Ces ténors autoproclamés du Hirak inventeurs de la dictature démocratique

Dhina Hirak
Mourad Dhina, apologue du terrorisme installé en Suisse. D. R.

Par Boualem Snaoui – C’est la période des soldes avant l’heure, les commerçants des «Révolutions des Arabes» ont sorti leurs invendus dans le Hirak par la buse de la presse populiste de caniveau, pour tenter de se refaire une santé idéologique sur le dos du peuple algérien. Le climat est pestiférant, je ne peux plus respirer, comme disait Georges Floyd, surtout après que des agents de l’administration judiciaire m’ont expliqué, en ce 3 décembre 2019, que j’étais sous le coup de la «justice du téléphone», avec le rejet de régularisation de la situation de mon fils adoptif, qui vient d’en haut. J’ai compris que le ciel colonial a encore frappé un petit garçon, mon petit garçon : la double peine. Suis-je l’Arche de Zoé, à moi tout seul ?

Ne pouvant supporter le confinement politique, imposé par les forces de neutralisation du débat contradictoire, positionnées, y compris à gauche, j’ai décidé de braver «l’interdit démocratique» qui frappe ma famille et moi-même. L’appel profond des braves à «la résistance» a été lancé, par-delà la Méditerranée, et se soustraire constitue une complicité avérée avec des crimes annoncés avant l’heure.

Le parti politique Rachad, dirigé par notre prix Nobel Mourad Dhina, carburant d’Eric Zemmour, vient de lancer, le 20 juin 2020, une «fatwa nucléaire» contre Madame Aklouch Samia, une femme, magistrate au tribunal de Chéraga. Ce parti vient donc d’inaugurer la seconde vague démocratique et pacifique, après celle des années de plomb (1990), de l’extermination des cadres et des intellectuels algériens. Ils lancent une recherche de la photo de Madame Aklouch Samia, peut-être pour l’inscrire d’office dans leur agence matrimoniale.

Les géniteurs de la théorie du «qui tue qui ?» viennent de subir un démenti franc, clair et limpide de la part de leurs protégés. Les défenseurs des «droits de l’Homme» et de l’égalité «Homme- Femme», qui leur prêtaient main forte dans le passé, y compris récent, notre savant déclaré «grand» à Lyon, autour de la fumeuse théorie de «la régression féconde», en ont eu pour leur compte. Ces activistes qui se présentaient sous une burka «pacifiste» viennent de se dévoiler et d’étaler leur vrai visage. Il faut dire qu’ils ont été un peu obligés de se présenter en arborant un sourire démocratique : c’était juste pour la photo de famille. Le Syndicat des magistrats s’est-il lui aussi déclaré aux abonnés absents ?

Chassez le naturel, il revient au galop. Ils ont fait des progrès ces soldats de l’organe colonial, ils ne font plus circuler les noms des victimes sous le manteau, comme à l’époque, ils les exposent publiquement et en toute impunité, sur les réseaux sociaux qui leurs sont ouverts sans censure. L’appel au lynchage et à la lapidation publique serait démocratique, et la recherche de la photo de cette honorable dame est certainement destinée à l’inscrire d’office dans une agence matrimoniale.

Voilà un peu à quoi ils veulent faire ressembler «leur nouvelle Algérie».

Qui peut imaginer, un seul instant, que l’on lance ce type de «fatwa» contre des femmes en France ou en Belgique, en Europe ? Les multinationales des «droits de l’Homme», les partis et les associations politiques n’ont rien vu. Ils ont baissé le rideau, ils détournent le regard, ces organismes reviendront pour les séances de distribution de bananes dans les rues d’Alger et signeront les appels à rassemblement sur les places parisiennes avec toute la galaxie d’extrême droite algérienne. Cela ne grandit pas ces organisations politiques et associatives qui se précipitent à chaque fois pour signer des textes politisés, dès l’annonce de l’abattage de l’«Algérie». Ils veulent à tout prix atteler cette terre libérée du joug du colon par des révolutionnaires, des vrais, à la charrue du «Printemps des Arabes» qui fait «jubiler» les civilisateurs. Ils vont certainement venir à l’aide de ces groupes

Une autre victime de «la régression féconde», Karim Chikh, l’éditeur du livre du docteur Ahmed Bensaada Qui sont les ténors autoproclamés du Hirak algérien ? vient d’être victime d’une lâche agression à son domicile. Il ne doit la vie sauve qu’à l’intervention de ses voisins. Je n’ai pas vu passer de réactions des soldats de la société dite «civile». Ils sont peut-être occupés à préparer les tracts, fabriqués par les laboratoires démocratiques, pour les prochaines déambulations. Ils viennent de signer leur «indignation sélective» dans le système, le vrai, qu’ils veulent injecter au peuple algérien, sans témoins.

La chasse est ouverte, ces battues organisées contre la matière grise et contre la femme algérienne font bien partie du projet du «système» de ces apprentis sorciers, commercialisés au nom des «droits de l’Homme».

Il faut dire que le docteur Ahmed Bensaada, d’une précision chirurgicale, a opéré un vrai nettoyage au «karcher de Sarkozy» du «Printemps des Arabes» en Algérie. Un travail d’assainissement qui a fait sortir de leurs trous, y compris les arthropodes qui se meuvent, à visage caché dans les interstices de la colère populaire. Les dictateurs, déguisés en démocrates, dont le plan est de nous greffer définitivement des muselières décorées de slogans creux, ont été aussi dégommés par ce tir de laser, à ne pas confondre avec le coup du laser. Elle est belle leur démocratie, celle qui laboure le terrain aux guerres, où les marchands de morts se font de l’or.

Les commanditaires et leurs agents, logés dans les palaces de décideurs, à l’abri des tempêtes, déclarent qu’ils n’ont pas accédé aux preuves irréfutables, exposées par l’expert de notre monde des «manipulations géostratégiques», fabriquées par les organismes spécialisés dans l’exportation de la démocratie mais ils ont quand même un avis (de type indigène ?) à faire entendre. Comprendre «ils n’ont pas lu l’ouvrage, mais ils s’invitent pour assurer le service après-vente avant l’heure de la stratégie du «qui tue qui ?».

En plus des vendeurs à la sauvette de slogans élaborés dans les laboratoires des multinationales des «droits de l’Homme», on vient de croiser les grossistes de produits de manipulations périmés. J’ai rencontré un neurone sorti de son hibernation pour venir distribuer des cartes professionnelles de «documentaliste du Net», «inquisiteur», «inconsistance des analyses», «crédibilité éthique et intellectuelle». Pour son deuxième bavardage de l’année 2020, ce héros du Hirak des «bananistes» avoue, lui aussi, qu’il n’a pas lu l’œuvre d’assainissement de la vie publique en Algérie mais a un avis (une idée, ce n’est pas le mot…) qu’il nous déroule au moyen d’une encre empruntée à l’école des reptiles. Dès les premières lignes de son bavardage, il plante le décor : «Ahmed Bensaada ne donne pas les meilleures garanties de crédibilité éthique et intellectuelle…» Il oublie, juste, de nous exposer ses propres garanties. Il aurait mieux fait de poursuivre son hibernation littéraire, cela aurait été meilleur pour tout le monde. C’est sans doute un neurone atteint d’une crampe qui, pour sa santé mentale, devrait, de toute urgence consulter un sorcier. C’est dans l’intérêt public.

Un autre neurone «constructeur» s’est pointé pour élever le débat au rang de «la misère intellectuelle». A croire que cet architecte idéologique veut nous fourguer ses maisons préfabriquées pour des demeures construites hors normes «antisismiques». Il veut nous convaincre que l’Algérie est une planète à part et que l’encerclement militaire du Nord au Sud, d’Est en Ouest n’est qu’une vue de l’esprit. Les exercices militaires de haute intensité qui se déroulent autour de l’Algérie, en Méditerranée et au Sahel, sont juste des campagnes de jardinage pour planter des roses de la paix. La récupération insidieuse de l’histoire des héros de la Guerre d’Algérie et de la libération nationale, dans ce qu’on peut appeler sans hésitation «des déambulations», n’est qu’une mauvaise interprétation des slogans préparés dans «les laboratoires du chaos».

Rassemblés, ces deux neurones semblent conseiller au Professeur Ahmed Bensaada de participer au commerce idéologique de «la stratégie du choc» brillamment décrite par Noami Klein. Il sait ce qu’il lui reste, le professeur Bensaada s’il veut échapper à leurs plumes bourrées d’encre de la haine et être du bon côté du manche : diffuser leurs tracts subversifs dans ses prochains ouvrages.

Un expert, encore un, un vrai spéléologue consacré aux énergies fossiles, est apparu lors de l’inauguration estivale (20 juin est la journée de l’été) des bavardages de comptoirs pour nourrir un journal algérien. Il aurait bien fait d’attendre une semaine, pas plus, pour découvrir que la véritable guerre mondiale se passe en Algérie. En attendant, il aurait pu se rendre utile, en fouillant les archives de ce même canard en date du 23 octobre 2013 et trouver peut-être la liste de ces démocrates algériens recrutés et formés à New York et Washington dans le cadre du programme Leaders for Democracy Fellowship. C’est un journal d’informations ou de formations ?

Pour revenir aux Pokémon de la politique et à leurs appels, sans succès, à la désobéissance civile, à la grève générale, au blocage du pays, au boycott de l’Etat, à la casse des bureaux de vote, aux menaces et à l’agression des citoyens, et même à bruler nos quartiers et nos maisons, le livre d’Ahmed Bensaada les met à nu. Une vraie panique s’est emparée du paquebot des «complotistes» qui veulent à tout prix canaliser la colère du peuple algérien. Beaucoup de personnages sortis directement des studios Walt Disney qui animent la Toile, les radios de la pandémie du coronavirus et les écrans de chaînes low cost – à l’image de leur politique – réagissent avant même d’être touchés par le biocide du professeur Ahmed Bensaada. Ils sont sortis de leur tanière pour ne pas perdre leur business de «révolutionnaires».

Un des gros poissons péché par le docteur Ahmed Bensaada est un animateur des banquets de la NED et d’organismes exportateurs de la démocratie. Houari Addi, pris la main dans le sac, comme un vendeur à la sauvette de slogans «prêt-à-porter», s’est fait introniser comme entomologiste qualifiant Ahmed Bensaada de «dhoubab» (mouche). Je tairai le reste de son «vocabulaire d’académicien» qui nous donne une idée sur les échanges pédagogiques qu’il doit avoir avec ses étudiants à l’IEP de Lyon. Il menace de déposer plainte contre l’auteur du livre et son éditeur, sans nous préciser l’objet de sa plainte. Peut-être pour un «délit d’opinion démocratique» non conforme aux prescriptions des employeurs.

Cet expert des plateaux de télévision et du «Printemps des Arabes» des exportateurs de la démocratie déploie une énergie folle pour tenter d’échapper au piège de la vérité et des preuves écrites noir sur blanc par l’auteur de Qui sont ces ténors autoproclamés du Hirak ? Il pratique à la perfection la politique du «courage fuyons».

Le peuple algérien ne lui a jamais demandé de traverser l’océan atlantique pour participer à des banquets d’exportation de la démocratie mais juste de traverser la rue, à Lyon (que notre commandeur Macron me pardonne pour l’emprunt de son expression), pour écrire l’histoire de ces Algériens condamnés à mort et guillotinés à la prison de Montluc.

Il a de la chance Lahouari Addi, ce connaisseur du «b.a.-ba de la science politique», il détient certainement la formule magique du «Printemps des Arabes» qui ne franchit jamais les monarchies et qui est cantonné aux Républiques. Cela me rappelle la campagne d’information menée par les médias proclamés «grands» sur le nuage nucléaire de Tchernobyl qui s’arrêta soudainement aux frontières françaises. C’est peut-être notre «nucléaire en chef» Mourad Dhina qui l’a inspiré.

«Des chercheurs qui cherchent, on en trouve ; des chercheurs qui trouvent, on en cherche.» (Youcef Sebti)

Les «reptiles» de la politique qui proclament haut et fort sur les ondes maléfiques du colon que les destructions des peuples sont des actes de libération, de démocratie et de liberté vont perdre leur business et n’avoueront jamais que sous d’autres cieux le professeur Ahmed Bensaada aurait été élevé et décoré avec les honneurs.

Notre commandeur, Emanuel Macron, avec qui je ne partage aucune des orientations politiques, économiques et sociales, a eu le courage de dire, mais pas encore de tout faire sur les «crimes coloniaux». Il pourra peut-être inscrire son nom dans l’histoire de la réconciliation des peuples de France et d’Algérie, en répondant favorablement à «l’opinion de la majorité des ‘’Français’’». Cela nous grandira, cela le grandira, et permettra sans aucun doute de dépoussiérer la place «des imposteurs de Roland Gori».

Solidarité avec Mme Samia Aklouch et Karim Chikh, éditeur du livre du docteur Ahmed Bensaada.

B. S.

Comment (69)

    dali
    11 juillet 2020 - 11 h 30 min

    Pour être élu je suis prêt à raser ma barbe de gourou hindou en rolls royce…

    Belveder
    11 juillet 2020 - 8 h 43 min

    C est quand méme Bizarre a chaque article de l ex fis et ses acolytes …tout le monde est unanime pour rejetté leur agissements….mais qui donc a voté EL MOUSSALAHAA et tout le cirque par deux fois en célébrant ca comme une victoire de l EN de Foot….tous ces millions sont sympathisants?? ou bien c est encore le vote qui trafiqué comme pour les quatre mandats??

    Allside
    11 juillet 2020 - 7 h 23 min

    Maintenant quand j’entends le mot Hirak ça me donne juste envie de gerber. Les ignares, les haineux, les incultes et les parvenuss qui gesticulent dans le Toz-Hirak ne sont pas habilités pour mener un mouvement de changement démocratique responsable et civilisé.

    mwa
    10 juillet 2020 - 19 h 51 min

    Cet article est bidon! car, au lieu de fustiger le dogme (en l’occurrence pour nous, l’islam) dévastateur pour toute société en quête de liberté, il se défausse sur les conséquences du dogme (càd l’islamisme et tous ses affidés) qui se perpétueront aussi longtemps que leur substrat (le dogme) régnera sur les esprits individuels et ça, le « hirak » en dépit de sa conscience politique bien avancée, n’y pourra pas grand chose, hélas. bref, je pense que le hirak triomphera plus facilement du régime militaire que du régime islamique! l’avenir vous le dira, car, mwa, je ne serai plus là pour vous le rappeler… à bon entendeur! salut!

    Ayweel
    10 juillet 2020 - 14 h 18 min

    Parler de dhina, ex terroriste de fida , spécialisé dans la liquidation de ce que l’Algérie à comme crème de la crème,c’est lui donner de l’importance.
    D’après un journal : Interrogé dans le cadre d’un documentaire sur la tragédie algérienne, Mourad Dhina justifiait ainsi ces éliminations physiques :
    《Personne n’a pleuré nos morts parmi ceux là (…) Certains ont choisi une voie de confrontation, une voie de provocation d’une jeunesse, et qu’ils ont payé ce prix. Que ces intellectuels de gauche aient le courage d’assumer leur action, qu’ils disent nous nous sommes engagés dans une guerre et que certains d’entre nous ont payé de leur vie. Qu’ils en fassent des martyrs pour eux ! ».
    Mon dieu Un assassin qui justifie les assassinats en usant d’un langage et arguments que seul un analphabète mal éduqué ,ou plutôt un enfant, peut utiliser. C’est le niveau de ce doctour, un docteur au sens propre du terme, lorsque il ouvre sa bouche c’est pour dire un mot qui pèse mille mots et non l’inverse. Un vrai scientifique passe son temps dans les labs, cherche toujours à inventer ce qui rend la vie encore plus belle est plus adorable et non dans les Labs des bandits qui cherchent à trouver ce qui ôte la vie. Un homme à l’algérienne n’est pas celui qui vit avec les allocations et sur le dos de ses six enfants. Et juste pour rappel, entre 1980 et 1986, un nombre impressionnant de scientifiques étrangers exerçant en GB ont été liquidé, et durant les années 90, un nombre important d’intellectuels algériens qui ont été assassinés, je vous laisse trouver l’intrus .

    Dzair2020.
    9 juillet 2020 - 4 h 54 min

    Ce qui m’inquiète c’est le présent, le fis et la issaba font partis du passé,aujourd’hui les rashad de zitot,les mak de mehenni,les laïcs du pad et du rcd ,les salafistes avec leurs drapeau noir et (…) qui sont actives dans lès réseaux sociaux ou chaque groupe travail pour la division du peuple et la destruction du pays!…

    hamid
    9 juillet 2020 - 4 h 17 min

    Le systeme profond a ses islamistes et le peuple a aussi les siens point final.

    Anonyme19
    8 juillet 2020 - 20 h 44 min

    Les gens meurent du coronavirus et ce virus islamiste massacreur poursuit ses apparitions auprès des algériens

    Remarque
    8 juillet 2020 - 20 h 05 min

    un Centre opérationnel principal a été mis en place à Rabat au Maroc pour gérer la « révolution » en Algérie. Il est composé de quatre officiers du renseignement américain et de six officiers du renseignement marocain, ainsi que de douze « experts de la subversion » serbes, membres de l’organisation OTPOR.
    Huit algériens d’obédience islamiste, formés par « Otpor » au Maroc pendant six mois au deuxième semestre de 2018, font également parti de l’opération à Rabat.
    Deux centres opérationnels avancés ont été mis en place pour exécuter les plans du Centre opérationnel principal. Le premier dans la ville de Oujda, dans le nord-est du Maroc, près de la frontière algérienne, dirigé par onze officiers américains, marocains et serbes ainsi que trois éléments algériens.
    Le deuxième centre opérationnel a été installé dans la ville d’Errachidia, à environ 80 kilomètres de la frontière algérienne. Il est dirigé par huit officiers des nationalités citées précédemment, ainsi que par deux officiers du renseignement militaire français.

      Anonyme
      9 juillet 2020 - 17 h 32 min

      Peut-on connaître vos sources? Et vos preuves?

        Anonyme
        9 juillet 2020 - 17 h 41 min

        La base minitir a l est de la narcomonarchie ne te suffit pas !!!!

          Anonyme
          9 juillet 2020 - 18 h 58 min

          C’est bien ce que je pensais, tu a tout inventé

    il ressemble à jason statham
    8 juillet 2020 - 18 h 00 min

    il ressemble à jason statham après un séjour d’un année en algérie

    SaidZ
    8 juillet 2020 - 17 h 57 min

    Mon commentaire s’est égaré chez lo modérateur !?
    Qu’à fait il le pouvoir, lire la 3issaba, des partis respectables ? La nature a horreur du vide, c’est normal de voir rachad prendre de l’ampleur malheureusement !

    Belka
    8 juillet 2020 - 17 h 52 min

    Mon souhait le travail reviens aux médias visuels ou écrites de faire rappeler les Algériens vraiment sur les Années 90 ,et surtout les jeunes qui sont nés après 90,les crimes qui ont commis par les Fatwas de Ali balhaj et abbasse madani
    Terroriste un jour, Terroriste toujours.

    Wlad França
    8 juillet 2020 - 16 h 28 min

    AP vous avez peur de l’avis contraire? Publiez donc mon commentaire que j’ai envoyé tantôt et laisser les excités du bocage me donner la réplique. Il y en a beaucoup sur votre site. Pourquoi y ajouter la censure? Ou pensez-vous qu’ils ne sont pas capables de se défendre seuls comme des grands auquel cas je puis vous comprendre?

      Anonyme
      8 juillet 2020 - 18 h 14 min

      ya wlid franca, tu es un mokoko et ta place est dans jamaa lefna a marrakech, vas racoller la bas mais on le sais bien dans ces moments durs que traversent le globe, les « touristes » se font rare…on le sait

        Wlad França
        8 juillet 2020 - 19 h 30 min

        Change de logiciel(…). Si j’étais marocain, je ne serai pas là en train de me battre contre vous ya Lahassin Errangers.
        Et pour te donner un peu plus l’urticaire, je te dirai qu’en homme civilisé, je n’ai absolument rien contre nos frères marocains. J’en ai contre leur roitelet comme j’en ai contre tous ces dictateurs qui nous gouvernent mais le peuple marocain hacha. Ce sont mes frères. Nous venons d’une même ascendance. Peut-être que toi tu viens du Yemen ou d’un bedouinistan quelconque. Maintenant ya Index bleu, profite de ta vie en France. Bientôt l’extrême droite maurassienne viendra te chercher des poux dans ta tête de chauve. ils ont commencé en espagne avec les sans-papiers. En Europe, ils ont l’habitude des pogroms et en général, ils ne badinent pas.

          Anonyme
          9 juillet 2020 - 13 h 16 min

          Tu fais parti des mokokos haineux et c est clair de tes insultes continuelles. Vas vendre ton tajine à jamaa lefna je t ai dis tu perds ton temps y’a sujet du roitelet.

    Anonyme
    8 juillet 2020 - 16 h 18 min

    Pourquoi vous ne vous attaquez pas aux generaux qui ont ruiné le pays?
    Pourquoi vous n’écrivez pas un article sur le bureau politique de l’état major Algérien?
    Pourquoi vous ne demandez pas le départ des generaux qui sont âgés de plus de soixante ans?

      ON NE VEUT PAS D'ISLAMISTES
      8 juillet 2020 - 19 h 10 min

      vous oubliez les islamistes = virus

    Benzaim Boukahil
    8 juillet 2020 - 15 h 57 min

    Ensemble libérons Ali Ghediri !

    Signe partagez !

    http://chng.it/tg8jRSSXzt

    Anonyme
    8 juillet 2020 - 15 h 26 min

    Celui sur la photo a bien une gueule de criminel.

      manman1954
      8 juillet 2020 - 18 h 08 min

      Celui qui est sur la photo est Mourad Dhina.
      Il est diplômé du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Il a travaillé en tant que chercheur au CERN qui est le centre européen de physique des particules situé sur la frontière franco-suisse.
      M. Anonyme, la tête de Mourad Dhina ne te revient pas. Toi, qui es-tu ?????

        Anonyme
        8 juillet 2020 - 18 h 18 min

        diplomé du massachusest et alors ? il est parti avec l’argent des algériens qui ne l’a d’ailleurs jamais remboursé et puis qu’a t il fait de son diplome apres ? plannifier la chute de son pays ? c’est ca ce qu’il a appris a Boston ?
        espece de femmelettes, vous n’arretez pas de pleurnicher vous les islamoracailles !

          manman1954
          8 juillet 2020 - 20 h 37 min

          C’est très courageux d’insulter derrière l’écran d’un ordinateur !

        Des milliers de diplômés patriotes
        8 juillet 2020 - 18 h 36 min

        La gueule que vous défendez a bien une gueule de criminel, les études n’ont rien à voir ici, sa pseudo intelligence lui sert â detruire son pays. Les islamistes n’ont aucune estime du peuple algérien diplômés ou non. Nous ne sommes pas des recruteurs pour que vous nous citez son cv mais sachez que ce ce genre de types nous rappelle le sang des algériens morts dans les année terrifiantes.

        Vous manquez de bon sens
        8 juillet 2020 - 18 h 42 min

        Ce CV de dhyna ne nous importe peu. Des algériens ont un parcours beaucoup plus brillant que celui de votre barbu mais ils n ont pas saboté leurs pays en portant la barbichette pour tromper les algériens d’avant 1990 ceux de maintenant méprisent vos gueules de barbus opportunistes et malfaiteurs pour ne pas dire plus.

          Wlad França
          8 juillet 2020 - 19 h 40 min

          Changez de lunettes coco. Il n’a jamais été barbu même dans les années 90.

        Nous on veut un vaccin contre le covid
        8 juillet 2020 - 18 h 55 min

        Des diplômés se ramassent à la pelle mais ce barbu n’inspire pas confiance, il a détruit le pays qui lui a octroyé une bourse et il est parti comme un voleur sans rendement pour la pauvre Algérie.

        Wlad França
        8 juillet 2020 - 19 h 38 min

        Celui-là (Anonyme) n’a pas besoin de faire des études poussées. Son seul métier et il le fait bien c’est Lahass Errangers (chekkam en language vulgaire).

          Anonyme
          9 juillet 2020 - 17 h 43 min

          Tu es vulgaire tout comme votre narcomonarchie.

        anonymeBis
        9 juillet 2020 - 5 h 59 min

        La physique, c’est bien certes, mais elle ne garantit pas l’intelligence politique (ni l’intelligence tout court !). Le combat politique est un combat d’idées : si nous en venions à l’élimination « physique » (!!!) de nos « ennemis politiques », nous serions pires que les animaux.

        Anonyme
        9 juillet 2020 - 6 h 15 min

        Un barbu sa tête ne fonctionne que pour appliquer la polygamie et faire avancer le phénomène de mode d’un habillement importé kamiss, hidjab, …..même diplômés ces barbus sont mesquins.

        Belka
        9 juillet 2020 - 7 h 40 min

        @Manman1954,
        ton dhina meme si il travaillé en tant que chercheur ses idées et ça pensé si un criminels si vrai si ni pas un agent d’action comme madani marzak qui tues les jeunes militaires et les journalistes ,ton dhina si un architecte qui prépare le terrain,vous imaginer la suite!!!!!!

    La Patate
    8 juillet 2020 - 14 h 41 min

    Excellent article Mr Boualem Snaoui, mais, (il y’a toujours ce « mais » qui remet tout en question) si George Floyd ne pouvait pas respirer, c’est qu’un autre humain lui a posé son genou en guise de couteau sous la gorge parce qu’un Système parmi tant d’autres lui a appris que c’est la seule manière de maîtriser un innocent.
    Qui a poussé ou appris à Mourad Dhina et ses acolytes ce genre de procédé ? Est-ce un nouveau phénomène naît dans notre dernier siècle tel le Sida, Ebola et maintenant de coronavirus ?

    Rassurez-vous, Boualem vous n’êtes pas seul dans cette immonde Arche de Zoé en étant un bon observateur on aurait découvert que dans la cale de ce navire est empilé déjà et depuis très longtemps toute un peuple qu’on décrète esclave au nom de préceptes, telle la sordide traite des nègres mais dont le voyage ne comporte ni l’escale de départ ni celle de l’arrivée.

    En évoquant la Nef de Noé, ne remontons pas aussi loin dans l’espace et dans le temps ,défilons rapidement le film de notre banqueroute en posant ces questions :

    Si nous avons perdu 10 000 000 (A vérifier) de chahid depuis 1930 au Nom de la décolonisation et 1 500 000 au Nom de la liberté.
    Au Nom, non pas de QUI mais de QUOI , y’a-t-il 200 000 morts et disparus pendant la « décennie noire ».

    Pourquoi dois-je travailler à l’étranger, pourquoi mon fils doit étudier à l’étranger, pourquoi dois-je ramener mon père pour se soigner à l’étranger, pourquoi ma femme insiste pour l’achat d’une maison à l’étranger …
    Pourquoi, pourquoi, pourquoi …. Parce que le vrai commanditaire et géniteur des Dhina ne me le permet pas de le faire dans mon pays.

    Au risque de contredire Mr Youcef Sebti, des chercheurs qui trouvent existent il suffit seulement de bien chercher, en particulier ceux qui se posent cette question suivanrte :
    Eric Zemour est-il un islamophobe ou un visionnaire qui sait que s’il baisse les bras sa petite fille portera par obligation, ne serait-ce que morale, une burka «pacifiste» ? .

    Kouidri.S
    8 juillet 2020 - 14 h 02 min

    Oui,comme vous dites « sous d’autres cieux le professeur Ahmed Bensaada aurait été élevé et décoré avec les honneurs » Notre lanceur d’alerte est, il me semble, de plus en plus estimé par son peuple et une contribution comme la votre y contribue d’avantage.

    zedache
    8 juillet 2020 - 12 h 39 min

    Précision : L’auteur de la phrase: « des chercheurs qui cherchent on en trouve; des chercheurs qui trouvent on en cherche », est du général de Gaulle dans une conférence de presse célèbre de 1959 dans laquelle il répondait avec ironie à un mouvement de protestation des universitaires et chercheurs français mécontents de leurs conditions de travail.

      Yiddhir
      8 juillet 2020 - 14 h 29 min

      On a mis cela en effet dans la bouche du général et vous, vous allez jusqu’à préciser les circonstances et l’année. Trop fort!
      Sauf que la réalité est assez différente: le général de Gaulle n’a jamais, au grand jamais prononcé cette phrase.

      Anonyme
      8 juillet 2020 - 15 h 05 min

      Elephant Man vous êtes hors-sujet…

      Bealem du 42
      8 juillet 2020 - 17 h 12 min

      C’est Pablo Picasso qui avait dit, moi, je ne cherche pas, je trouve.

    Bealem du 42
    8 juillet 2020 - 12 h 25 min

    Quand le renard ne peut pas pénétrer dans le poulailler, par affliction, il passe sa queue à travers le grillage pour effrayer les poules, la question qu’il faut se poser, qui a intérêt à laisser ces criminels sévir comme si de rien n’était.

    Abou Stroff
    8 juillet 2020 - 11 h 19 min

    contrairement à la perception superficielle des choses et des phénomènes, je crois que l’essence de la « liaison » entre la marabunta qui nous gouverne et la vermine islamiste réside dans le fait que les deux entités ne sont que les deux facettes d’un même pôle (un ensemble de couches rentières dont la lutte interne pour un partage particulier de la rente déborde (au niveau de la décennie dite noire, par exemple), de temps à autre, sur la société dans son ensemble. d’ailleurs, n’est il pas « remarquable de remarquer » que depuis que les commerces formel et informel (où une partie de la rente est brassée) ont été octroyés, par la marabunta qui monopolise et distribue la rente, à la vermine islamiste, cette dernière ne revendique plus l’érection d’une dawla islamia?
    la « division du travail » entre marabunta et vermine est tellement optimale que les deux facettes parlent quasiment d’une seule voix (je défie quiconque de différencier un membre de la marabunta d’un membre de la vermine si on fait abstraction des apparences (port d’une moustache pour l’un et port d’une barbe pour l’autre).
    j’ajoute que les couches sociales dominant les formations sociales où l’islam est hégémonique (l’algérie est une partie intégrante de cet ensemble) n’ont aucun intérêt à ce que la religion devienne une affaire privée, bien au contraire.
    en effet, c’est grâce à la religion, en général et au charlatanisme, en particulier que ces couches sociales justifient leur domination et leur pouvoir incontestable en endormant la plèbe qu’elles dominent.
    d’ailleurs, chacun aura remarqué que:
    – sans la religion, toutes les « féodalités » du moyen-orient disparaîtraient quasi-automatiquement.
    – sans l’alliance entre la marabunta qui nous gouverne et la vermine islamiste, et la marabunta et la vermine n’auraient aucun moyen d’exister. en effet, la marabunta et la vermine justifient l’existence l’une de l’autre et se supportent mutuellement. ainsi, sans la marabunta, la vermine n’aurait aucune raison d’être et sans la vermine, la marabunta aurait été balayée depuis des lustres.
    quant à leur programme, tout analyste sérieux peut constater qu’il n’y a strictement aucune différence dans la perception que la marabunta et la vermine ont de l’environnement au sein duquel elles évoluent passivement. d’ailleurs, si nous faisons abstraction de la fixation maladive de la vermine islamiste sur le sexe, les femmes et les petites culottes de ces dernières, il n’y a rien, absolument rien, qui puisse différencier un membre de la marabunta d’un membre de la vermine.
    moralité de l’histoire: si nous acceptons l’hypothèse que « ce n’est pas la conscience qui détermine la vie, c’est la vie qui détermine la conscience »(K. M.) alors, il nous faut admettre que la rente en tant que rapport social dominant structure la formation sociale algérienne dans son entièreté et que l’idéologie idoine d’une formation sociale qui subit l’histoire au lieu d’y participer activement ne peut être que l’idéologie religieuse.
    en d’autres termes, il n’y a aucune contradiction antagonique entre la marabunta et la vermine, bien au contraire, elles représentent le monde ancien qui ne veut pas mourir et la neutralisation de l’une doit être nécessairement couplée à la neutralisation de l’autre.

      Karim
      9 juillet 2020 - 14 h 37 min

      @Abou Stroff – 8 juillet 2020 – 11 h 19 min
      Si vous permettez, j’ai toujours pensé et je pense à ce jour que le parti dit du FLN post indépendance -l’antithèse même du FLN canal historique- est un cancer pour notre pays ; et l’ex Fis et autres clones islamistes, dont il est le géniteur, sont sa métastase. Bref, pour moi personnellement, l’un comme l’autre sont le mal absolu de l’Algérie. Et tant qu’ils continueront d’exister en tant que tels, rien, absolument rien n’évoluera positivement dans notre pays. Cordialement

      Soraya
      12 juillet 2020 - 9 h 50 min

      Tout a fait d’accord. Votre analyse est tellement juste. En plus bonne analyse sur la femme. Obsédés tous!!

    Elephant Man
    8 juillet 2020 - 11 h 13 min

    « Qui peut imaginer, un seul instant, que l’on lance ce type de «fatwa» contre des femmes en France ou en Belgique, en Europe ? » ….moi la menace de mort !! Ce qui vous explique très bien qui dirige qui et que la démocratie occidentale est un leurre !
    Pour revenir sur le Qui Tue Qui, lors de la rencontre du 25 avril 2016 de notre MAE Messahel Abdelkader avec le Président Bachar Al Assad, le Président Syrien a comparé la guerre que mène son pays à celle menée par l’Algérie durant les années 1990 la guerre terroriste sioniste par procuration décennie noire.

      Wlad França
      8 juillet 2020 - 19 h 43 min

      Hystérique!

    Karamazov
    8 juillet 2020 - 11 h 12 min

    ben moua je pense que cette lumineuse contribution est un festival d’enluminures dans un lyrisme rotant le rien-à-dire à propos et le dénigrement.

    Addi à dit qui avait fait son marché en injures à souk errahma à des leçons à prendre de ceux qui s’approvisionnent au Super-Marché.

    Tout me rappelle les premier jours de l’indipadace en swassatdou. Pendant que nous autres nous difilons et brayions des slogans : Thya ldjazaïr et des chanssons à la gloire de nos héros et qu’ à Guezgata on chantait

    Tonobil id i3edane
    a yethma a wi yeddane
    zdakhel del moudjahdine
    soufella refdène la3lam

    «  ça veut juste dire ô quel bonheur de voir cette voiture chargée de Héros de laquelle dépasse notre emblème national. »

    Pendant qu’on chantait et qu’on était chargé comme des moutons dans des camions pour aller difili, les autres occupaient apparts , et villas laissés vacants parles pieds noirs et colons.

    Je vous jure que c’est « littérallement » la même ambulance ( ambiance) comme dirait Dda Cha3vane.

    La chasse aux au sorcières, la dellation, a commencé, pendant que d’autres se placent et replacent.

      Krimo
      8 juillet 2020 - 16 h 33 min

      Karama(zov),

       »Pendant qu’on chantait et qu’on était chargé comme des moutons dans des camions pour aller difili, les autres occupaient apparts , et villas laissés vacants parles pieds noirs et colons. »

      Ce fut ainsi dans toutes les villes et villages …… et commenca la longue agonie de la Cite.

      Le monde rural a ete rase par Fafa (evenements d’Algerie obligent) ce fut le quart de la population de l’epoque qui etait parquee dans des camps de concentration ……… Arrive 62, plus de terre, plus d’arbre, plus de maison, plus de cimetiere, plus de memoire, plus rien qui rattache ….alors sue aux villes et villages ouverts.

        Karamazov
        8 juillet 2020 - 18 h 29 min

        C’est pour ça que je me suis fâché avec la nostalgie et que n’irai pas faire un retour du côté de chez Siham . Au Diable Proust et Dave !

          Krimo
          9 juillet 2020 - 6 h 05 min

          Karama(zov)

          Comme je te comprends, Swann c’est du passe un demi siecle disais-tu.

          Si pour le spleen n’hypotheque pas une visisite a sa Majeste le Sahara, remonter les Tassilis c’est fabuleux depuis Djanet et l’Assekrem si t’as pas ete, c’est tout bonheur : la nuit, pointe ton nez au ciel et tu te « moucheras dans les etoiles », des points lumineux qui defilent (ne pas confondre avec les etoiles filantes) les satellites. Au lever du jour, entre ombre et lumieres il te semblera assister a la creation du monde. Durant le jour
          a l’horizon, le vent « gonfle le sable » , avec l’effet soleil ces nuages de poussiere te dessinent ce qui frappe l’imagination, un the m’nanaae et ce pain sorti des dessous de la braise …….. Le silence, la quietude auront un nom et si…… le karma nest pas loin

          Bien a toi

    Anonyme
    8 juillet 2020 - 10 h 28 min

    Les arabisés de l ecole de Ben Bouzid endoctrinés dès leur jeune âge par la religion et après par les médias extrémistes tiennent actuellement l administration et agissent sous l influence de ces anciens de la mouvance islamiste.
    Celui qui détient l administration tient le pouvoir et il sera très difficile de faire avancer le pays avec ce genre de mentalité limité aux préceptes de la religion.
    La lutte est longue et difficile, si on ne sort pas la religion de l école l Algérie tournera en rond…
    Un esprit bien formé est un esprit éveillé et ouvert au monde….
    Ces islamistes qui veulent s accaparer du hirak ont de gros moyens, mais j espère que les algériens ne vont pas se faire voler leur révolution de 2019 comme celle de 1988 et 1991…
    Ces islamistes sont des traîtres à la nation et doivent être traités ainsi par les algériens.

    Elephant Man
    8 juillet 2020 - 10 h 10 min

    Effectivement, je réitère il est impossible que l’Algérie ne soit pas la cible des « exportateurs » de la démocratie.
    Aucun représentant authentique, non issus d’officines étrangères, avec un programme politique PRAGMATIQUE RÉEL.
    Notez l’absence de révolutions colorées printemps arabes au royaume enchanté unique modèle de démocratie dans la région si l’on en croit Sarkozy cf.2019 après avoir installé une magnifique démocratie OTANazienne en Libye, cet État qui enregistrait de hauts niveaux de croissance économique et de hauts indicateurs de développement humain (comme le documentait en 2010 la Banque Mondiale elle-même), où trouvaient du travail environ deux millions d’immigrés pour la plupart africains .
    D’ailleurs où sont passés les milliards d’euros du gouvernement Libyen du Guide le Colonel Kadhafi Allah Yarhmou gelés en septembre 2011 par l’ONU et qui ont « mystérieusement » disparus des banques occidentales et notamment à titre d’exemple infinitésimal des comptes de l’Euroclear Bank de Belgique entre 2013 et 2017….
    Kadhafi Allah Yarhmou allait créer avec ses fonds souverains, des organismes économiques indépendants pour l’Union africaine et donc contrer le franc CFA.

      Anonyme
      8 juillet 2020 - 14 h 21 min

      Bensaada a dit « la grande majorité des manifestants n’a rien à voir avec les officines et ignore certainement tout de leur existence mais sort dans la rue pour des causes nobles » be seing you!!!

    kebch bounetah
    8 juillet 2020 - 9 h 54 min

    vu que le journal « Algérie part  » c’est permis d’inviter sans vergogne le commanditaire de milliers de meurtres d’Algériens , le kelb de mourad dhina sur la chaîne tv de abdou semmar , je me suis demandé comment une si petite rédaction peux sortir un aussi grand nombres « d’affaires » fausses ou vrais par jours , je leurs ai envoyé un commentaire qu’il ne publiera sans doute pas dont voici le contenu  » apparemment vous êtes une multinationale de l’investigation , avec ces affaires à la pelle , vous avez sans doute une armé de petits soldats pour pouvoir être au four et au moulin « pratiquement une ou deux affaires par jour sortent sur votre journal , c’est une véritable prouesse journalistique , bizarre tout ça ? pour une rédaction minuscule !!!!!!!!!! , ils se mettent aux ordres de groupent de néo harkis détestant l’Algérie pour lui nuire coûte que coûte ,alors ces soi-disant affaires n’ont qu’un but « le chaos en Algérie  » alors nous savons déjà qui tueras qui , n’est ce pas ya dhina le kelb avec l’aide de abdou semmar et consorts

      Belveder
      8 juillet 2020 - 15 h 09 min

      Tu aurais du lui demander comment déjà il a pu quitter L Algérie et s installe avec argent et studio en France

        Anonyme
        9 juillet 2020 - 0 h 40 min

        De tels criminels n’ont plus l’espace pour intégrer la jeune génération qui est dans la rue tous les vendredis .C’est de ce vivier qu’émergera un jour des leaders pour prendre les clés de ce bateau ivre, considérez que c’est une révolution en marche et son ressac emportera tous les falsificateurs de l’histoire algérienne .Surtout ces sbires qui ont bénéficié de la clémence de Bouteflika pour se recycler avec leurs mains tachées de sang d’algériens et d’algériennes innocents (es) . Le qui tue qui est un blasphème et une atrocité . J’ai bon espoir

      blidi
      8 juillet 2020 - 16 h 06 min

      @ kebch bounetah et/ou AP non seulement vous censurez à tour de bras toute voix hétérodoxe et quand elle est orientée vous tolérez l’insulte gratuite…quelques soient nos divergences…Dieu merci on ne peut être d’accord sur tout…le respect et la bienséance restent de mise ce qui n’est malheureusement pas donné à tout le monde…à cet égard notre magnanimité reste la règle vis à vis de ceux et celles né-e-s et eduqué-e-s sous des cieux ou la parole libre est prohibée
      Best regards

    Les 3 maux de l'Algérien
    8 juillet 2020 - 9 h 52 min

    Les 3 maux de l’Algerie qui s’alimentent les uns les autres et nous empêchent d’évoluer politiquement, économiquement et socialement sont l’islamisme extrémistes, les berberistes extremistes et la gauche extrême de tendance trotskiste. Tout 3 ont une tendance fachisante de vouloir imposer à la majorité silencieuse (soit au moins 90%) leurs idéologie / idées par la force. Ce qui met cette majorité d’Algérien en position de méfiance et l’empêche de s’engager dans le débat démocratique de peur de se faire manipuler par ces sectes. Mais nous sommes tous d accord pour penser que nous sommes musulmans, arabes et berbères sans état d’âme et fier de nos identités, de notre histoire, de notre pays et de notre drapeau. Nous sommes tous d’accord aussi pour que notre république soit démocratique, ouverte économiquement et sur le monde, tolerante aux autres cultures et religions afin que chacun soit un acteur de la cité avec des droits et des devoirs en accord avec notre constitution et nos lois. SAUF QUE ces 3 maux nous empêchent de nous engager, de nous émanciper par peur de nous faire manipuler et de voir le pays basculer dans la violence.

    Merci AP pour l'intitulé de l'article
    8 juillet 2020 - 9 h 41 min

    Les islamistes sont des opportunistes, leurs barbes n’a rien avoir avec une quelconque croyance spirituelle, ce dhyna ne mérite même pas qu’on le cite assez souvent, lui et ses semblables, ils ont défiguré l’Algerie et ils ont incité les bonnes têtes penseuses à fuir, en tous cas ils n’ont aucune estime du peuple algérien, ils peuvent se barrer dhina et zitout en particulier sans ajouter au lot l’indesirable ali belhadj.

    Autorité
    8 juillet 2020 - 8 h 57 min

    Pour emprisonner des pauvres citoyens, des intellectuels comme le sociologue de Biskra, notre état est fort et roule des mécaniques !!Par contre laisser cette vermine islamistes propager la haine et créer la division, ce même état est aux abonnés absents Nous avons soit disant des services spéciaux ??
    La France à été chercher Carlos au Soudan, état Israélien traque les palestiniens de par le monde. Les russes ont fait taire tous les opposants à Londres etc.etc..
    (…)

      @Autorité
      8 juillet 2020 - 9 h 39 min

      Carlos Ghosn 😉

        Argentoi
        8 juillet 2020 - 15 h 27 min

        @ @Autorité
        Non, C’est le Vénézuelien Ilich Ramirez Sanchez, alias Carlos dit El Chacal considéré comme l’homme le plus dangereux de tous les temps.
        Autorité a fait autorité cette fois-ci !

        Autorité
        8 juillet 2020 - 16 h 04 min

        Carlos Illich Ramirez Sanchez

    Moskos dz
    8 juillet 2020 - 8 h 44 min

    La dictature comme celle de la rue qui menace de mort les citoyens afin de les empêcher d’accomplir leur devoir électoral,on ne voit pas pire.

      Le légume
      8 juillet 2020 - 11 h 11 min

      De quoi vous plaignez-vous ? Inutile de crier au scandale vous n’êtes que victimes de vos propres méthodes imposées depuis 62 ?

    Lghoul
    8 juillet 2020 - 8 h 30 min

    En effet, c’est sous les ordres et les gros budgets du HIRAK que se sont construites 20.000 mosquées en Algérie a raison de 3 par village et 50 par ville. Les décéptions ne marceront plus car l’illégitimité saute et sautera aux yeux tout au long du 5ie mandat camoufflé de fakhamtouhoum en vacances a Zéralda. La légitimité n’a pas de prix et ne se marchande jamais a coups de poignards, de ragots et de mensonges pour jouer au voleur qui crie « au voleur ».

      @ Bourourou
      8 juillet 2020 - 10 h 25 min

      Ton commentaire est hors sujet,les 🕌 n’ont rien à voir avec le hirak infiltrée par tout le monde sauf lès patriotes qui sont majoritaire en France et au bled.vous êtes tous devenu notre porte parole.

      Aba
      8 juillet 2020 - 14 h 52 min

      En effet ils appliquent ce que le pouvoir les a enseignés. Rajoute l esprit de troupeau Qu on doit pas etre dans aucune opposition si non on est traité a la solde de l etranger. Et la peur ce grand maux qui range les esprits rajoute a tout l esprit tribal qui enchaine tout le monde est la conclusion que tout le monde est intolerant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.