Contribution – Ahmed Taleb Ibrahimi : le faussaire de l’identité algérienne

Ibrahimi système actuel
Ahmed Taleb Ibrahimi, théoricien de l'islam politique. D. R.

Par Abdelaziz Boucherit – Nous vivons en marchant sur la tête depuis l’indépendance, avec les séquelles insalubres des slogans trompeurs, encore vivaces dans nos esprits. Une vérité tronquée et souillée, mise en place par les esprits chagrins, continue d’opérer, toute honte bue, pour consolider le système actuel de gouvernance ; un système politique illégitime, délétère et insidieux. Une époque incertaine parsemée de dangers a eu raison de nos compatriotes intègres. L’euphorie et l’espérance d’une liberté acquise, de haute lutte jusqu’à l’indépendance, par tout le peuple a été de courte durée, à cause d’un clan au service d’une idéologie passéiste, aux relents néfastes et pernicieux, au service d’un idéal arabe utopique, qui a confisqué, délibérément, avec la force, les structures naissantes d’une révolution en convalescence. A peine le peuple, encore en sueur, avait fini de fêter la libération de son pays, qu’il s’est trouvé, subitement, ligoté et dirigé par une secte dénuée de tout scrupule et assoiffée de pouvoir.

L’esprit du mal, falsificateur, était déjà en marche. Une fantaisie intellectuelle dénuée de bon sens et noyautée par des revendications creuses, adossées sur un nationalisme arabe chimérique. On craignit le pire, le contexte politique n’augurait rien de bon, à travers la communion parfaite, entre les trois adeptes de l’idéologie de la primauté de la culture arabo-islamique. Ben Bella était connu pour être un adepte des harangues ostentatoires et pompeuses, Houri Boumediene pour son cynisme forcené de l’arabisant frustré et Ahmed Taleb Ibrahimi pour son militantisme débridé au modèle civilisationnel arabo-islamique. Une collaboration surnaturelle qui reposait sur une entente étriquée qui a jeté le pays dans les bras de l’ogre déguisé en frère arabe.

Le guet-apens imbu de forfaiture devint, alors, une douleur intense et chronique pour tout Algérien sensé. Ce fut une souffrance latente, silencieuse qu’on traîna comme un boulet, en permanence en soi. Sans la moindre possibilité de soulager l’étouffoir qui nous encombre. Notre culture outragée, violée et défigurée à outrance par les coups de boutoir assassins sous les regards cyniques de l’entreprise dévastatrice menée par le trio partisan du changement radical de la personnalité de tout un peuple. Ils étaient réputés pour l’acharnement et la ferveur de leur combat pour la défense de la langue arabe et de l’islam politique. Ils écartèrent d’emblée de l’enseignement tous les référents culturels millénaires qui constituent la composante amazighe de la personnalité algérienne. La sensibilité intrinsèque de l’Algérien qui évoque son amazighité fut, à dessein, ignorée au détriment de la langue arabe classique et d’un islam éloigné de ses authentiques valeurs morales, spirituelles et sociétales.

Ahmed Taleb Ibrahimi, en tant que ministre de l’Education nationale, s’en est donné à cœur joie en mettant en œuvre le programme de son père, Bachir Ibrahimi. Du haut de sa chair à prêcher, ce mystérieux personnage assénait sans cesse des invectives contre l’amazighité. Cette diatribe ne prit fin qu’après sa mort. Son credo, le graal de toute sa vie, fut d’effacer, avec un entêtement frénétique et sournois, les racines berbères de l’espace culturel algérien. Bachir Ibrahimi influent personnage des oulémas et chantre de la logique assimilationniste prônée par le système colonial. Il était dévoué corps et âme, en adhérant manifestement, avec toutes les attitudes avilissantes, à la présence coloniale en Algérie.

Il soutint sans rougir l’éternelle domination française dès lors qu’il obtiendrait le privilège d’enseigner le Coran aux «indigènes». Ce père illustre qui dirigea la fondation des oulémas, traita, en homme servile, les chefs historiques de la Révolution de Novembre 1954 d’«enfants de voyous égarés de la ligne fondatrice de l’islam». Les oulémas furent de fervents collaborateurs, sans se cacher d’ailleurs, avec l’administration coloniale en épousant, sans rechigner, leur ligne politique colonisatrice. Chose qui n’est désormais un secret pour personne. Ce fut Abane Ramdane, le père fondateur de l’Etat moderne algérien, qui menaça de représailles la fondation fantoche des oulémas dans le cas où elle ne s’alignerait pas sur les positions du FLN.

Ben Bella fut l’ennemi obstiné de la berbérité, avec la complicité de Houari Boumediene. Ils instaurèrent le ministère des Habous sous la pression des oulémas. Ce ministère eut comme objectif d’éradiquer en effaçant sciemment de la mémoire algérienne la culture des ancêtres. Ils se placèrent sur les mêmes positions des pays du Moyen-Orient : l’Algérie était regardée comme le pays «barbare» le moins arabe de la Ligue arabe. Pire encore, et comme si cela ne suffisait pas, ils effacèrent de la mémoire collective le rôle prépondérant des leaders laïques partisans de la modernité et de la berbérité, en l’occurrence Ferhat Abbas, Abane Ramdane et Didouche Mourad.

Ahmed Taleb Ibrahimi avait lutté avec force pour ajouter le terme «musulman» au sigle de la fondation UGEMA, sous la réserve polie de Mohamed Seddik Benyahia et de Belaïd Abdeslam. Il milita avec succès pour donner une orientation islamiste à la fondation estudiantine. Ahmed Taleb Ibrahimi se trouva, comme par hasard, toujours là où fut présente la possibilité de faire la propagande de l’arabisation et de l’islam politique prêché par le wahhabisme importé d’Arabie Saoudite. Le sieur avait la tête tournée vers les pays du Moyen-Orient et les pieds en Algérie, bien qu’il entretînt le paradoxe en menant sa vie entre l’hédonisme parisien et les belles terrasses des villas sur les hauteurs d’Alger.

Son passage pendant cinq ans au ministère de l’Education nationale fit beaucoup plus de mal à l’école algérienne que la politique éducative de l’administration coloniale pendant cent trente-deux ans d’occupation. Il fut, sans conteste, le plus grand fossoyeur de toute l’histoire de l’école algérienne.

Ahmed Taleb Ibrahimi soutint son père contre les partisans de la tendance laïque en Algérie, en clamant avec zèle, sur tous les supports médiatiques, que l’identité de l’Algérie était arabe et islamique et que les fondements constitutionnels de l’Algérie devraient, de toute évidence, s’inspirer de la charia. La Constitution de 1963 fut rédigée selon la vision et le contrôle des oulémas, sous l’œil avisé de la famille Ibrahimi. Ils jubilèrent avec l’ensemble des oulémas en réussissant l’institution de l’islam comme religion de l’Etat et la langue arabe comme langue nationale et officielle de l’Etat algérien. Ils mirent dans les arcanes de l’oubli le passé millénaire des racines culturelles berbères du peuple algérien. Ce jour-là, par la volonté maléfique du père et du fils, l’Algérie perdait son âme sous le regard impuissant du peuple algérien violé dans sa conscience et mutilé intellectuellement depuis. Ils foulèrent sous leurs pieds sans scrupule aucun des siècles de civilisation berbère devenue orpheline et déracinée. L’ignorance et l’inculture triomphèrent sur la raison. Le génie amazigh, une fois encore, écrabouillé et vidé de sa substance nourricière.

La tolérance et l’ouverture de l’esprit berbère qui se distingue par sa vocation à libérer l’intelligence et apprécier la qualité de la haute pensée, était considérée comme une logique hostile au devenir et à la pérennité de la langue arabe et de l’islam politique.

Bachir Ibrahimi aspirait au statut de l’homme qui aurait le mérite d’avoir changé la physionomie du pays en l’arabisant et en l’islamisant. Son fils, non content d’avoir mis à genoux l’école par une vision rétrograde, fit de l’incompétence une vertu. Il creusa les sillons pour créer des fissures afin de déchaîner les masses pour des revendications islamistes. L’émergence du FIS ne fut pas le fait du hasard, mais un plan bien réfléchi. Le FIS se montra conquérant et fut utilisé comme le bras politique et armé pour consolider le futur Etat islamique, avec la charia comme Constitution. Et, pendant que le peuple était frappé par le terrorisme, Ahmed Taleb Ibrahimi coulait des jours heureux. Avec l’avènement du FIS, c’est, en réalité, à l’intelligence des Algériens qu’Ahmed Taleb Ibrahimi s’est attaqué.

Il occupa le ministère stratégique de la Culture pendant sept ans. Ce fut une aubaine pour l’individu, imbu de sa personne et convaincu de la prééminence divine de son œuvre, travesti en homme moderne et se réjouissant de la baraka des présidents qui lui ont permis de parachever son œuvre satanique. Il poussa l’élite à l’exil et fit le vide dans une Algérie devenue amorphe, harassée et livrée aux charognards.

Se sentant protégé par les forces supérieures de la bénédiction pour aller encore plus dans ses lubies, il se fit nommer au poste prestigieux de ministre des Affaires étrangères. Ce poste lui donna l’opportunité de mettre en place un Etat théocratique, masqué par le titre pompeux de «République démocratique et populaire». Il plaça ses hommes dans tous les postes de commandement stratégique, à l’intérieur du pays et à l’extérieur, dans le monde entier. Ahmed Taleb Ibrahimi avait mis en place les structures du système corrompu que le Hirak tente, aujourd’hui, d’abattre pour fonder une République sur des valeurs saines et pérennes.

En 1999, Ahmed Taleb Ibrahimi se présenta à la présidence de la République contre Abdelaziz Bouteflika. Il fut convaincu que le système avait été préparé, spécialement, pour sa stature d’homme providentiel. La présidence de la République lui donnerait, assurément, pensait-il, l’opportunité de construire, autour de la tombe en marbre de son père, une grande mosquée pour inciter les Algériens à s’adonner au pèlerinage à la sépulture de «Sidi El-Bachir» ; une sorte de mausolée de Sidi Okba bis.

Bouteflika connaissait les habitudes des soirées sans fin à Paris d’Ahmed Taleb Ibrahimi. Il n’a pas oublié le dédain exprimé à son égard lors de sa traversée du désert. Ils se rencontrèrent souvent dans des soirées communes à Paris et ailleurs. Il comprit que si Bouteflika serait porté par les décideurs à la présidence de la République, ce serait la fin de ses projets politiques. Il pensa se convertir à la médecine mais il s’est rappelé qu’il n’avait jamais exercé de sa vie.

Il créa alors le parti islamiste Wafa pour ressusciter le FIS et partir à la reconquête du pouvoir qui lui «revient de droit». Il fut rattrapé par l’évolution de la société algérienne en banalisant ses discours obscurantistes et fut admis à la retraite sans gloire. A 87 ans, il continue à s’émouvoir comme un serpent agonisant en essayant de redorer son blason, en se donnant la posture du sage. Il reste, néanmoins, dangereux car Il pense, encore, qu’il est une pièce maîtresse dans l’échiquier politique. Il est persuadé que son prestige est encore intact et qu’il est adulé comme un messie par toute la frange des islamistes inconditionnels.

Nous avons beaucoup souffert, nous avons dénoncé, nous nous sommes beaucoup lamentés, nous avons exprimé nos regrets, mais rien n’y fit. Il est temps de passer à l’acte pour panser nos blessures indélébiles en nous écartant définitivement de ces théoriciens de la pensée rétrograde. Il nous incombe d’être vigilants pour isoler le fantasme de l’idéologie raciste et de l’idéal religieux rigide. Il est temps aussi qu’Ahmed Taleb Ibrahimi comparaisse devant un tribunal pour trahison et falsification des valeurs immuables de la nation algérienne.

A. B.

 

Comment (126)

    Aderre
    21 mai 2020 - 20 h 29 min

    Que dire de plus après avoir lu votre contribution, simplement MERCI. Merci pour la fluidité de votre plume, la clarté de vos constructions.
    Merci de vous être exprimé, tout en exprimant la rancœur, l’amertume des milliers de cinquantenaires d’algériens victimes durant leur scolarisation, et leur formation intellectuelle, des lubies de ce TRAITRE. Au-delà de sa portée anachronique, anti-Berbéristes, antinationalistes, l’arabisation prêchée par cet élément de la 5eme colonne, l’exécutant, d’une des manœuvres pensées ’ailleurs, afin d’empêcher l’éclosion d’une Nouvelle Algérie moderne renouant avec ses véritables racines. Il a bridé, sclérosé l’intelligence, la perspicacité de génération en génération, depuis sa prise des responsabilités.

    C’est quoi la richesse d’une nation ? Si ce n’est l’éducation, la claire voyance de ses enfants. Le sieur El Ibrahimi, par ses décisions, là où il est passé, a exécuté chirurgicalement la mission qui lui est assignée. A savoir, tuer l’intelligence des futures citoyens Algérien.
    De l’éducation à la culture, à l’islamisme comme doctrine de nos relations extérieures. Et pour boucler la boucle, El GHAZZALI, l’invité extra pluripotent de CHADELI, qui raffinera soigneusement dans nos facs et lycées, les Afghans. Ces assassins réels des intelligents de notre Nation les années 90/2000. (…)

    Anonyme
    21 mai 2020 - 20 h 00 min

    Merci Mr Boucherit pour ce coup de gueule. J’ai toujours trouvé choquante cette récupération et ce sauvetage de l’idéologie islamiste des Oulémas en 62. Une véritable insulte aux BenMehidi, Boudiaf et Abane Ramdane alors que ces assimilationnistes ne voulait pas adhérer à la guerre de libération en 54!! On oublie toujours que si en 56 ils ont fini par approuver du bout des lèvres la guerre, c’était surtout parceque le peuple avait déjà choisi l’indépendance après la répression des deux premières années de guerre. Heureusement que les écrits et communiqués de ces Oulémas sont encore accessibles pour les démasquer!!!

    Bitami
    21 mai 2020 - 19 h 24 min

    Des commentaires nombreux, je retiens ceci : il y a comme une sorte de névrose narcissique et une dissonance cognitive grave! L’identité c’est ce qu’on ressent et on peut la décliner de mille façons. Foncièrement je me sens arabe, berbère et musulman. Mais, vu autrement je ne suis ni arabe ni berbère ni musulman. Parce que fondamentalement nous sommes le produit d’une évolution millénaire et nous restons ouverts à tous les apports sans exclusivité aucune. Tout compte fait, mon identité première serait l’empathie, la solidarité et l’altérité envers tout le genre humain. Nous sommes des êtres de mémoire et dans ce sens, j’ai un fort penchant, un attachement viscéral et une inclination pour ceux qui ont partagé avec moi une histoire commune récente : la lutte de libération nationale qui a forgé notre destin. Gloire à ceux qui sont morts pour que nous vivions libres! Il faut mériter leur sacrifice!

    ZORO
    21 mai 2020 - 19 h 07 min

    Quand ,enfant je sortais du jamaa imbu des preceptes de ma religion
    a travers la langue arabe inalterable depuis des siecles,
    pour courir dans les rues de ma cite ,s egosillant
    TAHIA EL JAZAIR ARABIA TAHIA EL JAZAIR ARABIA
    en replique au colon qui tintaient et criait
    ALGERIE FRANCAISE ,ALGERIE FRANCAISE ,
    Benbella par ces temps croupissait dans les geoles des pieds noirs,
    ignorant que viendrait le temps où les berberistes l accuseraient de m avoir arabiser et islamiser.
    Les berberistes esseulés, dans nos montagnes , (…) sans repére dans le temps et par ces temps .
    furent une proie facile et idéale aux idees noires du loup blanc qui les guettaient .
    Wahch el ghava que chantait Idir ,par un clair de lune mua en dracula ,
    Ses crocs plantés dans le cou de la victime Matoub qui l avoua plutard face a Anne Synclair,
    enclencherent le processus contagieux et irrémédiable, de fabrication de Zombies
    qui se voient aujourd hui differents des Algeriens et insistent par nature a s en eloigner .
    SigneZORO. ..Z….

      Tu...
      21 mai 2020 - 22 h 43 min

      …nous fatigues avec tes balivernes.

      Trinita
      21 mai 2020 - 23 h 19 min

      Bonjour,
      Je ne vous connais pas, je ne vous veux pas de mal. Mais véritablement, c’est très difficile de vous lire. Énormément de circonvolutions pour ne pas dire grand chose si ce n’est que vous êtes arabe. C’est très bien, je suis content pour vous mais cela ne contredit pas l’article, au contraire. Bien à vous.

        ZORO
        22 mai 2020 - 8 h 37 min

        SALEM TRINITA.
        Moi aussi je ne vous connais, vous n etes oas aussi réputé que ZORO dont les circonvolutions arrivent à dire qu il est arabe et musulman et que nous sommes des dizaines de millions a l etre en Algerie et pour rappeler que vous n etes qu une poignée agonisante de berberistes separatistes haineux des arabes et des musulmans ,residu des idees noires de vos peres blancs qui vous ont hideusement façonnès.
        SigneZORO. ..Z…

          TRINITA
          22 mai 2020 - 14 h 03 min

          Salam Zoro,
          Vous vivez votre l’islam bizarrement. A traiter tous vos contradicteurs de non musulman. Etonnant alors que l’on ne se connait pas. Je suis musulman, pratiquant, aussi Monsieur. Dieu seul sait ce qui ce cache dans nos poitrines respectives. Vous devriez faire preuve de modestie a ce propos, cela risque de vous faire glisser sur la pente de la mécréance.

          ZORO
          22 mai 2020 - 15 h 19 min

          Salem Trinita.
          Mille excuses mon ami mais je crois que tu arriveras a comprendre ma position, barricadé comme je suis au milieu de ses tirs nouriciers ,il m arrive de tirer a l aveuglette pour donner la replique aux berberistes separatistes haineux des arabes et des musulmans qui me ciblent sans repit.
          SigneZORO. ..Z….

      Anonyme
      22 mai 2020 - 0 h 15 min

      Imbu des precepts de ta religion… dis tu (la tienne sûrement pas celle d Allah, l universelle)
      Menteur, falsificateur et ignare ! Cite nous un seul verset ou Allah incite les gens à renier leurs origines et devenir « arabes » Chiche !
      Vous faites beaucoup de mal à la religion universelle d Allah (…)

      Zaatar
      22 mai 2020 - 8 h 37 min

      Don Diego, avec tes successifs écrits sur les berbères je finirais par croire que le raciste est bien toi. En tous les cas tu fais tout pour….

    1commentaire
    21 mai 2020 - 18 h 55 min

    On et arrivé à renier l’Arabe au détriment du français il et temps de prendre les choses avant que notre identité disparaissent je suis pas adepte du blabla cour et bien on appelé cela etre efficace comme était nos ancêtre Arabes Kabyles Chouie Mouzabie ect etc

    Elephant Man
    21 mai 2020 - 18 h 48 min

    Allah Yarhmou notre Président défunt si El Houari Boumedienne.
    Quel est votre programme politique PRAGMATIQUE RÉEL budgets projets de recherche de développement économie dynamique et organisée investissant dans la ressource humaine, développement technologique et scientifique de tout bord système d’éducation et de santé performants avec technogie innovante etc etc…

      Anonyme
      22 mai 2020 - 7 h 49 min

      Notre programme?? Débarrasser le pays des pourris et des traîtres qui les applaudissent!! A mon avis tu auras des soucis à te faire à l’indépendance…

    Mounir Sari
    21 mai 2020 - 17 h 57 min

    Un grand merci Monsieur Boucherit pour votre article qui fut un régal et même un chef d’oeuvre!!!!

      Amazighkan
      21 mai 2020 - 20 h 49 min

      Ben Badis l’Amazigh devient Arabe par alliance et voulait l’assimilation à la francarabie par intérêt et pour les privilèges. Les Brahimi ont fait de même en voulant l’assimilation à l’Arabie tout en gardant des contacts privilégiés avec la France. Bon il s’est trompé et a trompé pas mal de gens avec lui mais le hic c’est qu’ il continue à croire à cette chimère et à aucun moment il s’est dit « je me suis trompé » il est encore temps de te repentir et de demander des excuses au peuple de l’avoir berné.

    Hmed hamou
    21 mai 2020 - 17 h 48 min

    @ Abou Stroff,
    ((« …l’histoire d’éradication du français… permettra… aux arabisants monolingues et et complètement fermés au progrès… de ne plus être complexés face à des francisants qui, pour la plupart, maîtrisent aussi l’arabe. (et)… poussera , les francisants vers l’âge de la pierre taillée où excellent déjà les arabisants…(et) Que l’on ne vienne pas nous raconter l’histoire du remplacement du français par l’anglais… irréalisable (vu son coût) et… complètement anti-nationale… « ))

    Complètement d’accord avec toi.
    L’histoire du remplacement du français par l’anglais n’a rien à avoir ni avec le patriotisme et/ou la religion prétendument affiché et dont ils aiment emballer leurs discours, leurs soi-disant actions,… Donc, cette animosité, autre antipathie ostentatoire voire toute cette hostilé exagérément affichée envers la langue française et cet acharnement récent et àlla mode à vouloir la remplacer par l’anglais (fautes de réussirr à la remplacer par l’arabe depuis 60 ans) n’a rien à voir non plus avec un amour quelconque pour l’anglais ou considérations objectives (comme ils aiment à le mettre en avant, comme quoi c’est langue neutre en plus d’une langue du savoir,… C’est qui est en psrtie vrai d’ailleurs, mais c’est une vérité dont ils se servent pour des desseins pas aussi honorables). Donc, tout ça cache une chose simple, ni patriotique ni religieuse, ni pragmatique, ni amar bouzouar. Ils ont tout fait pour supprimer la langue française depuis l’indépendance pour la remplacer par l’arabe sous prétexte (usant de tous les stratagèmes sentimentaux) de l’identité nationale, la langue du coran, la langue du paradis,…contre la langue du colon, des koufars… Et comme ça n’a pas marché, maintenant ils essaient une autre approche (en apparence objective, et pragmatique) supprimer le français et le remplacer aussi vite et sans aucune réflexion (rien à réfléchir, comme pour l’arabisation à marché forcé d’y 50 ans, c’est la panacée à nos problèmes) par l’anglais, donc cette fois ci c’est par l’anglais. C’est louable à priori. Remplacer la langue du colon par celle du savoir et une la gué neutre(même si le colonialisme anglais, les indiens d’Amérique en savent quelque chose, mais ça c’est une autre histoire).
    Le but donc, c’est d’éradiquer la langue française et sans pour autant la remplacer par l’anglais car c’etait pas l’objectif dès le debut. Pensez vous qu’ils vont remplacer le français par l’anglais pour le bien du peuple, eux qui ont dépensé tant d’énergie et passent leur temps à l’abrutir. Vous croyez qu’ils vont lui apporter une langue de savoir comme l’anglais qui risque de réveiller le peuple et d’ouvrir ses yeux sur leur supercherie et leur faire perdre le monopole et celui de leurs enfants qui devrait cravacher pour mériter leurs postes? Vous croyez qu’ils sont aussi stupides à voulir creuser leur tombé de leurs propres mains ?
    Non, il veulent tuer le français car c’est un acquis du colonialisme certes mais, comme cela a permet à l’ancienne génération de lutter contre la colonisation grâce à cette langue justement, ça permet encore et heureusement de garder une petite fenêtre ouverte sur le monde extérieur et civilisé. Autrement , cc’est le noir total. Il veulent un peuple qui ne parle ni français ni parlera ‘anglais. Il faut lui faire oublier le français sans lui apprendre l’anglais. Tout lui mélanger et le perdre.
    Il faut le faire régresser, comme tu le dis, encore plus dans leur monde archaïque, sur le terrain qu’ils maîtrisent parfaitement et eux seuls. Pour faire de leur complexe en un atout gagnant et à moindre effort.
    Si Aujourd’hui avec le français nous sommes des borgnes mais demain, sans français ni anglais, on sera des aveugles, complètement aveugles, complètement dépendant de nos guides, et nos badissistes novembristes seront nos guides, nos Cannes d’aveugle même pour aller aux toilettes… Ils feront de nous ce qu’ils veulent, à leur guise, c’est eux qui nous nourrissent grâce à la rente et c’est eux qui vont nous conduire aux WC s’ils daignent de le faire ou nous laisser faire sur nous meme à notre place…

    Et sans évidemment parler de la faisabilité de tout remplacer en anglais, son coût et aussi son côté complètement anti-nationale au regard de l’importance de la communauté algérienne en france. Mais ça, pour le moment ils vont pas le dire. L’objectif pour le moment c’est de tout chambouler et vite. Car, ils savent d’avance que ce sera un échec, autrement ils ne le feraient pas, donc plus tard ils nous diront c’est raté, on a cru bien faire mais ça n’a pas marché… On les croira. Ça nous fera une belle jambe. Même un beau pied, dans le cul. Et on aura que nos yeux pour pleurer si on en a encore la force de pleurer.

    Donc, Il veulent un peuple complètement aveugle, totalement aveugle, totalement à leur merci, si Ya un seul borgne dans le tas qui déambule par ses propre moyens, son unique œil, c’est déjà trop et intolérable… Ils doivent être les seuls à pouvoir voir et à voir pour lui…et donc à décider pour lui sans craindre la moindre objection.

    Des tubes digestifs ambulants, au moins mobiles, d’aujourd’hui on passera au stade inférieur de tubes digestifs totalement amorphes et complètement immobiles juste bons à avaler leur soupe, chier et louer la bienveillance de leurs bienfaiteurs..

    Bitami
    21 mai 2020 - 16 h 54 min

    Que d’énergie perdue! L’auteur fait preuve d’une immense mauvaise foi. Il aurait pu faire œuvre utile en pensant à l’avenir de l’Algérie : l’identité c’est aussi – et surtout – un destin collectif commun qui soude toutes les contrées géographiques algériennes ensemble de par leur différence et leur diversité. Poser le débat en termes diffamatoires et injurieux avec un esprit revanchard et tordu ne mène nulle part. Dans ces moments de nostalgie et loin de mon pays, j’ai quelques réminiscences : c’est un kabyle qui m’a appris à aimer la langue arabe. C’est aussi un sage kabyle qui m’a donné une leçon de vie alors que j’étais à peine adolescent. Mes enfants sont à moitié kabyles si j’ose m’exprimer ainsi. Dans ma grande famille, il y a des chaouis, des kabyles et de beaucoup d’autres régions d’Algérie et nous vivons à l’abri de ces élucubrations alambiquées!
    Une pensée pour Karim Tabou en ces moments de fête qui lorsqu’on l’a accusé d’être contre l’unité nationale a répondu fièrement qu’il y avait douze wilayas représentées dans sa grande famille.
    La morale de l’histoire : plusieurs décennies après, je me rappelle toujours mon professeur et Ammi Ahmed le sage kabyle, ils habitent ma mémoire. Votre article quant à lui, il est déjà (…) HS!

      Linda
      22 mai 2020 - 1 h 50 min

      Bitami, qu’est ce que vous voulez dire? Votre contribution n’a rien apporté au débat d’idées. Vous nous ne dites pas en quoi l’auteur de l’article s’est trompe. Vous formulez tout simplement le désir de vivre ensemble, mais encore une foi, vous ne dites pas comment y arriver. Il n’y a pas de vivre ensemble quand une partie de la population est ostracisée. Je vous rappelle un proverbe Africain: « On ne sait pas ou on va, quand on ne sait pas d’ou on vient ».

        Anonyme
        22 mai 2020 - 7 h 50 min

        @Kahina relisez l’article svp…

    Zangra
    21 mai 2020 - 16 h 45 min

    Avancer des contre-vérités ne rétablit pas la vérité…..

    L’écriture de l’histoire obéit à des règles scientifiques et ne consiste pas à avancer des idées farfelues pour affubler X de traître et Y de brave patriote; c’est encore plus vrai quand on est jeune et n’avoir pas eu la chance d’avoir vécu les événements par lesquels est passé notre pays. J’ai remarqué que les plus virulentes attaques contre le 1 er et 2 ème président viennent d’une région particulière qui a certes donné le plus grand effort pour la libération du pays mais où l’on répète de générations en générations les idées contestataires d’un militant historique de la cause nationale. Lui, on peut comprendre sa rancœur contre ses frères de combat, c’est le dépit qui lui a fait inventer le terme incongru  » le clan d’Oujda » qui s’est accaparé le pouvoir mais à la lecture des membres du conseil de la révolution, on se rend compte de l’ineptie de cette insanité collée à des camarades parmi lesquels il se trouva en minorité. Donc pour revenir au conseil de la révolution qui a renversé Benbella, on retrouve les militants de la cause nationale de la wilaya 1 (les Aures avec son chef Tahar Zbiri), la wilaya 2 (le Constantinois avec son chef Ali Kafi), une bonne partie de la wilaya 4 car l’autre partie avait rejoint les contestataires de la wilaya 3 (la grande et petite Kabylie) mais la aussi on remarque que Mohand Oulhadj dernier chef historique de cette wilaya avait rejoint « le clan d’Oujda », qu’il a refusé le combat fratricide pour emmener ses hommes affronter les pieds nickelés de Hissan 2 dans la guerre des sables de 1963 avec ceux la il y’avait les wilayas 5 et 6…et dire que c’est toute l’Algérie combattante que l’affuble du sobriquet « clan d’Oujda »
    Mais les mots ont la vie dure, ce leader Rabi Yarhamou avait laissé cette absurdité et elle persiste encore. Dans cette même région où des Kabyles patriotes ont travaillé avec Houari Boumédiène, les fans du guide « démocrate » font semblant de na pas le savoir, ne pas savoir que cette région n’a jamais été ostracisé et a eu ses hommes au pouvoir : Ait Messaouden, Mohamed said Mazouzi (le Mandela Algérien), Belaid Abdeslam et surtout le patron de la redoutable SM: Kasdi Merbah, je peux en avoir oublié d’autres.
    Les adulateurs de ce leader historique que j’ai parfois croisé dans des forums, si tu défend la mémoire du défunt H. Boumédiène, ils te sortent l’artillerie lourde (syndrome de Stockholm !!!); pourtant à s’égosiller jusqu’à presque l’affubler d’être l’inventeur de la démocratie ils ne se rendent pas compte que c’est un humain donc faillible et s’il n’a pas dirigé un pays avec toutes les difficultés qui vont avec cette charge, par contre il a crée un parti qu’il a dirigé de main de fer jusqu’à sa mort. Si on excepte les partis alibis fécondés dans les labos du système, on se rend compte que c’est le parti de ce leader « démocrate » qui a perdu avant l’ère du multipartisme et beaucoup plus après 89 des militants et cadres de très grandes valeurs. La saignée avait commencé avec le départ massif de militants qui vont créer le RCD, plus tard ça va être la saignée à dose homéopathique mais où un cadre militant vaut mille militants, des cadres avec l’envergure d’hommes d’état perdus pour ce parti à cause du zaimisme et pour expliquer ces défections, ce leader et sa cour ont taxé les dissidents qui l’ont quitté de taupes de la SM. Malade en 99, il quitte le pays, s’installe à Genève mais garde la télécommande à nommer et des dégommer le 1 er secrétaire du parti, à sa mort ce parti étalera ses faiblesses et dissensions internes au grand jour et tout cela est le résultat d’une gestion autoritaire sans possibilités de contester quoi que soit sinon l’anathème et l’exclusion. Le mal fait à ce parti est aussi un mal pour le pays car ce parti avait de grands hommes, de grands militants.
    Tout ce qui précède est comme une longue digression pour aller aux affirmations contenues dans cette contribution. Benbella, Boumédiène étaient panarabistes, ce n’était pas un crime, tout juste une faute d’appréciations d’une génération née dans des conditions historiques particulières : pauvreté, sous-développement, malnutrition et arriération technique et technologique. Ces hommes avaient la faiblesse de croire qu’une union de plusieurs pays allait faire leur force, ils croyaient tout comme les Irakiens, les Égyptiens, les Syriens ayant des civilisations fabuleuses depuis 20-30 siècles avant Jésus; rendus faibles et incapables d’affronter Israël et encore moins les plus grandes puissances, ils pensaient que leur unité sous la bannière pan-arabe va compenser leur faiblesse.
    Avancer que sous Houari Boumèdiène les Oulémas avaient le beau rôle c’est ignorer les profondes blessures du jeune Boukharouba Mohamed qui avait marché durant plus d’un mois pour aller en Égypte (pour éviter le service militaire obligatoire sous le drapeau français) quand il arrive au Caire (avec un ami à lui qui raconte l’anecdote) il va voir le responsable du bureau du Maghreb dont était responsable un ponte de l’association des Oulémas, affamé, en guenilles ce pontife lui a signifié qu’il n’a rien à foutre de lui et qu’il n’avait à quitter l’Algérie, ces gros tas de M…. ventrus ne voulaient pas partager les subsides que leurs versaient certains pays arabes. De cette humiliation H. Boumédiène en avait gardé un rancune tenace contre cette association des Oulémas qu’il ramènera à sa juste dimension durant son règne et elle n’aura jamais ni subvention ni visibilité. La preuve de cette animosité réciproque? en 1976 lors des grans débats autour de la charte nationale, Cheikh Kheiredine, Ferhat Abbas, Benkhedda et quelques autres membres ou apparentés de l’association des Oulémas lui ont adressé un récit au vitriol contre sa politique et il les jeta en prison: c’est de l’histoire de notre pays il n’y avait ni connivence ni atome crochu avec les commerçants de l’Islam, les panarabistes qui s’agitaient dans les campus universitaires étaient muselés, les islamistes aussi, va demander à cheikh Nahnah qui n’avait tué personne en 76, juste scié un poteau téléphonique qui en a eu pour la perpétuité (il sera libéré par Benjedid qui lui va jouer la carte des islamistes pour contre-carrer les marxixtes, Trostystes, berbéristes et toute la gauche progressiste).
    Pour terminer et même si j’ai tellement à dire, je crois qu’il faut rendre à César ce qui appartient à Jules, à tous nos morts qui n’ont pas trahi la patrie, qui ont œuvré et parfois fauté, on se doit de dire RABI YARHAMOUHOUM. Ils étaient juste des humains et qui n’ont même pas eu la chance pour beaucoup d’entre eux d’aller à l’école, ils ont pris les rênes du pouvoir avec si peu de moyens au début, si peu de ressources humaines qualifiées, ils ont fait ce qu’ils croyaient être juste.
    Si on mesure les résultats à l’aune des moyens, ils ont fait des prodiges.
    Tahya El jazayer, Rabi Yarham Echouhadas

    MOI , TOUT COURT .
    21 mai 2020 - 16 h 18 min

    UN HOMME , UN GRAND , BOUMEDIENE , QUE TOI boucherit et les gens comme toi , ne lui depasserai pas la semelle de son talon. UN GRAND HOMME , qu’il repose dans la GRACE D’ALLAH , SI EL-HOUARI.

    AmmarEzzahi.
    21 mai 2020 - 16 h 06 min

    Trop de bruit d’une langue qui existe que sur lès lèvres ,comment la rendre officiel si on à même un alphabet propre a nous .d’après lès dires tout à était conçu en France par un groupe d’hommes diviseurs sans la connaissance du peuple qui à la fin de leurs journée ont tous acheté dès tombes et ont préférer être enterré loin de leurs peuple.pourquoi éliminer la langue arabe et laissé la langue française qui est aussi étrangère et coloniale.la langue amazigh et la derdja sont juste lès langues du peuple.

      Prof d'Histoire
      21 mai 2020 - 16 h 55 min

      Votre prof d’histoire aurait donné zéro à toute personne qui, non seulement aurait ignoré les leçons, mais aussi pour avoir voulu la modifier pour servir des intérêts occultes, masquant ainsi la vérité des faits historiques. Rappel:
      Le Tifinagh existe comme écriture alphabétique depuis au moins deux millénaires (VIIème siècle AVANT JC). L’alphabet arabe n’est apparu qu’aux environs du VIème siècle APRÉS JC).
      Les Arabes qui ont envahi le Maghreb ont toujours nié l’existence d’une écriture chez les Berbères. Ils ont tout fait pour la museler, en interdire l’expression, la tuer pour ensuite prétendre que c’était une langue morte.
      On retrouve cette argumentation négationniste chez les colons américains qui interdisaient aux Acadiens (devenus Cajuns) installés en Louisianne, de parler et d’écrire en Français. Son gouverneur avait menacé de prison tous ceux qui s’exprimaient autrement qu’en anglais. La langue a périclité, mais elle n’a pas disparu. Il sufit d’assister aux nombreuses manifestations culturelles organisées par les villes de Lafayette et de Bâton Rouge pour s’en rendre compte. L’État de Louisianne fait aujourd’hui des efforts considérables pour faire revivre cette langue à coups de millions de $.
      Ne dit-on pas que le Latin est une langue morte et pourtant elle a donné naissance à de multiples langues modernes?
      Nier son passé, c’est s’interdire de s’ouvrir les portes de l’avenir, de se scléroser, et de retomber dans l’obscurantisme.

      Le retour d’Amar Ezzahi
      22 mai 2020 - 13 h 39 min

      @AmmarEzzahi
      Le vrai Amar Ezzahi un de nos maîtres du Chaabi, au crépuscule de sa vie, est retourné à ses origines en chantant : “Djahagh bezaf d ameziane” disponible sur YouTube.
      Comme quoi le retour aux sources est inévitable.
      Quant à la langue visée par vos propos, elle vaut mieux qu’elle soit sur les lèvres que complètement muette, ce lot qui lui a été commandité et bien ficelé par l’araboislamisme ravageur.
      Vous aussi, je vous souhaite de revenir à vos sources ignorées d’ignorance comme dit Jacques Brel.

    Ammar Ezzahi.
    21 mai 2020 - 16 h 05 min

    Trop de bruit d’une langue qui existe que sur lès lèvres ,comment la rendre officiel si on à même un alphabet propre a nous .d’après lès dires tout à était conçu en France par un groupe d’hommes diviseurs sans la connaissance du peuple qui à la fin de leurs journée ont tous acheté dès tombes et ont préférer être enterré loin de leurs peuple.pourquoi éliminer la langue arabe et laissé la langue française qui est aussi étrangère et coloniale.la langue amazigh et la derdja sont juste lès langues du peuple.

    ALI LA POINTE
    21 mai 2020 - 15 h 58 min

    Est-ce que le consul sujet sioniste-mococo qui a insulté l’Algérie et les CHOUHADAS a-t-il été EXPULSÉ… OUI ou NON ??? Dans la négative, je ressors de ma tombe pour trucider TOUS ces traitres et harkis qui dirigent NOTRE TERRE SACRÉE L’ALGÉRIE !!!!!

      @ geronimo le con.
      21 mai 2020 - 16 h 49 min

      Qui prouve que tés un pur chaoui ,devant un ordinateur tout est possible,va prendre une 🚿 lès chaouis sont dès hommes ils se plient jamais devant ton maître François.

    geronimo le chaoui
    21 mai 2020 - 15 h 48 min

    Bravo AB Tout est si bien dit , aucune omission ni fioritures genres benzatat ,zoro sidali kahina et les nombreux anonymes qui pilulent dans les journaux (moucherons de boutef puis de GAID EL FAYAH).Au cas ou une quelconque injustice serait faite une fois de plus pour tamazight ça serait la revolution .Si la machine de guerre est enclenchee ca deviendrait le soudan nord et sud .VOIR MEME UN EMBRASEMENT BERBERE EN AFRIQUE DU NORD.TOUCHER A NOS SYMBOLES SERAIT UN DANGER MORTEL POUR LE PANARABISME ET LE NAZISLAMISME ….NOTEZ LE BIEN MESSIEURS MAKRI ET BENCHEGRINA

    salim31
    21 mai 2020 - 15 h 38 min

    lettre a mr taleb el ibrahimi
    mr taleb ibrahimi
    depuis le retour de voyage de votre defunt pére d’ arabie saoudite et de syrie que
    l identite algerienne a basculer ,
    nous sommmes tous y compris vous, victime de ce maudit voyage de votre pere qui à boulversé sa facon de pensée et boulversé l histoire moderne du pays ,
    et cela au debut du 20 eme siecle il est partis jeune et naif et subir des annees de en cours intesif de wahabisme dans un pays de fourbs avec le debut de regne al saoud cette periode a du modifie sa facon de voir l islam differente en entre l’orient et l ‘occident du monde musulman . marque par le debut des complots anglo sioniste le wahabisme et des futurs freres musulman etait à la mode dans ce tout debut du siecle au moyen orient .
    et par la suite il est partie en syrie pour
    le debut de l arabisme embryon du panarabisme et du futur baath syrien ,
    de retour en algerie au debut du 19 siecle , on imagine qu il etait charge a bloc , il
    s est senti le devoir de proteger l islam et
    l identite des algeriens soumis au long joug coloniale ce qui est une bonne chose et un acte de foie et d evidence nationaliste de l epoque mais ,
    les influences precedente ont du creer un sophistication du personnage et un sentiment d intelligencia par rapport au otoctone indigene qu on devait absolument civilisé et remettre au droit chemin , donc je suis desole vous herite
    de la meme mission civilisatrice et moralisateur que celle du colonisateur francais pour eux il fallait le franciser et christianiser , pour vous il fallait l arabiser et l islamiser a la facon des saouds ,
    mr el ibrahimi,
    les algeriens on toujours ete muslmans et ils ont su preserver leur islam et leur identite graces aux zaouya et aux vrais oulamas par millers et votre pere n est
    qu un element infime dans l histoires des oulamas algeriens , les algerien ont souffert des guerres et des colonisateur espagnole francais turk , malgre cela ils ont su garder leur identite nord africaine et amazigh ,
    pourquoi vous mepriser ce peuple et sa culture et sa langue maternel , elle n est pas sofistique pour vous c est votre probleme , vous qui etes au crepescile de l age refelchissez et liberez ce peuple c est
    l algerie notre votre pays , votre entetement et le lourd heritage paternel a conduit le pays à l impasse et a la faillite a cause de vos experience sur un peuple vaillant et patient . mais l histoir vous jugera le peuple algeriens est habitué aux colons et aux mission civilisatrice , c est notre specialite combattre les intrus , repentez vous et faites vous votre propre auto critique et propre perspnalite j allais dire , avant qu il ne soit trop tard vous portez l entiere responsabilite devant le peuple et devant dieu.

    Mourad
    21 mai 2020 - 15 h 37 min

    Un article magistral et un rappel à ceux qui ont perdu la mémoire.
    Ça nous change un peu de Benzetat.
    Merci encore.

    Les urnes.
    21 mai 2020 - 15 h 25 min

    L’Algérie est Algérienne,ni arabe ni française ,lès deux langues sont pratiqué et le peuple a le choix de choisir.la PESTE dès frères musulmans et zitot veulent nous interdire le francais et le CHOLÉRA des (…)et lès makoks veulent nous intedire la langue de notre prière et la remplacé par la langue de leurs maîtres .

    Smail
    21 mai 2020 - 15 h 24 min

    bjr
    votre analyse rappelle le fameux cri de Ben Bella: « Nous sommes des arabes « répétées 3 fois histoire de se convaincre lui-meme .(méthode Coué)A votre trio maléfique, il faudrait ajouter d’autre chevaux de Troie( simples exécutants) tels Mouloud Nait Belkacem dit Kassim, ardent défenseur de la langue arabe, Mohamed Cherif Kherroubi, figurant dans la mise en application de l’école fondamentale, ou Abderrahmane Chibane, ministre des « affaires  » religieuses. Il y en avait beaucoup d’autres, visibles ou non.Taleb Ahmed, comme il se faisait appeler dés le début, à ajouté l’additif « El Ibrahimi » pour . dévoiler le spectre de ses profondeurs. C’était l’éminence grise du système de l’époque car sans aucun doute, il avait un plus grand baggage intellectuel( docteur en médecine-?-bilingue, orateur averti et admiré par …Jean Sénac ( pour d’autres raisons)…

      Anonyme
      22 mai 2020 - 4 h 38 min

      D’autres encore sur la liste des imposteurs qui ont bien profité du système: Abdelkader Hadjar, Mohamed Chérif Messaâdia…..

    DJILLO
    21 mai 2020 - 15 h 15 min

    Cet article sent clairement l’invective et l’insulte gratuite. Ca me donne l’impression que Monsieur Boucherit règle ses comptes avec le Dr. Ibrahimi. Ce qui me chagrine, c’est cet état de « intelligentsia » algérienne a chercher toujours a trouver raison a son échec dans le passé. Elle trouve toujours des boucs-émissaires parmi des personnalités qui avaient fait, en leur temps, ce qu’elles avaient pu faire, pour justifier son incapacité totale a sortir de sa léthargie qui l’a sclérosé jusqu’à présentement, ou elle s’est trouvée dépassée largement par un hirak extraordinairement populaire et qui ne lui offre aucune place.

      Le servant.
      21 mai 2020 - 15 h 31 min

      Tes l’un d’eux ,un pur chiyate et complexé de papa François tu as épargné même pas la religion (…..)!.

        DJILLO
        21 mai 2020 - 15 h 51 min

        En général je ne répond pas aux petites cervelles….

        DJILLO
        21 mai 2020 - 16 h 05 min

        En général, je ne répond pas aux petites cervelles….

          Le servant.
          21 mai 2020 - 16 h 25 min

          @ DJILLO.je m’excuse une erreur de ma part,mon commentaire était à celui qui fait peur aux enfants.

    Lghoul
    21 mai 2020 - 15 h 07 min

    Les seules personnes qui me font c… sont ceux qui jouent aux plus royalistes que le roi. Ceux qui ont honte de leurs origines et de ce qu’ils sont, ceux qui sont, soit naturellement compléxés, ou sont transformés en compléxés par la force des choses ou de l’argent.

    @RAYES AL VHOUUR
    21 mai 2020 - 15 h 05 min

    Tres bonne contribution.
    Je n’ai jamais aussi bien vécu ma véritable identité algérienne,,apprécié nos évènements traditionalo-religieux (Ramadhan,Mouloud,Yanayer,lAid ..) que durant la période coloniale.
    Dès l’indépendance acquise,les faussaires arabo-musulman se sont mis à l’oeuvre dont on constate à présent le résultat.
    BenBella qui adulait Nasser a inondé l’éducation de pseudo-prof d’arabe venus d’Égypte.Si nous avions à l’époque de BenBella une frontière commune avec l’Égypte,il aurait offert notre Algérie sur un plateau d’argent à son mentor Nasser .Boumédienne qui nous faisait croire à son nationalisme a enfoncé le clou en ouvrant la voie aux arabisants opportunistes,médiocres et leur facilitant l’accès sans aucun diplôme à l’université. Il a laissé proliférer autour de lui des baathistes et j’en passe, qui nous ont imposés une langue arabe débridée imprégnée de religiosité qui enfanté la radicalisation,l’intolérance,la médiocrité,la laideur et l’islamisme.
    et à présent Moquerie qui ajoute une couche en demandant de criminaliser l’utilisation du français dans les institutions.Et pourquoi ne pas criminaliser l’arabe qui est au même titre que le franĉais une langue importée,imposée par les beniHillal.Sa fille poursuit des études en français au Canada.

    Anonyme 5
    21 mai 2020 - 15 h 04 min

    Incontestablement c’est l’une des meilleures contributions quasiment véridique que j’aie pu lire sur ce site d’AP. Merci pour l’auteur et merci pour AP de nous publier ce genre de vérités historiques que d’aucuns savent sur ce personnage sinistre qu’est Taleb Ibrahimi aide et se courru souvent par Khawla l’autre partisane de l’arabo-islamisme chimérique que défendent aujourd’hui becs et ongles les inféodés à Erdogan et au wahhabisme alors que toute l’Afrique du nord est considérée comme un peuple de Dhimis et musulmans de seconde zone qui ne serviront qu’à apporter de la voix aux partisans de la khilafa perdue. Depuis la mort du prophète et les 4 khoulafas assassinés ( tous selon des études récentes d’islamologues mêmes), l’islam a été réduit comme instrument d’accession au pouvoir partout dans le monde islamique et si ce n’est par le maniement du verbe aidés par le récit de quelques hadiths ou versets ou meme par la force de la violence dans d’autres cas. Meme dans nos villages, le meilleur jugement, pour nos aïeux analphabètes , est toujours attribué, comme d’ailleurs les premières récoltes de fruits et huile d’olive, aux cheikhs ou marabouts afin de les remercier pour leur arbitrage malicieux qu’ils affectionnent car porteur de richesse et pouvoir moral ou occulte. Il est ainsi pour ce caméléon totalitaire Ibrahimi certainement derrière le recrutement de El ghozali à Constantine pour mieux endoctriner les algériens et surtout la région de l’est du pays dont sont issus plusieurs défenseurs acharnés de la oumma chimérique. Même s’ils n’ont pas encore pris le pouvoir, ils font dans la politique de l’entrisme afin d’avoir le maximum d’élus dans les différentes institutions afin de favoriser le recrutement de leurs disciples dans le système éducatif, les directions de la culture et autres organisations sur lesquelles ils comptent arabo-islamiser le maximum meme dans les régions les plus éloignés du pays. Des enquêtes devront être ouvertes au sujet des recrutements des militants de Mokri, djaballah, bengrina, Naima, Taleb et autres micro partis islamistes qui travaillent tous pour le même projet: celui de rendre l’Algérie dépendante de l’étranger et ce dans tous les domaines, même pour les masques de tissus pour le coronavirus, en forçant à l’exil l’élite et des centaines de milliers d’étudiants diplômés, 25 000 chaque année selon le ministre de l’enseignement supérieur C.E Chitour dans sa récente déclaration.

    Felfel Har
    21 mai 2020 - 14 h 41 min

    Il y a des hommes qui, au regard du mal qu’ils ont fait au pays et à leurs concitoyens, devraient se taire à jamais, ne plus émettre la moindre opinion, ne plus intervenir dans des débats de l’heure, surtout ceux visant à réparer les dommages qu’eux-mêmes ont causés. Taleb El Ibrahimi fait partie de ceux qui ont voulu imposer l’arabité de l’Algérie en dépit des enseignements têtus de l’Histoire.
    Lui et ses congénères, en voulant contrer les arguments de la France de justifier sa colonisation, n’en ont pas moins recouru aux mêmes artifices. Comme tous les faussaires notoires, ils ont eu recours à l’arnaque , cet art qu’ils savent maîtriser, pour clamer que l’Algérie, avant l’arrivée des Arabes, était inhabitée, vide, vierge et donc qu’en l’occupant, ils en devenaient les propriétaires légitimes et légaux. Les Quackers qui ont envahi l’Amérique du Nord en s’appropriant la terre des Amérindiens, se justifiaient en utilisant le même mensonge.
    Malheureusement, l’Histoire ne leur a jamais donné raison, car les fallacieux arguments qu’ils ont avancés ne résistent pas à sa rigueur et ses faits ne se laissent pas manipuler ou encore moins modifier pour transformer des mensonges en vérités. Taleb El Ibrahimi, père et fils, et leurs acolytes ont toujours menti. Ils ont voulu nous imposer le mythe de la maison commune arabe, le phare de la Oumma, le berceau de la civilisation. Confondus par les historiens de tous les horizons et contredits par les enseignements de l’archéologie, ils n’ont jamais voulu admettre que l’Algérie, dans ses frontières actuelles, était la patrie des Amazigh depuis des millénaires. Tous les colons (Phéniciens, Romains, etc. Turcs, Français ou Arabes) n’ont jamais pu altérer ces réalités. Les mensonges sont des crimes et comme tels, ils ne paient pas.
    « Taire la vérité, n’est-ce pas déjà mentir? Qui ne gueule pas la vérité, quand il sait la vérité, se fait le complice des menteurs et des faussaires. » Charles Peguy

    Lheq
    21 mai 2020 - 13 h 52 min

    Vous avez des enfants respectables et de qualité, Monsieur Ibrahimi, mais, pourquoi ils ne s’expriment qu’en FRANCAIS.

    anonyme
    21 mai 2020 - 13 h 22 min

    il faut savoir que l’etat nation algerien n’existe que depuis 62 donc il faudra beaucoup de temps pour que l’algerie trouve ces vrais racines 99% d’algeriens ne connaissent ni leur origine ni leur histoire
    et c’est normal les 132 ans d’occupations françaises plus 4 siècles d’occupation ottoman ça laisse des traces pour identifier l’identité algerienne si il y’en a bien sur

      Anonyme
      21 mai 2020 - 16 h 11 min

      La numidie éxistait Mr, meme quand le pouvoir central avait céssé en Kabylie nous n’avons jamais Céssé de fonctionner comme Etat fèderal

    Sprinkler
    21 mai 2020 - 12 h 55 min

    C’est ainsi que des millions d’algériens se retrouveront apatrides…chez eux !

    Pas d' arabe langue d' Etat
    21 mai 2020 - 12 h 52 min

    Morale, L’ identité n’ est pas sujette au marchandage politiques. C’ est une caractérisation d’ un peuple, une donnée qualitative indivisible. Donc, une Algérie arabe islamique à été une expérience néfaste pour la simple raison qu’ elle n’ a pas de substrat anthropologique. La vraie disgrâce est d’ avoir cru en faire un peuple en Top down, L’ État  » occupé  » on dicte l’ identité. Un peuple c’ est l’ adhésion aux valeurs, les institutions sont leurs vaisseaux qui irriguent son corps. Les crises successives étaient des cris d’ alarme du fond de l’ âme, les reformettes furent des tentatives de gagner du temps, en prolongeant l’ agonie du pays.
    Les peuples ne s’ inventent pas par décret.

    Le Berbère
    21 mai 2020 - 12 h 43 min

    Notre culture outragée, violée et défigurée à outrance par les coups de boutoir assassins sous les regards cyniques de l’entreprise dévastatrice menée par le trio partisan du changement radical de la personnalité de tout un peuple, l’auteur à cerné le dilemme de nôtre pays. J’ai perdu deux enfants durant la décennie noire, je ne suis pas le seul père de cette Algérie humilié et meurtrie par le terrorisme politique et islamiste qui à perdu un proche, on est des milliers de victime de ce pouvoir assassin et usurpateur de la véritable identité algérienne amazigh..Les mouvements baathistes et islamistes ont le même génome , ils été inventé par les colonisateurs ( français et arabe ) pour seul raison, ce vengé de l’Algérie amazigh cultivée , combattante et très attachée à sa liberté et sa souveraineté depuis l’antiquité.
    Ceux qui ont plongé le pays dans le chao culturel sont toujours là à la tête de notre pays et le combat de  » l’authentique  » peuple algérien n’est pas fini . Le FLN et le père spirituel de l’islamisme et autant que victime de la décennie noire, je porte le chapeau à ce régime de collabo et harkis de la dernière heure de faire de notre beau pays un champ de ruine . Le pouvoir sanguinaire depuis 1962 est le seul responsable de l’apparition de cette état des lieux actuel, l’arabisme et l’islamisme de Ben Badis en passant par les Ibrahimi et Ben Bella et Boukharouba et jusqu’à Bouteflika . Un peuple triples millénaire qui à tenu tête devant Rome et tous les invasions barbares de l’humanité ne s’incline jamais devant les collabos anti Algérie berbère. ..Tahya Al Djazëir Amazighia, libre et souveraine et fière de ses racines ancestrale que seul le bon Dieu peut l’effacer ..Je remercie infiniment l’auteur de cet article que je garde précieusement près de moi en attendant le jour de départ vers Dieu de se démon de Ibrahimi.

    Les vrais harkis ne sont pas ceux qu'ont croient
    21 mai 2020 - 12 h 40 min

    Pas que lui, tous ceux qui ont mené l’Algérie au fond de l’abîme depuis 1962, doivent être jugés et payer pour leurs crimes, ils ont ostracisé des pans entiers de la société Algérienne et clochardisé tout un peuple en le coupant de ses racines, ils ont continué l’oeuvre du colon qui consistait à effacer l’histoire millénaire de l’Algérie de la mémoire collective, combien de dizaines de milliers d’Algériens et plus avaient été poussés à l’exil? combien parmi ces Algériens dont leur seul crime était leur clairvoyance, n’ont jamais pu revoir leur terre natale et y être enterrés? combien de souffrance ont-ils engendré dans la plus grande majorité des familles Algériennes? combien sont elles encore à ce jour à souffrir en silence par l’injustice qui les frappe? combien, combien, la liste est longue autant que leurs méfaits pour arabiser une société par la force.

      Dubitatif
      21 mai 2020 - 17 h 27 min

      Je constate que les internautes les plus virulents ne savent pas rédiger une phrase sans commettre plusieurs fautes.
      Commencez-donc par modifier
      Les vrais harkis ne sont pas ceux qu’ont croient
      en Les vrais harkis ne sont pas ceux qu’on croit, ensuite on pourrait faire des échanges d’idées. Tant que des médiocres critiquent, en français, les « arabisants » en montrant qu’eux-mêmes ne maîtrisent rien de la langue de française on ne peut les prendre au sérieux.
      J’ai quitté l’Algérie en 1970 pour des raisons personnelles et le maigre bagage en langue arabe  » qu’on m’a donné », me suffit pour visiter le Moyen-Orient de m’exprimer comme je veux sans complexes, avec les « arabes » de cette région. Vous êtes incapables de vous exprimer (et d’écrire) correctement en français. Vos envolées n’impressionnent pas, elles font pleurer ou rire à gorge déployée.
      Pour terminer, renseignez-vous sur le grand nombre de berbères algériens qui vivent au Moyen-Orient (depuis plus de cent ans pour certains). Personne ne les avait poussé à se réfugier la-bas après 1870.

        Le curieux
        21 mai 2020 - 20 h 16 min

        Il n’y a pas de honte à s’exprimer avec des fautes dans une langue étrangère qu’on ne maîtrise pas quand sa propre langue est ostracisée dans son propre pays…

        Fom el mezmoun ma dedekhlou dhebana
        21 mai 2020 - 22 h 41 min

        Remplace ceux qu’ont croient par ceux que nous croyons, sachant que le on remplace il, masculin singulier et non masculin pluriel.

        Blakel
        22 mai 2020 - 4 h 25 min

        @ Dubitatif
        « J’ai quitté l’Algérie en 1970 pour des raisons personnelles et le maigre bagage en langue arabe » qu’on m’a donné », me suffit pour visiter le Moyen-Orient de m’exprimer comme je veux sans complexes, avec les « arabes » de cette région. »
        C’est du français ça ?
        Peut-être as-tu voulu dire :
        J’ai quitté l’Algérie en 1970 pour des raisons personnelles, et lorsque je visite le Moyen-Orient, le maigre bagage en langue arabe que j’ai acquis, me suffit pour me permettre de m’exprimer comme je veux, et sans complexes, avec les « arabes » de cette région. »
        Là on comprend quelque chose.
        La moindre des choses lorsque l’on se permet de faire la leçon aux autres, est de maîtriser un minimum la syntaxe de la langue française.
        Et puis à quoi cela rime de reprocher aux autres les fautes de français qu’ils peuvent commettre ?
        Nous ne sommes pas ici dans un cours de français. Ce qui prime ce n’est pas la forme, mais le fond. On s’intéresse aux opinions plus ou moins bien argumentées des uns et des autres, pas à leur degré de maîtrise de la langue française.
        Il n’y a pas de corrélation absolue entre la maîtrise formelle de la langue, et la pertinence des opinions.
        Nous en avons la plus parfaite illustration, avec notre « fraternel Ilhadi », dont la maîtrise formelle de la langue française, n’a d’égale que la vacuité de ses propos. Si on tapote sur sa boîte crânienne, cela doit sonner creux comme une derbouka.

    The one
    21 mai 2020 - 12 h 24 min

    Tout ceux qui sont au pouvoir depuis l’independance a ce jour sont des fideles de la France surtout ces malades de la langue arabe et d’islamisme .bsure tout ca pr le bien de fafa et pr la contunuite du systeme en place. la Franceafric isn’t it my friend ZORO.

    Malia
    21 mai 2020 - 11 h 58 min

    ON ACHÈVE BIEN LES CHEVAUX ! N’est-ce pas, monsieur ? (…)

    Zaatar
    21 mai 2020 - 11 h 54 min

    J’ai lu dans un commentaire ceci  » l’islam reste le fondement de l’Arabie en Algerie comme du reste au maghreb », mais c’est quoi cette idiotie? On le fait exprès je crois, on feinte de ne pas voir qu’il y a une bonne partie de la population qui se dit non arabe et une bonne partie aussi qui se dit non musulmane. Et en ouvrant les livres d’histoire c’est les arabes et l’islam qui sont venus ici et pas l’inverse. Ces populations donc , on va les mater? On va les exécuter pour faire de l’algerie un pays arabo-musulman jusque dans ses plus profondes entrailles ? Si cette population réclame de recouvrer sa véritable identité et qu’elle soit reconnue en tant que telle c’est son droit le plus absolu. Et si elle voudrait que le pays Algerie soit à l’image de son identité c’est aussi son droit le plus absolu.

      Abou Stroff
      21 mai 2020 - 16 h 23 min

      Zaatar, je te salue! qui a décidé que nous étions des arabo-muslims?
      moua, pour ma part, j’ai déjà indiqué que je ne me sentais ni arabe, ni musulman, ni amazigh, catégories a-historiques et idéologiques qui indiquent un vide colossal en termes d’appréhension de l’être humain qui est, contrairement, à l’animal, un procès sans fin.
      je me sens algérien, i. e., un être humain, aux multiples facettes et produit d’une histoire particulière qui s’étend sur des millénaires et je ne veux guère que l’on m’enferme dans une catégorie a-historique puisque ce que je suis au moment présent n’est qu’une image instantanée de l’être en constante transformation que je suis.
      PS: je pense, et je l’ai déjà indiqué, que ces histoires d’identité et autres balivernes reflètent notre état végétatif (des tubes digestifs en puissance) et notre incapacité à nous penser en tant qu’êtres humains que seul le travail différencie des animaux.

    Belveder
    21 mai 2020 - 11 h 47 min

    AP a laissé ce monsieur «  »Abattre » Taleb Ibrahimi avec virulence et sans Modération en réglant des comptes avec TOUS au Passage…Cela fait partie (depuis le confinement d ailleurs) de la campagne de «  » »Ré écriture de l histoire Algerienne post HIRAK (qui n a rien demandé d ailleurs) Gageons qu AP nous publiera un Droit de Réponse s il y a lieu….ON COMPTE SUR VOUS

    Anonyme
    21 mai 2020 - 11 h 40 min

    Le « on » que vous ne cessez d’utiliser designe combien de personne? ne parlait pas a la place des autres .
    Meme un sioniste ne peut concevoir un tel article pour semer la haine et la zizanie.

    Anonyme
    21 mai 2020 - 11 h 36 min

    « Une fantaisie intellectuelle dénuée de bon sens et noyautée par des revendications creuses, adossées sur un nationalisme arabe chimérique ». dit Ahmed taled Ibrahimi.
    Est ce un mea culpa ?
    il était l’un des pions de Nasser avec Boumediene à vouloir arabiser l’école sans aucun fondement.
    C’est lui qu’importa des maçons Egyptiens pour enseigner en Algérie et expulsa les Ingénieurs, médecins,… européens.
    50 ans plus tard l’école Algérienne est toujours en retard.

      Anonyme
      21 mai 2020 - 20 h 50 min

      Ben Badis l’Amazigh devient Arabe par alliance et voulait l’assimilation à la francarabie par intérêt et pour les privilèges. Les Brahimi ont fait de même en voulant l’assimilation à l’Arabie tout en gardant des contacts privilégiés avec la France. Bon il s’est trompé et a trompé pas mal de gens avec lui mais le hic c’est qu’ il continue à croire à cette chimère et à aucun moment il s’est dit « je me suis trompé » il est encore temps de te repentir et de demander des excuses au peuple de l’avoir berné.

    à tonton Lhadi & Co
    21 mai 2020 - 11 h 32 min

    Observation préliminaire : je commence par dada @Lhadi 21 mai 2020 – 8 h 56 min , pour lui dire qu’il a l’art à chaque fois que nous abordons des sujets importants de nous pondre un post qui lui permet de brouiller les cartes ou de botter en touche ! Fakou.

    En tout cas un grand merci à Monsieur Abdelaziz Boucherit pour son article basé sur la réalité politique et historique que nous avons tous observé mais pas seulement depuis 1962 mais bien avant. Au début du mouvement national déjà, vers la fin des années 30 et des années 40, on sait que les Frères Musulmans d’Egypte de l’époque et certaines personnalités des monarchies du Golfe persique ont commencé à phagocyter ce mouvement. D’ailleurs la crise berbère de 1949 n’est pas anecdotique. C’est un grave moment de l’histoire du mouvement national que beaucoup minimise alors que tout ce que raconte l’auteur de l’article prend ses racines déjà à ce moment là .

    En effet, les Oulémas, ceux qui ont refusé de s’engager dans la lutte contre le colonialisme française à cette époque là, ont déjà demandé l’interdiction des émissions en kabyle à la chaîne de radio d’Alger de l’époque. Ils commençaient déjà à vociférer à partir de l’Egypte que « les kabyles ne seront des algériens à part entière que lorsqu’ils auront oublié leur dialecte qui écorche nos oreilles ». C’est publié dans leur propre journal édité en Egypte et les archives existent. Pour cette mouvance, l’Algérie n’est et ne doit être qu’arabe et musulmane. Et tout autre revendication identitaire est accusée et taxée d’être au service de la France coloniale, du hizb françisme, rien que çà ! La crise berbère de 1949 n’a pas existé … par hasard.

    YA SI TAYEB
    21 mai 2020 - 11 h 24 min

    Personne n’est saint,on est tous coupable de la faillite de ce beau pays,et pour cause avec la bouche on est les meilleurs ou monde;mais avec la conscience et l’intelligence nous sommes les derniers ou monde après les makaks et les grandes gueule,combien (d’Arabes) existent-ils en Algérie très très peux entre cinq et dix pourcent,et le reste se sont tous des natif de ce beau pays ou y’a plus de melons qu’autres choses,il donne une belle couleur,mais vide à l’intérieur,prenant les grands décideurs et aussi les grand dictateurs et criminel de ce pays,à ma majorité d’origine locale et pure souche berbère,sans compter les défunt Ben Bella et Chadli,prenant l’exemple des hauts gradé qui dirigent réellement le pays,très très peux d’Arabes,et les notres sont fou amoureux de la France et l’Europe et la nouvelle mode les pingouins des Emirats et pays du Golfe

    Linda
    21 mai 2020 - 11 h 20 min

    Très bon article. Il explique en partie les raisons qui ont poussé a émergence du MAK

      Belveder
      21 mai 2020 - 15 h 19 min

      Le MAK est ne après que toutes les revendications identitaires soient satisfaites et inscrites dans la constitution
      .expliquez moi ca?? Que revendique t il en 2020?

        RAYES AL VHOUUR
        21 mai 2020 - 16 h 24 min

        T.i , est le frere spirituel de da el hocine ait ahmed..
        Deux marabouts qui ont trouver leur parrain
        Chadli benkdin, et leur nebuleuse islamo terroriste
        Ce p.fis de madani abassid, et le mehari
        Du p.fln..
        La suite on la connait assez bien, un terrorisme
        De masse pire que la Caida de ben laden…
        Triste sort …
        Oh algerie …releve toi…

          Anonyme6
          23 mai 2020 - 16 h 27 min

          @Rayes al vhouur. Tu es vraiment très loin, même pas un espsilon pour pouvoir dénigrer et remettre en question tout le combat de Ait Ahmed depuis ses 16 ans pour la liberté des algériens et l’instauration d’un état de droit. S’il s’est assis sur la table avec ses adversaires politiques, ce la ne voulait et ne veut jamais dire qu’il avait accepté leur idéologie. Il a démontré qu’un algérien et surtout un politicien chevronné comme lui peut échanger avec ses compatriotes malgré une différence dans les idées, il avait tout fait pour qu’ils acceptent le concept de démocratie et d’état de droit pour tout le monde, mais les partisans de la division ont tout fait pour le diaboliser et ne jamais permettre ce débat d’idées et le consensus entre algériens. Aujourd’hui le hirak est bloqué et sera bloqué à cause de ces diviseurs qui veulent que l’Algérie reste comme ça divisée car les questions linguistiques, identitaires, de libertés individuelles, de conscience ne sont pas toujours réglées et le système veut que cela continue comme ça. Aucun parti politique, ni aucune région du pays ne peut changer les choses s’il demeure des algériens qui ne se reconnaissent pas dans la constitution du pays. Vous me direz que les questions de langues ou religions sont constitutionnalisées alors pour quoi des régions arabo-islamisés par les pro-Ordégan et qatar, ne veulent pas l’enseignement de Tamazight à l’école? la réponse est toute simple: essayer de susciter le même sentiment chez les amazighophones afin de ne pas accepter l’arabe à leur tour, ce qui élargira le faussé entre algériens et en couronnant le tout, ils ont créé le parti de ferhat mhenni qui joue son rôle afin de détourner l’opinion des questions fondamentales: la vraie démocratie et les libertés individuelles sous toutes leurs formes. Ce sont des réponses à Belveder qui IGNORE que le MAK est créé dans les arcanes des services, comme le MAB en 98 juste quelques heures après l’assassinat de Matoub, et pour Élephant man et Rayes al vhouur qui sont la même personne, actionnée pour œuvrer pour la division des algériens QUI MENERA VERS LA SCISSION du pays, ce qui arrangera vos amis sionistes.

      Elephant Man
      21 mai 2020 - 18 h 35 min

      @Linda l’esclave consentante
      Le MAK est un mouvement prosioniste créé en France et qui a son QG à panam et base de formation par le mossad au royaume enchanté chez ta majesté à meknès.

    IGNOBLE
    21 mai 2020 - 11 h 05 min

    A présent que Taleb est devenu une légume, le raciste A. Boucherit lui tombe dessus à bras raccourcis sans aucune pitié. Vous êtes d’une lâcheté incroyable. Au lieu de pousser à l’UNITÉ du peuple Algérien, vous poussez à la HAINE entre Algériens. Vous êtes MONSTRUEUX ! Poussez, poussez encore et d’avantage à la destruction de l’Algérie. Pour qu’en fin de course on n’aura plus une Algérie forte et unie mais une Algérie TOTALEMENT DÉTRUITE. Mais QUI donc vous pousse à commettre cela ? israel ? La france ? Le maroc ? Dites-vous bien une chose : VOUS N’ARRIVEREZ JAMAIS A DÉTRUIRE L’ALGÉRIE COMBIEN MÊME VOUS ÊTES AIDÉS PAR TOUTES LES FORCES DU MONDE….. NOUS SOMMES LÀ ! ET NOUS SERONS TOUJOURS LÀ, POUR VOUS COMBATTRE….. Paroles d’ALGÉRIEN !!! OU HAQ AJMAÂ LIMAN !!!!!!

    Anonyme
    21 mai 2020 - 10 h 44 min

    « Du chinois 不管黑猫白猫,捉到老鼠就是好猫。 (« Peu importe qu’un chat soit blanc ou noir, s’il attrape la souris, c’est un bon chat »), phrase popularisée par le leader chinois Deng Xiaoping en 1961. »
    Et nous on est embourbés dans l’arabité – l’amazighité – l’islamité – le communautarisme – le régionalisme ….
    médiocrité quand tu nous tiens !
    – Pays de banalités,
    – de faiblesses,
    – d’inconsistances,
    – d’indigences,
    – d’insignifiances,
    – d’insuffisances,
    – de pauvretés,
    – de trivialités.
    Des mangeurs de Zlabia arrosée de coronavirus.

    Vert,blanc et rouge.
    21 mai 2020 - 10 h 23 min

    Ce professeur de je ne sais quoi planqué quelques part en france ou au Canada n’apporte rien de constructive ,le même langage quand on entend par lès benêts,lès saadi et son copain le traître Mehenni.ce professeur … si c’est d’abord est un pur Algérien devra remercié l’Algérie qui lui as donné gratuitement une bonne éducation et si il veut le changement il na qu’a rentrer au bled et se bat pour le changement.un (…..)veut passé en justice un chevronné de la diplomatie pour trahison alors que lui est planqué bien au chaud comme s … saadi et le président dès abrutis et dès milliers de son espèce.un bon professeur doit se respecté et réfléchir avec son cerveau et non avec son coeur (…

    Ayweel
    21 mai 2020 - 10 h 21 min

    Ce que je retiens , et ce que j’ai compris en lisant entre les lignes de quelques articles publiés ça et là, et qui traitent sur l’histoire de 54, des mouvements associatifs et des mouvements nationalistes qui la précédent, est que l’association des oulamas et toutes les zaouiyas n’étaient en fait que des structures créées par la France afin d’endiguer tout éveil politique, tout mouvement de protestation des indigènes, toute voix indigène qui s’élève contre les colons et l’Algérie française. Ces oulamas ont bien voulu faire des autochtones des êtres assimilés, ils sont la voix spirituelle de leur mère la France et les caïd étaient la voix institutionnelle. Ce talbe elibrahimi à bien fait ses études dans les écoles françaises et dans l’université française pour devenir médecin, pendant que les enfants indigènes sont entassés dans des zaouiyas sorte écuries, pendant des heures et 4 fois par jour à répéter comme des perroquets et forcés à apprendre des paroles dont le sens est complètement incompris. Ce taleb ibrahimi, pendant qu’il était sur le banc de l’université aux côtés de jaqueline , ces frères indigènes de son âge étaient dans le maquis prêt à mourir pour la patrie. Pendant que les indigènes meurent pour libérer la patrie , elbachir à envoyé son fils à paris pour exceller dans la langue de fafa et à prier dieu en français. Sous les règnes des maîtres de son fils , Malek bennabi à été persécuté et Moufdi Zakaria forcé à exiler. Et sous les règnes de ce fils l’école algérienne s’est transformée en une zaouiya Où seuls lahssir est remplacé par la table et elouha par le tableau, et là langue de fafa par celle de aboulaheb et les enfants toujours des perroquets. Cet homme et tous ceux qui tournent autour devraient être jugés pour crimes contre la mémoire culturelle, historique et identitaire de tout un peuple, cet homme doit être juger pour haute trahison contre le serment de premier novembre. Le premier novembre c’était pour faire de l’Algérie et de l’algérien un pays et un être complètement indépendant ni européen ni oriental, mais juste algerien.

    Bogdanov
    21 mai 2020 - 10 h 12 min

    Les nostalgiques de l’islamo baathisme vont encore nous berner avec le: « nous sommes tous des berbères, l’islam nous a arabisé. »Si l’islam arabise les peuples, pourquoi il n’a pas arabisé les chinois, les hindous, les pakistanais, les Indonésiens, les malaisiens,…? Ne pas confondre l’islam qui est une religion et l’arabe qui est une langue .

    Anonyme
    21 mai 2020 - 10 h 07 min

    Excellente rétrospective du mal fait par ce sinistre personnage qui jouait à l intellectuel à côté de Benbella et de Boumedienne et qui continue à influencer certains hommes du pouvoir vendus aux pays du moyen orient!!
    Il est temps de chasser tous ces ennemis de l Algérie authentique…..

    Anonyme
    21 mai 2020 - 9 h 48 min

    Message aux lâches traîtres arabistes :
    Pourquoi vous vous exprimer en français si vous êtes tant arabes espèce d hypocrites ?

      ZORO
      21 mai 2020 - 11 h 04 min

      à l ‘ ANON NYME 21mai 9h48 pas si doux marchant le long des houx de AP ,ZORO repond:
      Comme tamazight a ete un bouclier contre l arabisation d apres Mehenni , le Francais nous sert entre autres de bouclier et de replique contre les francisants et la Francisation.
      SIGNE.ZORO. ..Z…

        Anonyme
        21 mai 2020 - 15 h 54 min

        En conclusion, vous êtes les 2 facettes de la même pièce.

      Belveder
      21 mai 2020 - 11 h 49 min

      il suffit d un rien pour réveiller un petit Makiste qui someille en toi

        Anonyme
        21 mai 2020 - 15 h 57 min

        Même tactique de vos ancêtres pendant et après l occupation frenchy, je suis certain que tu te flanques derrière ton pc qui se trouve en France ou un pays francophone. Conclusion : vous êtes hypocrites, CQFD

      Dubitatif
      21 mai 2020 - 16 h 52 min

      Encore un lâche qui écrit sous le saut de l’Anon Nimat.

      Ce qui m’étonne est que AP laisse passer ces insultes.
      Pour la question du français, pose la question à toi-même. Et pourquoi exactement ?
      La langue française nous a été imposée par l’histoire et nous l’utiliserons comme on l’utilise l’arabe. Et toi que parles-tu en plus du français ? Et en plus en faisant nombre de fautes.
      Par exemple Pourquoi vous vous exprimer en français si vous êtes tant arabes espèce d hypocrites ? doit s’écrire Pourquoi vous exprimez-vous en français, si vous êtes tant arabes espèce d’hypocrites ?
      Si c’est tamazight, il y a des sites pour cela et ne viens pas nous emmerder ici.
      Tout cela va avoir un effet sur le hirak et c’est peut-être cela le but.

        Anonyme
        21 mai 2020 - 21 h 22 min

        je suis un homme, c’est connu que les hommes ne soignent pas les apparences comme les femmes.
        tu me corrige !? ok, et après ? tu prouves que tu maitrises le francais mieux que l’arabe puisque tu me corriges en francais et tu t’exprimes en francais coute que coute et tu veux m’interdire que je reviennes a mes racines en larguant votre monde dit « arabe ».
        alors tu prouves que tu es hypocrite, CQFD.

        L'arroseur arrosé
        21 mai 2020 - 21 h 34 min

        Corrigez vos erreurs de syntaxe avant de donner des leçons aux autres.

        Anonyme
        21 mai 2020 - 21 h 36 min

        tu me qualifies de lache et tu t’étonnes soit disant que AP laisse passer des insultes ! WOW
        alors quoi tu te sens visé par message ? alors je t’ai bien déniché de ta tanière toi le terroriste intellectuel
        j’avais oublié le « courageux »: donne ton vrai nom pas un pseudonyme bidon tout comme ton commentaire.

    ZORO
    21 mai 2020 - 9 h 28 min

    C est aussi Ahmed taleb elibrahmi et Benbella le footballeur qui fonderent les clubs
    USMO (UNION SPORTIVE MUSULMANE D ORAN en 1926
    USMB (UNION SPORTIVE MUSULMANE DE BLIDA eb 1932
    USMBA ( UNION SPORTIVE MUSULMANE DE BEL ABBES en 1933
    USMA (UNION SPORTIVE MUSULMANE D AlGER en 1937
    USMK (UNION SPORTIVE MUSULMANE de KABYLIE ‘EUH PARDON !! De KHENCHELA en 1943.
    SigneZORO. ..Z…

      Anonyme
      22 mai 2020 - 3 h 48 min

      Aucun rapport. A l’époque coloniale le terme musulman était fréquemment utilisé pour faire une distinction entre les deux grands catégories de populations habitant en Algérie.
      D’une part pieds noirs et expatriés français de religion essentiellement chrétienne.
      D’autre part les descendants des indigènes essentiellement musulmans.

    lhadi
    21 mai 2020 - 8 h 56 min

    Sommes nous tentés de voir Oedipe dans chaque fils et Antigone en chaque insoumise. Qu’une mère infanticide fasse la une des journaux, et c’est Médée qu’on convoque aussitôt.

    Pourquoi ?

    Peut-être, comme le pensait Freud, parce qu’on incarne les pulsions les plus primitives de l’homme. Pouvoir, haine, soif de vengeance : passions dévorantes qui parlent à chacun.

    La mythologie grec nous a légué des histoires inoubliables des « dieux et des héros » qui peuvent nous aider à penser notre société sinon le monde. Parmi les héros inépuisables, Héraclès et ses douze travaux, Thésée le séducteur véritable fondateur de la démocratie ou le drame de Sisyphe, dont Albert Camus fit l’emblème de la philosophie de l’absurde.

    La société algérienne est scandée par des moments où le divin se matérialise et réclame son dû.

    Les » dieux » animent l’espace de la cité et le temps des cultes. Au coeur même du politique, le rituel fait en sorte qu’ils soient présents. Les cités ne cessent de reconnaitre les puissances, bienveillantes et dangereuses, auxquelles il faut demander un avis oraculaire, prodiguer des « offrandes » ou  » immoler » des victimes bien en chair.

    Que nous le voulions ou non, nous ne cessons de raconter ces histoires qui nous aident à nous souvenir de ce qui nous a façonnés tel que nous sommes, et à comprendre ce que nous pourrions devenir.

    Que nous soyons prêts à affronter ou non les conséquences d’un tel savoir, c’est bien sur une tout autre question.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

      CofidisCornaroVerrue
      21 mai 2020 - 12 h 32 min

      @lhadi
      C’est un plaisir de te lire.
      Merci.
      (…)

    zedache
    21 mai 2020 - 8 h 54 min

    Tout ce qui est excessif est insignifiant. M. Boucherit a franchi toutes les frontières de l’excès. Il s’est fait plaisir en plongeant dans l’invective et l’insulte virulentes. C’est le seul commentaire que mérite ce pamphlet d’une violence inouïe, truffé de contre-vérités, contre Ahmed Taleb Ibrahimi et sa famille. Les berbérophones ne gagneront pas contre les arabophones. Les deux ne peuvent gagner qu’ensemble pour préserver l’unité territoriale et l’identité culturelle de l’Algérie, forgée dans une histoire millénaire concrète et non fantasmée. Le sectarisme kabyle, doublé d’une forte consonance laïque, athée et francophile, est un archaïsme qui ne sert pas le pays. L’islam reste le fondement de l’arabité en Algérie, comme du reste du Maghreb. Les deux ont été adoptés par les Berbères, qui les ont gardés malgré les vicissitudes de l’histoire. Ignorer cette réalité socio-culturelle est un vain déni de cette histoire, qui s’est imposée depuis près de quinze siècles. Le reste est démagogie.

      Anonyme
      21 mai 2020 - 10 h 03 min

      Il n a dit que la vérité et cela ne vous convient pas!!!
      l Algérie a été prise en otage par les oulémas qui n ont de scientifiques que le nom et par leurs élèves maquisards qui ont pris le pouvoir ….
      Il est temps de rétablir la vérité !!!
      On veut une Algerie authentiquement algérienne et pas copiée sur les pays d Arabie

      BEN
      21 mai 2020 - 10 h 11 min

      je suis ALGERIEN.
      je suis AMAZIGHT.
      je suis MUSULMANS
      je ne suis pas ARABE.

        BEN BEN
        21 mai 2020 - 15 h 48 min

        Je suis ALGÉRIEN.
        Je ne suis pas amazigh.
        Je suis MUSULMAN.
        Je SUIS ARABE.

        Ou daze maâhoum !

          Etre Imazighen est une fierté
          21 mai 2020 - 17 h 39 min

          Mon cher Ben Ben, tu crois que tu es un Arabe, c’est bien pour la construction de l’identité que tu te fais et je suis ravi pour toi, néanmoins, je comprends ta frustration à l’idée que tu saches un jour qu’un de tes ascendents est Amazigh, tous ces brassages depuis la nuit des temps… sur ce, saha ftoureq.

          BEN BEN
          22 mai 2020 - 0 h 22 min

          @Etre Imazighen Est Une Fierté.
          Il n’y a AUCUNE « frustration » de ma part vis à vis de mon cher ami BEN. Je pensais que tu avais compris le message que je lui adressais en forme de RÉPONSE à ses affirmations vexantes… c’est tout. Dès lors, il n’y a pas lieu de te faire martel en tête. Ce n’est qu’une simple réponse, c’est tout. Soyez un tant soit peu « démocrate ». On a tout de même le DROIT de répondre à quelqu’un qui vous insulte en vous titillant, sans plus et sans aucune animosité de ma part. Il écrit : JE NE SUIS PAS ARABE ! Libre à lui et grand bien lui fasse si ça soulage son égo. Et je lui ai répondu : JE SUIS ARABE ! Où est le « mal » à ça ? Si je te comprends bien, ya Si « Etre Imazighen Est Une Fierté », BEN A LE DROIT DE M’INSULTER et quand je lui répond, JE N’EN AI PAS LE DROIT… Mais dans quel monde de fous sommes-nous, agma ? LI H’LAL AÂLIK, H’RAM AÂLIYA…? Therwi fellana….!!!

          AMAZIGHSTAN
          22 mai 2020 - 5 h 47 min

          Je suis algérien
          Je suis amazigh
          Je ne suis pas musulman
          Je ne suis pas arabe
          (…)

          ben
          22 mai 2020 - 10 h 06 min

          A BEN BEN.
          PAS D’INSULTE DE MA PART J’AI DIS NE PAS ÊTRE ARABE ET JE SUIS AMAZIGHT

        Casbi
        21 mai 2020 - 20 h 05 min

        Je suis Algerien
        Je ne suis pas Amazight
        Je suis Musulman
        Je suis Arabe

          Anonyme
          22 mai 2020 - 1 h 17 min

          Non tu ne peux pas être algérien si tu es arabe pur sang

          Boylott
          22 mai 2020 - 6 h 38 min

          « à ses affirmations vexantes… »
          Dire « je ne suis pas ARABE. » vous vexe ?

          Avez-vous besoin de vivre votre arabité a travers les autres au point de ne pas supporter la déclaration de non arabité d’autrui ?

          C’est un intéressant et énigmatique biais cognitif.

          Casbi
          22 mai 2020 - 8 h 21 min

          @Anonyme 22 mai 1h 17min
          Arabe pur, Musulman, Veritable Algerien , n’en deplaise aux racistes, regionalistes, separatistes de la Kabylie dont tu fais partie

          Anonyme6
          23 mai 2020 - 16 h 33 min

          @Casbi, alors es-tu capable de citer au moins 7 de tes arrières grands-parents? à moins que tu remontes toi aussi au prophète comme naima salhi et les morrocos allaouites.

      Chaoui
      21 mai 2020 - 12 h 16 min

      Au sieur « Zedache » :
      Tu parles de… »démagogie » !
      Tu nous écris, je te cite : « L’islam reste le fondement de l’arabité en Algérie, comme du reste du Maghreb. Les deux ‘ONT ETE ADOPTES PAR LES BERBERES’ (…), qui les ont gardés malgré les vicissitudes de l’histoire. Ignorer cette réalité socio-culturelle est un vain déni de cette histoire, qui s’est imposée depuis près de quinze siècles. Le reste est démagogie.

      Il eut été plus honnête d’écrire LA VERITE : à savoir que les deux ont été IMPOSE PAR LE CIMETERRE (glaive) aux Berbères. Et pour te paraphraser : « ignorer CETTE REALITE est un vain déni de cette histoire ».
      Et de nous affirmer que « les berbérophones ne gagneront pas contre les arabophones » ! Et moi de te rétorquer que l’inverse est encore plus vrai.
      On a beau faire avec la rhétorique et les assertions, rien n’y fera : l’Algérie aussi loin que remonte son Histoire est racialement…BERBERE. Elle l’était déjà que les arabes n’existaient pas. Quant à la religion, qui doit et ne peut demeurer que de l’intime, ce n’est pas parce que nous serions musulmans que nous devions penser « arabes », ces mêmes arabes qui avaient attaqué et envahi la terre de « Barbarie » (Numidie) il y a 15 siècles avec et leur Livre Saint et leur glaive, décapitant nos aïeux et, sous forme de butin, kidnappant et déportant par dizaines de milliers nos filles et nos sœurs vers leurs contrées moyen-orientales. Et ce sont au 21ème siècle ces mêmes arabes qui nous causent – avant même l’occident – nos plus grands malheurs quand aussi bien ils n’ont jamais été aussi serviles et couards face à l’occident.
      Je suis peut-être musulman, mais une chose est sûre : ni moi, ni les miens n’avons RIEN d’arabe. Berbère et Africain je suis. Berbère et Africain, je resterais.
      Enfin, accuser de sectarisme la Kabylie c’est inverser les rôles. Tu ne vois pas ! Nous sommes de jour en jour plus nombreux à nous réveiller et à les rejoindre tant nos frères Kabyles ont depuis la nuit des temps étaient et restent foncièrement et fondamentalement ALGÉRIENS. Ceci pour te dire que s’attaquer aux Kabyles c’est s’en prendre à l’Algérie toute entière aussi certain que mes montagnes et les leurs ne font qu’un. Et ce, depuis toujours.

    RAYES AL VHOUUR
    21 mai 2020 - 8 h 41 min

    La kabylie a toujours ete le fer de lance et la pierre brute de la memoire algerienne , amazigh et millenaires…
    La faillite cree et reussie par cette grande confrerie , des Toulbas, arabo mysthico banou hilal hyenes , ont reussie non plus a ruiner le prestige culturel de notre Algerie Numidique, pourfendeure du pays des GAYA, MASSINISSA , JUBA, YOUGHERTHEN , KOCEILA, DIHYA, TIN HINAN LA GRANDE REINE DES GETULIES, …. ABANE, AMIROUCHE , EL HAOUAS, BEN M’HIDI, BOUDIAF, TOUS trahis par les eternels colonisateurs.
    Le mouvement culturel Berbere, a eu le grand privilege de restaurer la memoire des Amazighs en Algerie surtout et en afric du nord en general.
    L’auteur doit restituer cette verite qu’on ne peut occulter, ni meme cacher comme le firmament avec un sasse ou tamis.
    La question que je me pose :
    Pourquoi les grands noms Numides, et bien sure Algeriens, ont tous etaient ostraciser et ensuite assassiner ? Alors que les (…) se pavannent a Paris, Dubai, Et ailleurs n’ont jamais etaient inquietes ds leurs desseins de destructeurs, spoliateurs.
    (…)
    Pendant ce temps la, le rdgime algerien rameute ces (…) traitres a l’Algerie, pour faire encore du mal, sans qu’ils ne soient inquieter…. et le cauchemar continue !!!
    Vive le MCB
    VIVE L’ALGERIE AMAZIGH

      Tfou
      21 mai 2020 - 12 h 12 min

      Et Un post raciste de plus qui oubli de mentionner que beaucoup des victimes citées le sont pas s race supérieur digne héritière de ces ancêtres.
      Toutes les geôles sont bien évidemment occupées par des méchants arabes islamistes, ou mieux, les pauvres petits ministres et hauts fonctionnaires incarcérés le sont parce qu’ils ont juste été manipulés.
      Ouyahia ( entre autres) appréciera.
      Bled Mickey, (…)

      Arezki
      21 mai 2020 - 14 h 04 min

      Je pense que vous êtes victime du syndrome de Stockholm. Mais rassurez vous ça se soigne, avec une bonne dose de culture et de remise en cause de soi pour se libérer des oeillères qui vous empêchent de regarder votre propre Histoire.

        Anonyme
        21 mai 2020 - 15 h 49 min

        @areski
        Moi, je ne suis entrain d’avancer en regardant devant moi.
        À sempiternellement chercher à savoir qui de la poule ou de l’œuf est arrivé en premier, on finit par être chèvre.
        Rassure toi, à ton affirmation de savoir si je suis atteint d’un quelconque syndrome de Stockholm, je répond non et oui si ça peut te faire ta journée.
        Je ne fais pas,Moi, dans le tri sélectif, car je sais qu’une ordure ( passée ou PRÉSENTE ) reste une ordure.
        Je ne suis que l’esclave de mon créateur.
        Jamais je ne m’excuserai pour les crimes que je n’ai pas commis et que l’on veut m’attribuer.
        Jamais je n’adhérait à des thèses fumeuses et racistes d’une minorité parmi d’autres que compose MON pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.