Une rue à Bruxelles baptisée du nom de Lalla Fatma N’soumer

Etterbeek Bruxelles Fatma n'soumer
la personnalité et l'apport de Fatma N'Soumer à son pays ont été fortement appréciés par les initiateurs du projet. D. R.

La commune bruxelloise d’Etterbeek a procédé à la baptisation d’une rue du nom de la résistante algérienne Lalla Fatma N’soumer, héroïne qui s’est farouchement opposée à la soldatesque française durant les années 1840-1850.

«Cette initiative est portée par les deux échevins de la commune, en charge de l’égalité des chances et de la diversité et de l’espace public, en vue de sensibiliser la population à la place des femmes dans l’espace public et à leur apport à l’histoire de la Belgique et du monde, de manière générale», ont déclaré, à l’APS, ses initiateurs.

Il s’agit d’un projet visant à mettre en avant les noms de femmes illustres dans l’espace public, caractérisé par une majorité de rues baptisées de noms d’hommes. Le projet porte concrètement sur l’apposition, durant la période du 15 juin 2020 au 31 mars 2021, de plaques de figures emblématiques féminines originaires de tous les continents (11 femmes au total).

Des visites guidées seront effectuées, à partir du mois de septembre 2020, pour faire connaître ces personnalités à la population. Ce choix a été fait à l’issue de recherches effectuées sur les figures emblématiques féminines issues de la région d’Afrique du Nord, compte tenu de la composante sociologique de la commune Etterbeek, qui ont abouti à la sélection de cette figure nationale dont la personnalité et l’apport à son pays ont été fortement appréciés par les initiateurs du projet.

R. C.

Comment (6)

    Bikou Banyoul
    18 juin 2020 - 6 h 51 min

    Pourquoi on est uniquement fiers quand les rues sont baptisées aux noms d’algeriens ou algériennes alors qu’on ne peut l’être si une rue ou boulevard porte le nom d’un artiste ou d’une femme en Algerie? Combien de femmes, sans qui la révolution algérienne n’aurait jamais abouti à l’indépendance, dont les rues ou boulevards portent leurs noms en Algérie? N’a-t-on pas de femmes chahidas aussi? Mais, il est vrai que quand les femmes hululaient et criaient leurs joies en disant Llah yerhem chouhadas, des hommes sans scrupule criaient Llah yerhem cchi hadha en cassant les portes des villas ou squattant des fermes, et autres butins de guerre.

    Hmed hamou
    17 juin 2020 - 19 h 32 min

    Moi j’aurais proposé naima salhi. Mais bon… Peut être une rue à Londres, au royaume des frerrots. Mais, avec sa humble- attitude légendaire, sa noble lignée j’en doute qu’elle accepterait une rue dans un pays de « kouffar » même avec zitout et chouchene comme habitants d’honneur ! Une rue à oued souf ça lui conviendrait très bien en attendant qu’on lui destine une des rues de la Mecque wa chi3abiha. Si elle n’est pas non plus jugée trop sainte pour la Mecque !
    Tout compte fait, le nom de Fadhm n’soumer c’est très bien, elle le vaut bien. On dit que « nul n’est prophète en son pays » . Naïma peut être… Une exception pour confirmer la règle?

      Ziri Warsenis
      19 juin 2020 - 16 h 28 min

      Aya wiyak a Hmed !
      Excellente suggestion que celle de cette grande politicienne noble charifa, raison de ses agitations qui font dans le “charif vari” et l’abrutissement non stop.
      Une petite plaque à Médine la mounawwara de lumière et de fleurs de cultivars exotiques, une autre sur l’esplanade des mosquées et une autre pourquoi pas à St-Pierre de Rome, une triade trinitaire digne de son rang.

    Anonyme
    17 juin 2020 - 19 h 24 min

    Et dire que certaines rue d,oran,les noms de résistants ont été remplacés par des harkis

      Anonyme
      18 juin 2020 - 14 h 33 min

      Les mokokos ne sont pas contents 😀 on s y attend vu que les sujets de …6 croient que la Belgique est leur “2ème pays”. 2ème pays pas par le travail mais par le trafic d armes et de haschich 😂🤣

    Lghoul
    17 juin 2020 - 17 h 23 min

    Un grand merci a la mairie de Bruxelles et a la Belgique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.