Comment le FIS se sert des supporters de foot comme carburant pour le Hirak

jeunes marches du vendredi
Les jeunes scandent des slogans du FIS sans le savoir. PPAgency

Par Houari A. – Tout le monde l’aura remarqué. De semaine en semaine, le nombre de femmes et de politiciens chevronnés dans les marches du vendredi rétrécit comme une peau de chagrin, laissant place à des vagues de supporters de football qui, à Alger en tout cas, convergent vers l’artère principale de la capitale, venant des quartiers populaires de Bab El-Oued (MCA), Soustara (USMA), Belouizdad (CRB) et El-Harrach (USMH) pour, comme disent les habitués de ces rendez-vous chantants, «mettre de l’ambiance». C’est, faut-il le rappeler, à partir des gradins du stade de Omar-Hammadi de Bologhine que les premiers chants anti-pouvoir ont retenti, appris par cœur et repris en chœur par des milliers de fans du club algérois, étonnement financé alors par Ali Haddad. Le mystère demeure total à ce jour.

Les lanceurs du mouvement de contestation populaire, bien avant le 22 février 2019, ont été écartés les uns après les autres, voués aux gémonies, jetés en pâture et, finalement, expulsés du Hirak dont ils ont été pourtant les initiateurs. En lieu et place de cette catégorie d’Algériens qui menaient la cadence au début, lorsque le Hirak avançait des revendications logiques et réalisables, des centaines de milliers de jeunes sont appelés en renfort par les agitateurs du FIS, activistes au sein de Rachad, à partir de Londres, de Paris, de Genève et de l’intérieur du pays, pour scander des slogans dont ils ne comprennent même pas le sens.

En effet, comment des jeunes qui n’ont pas vécu la décennie noire peuvent-ils comprendre ce qu’il s’est passé durant les années de braise, s’engouffrant inconsciemment et par ignorance dans la brèche que leur ouvrent leurs manipulateurs ? Le Hirak est, ainsi, passé d’une revendication d’un Etat démocratique et d’un changement radical du système de gouvernance à l’absolution des crimes des terroristes islamistes durant les années 1990. Ce revirement, prévisible du reste, fait s’interroger plus d’un sur le chemin que le Hirak est en train de prendre, malgré lui, tant une poignée de péroreurs, qui refusent que le mouvement de contestation soit représenté, n’en ont pas moins accaparé le micro pour s’en autoproclamer porte-parole de fait.

Le Hirak est désormais définitivement entre les mains du FIS ou, du moins, des nostalgiques des années de braise qui, sachant pertinemment que la rue ne réussira pas à déboulonner le système et que, au contraire, elle ne fait que l’enraciner davantage, poussent au pourrissement et à la confrontation, tout en simulant une volonté de préserver le caractère pacifique de la protesta. Pourtant, entre les causeries quotidiennes des animateurs de Rachad à l’étranger qui incitent à la violence et le discours «antimilitariste» des orateurs à l’intérieur du pays, il semble y avoir une distribution des rôles, l’objectif étant le même : attendre que le pays s’embrase mais que la mèche soit allumée par le pouvoir.

En face, l’apathie d’un gouvernement inexpérimenté, hétérogène, incohérent, formé de ministres dont une bonne partie a été cooptée sous l’ère Gaïd-Salah par ses collaborateurs aujourd’hui en prison pour haute trahison, conforte le sentiment de faiblesse de l’Etat et de ses institutions vacillantes, hormis l’armée, cible privilégiée des concepteurs de slogans dans les officines secrètes des capitales britannique, française et suisse. C’est parce que l’Armée nationale populaire a su corriger les graves fautes commises par les quelques généraux véreux qui l’ont prise en otage après la déchéance de Bouteflika que celle-ci est attaquée de toute part. Pour ce faire, Zitout et sa bande inoculent le virus du «qui tue qui» à une jeunesse en colère qui a le droit d’exprimer son désarroi et son désir de changement, mais néanmoins malléable à merci car formée à l’école de Facebook et de YouTube sans aucun recul, discernement ou intellection.

H. A.

Comment (19)

    Pile ou face: islamo-arabisme et arabislamisme
    8 mars 2021 - 8 h 51 min

    Le régime s’est crée une identité éphémère pour faciliter la « gestion du pouvoir et le controle social. En liant le petiti peuple à la mosquée il en faisait une muraille de sécurité pour sa confiscation de l’Etat.
    Sauf que souvent le moyen devient fin en soi. Voilà que l’islamisme d’Etat sensé « normaliser » l’islamisme du peuple- une chimère populaire fruit de l’impuissance de l’homme qui délégue à l’absolut ce qui lui semble impossible au terrien. Choisir son camp? Oui. Mais. Pour ce faire il faudrait se situer soi-meme dans l’échiquier. Pas tout changement est positif voilà pourquoi il faille etre soi et trouver les leviers dans sa propre culture pour rebondir. Le peuple n’aime pas les efforts et les corrections qui se trouvent en soi. Or c’est à partir de son propre archetype que les peuples reprennent le chemin. L’Algérien arabisé n’a plus son arrière plan psychique et symbolique, au plus il retourne au visible, la femme au haik – qui est turc- ou l’homme combattant pour l’islam, rien qui soit en altérnative à l’idéologie ambiante. Voilà pourquoi tout ce vacarme de « hirak » islamique ou pseudo-laic n’a pas de perspéctive. Sortez de la fausse sécurité.

    Chaoui
    7 mars 2021 - 18 h 13 min

    La plus belle des initiatives !
    Proposer de nous unir derrière NOTRE Armée : toute personne sensée ne peut être que foncièrement d’accord. Je suis partant. Il importe que cette idée fasse son chemin et aboutisse à l’émergence d’un mouvement National fédérant TOUS les Patriotes.
    C’est à cela que nous devons TOUS appeler. Maintenant et demain.
    Notre Armée, c’est NOTRE force. Sans elle, nous serons perdus. Ceux qui convoitent notre pays auront champs libre pour de nouveau nous occuper et nous massacrer comme hier…
    Vive notre ANP ! Force et Gloire à elle !
    L’évidence à ne pas perdre de vue : s’attaquer à notre Armée, c’est s’attaquer en vrai à chacun de nous.
    Tahia l’Jazeïr !

      mr
      8 mars 2021 - 11 h 25 min

      Entièrement d’accord avec vous.

    karimdz
    7 mars 2021 - 17 h 51 min

    Ni fis, ni fisc, djibouna frique, trêve de plaisanterie, quoi que !

    Le fis veut convaincre les algériens en abusant de leur crédulité sur la foi du seul Coran, comme s’ils en étaient les détenteurs et comme si cela leur donnait une solide crédibilité.

    L’islam appartient à tous les musulmans, est il besoin de le rappeler.

    Au contraire, les algériens doivent se méfier justement de ceux qui utilisent la religion à leurs fins personnels ou au service de puissances étrangères qui ne nourrissent pas de bons sentiments à notre égard. Voyez l arabie yehoudite, exemple effarant de gouvernance religieuse.

    Ceux ci ne font qu’exploiter la situation actuelle, marquée par la fin de l’ancien régime et l alternance qui nourrit des interrogations et des attentes. Ces islamistes vous promettent la lune, et vous réservent l’enfer.

    Je vous le dis en vérité (toute ressemblance est purement fortuite), seul le Mahdi pourra assurer pleinement et justement cet avènement.

    Anonyme
    7 mars 2021 - 17 h 22 min

    Ben voilà!! C’est le FIS qui est derrière le Hirak!!! Le FIS qu’on croyait fini est capable de faire marcher des dizaines de milliers de personnes dans toutes les grandes villes d’Algérie (et même des millions il y a 1an) Waouuu!!! Si c’est vraiment le cas, rien ne pourra l’empêcher de prendre le pouvoir.

    Le médisant du bled
    7 mars 2021 - 16 h 27 min

    Quand l’école ne joue plus son rôle pour instruire et éveiller mais pour endoctriner, voilà le résultat, l’école Algérienne avait cessé d’être une véritable école depuis le début des années soixante dix, la dérive avait commencé avec le recrutement des cordonniers Syriens et les épiciers Egyptiens qui a engendrée des générations d’acculturées.

    Moi, je pense...
    7 mars 2021 - 15 h 42 min

    …qu’aussi longtemps que l’ANP continuera de chercher Midi à 14 Heures, il sera toujours trop tard pour résoudre le problème de l’Algérie. Aujourd’hui le pouvoir est entre entre les mains des militaires et des religieux, en contradiction totale avec ce qui se fait dans les nations modernes. Pourquoi, toujours s’abriter derrière des hommes liges civils. Une bonne fois pour toutes, nommer un Général comme président et un Oulama comme 1er ministre ! Qu’à cela ne tienne ! Et basta !

    Anonyme
    7 mars 2021 - 14 h 33 min

    VIVE TA POCHE OUI.

    Karamazov
    7 mars 2021 - 14 h 32 min

    Iben moua je pense que vous ne savez plus quelle casserole accrocher au FIS pour aller les accuser de braconnage. Le foot est une drogue comme celle dont la vermine islamique a de tout temps fait usage , pourquoi s’en priverait-elle ?
    Il n’y a que ceux qui se sont compromis dans cette branlade populacière qui font semblant de découvrir que le Hirak est infesté par la vermine islamique pour s’y défausser.

    Il y’en avait qui voulaient nous faire accroire qu’ils s’en tireraient avec des mots qui divinisent ce mouvement pour le rendre trançandant et nous cacher sa crade réalité.
    Iben moua je trouve que ce ne sont pas les supporters qui sont les plus dangereux , mais ceux qui voudraient ignorer cette infestation.

    Iben moua je trouve que ce ne sont pas les supporters qui sont les plus dangereux , mais ceux qui voudraient ignorer cette infestation.

    bab elwab
    7 mars 2021 - 12 h 47 min

    nos jeune….c’est très simple pour que personne ne peut les manipuler!
    -ils ont besoin de travailler avec un salaire respectable qui couvre les charges sociales, ils ont besoin de logement, ils sont tous à l’age de se marier………..donc le pouvoir a tout ce qu’i faut pour empêcher quiconque de es manipuler non !?

    Belveder
    7 mars 2021 - 12 h 38 min

    Contrairement a ce que pense Beaucoup de Monde La désorganisation de toute contestation en Algerie (HIRAK compris) fais le Jeu des décideurs depuis 1962…la technique de laisser passer la vapeur de la Marmite petit a petit pour eviter qu elle n expolse d un coup.. aprés on gére des Marches du vendredi pour une jeunesse deseouvré et shooté pour faire tomber la pression ..il n y a plus qu a encadrer et surveillé..LES citoyens sont rentrés chez eux depuis longtemps

    KN
    7 mars 2021 - 11 h 53 min

    Message au journaliste de AP, l’Algérie a besoin de vous, vous devriez mettre les bouchées doubles, notre pays est vraiment en danger et si on le perd on aura nulle part où aller, on doit tous se soutenir l’union fait la force, ça devient urgent, force et honneur à ce journal AP, en passant par les dirigeants et les journalistes.
    Dites au Générale Khaled Nezar que les chiens terro qu’il combattaient en 1990, revient aujourd’hui en 2021, je donnerais n’importe quoi pour que vous reprendrez du service mon général KN.
    Vive l’ANP aller retour 🇩🇿🇩🇿🇩🇿🇩🇿🇩🇿🇩🇿🇩🇿🇩🇿

    Bealem du 42
    7 mars 2021 - 11 h 52 min

    Quand la majorité d’un peuple est abêtie par l’intox des faux messies, elle devient une masse inerte et malléable qui est utilisée pour des desseins dont elle ignore les tenants et aboutissants.

    KN
    7 mars 2021 - 11 h 46 min

    Les terroristes de rachad, comme les partisans du mak, sont financés par les oligarques algérien emprisonné..
    Algérien de France patriotique est algérien en Algérie patriotique, doivent sortir une fois par semaine en soutien au gouvernement à l’armée est a nos généraux, actif ou retraités..
    Les terroristes rêve et jubile des années 90, leur jeu est clair, ils veulent le pouvoir par le sang des algériens.
    Mabrouk bellaala à une chaîne sur YouTube, chaque patriotique devrait s’abonner ainsi qu’ aux autres youtubeur patriotique, il y a en préparation une pétition que nous allons envoyer à l’ONU, pour qu’elle s’occupe d’abord les gilet jaune de la Birmanie du Sahara occidental est bien sur la Palestine qui se fait massacrer depuis 70 ans.
    🇩🇿🇩🇿🇩🇿🇩🇿🇩🇿🇩🇿🇩🇿 vive bladi

      Rebelle
      7 mars 2021 - 12 h 47 min

      @KN,je suis de votre Avis ils faut organiser une journée soit ici en France et en Algérie pour soutenir notre Armées et notre beaux pays et faire cesser les aboiements des ONG de m.. contre notre pays.

        el chahid
        7 mars 2021 - 13 h 53 min

        il ne faut pas mélanger les torchons et les serviettes. l’anp est sacrée comme institution et doit jouer son rôle uniquement son rôle et le peuple demeure seul et seulement lui qui doit élire ses responsables.
        qu’est ce qui empêche le pouvoir à travailler dans l’intérêt général des algériens pour que ses derniers rentrent à la maison et arrêter de manifester !? aucun peuple au monde ne sortira manifester si il est bien considéré, respecté, bien servi (travail, pouvoir d’achat, logement, loisirs, justice, liberté et égalité des sexes, alternance au pouvoir, responsables honnêtes, intègres compétents et dévoués à leur pays,etc. )
        ne me dites surtout pas que ça s’envient, ça dure depuis 1962!

          Karim
          7 mars 2021 - 14 h 46 min

          Je suis entièrement d’accord avec vous et je suis partant. L’heure est grave, tous les patriotiques Algériens doivent réagir et ne pas rester passif devant ce qui se trame contre notre cher pays.

          Anonyme
          7 mars 2021 - 17 h 24 min

          L’heure est grave à cause de qui?

        Karim
        7 mars 2021 - 14 h 42 min

        Entièrement d’accord avec vous, je suis partant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.