Le coronavirus est le symptôme visible d’un capitalisme en phase dégénérative

Mes coronavirus
Les magnats de la finance mondiale paniquent. D. R.

Par Mesloub Khider – Toute l’élite bourgeoise, depuis les politiques jusqu’aux économistes en passant par les médecins et autres prétendus experts scientifiques, incrimine le coronavirus d’être responsable de la crise sanitaire et économique. Le Covid-19 a bon dos. En vérité, le coronavirus constitue un simple symptôme visible d’un capitalisme en phase dégénérative. Et nullement la cause de la crise du capitalisme moribond. Déjà, les premiers signes alarmants s’étaient manifestés lors de la crise 2007-2008, devant laquelle la crise actuelle est autrement plus foudroyante et dévastatrice. Si la crise de 2007-2008 a affecté principalement le secteur financier, illustrée par l’effondrement de plusieurs banques, la crise présente est protéiforme ; elle frappe le poumon de l’économie, en l’espèce, la production. L’effondrement est général.

Au-delà de la chute des bourses, de la finance, du secteur touristique, des compagnies aériennes, des groupes pétroliers, se profile la débâcle du commerce mondial, le recul de la production. Dans de la majorité des pays, les usines sont fermées. Aucune région du monde n’échappe à l’effondrement de son économie. C’est tout le système capitaliste qui s’écroule. «Les Banques centrales ont remis sur le feu les recettes qu’elles avaient appliquées avec succès lors de la crise de 2008 pour calmer les marchés financiers, mais leur bazooka peine cette fois à atteindre son objectif. Plus globalement, même s’ils ont agi de manière coordonnée, les grands argentiers du monde n’ont pu enrayer la chute des Bourses mondiales», écrit Le Monde dans son édition du 16 mars dernier.

Dans son édition du 13 mars, Le Monde précise, dans un article signé par un économiste et un sociologue, que ce n’est pas une seule crise mais quatre crises enchâssées qui expliquent cette déconfiture globale : «L’enchaînement d’événements dans lequel le monde est entré dans le sillage de la pandémie due au coronavirus procède de l’emboîtement de quatre logiques de crise – sanitaire, économique, énergétique et financière. Elles mettent en lumière les limites des marchés. Après une décennie perdue au lendemain de la crise financière, on assiste aux turbulences actuelles. Les exportations chinoises ont plongé de 17 % au cours des mois de janvier et de février et des ruptures d’approvisionnement apparaissent, notamment pour des composants électroniques ou des principes actifs de médicaments. Les analystes s’attendent à ce que les difficultés s’intensifient dans les semaines qui viennent, notamment en Europe, avec l’effet en cascade des mesures déjà adoptées en Italie et maintenant en France».

L’ampleur de l’effondrement économique est tellement catastrophique que les Etats capitalistes envisagent de nationaliser plusieurs entreprises pour éviter une débâcle sanglante. Les règles économiques et d’échanges sont devenues inopérantes. Il n’existe plus de «libre économie» possible. Seule l’étatisation totale de l’économie peut maintenir artificiellement en vie le corps productif capitaliste. Néanmoins, en dépit de l’injection de milliers de milliards de dollars et de l’étatisation capitaliste de l’économie, l’effondrement du système est inéluctable. Certes, la pandémie du coronavirus a contribué à l’éclatement foudroyant du système économique capitaliste, mais la chute avait entamé sa dégringolade depuis des mois. En effet, en réalité, le coronavirus n’a joué qu’un rôle d’accélérateur d’une tendance baissière à l’œuvre depuis plusieurs années.

Dans son édition du 6 mars 2020, le journal Les Echos écrit : «C’est un beau plongeon. L’observation en temps réel de la position des navires de transport et les statistiques relatives aux marchandises qu’ils transportent montrent un net recul du commerce international depuis fin janvier. Tel est le constat d’Abudi Zein, directeur général de Clipper Data, dans une note publiée par la Cnuced. Les entreprises de transport maritime ont réduit leur capacité depuis environ août 2018 sur la plupart des voies commerciales. Les tensions commerciales ont ralenti la demande mondiale de capacité de fret. Dans la seconde moitié de janvier et début février, cette baisse s’est fortement accélérée».

De toute évidence, la pandémie du coronavirus vient à point nommé pour servir de couverture et d’argumentation explicative à l’effondrement de l’économie capitaliste mondiale depuis longtemps prévisible. Cette explication idéologique incriminant un microscopique et invisible virus d’être responsable de la débâcle économique est ridicule. La bourgeoisie ne peut admettre son incapacité notoire à faire fonctionner son système capitaliste devenu chaotique et irrationnel. Bien entendu, aujourd’hui, en cette période de crise aigüe, les classes dirigeantes capitalistes soutiennent être à la hauteur de la situation. Elles prétendent disposer de solutions économiques pour résorber la crise, notamment au moyen de l’injection de milliards de dollars dans le circuit anémié de l’économie exsangue. Mais toutes ces mesures illusoires ne pourront jamais réanimer le corps malade capitaliste. Pire, elles contribuent seulement à favoriser de nouvelles bulles spéculatives, avec comme ultime conséquence un énième krach boursier. En vérité, on assiste à une crise économique systémique historique. Des pans entiers de la société capitaliste s’écroulent.

Aujourd’hui, la question du dépassement de ce système se pose avec acuité. Cependant, du fait de la politique de restriction de circulation et de rassemblement imposée par les classes dirigeantes, sous couvert de lutte contre le coronavirus, de terrorisation psychologique infligée à la population, notamment par les campagnes de dramatisation du climat sanitaire viral et par les politiques d’encadrement sécuritaires et militaires, les classes populaires sont temporairement tétanisées pour engager le combat final en vue de la transformation sociale, du renversement de ce système capitaliste mortifère. Cette impérative nécessité d’émancipation sociale est plus que jamais à l’ordre du jour. Une fois passée la phase de désorientation psychologique et de psychose généralisée actuelle, rapidement la nécessité historique de remplacer ce mode de production devenu irrationnel s’imposera à l’ensemble de la force ouvrière, aujourd’hui seule victime de cette catastrophe sanitaire et sociale capitaliste.

Les travailleurs sont la seule classe disposant du potentiel et de la capacité à éradiquer ce système, par leur lutte, le développement de leur conscience politique, leur solidarité. Seule la révolution ouvrière peut et doit remplacer les relations humaines basées sur la division et la concurrence par de nouveaux rapports sociaux égalitaires, sur un nouveau mode de production plus humain. Le peuple laborieux opprimé doit s’auto-organiser pour gérer collectivement la société sur de nouvelles bases économiques. Ce système nous infantilise en nous enfermant dans des rôles sociaux subalternes, en nous confinant dans des figurations politiques, tenus en laisse policière et muselés par la répression militarisée, en nous traitant comme des handicapés mentaux contraints de subir l’internement.

M. K.

Comment (30)

    Clovis
    20 mars 2020 - 17 h 51 min

    (…) Cette analyse (…) ne mérite même pas qu’on perde son temps a la réfuter. L’Algérie n’est pas et ne sera jamais communiste vu les échecs dramatiques des pays qui ont suivi cette doctrine. Révisez, ou plutôt mettez a jour Mr Khider vos connaissances en économie et en géostratégie avant de nous infliger vos âneries. L’Algerie a d’autres chats a fouetter bien plus importants.

    Elephant Man
    20 mars 2020 - 0 h 23 min

    Le capitalisme est mortifère.
    Encore une fois pour reprendre « les taux de développement élevés de Cuba et la Chine prouvent qu’une économie en partie étatisée, avec un plan macroéconomique d’État et un fort secteur public se développe beaucoup mieux que les économies néolibérales en crise finale d’aujourd’hui. L’Occident est aujourd’hui en pleine phase de régression et il ne sert plus à rien de prendre ces sociétés comme modèle. »

      Anonyme
      20 mars 2020 - 23 h 27 min

      les taux de développement élevés de Cuba et la Chine …
      Qu’est-ce qu’un « taux de développement élevé »?
      Où avez-vous vu que l’économie cubaine se développe? Elle tourne au ralenti et en ce moment il y a des pénuries alimentaires.
      Quant à la Chine, les conditions de travail et de vie des ouvriers/employés ne sont pas très enviables. Quant à la liberté n’en parlons pas. Ayons plutot une pensée pour les Ouigours musulmans que les autorités chinoises ont enfermé dans des camps comme vos amis français chez lesquels vous vivez (bien)ont fait dans les années 50 à 62 vis à vis de nos anciens..

        Elephant Man
        21 mars 2020 - 8 h 15 min

        @SCHMILBLICK et cie
        Quel propagande à 2 sous.
        Quant aux Ouighours ils se battent pour certains aux côtés de DAECH et cie en Syrie ….
        La Chine ne les a pas parqués dans des camps comme justement la propagande occidentalosioniste et franchouillarde sioniste voudrait le faire croire ….
        C’est vous qui êtes bien installé confortablement le popotin bien calé dans votre canapé en France…..
        Car même l’Algérie à l’ONU a voté en faveur de la Chine concernant les Ouighours.
        J’ai ALWAYS plys qu’une pensée pour les Palestiniens en Palestine OCCUPÉE qui vivent pour le coup parqués à Gaza etc à côté Auschwitz c’est peanuts, également pour le Yémen sous embargo, pour la Syrie, pour la Libye décimée par vos amis Sarkozy/ BHL Obama …
        Ces soi-disant démocraties occidentales ont fait appel à des médecins Chinois Cubains …..
        SO
        BE SEEING YOU 👌😉

    Izms
    19 mars 2020 - 17 h 45 min

    Il ne peut y avoir d’egalite’ entre Humains sans un systeme Capitaliste, car il faut bien du capital a investir pour faire acceder ces Humains de partout aux progres du svoir, c.a.d. de la science. Et remarquez que par science, il est bien enttendu Sciences Exactes.
    La possibilite’ de cet acces est ce qui est reclame’ de partout comme Justice – or Justice, a mon avis veut plutot dire Equitabilite’, d’ou toute la nuance entre egalite’ des personnes et egalite’ des personnes devant la Loi. Ce dernier(devant la Loi) par example, n’a aucun sens, quand on n’a pas acces a la Loi, ou la Loi-meme percoit ce que vous etes comme un danger et un interdit. Trop de nuances… et comme dit le proverbe « perdu dans la traduction/semantique. »

    A mon sens, si aucun pays, ou peut-etre le Cuba, n’est pret a faire face, c’est justement par insuffisance (de Lits par example). Mais la production de ces lits meme est due au fait qu’on ne considere pas l’equitabilite’ dans l’acces a un tel lit, comme c’est le cas de beaucoup d’autres choses… allant depuis la sante’ elementaire jusqu’a une education digne, et j’en passe.

    Et voila qu’il s’avere que les organisations dites gouvernementales n’ont de role que l’organisation et le maintien de ces rapports inegaux entre personnes. Chaque societe’ s’avere disposer d’une voir plusieurs classes de personnes dont le seul mode de vie est la recherche de moyens d’acces aux privileges, depuis la sante’ elementaire, l’education/instruction, au logement toujours d’un standing superieur, jusqu’a la Jet Set… que se soit chez les communards ou les capitalistes.

    Ce sont les modes de gouvernance, ou plutot le controle de pres des regles et des gens qui en disposent. Cela veut-il dire la Democratie? J’en doute, l’Amerique n’est pas mieux foutue que la Chine. Partout et tout le monde se doit de trouver une juste moyenne dans son environnement immediat et ne jamais chercher a convaincre ou imposer sa perception de cette moyenne a quiconque d’autre, meme pas a sa famille.
    Faut toujours proposer et laisser les les autres disposer.

    Inisi
    19 mars 2020 - 15 h 40 min

    W(t)in cehmen izerman, i(t)taggad ula d iseqqan.
    Quiconque a été marqué par un serpent, appréhende même l’ombre des cordes en diss.
    Wer von einer Schlange gezeichnet wurde, nimmt sogar den Schatten der Diss-Seile wahr.

    Ci-après une assertion, forte, de la chancelière Allemande A. Merkel, lors de son appel, hier mercredi, 18.03.20, 19 h 30 min, à l’adresse de ses concitoyen(nes) en rapport à la question du confinement en temps du Covid-19, pratique déjà en cours en Italie, Espagne, France, …

    „Wer die DDR-Diktatur erlebt hat, der geht vielleicht selbst in Krisenzeiten behutsamer mit Freiheitsentzug um. Wir sind eine Demokratie. Wir leben nicht von Zwang, sondern von geteiltem Wissen und Mitwirkung.“

    « Tamuγli n w(t)in i techem tasnareft (dictature), tin wuγef tbed TWTT (Tamurt n Walmam Tagdudant Tamagdayt [1949-1990]), γef ayen iεnan tilelli n umdan, γas deg tegnitt i iḥerṣen, iwwi-d ad tili tuzen.
    Tudert nneγ deg tugdut. Maci d tamara i aγ-irran, d tamussni akked utekki i aγ-isduklen. »

    « Quiconque a vécu la dictature sous le joug de l’ex-RDA, doit faire preuve, même en temps de crise, de retenue, quand il s’agit de la privation des libertés individuelles. Nous somme une démocratie. Nous ne vivons pas sous la contrainte, mais du partage des connaissances et de la participation.

    A bon entendeur salut.

    lhadi
    19 mars 2020 - 15 h 31 min

    Les vieux militants connaissent le modèle algérien et il est superflu de leur en parler. Mais la jeune génération de militants elle, ne le connait pas exactement. Il faut lui en parler pour qu’elle sache à qui elle a exactement affaire et ne se laisse point égarer.

    Dans les démocraties dites avancées, le syndicalisme libéral est indépendant de l’Etat et du patronat.

    L’Algérie a un syndicalisme d’encadrement qui est un élément du système algérien. Il bénéficie d’emblée d’un statut officiel et du monopole de l’organisation professionnelle afin de remplir les taches que lui fixe l’Etat.

    L’U.G.T.A, au même titre que le F.C.E, est un organe de participation à l’intérieur de l’appareil étatique. Cette centrale syndicale d’encadrement se caractérise en terme d’agent d’une politique économique centralisée. on peut déduire avec certitude que l’idéologie d’inspiration soviétique du système algérien n’a pas changé d’un iota depuis l’indépendance.

    Le modèle soviétique, quel que soit la publicité, n’a plus d’avenir politique en Algérie.

    Tous ceux qui cherchent, honnêtement, la voie de la transformation de la société algérienne doivent être soustrait à son influence.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

      Farida
      19 mars 2020 - 18 h 10 min

      « Mr le président de la république » manque dans ton intervention quand meme ! Comment tu l’as oublié ?

        Anonyme1
        19 mars 2020 - 23 h 55 min

        @Farida
        19 mars 2020 – 18 h 10 min

        (…)
        Tu ne dis jamais quelque chose de bon

      Elephant Man
      19 mars 2020 - 18 h 52 min

      @Lhadi
      « Dans les démocraties dites avancées, le syndicalisme libéral est indépendant de l’Etat et du patronat. »
      Encore une fois pour l’avoir déjà écrit, je vais être pragmatique et prendre la France en exemple et mon cas concret : tous les syndicats en France sont politisés une fois qu’on a dit ça on a tout dit : ils sont TOUS sans exception à la botte du patronat y compris dans la fonction publique ex j’ai sollicité FO, ZAAMA, force ouvrière de son (…je me censure..) dans la fonction publique hospitalière qui a validé et vu l’ILLÉGALITÉ de mon statut etc etc avait fait le nécessaire pour régulariser mon statut au regard de la loi pour ensuite retourner sa veste sur demande de mon ex chef pour aboutir à la tentative de meurtre à mon encontre …dans le privé j’ai des exemples à la pelle où les syndicats font pression sur les salariés cadres tout statut harcelés pour les pousser à la démission.
      Le jour où vous verrez les syndicats défendre les salariés cadres etc que ce soit fonction publique ou entreprises privées dans les soi-disant démocraties avancées faites-moi signe, si tel était le cas ça se saurait depuis toujours.

        Anonyme
        21 mars 2020 - 10 h 37 min

        Pour pouvoir juger votre « cas », il serait nécessaire de connaître l’autre version de la situation que vous évoquez subrepticement pour discréditer le syndicat FO (et les syndicats en général dans les régimes démocratiques).
        Il est particulièrement étonnant qu’à partir d’un fait, dont on ignore les tenants et les aboutissants et qui concerne votre personne, vous mettez en cause des syndicalistes ouvriers comme s’ils étaient tous pourris par le patronat.
        Ensuite par extension, vous considérez que ce sont tous les syndicats de tous les pays démocratiques dits « avancés » qui sont sous la botte du pouvoir politique.

        Ne pensez-vous pas que dans des pays dont vous faites la promotion, la Chine et Cuba pour les citer, le rôle des syndicats est en effet de soutenir la politique économique de l’état patron et n’a rien à voir avec la défense des travailleurs. Tant et si bien qu’en Chine les grèves sont toutes déclenchées en dehors des syndicats officiels.
        Vous prenez toujours vos exemples en France pour affermir votre opinion ou pour démontrer la déliquescence des démocraties « avancées ». Mais il existe d’autres nations qui pratiquent la démocratie sur terre et qui montre un aspect plus attrayant que cette France décadente qui vous rend si malheureux (se?).
        Pourquoi donc ne coupez vous pas définitivement les ponts avec cette nation de malheur, de 66 247 631 de racistes, nid de terroristes, nation arriérée, sans morale, pays du mariage pour tous, royaume des pédophiles, nation laïque sans Dieu, la lanterne rouge de l’Europe, le refuge de tous les apatrides du monde, cette démocratie de la décadence gouvernée par les sionistes et rongée par la corruption. C’est grâce à notre pétrole qu’ils arrivent à s’en sortir. Laissons cette France pourrie syndicalement sombrer une bonne fois pour toute. La Terre n’en sera que plus propre et plus heureuse. Et vous n’aurez plus de soucis à vous faire. En revenant vivre ici vous serez délivrez de vos soucis et sentirez un parfum de liberté. Et surtout vos travaillerez pour le bien de notre pays et de nous tous.

    Lghoul
    19 mars 2020 - 14 h 18 min

    Le coronavirus est un facteur qui a démontré que la globalisation pourra mettre des dizaines de pays en banqueroute. Il aurait suffit cette cause, le coronavirus, pour commencer a comprendre combien l’humanité est si fragile dns tous les domaines.
    L’Europe par exemple remettra en cause la délocalisation de ses industries en Chine. Il aurait suffit que la chaine de distribution a partir de la Chine soit interrompue pour dérégler tout le fonctionnement du monde.
    Quand tout serait fini, il faudrait compter le nombre de victimes et les millions de chomeurs a travers le monde. Cette bombe a retardement n’a pas encore explosé. Elle sera la cerise sur le gateau empoisonné qui ornera le cercueil des victimes du monde.

    Abou Stroff
    19 mars 2020 - 14 h 12 min

    « Le coronavirus est le symptôme visible d’un capitalisme en phase dégénérative » titre M. K..
    je crois lire le bulletin produit par la kasma fln de yellel dans lequel cette dernière intimait aux impérialistes yankees d’arrêter leur bombardement du Vietnam et les menaçait de représailles au cas où ils ne s’exécuteraient pas.
    en effet, la crise, sous différentes formes, est la signature caractéristique (et le fidèle accompagnateur) du capitalisme, en tant que système dynamique. par conséquent, croire, un seul instant qu’un « minable » virus va terrasser un système qui a développé les forces de la production à un tel degré, relève d’une myopie caractéristique de l’idéologue qui prend ses désirs pour la réalité.
    moralité de l’histoire: cette histoire du covid-19 sera oubliée dans quelques semaines lorsque des vaccins apparaîtront sur le marché.
    en outre, d’autres virus apparaîtront dans le futur proche ou lointain et les structures activant au sein de rapports capitalistes trouveront, encore une fois la parade.
    enfin, il ne restera aux tubes digestif ambulants que nous sommes, gavés à la rente et shootés à la religion qu’à implorer le Bon Dieu pour que les kouffars capitalistes n’oublient pas de nous envoyer la bouffe (et d’autres choses) que nous sommes incapables de produire

    Kahina-DZ
    19 mars 2020 - 14 h 06 min

    La bourse en forte baisse…Les milliardaires achètent des actifs à bas prix…Les misérables perdent leurs économies de miettes… et ça continuent…
    Je crois que le coronavirus mettra fin à la mondialisation qui est au service des riches sans frontières…

    Moi, je crois que ce Monsieur...
    19 mars 2020 - 13 h 52 min

    …est sur le point de nous faire un article, la prochaine fois, sur l’auto-gestion, la révolution agraire avec ses villages agricoles qui ont fait leurs preuves en Algérie. A coup sûr, nous allons exporter ce système et à nous le bonheur de l’après-pétrole !!!
    Mais, il ne faut pas omettre de mettre dans la notice du mode d’emploi, que tout ça se fera sous le contrôle de l’armée. Avec ça, vous allez tirer le gros lot !!!

      Anonyme1
      19 mars 2020 - 20 h 54 min

      @Moi, Je Crois Que Ce Monsieur…
      19 mars 2020 – 13 h 52 min
      …est sur le point de nous faire un article, la prochaine fois, sur l’auto-gestion, la révolution agraire avec ses villages agricoles qui ont fait leurs preuves en Algérie

      Vivement cette époque que celle des vampires d’aujourd’hui

    Mounir Sari
    19 mars 2020 - 13 h 31 min

    C’est très irresponsable que le ministre de la santé Benbouzid a déclaré aujourd’hui que l’Algérie n’a pas encore atteint le degré de danger en parlant du coronavirus.Souhaite-t-il que tous les Algériens soient exterminés pour agir? Dans les pays qui se respectent un tel ministre est viré sur le champ!!!!

    Inisi
    19 mars 2020 - 13 h 12 min

    „ … Le coronavirus est le symptôme visible d’un capitalisme en phase dégénérative„
    Vous avez juste oublié de rajouter : „ … qui nous vient, preuve à l’appuie, de la Chine communiste [Wuhan]„ pour que la contradiction de votre écrit soit, par titre interposé, parfaite.

      Anonyme
      19 mars 2020 - 20 h 57 min

      @Inisi
      19 mars 2020 – 13 h 12 min

      La Chine n’est plus celle de Mao, elle est devenue capitaliste

        Inisi
        19 mars 2020 - 23 h 24 min

        Que dieu ait l’âme de la défunte Chine Maoïste. La pauvre est victime de la théorie de l‘évolution, d’un autre capitaliste: C. Darwin.
        P.-S.: Je suis un A .T. notoire.

    Zombretto
    19 mars 2020 - 12 h 13 min

    Le capitalisme a une solution qui lui est disponible pour se réanimer encore une fois: le…communisme. Oui, le communisme d’une certaine sorte, celui au profit des grandes entreprises capitalistes. On appelle ça pudiquement « bailout » en anglais, c’est à dire une opération de sauvetage. L’initiateur de cette thérapie est Barack Obama. Dans une crise profonde comme celle de 2007-2009, l’état américain a mis toutes ses ressources à la disposition des grandes Corporations (Ford, Boeing, etc., etc.) et ces ressources représentent les impôts payés par le peuple américain. Barack Obama a découvert qu’il y a du bon dans le communisme, tant qu’il est au profit des grands capitalistes. Et c’est ce que le gouvernement de Trump envisage de faire encore une fois. Tous pour un, mais pas un pour tous.

    Anonyme
    19 mars 2020 - 12 h 10 min

    Enfin un article vrai et fort
    Bravo
    Il faut retourner à l’humilité et à la sagesse loin de ce monde barbare inhumain qui nous est imposé

    Vangelis
    19 mars 2020 - 10 h 40 min

    Rebelote l’auteur de l’article a une dent contre le capitalisme. On croirait lire Karl Marx et son prolétariat dont on sait ce qu’il en est advenu.

    Un article, non une page d’El Moudjahid bien évidemment.

    Appeler les prolétaires à faire la révolution est révolue. Les prolétaires aussi ne recherchent que leurs intérêts et jaloux de ceux qui en ont plus, ils veulent faire leur révolution. Généralement ces individus n’ont pas de niveau et végètent dans le prolétariat ou dans les éditoriaux à deux balles.

    Un proverbe africain dit :  » qui avale une noix de coco, doit faire confiance a son … « . C’est exactement cela que  » l’auteur  » rabâche ses laïus anti capitaliste pour tenter de convaincre les seuls prolétaires.

      anonyme
      19 mars 2020 - 14 h 32 min

      Les prolétaires sont ceux qui produisent les richesses. Sans eux, point de vie … Dommage qu’ils ne soient pas suffisamment instruits de leur force et qu’ils se laissent manipuler par des rentiers démagogues depuis plus de 2000 ans. Ce qui me rassure, c’est que le capitalisme financier finira par tuer le … capitalisme d’Adam Smith très bientôt. Nous sommes à la fin de son cycle de vie !

    Mounir Sari
    19 mars 2020 - 9 h 59 min

    Mr M.Khider, il est vrai que l’économie capitaliste est entrain de s’écrouler comme un château de cartes à cause d’un virus invisible mais il est vrai aussi que l’économie socialiste dirigée ou interventionniste n’échappe pas à la règle!!!!

      Zaatar
      19 mars 2020 - 13 h 51 min

      Je me permet juste de rectifier. Moi j’ai compris que Monsieur Khider nous dit que le capitalisme a fini par se déglinguer tout seul et que ses défenseurs ont voulu mettre cela sur le dos du coronavirus. Il a peut-être raison, mais il a peut-être tort aussi, car les deux sont arrivés en même temps pour moi… coïncidence?? Peut etre, c’est pour cela que je me mouille pas.

    La poire
    19 mars 2020 - 9 h 25 min

    La photo de l’article parle d’elle-même, elle a tout dit. Inutile de commenter sur les desseins du Nouvel Ordre Mondial (NOM) qui ne dit pas son nom.

    Fellag
    19 mars 2020 - 9 h 20 min

    Hamdou li Allah;Dieu merci,l’Algérie elle n’est,ni capitaliste,ni communiste,ni socialiste,ni monarchique,c’est la jungle dirigée par une junte militaire,ou la constitution à été écrite avec des crayons et ses lois avec la crie,ce qui permettre a ses dirigeants de changer les lois et les règles a n’importe quel moment sans que les indigènes aperçoit,il fallait l’inventée

      Anonyme
      19 mars 2020 - 11 h 14 min

      Excellent !!! Un bon 😀 grâce à vous…

      Ali
      19 mars 2020 - 13 h 36 min

      Bravo fellag, tu es un vrai Fellag bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.