Ce que prélude le remplacement du directeur de cabinet de la Présidence

Tebb cabinet de la présidence
Abdelmadjid Tebboune saluant Gaïd-Salah. D. R.

Par Nabil D. – Le directeur de cabinet de la présidence de la République a été appelé à de nouvelles fonctions et n’assurera plus le «filtre» entre Abdelmadjid Tebboune et les différents responsables politiques et militaires. La fin de fonctions du diplomate, qui devrait être nommé à un nouveau poste à l’étranger, intervient au lendemain de la désignation de nouveaux conseillers à El-Mouradia, prélude à une série de nouveaux changements qui seront annoncés dans les jours et les semaines à venir.

Des sources informées expliquent ce chamboulement au sommet de l’Etat par un «besoin de cohésion au sein de l’équipe qui entoure Abdelmadjid Tebboune», d’autant que la plupart de ses collaborateurs actuels ont été cooptés par l’ancien chef d’état-major de l’armée, le général Gaïd-Salah, dont l’héritage devient un véritable boulet pour la nouvelle direction politique du pays qui continue de faire face à une contestation populaire toujours aussi effervescente, aggravée par une sérieuse crise économique qui se profile à l’horizon et qui peut, estiment des analystes, déboucher sur une explosion sociale.

«En encensant le Hirak, le président Tebboune lance des messages à peine voilés à ceux qui voudraient lui rappeler que s’il occupe le palais d’El-Mouradia, c’est grâce au commandement de l’armée qui, derrière Gaïd-Salah, a accompagné le système pour assurer sa régénérescence et étouffer les revendications populaires qui n’ont, jusqu’à présent, abouti qu’au remplacement d’un président-fantôme par un autre non imposé par la force de la présidentielle, contestée et largement boycottée, du 12 décembre 2019», expliquent nos sources.

Abdelmadjid Tebboune, en sa qualité de ministre de la Défense nationale et chef suprême des forces armées, conformément à la Constitution qui a servi d’argument à Gaïd-Salah pour faire barrage à la transition souhaitée par les citoyens au lendemain de la déchéance de Bouteflika, a toute latitude de démettre et de procéder à des changements au sein de l’institution militaire. Des changements qui tardent mais dont l’écho bruit sourdement dans les coulisses d’El-Mouradia et des Tagarins. «La tâche est malaisée pour le Président, mais dans ce choix cornélien et cet exercice périlleux qu’il s’apprête à opérer, il doit asseoir sa puissance en se débarrassant des boulets qui gênent sa démarche, car la mission qui lui échoit ne consiste pas à satisfaire les désidératas de ceux qui l’ont porté au pouvoir, mais de convaincre le peuple majoritaire, qui conteste sa légitimité, de sa capacité à faire de son mandat un pont entre le système actuel et la nouvelle République dont il affirme partager avec le Hirak l’ardent souhait de son avènement», soulignent nos sources.

N. D.

Comment (33)

    FAID
    1 mars 2020 - 22 h 02 min

    Avant c’était un peuple sans président, maintenant c’est un président sans peuple. bravo on avance …

    3
    1
    Vroum Vroum 😤..
    1 mars 2020 - 13 h 39 min

    Ne soyez pas impatient , la Crise financière Économique suivie d’une crise Sociale arrivent , et celà Personne ne peut changer l’équation . .Pas même Mr Hirak Président en Personne . . Moi je pense qu’il est suicidaire de parler changer de Président alors que la crise Économique et sociale sont proches , on est déjà dedans , le pire arrive . L’économie n’attend pas . Il ne s’agit plus de Hirak ou pas Hirak , mais de Sauvetage Économique , urgence absolue . . Pour mon avis , il est permis de rêver , mais toutes solutions reposent sur les moyens nécessaires Financier à disposition !.. Et même vous Président , vous ne ferez rien de plus . On sait tous l’affaire ..et pendant ce temps le Président Teboune et son Nouveau Gouvernement et Experts Économique sont déjà au travail pour redresser le Pays . . L’économie n’attend pas .

    3
    19
    arhab
    1 mars 2020 - 12 h 18 min

    Bonjour: Il faut rien attendre du soldat Teboune;, ce misérable commis sans relief n’a pas choisit d’être là ni de se présenter à ce poste et la mème chose pour les trois autres lièvres. On l a mis devant un choix difficile : Entre sauver sa peau des poursuites qui allaient le toucher (un des membre de la Issaba) et plus tard celle de son drogué rejeton par une relaxe qui vient de tomber ou bien se mettre aux services des généraux pour régénérer le système. Il faut rien attendre de lui, passez votre chemin.

    10
    12
    Yacine
    1 mars 2020 - 10 h 48 min

    Pensez vous sérieusement que Tebboune ira vers la nouvelle Algérie alors que les pratiques de l’ancien système sont de rigueur ?
    Comment peut-on y croire , alors qu’on ferme toujours les espaces d’expression comme la télé, la radio et les sales de réunion pour les partis de l’opposition et les associations autonomes ?
    Comment peut-on y croire alors que le pouvoir continue à vouloir domestiquer les partis comme il le fait en réclamant à un parti politique , le RCD , un milliard comme si c’était une entreprise ?
    Peut-on y croire vraiment quand le pouvoir ferme Toujours les accès à la capitale aux Algériens ?
    La seule manière d’aller vers la nouvelle Algérie c’est le départ du système et l’installation d’une période de transition pour tout remettre à plat , gérée par une instance de transition consensuelle, , une assemblée constituante , et des élections libres , transparentes à tous les échelons de l’état.
    Et tout le reste n’est que du bluff , de l’enfumage pour gagner du temps !

    10
    8
    ALI
    1 mars 2020 - 9 h 05 min

    Monsieur,Pinocchio entrains de félicité ses appuis,juste y’a environs deux mois il a pris serment sur le livre sacré le saint Coran d’etre juste et appliqué la loi à la lettre et la justice,résultat relaxé son fils et d’autres amis et emprisonnés des héros qui défend la mère patrie,le jour ou nous serons des hommes juste loyale et travaillant pour le pays sa sera la fin du monde,Dieu nous a donné la meilleure religion mais plus crapules dirigeants

    8
    5
    Vendredire
    29 février 2020 - 22 h 00 min

    Durant sa campagne électorale intra-muros, il a promis de s’entourer de jeunes de 26-28ans. Quand les généraux l’ont mis dans leur char pour le déposer à El Mouradia, ils lui ont dit d’oublier l’histoire de jeunes et de s’en tenir à la vieille racaille. Les esprits chagrins diront qu’on fait de la bonne soupe dans les vieilles marmites moi je dis Non merci. Nous voulons du frais, neuf, du bon et du beau.
    le maréchal des logis Tebboune, pour leurrer le peuple, a alors nommé un seul ministre de sa coterie dont la jeunesse est proportionnelle au département qu’il dirige. Puis, tout le reste, il a été le chercher dans les greniers de la Iissaba à l’image de ce Medjahed qui est venu nous vendre de nouveau du Tartag et du Toufik. Toute cette smala sent la naphtaline à 10 milles lieues. Le plus jeune d’entre eux à 75 ans. C’est un vrai service de gérontologie qui nous tient lieu de pouvoir, à l’ombre des baïonnettes.
    Pour votre gouverne, on ne dit que Toufik n’est plus dans la prison militaire de Blida mais dans une résidence militaire attenante à la prison militaire . Un beau jour on nous annoncera son retour à la tête des services secrets. Voilà comment la iissaba 2 au pouvoir finira par sauver la iissaba 1 qui est en prison. Et le peuple dans tout cela? Le dindon de la farce.
    Il faut les stopper yal khawa. On n’a pas le choix. Wallahi la mort est préférable à une vie misérable sous le diktat de cette faune sauvage.

    12
    7
    Anonyme
    29 février 2020 - 21 h 05 min

    Pkoi il a accepter d être candidats comme les quatres autres du système que le peuple dénonce et combat et être placer par les militaires et en l occurence leur chef d état major et non le peuple algérien . pkoi maintenant si il est le chef suprême des armées et président ne demande pas de nouvelles élection et rendre caduque et on avenu la sienne étant donné que le peuple ds sa majorité ne l a pas élu. Ce serai le meilleur acte de tte sa présidence et sera vu comme un vrai libérateur du peuple algérien et même se présenter ds ses nvelles élections , il en sera sorti grand quoique il arrive et aura marqué a tt jamais l histoire de l Algérie et sera parmis les grands de ce pays malgré su il y en pas énormément si les Martyrs et son peuple , non non ça les intéresse pas seul le pouvoir et le fric les intéressent donc voilà pkoi c est la continuation du même système en fait un cinquième mandats hé oui sans Bouteflika mais tjrs avec ses camarades et caporaux. C est bel et bien un 5 ème mandats déguisé…

    5
    5
    Azul
    29 février 2020 - 19 h 41 min

    bas la dictature
    asfal aldyktatwry
    أسفل الديكتاتورية

    22
    4
      Luza
      1 mars 2020 - 3 h 44 min

      J’ai compris la première et la troisième mais pas celle du milieu,peux tu traduire cette charabia?

      3
      7
        Azul
        1 mars 2020 - 18 h 19 min

        @ Anonyme luiza
        te voilà encore avec un nouveau pseudo.
        en voilà un Arabe marocain qui comprend pas sa langue

        3
        1
          Luza.
          1 mars 2020 - 19 h 27 min

          Non j’ai compris ma langue,je précise celle du milieu,une langue avec un alphabet de Molière ,tu trouves pas que ces bizarre?

        ZORO
        4 mars 2020 - 14 h 41 min

        La deuxiemme c est la Dziria celle qu on propose aux algeriens comme futur langue nationale et officielle 😂😂😂😁😁😁😁
        SigneZORO. ..Z….

    wishful-thinking
    29 février 2020 - 18 h 30 min

    c’est reflechir dans le sens de ses souhaits. Le tebboune s’est exprime’ sur ce que le regime a en tete: Preserver les « constantes nationales » et que cette population qui legitimise sa braderie des ressources naturelles(rente) ne lui soit pas retire’e. – Ces constantes-la, c’est celles des pays des emirs arabo-islamistes ! D’ailleurs, pourquoi, comme dernier ressort, il se fabriquera une fausse alliance avec les islamistes. Heureusement que ces derniers(islamistes) ont plus d’integrite’/coherence, et lui diront Niet, l’autorite’ nous revient dans une republique islamique.

    2
    8
    Brahms
    29 février 2020 - 17 h 27 min

    Mr Tebboune ne sait plus où donner de la tête. Crise économique, crise financière, manifestations dans les rues, crise du logement, dinar faible, trafic de drogue aux frontières, islamisation de la société, corruption, blanchiment d’argent, détournement de fonds publics par des personnes dépositaire de l’autorité publique, matelas en devises 51 milliards de dollars qui font comme neige au soleil), citoyens qui ne veulent plus travailler préférant la farniente donc mis bout à bout, on va aller dans le fossé.

    6
    12
    ON NE SE PROSTERNE PAS POUR LE DRAPEAU
    29 février 2020 - 16 h 02 min

    je lance un appel à tebboune pour ne plus jamais se prosterner pour le drapeau algérien car c’est une insulte faite à allah soubhanou. met ta main sur le coeur mais ON NE SE PROSTERNE QUE POUR ALLAH. et le fait de se prosterner pour notre drapeau vous défiez allah et vous l’insultez. faites comme boumédienne ou erdogan ne jamais se prosterner pour aucune chose ou être que allah soubhanou. soyez un homme de caractère car lors de votre visite vous avez un manque de caractère flagrant qui a déplu même aux saoudiens. soyez fier comme un chaoui et non pas un vil personnage comme un marocain. regardez comment tebboune s’est incliné devant notre drapeau, j’avais l’impression de voir les marocains se prosterner pour leur roi dieu. excusez moi mais tebboune n’a pas le caractère guerrier et une allure d’un chaoui fier et toujours droit dans ses bottes. tout le monde m’a fait cette remarque et surtout les femmes.

    3
    45
    Anonyme
    29 février 2020 - 15 h 14 min

    Le pauvre Tebboune, il a été parachuté sans connaitre exactement la composition de ses parrains. Niveau ardoise n’a pas eu le temps de lui donner la liste des personnes à qui il doit obéir. C’est comme dans la mafia où on ne te donne jamais l’identité du chef…

    29
    14
      Anonyme
      29 février 2020 - 20 h 54 min

      Pkoi il a accepter d être candidats comme les quatres autres du système que le peuple dénonce et être placer par les militaires et en l occurence leur chef d état major et non le peuple algérien . pkoi maintenant si il est le chef suprême des armées et président demande de nouvelles élection et rendre caduque la sienne étant donné que le peuple ds sa majorité ne l a pas élu. Ce serai le meilleur acte de tte sa présidence et sera vu comme un vrai libérateur du peuple algérien et même se présenter ds ses nvelles élections , il en sera sorti grand quoique il arrive et aura marqué a tt vais l histoire de l Algérie et sera mais les grands , non non ça les intéresse pas seul le pouvoir et le fric les intéressent donc voilà pkoi c est la continuation du même système en fait un cinquième mandats sans Bouteflika cette mais tjrs avec ses capitaux .

      8
      8
    Azul
    29 février 2020 - 15 h 11 min

    Aux Arabes, laissez-nous gérer notre pays l’Algérie nous-mêmes. dans tous les pays ou vous êtes au pouvoir, vous avez échoué.

    59
    17
      Luza.
      29 février 2020 - 19 h 46 min

      Vous laissez gérer le pays?tu penses que le peuple amazigh qui à combattu Jacques benêt et donné un million et demie de ses enfants te donner lès clés de sidi fredj ,nope messiou reste en France L’Algérie n’est pas à vendre.

      8
      24
        Azul
        29 février 2020 - 22 h 14 min

        @ luca
        UN jour vous aurez pas le choix en tout les cas.

        6
        6
        Marochien
        29 février 2020 - 22 h 28 min

        @Luza
        Ce @Azul est un mokoko.

        6
        8
          Luza
          1 mars 2020 - 16 h 29 min

          Non c’est un benêt haineux et raciste

          2
          5
      Belveder
      1 mars 2020 - 17 h 59 min

      c est qui « NOUS » » le gouvernement provisoire??? aux ordres de qui ????

      1
      3
    Hourya
    29 février 2020 - 14 h 03 min

    Même si AbdelmadjidTebboune est un président illégitime car élu suite à une élection non transparente pour ne pas dire truquée, il peut être celui qui saurait conduire la transition à certaines conditions. Déjà, il a le soutien de Dieu qui dans sa grande sagesse a décidé de rappeler à Lui le représentant le plus hostile au changement parmi les décideurs. Ensuite il serait nécessaire que la branche la plus prête à faire des concessions soit majoritaire parmi ces décideurs, puis et surtout que le Hirak continu de faire pression sur le gouvernement jusqu’à l’application des articles 7 et 8 de la constitution. Tant que Abdelmadjid Tebboune n’aura pas acquis sa légitimité auprès du peuple par des actes concrets ( libération des prisonniers politiques, liberté de la presse, celle de création de partis politiques, de réunion, etc…), il peut être considéré comme le représentant choisit par le pouvoir pour négocier avec les représentants du peuple à savoir les participants du Hirak. Chaque vendredi/mardi, les représentants du peuple présentent leurs revendications légitimes, à charge pour Tebboune de les satisfaire au fur et à mesure et en fonction de sa marge de manœuvre. C’est pourquoi, j’ai l’intuition que plus le Hirak maintiendra sa pression, plus Tebboune verra sa marge de manœuvre s’agrandir s’il est réellement sincère dans sa volonté d’être au service de son pays et non d’une ‘issaba. De toute façon, si le pouvoir veut faire face efficacement à la crise économique et sociale que traverse le pays, celui-ci aura besoin de l’adhésion du peuple pour les difficiles décisions à prendre.

    23
    34
      Hourya
      29 février 2020 - 23 h 34 min

      erratum : lire « (…)il ne peut être considéré que comme le représentant (…). Ce pouvoir à la chance formidable d’avoir affaire à un peuple décidé à bannir la violence pour l’obtention de ses droits, qu’il ne rate pas cette opportunité de réparer ses erreurs dans la silmiya.

      3
      5
    Vérité
    29 février 2020 - 13 h 06 min

    Le commis imposé de force accueil ses mentors;nous sommes tout sauf une vraie république,

    24
    13
    Anonyme
    29 février 2020 - 11 h 51 min

    J espère que ce n est pas pour remplacer ceux qui étaient influencé par les Émirats arabes unis par ceux qui sont influencés par l Arabie saoudite car ces derniers l ont reçu avec tous les honneurs comme si c était Trump??
    Méfions nous, ils vont encore nous avoir!!!
    Ils ne veulent pas qu on sorte de leur giron et ils ont tout fait pour amadouer Tebboune qui actuellement cherche des appuis.
    Le peuple ,à travers le hirak ,demande la reconnaissance de sa vraie identité et la séparation du religieux et de l état ce qui n arrange pas les saoudiens qui vont perdre leur influence et l argent de milliers d algériens qui font le hadj et la Omra chaque année et qui saignent le budget de l état !!
    Mr Tebboune et l état major SVP sauvaient l Algérie des griffes de ces pays du Golf!!!

    19
    10
    Non, je n’approuve pas !
    29 février 2020 - 11 h 17 min

    Monsieur Nabil D. désolé, mais votre article je le lis commet une incitation à arrêter le hirak et à faire confiance à Tebboune ! Moi, en ce qui me concerne, je ne marche pas dans cette combine médiatique !

    62
    21
      Exacto
      29 février 2020 - 18 h 01 min

      Derniere Phrase/Conclusion: « … qui conteste sa légitimité, de sa capacité à faire de son mandat un pont entre le système actuel et la nouvelle République dont il affirme partager avec le Hirak l’ardent souhait de son avènement. »

      Pourtant, ce meme Tebboune s’est bel-et-bien prononce’, sur la nouvelle republique – la sienne – cousine germaine de celle de son mentor et pas moins frere-ennemi Ibn Abdel-Aziz al-Awal

      9
      9
    Anonyme
    29 février 2020 - 10 h 59 min

    les résidus sont entrain de renforcer leur positions au sein du pouvoir mais il ne suffit de pas grand chose pour tout chambouler il y a eu uns expérience de ce genre y a pas si longtemps ,,,,,,,,,,,ainsi soit il,

    25
    13
    Secret Défense
    29 février 2020 - 10 h 54 min

    Nous ne pouvons jamais croire au facéties de ce bonimenteur incapable de regarder froidement dans les yeux un adversaire tellement il est lâche dans une proportion démesurée.

    Il ne pourra jamais prendre des décisions de son propre gré de peur d’être éjecté de son fauteuil de président , l’affaire de l’acquittement de son fils étant le garant de sa soumission à l’état-major

    Quand je l’écoute parler et joindre de facto sa gestuelle, on devine aisément son impersonnalité et sa veulerie.

    Alors, pouvons nous sincèrement croire à un changement tant que ce bouffon qui fait la risée de ce monde ici bas, est encore au pouvoir ?
    Nenni , dirai-je !

    30
    21
    lhadi
    29 février 2020 - 10 h 31 min

    Le plus difficile dans l’exercice du pouvoir est de se doter de collaborateurs qui osent affirmer ce qu’ils pensent à celui qui les dirige, sans craindre de lui déplaire, ni de se contenter d’abonder dans le sens de ce que lui, selon eux, souhaite entendre. Le phénomène de cour est inhérent au fonctionnement des entourages. C’est un mal inévitable qui peut devenir fatal si l’on ne dispose pas de solides contre-feux pour en limiter les effets.

    La responsabilité du directeur de cabinet de la président requiert des hommes ayant une conception exigeante et passionnée du service de l’Etat. Je souhaite, pour ma part, que la hiérarchie d’El mouradia a un caractère collégial et diversifié. Le Président de la république a besoin de sentir s’exprimer librement autour de lui cette intelligence collective qui sera le meilleur garde-fou à l’exercice solitaire du pouvoir.

    Il serait au demeurant inconcevable, comme dans toutes les démocraties modernes, que la prise de décision, responsabilité exclusive du chef de l’Etat, ne s’appuie pas au préalable sur une consultation quasi permanente de tous ceux qui ont précisément pour mission de la préparer.

    La confrontation des idées, des points de vues, des analyses est devenue plus que jamais nécessaire aux dirigeants face à la complexité croissante des problèmes qu’ils ont à affronter dans tous les domaines de la vie nationale et internationale.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    15
    21
    Réseau 16
    29 février 2020 - 9 h 33 min

    Lorsqu’un pouvoir est illégitime sa stratégie c’est la manipulation et les diversions de tout genre,des discours qui font révés les brebis et les naifs,des changements du corps diplomatique mensuelle,des cadeaux aux intégristes aussi aux voyous,et les perturbateurs;les seules oublies les modestes citoyens respectueux et bonne famille,l’ex occupant faisait la meme chose,il acheter les Kaid et Harkis,pour le protégé,

    40
    19

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.