Un autre dictateur ou une nouvelle République ?

libération militants
Lors d'une marche pour la libération des détenus. D. R.

Par Zoulikha S.-D. – Un moment où l’attention nationale et internationale se concentre sur la lutte contre la propagation du virus Covid-19, les autorités algériennes investissent du temps pour accélérer les poursuites et les procès contre les militants, les journalistes et les partisans du mouvement Hirak.

Entre le 7 mars et le 13 mai seulement, au moins 40 militants ont été convoqués pour interrogatoire par la police, ou ont été arrêtés, placés en détention provisoire ou condamnés pour des accusations résultant de l’exercice de leur droit à la liberté d’expression ou de réunion pacifique dans six villes en Algérie, c’est selon les avocats des droits de l’Homme.

En février 2020, le mouvement de protestation du Hirak a célébré son premier anniversaire, soulignant que les appels des manifestants à une réforme politique restaient sans réponse. Début mars, les autorités algériennes ont ordonné l’interdiction des manifestations de masse dans le cadre des mesures de lutte contre l’épidémie de Covid-19. Les associations de défense des droits de l’Homme participant au mouvement de protestation ont annoncé qu’elles suspendraient leur participation, avec une augmentation du nombre de cas confirmés de virus Covid-19 en Algérie.

Cependant, les autorités ont continué à viser les militants du Hirak. Selon des avocats des droits de l’Homme, au moins 32 personnes détenues arbitrairement lors des manifestations du mouvement Hirak sont toujours derrière les barreaux et 8 d’entre elles ont été arrêtées depuis le début de l’épidémie entre le 25 février et le 13 avril. Tous font face à des poursuites en vertu du code pénal pour une série de crimes, notamment   «atteinte à l’intégrité de l’unité de la nation», «incitation à des rassemblements non armés» ou «tracts portant atteinte à l’intérêt national». Aucune de ces accusations n’est considérée comme un crime légitime au regard du droit international car elle criminalise la liberté d’expression.

Convocation arbitraire de militants

Selon le Comité national pour la libération des détenus, entre le 26 mars et le 12 avril, les autorités ont convoqué au moins 12 militants au sujet des opinions qu’ils ont exprimées en ligne, principalement pour soutenir le mouvement de protestation.

Le 6 avril, trois policiers ont interrogé un activiste du Hirak et un enseignant de la wilaya de M’sila pour avoir publié des commentaires en-ligne, y compris une photo portant la mention «Répression nationale». Trois jours plus tard, un autre militant du Hirak de la ville de Batna au poste de police local de Marouana a été interrogé pour des commentaires qu’il a publiés sur Facebook, y compris une diffusion vidéo en direct de lui faisant écho à une chanson de protestation algérienne.

Les militants ont ensuite été libérés après avoir signé les transcriptions des interrogatoires. Les policiers les ont informés que ces dossiers seraient envoyés au parquet pour décider de leur mise en accusation.

Les deux militants convoqués par la police à M’sila et Batna ont déclaré qu’aucune mesure préventive n’avait été prise contre l’infection Covid-19 lors de l’interrogatoire, qui a duré au moins trois heures.

Procès à motivation politique

Le 9 avril, un tribunal de Sidi M’hamed a condamné un manifestant pour la mobilité, un activiste politique et un défenseur des droits humains, Ibrahim Dawagi, qui a été arrêté le 16 mars et l’a condamné à 6 mois de prison et a payé une amende de 50 000 DA pour une vidéo publiée sur Internet, dans laquelle il a critiqué les conditions de sa détention après avoir été détenu pendant trois mois entre novembre 2019 et janvier 2020.

Le 6 avril, le tribunal élémentaire de Sidi M’hamed d’Alger a condamné Abdelwahab El Fersaoui, président de l’association Rassemblement, action, jeunesse (RAJ) à un an de prison et à une amende pour avoir participé aux manifestations du Hirak, et critiquant la façon dont les autorités ont traité le mouvement de protestation sur de nombreux sites de médias sociaux.

Le 24 mars, une cour d’appel d’Alger a condamné Karim Tabbou, chef du parti politique d’opposition, l’Union sociale-démocrate (UDS), à un an de prison et à une amende de 50 000 DA pour des charges similaires à des vidéos Facebook dans lesquelles il a critiqué le rôle de l’armée dans le mouvement. Tabou fait face à un procès séparé, prévu pour le 27 avril, pour «atteinte à l’intégrité de l’unité de la nation», qui pourrait entraîner jusqu’à 10 ans de prison pour un discours qu’il a prononcé dans la ville de Kherrata le 9 mai dernier. Il a été détenu à l’isolement prolongé à la prison, et Tabbou a souffert d’une détérioration de sa santé (hypertension) et s’est évanoui en cour le 24 mars dernier.

Le 7 mars, le militant politique Samir Belarbi et le coordonnateur national pour la Coordination nationale des familles des kidnappés, Souleiman Hamitouche, ont été arrêtés à Alger lors d’une manifestation. Il a également comparu devant le tribunal de Sidi M’hamed pour «atteinte à l’intégrité de l’unité de la nation» et «incitation à un rassemblement non armé». Tous deux attendent leur procès à la prison d’El-Harrach, où ils risquent 10 ans de prison.

Harcèlement médiatique

Les journalistes ont également été harcelés par les autorités en raison de leurs interviews, des articles qu’ils ont écrits ou de leur couverture médiatique des manifestations.

Le 15 avril, le ministre de la Communication, Ammar Belhimer, a reconnu que les autorités avaient, sans préavis, empêché deux médias indépendants en-ligne, Maghreb Emergent et RadioMPost, d’attendre des «actions de suivi judiciaire» contre leur directeur, Ihsan Al-Qadi, pour «diffamation». Et la diffamation «contre le président Abdelmadjid Tebboune».

Le 27 mars, la police a arrêté à Alger un journaliste de renom, Khaled Drareni. Drareni, qui travaille comme reporter pour TV5Monde et directeur de Casbah Tribune, est actuellement détenu temporairement dans la prison d’El-Harrach en raison de ses informations sur le mouvement de protestation du 7 mars. Il fait face à des accusations d’«incitation à un rassemblement non armé» et de «violation de l’intégrité de l’unité de la nation» qui pourraient entraîner 10 ans de prison. Drareni a couvert les manifestations depuis le début, enregistré les manifestations et publié des clips sur son compte Tweeter.

A l’approche de la Journée mondiale de la liberté de la presse, Amnesty International appelle les autorités algériennes à respecter la liberté de la presse dans le pays parce que la presse ne doit pas être un délit passible d’emprisonnement.

Z. S.-D.

 

Comment (24)

    Nemla Nahhla
    26 mai 2020 - 22 h 36 min

    La Démocratie émerge lorsque les mentalités deviennent évoluées, sincères et non mues par des idées d’un autre millénaire.
    Car faire comme on veut abouti à l’anarchie. on voit ce qui arrive en occident : les femmes ne veulent plus enfanter (adoption ou animaux de compagnie), on s’unit avec le même sexe et vous connaissez la suite : Décadence!
    Si socialement tu n’est pas libéré, c’est que tu n’est pas prêt pour ce modèle politique.
    La religion qui dit de ne pas faire de mal est-elle appliquée? -NON !
    Lis, Etudie, Analyse, Réflechis : Affranchis-toi des blocages hérités et prend exemple sur les fourmis.
    Non un royaume n’est pas comme la ruche, parceque le reine, elle, elle pond et ne vole pas la nourriture des alvéeoles comme le font les hommes Rois, du moins dans nos contrées.

    Smail
    26 mai 2020 - 22 h 27 min

    En Novembre 2019, j’avais prédit «La vengeance de l’armée sera terrible après le 12/12». Ça s’est bien confirmé.
    Maintenant, je suis convaincu qu’après le corona, la vengeance du hirak sera terrible.

    NO WAY
    26 mai 2020 - 22 h 15 min

    Mais comprenez à la fin !
    Un pays musulman ne pourra jamais vivre libre et en démocratie!
    A moins de remettre la religon à sa vraie place ! pas celle de l’illétré ou opiumisé qui s’arroge le droit de décider de ta vie parcequ’il pense que tu a mal agit et il veut aider Dieu, celuçi qui est assis la-haut sur un trône comme un Roi humain!

    VIGILANCE
    26 mai 2020 - 21 h 27 min

    ATTENTION;
    Le HIRAK est entrain d’être récupéré par fafa et son vassal.
    Après la tentative séparatiste ethnique les kabyles ont dit :Non Merci à fafa.
    La , comme en Tunisie ils tentent de mettre en avant et manipuler les FEMMES.
    Ils se trompent ca rla femme Algérienne est intègre!
    Courage et tous unis sans leurs médias intéressés.
    Franc CFA va voir ailleurs!

    Numi
    26 mai 2020 - 21 h 21 min

    Ce Hirak n’est plus ce qu’il était. Un scénario Lybien nous attend. Les instigateurs : Israël, France, Maroc qui passent leur temps à faire reportage et article de journaux qui pousse et encense ce mouvement pour mener le pays à sa perte ! Et sur les réseaux sociaux pour motiver ce mouvement qui ne sert à rien ! I suffit d’allumer sa télé, lire les commentaires sur YouTube ou encore lire les articles de presse française. Sur YouTube le fameux Oussama Faouzi vient de faire de la pub à Zitout, si ça c’est pas du trafic’ vélos par
    Leur financier … c’est quoi ? Un scénario à la Lybien… voilà ce qui attend l’Algerie sous couvert de manifestation démocratique. Ces sois disant rassemblement de démocrate n’a rien à proposé, ni partie, ni mouvement, ni tête pensante qui ressort … du vent !

    loklan
    26 mai 2020 - 21 h 15 min

    Je comprend donc mieux pourquoi ce Fayez Sarraj a fait appel à la Turquie ou a accepté leur aide, il est un kouloughli comme le sont aussi les plus d’ un million concentré à misrata ayant fait tombé khadafi et dont erdogan s’ appuie sur eux s’ en sert comme lobbie. C’ est un travail qui vient de loin, ca été déclenché par la france et pas que et récupérer en parti par les turcs pour recréer leur empire ottoman…http://kapitalis.com/tunisie/2020/05/26/libye-dune-guerre-par-procuration-a-une-confrontation-directe/

    Elephant Man
    26 mai 2020 - 19 h 11 min

    Tous financés par la NED, des succursales de la France, Drareni un journaliste?!! Tabbou Dihina Zitout….
    RAJ = ENNEMI DE L’ALGÉRIE mouvement prosioniste franchouillard proimmigration subsaharienne sahélienne promakhnaz anti-RASD…..
    Le Hirak gagnerait à avoir des représentants authentiques de VRAIS PATRIOTES, et non des représentants d’officines étrangères, avec un programme politique PRAGMATIQUE RÉEL et pas du bla bla…
    Encore une ÉNIÈME fois il est impossible que l’Algérie ne soit pas la cible des « exportateurs » de la démocratie Ahmed Bensaada.
    Amnesty international, ONG qui n’ont de NON gouvernementales que le NOM, elle en dit quoi de la liberté de la presse au makhnaz, Naâma Asfari, des journalistes Palestiniens qui se font dézinguer une balle dans la tête quand ils ne sont pas emprisonnés arbitrairement sans procès dans les geôles de l’entité sioniste,…Julian Assange, …toujours aux abonnés absents par contre dès que Algérie hop amnesty international sort de son chapeau….. »ÉTONNANT NON ? » pour reprendre le cultissime Desproges.

      mira
      26 mai 2020 - 22 h 09 min

      Tu es dans le Vrai, frère!
      Méfiance les récupérateurs ont leurs plans concoctés à l’Ouest et chez fafa.
      Maintenant ils veulent utiliser les femmes, après avoir tenté avec le séparatisme ethnique.

      Anonyme
      27 mai 2020 - 18 h 35 min

      C’est bien connu tous ceux qui sont contre la dictature de la junte militaire sont manipulés!! Les 95% d’algériens qui n’ont pas voulu renouveler le bail aux dictateurs sont tous manipulés!! L’Algérie compte 40 millions de NED!! Étonnant non??

      tayeb el djillali
      28 mai 2020 - 10 h 57 min

      Les ennemis de l algerie ?? RAJ mouvement de jeunesse affilie au ffs? Tabou? FFS? RCD? MCB ? MAC? [email protected] éléphant man ,nos ennemis sont gaid salah et ses amis encore en vie ,tebbou,fln rnd,msp ,el bina représentés par @ zoro,belveder,sidali,anonymes3,vroum vroum et j en passe.Hier pros bouteflika,puis surtout flagorneurs d el gaid aujourd’hui avec tebboun le charge de mission désigné par les généraux!!!!!

    Anonyme
    26 mai 2020 - 17 h 52 min

    Un autre dictateur ou une nouvelle République ? Dites vous?!
    Il n’y a pourtant pas photo. Nous sommes dans la pire dictature connue par l’Algérie depuis son indépendance. Cette dictature militaire pense pouvoir diviser le hirak en « hirak des premiers jour » et hirak actuel, bien que ce dernier lui ait montré à plusieurs reprises qu’il n’en était rien et que les revendications étaient toujours les mêmes. C’est le pouvoir qui essaie de louvoyer. Le confinement lui a donné l’occasion de se monter sous son véritable jour en emprisonnant des militants à tour de bras. Ceux qui se sont fait des illusion sur Teboune et sa « Nouvelle république » sont maintenant fixés, ce n’est qu’une marionnette de plus que manipulent les généraux. Maintenant que Wassili Bouazza et sont équipe ont été écartés nous ne tarderons pas à connaitre les nouveaux maîtres du jeu.

    Habemus papam
    26 mai 2020 - 17 h 39 min

    Grèce Portugal Espagne Chili Argentine Brésil pour ne cirer que ces pays où la FUREUR DICTATORIALE des COLONELS avait fait des ravages en termes d’élimination Physique par des assassinats des déportations et autres disparitions à JAMAIS non élucidées…comme chez nous les mères de la place del primer de mayo en savent plus que tout le monde…Et pourtant aujourd’hui
    dans ces pays la FORCE ET L’UNITE des PEUPLES à vaincu l’ hydre a 7 têtes du pouvoir des colonels…le peuple Algérien est sur la bonne TRAJECTOIRE…El kabranetes et leur 5% digne d’un planton de mairie finiront de la même manière!!!

    TOLGA - ZAA3TCHA
    26 mai 2020 - 16 h 26 min

    « Un autre dictateur ou une nouvelle République ? ».
    NI L’UN ! NI L’AUTRE ! Mais, il y aura, plutôt, une NOUVELLE OLIGARCHIE installée et soumise par l’Empire satano-sioniste comme en Egypte de Sissi. Donc, il ne faut pas se leurrer les amis. Le cauchemar continue pour nous tous avec LES YEUX GRANDS OUVERTS !!! Celui et celle qui n’auront, encore, pas compris cette donnée essentielle et fondamentale n’a plus qu’à aller se trucider… Car depuis que le monde est monde, une NOUVELLE OLIGARCHIE remplace, toujours, L’ANCIENNE OLIGARCHIE jusqu’à la fin du monde… QU’ON LE VEUILLE OU NON !!!

    Chaoui Horr
    26 mai 2020 - 16 h 08 min

    Je ne pas qu’on puisse parler d’un autre dictateur car on est dans la même dictature depuis 57 ans celle des généraux.

    Felfel Har
    26 mai 2020 - 14 h 27 min

    Le pouvoir, gouvernement et supplétifs, ne font que retarder l’échéance de leur chute. D’autres dictatures avant eux ont tenté de mettre un terme à la menace des forces du changement, en vain. Ils ont assassiné des opposants, ils ont embastillé des voix discordantes, mais ils ne sont pas parvenus à se prémunir contre le tsunami populaire.
    « Tous les peuples du monde qui ont combattu pour la liberté ont finalement éteint leurs tyrans », conclusion encourageante prononçée par le Vénézuélien Simon Bolivar (El Libertador).
    Armons-nous de courage, maintenons la pression et serrons-nous les coudes, le combat continue. Je paraphrase un peu la chanson populaire de John Lennon « All we are saying is give democacy a chance! »
    Prenons aussi au sérieux l’avertissement de V. Hugo « Eterniser l’armée, c’est éterniser le despotisme… » Et ça on n’en veut pas!

      Anonyme
      26 mai 2020 - 17 h 55 min

      « Tous les peuples du monde qui ont combattu pour la liberté ont finalement éteint leurs tyrans », conclusion encourageante prononçée par le Vénézuélien Simon Bolivar (El Libertador).
      Jolie citation que devraient méditer les blaireaux qui pensent encore nous gouverner.

    Anonyme
    26 mai 2020 - 13 h 45 min

    Si on reflechie bien…il y aura certainement une nouvelle republique autoritaire et non totalitaire..la nouvelle republique sera une republique issue de la nouvelle constitution reformee,qui respecte les valeurs republicaines et les regles d une democratie Algerienne,et non une democratie a l occidentale ou les valeurs morales n existent pas..Le premier soucis pour que cette nouvelle reussisse c est de donner la priorite a la discipline,aux respects des droits et des devoirs conformement aux textes de la constitution et surtant a l aneantissement de la corruption et ses derives tels l economie informelle,la fraude fiscale,les detournements des fonds de l Etat et la fuite des capitaux…Quatre institutions constitutionnelles doivent agir en toute liberte et independance totale du pouvoir politique pour la reussite de cette nouvelle republique: 1-la creation de la haute instance nationale independante des elections
    2-la creation de la haute instance independante de la lutte contre la corruption
    3-la creation d un conseil economique ,social et environnemental
    4-la creation de la cour constitutionnelle a 12 membres, les juges constitutionnels doivent jouir de l’inamovibilité. En effet, les conditions dans lesquelles il peut être mis fin à leurs fonctions de manière anticipée sont strictement limitées et c’est toujours la cour constitutionnelle elle-même qui doit prendre ces décisions loin du pouvoir executif.Les juges constitutionnels choisis par le Parlement sont généralement élus à une majorité qualifiée..
    5-la creation du conseil superieur de l audiovisuel.
    6-.Le president elu ne peut etre reelu qu une seule fois et cet article de la constitution ne peut etre modifie ni prolonge..
    Ces 5 instances doivent etre constitutionnelle …
    Voila ce que doit devenir l un des moteurs de la nouvelle constitution reformee..Donc mes freres,soyons patients et demandons la liberations des detenus d opinion qui n ont exerce que leur droit d expression,et demandons que le portrait des presidents doit disparaitre des administrations et des ministeres seule l armoirie et le drapeau Algeriens ont le privilege supreme d etre accroches dans les salles des administrations…les Tunisiens l ont exiges et une loi a ete votee dans ce sens ..Tous les portraits du president ont laisse leur place a l armoirie Tunisienne et au drapeau tunisien…voila ce que nous devons exiger immediatement…

      HamidK
      26 mai 2020 - 17 h 23 min

      Anonyme
      26 mai 2020 – 13 h 45 min

      «  »une democratie Algerienne,et non une democratie a l occidentale ou les valeurs morales n existent pas… » ???

      C’est quoi cette démocratie algerienne?Y’en a une? La soeur jumelle de « Badissiya »?Zeroualia,Azizia,Tebounia…?
      Parce qu’aux U.S.A ,en Allemagne,en France ou G-B les valeurs morales sont inexistantes?
      Ramène-nous celles d’Afghanistan,du Pakistan,du Yemen,de l’Iran…
      C’est connu,ce sont les fûts vides qui font plus de bruit.

    Lghoul
    26 mai 2020 - 13 h 17 min

    Je me demande comment des citoyens espèrent voir quelque chose de different d’un régime militaire issu d’un push et de trafique d’éléctions – pourtant rejetées par le peuple ? Depuis que GS puis tebboune sont au pouvoir, en dehors des manigances et de la décéption, je ne vois absolument la différence dans leur gouvernance ni un changement venir de leur part. Un pouvoir illégitime fera tout pour se maintenir au pouvoir. C’est clair. Une fois cela compris, comment vont ils discuter alors leur illégitimité avec le peuple ? Donc n’attendez rien venir de leur part car ils font parti d’un même système qui ne pourra jamais changer sauf par la volonté et la résilience du peuple. Le seul changement pouvant venir de leurs quartiers est leur méthode de repression. La seule difference avec boutef est qu’il y avait du fric a gogo pour acheter ses cachiristes et que maintenant, ils n’ont pas assez car ils ne connaissent ni la direction du prix du pétrole ni les sequelles économiques que laissera le corona. Avec un pouvoir pareil, le peuple a deux choix: 1/ Lutter sans relâche jusqu’a sa totale indépendance ou 2/ Rester passif et accepter toutes les misères qui commenceront a pleuvoir et frapper le peuple dans moins d’un an. Je pense qu’il faudrait comprendre que le fossé qui sépare le peuple de ce régime est tellement profond que la cassure entre les deux est irreversible. Si avec 1100 milliards de dollars, ils n’ont rien fait, comment espèrer qu’ils feront maintenant quelque chose avec des miettes ? Dans moins d’un an l’inflation et le chômage feront leur propre affaire et je ne pense pas que des maniganceurs et des improvisateurs ont un plan d’action a long term. Leur seul plan est comment survivre un mois puis une annés. Et puis, depuis quand disent ils la vérité pour croire a leurs discours ou leurs promesses ? Depuis quand tiennent ils parole ? Depuis quand ont ils fait un geste commandable pour tendre la main au peuple, reconnaitre ses erreurs, demander pardon et commencer a batir un pays de droit dans la transparence ? Alors la conclusion est que tout ce qu’ils font est pour tromper et truquer le peuple. Un pouvoir issu du peuple donc légitime n’arrêtera pas ses citoyens en pleine pandémie et ne lâchera pas des prisons des milliers de bandits de grand chemin pendant que des citoyens innocents croupissent en prison pour une phrase, un mot, une virgule ou rien du tout. Donc s’il y a encore des gens qui ont un espoir avec ces gens qui incarnent l’illégitimité, vous pourrez encore attendre. Même sellal pourra sortir de prison pour transformer Mascara en Californie. Comme Dalida a dit « Parole e parole ». Ils ne savent que bluffer et ne rien faire. Restons unis et concentrons nous sur le futur. Ces gens n’ont aucun futur car ils ne font que survivre et ce n’est pas avec des survivant « par tous les moyens » que l’Algérie avancera et deviendra prospère. En 58 ans qu’est ce qu’ils n’ont pas promi ! Qu’est ce qu’ils n’ont pas raconté et chanté ! Et aujourd’hui on voit les résultats de tous ces nationalistes: Des ministres croupissant en prison pour corruption systèmatique; d’autres en fuite, d’autres cités dans des pays étrangers pour détournements etc. Alors qu’est ce qu’un pauvre citoyen pourra attendre d’un tel pouvoir maléfique dont tous les rouages de gouvernance se basent sur une voyoucratie ?

    Chaoui
    26 mai 2020 - 13 h 10 min

    Sylimia toujours ! Et marche toujours !
    Je me garderais de tout anathème quand certains pavoisent de nous voir nous entre-déchirer et de détruire notre Etat pour assouvir les desseins qu’ils nous destinent, mais il est plus que temps – et c’est un appel que je leur adresse – que ceux de nos dirigeants s’inclinent à retrouver la raison et écoutent LE PEUPLE.
    Notre système autoritaire a fait long feu ! Rhlass ! Qu’on organise sans plus tarder des tables rondes menant dans la foulée à une Assemblée NATIONALE CONSTITUANTE !
    De la parole jaillit toujours LA lumière !
    Rendons au Peuple ce qui lui appartient : SA PLEINE SOUVERAINETE sur son pays et ses institutions. C’est cela être Républicain.
    Signé : un Chaoui de Khenchela qui n’en pense pas moins.

    1commentaire
    26 mai 2020 - 11 h 32 min

    Tout le monde peu changer dans de bonnes intentions et dispositions mais pour être un nouveau dictateur le peuple ne l’acceptera j’aimais sa il faut bien qui le sache et l’encre dans sa tête jamais un peuple qui a était opprimé spolier de sa liberté ne reviendra en arrière surtout qu’il a trouver sa voie pour une vie meilleurs le Hirak et la il veille ne change pas de cap Tebboune autrement que le bien pour tout le peuple tu va dégager plut vite que tes venue parole d’Algériens change ou casse toi ces un conseil…

    Ya Si Tayeb
    26 mai 2020 - 10 h 15 min

    Ce n’est ni république bananière,ni une dictature,c’est l’emprise d’une nation la plus riche d’un continent par une mafia et des délinquants trafiquants de tout genre,meme la chère humaine ou bientot ont va vendre nos enfants pour aller mourir pour des grandes puissances,contaminé nos sols et nature juste pour les chefs de cette mafia puisse dépensé sans compter,peut-etre Bouteflika est un grand traitre mais son remplaçant est pire,comme nos caisses sont vide,nos puits de pétrole siphonné,population de plus en plus augmenté,et comme nos dirigeants actuel ont été les commanditaires de cette situation,ils n’ont pas d’autres solution a part de mettre le feu et partir après,pour ne pas etre poursuivit,ni jugé est condamné,si on est les derniers ou monde,c’est parce que on est fort en magouille et la destruction qu’autres choses,cent trente deux ans de lutte et un quart de population sacrifiée pour donner le pouvoir à une mafia barbare

    L'oxymore des républiquettes arabe islamique
    26 mai 2020 - 9 h 54 min

    Parler de « nouvelle république » c’est donner pour certain qu’il y eut une premiere. Nuance république c’est le peuple qui décide de son sort, or le régime féodal choisit meme l’identité du peuple

      Thamourth
      27 mai 2020 - 21 h 52 min

      Ah bon, les voyous, les incultes, les manipulateurs, les néoharkis sont élevés au rang de détenus d’opinions ??? Quels opinions ils véhiculent ??? en dehors de lire les tracts des laboratoires coloniaux ????
      Des personnages crées par des officines israélo-maroco-françaises au service du nouvel ordre colonial veulent se voiler d’une burka démocratique.
      Yew fakou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.