au sein des opinions publiques africaines, de plus en plus hostiles à la présence de la France sur le continent, une présence perçue comme une nouvelle colonisation qui ne dit pas son nom.

La critique de ce conflit, qui a pris depuis un moment déjà les allures d’un engagement qui ne prévoit pas de terme, s’installe désormais même en France. Tout juste après l’annonce faite par la ministre des Armées à travers un communiqué, Jean-Luc Mélenchon, le chef de file de la France Insoumise, s’est exprimé, parlant d’une «nouvelle inquiétante». Elle l’est, écrit-il dans sa déclaration, «d’autant plus que les questions sur les buts de guerre au Mali (…) sont restées sans réponse», et d’ajouter que la France «ne peut avoir pour objectif de rester là-bas (au Sahel, ndlr) indéfiniment».

Le leader de gauche s’est posé un grand nombre de questions au sujet de ce renfort inattendu. «Pourquoi faire ? Sommes-nous menacés d’être débordés ? Une bataille est-elle engagée où nous manquons d’effectifs ? L’armé sur place a-t-elle demandé du renfort ? Que faisons-nous là-bas ?» s’est-il interrogé, à juste titre, au regard des pertes subies. Faut-il rappeler que la France a perdu 13 militaires, le 25 novembre dernier, après un crash d’un hélicoptère, portant le nombre de soldats français tués dans le cadre de l’opération Barkhane à 41, depuis son lancement, en 2014.

Outre les 600 soldats qui seront déployés d’ici fin février dans la zone dite des trois frontières, la jonction sans délimitation physique entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger, il est également question de l’envoi de plusieurs dizaines de blindés lourds, de blindés légers et d’autres moyens logistiques.

Reste à savoir quand cette guerre sans fin va s’arrêter et, surtout, si elle va venir à bout des groupes djihadistes qui ont multiplié les attaques ces derniers mois.

M. S.

 

Comment (4)

    Vroum Vroum 😤..
    20 février 2020 - 23 h 49 min

    Le dernier discours du Président Macron face aux Embassadeurs , Personnalités politiques .. La France défend le droit international…qu’il dit Macron !!.. La France se bat contre le Terrorisme…qu’il dit Macron !!… Il a oublié que la France de Sarkozy Bhl et Hollande Fabius Al Nosra fait du bon boulot en Syrie , ont royalement violé le droit international , en attaquant la Libye , bombarder la Syrie , soutient du Terrorisme islamiste Wahabite en Syrie , et dernièrement le Porte Avion Charles de Gaulle accoste pas loin des côtes Syrienne aurait bombarder la Syrie avec Israël… Comme on dit le ridicule ne tue pas , la France de Sarkozy Bhl Hollande Fabius et Macron défend le Droit international !!!!… et paraît-il combat le Terrorisme en Syrie ou Libye ???.. ce Terrorisme islamiste Wahabite ne s’est jamais mieux porté depuis que Israël USA Otan Gb France disent combattre le Terrorisme !!.. 😂🤣.

    Merguez
    5 février 2020 - 18 h 54 min

    à AnonymDz !
    Wa , Fakoo c’est pas la peine tu cache la montagne avec ton doigt car on la vois de tout les cotés !

    Anonymdz
    3 février 2020 - 13 h 35 min

    Que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de leurs pays ils s’attaquent uniquement qu’aux faibles,si le mali est un pays fort militairement ils oseront jamais envoyer leurs soldats.j’espere que mon pays ne leurs ouvrira pas nôtre espace aérien et si lès marocains le font ça sera eux et leurs conscience.Nous Algériens ont traite lès enfants dès autres comme on traite lès nôtres,un petit morceau de pain propre mieux qu’une baguette volé.

      Anonyme
      3 février 2020 - 16 h 39 min

      Moi je pense que si tu pouvais avoir un visa pour ce pays que tu prétends haïr et bien, comme la quasi totalité de ceux qui ont fait de la guerre d’Algérie un fond de commerce, et bien, je suis sûr que tu serais capable de marcher sur … Wa Faqqoooo ! il faut changer de stratégie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.